La montagne d’Îgîlîz et le pays des Arghen. Rapport 2014-2015

Le présent rapport rend compte des activités scientifiques de la mission archéologique franco-marocaine à Îgîlîz durant la période allant du début de l’automne 2014 à la fin du printemps 2015. Seront évoquées successivement dans ce bref mémorandum les activités archéologiques, les actions de valorisation de la recherche, la vie de la mission enfin.

Institutions de tutelle et partenaires de la mission archéologique franco-marocaine à Îgîlîz

Dirigé conjointement par J.-P. Van Staëvel, A. Fili et A. S. Ettahiri, le programme de recherches La montagne d’Îgîlîz et le pays des Arghen est placé sous la double tutelle de la Casa de Velázquez à Madrid et de l’Institut national des sciences de l’archéologie et du patrimoine à Rabat. Il bénéficie d’une allocation du ministère des Affaires étrangères et du Développement international au titre de la coopération scientifique entre la France et le Maroc, ainsi que de financements provenant de plusieurs laboratoires de recherche : l’UMR 8167 Orient et Méditerranée (Paris), l’UMR 7209 Archéozoologie, archéobotanique : Sociétés, pratiques et environnements (Muséum national d’Histoire naturelle, Paris) et l’UMR 5648 Histoire, Archéologie, Littératures des mondes chrétiens et musulmans médiévaux (Lyon). Le programme est également associé aux activités scientifiques du Laboratoire d’Excellence Religions et Sociétés dans le Monde Méditerranéen (LabEx RESMED, Paris), de l’université Chouaib Doukkali à El Jadida, de l’université de Paris-Sorbonne, de l’INRAP et du Centre Jacques Berque à Rabat.

Placé sous la responsabilité conjointe de M.-P. Ruas (CNRS, MNHN) et J.-P. Van Staëvel, le programme HARGANA est mené dans le cadre des initiatives Convergence de la Communauté d’Universités et d’Etablissements de Sorbonne-Universités. Les équipes porteuses du projet sont l’université Paris 4 (UMR 8167) et le Muséum national d’Histoire naturelle (UMR 7509), en partenariat avec l’université Pierre et Marie Curie (UPMC – Paris 6, UMR 7075 LADIR) et l’université de Montpellier 2 (UMR 5059).

Activités archéologiques : fouilles, prospections, études du mobilier et préparation de la première monographie sur le site

La mission de terrain (printemps 2015)

Après six campagnes de fouilles sur la montagne d’Îgîlîz, la direction de la mission avait souhaité marquer une pause cette année dans les opérations de dégagement des structures archéologiques. Il semblait souhaitable en effet de consacrer le traditionnel séjour printanier de l’équipe sur le terrain à l’acquisition de données complémentaires susceptibles d’alimenter la rédaction en cours de la première monographie consacrée au site, sans ouvrir de nouveaux secteurs à la fouille extensive. Des sondages ou dégagements de surface d’ampleur réduite ont été pratiqués dans des zones déjà fouillées, ou en limite de celles-ci, toujours à des fins de vérification : on notera tout particulièrement, dans la partie nord de la basse-cour de la Qasba, le décapage qui a révélé un niveau d’occupation d’époque almohade composé de divers foyers et du sol de circulation associé, et le déblaiement suivi de fouille qui a mis au jour, à l’extrémité occidentale de l’acropole d’Îgîlîz, une poterne en excellent état de conservation (fig. 1).

Fig. 1 : Vue d’ensemble de la cour de la zone de commandement, Qasba d’Îgîlîz. © J.-P. Van Staëvel – Mission archéologique à Îgîlîz.

Fig. 1 : Vue d’ensemble de la cour de la zone de commandement, Qasba d’Îgîlîz. © J.-P. Van Staëvel – Mission archéologique à Îgîlîz.

Du fait de l’entrée en vigueur au Maroc, juste avant le début du chantier, d’une loi beau- coup plus contraignante en matière d’importation et d’utilisation d’engins volants sans pilote, l’équipe a dû malheureusement se passer du drone qui devait permettre d’étendre le levé topographique bien au-delà du sommet de la montagne. Les orthophotos nécessaires à la réalisation de plans et d’élévations complémentaires ont par conséquent été réalisées à l’aide d’un assortiment de cannes à pêche.

