Le centre monumental de Baelo Claudia. Rapport 2015-2016

Avec la collaboration de A. Dananai, A. Denysiak, S. Dienst, G. Florent, M. Gomes, Chr. Louvion, S. Lemaître, F. Lévêque, V. Mathé, T. Oueslati, S. Renard


Les recherches archéologiques conduites sur le secteur sud-est du centre monumental de Baelo Claudia, entre le 2 et le 29 avril 2016, marquent la cinquième phase du Proyecto General de Investigaciones Arqueológicas (PGIA), approuvé par la Junta de Andalucía pour les années 2012-2017 et porté par la Casa de Velázquez, en collaboration avec le Conjunto Arqueológico de Baelo Claudia et les universités de Séville, Lille 3 (Halma), La Rochelle (LIENSs) et Poitiers (HeRMA). Ces recherches ont également bénéficié depuis cette année du soutien du ministère des Affaires étrangères et du Développement international dans le cadre de leur insertion dans un nouveau quadriennal d’étude de l’habitat et des transformations de la ville de Baelo à l’époque tardive.

L’objet initial du projet est l’étude du secteur sud-est du centre monumental de la ville antique. Ce secteur couvre environ 450 m2 et se situe sur la marge orientale de l’îlot du forum de la ville. Il est délimité par le tracé des voies environnantes (fig. 1) : le cardo dit « rue des colonnes » à l’est (C4), le decumanus maximus au sud (D1), la ruelle d’accès au forum à l’ouest longeant la basilique. Quant à la limite nord, elle est fournie par le secteur de la « grande domus » où des fouilles ont déjà été menées en 1974-1975 (Remesal, Rouillard, Sillières, 1976, pp. 484-485). Les objectifs de ce programme sont de caractériser et restituer l’architecture, la chronologie et la fonction des occupations successives dans ce secteur, et d’étudier l’articulation des espaces centraux de la ville grâce à l’emboîtement des différentes échelles d’analyse et la contextualisation des structures repérées dans le secteur sud-est. Une attention toute particulière est portée aux transformations de ce secteur apparues durant l’Antiquité tardive tant cette phase de l’histoire de la ville reste encore obscure. En l’absence d’une fouille archéologique approfondie et d’après quelques sondages ponctuels, le secteur a traditionnellement été désigné comme celui du « monument du sud-est » (Sillières, 1995, p. 128).

Fig. 1. — Localisation du secteur de fouilles de Baelo Claudia et de l’îlot objet des prospections géophysiques (plan d’après Sillières, 1995, p. 86)

Fig. 1. — Localisation du secteur de fouilles de Baelo Claudia et de l’îlot objet des prospections géophysiques (plan d’après Sillières, 1995, p. 86)

L’état des découvertes avant la campagne de 2016

Les recherches conduites depuis 2012 ont permis de nuancer l’idée de l’existence d’un seul monument en mettant en évidence la succession de plusieurs édifices, ainsi que d’en proposer une chronologie relative pour leurs phases de construction, d’occupation voire de réoccupation et de destruction (fig. 2 ; Brassous, Deru, Rodríguez, 2015). L’occupation la plus ancienne identifiée dans le secteur est constituée par ladite « grande domus » dont la partie reconnue se développe autour d’un péristyle ; son identification comme une structure domestique doit toutefois être confirmée. Cet édifice fut ensuite amputé de sa partie méridionale par la construction d’un édifice monumental du Haut-Empire unique à ce jour à Baelo par sa forme et par la richesse de sa décoration, s’organisant autour d’un atrium et d’une grande salle, pavée d’un opus sectile, probablement destinée à l’exposition d’un groupe statuaire dont la nature reste encore à déterminer. Trois probables boutiques sont associées à cet édifice au sud. Elles semblent avoir été ouvertes sur le decumanus par l’intermédiaire d’un portique longeant l’ensemble de l’îlot au sud. Après un premier abandon de l’édifice qu’il faut dater vers la fin du IVe s., quatre phases successives de réoccupation des vestiges de ce monument, situées entre les Ve et VIe s., ont été identifiées. Une cinquième phase d’occupation encore impossible à caler chronologiquement entre les VIe et XIXe s., est marquée par la construction d’un très grand bâtiment maçonné. Le secteur fut ensuite occupé par l’ancien village de pêcheurs de Bolonia.

