Rirha (Sidi Slimane, Maroc). Rapport 2014-2015

La mission archéologique maroco-française de Rirha est soutenue par le ministère des Affaires étrangères et du Développement international français, la Casa de Velázquez (Madrid), le LabEx Archimede (UMR 5140, ASM, Montpellier) et l’Institut national des sciences de l’archéologie et du patrimoine de Rabat. Entre juin 2014 et juin 2015, l’équipe a effectué une session d’inventaire du matériel céramique de deux semaines (en octobre 2014), une session d’étude de la faune de 10 jours (en mai 2015) et une campagne de fouilles d’un mois à Rirha du 27 avril au 23 mai 2015 à laquelle ont participé plusieurs spécialistes (céramologie, archéozoologie, archéobotanique, architecture, dessin, topographie). Parallèlement, les géologues ont complété pendant l’année les travaux de laboratoire sur les matériaux de construction et sur les pâtes céramiques.

Les investigations de terrain ont concerné en 2015 les deux zones principales du site : le « tell » maurétanien (Ensemble 5) et le quartier d’époque romaine (Ensemble 1). Les relevés topographiques et les prises de vue zénithales à la perche (Séverine Sanz) ont permis la réalisation des plans et des restitutions en 3-D (fig. 1).

Fig. 1. Orthophotographie du site de Rirha dans le méandre de l’oued Beht. Localisation des zones de fouilles (Cliché : S. Sanz).

Fig. 1. Orthophotographie du site de Rirha dans le méandre de l’oued Beht. Localisation des zones de fouilles (Cliché : S. Sanz).

Les opérations de fouilles

L’Ensemble 5, quartier de bâtiments maurétaniens (C.-A. de Chazelles, M. Kbiri Alaoui, Gazzal, J.-C. Roux)

À l’extrémité ouest du site, sur la colline du « tell », les niveaux d’occupation de la période dite « maurétanienne » (avant 40 ap. J.-C.) sont fouillés sur une superficie de 250 m2. Ils appartiennent à un îlot qui s’étire d’ouest en est, composé par plusieurs espaces mitoyens, et à un espace de circulation qui le longe au nord (fig. 2).

Fig. 2. Vue aérienne de l’Ensemble 5 en fin de campagne 2015, états C et D. Bâtiments de briques crues de l’îlot maurétanien ; à gauche, seconde structure circulaire excavée (Cliché : S. Sanz).

Fig. 2. Vue aérienne de l’Ensemble 5 en fin de campagne 2015, états C et D. Bâtiments de briques crues de l’îlot maurétanien ; à gauche, seconde structure circulaire excavée (Cliché : S. Sanz).

La fouille en phase de l’îlot et de l’espace de circulation (espace 18) a été poursuivie de manière à appréhender les plans successifs et l’évolution au cours du Ier s. av. J.-C. En 2015, le plan général inclut de nouveaux espaces du côté occidental à l’emplacement de la « tranchée Châtelain », sondage réalisé dans les années 1920 dont on a finalement atteint la base (secteurs 36, 37). Une large structure circulaire d’un diamètre de 3,80 m, très comparable à la grande fosse médiévale de l’espace 7, est apparue sous la tranchée.

Dans l’îlot, deux nouveaux états ont été reconnus d’après les modifications architecturales mais, en fonction de l’avancement de la fouille dans les espaces, les travaux se sont terminés soit sur les sols de l’état C (34, 36, 37 et 18) soit sur ceux de l’état D (35, 38, 39, 40, 41, 42). L’étude des murs aide à définir les états successifs et à repérer l’emplacement des baies. Chaque nouveau mur est édifié sur l’arasement irrégulier d’un plus ancien qui conserve 2 à 5 assises. Plusieurs cas de remploi de briques sont attestés par la rubéfaction de leurs côté pris dans la maçonnerie ; cette récupération, qui devait être systématique, explique la modeste épaisseur des couches de démolition. Si des chaînages d’angle indiquent des chantiers de construction homogènes pour un bâtiment (34-35 à l’état C par exemple), il est évident par ailleurs que certains murs se sont appuyés contre des édifices déjà bâtis : une chronologie relative apparaît entre les pièces 38 et 33 et les pièces 33 et 34.