Fig. 2 : La poterne du front occidental de l’acropole d’Îgîlîz en fin de fouilles. © V. Héritier-Salama – Mission archéologique à Îgîlîz.

Fig. 2 : La poterne du front occidental de l’acropole d’Îgîlîz en fin de fouilles. © V. Héritier-Salama – Mission archéologique à Îgîlîz.

Il avait enfin été convenu de profiter de cette mission exempte de fouille extensive pour mener à bien, au niveau de la Qasba, une opération de nettoyage de grande envergure, longtemps reportée faute de temps et de moyens humains à lui consacrer : l’épierrage périphérique du mur d’enceinte de la basse-cour, et l’enlèvement d’un imposant tas de déblais (surnommé quelque peu pompeusement par l’équipe « la ziggourat ») au cœur de la zone sommitale. Ces opérations, rendues pénibles par le volume imposant de pierres à déplacer, ont impliqué le recrutement sur place d’une trentaine d’ouvriers. Le résultat final est particulièrement spectaculaire : ainsi, pour la première fois depuis le début des opérations de fouille sur la montagne d’Îgîlîz, la cour de la zone de commandement de la Qasba apparaît-elle dans toute son ampleur (fig. 2).

Les prospections menées en marge des travaux de terrain sur le site lui-même ont en outre permis de localiser, sur les pentes de la montagne d’Îgîlîz, les vestiges d’un important site probablement préislamique. Une excursion pédestre jusqu’à l’Agadir n-Fuganza, l’un des principaux greniers collectifs des environs, a fourni un très utile référentiel en matière de techniques constructives d’époque moderne et d’infrastructures hydrauliques en milieu de montagne.

Missions d’inventaire et d’étude du mobilier archéologique

Après deux missions d’étude du mobilier menées à l’automne et durant l’hiver 2014-2015, la réunion de l’équipe à Îgîlîz durant le mois d’avril 2015 a permis de boucler l’inventaire de tous les objets en céramique et en métal collectés depuis 2009. Les vestiges de faune (en partie déjà exploités l’année dernière) et les prélèvements de sédiments non encore tamisés et triés feront l’objet de travaux spécifiques dans le courant de l’année prochaine. Dans le cadre de la préparation de la première monographie sur le site, l’équipe prévoit enfin de terminer dans les prochains mois le classement exhaustif du matériel issu de la Qasba et de la Mhadra, deux ensembles exceptionnels qui fourniront, pour la première fois, une typologie de la céramique des XIe-XIIIe siècles pour la région du Sous. D’autres classements d’appoint seront fournis pour les contextes de la grande-mosquée, des deux portes monumentales de l’enceinte et des deux grottes dévotionnelles. Il est par conséquent prévu, pour l’automne prochain, de consacrer à ce matériel une autre session intensive de dessin et d’étude, de manière à avancer les préparatifs de la publication.

Actions de valorisation de la recherche

La participation de l’équipe à l’exposition « Le Maroc médiéval. Un Empire de l’Afrique à l’Espagne » au Musée du Louvre

Fig. 3 : Couverture du catalogue de l’exposition Le Maroc médiéval. Un empire de l’Afrique à l’Espagne (Hall Napoléon (17 octobre 2014 - 19 janvier 2015), Paris, Hazan, 2014. © Musée du Louvre.

Fig. 3 : Couverture du catalogue de l’exposition Le Maroc médiéval. Un empire de l’Afrique à l’Espagne (Hall Napoléon (17 octobre 2014 – 19 janvier 2015), Paris, Hazan, 2014. © Musée du Louvre.

L’exposition « Le Maroc médiéval. Un empire de l’Afrique à l’Espagne » organisée au Hall Napoléon du 17 octobre 2014 au 19 janvier 2015 par le Musée du Louvre et la Fondation nationale des musées du Maroc (fig. 3) a fortement mobilisé l’année dernière plusieurs membres de l’équipe, dont MM. A. S. Ettahiri et A. Fili et Mme C. Délery, l’une des deux commissaires scientifiques. Cette manifestation de portée internationale présentait les données historiques et archéologiques qui offrent un profond renouvellement des recherches et des connaissances sur l’époque médiévale au Maroc. C’est dans ce cadre général, marqué par les avancées spectaculaires de l’archéologie médiévale au Maroc au long des dernières décennies, que s’inscrivent les résultats du programme archéologique à Îgîlîz, présentés aussi bien dans l’exposition que dans le catalogue qui la complète.

