Rirha (Sidi Slimane, Maroc). Rapport 2015-2016

Présentation

La mission archéologique maroco-française de Rirha est soutenue par le ministère des Affaires étrangères et du Développement international français, la Casa de Velázquez (Madrid), le LabEx Archimede (Université Montpellier 3 – UMR 5140 du CNRS) et l’Institut national des sciences de l’archéologie et du patrimoine de Rabat.

De juin 2015 à juin 2016, ont eu lieu une session d’inventaire du matériel céramique (2 semaines en décembre 2015), une session d’étude de la faune de 8 jours (mai 2016) et une campagne de fouilles d’un mois à Rirha (25 avril – 20 mai 2016) à laquelle ont participé plusieurs spécialistes (céramologie, archéozoologie, architecture, micromorphologie, dessin, topographie) ainsi que des étudiantes.

Pour la dernière année du contrat 2013-2016, les travaux de terrain ont concerné les deux zones principales du site : le « tell » maurétanien (Ensemble 5) et le quartier d’époque romaine (Ensemble 1) (fig. 1). Les relevés topographiques (M. Alilou) et les prises de vue zénithales ont permis la réalisation des plans et des restitutions en 3-D de ces deux ensembles.

Fig. 1. — Le site de Rirha dans le méandre de l’oued Beht, avec le tracé antique et le tracé actuel du cours d’eau (S. Sanz)

Fig. 1. — Le site de Rirha dans le méandre de l’oued Beht, avec le tracé antique et le tracé actuel du cours d’eau (S. Sanz)

Les opérations de fouilles

L’Ensemble 5 : un quartier tardo-maurétanien (Cl.-A. de Chazelles, M. Kbiri Alaoui, H. Gazzal, J.-C. Roux)

À l’extrémité ouest du tell, les niveaux d’occupation de la période « maurétanienne » (avant 40 p. C.) sont fouillés sur une superficie de 250 m2. Ils appartiennent à des bâtiments agglomérés et à un espace de circulation bordés au nord et au sud par les pentes de la colline (fig. 2). Les zones exploitables se sont étendues en 2016, à l’ouest (sous la tranchée Châtelain) et au sud où les niveaux sont moins érodés au fur et à mesure que la fouille progresse en profondeur. La structure circulaire repérée en limite occidentale en 2015 (SB5625, diamètre de 1,80 m), s’est avérée peu profonde ; bien qu’elle ne conserve aucun aménagement, elle est attribuée à la période médiévale en raison du mobilier et de ses similitudes avec le grenier souterrain de l’espace 7.

Fig. 2. — L’Ensemble 5 en fin de campagne 2016, état D (H. Gazzal)

Fig. 2. — L’Ensemble 5 en fin de campagne 2016, état D (H. Gazzal)

Un nouvel état d’architecture (D) a été reconnu après le démontage des structures de l’état C. Il présente des nouveautés, notamment la présence d’une pièce occupant la partie ouest de l’espace de circulation (37) et celle, en cœur d’îlot, d’une zone dépourvue de construction (47). Les murs bâtis en briques crues ont des largeurs de 0,60 à 0,90 m. Les adobes ont généralement le module déjà attesté de 54 x 34-37 cm, ou sont légèrement plus grands, et ils sont disposés de manière régulière : une rangée de boutisses et une rangée de panneresses dans le cas des murs épais, une file de boutisses pour les plus étroits.

La présence de baies de communication signale des ensembles fonctionnels, tels ceux que forment les espaces 36, 37 et 46 ou les pièces 38, 49-40, et on identifie également un lieu découvert (espace 47) sur lequel s’ouvre la pièce 41. Très endommagés par le grenier médiéval 7 qui a fait disparaître leurs limites au sud, mais aussi de lecture délicate en raison d’un grand nombre de murs dont la chronologie n’est pas encore bien établie, les secteurs 49 et 50 sont encore mal perçus.

