La montagne d’Îgîlîz et le pays des Arghen. Rapport 2015-2016

Avec la collaboration de Violaine Héritier-Salama, Pierre Wech, Nadège Ramel et Ronald Schwerdtner


Le présent rapport rend compte des activités scientifiques de la mission archéologique franco-marocaine à Igîlîz durant la période allant du début de l’automne 2015 à la fin du printemps 2016. Seront évoqués successivement dans ce bref mémorandum les activités archéologiques, les actions de valorisation de la recherche, la vie de la mission enfin.

Activités archéologiques : la mission de printemps 2016

Objectifs

Les précédentes campagnes de fouilles menées depuis 2009 s’étaient jusqu’à présent concentrées sur l’acropole qui domine la montagne d’Igîlîz, zone sommitale abritant les vestiges des principaux monuments du site : la Qasba, lieu de résidence de l’autorité qui s’affirme en ce lieu dans la première moitié du XIIe siècle, la grande mosquée, les grottes et l’habitat intercalaire. Elles avaient également intéressé, mais dans une moindre mesure, des sondages dans les zones d’habitat et d’artisanat, situées au sud-est de la citadelle. La masse des informations fournies par les constructions, mais également par le mobilier très abondant qui y a été collecté, fournit une matière riche et diversifiée qui a déjà été partiellement mise à contribution dans le cadre d’articles (18 publiés à ce jour) et du projet de monographie consacrée au site (en cours de préparation).

Il n’a pas fallu moins de deux programmes quadriennaux (2009-2012 puis 2013-2016) pour s’assurer une image cohérente d’un site complètement inédit, sis dans une région sur laquelle on ne disposait d’aucune étude archéologique antérieure, et dont les vestiges d’occupation d’époque médiévale et moderne fournissent une fenêtre d’observation absolument remarquable sur la vie d’une société de montagne, loin des grands centres urbains et des capitales d’empire. Même après plusieurs années passées à explorer le cœur du site, la montagne d’Igîlîz parvient encore à nous étonner par le caractère exceptionnel et souvent singulier de ses vestiges : lieux de dévotion privés et publics, traces de rituels collectifs, matériel céramique luxueux, consommation d’espèces variées — y compris de poissons marins —, grand bâtiment communautaire sans équivalent connu, enfin secteur artisanal dédié au travail du métal.

Face à la profusion de questionnements et de problématiques que suscitent ces découvertes variées sur le site lui-même, les directeurs de la mission ont souhaité donner à la campagne 2016 marquant l’achèvement du second programme quadriennal un tour singulier, en délaissant pour un temps le sommet de la montagne d’Igîlîz pour se tourner vers d’autres gisements archéologiques des environs. Il semblait souhaitable en effet de profiter cette année du traditionnel séjour printanier de l’équipe sur le terrain afin de donner une place à l’acquisition de nouvelles données concernant la géomorphologie et l’habitat autour du site, de manière à mieux appréhender la fonction de la montagne dans la structuration du peuplement rural au fil du temps, sans exclusive de périodisation, de la Préhistoire à l’époque moderne et contemporaine. Les sites à l’étude, localisés au préalable, ont donc fait l’objet de sondages d’évaluation sur tout ou partie de structures identifiées (pièces, partie de cour), afin d’obtenir des séquences stratigraphiques et récolter des éléments de datation (artefacts, ossements ou charbons pour 14C), le tout sans forcément chercher à comprendre complètement leur organisation générale. La présence d’éléments épars mais convergents de datation antérieure au XIIe siècle, voire même d’époque antique (première moitié du Ier millénaire de notre ère), récoltés sur la montagne elle-même, nous incitait tout particulièrement à chercher dans les environs des sites satellites de haute époque. Au final, si la moisson a été riche, la question d’un peuplement antérieur à l’occupation médiévale de la montagne reste pendante, puisque ce sont des sites d’époque médiévale et surtout moderne qui ont été révélés par la fouille.

