Le centre monumental de Baelo Claudia. Rapport 2014-2015

Laurent Brassous (Université de La Rochelle), Xavier Deru (Université Lille 3), Oliva Rodríguez Gutiérrez (Universidad de Sevilla), et Tarek Oueslati (CNRS, Halma, Lille)


Les recherches archéologiques conduites sur le secteur sud-est du centre monumental de Baelo Claudia, entre le 20 avril et le 15 mai 2015, marquent la quatrième phase du Proyecto General de Investigaciones Arqueológicas (PGIA) approuvé par la Junta de Andalucía pour les années 2012-2017 et porté par la Casa de Velázquez, en collaboration avec le Conjunto arqueológico de Baelo Claudia et les universités de Séville, Poitiers (HeRMA), Lille 3 (Halma) et La Rochelle (LIENSs).

Fig. 1. Localisation en gris de la zone de fouilles dans le centre monumental de Baelo Claudia.

Fig. 1. Localisation en gris de la zone de fouilles dans le centre monumental de Baelo Claudia.

L’objet de ce projet est l’étude du secteur sud-est du centre monumental de la ville antique. Le secteur de fouilles couvre environ 450 m2. Il est délimité par le tracé des voies environnantes (fig. 1) : le cardo dit « rue des colonnes » à l’est (C4), le decumanus maximus au sud (D1), la ruelle d’accès au forum à l’ouest longeant la basilique. Quant à la limite nord, elle est fournie par le secteur de la « grande domus » où des fouilles ont déjà été menées en 1974-1975 (Remesal, Rouillard, Sillières, 1976, pp. 484-485). Les objectifs de ce programme visent à caractériser et restituer l’architecture et la chronologie des occupations successives dans ce secteur, et à étudier l’articulation des espaces centraux de la ville grâce à l’emboîtement des différentes échelles d’analyse et la contextualisation des structures repérées dans le secteur sud-est. La situation particulière de ce dernier, à la croisée des grands axes de la ville et de secteurs aux fonctions différentes, invitait également à étudier l’évolution de la circulation au cœur de la ville. En l’absence d’une fouille archéologique approfondie et d’après quelques sondages ponctuels, le secteur a traditionnellement été désigné comme celui du « monument du sud-est » (Sillières, 1995, p. 128).

L’état des découvertes avant la campagne de 2015

Les recherches conduites depuis 2012 ont permis de nuancer l’idée de l’existence d’un seul monument en mettant en évidence la succession de plusieurs édifices, ainsi que d’en proposer une chronologie relative pour leurs phases de construction, d’occupation voire de réoccupation et de destruction (fig. 2; Brassous, Deru, Rodríguez, 2014). L’occupation la plus ancienne du secteur, actuellement connue, est constituée par un édifice à péristyle (édifice B), aussi appelé « grande domus », mais dont l’identification comme une structure domestique reste encore à confirmer. Cet édifice fut ensuite amputé de sa partie méridionale par la construction d’un édifice monumental du Haut-Empire (édifice C) dont une pièce emblématique est formée par trois puissants murs podiums. Jusqu’à cette année, trois phases de réoccupation successives de ce monument au cours de l’Antiquité tardive avaient été identifiées, dont la dernière était marquée par la construction d’un très grand bâtiment maçonné (édifice D), un type d’édifice qui était jusqu’alors inconnu dans la ville pour cette période.

Fig. 2. Plan des édifices B, C et D identifiés dans le secteur sud-est du forum (DAO Chr. Louvion).

Fig. 2. Plan des édifices B, C et D identifiés dans le secteur sud-est du forum (DAO Chr. Louvion).