Plusieurs locaux possèdent des sols vierges de témoins anthropiques et peu marqués : 37, 46, 40. Au contraire, les pièces 36, 38 et 41 montrent les traces d’une intense activité domestique attestée par des foyers et de nombreux vestiges mobiliers et fauniques ; les sols à forte sédimentation sont formés par l’alternance de niveaux de cendres et de recharges d’assainissement. Des trous de poteaux, avec calages de galets, ont été mis au jour dans l’espace 36. Dans l’espace à l’air libre 47 des remblais de natures différentes ont visiblement été déversés depuis le sud-est ; ayant été recreusés, ils forment un terrain accidenté où de l’eau a stagné à plusieurs reprises (feuilletage de minces lits d’argiles). À part un petit foyer dans lequel des escargots ont été grillés, cet espace ne comporte pas de témoins d’utilisation. La présence dans ces remblais d’une quantité non négligeable de fragments de tuileau et d’enduit peint mérite d’être soulignée dans un contexte du Ier s. a. C.

Le grand espace 48, qui deviendra aux états suivants un lieu de circulation, a une vocation domestique durant l’état D. Les activités, principalement culinaires, s’effectuent sur une partie plane large de 3,50 m et longue de plus de 10 m, limitée par des constructions à l’ouest et au sud et, au nord, par la rupture de pente. Elle comporte plusieurs structures de combustion, parfois superposées (foyers à plat et en fosse), et les accumulations cendreuses sont périodiquement scellées par des remblais limoneux « propres ». Rejets de cendres, déchets de cuisine et remblais d’assainissement se retrouvent également sur la pente. On note que l’occupation est continue dans cet espace à ciel ouvert, alors qu’à l’intérieur des bâtiments une couche de démolition s’intercale entre les sols des états D et C, correspondant à la destruction/reconstruction des murs.

Le mobilier date l’état D dans le courant du Ier s. a. C. Si les bâtiments connaissent au moins 4 états de construction et d’occupation au cours de ce siècle, force est de constater que les dimensions et les fonctions des espaces varient assez peu : ce sont les mêmes espaces qui accueillent des installations de cuisson et des travaux domestiques (foyers, outils lithiques, mobilier relativement abondant) tandis que les autres ont pu être dévolus au repos ou au stockage (?). Grâce à l’avancement de la fouille dans le secteur 47 et à la lecture des bermes du grenier médiéval, il apparaît que le plan mis en place à l’état D succède à une phase importante de remblaiement, au moins dans la partie sud de la zone étudiée. De ce fait, la morphologie de l’état E pourrait apparaître sensiblement différente.

Des sédiments ont été prélevés dans les foyers et les accumulations de cendres pour recueillir des restes botaniques et de micro-faune et plusieurs prélèvements ont été effectués aux mêmes endroits et dans les sols d’occupation pour études micromorphologiques.

La fouille de l’Ensemble 1 : les installations artisanales (A. Ichkhakh, J.-B. Pineau, K. Dixon)

Au début de la campagne de 2016, la fouille a été étendue au nord de l’espace XII dans le but de mieux comprendre la partie septentrionale de la maison, sa relation avec les autres composantes, notamment le pressoir, ainsi que les limites de l’espace artisanal. Un autre objectif, très important, consistait à retrouver la rue et à mettre en évidence le mode de son imbrication avec l’espace privé. Les couches supérieures ont été décapées à la pelle mécanique sur un peu plus de 0,60 m (fig. 3).

Fig. 3. — Vue générale des installations artisanales de l’Ensemble 1 avec les deux aires de presse au centre (Ch. Carrato, S. Sanz)

Fig. 3. — Vue générale des installations artisanales de l’Ensemble 1 avec les deux aires de presse au centre (Ch. Carrato, S. Sanz)

Dans la salle X-XVII, la fouille des couches de destruction de la partie nord a permis de mettre en évidence le sol d’utilisation et son rapport avec le couloir XIX. Dans la partie sud, l’analyse des poutres calcinées s’est poursuivie pour mieux saisir la nature du plancher et comprendre pourquoi ce niveau n’est pas généralisé sur l’ensemble de la salle. Les dolia inclus dans le bassin maçonné lié au pressoir ont été vidés et des morceaux de panse prélevés en vue d’une analyse des restes organiques pouvant nous renseigner sur leur contenance, au moins lors du dernier pressurage.

