La Silla del Papa (Tarifa, Cádiz). Rapport 2014-2015

Site clé de la rive nord du détroit de Gibraltar, le sommet de la Silla del Papa (457 m) fut occupé pendant tout le premier millénaire avant notre ère par une communauté qui évolua au contact des Phéniciens, des Carthaginois puis des Romains, et qui développa une forme d’urbanisme particulièrement originale, adaptée à la topographie accidentée de ce site de hauteur. Ses habitants l’abandonnèrent au début du règne d’Auguste pour aller reconstruire leur ville, Baelo, sur le littoral. Après un abandon de plusieurs siècles, elle fut à nouveau occupée, mais de façon beaucoup plus modeste, entre le VIe siècle et le IXe siècle de notre ère.

Les travaux des années précédentes (2007-2009 et 2013) avaient eu deux objectifs : préciser par des sondages la chronologie d’occupation du site, et connaître son extension par des prospections. Nous savons aujourd’hui que dès la période initiale d’occupation du site (IXe-VIIIe siècle av. J.-C.), l’emprise de l’habitat (continu ou non, on l’ignore encore) s’étendait déjà sur plusieurs hectares ; à l’époque républicaine, l’aire urbaine et périurbaine couvre une douzaine d’hectares. Cette superficie relativement étendue, la densité des vestiges, l’existence de maisons à plusieurs étages et la présence d’au moins deux nécropoles font de la Silla del Papa, dès la fin de la protohistoire, un des sites urbains les plus importants de la rive nord du Détroit.

La nouvelle phase de recherches engagée en 2014 comporte trois volets.

  • Il s’agit d’abord d’élaborer à l’échelle du site un modèle numérique de terrain en 3D, grâce à des relevés photogrammétriques par corrélation Un survol complet de l’oppidum est en cours de réalisation à l’aide du drone du programme Archéodrone de l’équipe TERRAE de TRACES. Cette technique est seule à même d’acquérir dans des délais rapides le relevé complet d’un site qui se caractérise par un environnement rocheux très accidenté.
  • À plus grande échelle, il s’agit ensuite de relever systématiquement les aménagements artificiels du rocher à l’intérieur de l’oppidum (entailles, encoches, logements de poutres, négatifs divers de structures en bois ou en maçonnerie) afin de disposer d’un modèle 3D de ces parois aménagées. Ce modèle, en voie d’élaboration, permettra à terme de dresser un inventaire exhaustif des traces laissées par le bâti antique, y compris dans des endroits inaccessibles, d’en restituer la forme et d’en déduire l’organisation de l’habitat.
  • Enfin, trois aires de fouille ont été ouvertes en 2014 : dans la nécropole nord-ouest (zone J), dans l’habitat (zone B) et dans l’aire cultuelle suburbaine de la terrasse sud-ouest (zone D). Leur étude se poursuivra pendant les six années du Proyecto general de investigación autorisé par la Junta de Andalucía. Trois campagnes ont eu lieu dans les douze derniers mois (mai 2014, octobre 2014 et mai 2015), chacune de trois Les travaux de topographie et de photogrammétrie se sont répartis sur ces trois périodes.

La nécropole nord-ouest

Fig. 1. Plan du site de la Silla del Papa.

Fig. 1. Plan du site de la Silla del Papa.

Les travaux de topographie réalisés en 2013 avaient révélé l’existence, au nord-ouest de l’agglomération (fig. 1, zone J), d’une nécropole qui s’étend sur au moins deux hectares et où l’on a pu identifier en surface 26 monuments funéraires à base circulaire ainsi qu’une douzaine de blocs architecturaux, notamment des corniches moulurées, sans autre intervention qu’un débroussaillage partiel. Cette découverte bouleverse les connaissances établies sur les pratiques funéraires à l’époque préromaine dans le sud de l’Espagne. Aucune nécropole du deuxième âge du Fer n’est connue dans toute la Basse Andalousie, région pourtant intensivement explorée ; au-delà, dans la Haute Andalousie et le sud-est de l’Espagne, les monuments funéraires connus pour l’époque ibérique sont d’une typologie différente, et en fin de compte les parallèles les plus proches, pour les structures mises au jour à la Silla del Papa, se trouvent dans l’aire maurétanienne et punique du nord de l’Afrique.

