La Sierra de Carthagène. Rapport 2009-2010

Christian Rico (TRACES – UMR 5608 CNRS, université de Toulouse 2-Le Mirail), Jean-Marc Fabre (TRACES – UMR 5608 CNRS, université de Toulouse 2-Le Mirail), Juan Antonio Antolinos Marín (Universidad de Murcia) et José Miguel Noguera Celdrán (Universidad de Murcia)


Mises en route en 2008, les recherches sur le district minier antique de Carthagène ont été amplifiées en 2009, grâce à l’allongement d’une semaine de la campagne de juin-juillet et au renforcement de l’équipe par rapport à 2008 ; cela a permis d’avancer en parallèle sur deux fronts, d’une part l’étude, en surface, d’installations liées au traitement du minerai de plomb argentifère et, d’autre part, la reconnaissance d’un important réseau minier souterrain et son relevé topographique. Le programme est soutenu par la Casa de Velázquez et le laboratoire TRACES de l’université Toulouse II – Le Mirail, institutions rejointes, en 2009, par l’université de Murcie.

Les recherches se déroulent dans le secteur du Cabezo del Pino, au cœur de la Sierra minera de Cartagena, petite chaîne littorale qui borde la mer à 7 km à l’est de Carthagène. Lieu d’une intense activité minière et métallurgique pour l’obtention d’argent et de plomb aux premiers temps de la domination romaine en péninsule Ibérique (IIe et Ier s. av. J.-C.), la région connut une très importante reprise de l’exploitation entre le milieu du XIXe siècle et les années 1970 qui l’a profondément transformée. Dans un paysage de grandes carrières à ciel ouvert et de haldes étendues jalonné de ruines d’installations minières et métallurgiques, le Cabezo del Pino, qui ferme au nord-ouest la petite baie de Portman (La Unión), apparaît miraculeusement préservé. Il renferme une des dernières mines souterraines encore accessibles de la région et, sur son flanc sud-ouest, plusieurs prospections menées en 2006 et en 2007 ont révélé une concentration notable de vestiges enfouis ou émergeant à la surface que le mobilier associé permet de dater de la fin de l’époque romaine républicaine (IIe et Ier s. av. J.-C.).

C’est pourquoi nous avons, dès le départ, souhaité travailler à la fois sur les sites de surface et sur le milieu souterrain. Il s’agit, à terme, d’acquérir des données qui renouvellent notre connaissance de l’activité minière et métallurgique romaine dans la sierra de Carthagène. Longtemps, celle-ci a reposé pour l’essentiel sur les observations consignées par différents ingénieurs des mines qui, à la fin du XIXsiècle et dans la première moitié du XXe, ont suivi l’exploitation minière, quand ils ne l’ont pas dirigée ; des observations certes utiles mais souvent vagues et peu précises qu’il convenait de compléter par des observations archéologiques.

Les mines ouvertes ou reprises et développées par les Romains furent très nombreuses dans la sierra de Carthagène aux dires des ingénieurs des mines, mais elles furent aussi très largement détruites par l’exploitation moderne en carrières. La mine sous le Cabezo del Pino, accessible depuis la Rambla del Abenque qui borde le massif au nord, est l’un des rares réseaux souterrains à avoir échappé à la destruction. Depuis 2008, plus de 4 ha de travaux ont été reconnus et 2 867 m topographiés sur 87 m de dénivelé. Deux réseaux avaient été identifiés en 2008 et, en 2009, la jonction entre les deux a pu être réalisée. On est aujourd’hui assuré, grâce à la découverte en contexte, dans des secteurs éloignés du jour, de tessons de céramique antique, principalement des fragments d’amphores vinaires républicaines italiques, qu’à l’origine de la mine, il y eut une exploitation antique en dépilage de plusieurs centaines de mètres de développement et de plusieurs dizaines de mètres de hauteur ; de celui-ci part une série de diverticules, de galeries et de descenderies conduisant à des chambres d’exploitation (fig. 1). Les premières observations réalisées sur la géologie et la minéralogie, sur les ouvrages et leur typologie permettent aujourd’hui de voir une certaine cohérence dans l’organisation de la mine, malgré les nombreuses reprises des Modernes qui ont profondément transformé certains secteurs. La poursuite de la prospection et de la topographie devrait permettre, à terme, de mieux comprendre la stratégie des mineurs antiques. Une grande partie du réseau reste à découvrir et si certains secteurs, dangereux, ne pourront pas être étudiés, d’autres, repérés et rapidement explorés en 2009, réservent sans doute des surprises, notamment dans les parties basses du réseau où l’on espère que des dispositifs d’exhaurantique (drainage) ont subsisté.