Dans la pièce XII correspondant à ce que nous avons toujours qualifié d’huilerie, la fouille de la couche de destruction a été achevée et l’ensemble du prelum carbonisé a été dégagé : il a fait l’objet de prélèvements pour des études anthracologiques. La distance entre la maie et le contrepoids, qui dépasse les neuf mètres, est très grande si on la compare avec les installations volubilitaines et il en est de même de la différence de niveau entre l’aire de presse et le sol de circulation de l’installation. Cette différence a été compensée par la mise en place d’un escalier de quatre marches, faites de briques cuites, aménagé au sud-est de l’installation permettant ainsi de desservir le bassin de décantation. Sur le sol de l’espace XII et outre l’auréole de pépins de raisons calcinés de 0,90 m de diamètre, découverte en 2015, un horizon similaire a été repéré, cette fois-ci sous la butte témoin (axe du prelum), à même le sol. À l’aplomb du contrepoids, une couche de pépins est conservée dans un creusement volontaire pour des raisons liées au stockage plutôt qu’à un dépotoir de résidus de pressurage (fig. 4).

Fig. 4. — La salle XII de l’Ensemble 1, vue de l’est : contrepoids, prelum carbonisé et pressoir sud avec l’escalier d’accès (A. Ichkhakh)

Fig. 4. — La salle XII de l’Ensemble 1, vue de l’est : contrepoids, prelum carbonisé et pressoir sud avec l’escalier d’accès (A. Ichkhakh)

L’extension nord — 16 m de long sur environ 6,50 m de large — a révélé une seconde installation de presse dont les murs ont été endommagés par six fosses d’époque médiévale (fig. 5). À l’est du pressoir, seuls les niveaux supérieurs modernes ont été fouillés. Deux fosses se laissent par contre distinguer et peuvent bien s’apparenter à plusieurs creusements imbriqués. Ouvert sur le côté est, le pressoir de plan carré a le même ordre de grandeur que la première installation, soit 3,80 m de côté. Le bassin qui lui correspond est placé au nord sur une longueur que l’on peut estimer à 3,20 m au moins. Ce fait nous conduit à reposer la question de la limite septentrionale de l’espace artisanal. La rue ou toute autre forme d’espace public est donc à chercher encore plus au nord ; son niveau serait le même que le sol de circulation des pressoirs, comme semble le suggérer l’entrée repérée à l’est dans l’axe de la seconde installation.

Fig. 5. — Extension nord de la fouille de l’Ensemble 1 : détail du pressoir nord (A. Ichkhakh).

Fig. 5. — Extension nord de la fouille de l’Ensemble 1 : détail du pressoir nord (A. Ichkhakh).

Pour l’heure, on peut considérer l’ensemble de ce « complexe artisanal » comme une attestation de la dualité de production, jamais soulignée auparavant au Maroc. C’est donc une huilerie et une installation de vinification comportant un pressoir et une cave (salle souterraine ou grande salle rectangulaire semi-enterrée) retrouvés dans un état exceptionnel de préservation.

Enfin, la fouille de l’espace 9, situé entre la domus, le balnéaire et l’enceinte s’est reconduite pour cerner principalement l’affectation de cette salle de service et sa signification architecturale au sein de l’établissement thermal. Si la fouille de l’année dernière nous a permis de clarifier sa destination initiale, soit une pièce avec un praefurnium assurant le chauffage des pièces 3 et 4, la campagne de cette année a montré que les pièces nord 1 et 2 n’étaient pas prévues dans le plan initial des thermes. Au fond et dans le pourtour d’un creusement de l’époque médiévale, nous avons pu déceler la présence outre un niveau de circulation qui pourrait bien correspondre à une voie longeant l’enceinte, antérieure à la mise en place des thermes, trois niveaux de sols en rapport avec le fonctionnement de la salle 9.