Prospections et sondages dans le vallon de Tifigit

Afin de répondre à l’objectif d’une compréhension en diachronie de l’occupation du vallon de Tifigit, dont la colonisation nous apparaissait a priori fortement liée à la désertion du site médiéval d’Igîlîz, nous avons souhaité concentrer le maximum d’opérations dans ce thalweg où se niche encore aujourd’hui le village qui abrite la mission archéologique. Ce vallon avait en effet livré, au fil des prospections des années précédentes, un certain nombre de structures anciennes (habitat, nécropoles, terrasses, sources désaffectées) dans des états variés de conservation. Outre l’évolution diachronique de l’occupation humaine du vallon, l’un des points importants de l’enquête concernait la mise à disposition de ressources hydriques pour les communautés humaines, le site médiéval d’Igîlîz en étant dépourvu. À première vue, ces ressources et les structures d’approvisionnement qui leur sont associées nous semblaient toutes postérieures à l’époque médiévale. Il s’agissait donc aussi, lors de cette campagne, de confirmer (ou non) cette hypothèse par une démarche régressive, en testant quatre zones d’habitat s’échelonnant sur toute la longueur du vallon, depuis le col séparant le vallon de Tifigit de celui de Toughmart, en amont, jusqu’au carrefour avec le vallon menant de Maggenoune à l’Adrar en aval. Dans chacune de ces zones, des sondages réduits de 1 à 6 m² ont été effectués, dans des structures d’habitat, dans des zones présentant des traces potentielles d’activités associées à ces dernières, ou dans des nécropoles. Un total de 24 sondages a ainsi été effectué, avec une documentation systématique des différents niveaux de chaque sondage. Seul le col surplombant le vallon, pour l’instant, a livré de traces d’une occupation médiévale (fig. 1), qui semble en lien direct avec l’occupation de la montagne d’Igîlîz, puisqu’il en contrôle l’accès : encore aujourd’hui, le tracé du chemin ancien se devine aisément dans le paysage. Les autres sites, qui se présentent essentiellement sous la forme d’habitats groupés modestes mais pérennes (comme l’atteste la présence de nécropoles associées), témoignent d’une colonisation systématique du vallon, associée à une mise en valeur agricole, à partir semble-t-il du début de la période moderne (XVIe ?). Cette exploitation combinant agriculture sèche et irriguée semble s’être ensuite poursuivie de manière plus ou moins continue jusqu’à nos jours en se déplaçant dans le vallon, en creusant de nouvelles sources ou en réutilisant les premières infrastructures hydrauliques, avec une phase intermédiaire (XVIIe-XIXe siècles ?) caractérisée par de grandes fermes plus isolées ou encloses et des activités artisanales (cordonnerie ?). Dans un ultime moment (XVIIIe-début XIXe siècle ?) s’opère enfin un mouvement de concentration de l’habitat au niveau du village actuel de Tifigit, dont l’existence est avérée, par une source textuelle comme par le mobilier archéologique, depuis le début du XVIIIe siècle au moins.

Fig. 1. — Vue d’ensemble du col surplombant le vallon de Tifigit, site de Tamggart. Au premier plan, un habitat monocellulaire médiéval (sondage 1) borde le chemin menant à la montagne d’Igîlîz (à gauche). Au fond, le village de Tifigit.© V. Héritier-Salama

Fig. 1. — Vue d’ensemble du col surplombant le vallon de Tifigit, site de Tamggart. Au premier plan, un habitat monocellulaire médiéval (sondage 1) borde le chemin menant à la montagne d’Igîlîz (à gauche). Au fond, le village de Tifigit.
© V. Héritier-Salama

Prospections et sondages sur le terroir de Toughmart

Une même prédominance des vestiges d’époque moderne a été mise en évidence dans les environs de la commune de Toughmart, située en contrebas de la falaise orientale de la montagne d’Igîlîz. La prospection réalisée en 2007 avait pourtant livré des tessons d’époque almohade, et laissait présager l’existence en ce lieu d’un site médiéval satellite d’Igîlîz. Mais les sondages réalisés cette année dans deux zones-test ont livré là encore des stratigraphies peu épaisses et un mobilier homogène, remontant à l’époque moderne (fig. 2). L’un des deux sites sondés pourrait témoigner de la mise en place d’un grenier collectif (berb. agadir), constituant par là même un jalon important dans notre compréhension des modalités de mise en place de cette structure communautaire dans les paysages de l’Anti-Atlas d’époque moderne.

