Albalat (Romangordo, Cáceres). Rapport 2015-2016

Cette 7e campagne de fouilles (année 2015) sur le site médiéval d’Albalat s’est tenue entre le 25/08 et le 25/09, avec une équipe composée de plus d’une vingtaine d’étudiants français et espagnols. Deux principaux fronts d’agrandissement ont été menés au nord et au sud de l’aire ouverte, qui couvre désormais une superficie fouillée d’environ 1 200 m2 (fig. 1).

Fig. 1. — Plan schématique des vestiges. À gauche, les zones hachurées correspondent aux interventions menées en 2015. À droite, identification des différentes unités domestiques et artisanales (ces dernières en gris)

Fig. 1. — Plan schématique des vestiges. À gauche, les zones hachurées correspondent aux interventions menées en 2015. À droite, identification des différentes unités domestiques et artisanales (ces dernières en gris)

Cette approche extensive de la zone intra-muros est en train de mettre au jour une dense trame d’aménagements dont les caractéristiques évoquent un milieu urbanisé (densité des constructions, structuration de la voirie) qui était loin d’être évident pour un établissement de ce type. Les résultats obtenus montrent une nette distinction entre les constructions situées d’une extrémité à l’autre de la fouille : les habitats de plus grandes dimensions se concentrent dans le secteur méridional, avec certains patios d’une surface supérieure à 40 m2, tandis qu’un regroupement d’ateliers métallurgiques, associés à des espaces pour le moment encore mal définis, se situe non loin de la courtine septentrionale. En effet, la découverte d’une troisième forge (fig. 2), présentant différents moments d’utilisation, donne plus de poids encore à l’activité sidérurgique qui devait être complétée par le travail du cuivre, du moins sous une forme de recyclage.

Fig. 2. — Nouvel atelier métallurgique découvert lors de la campagne 2015

Fig. 2. — Nouvel atelier métallurgique découvert lors de la campagne 2015

De façon générale, le registre matériel s’est enrichi d’intéressants témoignages sur les activités domestiques (comme la mouture) et sur l’exploitation des ressources naturelles. La pêche, jusqu’alors sous-représentée en dépit de la proximité immédiate du fleuve, est appréhendée au travers d’un amas de poids de filet de pêche en terre cuite (fig. 3). Leur typologie fusiforme, héritée des époques antérieures, est surtout attestée à l’époque médiévale sur des sites à claire vocation maritime (Cadix, Saltès, Huelva, Carthagène). Ces tenseurs s’ajoutent à d’autres poids en plomb ainsi qu’aux restes de poissons récupérés par tamisage et à quelques autres ustensiles halieutiques. D’autres artefacts sont plus surprenants, telle ce qui semble être une pince à manuscrit au vu des exemplaires connus dans le monde latin et de leurs représentations iconographiques médiévales ; elle renvoie à la pratique de l’écriture (d’ailleurs attestée par la forme céramique d’un encrier) et, pourquoi pas, à la nécessité d’établir des comptes.

La guerre, et plus exactement le siège que menèrent les milices communales de Salamanque et d’Avila après la conquête de la ville de Coria en juin 1142, continue à être bien représentée dans le registre archéologique lié aux derniers moments d’occupation, qui remontent à la fin de la période almoravide. Les très nombreux fers de traits démontrent l’importance des archers/arbalétriers, tandis que la proportion anormalement élevée d’équidés détectée dans les restes fauniques et la présence de quelques éperons renvoient au corps de cavalerie des deux contingents ennemis. La découverte d’un projectile qui a provoqué l’effondrement d’une paroi et d’une toiture rappelle que le recours aux engins de guerre faisait partie de la tactique militaire de l’époque et trouve un écho particulier dans les textes médiévaux.

Fig. 3. — Concentration de poids de filet de pêche, fusiformes en terre cuite

Fig. 3. — Concentration de poids de filet de pêche, fusiformes en terre cuite

Par ailleurs, l’analyse du bâti met en évidence les très nombreuses réfections et réformes qui touchent aussi bien les sols dallés que les élévations. Certaines pièces, à l’ouest des forges, sont abandonnées et les espaces adjacents totalement remaniés. Leur prolongement hors de l’emprise des fouilles interdit de développer cet aspect plus en détail. Les sondages exploratoires, menés tout spécialement sous les derniers niveaux de sol de deux patios situés au sud, ont permis de recueillir des données sur l’évolution chronologique du site (fig. 4). Le mobilier céramique d’un niveau daté du XIe siècle comprend entre autres les restes d’un grand plat (ataifor) à anse horizontale et glaçure « vert et manganèse » à décor épigraphique en coufique fleuri.

Fig. 4. — Grand patio (S1-Q), avec un sondage stratigraphique réalisé dans l’angle sud-ouest, sous le niveau d’utilisation le plus récent

Fig. 4. — Grand patio (S1-Q), avec un sondage stratigraphique réalisé dans l’angle sud-ouest, sous le niveau d’utilisation le plus récent

On signalera enfin que plusieurs quirates (petites monnaies d’argent — dont une correspond à une falsification d’époque) frappés sous le règne de ‘Alī ben Yūsuf (500-537 H/1106-1143), sans date ni lieu de frappe mais avec la mention du prince héritier Sīr (522-537 H/1128-1142) ont été trouvés dans des contextes bien scellés. Elles sont un élément supplémentaire pour dater le dernier moment d’occupation. Leur étude détaillée est effectuée par A. Canto, de l’Université Autonome de Madrid.