Les objectifs de la campagne de 2015

Dans le respect du programme établi par le PGIA inscrit dans le cadre législatif andalou imposant l’alternance d’une année de fouilles de terrain et d’une année d’étude du matériel, les activités de 2015 furent donc d’abord orientées vers l’étude du matériel essentiellement céramique et organique, exhumé en 2014. Toutefois, en raison de la durée limitée du programme, une autorisation exceptionnelle a été accordée afin poursuivre l’activité archéologique de terrain sur trois secteurs spécifiques de l’aire d’étude. Dans le premier secteur au nord de l’aire de fouille (fig. 2), le but était de poursuivre l’étude de la relation entre l’édifice B et l’édifice C d’une part, et de comprendre celle avec le cardo d’autre part, par la recherche d’un accès entre les deux. Dans le deuxième secteur, au centre-ouest, l’objectif était de poursuivre l’étude de l’édifice monumental C, seulement reconnu partiellement par la mise au jour de l’arase de ses murs, sous les occupations tardives. Afin de connaître l’architecture de ce monument, il fallait terminer la fouille puis procéder à l’enlèvement de ces structures tardives, d’où la nécessité d’effectuer un enregistrement patient et minutieux de celles-ci. Dans le troisième secteur au sud-est de l’aire de fouilles, l’objectif était double : comprendre, d’une part, le contact entre les boutiques au sud de l’édifice C et le decumanus, en vérifiant l’existence d’un hypothétique portique symétrique à celui qui était installé devant les boutiques du macellum ; identifier, d’autre part, l’extension de l’édifice D.

Les résultats de la campagne de 2015

Les études de matériel

Les études ont porté sur le matériel céramique — amphores exclues —, issu des contextes fouillés en 2014 ainsi que sur le matériel faunistique découvert depuis 2012. Celles-ci ont permis de préciser la chronologie, en particulier celle des niveaux d’abandon de l’édifice à péristyle et d’une partie des occupations tardives, ainsi que la nature de l’occupation du secteur.

Retenons que l’inventaire de la céramique, impossible à détailler dans le cadre restreint de ce rapport, compte maintenant près de 30 000 tessons ; ceux-ci proviennent principalement de l’occupation tardive du site et permettent de caractériser le mobilier de cette période. C’est la terra sigillata africaine D qui constitue la vaisselle de table ; pour la céramique de cuisine, on constate une concurrence entre la céramique africaine, des productions sans doute locales et des récipients modelés.

Quant à l’abondant témoignage faunistique issu des niveaux datés des Ve et VIe s., il renseigne sur une alimentation basée sur le pastoralisme qui est, soulignons-le, favorisé par l’environnement adapté à l’élevage extensif de bovins et de caprinés. Un fait intéressant a été relevé dans un contexte du Bas-Empire où une côte de bœuf a été désossée par une incision sagittale de sa face interne témoignant d’une technique diffusée dans l’Empire romain à partir de l’Italie. Cette technique est peut-être en rapport avec l’existence d’une activité importante de transformation de carcasses de bovins. De même la présence de thons de grande taille met en évidence le maintien de la tradition de pêche au thon et peut-être de production de conserves jusqu’aux Ve-VIe s.

Les activités de terrain

Elles ont permis d’améliorer notre connaissance de l’architecture des différents édifices et de confirmer une partie des hypothèses mentionnées ci-dessus, ainsi que l’identification quasi complète de la forme de l’édifice monumental C qui semble avoir été un édifice destiné à la présentation d’un groupe statuaire. Les découvertes de cette année montrent qu’il s’agit d’un édifice unique à ce jour à Baelo par sa forme et par la richesse de sa décoration.

Avant d’aller plus loin dans la description des découvertes, il convient de noter que le présent rapport a été rédigé directement après l’intervention, et ne peut donc bénéficier de l’apport des études du matériel découvert cette année projetées pour l’année 2016, dont près de 450 kg de céramiques, 39 monnaies, de très nombreux petits objets de bronze, plusieurs éléments de statuaire en bronze et en marbre ainsi que ceux d’une inscription sur bronze très fragmentée. De même, la mise au net de l’ensemble des plans, coupes et relevés ainsi que la réalisation du diagramme stratigraphique n’ont pas encore pu être achevées, ce qui nous prive de précieux instruments d’analyse et de présentation des résultats. Il est toutefois possible de présenter un bilan provisoire des découvertes à partir des travaux réalisés dans chacun des trois secteurs.

Secteur 1 : L’édifice à péristyle (B)

Dans ce secteur, les campagnes précédentes avaient permis de préciser l’organisation architecturale de cet édifice partiellement fouillé par P. Sillières en 1975. Dans l’emprise de la fouille, il s’organise autour d’un péristyle dont les dimensions peuvent être estimées de 8,30 m sur 9,30 m. Le portique du péristyle comportait au moins trois colonnes sur son côté sud. Les recherches avaient permis de mettre au jour deux pièces à l’ouest de ce dernier ainsi qu’un petit couloir d’accès à la ruelle longeant la basilique. Le sol de toutes ces pièces est constitué d’un épais béton en tuileau. Dans l’angle sud-est du portique, une canalisation percée dans ce sol devait permettre de drainer l’eau du centre du péristyle. Par ailleurs l’exhumation partielle du mur méridional du portique a montré que différents accès du portique vers des pièces situées au sud avaient été obstrués lors de la construction du grand édifice monumental C provoquant ainsi le démembrement partiel de l’édifice B. Enfin la découverte de murs de compartimentation du portique du péristyle a fait connaître les transformations architecturales de l’édifice dans ses dernières phases d’occupation.