Fig. 2. — Oughmart, site de Taourirt n Ikiwan. Vue du premier sol de l’espace 1 (Zone 2), contemporain de la construction, avec un foyer aménagé au moyen d’une marmite d’époque moderne remployée.© P. Wech – Mission archéologique à Igîlîz

Fig. 2. — Oughmart, site de Taourirt n Ikiwan. Vue du premier sol de l’espace 1 (Zone 2), contemporain de la construction, avec un foyer aménagé au moyen d’une marmite d’époque moderne remployée.
© P. Wech – Mission archéologique à Igîlîz

Au final, les sondages pratiqués aux alentours immédiats de la montagne d’Igîlîz ont permis d’identifier et de cartographier un nombre important de structures d’époque moderne ou subactuelles. Dépassant le sentiment de frustration de l’archéologue cherchant à mettre en évidence les phases les plus anciennes du peuplement — qui nous restent encore celées autour de la montagne d’Igîlîz, mais qui commencent pourtant à apparaître, ailleurs, de manière évidente (cf. infra) —, on soulignera la grande première que constitue cette campagne : l’archéologie moderne et contemporaine est en effet au Maroc un domaine encore totalement en friche — on ne parle pas ici des restaurations de monuments célèbres d’époque saadienne ou alaouite, ou d’études architecturales qui relèvent de l’histoire de l’art et non de l’archéologie de terrain —, aussi ce type d’interventions doit-il servir à plaider en faveur d’une prise en compte de ces vestiges, souvent modestes mais dont le témoignage est essentiel à notre compréhension des dynamiques du peuplement sur le temps long dans ces régions du Sud marocain.

Prospections dans la combe de l’Adrar

Des prospections, pédestres et motorisées, à plus long rayon d’action ont également été menées cette année afin d’acquérir des informations complémentaires sur la géomorphologie et le paléoenvironnement, notamment par le biais des travertins. Elles ont en outre permis de repérer plusieurs sites d’habitat, et surtout de localiser plusieurs zones de tumuli (fig. 3), localisées dans la grande combe de l’Adrar (alt. 1 400 m), au nord de la montagne d’Igîlîz. Ces structures funéraires, parfois de dimensions impressionnantes, feront l’objet d’une étude plus poussée dans les années qui viennent, afin d’en préciser la chronologie (dont on sait qu’elle peut être, dans l’Anti-Atlas, très tardive et chevaucher le début de la période traditionnellement qualifiée d’« islamique » par les historiens des textes) et la relation qu’elles entretiennent avec d’éventuels sites d’habitat dans les environs.

Fig. 3. — Vue générale d’un tumulus (au second plan) dans la grande combe de l’Adrar.© J.-P. Van Staëvel – Mission archéologique à Igîlîz

Fig. 3. — Vue générale d’un tumulus (au second plan) dans la grande combe de l’Adrar.
© J.-P. Van Staëvel – Mission archéologique à Igîlîz