Fig. 1. Mine de la Rambla del Abenque. Galeries antiques dans le dépilage principal

Fig. 1. Mine de la Rambla del Abenque. Galeries antiques dans le dépilage principal

Pour l’heure, aucun lien n’a pu être établi avec les sites de surface sur le flanc sud-ouest du Cabezo del Pino. La présence dans la Rambla del Abenque de vestiges de laveries antiques laisse supposer qu’au moins une partie du minerai extrait de la mine était traitée à proximité immédiate de celle-ci. On ne peut exclure que l’établissement situé sur le versant opposé, en bordure de la falaise qui domine la Rambla de la Crisoleja, et que nous avons commencé à fouiller en 2008, était approvisionné par cette même mine. La poursuite de son étude en direction de l’est, à partir de la mine contemporaine « Depositaria », qui recoupe le réseau antique, pourrait permettre d’établir une jonction entre celui-ci et les établissements de surface.

Ceux-ci appartiennent à un ensemble d’installations étagées sur les pentes sud-ouest du Cabezo del Pino liées à la préparation du minerai avant son traitement métallurgique. En effet, la galène argentifère ne pouvait pas être directement fondue et devait subir différentes opérations destinées à l’enrichir : concassage, broyage fin puis concentration par gravité et enrichissement dans des bassins remplis d’eau. Deux types d’installations ont été identifiés depuis le début de nos travaux : deux laveries, comportant plusieurs bassins de décantation et de lavage maçonnés (secteurs 2 et 4, ce dernier mis en évidence en 2009 mais non sondé), un grand bassin collecteur situé en amont de celles-ci (secteur 1) et un bâtiment doté d’au moins un bassin à proximité de la laverie du secteur 2 (secteur 3 ouvert cette année). Au vu des données stratigraphiques et du mobilier céramique recueilli en contexte, toutes ces installations s’inscrivent dans la période du IIe siècle av. n. è. et des premières décennies du siècle suivant, une chronologie que les recherches à venir devront affiner.

Fig. 2. Dispositif de lavage en fin de fouille, laverie du secteur 2

Fig. 2. Dispositif de lavage en fin de fouille, laverie du secteur 2

Cette année, les fouilles se sont concentrées sur la laverie du secteur 2. Elles n’ont pas été poursuivies sur le grand bassin collecteur, l’épaisseur des colluvions qui recouvrent les structures antiques rendant nécessaire l’utilisation d’un engin mécanique qu’il n’a pas été possible de faire intervenir. La laverie est un bâtiment allongé d’une superficie supérieure à 140 m2. Pour l’heure, nous n’en connaissons pas l’emprise exacte, son mur de fermeture ouest n’ayant pu être atteint. Construit perpendiculairement à la pente du cabezo, l’édifice était pour partie aménagé sur une plate-forme artificielle que l’érosion a détruite à l’est. Il comprend un espace principal, dont la fouille n’a pu être terminée en 2009, et trois pièces de surface à peu près équivalente (10 m2), disposées en enfilade et qui ferment la laverie du côté nord. L’espace principal était réservé au lavage du minerai. Plusieurs cuves et bassins maçonnés et aménagés dans le remblai de la plate-forme y ont été mis au jour. Quatre, inégalement conservés, sont cylindriques, deux autres, de plan à peu près quadrangulaire, constituent, comme l’a montré la fouille stratigraphique de 2009, un même dispositif complètement inédit. Les deux bassins, parallèles, sont ouverts à l’ouest sur une fosse rectangulaire nord-sud en tête de laquelle est placé, en hauteur, un petit bassin de plan à peu près trapézoïdal. Dans un deuxième temps, la structure a été partiellement remblayée et un petit bassin semi-circulaire ajouté en amont du réservoir le plus au sud (fig. 2). En première hypothèse, on peut reconstituer le circuit qu’empruntait l’eau chargée du minerai broyé qui devait permettre un classement granulométrique de celui-ci. D’autre part, la stratigraphie du bassin le plus au sud laisse envisager la présence d’une cloison de planches de bois amovibles séparant le réservoir de la fosse, du type de celle restituée par Cl. Domergue pour le fonctionnement des cuves de la laverie de Coto Fortuna à Mazarrón, installation découverte à la fin du XIXe siècle, aujourd’hui disparue.