Carpologie (Jérôme Ros)

Durant cette campagne, un total de 159 échantillons (903,7 litres de sédiment brut) a été tamisé sur mailles fines (0,5 mm), pour certains sous eau, pour d’autres par flottation avec l’aide des bénévoles.

Les refus issus des tamisages ont par la suite été mis à sécher puis conditionnés. À ce jour, 86 échantillons ont pu être triés, parmi lesquels 58 ont livré des carporestes conservés par carbonisation et minéralisation. L’analyse carpologique permet pour l’instant de reconnaître l’existence de 20 taxons cultivés/cueillis : 7 céréales, 1 légumineuse, 1 plante technique/textile, 11 fruits, accompagnés d’au moins une vingtaine de taxons sauvages. Le blé nu, l’orge vêtue et le seigle étaient les principales cultures hivernales, cultivées certainement dans les terroirs environnant le site ; les cultures de printemps reposaient sur le millet commun. Les légumineuses, anecdotiques, ne sont perçues que par quelques graines de vesce cultivée. Les fruitiers les plus fréquemment enregistrés sont le figuier et le chêne (glands), bien qu’une grande diversité de taxons cultivés/cueillis ait été exploitée (vigne, mûrier blanc/noir, merisier/griottier, pêcher, châtaignier, pommier/poirier, amandier, olivier, grenadier). On note également la présence de lin dans plusieurs contextes. Les résultats d’analyses organiques (infra) suggèrent qu’il pouvait être employé dans l’éclairage, mais nous ne saurions écarter ses emplois pour ses qualités alimentaires et textiles. L’exploitation de sols riches, certainement fumés, est également suggérée par la découverte de semences de taxons nitrophiles (ivraie enivrante, nielle des blés, morelle noire).

Les restes mis au jour permettent d’ores et déjà de mettre en lumière l’existence de différents rejets d’activités : rebuts alimentaires (latrines), résidus d’activités culinaires domestiques/de séchage des céréales (cuisines, fours) et peut-être détritus liés à la gestion du bétail (fourrage/litière dans certaines entrées). À ce jour, les cultures emblématiques de l’innovation agronomique arabe (agrumes, riz, légumes, coton) semblent absentes du spectre enregistré ; on note toutefois la présence de rachis de blé appartenant à un blé nu de type blé dur, dont l’essor en péninsule Ibérique est généralement attribué aux populations arabo-islamiques. La diversité et l’abondance des restes carpologiques recueillis démontrent bien l’importance de la mise en place d’un protocole d’échantillonnage et de tamisage adapté. La poursuite de ces travaux (tamisage, tri, identification et analyse en laboratoire) permettra d’asseoir les premiers résultats obtenus et de discuter plus finement du rôle de chaque taxon au sein des espaces domestiques et artisanaux, par le biais d’analyses spatiales et statistiques.

Analyses du contenu organique de céramiques (N. Garnier)

Trois fragments de lampes en terre cuite et trois fragments de jarres ont été sélectionnés pour déterminer leur contenu originel par l’analyse des imprégnations organiques de leurs parois. L’approche structurale par chromatographie en phase gazeuse couplée à la spectrométrie de masse (GC-MS) permet de caractériser la matière organique conservée à l’état de traces et d’identifier les marqueurs de type acides gras, stérols, terpènes, sucres. La méthode est adaptée à des micro-restes, de l’ordre du μg de matière organique conservée et permet une identification détaillée et sûre, que ne permettent pas les analyses plus classiques dites spectrales.

Les résultats montrent que les trois lampes ont été imprégnées par différents contenus, parmi lesquels prédomine très nettement une huile végétale siccative. À ce jour, on ne sait pas caractériser l’huile de lin dégradée archéologique des autres huiles. Cependant, la présence d’acide linoléique indique ici qu’il s’agit d’une huile siccative dont fait partie l’huile de lin. On trouve également en moindre quantité une graisse d’animal ruminant. Le squalène, de par l’absence des marqueurs de l’olive, est attribué au sébum, ce qui démontre que la graisse animale correspond à un suif d’animal ruminant. Des traces d’espèces feuillues interviennent de manière plus ponctuelle telle la taraxérone qui peut provenir de l’aulne. Finalement, de la résine de conifère est présente en faible quantité. Elle est connue pour être ajoutée aux graisses animales servant de combustibles d’éclairage car elle évite à la flamme de s’éteindre et de crépiter, tout en atténuant les mauvaises odeurs. Dans une des lampes, un corps gras animal (produit laitier) ne montre pas de marqueur de dégradation thermique, suggérant que l’objet a eu des utilisations diverses.