Les sondages ponctuels réalisés sur la montagne d’Igîlîz

Si la montagne d’Igîlîz a été délaissée cette année par l’essentiel de l’équipe archéologique au profit de la campagne de sondages qu’on vient d’évoquer, elle n’en a pas moins été le théâtre de quelques opérations archéologiques ponctuelles. Il semblait en effet pertinent, afin d’affiner la stratégie de fouilles des années qui viennent, d’explorer deux zones particulièrement prometteuses. Le flanc nord du Jebel oriental a ainsi fait l’objet de 3 sondages, destinés à préciser la chronologie des constructions et des occupations ayant existé dans ce secteur excentré du site. Les structures exhumées semblent remonter à l’époque médiévale, que des datations en chronologie absolue devront confirmer. La forge découverte en 2014 demandait également à être explorée de manière plus minutieuse (fig. 4) : l’opération de nettoyage de grande envergure menée sur son pourtour afin d’établir une zonation précise des déchets et rejets métalliques, ainsi qu’un sondage pratiqué sur une structure en contrebas, ont permis de vérifier l’hypothèse de l’existence en cet endroit du site, non pas d’une seule forge, mais vraisemblablement d’un secteur consacré aux activités métallurgiques.

Fig. 4. — Vue générale de la forge VII-20 en cours de fouille en contrebas de l’acropole d’Igîlîz. À l’arrière-plan, l’Anti-Atlas vu en direction du Sud.© J.-P. Van Staëvel – Mission archéologique à Igîlîz

Fig. 4. — Vue générale de la forge VII-20 en cours de fouille en contrebas de l’acropole d’Igîlîz. À l’arrière-plan, l’Anti-Atlas vu en direction du Sud.
© J.-P. Van Staëvel – Mission archéologique à Igîlîz

Prospection aérienne et construction du modèle numérique de terrain

En 2015, l’entrée en vigueur d’une nouvelle législation sur l’utilisation des drones dans l’espace aérien du Royaume du Maroc avait bloqué l’importation temporaire du matériel que la mission prévoyait d’employer. Une longue préparation en amont de la mission a permis cette année de réunir l’ensemble des autorisations nécessaires. La mission a donc pu utiliser pour la première fois un drone (fig. 5) et se doter ainsi d’une remarquable couverture en orthophotos, vues obliques et vidéos en haute définition des principaux sites et secteurs testés en 2016. L’ensemble de cette documentation permet d’ores et déjà d’étendre de manière substantielle la superficie couverte par le modèle numérique de terrain de la montagne d’Igîlîz.

Fig. 5. — Envol du drone piloté par le topographe de la mission, M. Ronald Schwerdtner, depuis le village de Tifigit. En arrière-plan, le sommet de la montagne d’Igîlîz abritant le secteur monumental du site.© J.-P. Van Staëvel – Mission archéologique à Igîlîz

Fig. 5. — Envol du drone piloté par le topographe de la mission, M. Ronald Schwerdtner, depuis le village de Tifigit. En arrière-plan, le sommet de la montagne d’Igîlîz abritant le secteur monumental du site.
© J.-P. Van Staëvel – Mission archéologique à Igîlîz

Activités scientifiques de la mission archéologique et valorisation de la recherche : publications et organisation/participation à des manifestations scientifiques

Articles publiés et littérature grise

Quatre articles en rapport avec le programme de recherche ont été publiés en 2015-2016, portant à 18 le nombre total de publications scientifiques consacrées au programme Igîlîz :

  • Fili, Abdallah, Van Staëvel, Jean-Pierre (2016), « Avant Tinmal : notes historiques et archéologiques à propos d’Îgîlîz-des-Hargha, berceau du mouvement almohade », dans 30 ans d’archéologie marocaine. Actes des Journées d’hommage à Madame Joudia Benslimane (INSAP, Rabat, 8 et 9 décembre 2005), Rabat.
  • Ruas, Marie-Pierre, Ros, Jérôme, Terral, Jean-Frédéric, Ivorra, Sarah, Andrianarinosy, Hélène, Ettahiri, Ahmed S., Fili, Abdallah, Van Staëvel, Jean-Pierre (2015), « History and Archaeology of the emblematic Argan tree in the medieval Anti-Atlas Mountains (Morocco) », Quaternary International, 30, pp. 1-23.
  • Van Staëvel, Jean-Pierre, Ruas, Marie-Pierre, Ettahiri, Ahmed S., Fili, Abdallah (2016), « Lieux d’aisances et de toilette en milieu rural dans le Maroc médiéval : l’exemple des latrines du site d’Igîlîz et leurs restes archéobotaniques », dans P. Cressier, S. Gilotte et M.-O. Rousset (éd.), Lieux d’hygiène et lieux d’aisances au Moyen Âge en terre d’Islam, numéro spécial de Médiévales, 70.
  • Weisrock, André, Van Staëvel, Jean-Pierre, Fili, Abdallah, Ettahiri, Ahmed S., Ouammou, Abderrahmane, Rousseau, Louis (2015), « Le cadre géomorphologique du site médiéval d’Igîlîz, Anti-Atlas occidental, Maroc », dans Paysages lus du ciel et inscrits dans le temps. Hommage à André Humbert, Nancy, Université de Nancy, pp. 305-319.