Les murs entièrement bâtis en briques de terre crue ont des largeurs de 0,90 m, mais pas de soubassements en pierre. Les adobes (54 x 34-37 cm) sont disposés de manière soignée, une assise se composant d’une rangée de boutisses et d’une rangée de panneresses.

Le plan des espaces bâtis reste incomplet du côté sud à cause de l’érosion du tell mais la localisation de certaines baies donne l’amorce d’une réflexion sur la circulation. Les secteurs ne présentent pas tous la même stratigraphie et témoignent ainsi d’utilisations différentes. Durant l’état C, les sols des espaces 34 et 35 ne recèlent par exemple ni foyer ni vestiges domestiques, contrairement à ceux des autres pièces (deux vases entiers retrouvés sur une zone de cuisson dans la salle 36) (fig. 3). Pour l’état D, la disposition est très différente, les secteurs 35, 42 et 41 forment un seul lieu comportant d’épaisses accumulations cendreuses (en 41-42) et une vaste dépression au fond tapissé de cendres qui occupe l’emplacement du secteur 35 : il s’agit d’un espace non couvert consacré à des activités requérant le feu qui ne sont pas encore précisées.

Fig. 3. Ensemble de pièces domestiques dans la partie sud-est de l’îlot, état C de l’Ensemble 5. Traces de feu et objets abandonnés sur les sols (Cliché : J.-Cl. Roux).

Fig. 3. Ensemble de pièces domestiques dans la partie sud-est de l’îlot, état C de l’Ensemble 5. Traces de feu et objets abandonnés sur les sols (Cliché : J.-Cl. Roux).

L’espace 18, large de 2,20 m, s’insère entre l’îlot et une pente abrupte inclinée vers le nord ; il constitue la limite de l’espace habité dans cette partie du tell au cours de la dernière phase maurétanienne. En effet, il est improbable qu’une terrasse occupée se trouve en contrebas car des dépotoirs se sont accumulés à la rupture de pente ; certains sont des rejets de nature domestique (noirâtres, cendreux, riches en mobilier) et d’autres de la terre de déblais. Un dépôt particulier, qui comble une large dépression du sol et se déverse sur la pente, est composé exclusivement par des tessons dont beaucoup sont des ratés de cuisson de céramiques tournées. Deux aires de combustion, dont une assez large et ayant fonctionné très longtemps et une autre à côté de la baie de la pièce 33, montrent que cet espace de circulation pouvait accueillir des tâches sans doute domestiques.

Alors que les sols des pièces, souvent très propres, livrent peu d’indices de datation, les niveaux de destruction contiennent au contraire un mobilier abondant qui place ces deux nouveaux états dans la seconde moitié du Ier s. av. J.-C. Il s’avère, par conséquent, qu’en quelques décennies la distribution générale a été modifiée et les bâtiments reconstruits à quatre reprises.

La fouille de l’Ensemble 1 : domus à péristyle, huilerie et thermes (A. Ichkhakh, J.-B. Pineau, K. Dixon)

Le quartier d’époque romaine fouillé à l’extrémité orientale du site se trouve certainement près d’une porte de l’agglomération, dans un angle formé par une voie est-ouest et une courtine de l’enceinte urbaine (fig. 1). La partie étudiée comporte une domus qui occupe une grande partie de l’espace, avec une installation de pressage au nord et un ensemble thermal à l’est (fig. 4).

Fig. 4. Vue aérienne des installations artisanales de l’Ensemble 1 : au centre l’aire de pressage avec les maies avec le contrepoids en place, sur la droite ; à gauche le grand entrepôt (salle semi-enterrée) avec le bassin à 4 dolia et des éléments d’un plancher effondré (Cliché : S. Sanz).