L’étude du matériel, exhumé lors de la précédente campagne, a montré que toutes les pièces de l’édifice n’avaient pas été abandonnées en même temps. Certaines l’ont été au IIIe s. et d’autres au IVe s. Cette différence semble confirmer la réoccupation partielle de l’édifice après la compartimentation dont il fut l’objet. Cette dernière ayant elle-même probablement fait suite à son démembrement occasionné par la construction de l’édifice monumental sur la partie méridionale.

Les recherches sur le terrain se sont concentrées cette année à l’est de l’édifice B afin de mieux comprendre sa relation d’une part avec le cardo 4 et d’autre part avec l’édifice C à l’endroit où il restait à observer un segment du mur conjoint entre les deux édifices.

Il fut donc procédé dans un premier temps à l’enlèvement des couches de remblai déjà identifiées lors de la fouille à l’ouest et couvrant l’ensemble du secteur au-dessus du niveau de destruction de l’édifice. Ce travail a révélé les arases supérieurs des vestiges des murs conservés dans ce secteur. La distribution de ces murs semble indiquer que l’édifice possédait une entrée donnant directement accès depuis le cardo au péristyle de l’édifice. Sur les côtés de cette entrée se situent deux pièces attenantes au portique et ouvertes sur celui-ci par une étroite ouverture. La pièce au nord de l’entrée paraît elle-même divisée en deux par un petit mur de refend. À ce stade, pour des questions de temps et de moyens, la fouille a été centrée sur la pièce située au sud de l’entrée afin d’obtenir une vision complète du mur conjoint entre les deux édifices, dans la continuité du travail réalisé lors de la précédente campagne.

Cette pièce quadrangulaire mesure 2,10 m sur 3,10 et est formée par des murs épais de 0,4 à 0,60 m, en pierres calcaires de dimensions hétérogènes, et dont quelques fugaces restes d’enduit mural indiquent qu’ils devaient en être recouverts (fig. 3). À la différence des autres pièces de l’édifice, celle-ci ne possédait pas de sol en béton tuileau mais un sol en terre, probablement rehaussé plusieurs fois. La pièce communiquait avec le portique à l’ouest par une étroite ouverture. Elle possédait également une large ouverture sur le cardo de 2,40 m dont il reste encore difficile de dire qu’il s’agissait d’un point de passage en raison de l’absence de seuil et d’un dénivelé important avec le sol de la pièce. Il s’agissait probablement d’une baie ayant fonctionné comme une porte dans un second temps, avec le relèvement du niveau de sol de la pièce. Dans cette pièce, la stratigraphie présente un épais niveau de grosses pierres sous lesquelles l’abondance de tuiles plates mélangées à de nombreuses inclusions de charbons signalait la présence d’un épais niveau de destruction. Sous ce dernier niveau sont apparus les sols en terre formés par plusieurs niveaux compacts de terre argileuse. Creusée dans ces sols, la canalisation, déjà observée dans le portique et couverte par d’épaisses dalles de calcaire, se poursuit dans cette pièce. Dans l’angle sud-est, elle s’enfonce sous la maçonnerie irrégulière des murs ce qui indique un probable remaniement de ces derniers en lien avec l’installation ou l’entretien de cette canalisation.

Fig. 3. Pièce sud-est de l’édifice à péristyle, vue depuis le sud-est. Secteur 1 (cliché L. Brassous/O. Rodríguez).

Fig. 3. Pièce sud-est de l’édifice à péristyle, vue depuis le sud-est. Secteur 1 (cliché L. Brassous/O. Rodríguez).

Secteur 2 : Le grand édifice monumental C et les occupations tardives.