La littérature grise produite par la mission comprend, pour 2015, le rapport suivant :

  • Van Staëvel, Jean-Pierre, Fili, Abdallah, Ettahiri, Ahmed S., La montagne d’Îgîlîz et le pays des Arghen. Enquête archéologique sur les débuts de l’Empire almohade au Maroc, Rapport inédit d’activités scientifiques pour l’année 2015, 82 p. (octobre 2015).

Activités de valorisation du programme de recherche HARGANA

L’année 2016 voit s’achever par ailleurs les travaux du programme de recherche HARGANA (Histoire et Archéologie des Ressources biologiques et stratégie de Gestion vivrière de l’ArgaNeraie médiévale en montagne Anti-atlasique), mené dans le cadre des initiatives Convergence de la Communauté d’Universités et d’Etablissements de Sorbonne Universités. Placé sous la responsabilité conjointe de M.-P. Ruas (CNRS, MNHN) et J.-P. Van Staëvel, cet axe de recherche spécifique s’est focalisé sur les ressources végétales et animales domestiques et sauvages de la population d’Igîlîz, ainsi que sur les modalités de gestion et d’usage des terroirs et du territoire à travers l’exemple de l’arganier. Le croisement d’approches disciplinaires et complémentaires — archéologie (bâti, mobilier lithique, céramique), archéobotanique (semences et bois), archéozoologie (ossements animaux), archéométrie (analyses moléculaires organiques, datation 14C) et histoire (textes arabes médiévaux) — a permis d’étudier la stratégie agro-pastorale de gestion d’un territoire aride, telle qu’elle a été développée au fil des siècles par cette société de moyenne montagne.

Le Centre Jacques-Berque a accueilli le vendredi 9 octobre 2015 à Rabat une journée d’études organisée par J.-P. Van Staëvel et M.-P. Ruas. Cette journée d’études, intitulée Recherches archéologiques sur l’arganeraie dans la montagne des premiers Almohades – Les travaux de la mission archéologie à Igiliz et le Programme HARGANA (Sorbonne Universités), était destinée à présenter les premiers résultats des travaux de la mission.

Vendredi 9 octobre 2015 matin, 10h00-12h30

Session 1 – L’arganeraie médiévale à Igîlîz : interactions sylvo-agro-pastorales

10h00-10h15
Marie-Pierre Ruas, Jean-Pierre Van Staëvel
Présentation générale du projet

10h20-10h40
Ahmed S. Ettahiri, Abdallah Fili, Jean-Pierre Van Staëvel
Cadre historique et recherches archéologiques

10h50-11h10
Marie-Pierre Ruas
L’argan : contextes archéobotaniques et enquête ethnobotanique

11h30-12h00
Jean-Frédéric Terral (Univ. Montpellier, CBAE, UMR 5059), Jérôme Ros ( UMR 7209)
L’éco-anatomie, un nouvel outil appliqué à l’arganier

Vendredi 9 octobre 2015 après-midi, 14h30-17h00

Session 2 – Le patrimoine paysager et alimentaire : regards croisés et nouvelles perspectives de recherche sur les modes d’approvisionnement et les techniques d’exploitation