Fig. 4. Vue aérienne des installations artisanales de l’Ensemble 1 : au centre l’aire de pressage avec les maies avec le contrepoids en place, sur la droite ; à gauche le grand entrepôt (salle semi-enterrée) avec le bassin à 4 dolia et des éléments d’un plancher effondré (Cliché : S. Sanz).

En 2015, il a été décidé de favoriser la stratigraphie au détriment de l’extension et d’atteindre les sols antiques, opération ralentie les années précédentes par la fouille des niveaux médiévaux qu’ils soient du IXe siècle (époque idrisside, première dynastie d’almaghrib alaqsa) ou du XIVe siècle (époque mérinide). La fouille a concerné trois espaces clefs.

Fig. 5. Poutres carbonisées appartenant à l’étage de la salle XVII de l’Ensemble 1 (Cliché : K. Dixon).

Fig. 5. Poutres carbonisées appartenant à l’étage de la salle XVII de l’Ensemble 1 (Cliché : K. Dixon).

D’abord, la salle souterraine X-XVII où toute la longueur de la salle a été prise en compte pour achever d’enlever la couche de destruction. Concernant celle-ci, au cours des campagnes précédentes, il n’avait pas été possible de définir clairement la nature du plafond effondré. La fouille de 2015 a montré qu’au-dessous de la chape de terre remarquée en 2013, il y a lieu de restituer de longues poutres dont la plupart sont restées en place, mais fortement carbonisées (fig. 5).

Ensuite, dans l’espace voisin XII correspondant à l’huilerie, la fouille de la couche de destruction a confirmé la présence d’une terre argileuse et de briques cuites sporadiquement, mais l’élément nouveau est l’omniprésence, sur l’ensemble de la surface, de zones cendreuses et de poutres calcinées. Ce dernier fait atteste l’ampleur de l’incendie ayant ravagé les salles X-XVII et XII. Le dégagement des strates de démolition a permis de retrouver, presque à l’angle sud-est de l’espace, le contrepoids cylindrique du pressoir sud, entouré d’un muret circulaire de briques cuites. Le bloc témoigne d’une réparation à base d’agrafes de plomb, utilisées pour lier entre elles plusieurs parties de la pierre détachées au moment de son façonnage. Ce qui est frappant dans cette installation est l’espacement entre la maie et le contrepoids qui dépasse les neuf mètres, intervalle très grand si on le compare avec les dimensions connues dans les soixante-dix huileries de Volubilis. De plus, la découverte à même le sol d’une auréole carbonisée, en contre-bas de l’aire de presse, où une quantité considérable de détritus de pépins de raisin est bien conservée, rouvre la question de l’affectation permanente ou temporaire de cette installation : oléicole ou vinicole ?

Enfin, la fouille de l’espace 9, situé entre la domus et le balnéaire, s’est poursuivie pour mieux cerner le mode de communication entre l’établissement thermal et l’espace artisanal. La fouille de cette année autorise à identifier une salle avec un praefurnium assurant le chauffage de la pièce 4, considérée naguère comme tepidarium. Au fond d’une fosse médiévale, la présence d’un niveau de circulation pourrait bien correspondre à une rue, longeant l’enceinte, antérieure à la mise en place des thermes.

Les études spécifiques

  • Archéobotanique (Marie-Pierre Ruas) — Pendant la mission de terrain (11-21 mai) les prélèvements des campagnes 2014 et 2015 ont été traités pour extraire semences et charbons de bois et les collectes de semences se sont poursuivies pour la collection de référence : 95 litres de sédiment issu de 10 unités stratigraphiques (US) ont été traités. Les tris, réalisés sous une loupe binoculaire Nikon (x6-x35), ont porté sur 7 US des niveaux maurétaniens et antiques du tell et 1 US d’une fosse médiévale de l’Ensemble 1. Le spectre carpologique préliminaire comprend 24 taxons dont 15 plantes de culture et cueillette et 19 taxons sauvages. Le fonds agro-alimentaire demeure composé par le blé nu, l’orge vêtue, la féverole et la vigne. Le millet est toujours rare parmi les déchets céréaliers. Une nouvelle légumineuse, l’ers (Vicia ervilia) est enregistrée dans un dépotoir du Ier ap. J.-C. avec trois autres espèces déjà attestées dans cet espace : féverole, pois et lentille. Les déchets de lin trouvés dans les niveaux maurétaniens confirment que cette plante était cultivée et traitée pour ses fibres textiles et/ou ses graines oléagineuses.