Les jarres ont, elles aussi, été imprégnées par différents éléments : le contenu correspond systématique à du vin rouge (ou du vinaigre de vin), en grandes quantités, tandis que les parois poreuses ont été imperméabilisées avec un mélange de résine de conifère et de graisse animale en faible quantité ; Il n’y pas eu recours à de la cire d’imperméabilisation, comme cela a été le cas dans d’autres grands conteneurs précédemment analysés.

Études céramiques (Y. Cáceres, C. Capelli, J. de Juan, S. Gilotte, C. Richarté)

Un des principaux axes de recherche est bien évidemment constitué par les études céramologiques. Celles-ci comprennent les incontournables tâches d’inventaire et d’identification, indispensables pour appréhender la distribution spatiale des récipients et établir leurs typologies.

En parallèle, l’observation par lames minces d’une sélection de pâtes a permis d’opérer une sériation au sein des principaux ensembles présents (vases de transport/stockage, vaisselles fines et culinaires) et de mettre en évidence plusieurs groupes techniques utilisant des matières premières de provenances différentes. Ces analyses minéralogiques et pétrographiques montrent que les céramiques culinaires et de stockage présentent des pâtes souvent grossières, à matrice ferrique avec d’abondantes inclusions de silicates. En revanche, les récipients de présentation se caractérisent plutôt, mais non systématiquement, par des pâtes calcaires pourvues d’inclusions plus fines et moins nombreuses. Des raisons fonctionnelles et technologiques n’expliquent pas à elles seules ces distinctions et les caractéristiques des matrices nous orientent vers des productions locales et/ou régionales mais aussi vers des importations extrarégionales. L’approvisionnement auprès d’ateliers différents confirme la vitalité des circuits commerciaux en dépit de la proximité de la frontière.

Une enquête menée auprès des habitants de Romangordo a permis la localisation de trois lieux d’extraction d’argile. Des analyses permettront de vérifier si ces matières premières ont pu intervenir dans la fabrication des céramiques archéologiques.

Par ailleurs, l’apparition, désormais récurrente, de marques ou dédicaces de propriété tracées avant cuisson sur des jarres offre une nouvelle vision des relations commerciales entre individus (l’existence de commandes comme le démontre l’une des inscriptions « cette jarre est pour… »). Il s’agit également d’attestations onomastiques et calligraphiques relevant de la sphère privée, loin des inscriptions produites par le milieu officiel.

Faune et malacofaune (José A. Garrido García)

6732 restes d’origine animale ont été révisés au cours de l’année 2015 (os, coquilles de mollusques), élevant l’information archéozoologique actuellement disponible à un total de 29 007 restes.

En principe, cette étude met en exergue un panorama similaire à celui des autres établissements médiévaux d’al-Andalus, dans lesquels l’élevage se caractérise par la prédominance quasiment absolue des cheptels d’ovins et de caprins, avec une faible présence des bovidés. Toutefois, les résultats s’éloignent très nettement de ce contexte général en raison de la grande quantité d’ossements d’équidés qui montrent des indices évidents de consommation et qui concernent aussi bien des individus jeunes qu’adultes. Cette situation, extrêmement anormale compte tenu de la forte valeur économique et militaire de ces animaux, et associée à d’autres évidences archéologiques (incendies, fers de trait, etc.) et historiques, pourrait être liée à un siège prolongé qui obligea les habitants à recourir à toutes les sources d’aliments disponibles.

Le poids de la faune sauvage est également remarquable. Elle rassemble des perdrix, hérissons, lièvres, lapins, cerfs, chevreuils, daims, lynx, ours, fouines, blaireaux et renards. Ces données apportent des informations importantes sur l’apport de la chasse à la diète des habitants d’Albalat ; elles enrichissent également la connaissance des changements que connurent les écosystèmes environnants.

Consolidation et restauration

À l’instar de l’an passé, un petit groupe d’étudiants en restauration de la Escuela Superior de Conservación y Restauración de los Bienes Culturales de Madrid est intervenu dans le cadre d’un stage pratique sur différents vestiges in situ, sous la direction de X. Moreno Paredes. Le protocole adopté lors de cette première phase se distingue par l’économie des moyens et la relative simplicité de la mise en œuvre puisqu’il privilégie le recyclage de matériaux disponibles sur place (terre, plaquettes de schiste, tuiles) ; seule l’utilisation de quelques produits spécifiques a été nécessaire, tels que de la chaux teintée pour renforcer des joints et du silicate d’éthyle pour consolider les matériaux de nature siliceuse.

La consolidation de la demeure CH-1 est désormais quasiment achevée et nécessiterait, pour sa protection et sa valorisation définitives, la mise en place d’une structure de couverture (fig. 5).

Fig. 5. — détail de la maison CH-1 qui a fait l’objet de travaux de consolidation

Fig. 5. — détail de la maison CH-1 qui a fait l’objet de travaux de consolidation

 

Pour citer ce billet : Sophie Gilotte, « Albalat (Romangordo, Cáceres). Rapport 2015-2016 », Archéo-CVZ. Carnet des fouilles archéologiques de la Casa de Velázquez, mis en ligne le 07/10/2016, https://archeocvz.hypotheses.org/799.

Sophie Gilotte

CNRS, CIHAM-UMR 5648 (Lyon)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.