Travaux de consolidation

En raison des pluies diluviennes de fin mai-juin 2015, le mur qui sépare l’huilerie des thermes s’est beaucoup dégradé et menaçait de s’effondrer. Avant de reboucher la zone de fouille, on a procédé à la consolidation et à l’étayage de sa partie médiane à l’aide de planches horizontales calées par des poutres et des madriers. Par ailleurs, il a été nécessaire de consolider la maie du pressoir sud, affaiblie par la profondeur d’une fosse médiévale et la stagnation des eaux de pluies, au moyen d’un muret de quatre assises de pierres montées à sec. L’objectif est de veiller au renforcement provisoire de toute la partie nord du pressoir et de conserver la stabilité de la structure.

Études spécifiques

  • Archéozoologie (Tarek Oueslati) – L’étude de la faune issue des fouilles de 2015 a été entièrement réalisée (à l’INSAP), de même que celle d’une caisse d’ossements collectés en 2016 (à Rirha). Les données permettent de confirmer l’apparition, à Rirha, du coq ainsi que celle du rat noir et de la souris domestique au Ier a. C. puisqu’auparavant un seul reste de coq a été découvert à cette même période sur toute la séquence maurétanienne. Il s’agit de la datation la plus haute concernant ce gallinacé domestique à l’intérieur des terres et des premiers témoignages de l’introduction de ces deux rongeurs commensaux au Maroc. Il faut rappeler ici qu’une première phase d’introduction du coq a été réalisée au Maroc à l’époque phénicienne et n’a eu d’impact que sur les sites côtiers. La datation couramment admise pour l’introduction du coq au Maghreb étant le Ier-IIe s. p. C.
  • Céramologie (Hicham Hassini, avec le concours de Lara Temmerman, Andrea Espada et Zineb Akraoui) – Pendant la campagne de terrain, ont été réalisés l’inventaire du mobilier et une partie des dessins des céramiques antiques et médiévales, H. Hassini étant secondé par trois étudiantes qui ont effectué sous sa direction une partie des dessins. Lara Temmerman a en outre mis au net des dessins de céramiques et d’objets non traités en 2015. Cet important travail de DAO facilitera les études catégorielles de céramiques (vernis noir et productions locales). Hassini et Nadia El-Bahri, qui ont pratiquement achevé l’étude des amphores des périodes maurétanienne et romaine mises au jour à Rirha, prévoient de rendre un article de synthèse.
  • Étude du bâti romain (Véronique Mathieu) – L’enregistrement détaillé des structures bâties a été poursuivi dans le bâtiment artisanal. L’étude des constructions et des éléments en pierre taillée (contrepoids, crapaudine, moulures, piédroits, etc.) et en bois vient enrichir les données de fouilles, en mettant par exemple en évidence la présence d’une porte bouchée entre les espaces XII et XIII et celle d’une rampe faite de planches pour accéder aux bassins de décantation du pressoir sud.
  • Lapidaire (Wissal Boutenbat) – Dessin à l’échelle 1/1 de plusieurs chapiteaux de type « volubilitain » et autres éléments moulurés d’époque romaine, dans la perspective de leur étude en collaboration avec V. Mathieu.
  • Géoarchéologie (Cécilia Cammas) – Poursuite de l’enregistrement des faciès sédimentaires sur le terrain, dans les zones d’habitat et leur périphérie. Prélèvements ciblés pour des études micromorphologiques des sols d’occupation particulièrement variés dans l’Ensemble 5, des sols de terre battue de la partie artisanale de l’Ensemble 1, mais aussi des couches de démolition et d’abandon.
  • Numismatique (Laurent Callegarin) – L’inventaire et les photographies des monnaies exhumées pendant la campagne 2016 ont été effectués en vue de la synthèse sur l’ensemble du numéraire mis au jour à partir de 2013.
  • Outillage lithique (Jean-Claude Roux) – 13 objets lithiques de l’Ensemble 5, constitués par des galets de tailles diverses et interprétés comme des outils domestiques, ont été dessinés à l’échelle 1/1. Ce corpus bien étoffé pour le Ier a. C., enrichit l’instrumentum de la période tardo-maurétanienne.
  • Couverture photographique 3D, SIG (Charlotte Carrato, Elsa Rocca) – Orthophotographie des deux zones de fouilles afin de compléter l’enregistrement destiné à la modélisation 3D des vestiges à différents temps « T » de la fouille (travaux en cours de S. Sanz et V. Mathieu) (3).
  • Restitutions graphiques (M. Alilou) – Les restitutions graphiques des pressoirs de l’Ensemble 1, en plan et en coupe, permettent de visualiser le dispositif de pressurage.