La campagne de mai 2014 a été entièrement consacrée à cette nécropole. Un débroussaillage complet a été effectué, et deux sondages ont ensuite été réalisés sur les ensembles funéraires qui paraissaient les mieux conservés : J2 au sommet, et J19 à J21 sur une terrasse en contrebas, près de l’extrémité nord-est de la nécropole.

L’ensemble funéraire J2

Cet ensemble est le seul qui ait en son centre une base quadrangulaire et non ronde. Il est situé au point culminant de la nécropole et est partiellement recouvert par un muret moderne. Sa forme singulière est peut-être à mettre en relation avec la position privilégiée de cet ensemble qui dominait toute la nécropole. Un sondage a été réalisé à l’est de la base quadrangulaire. Il a permis de mettre au jour neuf urnes cinéraires enterrées au pied de la structure.

Deux phases ont été distinguées. La plus récente est représentée par des urnes déposées sommairement dans des fosses simples, creusées sans soin et dépourvue de protection maçonnée. Cette phase est datée entre la fin du IIer siècle et le milieu du Ier siècle av. J.-C. d’après la typologie des urnes. Une phase plus ancienne (fin du IIIe siècle) est représentée par une seule urne cinéraire. Cet enterrement se distingue de ceux de la phase récente par un plus grand soin apporté à la préparation de la fosse et à la protection de l’urne, calée entre plusieurs pierres placées de chant. Aucun rapport stratigraphique direct n’a pu être établi entre cette sépulture ancienne et la base quadrangulaire ; on peut seulement affirmer que cette dernière est antérieure aux enterrements du IIe-Ier siècle.

Les ensembles funéraires de la terrasse nord-est (J19 à J26)

Ce deuxième ensemble, qui comprend quatre monuments, est situé à mi-pente sur le versant oriental de la même colline, entre deux barres rocheuses. Les monuments J19, J20 et J26, mal conservés, ont fourni peu d’informations stratigraphiques. Les résultats les plus intéressants ont été obtenus dans la fouille du petit monument J21, de moins de 2 m de diamètre (fig. 2). Le niveau de destruction supérieur a livré deux pierres sommairement sculptées en forme de cylindre à sommet arrondi ; dressées sur une base carrée, l’une, entière, l’autre, fragmentaire, peuvent être interprétées comme des bétyles. Ils offrent de nombreux points communs avec des exemplaires de plus petite taille — et plus tardifs d’environ un siècle — découverts dans la nécropole de Baelo Claudia, ce qui ouvre d’intéressantes perspectives sur le maintien de certaines traditions funéraires sous le vernis romain. À l’extérieur du monument, sous ces niveaux postérieurs à son abandon, trois urnes cinéraires, ont été déposées au pied du parement extérieur, de la même façon qu’en J2.

Fig. 2. Monument circulaire de la nécropole nord-ouest.

Fig. 2. Monument circulaire de la nécropole nord-ouest.

Une structure antérieure à la construction du monument rond est apparue à la fouille dans la moitié nord du sondage. Il s’agit d’un caisson probablement funéraire, rattaché stratigraphiquement à une couche qui a livré un plat à carène marquée et bord évasé, datable de la transition Bronze Final / Premier âge du Fer.

Au terme de cette campagne, de nombreuses incertitudes subsistent. On ne peut restituer que le corps inférieur des monuments en pierre, ronds pour la plupart. Aucun des fragments de corniches repérés en 2013 ne peut être associé aux monuments étudiés en 2014, et leur fouille n’a pas livré de blocs architecturaux. On ignore donc la forme que prenait leur couverture, ni même s’il en avait une. Nous savons seulement que leur base était cylindrique, creuse, et dépourvue de tout aménagement intérieur. Aucun mobilier — funéraire ou autre — n’a été retrouvé à l’intérieur des structures fouillées. La fonction exacte de ces monuments est inconnue. Ils étaient creux mais vides : ce n’étaient donc pas des tombeaux. Les enterrements, au moins dans la phase finale de la nécropole, à l’époque républicaine, ont eu lieu en dehors, dans de petites fosses individuelles. À titre provisoire, nous privilégions l’hypothèse d’une fonction de signalisation liée au groupe familial qui enterre ses morts au pied de chaque mausolée.