Fig. 2. — Plan des structures découvertes dans le secteur sud-est du forum depuis 2012 et localisation des secteurs de fouilles ouverts en 2016. En violet, la « grande domus » ; en vert, l’édifice monumental ; en jaune, les différentes occupations tardives (DAO Chr. Louvion)

Fig. 2. — Plan des structures découvertes dans le secteur sud-est du forum depuis 2012 et localisation des secteurs de fouilles ouverts en 2016. En violet, la « grande domus » ; en vert, l’édifice monumental ; en jaune, les différentes occupations tardives (DAO Chr. Louvion)

Les objectifs de la campagne de 2016

Les activités de l’année 2016 ont été de trois ordres : la fouille de terrain, l’étude du matériel et les prospections géophysiques.

La fouille a porté sur trois nouveaux secteurs (fig. 2). Dans le premier secteur au nord de l’aire de fouille, le but était de poursuivre l’étude de la « grande domus » par la fouille de ce qui semblait être la salle principale de l’édifice. Dans le deuxième secteur, au sud de l’édifice monumental, l’objectif était de poursuivre la fouille des boutiques associées à ce bâtiment et reconnues partiellement par la mise au jour de l’arase de leurs murs. Dans le troisième secteur situé à l’extrémité méridionale de l’aire de fouilles, la fouille du trottoir de l’édifice, découvert en 2015 et assurant le contact entre l’entrée de l’édifice monumental, les boutiques attenantes et le decumanus, s’est poursuivie.

L’étude du matériel a porté sur la céramique et les restes archéozoologiques extraits lors de la précédente campagne de 2015, ainsi que sur le verre et l’instrumentum mis au jour depuis le début des fouilles en 2012. Ces matériels proviennent presque exclusivement de remblais ou de niveaux d’occupations tardifs.

Enfin, l’insertion nouvelle de ces recherches dans un programme plus large d’étude de l’habitat à Baelo et des transformations de la ville dans l’Antiquité tardive, soutenu par le Ministère des Affaires étrangères et du développement international, nous a conduit à réaliser en parallèle aux études de terrain et du matériel une série de prospections géophysiques sur la parcelle située à l’est du secteur actuel de fouilles (fig. 1).

Les résultats de la campagne de 2016

Les activités de terrain

Avant d’aller plus loin dans la description des découvertes, il convient de noter que le présent rapport a été rédigé peu de temps après l’intervention, et ne peut donc bénéficier de l’apport des études projetées pour l’automne 2016 et 2017 du matériel découvert cette année, qui comprend près de 530 kg de céramique et 110 monnaies ainsi que de très nombreux petits objets divers dont un nouveau fragment de l’inscription juridique découverte en 2015 (cf. Caballos, Rodríguez, Brassous, à paraître). Par ailleurs, la mise au net de l’ensemble des plans, coupes et relevés ainsi que la réalisation du diagramme stratigraphique n’ont pas encore été achevées, ce qui nous prive de précieux instruments d’analyse et de présentation des résultats. Il est toutefois possible de présenter un bilan provisoire des travaux et des découvertes réalisés dans chacun des trois secteurs.

Secteur 1 : La « grande domus »

Situé au nord de l’aire de fouilles, l’édifice appelé « grande domus » est le plus ancien actuellement reconnu dans ce secteur. Il s’organise autour d’une cour à péristyle partiellement découverte (fig. 2, VI). Deux entrées permettaient d’accéder à cette cour depuis l’extérieur de l’édifice. L’entrée principale (XII) est formée par un simple couloir large de 1,50 m et long de 3,10 m donnant sur le cardo à l’est depuis la cour. Un étroit couloir (VIII) situé dans l’angle nord-ouest de la cour formait une entrée secondaire donnant accès à la ruelle logeant la basilique. La cour à portique mesurait 8,30 m sur 9,30 m. Le portique comportait au moins trois colonnes sur son côté sud. Autour de cette cour se distribuent diverses pièces qui n’ont pas encore été intégralement fouillées. Celles du sud ont disparu avec la construction de l’édifice monumental. À l’ouest de la cour, les vestiges de ce qui paraissait être la plus grande pièce de l’édifice (IX), — peut-être un tablinum ou un triclinium par sa largeur —, étaient incomplètement apparus dès les premiers sondages réalisés au cours de l’année 2012. Couvert par une occupation tardive partiellement conservée et un épais niveau de remblai, ce secteur a été fouillé lors de cette campagne.