14h30-14h50
Ahmed S. Ettahiri, Abdallah Fili, Jean-Pierre Van Staëvel
Les productions agricoles du Sud marocain au travers des textes médiévaux

15h00 – 15h30
Marie-Pierre Ruas
L’exploitation des ressources végétales à Igîlîz : approvisionnement, production et terroirs

15h40-16h10
Mohammed Ater (Université de Tétouan, Laboratoire Diversité et conservation des systèmes biologiques)
Histoire génétique du sorgho au Maroc

16h10-16h40
Benoît Clavel (CNRS, UMR 7209 et Muséum) et Hervé Monchot (UMR 8167)
Elevage et alimentation carnée à Igîlîz

Les travaux réalisés au sein du programme HARGANA ont par ailleurs donné lieu à une communication à un colloque international :

  • Ruas, Marie-Pierre, Fili, Abdallah, Ettahiri, Ahmed S., Van Staëvel, Jean-Pierre, Ros, Jérôme, Terral, Jean-Frédéric, Ivorra, Sarah, Clavel, Benoît, Monchot, Hervé, « Recherches archéobotaniques sur l’arganeraie médiévale dans la montagne d’Igîlîz (Anti-Atlas, Maroc) », communication présentée au 3ème Colloque international sur l’arganier (Agadir, 19 décembre 2015). La communication a été présentée par A. Fili et A. S. Ettahiri.

Vie de la mission archéologique

Composition de l’équipe franco-marocaine lors de la mission de printemps

La mission de terrain a réuni, du 3 au 30 avril 2016, 16 enseignants-chercheurs, archéologues ou spécialistes du paléoenvironnement marocains et français, pour des durées variables, allant de quelques jours à la totalité du séjour. Fidèle à ses objectifs prioritaires de formation, la mission a en outre accueilli cette année 6 étudiants marocains de niveau Master et 4 étudiants et doctorants français.

Construction de la Maison de l’Archéologie à Tifigit

Le séjour sur place de l’équipe au mois d’avril 2016 a permis de faire une nouvelle visite du chantier de la Maison de l’Archéologie, placé sous l’autorité de la Direction du Patrimoine Culturel, relevant du Ministère de la Culture du Royaume du Maroc. La visite a permis de constater l’avancement des travaux et de discuter des finitions intérieures. La Maison de l’Archéologie a vocation à abriter les membres de la mission franco-marocaine et à fournir à ceux-ci les espaces de travail et de stockage. Elle servira également de cadre à des manifestations de valorisation des travaux de la mission et plus largement du patrimoine culturel régional, dans le cadre d’un partenariat avec la commune de Toughmart et les autorités locales, étroitement associées au projet.

Soutenance de la thèse de Mme Morgane Godener à l’université de Paris-Sorbonne

Mme Morgane Godener, doctorante à l’université de Paris-Sorbonne et membre de la mission archéologique franco-marocaine à Igîlîz a soutenu le 23 juin 2016 une thèse intitulée Archéologie du peuplement médiéval et moderne de la plaine de Taroudant et des piémonts des Atlas (Maroc), devant un jury composé de : M. Abdallah Fili, Professeur à l’université d’El Jadida Chouaib Dokkali d’El Jadida ; M. Ahmed S. Ettahiri, Professeur l’Institut National des Sciences de l’Archéologie et du Patrimoine à Rabat ; Mme Cristina Tonghini, Professeur à l’université Ca’ Foscari de Venise ; M. Laurent Schneider, Directeur de recherches au CNRS ; et M. Jean-Pierre Van Staëvel, Professeur à l’université de Paris-Sorbonne et directeur de la thèse. L’étude s’appuie pour l’essentiel sur une enquête de terrain dont l’objectif était de constituer un corpus de sites archéologiques (en très grande partie inédits) suffisamment riche et cohérent pour servir de base à une réflexion sur les structures du peuplement dans la zone étudiée, et leur évolution au cours du Moyen Âge et de l’époque moderne. Une partie de cette étude est consacrée à la ville de Taroudant et à son territoire. Un second volet analyse les caractéristiques matérielles du peuplement rural. La constitution d’un remarquable SIG, embryon de celui qui équipera bientôt la mission archéologique à Igîlîz, permet enfin de replacer dans une perspective spatiale et diachronique l’organisation du peuplement dans la plaine de Taroudant et les piémonts du Haut-Atlas et de l’Anti-Atlas. Le travail de Mme Godener a été salué par les membres du jury, qui lui ont décerné la mention très honorable assortie des félicitations.