Accueil d’étudiants en archéologie

Les étudiants de l’INSAP ne pouvant pas participer aux fouilles de Rirha, la mission a accueilli 4 diplômées (licence ou Master 2 d’archéologie, des universités de Grenoble, Paris et de l’INSAP de Rabat) qui souhaitaient poursuivre leur formation et/ou entreprendre des études sur du mobilier de Rirha. Elles ont contribué au travail collectif par une participation active à la fouille, à l’inventaire et au dessin de mobilier.

Activités éditoriales et de diffusion scientifique

Publications 2015 et 2016

  • Callegarin, Laurent, Kbiri Alaoui, Mohamed, Ichkhakh, Abdelfattah, Roux, Jean-Claude (éd.) [2016], Rirha : site antique et médiéval du Maroc. I. Cadre historique et géographique général, Madrid, Casa de Velázquez, CCV (150).
  • Callegarin, Laurent, Kbiri Alaoui, Mohamed, Ichkhakh, Abdelfattah, Roux, Jean-Claude (éd.) [2016], Rirha : site antique et médiéval du Maroc. II. Période maurétanienne (Ve siècle av. J.-C. – 40 apr. J.-C.), Madrid, Casa de Velázquez, CCV (151).
  • Callegarin, Laurent, Kbiri Alaoui, Mohamed, Ichkhakh, Abdelfattah, Roux, Jean-Claude (éd.) [2016], Rirha : site antique et médiéval du Maroc. III. Période romaine (40 apr. J.-C. – fin du IIIe s. apr. J.-C.), Madrid, Casa de Velázquez, CCV (152).
  • Callegarin, Laurent, Kbiri Alaoui, Mohamed, Ichkhakh, Abdelfattah, Roux, Jean-Claude (éd.) [2016], Rirha : site antique et médiéval du Maroc. IV. Période médiévale islamique (IXe-XVe siècle), Madrid, Casa de Velázquez, CCV (153).
  • Khalki, Charifa, Mahjoubi, Rachida, Kamel, Saïd, Kbiri Alaoui, Mohamed (2016), « Nature et origine des pierres et autres matériaux de construction et de décoration du site antique de Rirha – Maroc », J. Mater. Environ. Sci., 7 (5), pp. 1723-1740.
  • Mathieu, Véronique, Sanz-Laliberté, Séverine, Bohbot, Hervé, Pineau, Jean-Baptiste (2015), « Acquisition des données archéologiques en 3D : vers un outil de gestion dynamique en 3D », dans Virtual Retrospect, actes du colloque de Pessac (France), 27-29 novembre 2013, Bordeaux, Ausonius Editions, coll. Archéovision (6), pp. 107-112.

Publications à paraître (actes de colloques)