Il fut donc procédé au préalable à l’enregistrement et à l’enlèvement de cette occupation tardive. Elle était constituée de deux murs formés majoritairement de blocs de remploi en calcarénite, appuyés eux-mêmes sur les restes d’un des murs de la « grande domus ». L’ensemble formait ainsi une pièce, d’environ 5 m sur 3,70 m au moins, dotée d’un sol rudimentaire. Il est probable que cette pièce se poursuivait vers l’ouest, au-delà du secteur de fouille actuel et au-dessus de la ruelle longeant la basilique, mais la restauration contemporaine du côté oriental de la ruelle et l’absence de données archéologiques précises sur le dégagement antérieur de cette ruelle interdisent d’avoir des informations précises sur ce point. Cette structure tardive reposait sur un épais niveau de remblai déjà identifié lors des campagnes précédentes à l’est de ce secteur, dont la formation remonte aux Ve/VIe s., couvrant toute la zone située au-dessus du niveau de destruction de la « grande domus ». Après avoir enlevé ce remblai, il fut procédé à l’enlèvement de l’épais niveau de destruction de la « grande domus », essentiellement formé par des blocs de construction en calcaire et calcarénite, ainsi que de nombreux fragments de terre cuite architecturale. Ce travail a révélé le plan complet de la « grande domus », à l’ouest de la cour. Dans ce secteur, la salle principale mesure 5,10 m d’est en ouest sur 3,60 m du nord au sud (fig. 3). Ses murs étaient couverts d’un enduit peint dont l’état de dégradation n’a toutefois pas permis d’identifier les schémas figuratifs. Le sol est formé d’un épais béton de tuileau identique à celui découvert dans le portique (VI) et la salle méridionale (X). Il présente, dans l’axe médian est-ouest de la pièce, à 2,67 m de l’entrée et à 1,61 m du mur du fond, la trace d’un arrachement quasi circulaire d’un diamètre d’environ 0,8 m où le sol laisse place à une structure grossière faite de fragments de tuiles, disposés à plats pour combler le vide ainsi créé. Aucune trace de foyer de combustion n’est apparue à cet endroit. Cet arrachement, bien que ne présentant aucun négatif de construction significatif, semble indiquer la présence antérieure d’un support massif de forme circulaire (une base de colonne ou une table maçonnée ?) qui aurait été enlevé avant la destruction de l’édifice, voire son abandon. Notons également la présence au pied du mur nord de la pièce d’une structure quadrangulaire de 0,52 m sur 0,55 m faite de briques et de pierres présentant des traces de rubéfaction. Au nord de cette salle, la fouille a permis de mettre entièrement au jour le couloir d’accès (VIII) reliant le cœur de l’édifice à la ruelle longeant la basilique. Ce couloir était entièrement comblé par le même et puissant niveau de destruction retrouvé dans la salle décrite précédemment. Sous ce niveau est apparu un sol en terre compacte situé à une altitude légèrement supérieure au sol de la pièce précédente d’environ 0,40 cm. Ce dénivelé marqué avec la cour de la « grande domus » est rattrapé par la présence de deux petites marches sommaires. Il permettait de récupérer le niveau de circulation plus élevé de la ruelle.