Articles publiés, en cours de publication ou à paraître et littérature grise dans le cadre des activités scientifiques de la mission archéologique

Cinq articles en rapport avec le programme de recherche ont été publiés en 2014 :

  • Ettahiri, Ahmed S., Fili, Abdallah, Van Staëvel, Jean-Pierre (2014), « Contribution à l’étude de l’habitat des élites en milieu rural dans le Maroc médiéval : quelques réflexions à partir de la Qasba d’Îgîlîz, berceau du mouvement almohade », dans S. Gutiérrez et I. Grau (éd.), De la estructura doméstica al espacio social. Lecturas arqueológicas del uso social del espacio, Alicante, Universidad de Alicante, pp. 265-278.
  • Ettahiri, Ahmed S., Fili, Abdallah, Van Staëvel, Jean-Pierre (2014), « Nouvelles recherches archéologiques sur les origines de l’Empire almohade au Maroc : les fouilles d’Îgîlîz », Comptes-rendus des séances de lAcadémie des Inscriptions et Belles-Lettres, 2013, II (avril-juin), pp. 1053-1086.
  • Van Staëvel, Jean-Pierre (2014), « Sociétés de montagne et réforme religieuse en terre d’islam : un autre versant du processus d’islamisation », REMMM, 135, pp. 13-32.
  • Van Staëvel, Jean-Pierre (2014), « La foi peut-elle soulever les montagnes ? Révolution almohade, morphologie sociale et formes de domination dans l’Anti-Atlas et le Haut-Atlas (début XIIe) », REMMM, 135, pp. 49-76.
  • Van Staëvel, Jean-Pierre, Fili, Abdallah (2014), « Centres de pouvoir dans le Sous (Maroc) au Moyen Âge : un premier inventaire d’après les textes et l’archéologie », dans C. Briand-Ponsart (éd.), Centres de pouvoir et organisation de lespace. Actes du Xe colloque international sur lhistoire et larchéologie de lAfrique du Nord antique et médiévale. Hommage à Yves Modéran (Caen, 25-28 mai 2009), Caen, Presses Universitaires de Caen, pp. 117-140.

Un article est par ailleurs sous presse, deux autres sont à paraître :

  • Ruas, Marie-Pierre, Ettahiri, Ahmed S., Fili, Abdallah, Van Staëvel, Jean-Pierre (à paraître), « Medieval exploitation and use of the argan tree in the Arghen Country of southwestern Morrocco », dans Actes du 13ème Congrès de la Société Internationale dEthnobiologie, Cultural diversity and biological diversity for sustainable development : Exploring the past to build up the future (Montpellier, 20-25 mai 2012).
  • Van Staëvel, Jean-Pierre, Ruas, Marie-Pierre, Ettahiri, Ahmed S., Fili, Abdallah (à paraître), « Lieux d’aisance et de toilette en milieu rural dans le Maroc médiéval : l’exemple des latrines du site d’Îgîlîz et leurs restes archéobotaniques », dans Actes de la journée détude « Lieux dhygiène et lieux daisances au Moyen Age en terre dIslam » (Lyon, 18 mars 2014).
  • Weisrock, André, Van Staëvel, Jean-Pierre, Fili, Abdallah, Ettahiri, Ahmed S., Ouammou, Abderrahmane, Rousseau, Louis (sous presse), « Le cadre géomorphologique du site médiéval d’Igiliz, Anti-Atlas occidental, Maroc », dans Paysages lus du ciel et inscrits dans le temps. Hommage à André Humbert, Nancy.

La littérature grise produite par la mission comprend, pour 2014, les deux rapports suivants :

  • Ettahiri, Ahmed S., Fili, Abdallah, Van Staëvel, Jean-Pierre (2014), La montagne d’Îgîlîz et le pays des Arghen. Enquête archéologique sur les débuts de l’Empire almohade au Maroc. Rapport inédit d’activités scientifiques pour l’année 2013, 190 p. (octobre 2014).
  • Van Staëvel, Jean-Pierre (2014), La montagne d’Îgîlîz et le pays des Arghen. Enquête archéologique sur les débuts de l’Empire almohade au Maroc, Dossier soumis à l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres au titre de la candidature au prix d’archéologie de la Fondation Simone et Cino Del Duca, 62 p. (janvier 2015).