Des échantillons ont été systématiquement prélevés dans les différents niveaux de remplissage des bassins et des cuves. Les premiers résultats des analyses minéralogiques effectuées par le LMTG (université Toulouse III) révèlent des sédiments très riches en plomb. L’objectif de ces analyses est, à terme, de mieux cerner les protocoles minéralurgiques des Anciens.

En 2009, faute d’avoir pu poursuivre la fouille du grand bassin collecteur du secteur 1, une nouvelle zone de travail a été ouverte à proximité de la laverie, là où un important débroussaillage effectué en 2008 avait mis au jour des structures affleurant à la surface (secteur 3). L’extrémité d’un bâtiment orienté nord-est / sud-ouest, en partie détruite par l’érosion, a été seulement dégagée ; elle conserve un bassin de typologie différente des autres structures hydrauliques jusque là mises au jour (fig. 3). La découverte n’est pas sans intérêt mais il est encore trop tôt pour formuler une première hypothèse sur le rôle éventuellement joué par ce bassin dans le processus minéralurgique et, du même coup, pour préciser la fonction du bâtiment auquel il appartient dans le dispositif mis en place par les Romains sur les pentes du cabezo.

Fig. 3. Bassin hydraulique du secteur 3

Fig. 3. Bassin hydraulique du secteur 3

On notera enfin la découverte, dans les niveaux d’ensevelissement, de quelques scories de plomb ; elle laisse envisager sur le site des opérations de réduction du minerai. C’est là un élément nouveau important dont devront tenir compte les recherches à venir.

La campagne de fouilles 2010 a donc sa feuille de route. Il s’agira d’une part de poursuivre la fouille de la laverie. L’objectif sera d’en mettre au jour le plan complet, de vérifier la présence éventuelle d’autres structures de lavage dans l’espace central et de mettre au jour le dispositif d’approvisionnement en eau qui sans aucun doute les complétait. Il conviendra d’autre part d’élargir la fouille du secteur 3, de manière à pouvoir identifier le nouvel édifice mais aussi à le situer chronologiquement de façon plus précise par rapport aux structures voisines (laverie 1 et grand bassin collecteur). Enfin, l’étude de la mine de la Rambla del Abenque sera poursuivie (prospection et topographie) ; surtout, un chantier de fouille y sera mis en place. Le secteur a été choisi lors de la deuxième mission effectuée en septembre 2009 ; il s’agit d’un ensemble de galeries et de chambres d’exploitation antiques peu ou pas reprises à l’époque moderne. L’étude, qui passe par l’évacuation des déblais antiques et modernes qui comblent une partie des travaux, la fouille des paléosols et des relevés en plan et en coupe des ouvrages dégagés, devrait apporter un éclairage inédit sur une mine romaine de Carthagène.

L’autre aspect de la recherche qui devrait être développé en 2010 concerne la minéralogie et la géologie. D’un côté, les analyses minéralogiques et physico-chimiques seront poursuivies sur les sédiments qui constituent le remplissage des cuves de la laverie. Elles devraient permettre en particulier d’éclairer la fonction des différentes installations et, dès lors, de mieux connaître les protocoles mis en place dans l’Antiquité pour le lavage et l’enrichissement de la galène argentifère. De l’autre côté, nous espérons démarrer l’étude géologique des parties explorées et topographiées de la mine, indispensable non seulement pour connaître les différents types de roches présentes (encaissant et minerai) mais aussi pour comprendre les stratégies d’exploitation mises en œuvre par les Anciens.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.