Fig. 3. — Secteur 1 : salle principale de la Grande domus, vue depuis l’est (cliché L. Brassous/O. Rodríguez)

Fig. 3. — Secteur 1 : salle principale de la Grande domus, vue depuis l’est (cliché L. Brassous/O. Rodríguez)

Secteur 2 : Les boutiques au sud de l’édifice C

Les opérations de 2013 et 2014 ont révélé l’existence de trois pièces parallèles disposées au sud de l’édifice monumental (A, B et C) et seulement identifiées par l’arase de leurs murs périphériques (fig. 2). L’une de ces pièces (A) avait fait l’objet d’une étude approfondie en 2013. Cette fouille avait montré que cette pièce fermée sur trois côtés était ouverte au sud vers le decumanus maximus. Cette architecture ainsi que les très nombreuses monnaies découvertes dans cette pièce ont permis de supposer qu’il s’agissait d’une boutique. Cette année, les deux autres pièces adjacentes ont été fouillées (B, C). La stratigraphie dans ces deux pièces est relativement similaire. Dans chacune, la fouille a débuté par l’enlèvement de la couche marquée par une abondance de nodules de mortiers de chaux au niveau de laquelle les travaux avaient été provisoirement arrêtés dans ce secteur en 2014. Sous celle-ci, les pièces étaient comblées par une épaisse couche hétérogène formée de grands blocs de calcaires mélangés à des tuiles et quelques blocs de calcarénite, correspondant vraisemblablement à la destruction de l’édifice monumental auquel ces boutiques sont associées. Sous ce niveau, les derniers niveaux d’occupation des boutiques sont apparus ; ils ont livré de nombreuses monnaies ainsi que divers d’objets en os, en bronze ou en fer, du verre et de la céramique souvent disposée à plats. La dernière occupation de la boutique occidentale (C) est marquée par l’installation d’un foyer sommaire au centre de la pièce sur des tuiles. Aucun sol en dur n’a été repéré à ce stade de la fouille. Les derniers sols d’usage de ces pièces étant en terre. La fouille a révélé que ces deux boutiques étaient également ouvertes sur le forum par l’intermédiaire de larges baies qui ont toutefois été fermées avant l’effondrement de l’édifice monumental puisque les couches de son effondrement s’appuient sur les murs de fermetures de ces baies. La fermeture des accès à ces deux boutiques pose encore un problème d’interprétation car celle-ci signifierait l’abandon de ces espaces laissés vides et auxquels il serait devenu impossible d’accéder. Notons par ailleurs que la fouille de la boutique occidentale (C) a révélé que le mur occidental de cette boutique était construit sur un mur antérieur disposé avec une légère différence d’orientation mais de facture assez similaire. Il est probable que ce mur appartienne à un édifice antérieur au monument, peut-être la « grande domus » dont nous savons qu’elle se prolongeait sous l’édifice monumental avant que la construction de ce dernier ne provoque son arasement partiel.

Secteur 3 : le trottoir ou portique méridional

Le sondage réalisé en 2015 dans le secteur 3 avait permis de confirmer l’existence au sud des boutiques d’un trottoir de 3 m de large du nord au sud surélevé par rapport au decumanus maximus. Ce trottoir est pourvu d’un sol en petits galets et fragments de céramiques liés au mortier. La présence au sud de ce trottoir d’un mur de blocs de calcarénite, ainsi que son alignement et sa disposition symétrique par rapport à celui du macellum incitaient à penser qu’il fut également pourvu d’un portique dont l’existence restait à confirmer. Ce sondage avait également permis de constater la fermeture du côté oriental du trottoir par de nouveaux murs formés de grands blocs de calcarénite utilisés en remploi. Cette occupation, voire « privatisation », du trottoir observée en avant de la boutique orientale fut probablement contemporaine du réaménagement de la boutique A marqué par le resserrement de son entrée et la construction d’un nouveau sol assez bien daté entre la fin du IIIe s. et le IVe s.

