La Sierra de Carthagène. Rapport 2008-2009

Christian Rico et Jean-Marc Fabre (TRACES – UMR 5608 CNRS, université de Toulouse 2-Le Mirail)


À la suite de deux missions préliminaires effectuées en 2007, l’année 2008 a vu le démarrage du programme de recherches archéologiques sur les mines de plomb-argent de la sierra de Carthagène. Celle-ci fut le premier grand district métallifère contrôlé par les Romains en péninsule Ibérique dès la fin du IIIe siècle et domina dès ce moment la production d’argent et de plomb du monde romain et ce, jusqu’à la fin de la République (fin IIe – Ier s. av. J.C.). Ce programme, mené en collaboration avec Juan Antonio Antolinos Marín, archéologue et directeur du Museo minero de La Unión, a obtenu un financement de la Casa de Velázquez, de la Dirección General de Cultura de la Región Murcia et de l’UMR 5608 TRACES de l’université de Toulouse II-Le Mirail.

Rappel des objectifs

La Sierra minera de La Unión, à 7 km à l’est de Carthagène, est un massif allongé d’ouest en est qui borde sur 25 km la Méditerranée. Riche de ses gisements de galène argentifère, le massif a fait l’objet, dès les années 1840, d’une exploitation intensive qui a fait disparaître, en même temps qu’elle les découvrait, une grande partie des vestiges antiques liés à l’extraction du minerai, sa préparation et son traitement métallurgique. Les premières recherches ont été menées par Cl. Domergue dans les années 60 et 70 alors que l’industrie moderne battait son plein. D’autres ont suivi, mais sans régularité, quelques décennies plus tard. Toutes ont permis de constater non seulement l’étendue des destructions modernes mais aussi la conservation, en de nombreux points, de vestiges remontant au plus tard à l’époque de la domination romaine.

Recueillir des données neuves sur la chronologie de l’exploitation antique, les techniques d’extraction, de préparation et de réduction du minerai, sur l’organisation du travail et l’identité des exploitants comme de la main-d’œuvre à l’époque romaine, tel est, pour résumer, l’objectif premier du programme. À terme, il s’agit de renouveler la connaissance d’une des principales régions minières de l’Hispanie romaine, qui repose principalement sur des observations anciennes, celle en particulier, des ingénieurs des mines modernes, et dont, malgré l’importance historique, la recherche s’est d’une manière générale trop longtemps détournée. C’est la raison pour laquelle il a été décidé de travailler dès le départ aussi bien sur les réseaux souterrains encore accessibles que sur les installations de surface.

Les travaux effectués en 2008

Conformément au projet déposé, deux campagnes ont eu lieu en 2008. La première, en juin-juillet, a porté sur un important site de surface sur le flanc nord-est du Cabezo del Pino (La Unión-Portmán) qui, bien que situé dans la partie centrale de la sierra, la plus touchée par l’activité minière moderne, est relativement bien préservé. La seconde mission, en septembre, a été exclusivement consacrée aux réseaux souterrains encore accessibles.

Les fouilles de surface ont révélé un ensemble de structures liées à la préparation de la galène argentifère, opération préalable à sa métallurgie. Cette étape indispensable de la chaîne opératoire du minerai argentifère, appelée minéralurgie, avait lieu dans des installations spécifiques, les laveries, et nécessitait un apport constant d’eau. Les vestiges qui ont commencé à être fouillés appartiennent à une de ces laveries. C’est une première à Carthagène mais aussi dans le contexte plus général de la péninsule Ibérique. Le plan reste encore incomplet ; plusieurs bassins de décantation et de lavage de plans différents ont été mis au jour. Tous sont remplis de résidus de lavage qui ont été échantillonnés. Ces échantillons sont en cours d’analyses à l’université polytechnique de Carthagène. Les résultats devraient nous en apprendre plus sur les protocoles utilisés dans le lavage de la galène à l’époque romaine. En amont de la laverie, à une cinquantaine de mètres de là, ont été partiellement dégagés les restes d’un grand réservoir. En première hypothèse, ce bassin devait fonctionner en liaison étroite avec la laverie. Le mobilier archéologique, en tout état de cause, situe la construction et l’utilisation des deux installations au même moment, entre le milieu ou la fin du IIe siècle et le Ier siècle av. J.-C., une chronologie qui devra être affinée en 2009.

Avec une équipe réduite et rompue à ce genre de travail, plusieurs investigations ont été menées sur les mines encore accessibles du même secteur du Cabezo del Pino. Les recherches les plus poussées ont concerné la mine « Braguelone », un vaste réseau souterrain moderne dont on n’exclut pas qu’il ait repris ou recoupé des chantiers plus anciens, et notamment romains. Plus d’un kilomètre et demi de travaux, sur un dénivelé de 65 m, ont été explorés cette année. 933 m de travaux ont été topographiés et reportés sur un plan de la zone. Plusieurs ensembles ont été distingués, un d’époque contemporaine, trois autres sont plus anciens. Les observations effectuées dans certaines parties de la mine laissent envisager des travaux antiques (d’après l’aspect et la section des galeries, les traces de taille au pic et à la pointerolle). Des sondages ponctuels dans des zones soigneusement choisies permettront, nous l’espérons, de passer de la chronologie relative à la chronologie absolue et d’identifier des ouvrages remontant à l’époque romaine.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.