  • Oueslati, Tarek, « Acquisition transformation and consumption of animal resources, in Berytus, Place des Martyrs (002) », dans Actes du colloque ASWA VII (Ankara, 2004).
  • Kbiri-Alaoui, Mohamed, Callegarin, Laurent, Ichkhakh, Abdel Fattah, Leclercq, Séverine, « Contribution à la connaissance de l’histoire du Gharb : les niveaux islamiques de Rirha (Sidi Slimane) », Actes du colloque ALINSAP (Rabat, nov. 2011).
  • Oueslati, Tarek, Callegarin, Laurent, Kbiri Alaoui, Mohamed, « La romanisation des techniques de boucherie dans les provinces romaines, le cas du site de Rirha (Ve-VIe s. av. J.-C./ XIVe s.), Maroc », dans Actes du XIe Colloque international Histoire et Archéologie de l’Afrique du Nord, Hommes et animaux au Maghreb de la Préhistoire au Moyen-Âge : explorations d’une relation complexe (Marseille – Aix-En-Provence, 8-11 octobre 2014).
  • Jullien, Thierry (avec la collaboration de V. Bridoux, L. Callegarin, C.-A. de Chazelles, A. Ichkhakh, M. Kbiri Alaoui), « Les grands vases de stockage, de conservation et de transport au nord du Maroc à partir des sites de Rirha (Sidi Slimane) et de Kouass (Asilah-Briech) », dans Actes du 1er Colloque international thématique de l’AIECM3, Jarres et grands contenants entre Moyen Âge et époque moderne (Montpellier – Lattes, 19-21 novembre 2014).
  • Kbiri Alaoui, Mohamed, Ichkhakh, Abdelfattah (avec la collaboration de L. Callegarin, C.-A. de Chazelles, H. Gazzal, J.-C. Roux), « L’occupation du sol dans le Beht supérieur au Ier s. av. J.-C. », dans Actes du Colloque international Le patrimoine antique du Maghreb : des origines à la fin des royaumes africains (Fès, 7-9 mai 2015).
  • Khalki, Charifa, Mahjoubi, Rachida, Kamel, Saïd (avec la collaboration de M. Kbiri Alaoui, C.-A. de Chazelles), « Nature et origine des matériaux céramiques antiques : cas de la poterie maurétanienne du site de Rhira (Maroc) », dans Actes du Colloque international Le patrimoine antique du Maghreb : des origines à la fin des royaumes africains (Fès, 7-9 mai 2015).
  • Ruas, Marie-Pierre, Ivorra, Sarah, « Plant economy during the islamic period : seed and wood remains from the sites of Rirha (Gharb plain) and Îgîlîz (Anti Atlas range) », dans Actes du 8e colloque de l’International Workshop for African Archaeobotanist (IWAA) [Modène (Italie), 23-26 juin 2015].

Organisation et participation à des colloques internationaux en 2015 et 2016

  • Séminaire TERMaghreb, 2ème session, 2015. Deux membres de l’équipe (C.-A. de Chazelles et H. Gazzal) participent à la programmation des séminaires internationaux « Les architectures en terre du Maghreb 2014-2015-2016 » qui sont portés par le laboratoire AOROC-UMR8546-ENS (Paris).
  • Séminaire de Tazoult en Algérie (1er-5 juin 2015), C. Cammas, C.-A. de Chazelles, H. Gazzal, A. Ichkhkah, M. Kbiri Alaoui et J.-C. Roux ont présenté des communications ayant trait à l’architecture de terre en Afrique du nord et en Méditerranée occidentale.

Participations à des rencontres scientifiques, communications avec actes et séminaires

  • A. Ichkhkah, M. Kbiri Alaoui : L’architecture de terre antique au Maroc, séminaire « Les architectures en terre du Maghreb », Tazoult (Algérie), 1er-5 juin 2015.
  • A. Ichkhkah, Recherches sur la Maurétanie occidentale, 10 février 2016.
  • A. Ichkhkah, L’architecture de terre au Maroc antique : état de la question, 17 février 2016.

 

Pour citer ce billet : Claire-Anne de Chazelles, Mohamed Kbiri Alaoui et Abdelfattah Ichkhakh, « Rirha (Sidi Slimane, Maroc). Rapport 2015-2016 », Archéo-CVZ. Carnet des fouilles archéologiques de la Casa de Velázquez, mis en ligne le 29/09/2016, https://archeocvz.hypotheses.org/848.

Claire-Anne de Chazelles, Mohamed Kbiri Alaoui et Abdelfattah Ichkhakh

Claire-Anne de Chazelles (UMR 5140, Archéologie des sociétés méditerranéennes, Lattes-Montpellier), Mohamed Kbiri Alaoui (Institut national des sciences de l’archéologie et du patrimoine, Rabat) et Abdelfattah Ichkhakh (Ministère de la Culture, Essaouira)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.