Enfin, l’exposition du Louvre sur le Maroc médiéval a suscité la rédaction de trois articles de vulgarisation scientifique :

  • Ettahiri, Ahmed S., Fili, Abdallah, Van Staëvel, Jean-Pierre (2014), « La montagne d’Igiliz ou les débuts de l’empire almohade », Dossiers de l’Archéologie, 365 (automne 2014), pp. 34-41.
  • Ettahiri, Ahmed S., Fili, Abdallah, Van Staëvel, Jean-Pierre (2014), « Igiliz Hargha, lieu de naissance du Mahdi Ibn Tumart, et la genèse de l’Empire almohade », dans Le Maroc médiéval. Un empire de l’Afrique à l’Espagne, catalogue de l’exposition du Hall Napoléon (17 octobre 2014 – 19 janvier 2015), Paris, Hazan, pp. 268-271.
  • Ruas, Marie-Pierre (2014), « L’extraction et l’utilisation de l’huile d’argan à l’époque médiévale : l’apport des fouilles d’Îgîlîz », dans Le Maroc médiéval. Un empire de l’Afrique à l’Espagne, catalogue de l’exposition du Hall Napoléon (17 octobre 2014 – 19 janvier 2015), Paris, Hazan, pp. 272-273.

Activités de valorisation du programme de recherche HARGANA

Les activités de la mission s’adossent cette année encore à un programme de recherche spécifique, connu sous l’acronyme HARGANA (Histoire et Archéologie des Ressources biologiques et stratégie de Gestion vivrière de l’ArgaNeraie médiévale en montagne Anti-atlasique). Mené dans le cadre des initiatives Convergence de la Communauté d’Universités et d’Établissements de Sorbonne Universités, cet axe de recherche spécifique est placé sous la responsabilité conjointe de M.-P. Ruas (CNRS, MNHN) et J.-P. Van Staëvel. Il a pour ambition d’étudier, pour la période médiévale, les ressources végétales et animales domestiques et sauvages de la population d’Îgîlîz et les modalités de gestion et d’usage des terroirs et du territoire à travers l’exemple de l’arganier. Il porte ainsi un regard pluridisciplinaire — archéologique (bâti, mobilier lithique, céramique), archéobotanique (semences et bois), archéozoologique (ossements animaux), archéométrique (analyses moléculaires organiques) et historique (textes arabes médiévaux) — sur la stratégie agro-pastorale de gestion d’un territoire aride, telle qu’elle a été développée au fil des siècles par cette société de moyenne montagne.

Les travaux réalisés au sein du programme HARGANA ont donné lieu à trois communications à des colloques :

  • Ros, Jérôme, Ruas, Marie-Pierre, Terral, Jean-Frédéric, Ivorra, Sarah, Andrianarinosy, Hélène, Ettahiri, Ahmed S., Fili, Abdallah, Van Staëvel, Jean-Pierre, « History and archaeology of the argan tree in the Antiatlas Mountains (Morocco) », dans 20th annual meeting of the European Association of Archaeologists, session T04 Environment and Subsistence : Geosphere, Ecosphere and Human Interactions – T04S009 Into the wild : The exploitation of wild species and environments (10-14 septembre 2014), Istanbul.
  • Ruas, Marie-Pierre, Ivorra, Sarah, Ros, Jérôme, Terral, Jean-Frédéric, « Actualités des recherches archéobotaniques sur les habitats almohades d’Igiliz (Anti-Atlas, Maroc) », dans les Actes de la Table ronde nationale des 10e Rencontres darchéobotanique (24- 27 septembre 2014, Les-Eyzies-de-Tayac).
  • Clavel, Benoît, Monchot, Hervé, Ruas, Marie-Pierre, Ettahiri, Ahmed S., Fili, Abdallah, Van Staëvel, Jean-Pierre, « Alimentation carnée et élevage dans une communauté rurale montagnarde au Moyen Âge (Îgîlîz, Maroc) », dans Actes du colloque Hommes et animaux au Maghreb de la Préhistoire au Moyen Âge : explorations dune relation complexe. XIe Colloque international « Histoire et Archéologie de lAfrique du Nord » (Marseille, Aix-en-Provence, 8-11 oct. 2014).