Les maisons à étages B2 et B3

L’exploration d’un secteur d’habitat a commencé en octobre 2014 et mai 2015 avec la fouille de deux maisons situées l’une en face de l’autre, de part et d’autre de la rue axiale, dans la partie la plus étroite du corridor naturel qui parcourt le site du sud au nord en plan incliné. Ce secteur offrait deux intérêts : la possibilité d’ouvrir une fouille sur toute la largeur du bâti, de rocher à rocher, sans que sa superficie soit excessivement grande ; et coupler les résultats de la fouille stratigraphique avec l’étude des empreintes en négatif laissées dans le rocher. Ces entailles sont particulièrement nombreuses dans la haute paroi rocheuse sur laquelle s’appuie la maison B2, dont on savait avant la fouille qu’elle possédait trois niveaux.

De la céramique du premier âge du Fer est apparue dès le début de la fouille dans les niveaux de destruction finale des deux maisons, mêlée à du mobilier de l’époque républicaine ; mais la suite des recherches a montré que ce mobilier ancien venait d’un autre secteur d’habitat, quelque part en amont, détruit ou entamé par l’érosion. Les couches d’occupation qui sont apparues à la base de la stratigraphie, sur le rocher, datent du Ier siècle av. J.-C.

Dans la maison B3, une autre phase d’occupation, plus tardive, a été mise en évidence en mai 2015. Elle est représentée par trois gros murs posés sans tranchée de fondation sur la couche de destruction de la phase antérieure. Ce nouveau bâtiment, rectangulaire comme le précédent, suit approximativement le tracé des murs de l’époque républicaine, mais sa facture est moins soignée. Le matériel associé est peu abondant et son étude n’est pas encore réalisée ; des similarités apparaissent cependant avec l’église dont nous traiterons ci-dessous. Il est donc plausible que l’on ait affaire à un habitat de l’Antiquité tardive. Il est trop tôt, en l’état des recherches, pour dire si cet habitat s’étendait à l’ensemble de l’oppidum, ou s’il se limitait à un petit secteur. On se contentera de remarquer qu’il n’avait jamais été possible d’identifier de la céramique des VIe-VIIe siècles dans le matériel des prospections réalisées jusqu’à présent par notre équipe sur le site de la Silla del Papa, soit que le mauvais état de conservation de la céramique, dû à l’acidité du terrain, rende ces productions tardives particulièrement difficiles à reconnaître, soit qu’elles soient réellement très minoritaires.

Le bâtiment D1 : une église wisigothique bâtie sur les ruines d’une nécropole préromaine

La troisième aire de fouille (secteur D1) se situe sur une terrasse en contrebas de l’enceinte principale (fig. 3). Cette zone n’a jamais connu une occupation dense. Avant la fouille, on y voyait en surface quatre bâtiments isolés les uns des autres, dont le plus grand, D1, situé au milieu de la terrasse, a fait l’objet d’un décapage superficiel et de plusieurs sondages en octobre 2014 et mai 2015. Ce bâtiment s’est révélé être une église wisigothique, construite sur les ruines d’un mausolée tardopunique, lequel avait pris la suite d’un habitat du Bronze Final (fig. 4).

Fig. 3. Vue aérienne de la zone D (octobre 2014).

Fig. 3. Vue aérienne de la zone D (octobre 2014).

Fig. 4. Plan du bâtiment D1 au terme de la campagne de mai 2015.

Fig. 4. Plan du bâtiment D1 au terme de la campagne de mai 2015.

Sous l’église, deux sondages ont en effet révélé l’existence d’une occupation initiale qui se situe entre le Bronze Final et le premier âge du Fer. Dans l’espace D1i, deux murs mal conservés sont apparus sous les fondations de l’abside. Une date 14C faite sur un charbon provenant de cet horizon a donné la fourchette 1110-925 av. J.-C. (2 sigmas). Les formes de la céramique s’accordent bien avec une chronologie antérieure à la phase de contact avec les Phéniciens. Dans le sondage de l’espace D1a, une autre datation 14C a donné une date un peu plus tardive : 905-805 av. J.-C. (2 sigmas). Joint à des fragments de torchis brûlé et de charbon, ce matériel céramique très usé et très fragmenté trahit la présence dans ce secteur d’un habitat qui s’est sans doute maintenu pendant une assez longue période.