La campagne de cette année a permis d’étendre l’exploration du trottoir dans deux secteurs séparés (3a et 3b). Sous les niveaux d’occupation moderne, la fouille a mis au jour un long mur orienté d’est en ouest, légèrement courbe, fait de blocs de calcaire sommairement liés à la terre et épais de 0,7 m (fig. 4). Ce mur appartient à une construction antérieure au grand édifice tardif et doit probablement être associé à l’un des derniers moments de réoccupation du secteur déjà observée plus au nord et datant de l’Antiquité tardive. Ce mur était fondé sur des niveaux hétérogènes mêlant de grands blocs architecturaux et différents matériels de construction, résultant de l’effondrement de l’édifice monumental. Cet effondrement reposait presque directement sur le sol du trottoir formé, comme dans la partie déjà observée à l’est en 2015, de petits galets et fragments de céramiques liés au mortier. Les deux sondages ont également permis d’observer les bouchages des accès aux boutiques B et C ainsi que le réaménagement du mur méridional du trottoir, clairement visible dans l’alternance des différences de factures et de modules des pierres utilisées qui le constituait. L’alternance quasi régulière de grands blocs taillés en calcarénite avec des pierres calcaires de modules irréguliers paraît confirmer l’existence de piliers (fig. 4) supportant un portique dont l’interstice aurait été comblé en même temps que le côté oriental du trottoir. Un petit muret orienté nord/sud et barrant le trottoir à la hauteur de la jambe orientale de l’entrée de l’édifice monumental correspond à la fermeture occidentale du portique (fig. 5). L’alignement de ce mur de fermeture avec la jambe de l’entrée de l’édifice monumental semble indiquer que l’occupation du portique s’est faite alors même que l’édifice monumental était encore ouvert et donc occupé, voire fonctionnel. Bien que s’accordant assez bien avec les chronologies telles qu’elles sont aujourd’hui établies puisque la « privatisation » du portique pourrait être située entre la fin du IIIe s. et le début du IVe s. alors que l’édifice monumental ne semble abandonné qu’à la fin du IVe s., ce scénario doit toutefois être confronté aux résultats des études du matériel extrait lors de cette campagne et seulement prévu pour 2017.

Fig. 4. — Secteur 3b : vue partielle du mur méridional du trottoir depuis le nord. Les trois blocs réguliers de calcarénite au centre du cliché sont probablement les vestiges d’un support de portique (cliché L. Brassous/O. Rodríguez)

Fig. 4. — Secteur 3b : vue partielle du mur méridional du trottoir depuis le nord. Les trois blocs réguliers de calcarénite au centre du cliché sont probablement les vestiges d’un support de portique (cliché L. Brassous/O. Rodríguez)

 

Fig. 5. — Secteur S3a : vue du trottoir à portique depuis l’est. À gauche, le mur méridional du trottoir ; à droite, l’ouverture bouchée de la boutique B (cliché O. Rodríguez)

Fig. 5. — Secteur S3a : vue du trottoir à portique depuis l’est. À gauche, le mur méridional du trottoir ; à droite, l’ouverture bouchée de la boutique B (cliché O. Rodríguez)

Les études de matériel

Cette année encore la fouille a livré un important lot de monnaies portant ainsi à 319 le nombre d’individus découverts dans ce secteur. Le catalogue est dominé par des antoniniens du IIIe s. et plus encore des espèces du IVe s. Parmi les monnaies remarquables notons la découverte d’une monnaie byzantine de la première moitié du VIe s., un type de monnaie jusqu’à ce jour inédit à Baelo, bien que cette découverte soit peu surprenante.

L’inventaire de la céramique a concerné 8 422 tessons ce qui a été réduit à un minimum de 833 individus. Ce mobilier, provenant essentiellement des fouilles de 2015, s’ajoute aux 30 000 tessons déjà identifiés et permet une meilleure caractérisation de l’occupation tardive et de préciser, par son croisement avec les données stratigraphiques, les horizons de celle-ci.

Les restes archéozoologiques étudiés proviennent essentiellement de la campagne de fouille 2015 et de contextes correspondant à des remblais associés à des phases de réoccupation tardive de l’édifice monumental et de ladite « grande domus ». Les activités anthropiques à l’origine de l’incorporation d’os dans ces niveaux sont mal connues. Leur étude fait toutefois apparaître que la consommation de viande de bœuf était dominante, suivie par celle des caprinés, du porc et plus rarement d’un gibier à poils (lapin, lièvre, cerf, chevreuil et sanglier). Au sein des restes de poissons collectés à vue les grandes espèces comme le thon et le mérou dominent. Les restes de petits poissons issus du tamisage sont en cours de tri et d’étude, et n’ont pas encore été inventoriés. L’étude des marques de boucherie sur les restes de thons ou de bœuf permet de connaître les différentes techniques de découpe utilisées (fente sagittale, stries de filetage, percussions transverses). Elles sont l’indice de transferts et de permanences technologiques significatifs pour cette époque.