Les données archéobotaniques pour la période islamique indiquent qu’à côté des cultures principales communes à l’ensemble des sites étudiés au Maroc, étaient exploités dans le Nord, et, notamment à Rirha, le blé amidonnier, le millet, la lentille et le lin ; ces deux dernières étant bien implantées depuis l’époque maurétanienne dans la région. Des fruits de palmier nain ou doum (Chamaerops humilis) repérés dans une fosse médiévale ont été collectés directement à la main.

  • Archéozoologie (Tarek Oueslati) – L’étude de 435 restes animaux provenant de 59 contextes a été réalisée permettant d’achever l’étude des ossements issus des campagnes de fouilles antérieures à 2015. On signalera par exemple la présence d’un tibiotarse d’un très grand volatile, probablement de grue cendrée ou d’outarde, sur le sol de la pièce souterraine (RHA15 US1840). Cet os révèle une tentative de sciage pour l’extraction d’un tube en os. Le tri des refus de tamisage a permis de traiter 37 prélèvements montrant que la densité des restes ichtyologiques est faible ; il serait souhaitable d’augmenter les volumes tamisés notamment dans le niveau d’épandage périphérique du tell. Les résultats actuels indiquent que nous n’avons toujours pas de poissons de mer frais acheminés sur le site et seuls le barbeau, l’anguille, l’alose et le mulet sont attestés, alors que des restes de mollusques marins sont présents sur le site (surtout la moule d’Afrique). Nous signalerons aussi qu’après les témoignages d’utilisation des dépôts de la rivière pour la construction de terre, un fragment de mortier comportant un Melanopsidae prouve le recours à des bancs de sable déposés par l’oued Beht.
  • Céramologie (Hicham Hassini, Thierry Jullien et Halima Naji) – Hassini a assuré pendant la campagne de terrain la totalité de l’inventaire et une partie des dessins des céramiques antiques et médiévales. T. Jullien et H. Naji ont effectué l’examen du mobilier du haut Moyen Âge issu de deux fonds de fosses de l’espace XII de l’Ensemble 1 (US 1785 et US 1797) et celles issues de remblais (US 1784 = US 1790) ; ils ont également réalisé la documentation graphique et l’identification d’objets significatifs des campagnes précédentes. L’inventaire des céramiques dessinées et/ou photographiées a été dressé par unités stratigraphiques, privilégiant une approche fonctionnelle : catégorie-type, dimensions, description, pâte et état des surfaces, décor, parallèles.
  • Étude du bâti du secteur romain (Véronique Mathieu) – Un enregistrement détaillé de toutes les structures bâties de la domus et de la partie artisanale a conduit l’architecte à proposer des interprétations sur les remaniements architecturaux qui ont affecté la maison au cours du temps et, en particulier, lors de la création de la zone de pressage (condamnation d’une ouverture par la mise en place d’un escalier, présence de coursives en bois…). Par ailleurs, le projet « maquette virtuelle 3D » a été poursuivi avec S. Sanz.
  • Géologie (Charifa Khalki, doctorante, Université de Meknès) – Poursuite en 2014-2015 des études minéralogiques sur des pâtes d’amphores et de céramiques régionales dans le but d’identifier des lieux de production et des circuits de diffusion de ces produits dont certains ont pu être fabriqués sur place. Sur le terrain, la cartographie des roches mises en œuvre dans la construction de la domus romaine a été achevée.
  • Études micromorphologiques (Cécilia Cammas) – Poursuite de l’enregistrement entrepris en 2014 des faciès sédimentaires sur le terrain, dans les zones d’habitat et leur périphérie. Des prélèvements ciblés en vue des études micromorphologiques des sols d’occupation, des zones de combustion, des couches de démolition et d’abandon et des structures bâties (murs en adobe et en pisé, plancher d’étage dans la domus…) on été effectués.
  • Travaux photographiques, SIG (Séverine Sanz) – Plusieurs actions ont été entreprises : 1) élaboration d’un Modèle Numérique d’Elévation de l’intégralité de l’emprise du site par photogrammétrie, à un pas de 5 cm, à partir d’un jeu de 180 clichés réalisés par cerf-volant ; 2) production d’une orthophotographie (fig. 1) ; 3) modélisation 3D des vestiges à différents temps T de la fouille, avec la production d’orthophotographies géoréférencées (plans et élévations) et la poursuite du projet « maquette virtuelle 3D » avec V. Mathieu.