Les travaux de 2013 ont révélé l’existence d’une pièce quadrangulaire d’environ 8 m de côté, fermée par trois murs massifs épais de 1, 60 m (fig. 2 et 4). Les vestiges d’une petite abside sur l’arase du mur oriental pourraient indiquer la présence de niches intérieures au-dessus de ces murs qui seraient alors des podiums. La fouille de 2014 avait révélé que cette pièce était insérée dans un monument de plus grande ampleur avec au moins une pièce ouverte au sud, vers le decumanus ou son portique. Un sondage effectué dans cette pièce a également montré l’antériorité de ce monument à un sol construit entre les IIIe et IVe s. ap. J.-C. Les travaux de l’année 2014 avaient permis de compléter le plan de ce monument et d’avancer plusieurs hypothèses sur son organisation qu’il fallait confirmer. D’abord, la découverte de l’arase supérieure du mur ouest fermant la grande pièce aux murs massifs permettait de supposer la présence d’une ouverture à l’ouest. Par ailleurs, non seulement l’appartenance de l’abside à ce même monument avait été montrée, mais il semblait probable que cette abside fut ouverte sur un petit péristyle qui aurait été situé à l’ouest de la pièce aux murs massifs lui servant ainsi d’antichambre. Enfin, le décapage des couches supérieures situées au sud du monument avait révélé l’existence probable de boutiques liées au monument mais sans communication avec celui-ci et donc ouvertes vers le decumanus ou le portique sud. L’ensemble de ces observations ne pouvaient alors être confirmées ou infirmées en raison de l’occupation postérieure de ce monument par des constructions tardives dont l’étude était en cours (cf. infra).

Fig. 4. Vue générale depuis l’est des vestiges découverts en 2015, avec au premier plan la pièce aux murs podiums et au second plan l’atrium. Secteur 2 (cliché L. Brassous/O. Rodríguez).

Fig. 4. Vue générale depuis l’est des vestiges découverts en 2015, avec au premier plan la pièce aux murs podiums et au second plan l’atrium. Secteur 2 (cliché L. Brassous/O. Rodríguez).

Le relevé, la fouille et l’enlèvement de ces constructions tardives ont permis cette année de mettre au jour le plan complet de l’édifice monumental et de confirmer une grande partie des hypothèses précédentes. Cet édifice monumental s’organise autour de deux grandes pièces. La première est constituée par un vaste atrium et la seconde est une grande salle dallée de marbre dont les murs podiums périphériques devaient être pourvus de niches, probablement destinées à abriter des statues dont plusieurs fragments — modestes — ont été découverts. L’atrium mesurait 8,60 m d’est en ouest et 7,50 m du nord au sud. Il était entièrement couvert d’un béton de tuileau et la base des murs périphériques était pourvue d’un quart-de-rond. Les murs conservaient plusieurs couches d’un enduit blanc. L’entrée se faisait au sud-ouest par un court corridor large de 2,90 m. Elle donne accès au monument par le portique depuis le decumanus. Sur le côté nord de l’atrium, dans le prolongement du corridor, se trouvait une abside de même largeur dont le sol en béton de tuileau était légèrement surélevé par rapport à ce dernier. L’impluvium au centre de l’atrium mesurait 3,70 m sur 3,60 m. Le sol de la partie centrale est également fait d’un béton de tuileau et la base des murs est pourvue de quarts-de-rond de même facture. Bien que peu visibles en raison de la permanence d’un mur tardif, deux pierres plates ayant peut-être servi de support sont disposées au fond de l’impluvium sur le côté oriental. Toutefois, aucune canalisation permettant l’adduction ou plus probablement l’évacuation des eaux n’a encore été retrouvée. Seule la base de la colonne de l’angle nord-est est conservée, les autres ayant probablement été enlevées. Il reste seulement leurs empreintes au sol. Elles devaient présenter un diamètre d’environ 50 cm ce qui permettait de supposer une élévation importante de l’édifice, jusqu’à 4 à 5 m environ. À l’est, une ouverture donnait accès, depuis l’atrium, à l’intérieur de la grande salle aux murs podiums. Un sondage pratiqué au nord-ouest de cette salle a permis de constater que le sol était formé par un opus sectile présentant un décor géométrique réalisé avec une grande variété de marbre. Le placage remontait le long des murs et se prolongeait ensuite par un épais enduit mural.