Cette campagne a également marqué le début de l’étude du verre et du petit mobilier mis au jour entre 2012 à 2015 et provenant essentiellement des niveaux de remblais et d’occupation tardifs. Le verre étudié comprend 782 fragments. L’essentiel appartient à la vaisselle ancienne. Il s’agit de formes classiques des IVe s. et Ve s., ainsi que de gobelets et surtout des coupes campaniformes à bord arrondi, de la fin du Ve s. et du VIe s. Quant au petit mobilier étudié, il représente un total de 474 objets. Il s’agit majoritairement d’éléments de quincaillerie (clous en fer et en alliage cuivreux) et d’outillage. Le matériel lié aux activités économiques domine, en particulier le mobilier associé à la pêche, qui représente 14 % du total (hameçons, navette et crochets à filet, lests de plomb), à l’élevage, à la menuiserie ou la métallurgie. Les éléments de parure et les objets liés aux soins du corps sont peu représentés dans la zone fouillée.

Les prospections géophysiques

Les prospections géophysiques ont porté essentiellement sur l’îlot urbain, situé directement à l’est de la parcelle actuelle de fouilles, délimité au sud par le decumanus maximus dit 1, au nord par le decumanus 2, à l’ouest par le cardo 4 et à l’est par la muraille orientale, soit une superficie de 7 500 m2 (fig. 1). Trois types de prospections ont été menés sur cette parcelle : magnétiques, électromagnétiques et électriques. La méthode magnétique, très perturbée par la présence d’un grillage métallique et de nombreuses pierres de basaltes dispersées sur le terrain, a néanmoins permis de repérer d’abord au cœur de la partie méridionale de la parcelle la présence d’un puissant massif quadrangulaire d’environ 20 m de large correspondant vraisemblablement à un édifice monumental. Ensuite, plus au nord de la parcelle, ces prospections ont permis l’identification vraisemblable d’une structure chauffée quadrangulaire de grande taille, vraisemblablement un four, mais étonnamment situé dans l’espace intra-muros. Les prospections électromagnétiques ont principalement servi à préciser les sous-secteurs présentant un potentiel de réponse suffisamment important pour mettre en œuvre la prospection électrique et définir son calibre. La prospection électrique a ainsi été réalisée dans la partie nord de la parcelle laissant apparaître de très nombreuses structures parfaitement orientées dans le sens de l’urbanisme général de la ville et s’organisant autour d’une voie est-ouest partageant la parcelle en deux secteurs. La phase d’analyse de ces structures est en cours mais permet d’ores et déjà d’envisager des sondages prospectifs prometteurs dans le cadre de cette nouvelle mission du MAEDI portant sur l’étude de l’habitat et de la ville à l’époque tardive.

Conclusion

Les travaux de terrain et les études de matériel de la campagne de 2016 ont permis d’améliorer nos connaissances de ladite « grande domus », de l’édifice monumental et de ses périphéries (boutiques et trottoir méridional), tant du point de vue de la morphologie que de l’histoire de leur réoccupation entre les IIIe et VIe s. Ces travaux seront complétés à l’automne 2016 par une courte campagne d’étude du matériel et de sondages. L’ensemble des activités ainsi réalisées au cours de l’année 2016 permettra d’envisager sereinement la prochaine campagne de 2017, qui devrait clore le PGIA, et dont les principaux objectifs résideront à la fois dans la fouille du cœur de l’édifice monumental formé par la salle pavée de marbre et la réalisation de sondages sous les sols des différents édifices afin de fixer la chronologie de leur construction, point sur lequel nous ne disposons pas encore de données suffisantes.

 

Pour citer ce billet : Laurent Brassous, Xavier Deru et Oliva Rodríguez Gutiérrez, « Le centre monumental de Baelo Claudia. Rapport 2015-2016 », Archéo-CVZ. Carnet des fouilles archéologiques de la Casa de Velázquez, mis en ligne le 16/09/2016, https://archeocvz.hypotheses.org/843.

Laurent Brassous, Xavier Deru et Oliva Rodríguez Gutiérrez

Laurent Brassous (Université de La Rochelle), Xavier Deru (Université Lille 3) et Oliva Rodríguez Gutiérrez (Universidad de Sevilla)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search