Accueil d’étudiants en archéologie

Le programme des étudiants en 2e et 3e années de l’INSAP ne leur a pas permis en 2015 de participer aux fouilles de Rirha. Néanmoins, deux étudiantes de Master dont les recherches portent sur le mobilier céramique de Rirha sont venues quelques jours pour faire de l’inventaire et du dessin. La mission a par ailleurs accueilli, comme en 2014, une étudiante en Master 1 de l’université Paul Valéry-Montpellier 3, venue se former à la fouille et à l’étude des constructions en terre et en pierre.

Diffusion des résultats

La synthèse des travaux réalisés à Rirha entre 2004 et 2012 est actuellement sous presse et devrait paraître, sous forme de fascicules distincts, avant la fin de l’année. Plusieurs contributions des membres de l’équipe à des colloques tardent à paraître mais elles sont « sous presse ».

Publications à paraître ou sous presse

Au cours de l’année, des membres de l’équipe ont présenté cinq communications dans des colloques internationaux avec actes, trois conférences et une intervention dans le cadre scolaire (à Tanger).

  • Ayt Ougougdal, Mohamed, Chaibi, Mohamed, Charif, Abdessamad, Ridaoui, Mhamed, Callegarin, Laurent, Kbiri Alaoui, Mohamed, Ichkhakh, Abdelfattah (à paraître), « Étude géomorphologique : cadre spatio-temporel du site archéologique de Rirha (Sidi Slimane, Maroc) », dans François Baratte et Véronique Brouquier-Reddé (éds.), Actes de la rencontre ANR « Leau au Maghreb » (février 2009, Rabat).
  • Callegarin, Laurent, Kbiri Alaoui, Mohamed, Ichkhakh, Abdelfattah, Roux, Jean-Claude (dir.) (à paraître), Le site antique et médiéval de Rirha (Sidi Slimane, Maroc), Coll. Casa de Velázquez, Madrid.
  • El Khayari, Abdelaziz, Callegarin, Laurent, Kbiri Alaoui, Mohamed, Ichkhakh, Abdelfattah, (en préparation), « Deux inscriptions néopuniques sur support amphorique découvertes à Rirha », Semitica.
  • Kbiri Alaoui, Mohamed, Callegarin, Laurent, Ichkhakh, Abdelfattah, Leclercq, Séverine (à paraître), « Contribution à la connaissance de l’histoire du Gharb : les niveaux islamiques de Rirha (Sidi Slimane) », Actes du colloque ALINSAP (nov. 2011, Rabat).
  • Mathieu, Véronique, Sanz-Laliberté, Séverine, Bohbot, Hervé, Pineau, Jean-Baptiste (à paraître), « Acquisition des données archéologiques en 3D : vers un outil de gestion dynamique en 3D », Virtual Retrospect 2013, Ausonius.
  • Ruas, Marie-Pierre, Ivorra, Sarah (à paraître), «Plant economy during the islamic period: seed and wood remains from the sites of Rirha (Gharb plain) and Îgîlîz (Anti Atlas range)», Supplemento Atti della Società dei. Naturalisti e Matematici di. Modena