L’organisation architecturale de cet édifice marqué par l’enchaînement d’un atrium et d’une grande pièce richement décorée et pourvue de niches, ainsi que la découverte de différents fragments de statuaire semblent indiquer qu’il s’agissait d’un monument destiné à l’exhibition d’un groupe statuaire. D’après le matériel découvert dans la stratigraphie provenant de l’atrium, l’abandon de ce monument se situerait dans le courant du IVe s. Les données chronologiques provenant de la grande pièce aux murs podiums ne sont pas encore disponibles.

Après l’abandon et la destruction partielle de ce monument — l’atrium est hors d’usage et la grande salle aux murs podiums semble comblée, mais les murs périphériques sont encore debout —, la fouille a révélé au moins trois époques différentes d’occupation qui s’échelonnent du IVe s. à la fin du VIe s. voire au début du VIIe s. Ces constructions tardives utilisaient à la fois de nouveaux murs, mais s’appuyaient également sur les murs encore en élévation des édifices antérieurs, tels que ceux de l’abside. En raison de ces superpositions et de leur arasement partiel, il est parfois difficile de déterminer le plan complet de ces constructions (Brassous, Rodríguez, Deru, sous presse). De dimensions modestes, elles s’organisaient autour de deux ou trois pièces. Les sols de ces constructions étaient en terre, mais installés sur des hérissons de pierres et de moellons relativement bien agencés. La fonction domestique de ces constructions tardives semble la plus probable en raison de la présence de restes de foyers et de déchets domestiques associés.

Secteur 3 : Le portique devant les boutiques et le grand bâtiment D

Rappelons que la campagne de 2013 avait permis, d’une part, de mettre en évidence la réoccupation d’une boutique méridionale de l’édifice C, marquée par la construction d’un sol assez irrégulier et la fermeture du seuil de la boutique, évènements qu’il faut situer au tournant du IIIe et du IVe s. Elle avait, d’autre part, permis d’identifier la construction d’un grand bâtiment maçonné (édifice D) de 17, 80 m de long sur plus de 9,30 m de large (fig. 2), ultime construction reconnue sur le secteur avant l’occupation moderne. Le sondage réalisé dans le secteur 3 avait donc un double objectif : identifier les limites de l’édifice D et rechercher l’existence d’un portique au sud des boutiques. Concernant l’édifice D, les recherches ne sont pas concluantes, car ce bâtiment s’étend, sous un pavement moderne, encore au-delà des limites du sondage réalisé. Il est aujourd’hui possible de dire que l’édifice mesure plus de 13 m de large. En revanche, ce sondage a permis de confirmer l’existence d’un portique qui mesurait 3 m de large du nord au sud et était couvert d’un sol en galets liés au mortier (fig. 5). Le sondage a également permis de constater l’occupation du portique à l’époque tardive en avant de la boutique qui a probablement correspondu à la réoccupation de la boutique. Cette occupation du portique est marquée par la fermeture de ses côtés méridional et oriental par de nouveaux murs formés de gros blocs de remploi en calcarénite.

Fig. 5. Vue du portique et de son sol depuis l’ouest. À l’est et au sud, le portique est fermé par des murs tardifs. Secteur 3 (cliché A. Denyziak).

Fig. 5. Vue du portique et de son sol depuis l’ouest. À l’est et au sud, le portique est fermé par des murs tardifs. Secteur 3 (cliché A. Denyziak).

Conclusion

Les travaux conduits cette année sur le matériel et sur le terrain ont permis d’affiner la chronologie relative de l’occupation proposée l’an passé, et de préciser la planimétrie, la morphologie et la nature des constructions et des occupations du secteur sud-est du forum. Les résultats de cette campagne sont remarquables notamment grâce à la mise au jour du plan, très vraisemblablement complet, de l’édifice C, unique par sa forme et sa décoration à Baelo, et dont de nombreux indices laissent penser qu’il s’agissait d’une salle destinée à l’exposition d’un groupe statuaire. C’est une hypothèse de travail qui reste à confirmer, mais qui ouvre d’ores et déjà des perspectives de recherches stimulantes pour les prochaines campagnes. En effet, cette hypothèse soulève de nombreuses questions sur la nature du groupe statuaire et le caractère public ou semi-public de l’édifice. Pourrait-il s’agir d’une schola ? Elle interroge également sur la nature de la construction antérieure sur lequel cet édifice est en partie construit. Quoi qu’il en soit, sa présence sur le forum de Baelo Claudia soulignerait encore la richesse de son ensemble monumental et son caractère paradigmatique.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.