La phase suivante est représentée par une nécropole de la fin de l’âge du Fer, similaire à celle que nous avons commencé à fouiller en mai 2014 à l’autre extrémité du site. Comme cette dernière, la nécropole sud-ouest se situe en marge de l’habitat, à une altitude inférieure, mais dans un lieu offrant une excellente visibilité. Cette deuxième nécropole a livré plusieurs bétyles (en surface), et trois structures circulaires ont pu être repérés malgré la densité de la végétation, à l’ouest de la zone D. En outre, il est apparu que la plus grande partie des blocs employés dans la construction de l’église proviennent de monuments funéraires comparables à ceux de la nécropole nord-ouest, mais de plus grande taille. Le bloc en remploi le plus remarquable est celui qui ferme l’abside du côté est (fig. 5). Pourvu aux deux extrémités d’une mouluration, il mesure 2,8 m de long, et devait former seul un des côtés d’un mausolée de section carrée. Compte tenu de la taille des blocs, ce monument funéraire était nécessairement proche du chantier de l’église.

Fig. 5. L’abside de l’église D1, vue du sud-ouest. Au premier plan, bloc mouluré en remploi.

Fig. 5. L’abside de l’église D1, vue du sud-ouest. Au premier plan, bloc mouluré en remploi.

L’étude de l’église elle-même a à peine commencé. Elle se fera avec le renfort de Bastien Lefebvre (UT2J, TRACES) et de Sonia Gutiérrez (Universidad de Alicante) qui ont rejoint l’équipe de recherche. On se contentera ici de quelques observations préliminaires. Le corps de bâtiment principal est une nef rectangulaire de 10,5 x 6,3 m ouvrant à l’est sur une abside trapézoïdale, légèrement désaxée par rapport à l’orientation ouest-est de la nef. Au sud s’ouvre une pièce de 5,35 x 4,6 m, partiellement mise au jour (D1d), d’où l’on accédait à un autre espace dont seul le coin nord-ouest a été reconnu (D1k). Tous ces murs présentent des épaisseurs de 0,68 à 0,75 m (0,85 à 0,96 pour l’abside). Ils sont construits en blocs de remploi, souvent de grande taille, assemblés à sec sans mortier ni remplissage interne (fig. 4, phase 2). Les piédroits des portes percées dans les murs de la nef (deux au nord, une à l’est, une au sud) sont constitués par de grands blocs dressés verticalement. Au nord, des murs construits dans un appareil de moellons de plus petite taille et de forme moins régulière délimitent deux pièces annexes accessibles depuis la nef, D1g qui ne semble pas avoir été fermée à l’ouest, et D1h (phase 3). Ces murs sont postérieurs à ceux de la nef et antérieurs à plusieurs remaniements ponctuels (phase 4) : un rétrécissement de la porte donnant sur D1h, et dans cette dernière pièce la construction de deux banquettes. Enfin, les vestiges mal conservés de murs d’apparence très fruste ont été identifiés dans les espaces D1g et D1d (phase 5).

Les éléments de datation, quoique encore peu nombreux, sont très instructifs. Un charbon prélevé dans une des tombes de la nef a donné une date C14 de 570-655 ap. J.-C. (2 sigmas) qui correspond à la période d’occupation et d’utilisation de l’église (phase 2 ou phase 3).

Une deuxième date a été fournie par un dépôt végétal carbonisé conservé entre plusieurs vases de cuisine entiers (pots et écuelles) retrouvés dans un niveau d’abandon à l’intérieur de l’abside : 720-895 ap. J.-C. Cette date, qui se situe après la conquête arabe, correspond à une période pendant laquelle l’église a perdu son caractère sacré et sert encore d’abri, ou de logement de fortune, avant sa ruine définitive (phase 4 ou phase 5). C’est peut-être à ce moment-là que la table d’autel a été retirée de l’abside ; seul y fut laissé le tronçon de colonne qui supportait la table, avec son reliquaire caractéristique (fig. 4 et 5).

L’étude architecturale de l’église sera un des principaux objectifs des années à venir. Des enseignements cruciaux pourront être tirés de l’effondrement du mur de façade, tombé d’un seul tenant et laissant encore voir l’alignement de ses assises (blocs en grisé sur la figure 4) ; de plus, l’analyse des blocs en remploi permettra de procéder, au moins partiellement, à la restitution des mausolées dont les ruines furent pillées par les bâtisseurs de l’église.

Pour citer ce billet : Pierre Moret, « La Silla del Papa (Tarifa, Cádiz). Rapport 2014-2015 », Archéo-CVZ. Carnet des fouilles archéologiques de la Casa de Velázquez, mis en ligne le 28/03/2018, https://archeocvz.hypotheses.org/509.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.