 

Institutions de tutelle et partenaires de la mission archéologique franco-marocaine à Igîlîz

Dirigé conjointement par J.-P. Van Staëvel (Université Paris IV – Sorbonne ; UMR 8167, Paris), A. Fili (Université d’El Jadida ; UMR 5648, Lyon) et A. S. Ettahiri (INSAP, Rabat), le programme de recherches La montagne d’Igiliz et le pays des Arghen est placé sous la double tutelle de la Casa de Velázquez à Madrid et de l’Institut National des Sciences de l’Archéologie et du Patrimoine à Rabat. Il bénéficie d’une allocation du Ministère des Affaires Etrangères et Européennes au titre de la coopération scientifique entre la France et le Maroc, ainsi que de financements provenant de plusieurs laboratoires de recherche : l’UMR 8167 Orient et Méditerranée, l’UMR 7209 Archéozoologie, archéobotanique : Sociétés, pratiques et environnements (Muséum national d’Histoire naturelle) et l’UMR 5648 Histoire, Archéologie, Littératures des mondes chrétiens et musulmans médiévaux. Le programme est également associé aux activités scientifiques du Laboratoire d’excellence Religions et Sociétés dans le Monde Méditerranéen (Labex RESMED), de l’Université Chouaib Doukkali à El Jadida, de l’Université de Paris-Sorbonne, de l’INRAP et du Centre Jacques Berque à Rabat.

Placé sous la responsabilité conjointe de M.-P. Ruas (CNRS, MNHN) et J.-P. Van Staëvel, le programme HARGANA est mené dans le cadre des initiatives Convergence de la Communauté d’Universités et d’Etablissements de Sorbonne-Universités. Les équipes porteuses du projet sont l’Université Paris 4 (UMR 8167) et le Muséum national d’Histoire naturelle (UMR 7509), en partenariat avec l’Université Pierre et Marie Curie (UPMC – Paris VI, UMR 7075 LADIR) et l’Université de Montpellier 2 (UMR 5059).

La mission archéologique franco-marocaine à Igîlîz a obtenu en 2015 le Grand prix d’archéologie de la Fondation Simone et Cino Del Duca, sur proposition de l’Institut de France.

 

Pour citer ce billet : Jean-Pierre Van Staëvel, Abdallah Fili et Ahmed Ettahiri, « La montagne d’Îgîlîz et le pays des Arghen. Rapport 2015-2016 », Archéo-CVZ. Carnet des fouilles archéologiques de la Casa de Velázquez, mis en ligne le 13/10/2016, https://archeocvz.hypotheses.org/833.

Jean-Pierre Van Staëvel, Abdallah Fili et Ahmed Ettahiri

Jean-Pierre Van Staëvel (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne ; UMR 8167, Paris), Abdallah Fili (Université Chouaib Dokkali-El Jadida ; UMR 5648, Lyon) et Ahmed Ettahiri (Institut national des sciences de l’archéologie et du patrimoine, Rabat)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 04/04/2017

    […] class= »wpcp »>Pour citer ce billet : Jean-Pierre Van Staëvel, Abdallah Fili et Ahmed Ettahiri, « La montagne d’Îgîlîz et le pays des Arghen. Rapport 2015-2016 », Archéo-CVZ. Carnet des fouilles archéologiques de la Casa de Velázquez, mis en ligne le 13/10/2016, https://archeocvz.hypotheses.org/833. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.