Participations à des rencontres scientifiques et conférences

  • XIe Colloque international Histoire et Archéologie de l’Afrique du Nord « Hommes et animaux au Maghreb de la Préhistoire au Moyen-Âge : explorations d’une relation complexe ». Marseille-Aix-en-Provence, 8-11 octobre 2014 : T. Oueslati, L. Callegarin et M. Kbiri Alaoui, « La romanisation des techniques de boucherie dans les provinces romaines : le cas du site de Rirha, Maroc (Ier-IIIe p.C.) ».
  • 1er Colloque international thématique de l’AIECM3, « Jarres et grands contenants entre Moyen Âge et époque moderne ». Montpellier-Lattes, 19-21 novembre 2014 : Th. Jullien (avec la collaboration de V. Bridoux, L. Callegarin, C.-A. de Chazelles, A. Ichkhakh, M. Kbiri Alaoui), « Les grands vases de stockage, de conservation et de transport au nord du Maroc à partir des sites de Rirha (Sidi Slimane) et de Kouass (Asilah-Briech) ».
  • Colloque international « Le patrimoine antique du Maghreb : des origines à la fin des royaumes africains ». Fès, 7-9 mai 2015 : M. Kbiri Alaoui, A. Ichkhakh (avec la collaboration de L. Callegarin, C.-A. de Chazelles, H. Gazzal, J.-C. Roux), « Loccupation du sol dans le Beht supérieur au Ier av. J.-C. ».
  • Colloque international « Le patrimoine antique du Maghreb : des origines à la fin des royaumes africains ». Fès, 7-9 mai 2015 : C. Khalki, R. Mahjoubi, S. Kamel (avec la collaboration de M. Kbiri Alaoui, C.-A. de Chazelles), « Nature et origine des matériaux céramiques antiques : cas de la poterie maurétanienne du site de Rirha (Maroc) ».
  • 8e colloque de l’International Workshop for African Archaeobotanist (IWAA). Modène (Italie) 23-26 juin 2015 : M.-P. Ruas et S. Ivorra, «Plant economy during the islamic period: seed and wood remains from the sites of Rirha (Gharb plain) and Îgîlîz (Anti Atlas range)».

Communications orales sans actes

  • Journée de présentation des programmes de l’équipe Préhistoire-Protohistoire de l’UMR 5140. Montpellier-Lattes, 25 novembre 2014 : Cl.-A. de Chazelles, « Les recherches archéologiques sur le site de Rirha (Sidi Slimane, Maroc) ».
  • Journée de présentation des programmes de l’équipe Techniques, Production, Commerce, Consommation de l’UMR 5140. Montpellier-Lattes, 29 janvier 2015 : Cl.-A. de Chazelles, « Le programme pluridisciplinaire franco-marocain de recherche archéologique de Rirha (Sidi Slimane, Maroc) ».
  • Séminaire de recherche et de formation doctorale (6e Séminaire sur l’habitat néolithique et 6e Rencontre d’archéologie préventive, 2e Table-ronde sur les constructions en terre) « Construire en terre, géoarchéologie, archéologie ». Montpellier, Université Paul Valéry, 23-24 février 2015 : Cl.-A. de Chazelles, « Mission archéologique sur le site de Rirha (Maroc) : présentation des fouilles, techniques de construction protohistoriques ».
  • Lycée français Régnault. Tanger, 15 mai 2015 : S. Sanz — Archéologie et imagerie aérienne. Intervention dans deux classes de seconde.
Pour citer ce billet : Claire-Anne de Chazelles, Mohamed Kbiri Alaoui et Abdelfattah Ichkhakh, « Rirha (Sidi Slimane, Maroc). Rapport 2014-2015 », Archéo-CVZ. Carnet des fouilles archéologiques de la Casa de Velázquez, mis en ligne le 24/06/2016, https://archeocvz.hypotheses.org/391.

Claire-Anne de Chazelles, Mohamed Kbiri Alaoui et Abdelfattah Ichkhakh

Claire-Anne de Chazelles (UMR 5140, Archéologie des sociétés méditerranéennes, Lattes-Montpellier), Mohamed Kbiri Alaoui (Institut national des sciences de l’archéologie et du patrimoine, Rabat) et Abdelfattah Ichkhakh (Ministère de la Culture, Essaouira)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *