La montagne d’Îgîlîz et le pays des Arghen. Rapport 2009-2010

Placé sous la responsabilité conjointe de Jean-Pierre Van Staëvel (université Paris IV ; UMR 8167, Paris), Abdallah Fili (université d’El Jadida ; UMR 5648, Lyon) et Ahmad Ettahiri (INSAP, Rabat), le projet La montagne d’Îgîlîz et le pays des Arghen est inscrit au programme quadriennal 2008-2011 de la Casa de Velázquez. Il bénéficie en outre d’une allocation octroyée par le ministère des Affaires étrangères au titre de la coopération scientifique entre la France et le Maroc, ainsi que d’aides ponctuelles de l’UMR 5648 et de l’UMR 8167. Il rassemble des universitaires marocains et français, des chercheurs de l’INSAP, des archéologues de l’INRAP et des étudiants français et marocains, autour d’un projet commun : l’étude de la montagne d’Îgîlîz, haut-lieu de l’histoire du Maroc médiéval. C’est là en effet, en plein territoire des montagnards berbères de l’Anti-Atlas, qu’apparaît, au début des années 1120, le mouvement religieux des Almohades. Conduite à ses débuts par un personnage charismatique, Ibn Tûmart, cette révolte devait bientôt embraser tout le sud du Maroc, pour aboutir, un quart de siècle plus tard, à la constitution du plus grand empire — l’empire almohade — que le Maghreb médiéval ait jamais connu.

Rappel des précédentes activités archéologiques sur le site d’Îgîlîz

Après une première mission de levé topographique (août 2008), la fouille proprement dite du site a débuté l’année dernière (avril-mai 2009). Elle s’est concentrée sur la partie sommitale du site, dans la zone de commandement, au cœur même du système défensif qui enserre selon un dispositif concentrique l’essentiel des structures médiévales. La fouille a mis au jour à cet endroit une structure fortifiée monumentale, au-delà de laquelle se déployaient, autour d’une cour carrée, des pièces d’habitat ou des annexes, sans doute réservées à un petit groupe d’habitant de statut social élevé. Le niveau d’abandon découvert dans les pièces fouillées contenait un lot exceptionnel de pièces céramiques, qui a permis de mettre en évidence, par son homogénéité, le caractère éphémère de l’occupation médiévale de la zone, et d’en donner les premiers éléments de datation autour du xiie siècle. Cette datation médiévale fournie par le matériel céramique a depuis été corroborée par les analyses menées sur des échantillons de carbone 14, qui situent l’occupation de la zone de commandement entre 1070 et 1155 (datation absolue).

La campagne de fouilles du printemps 2010

L’équipe Îgîlîz 2010 a réuni, du 1er avril au 1er mai 2010, une quinzaine de chercheurs et étudiants marocains et français, auxquels se sont ajoutés vingt-huit ouvriers recrutés sur place. Outre les travaux proprement archéologiques (décapage des structures, fouille et relevés), les activités de recherche se sont également poursuivies dans deux domaines complémentaires de la fouille : les prélèvements archéobotaniques et l’enquête ethnographique.

La zone 5 du Jebel central : le quartier de la Grande mosquée

La campagne de fouille du printemps 2009 avait permis de mettre en évidence certaines des modalités concernant l’occupation médiévale du site. Restait à savoir si ces observations pouvaient ou non être étendues à d’autres secteurs du site archéologique. Le choix des secteurs à fouiller cette année s’est porté cette année sur la zone apparemment la plus remaniée du site, à savoir la zone 5, située à l’est et en contrebas du sommet du Jebel central, entre le lieu de culte principal du site (« Mosquée 1 ») et la « Grotte 2 ». C’est dans cette zone en effet qu’il semblait possible de saisir l’occupation du site dans toute son épaisseur chronologique, ce que la fouille de la zone de commandement l’année dernière nous avait refusé.

La campagne 2010 a débuté par une première semaine de décapage extensif des vestiges. Le dépierrage, rendu indispensable par la masse des éboulis et des déblais provenant des couches de démolition et d’effondrement des élévations, a permis d’assurer une bien meilleure lisibilité en plan des structures, qui ont été ensuite intégrées au plan topographique d’ensemble du site.

Dans la zone 5, trois secteurs ont donc été concernés par la fouille cette année :

  • La Mosquée 1. — Lieu de culte principal du site, la Mosquée 1 livrait déjà à l’observation de surface divers indices archéologiques témoignant de la complexité de son histoire. La division de la salle de prière en deux nefs par une série de « piliers-murs » demandait notamment à être étudiée plus précisément, tant l’irrégularité d’implantation de ces supports s’accordait mal avec une campagne de construction homogène. Commencée sous la forme de trois sondages, la fouille a finalement été étendue à la quasi-totalité de l’espace de prière. Plusieurs phases d’occupation (dont deux d’époque médiévale) ont pu être documentées, malgré la pauvreté des fossiles directeurs susceptibles de fournir une date précise. L’un des apports majeurs de la fouille est d’avoir pu montrer que la salle de prière avait été subdivisée initialement non par des « piliers-murs » en pierre, mais par des supports montés en briques crues, qui assuraient au plan de l’édifice une beaucoup plus grande régularité. L’édifice présentait donc, dès sa fondation, les dimensions importantes qu’il a conservées par la suite. La fouille de la salle de prière de la Mosquée 1 a d’autre part permis de mettre en évidence une phase de réoccupation tardive (XVIIe-XVIIIe?), dont témoigne un abondant matériel céramique à fonction culinaire et de service (marmites, grands plats à couscous) : le bâtiment, désormais très certainement désacralisé, devait alors servir de cadre à des repas communautaires (l’institution de ce type de repas collectif, dit ma‘rûf, est très connue aujourd’hui encore dans la région).
  • Le secteur d’habitat ouest. — Le mur méridional de la Mosquée 1 jouxte un espace dégagé d’où part, en direction de l’ouest et de la zone de commandement, une rue en pente. Celle-ci aboutit à une cour rectangulaire qu’entourent plusieurs pièces d’habitation. L’ensemble a constitué le second secteur fouillé cette année. Les pièces ont livré divers aménagements soignés (banquettes, foyers, latrines dans la cour), ainsi que les traces de plusieurs phases de construction/réaménagement, qui permettent d’inscrire là encore l’occupation de ce secteur dans la durée. Le matériel archéologique récolté est à la fois abondant et diversifié ; il contient notamment des fragments de céramique d’importation (décor au vert et brun ; décor de lustre métallique). On peut y ajouter, bien que des analyses complémentaires soient nécessaires, quelques monnaies de bronze : il s’agit des premières monnaies médiévales retrouvées sur le site. L’une d’entre elles au moins — la datation doit encore être confirmée — serait une frappe de l’émir almoravide ‘Alî ibn Yûsuf (1106-1141), ce qui situerait l’occupation du secteur exactement dans la fourchette chronologique fournie par les textes médiévaux. Les vestiges évoquent un mode de vie communautaire : mais s’agit-il d’un mode de vie familiale ou cénobitique ? Les bâtiments fouillés cette année dans ce secteur pourraient-ils correspondre à l’un des deux ermitages, râbita, dont parle un texte du début du XIVesiècle ? On notera enfin qu’une petite mosquée, « la Mosquée 3 », située en surplomb par rapport à ce secteur, derrière la première muraille enserrant la zone de commandement, a également été fouillée cette année.
  • La zone de la « Grotte 2 » et le secteur d’habitat sud. — Ce secteur, qui se développe en contrebas de la zone de commandement et à l’ouest/ sud-ouest du secteur d’habitat précédent, avait été choisi en fonction de la présence d’un abri sous roche (la « Grotte 2 ») qui semblait précédée d’une grande cour, ainsi que de plusieurs bâtiments (à usage d’habitation et/ou de réception) situés dans les environs immédiats. Si la fouille de la zone d’habitat s’est avérée fructueuse là aussi (le matériel céramique est abondant, et permet d’assurer la datation almohade des différentes phases d’occupation), le dégagement pénible du comblement de la « Grotte 2 » s’est avéré, au final, assez décevant. Contrairement à l’impression initiale, la « Grotte 2 » a fait l’objet d’une exploitation intensive (pillage et/ou extraction de matériaux, à des fins curatives ou constructives), qui a détruit de manière quasi-systématique la plupart des aménagements. Des vestiges très ténus ont permis toutefois de s’assurer que la grotte et ses abords avaient fait l’objet, dès l’époque médiévale, d’aménagements soignés, vraisemblablement destinés à marquer l’importance de l’endroit. S’il reste bien entendu impossible d’aller plus avant dans l’interprétation, notamment pour faire de cette grotte le fameux lieu de retraite d’Ibn Tûmart sur la montagne d’Îgîlîz, la fouille aura permis du moins de mettre en évidence la manière dont l’emplacement de la grotte structure l’espace adjacent et les proches bâtiments. La découverte d’une tombe (fouillées cette année) non loin de la grotte semble d’ailleurs bien confirmer le caractère singulier qu’avait pris ce lieu aux yeux des populations médiévales.

La zone 4 : la zone de commandement

Les activités archéologiques se sont enfin poursuivies dans la partie sommitale de la zone de commandement, dans trois des pièces qui, situées sur le pourtour de la cour, n’avaient pas (ou peu) été explorées l’année dernière. La fouille minutieuse et attentive de l’horizon d’abandon de chacune de ces pièces a permis de récolter un abondant matériel archéologique, qui vient corroborer l’interprétation fournie en 2009 à propos de la brève occupation de ce secteur.

Bilan de la campagne Îgîlîz 2010

Les résultats de la deuxième campagne de fouilles sur le site d’Îgîlîz sont particulièrement encourageants. Le choix du site paraît, a posteriori, comme particulièrement pertinent : il nous offre en effet, par l’abondance du matériel archéologique qu’il livre, une vue d’ensemble d’un intérêt exceptionnel sur la culture matérielle de la région en plein Moyen Âge.

La datation de l’occupation principale du site est à présent bien étayée. La datation médiévale de l’occupation du site avait été avancée dès les premières prospections menées sur le site, entre 2005 et 2008. Elle a depuis été confirmée et affinée lors de la première campagne de fouille en 2009, avec la datation, entre la fin du XIe siècle et la première moitié du siècle suivant, du bref intervalle de temps durant lequel la zone de commandement est habitée. La fouille de cette année vient à la fois corroborer ces premiers résultats, tout en montrant que certains secteurs du site ont très certainement connu une occupation médiévale plus longue. Nombre de bâtiments de la zone 5 montrent des signes évidents de remaniements et d’occupation continue, et témoignent ainsi d’une inscription dans une certaine durée du peuplement au sommet de la montagne d’Îgîlîz.

L’abondance du matériel archéologique est exceptionnelle. Pour concevoir toute l’importance que revêt la fouille d’Îgîlîz, il faut souligner que, pour la première fois et c’est inespéré, on dispose vraisemblablement de l’intégralité du mobilier céramique des XIIe et XIIIe siècles sur un site d’époque médiévale des régions présahariennes du Maghreb. Les pièces, qu’elles soient produites localement ou qu’elles soient importées, sont généralement de bonne qualité ; leurs profils et leurs formes peuvent souvent être restitués. Les nombreuses céramiques mises au jour dans les derniers niveaux d’occupation de la Mosquée 1 permettent en outre d’avoir pour la première fois un aperçu détaillé sur le mobilier céramique d’époque prémoderne. Tous ces éléments devraient permettre de constituer un exceptionnel référentiel céramique, qui nous permettra dans les années qui viennent de mieux asseoir les datations proposées pour d’autres sites des environs, ou de la région. Les objets en métal sont eux aussi présents en quantité sur le site, bien que leur état de conservation soit généralement assez médiocre.

L’organisation spatiale montre des signes évidents de planification d’ensemble. Le décapage extensif de larges portions du quartier de la Mosquée 1 a permis de préciser les modalités d’organisation de l’espace situé en contrebas de la zone de commandement. Rien ne semble improvisé : tout au contraire, l’implantation des bâtiments et des espaces de circulation semble obéir à un schéma directeur d’ensemble, c’est à-dire à un certain degré de planification. De plus en plus, il apparaît donc qu’Îgîlîz n’est pas un site « rural ». Implanté au sommet d’une montagne qui devait dominer de petits villages dans la vallée et servir de refuge aux populations qui y vaquaient au quotidien, le site n’a pas les caractéristiques, ni d’une forteresse rurale, ni d’une agglomération villageoise. La fouille de plusieurs des lieux de culte présents sur le site nous permet de restituer la dimension religieuse dont celui-ci devait être revêtu. Reste à en préciser la nature, ainsi que les étapes du développement, depuis le lieu d’ermitage des débuts de la prédication d’Ibn Tûmart à l’affirmation du site en tant que pôle de dévotion et de pèlerinage.

Il se confirme donc que le site fortifié d’Îgîlîz offre un point d’ancrage particulièrement pertinent pour étudier l’évolution du peuplement dans la région de l’Anti-Atlas central, en contact étroit avec la vallée du Sous toute proche, au long de l’époque médiévale puis de la période prémoderne.

Pour citer ce billet : Jean-Pierre Van Staëvel, Abdallah Fili et Ahmed Ettahiri, « La montagne d’Îgîlîz et le pays des Arghen. Rapport 2009-2010 », Archéo-CVZ. Carnet des fouilles archéologiques de la Casa de Velázquez, mis en ligne le 23/06/2016, https://archeocvz.hypotheses.org/56.

Jean-Pierre Van Staëvel, Abdallah Fili et Ahmed Ettahiri

Jean-Pierre Van Staëvel (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne ; UMR 8167, Paris), Abdallah Fili (Université Chouaib Dokkali-El Jadida ; UMR 5648, Lyon) et Ahmed Ettahiri (Institut national des sciences de l’archéologie et du patrimoine, Rabat)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.