Vie de la mission archéologique

Composition de l’équipe franco-marocaine lors de la mission de printemps

La mission de terrain a réuni, du 6 avril au 3 mai 2015, sept enseignants-chercheurs et/ ou archéologues marocains et français (outre les trois codirecteurs : Mme S. Zanatta et MM. P. Wech, R. Schwerdtner et A. France), et quatre étudiantes marocaines et françaises (trois étudiantes de niveau Master, Mmes K. Beljani, H. Doukkali et N. Ayt Lhaj Lamine, et une doctorante, Mme V. Héritier-Salama). D’autres collègues membres de la mission sont venus ponctuellement, pour des durées plus courtes, variant de trois à six jours.

Construction de la Maison de l’Archéologie à Tifigit

Le séjour sur place de l’équipe a été l’occasion de réunir, dans le village de Tifigit où elle est hébergée, les différents représentants des institutions marocaines impliquées dans la construction de la future Maison de l’Archéologie. La mission s’honore en effet tout particulièrement de la confiance que lui a manifestée la Direction du Patrimoine Culturel, relevant du Ministère de la Culture du Royaume du Maroc, qui prend entière- ment en charge la construction de ce bâtiment. La Maison de l’Archéologie est destinée à abriter les membres de la mission franco-marocaine et à fournir à ceux-ci les espaces de travail et de stockage. Elle servira également de cadre à des manifestations de valorisation des travaux de la mission et plus largement du patrimoine culturel régional, dans le cadre d’un partenariat avec la commune de Toughmart et les autorités locales, étroitement associées au projet.

Visite des membres de la Société Marocaine d’Archéologie et du Patrimoine

Le samedi 25 avril 2015, la mission a eu la plaisir et l’honneur d’accueillir sur le site archéologique et à la maison de fouilles de Tifigit les membres de la Société Marocaine d’Archéologie et du Patrimoine (SMAP), emmenés par M. le Professeur Abdelaziz Touri, son président- délégué. Placée sous le haut patronage de Son Altesse Royale la Princesse Lalla Hasnaa, la SMAP est la principale société savante au Maroc en charge des questions patrimoniales.

Grand Prix d’archéologie 2015 de la Fondation Simone et Cino Del Duca

La mission archéologique franco-marocaine à Îgîlîz vient enfin de recevoir le grand Prix d’archéologie 2015 de la Fondation Simone et Cino Del Duca. Ce prix est attribué annuelle- ment par l’Institut de France, sur proposition de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, à un programme de coopération internationale pour ses résultats scientifiques et son engagement sur le terrain. Cette récompense prestigieuse vient couronner plus de dix années de recherches consacrées par la mission archéologique à l’exploration d’Îgîlîz. C’est également la première fois qu’une équipe de médiévistes est ainsi primée, cette consécration venant encourager une approche singulière — celle d’une archéologie rurale peu spectaculaire en terme de monumentalité des vestiges —, et plus largement les recherches sur la période islamique.

La remise solennelle du prix (fig. 4) a eu lieu le mercredi 3 juin 2015, sous la Coupole de l’Institut de France, en présence de M. le Professeur Michel Bertrand, directeur de la Casa de Velázquez, et de M. le Professeur Jean-Pierre Etienvre, ancien directeur de la Casa. Dans une brève allocution, M. Christian Robin, membre de l’Académie, a présenté les travaux de la mission archéologique, avant de remettre le prix à M. Jean-Pierre Van Staëvel (fig. 5).

Fig. 4 : Cérémonie de remise des Grands prix scientifiques sous la coupole de l’Institut de France, mercredi 3 juin 2015. © Didier Plowy - Institut de France.

Fig. 4 : Cérémonie de remise des Grands prix scientifiques sous la coupole de l’Institut de France, mercredi 3 juin 2015. © Didier Plowy – Institut de France.

Fig. 5 : Après la remise du Prix d’archéologie 2015 de la Fondation Simone et Cino del Duca. De gauche à droite : M. Christian Robin, Membre de l’Académie des inscriptions et belles- lettres, M. Jean-Pierre Van Staëvel, M. Michel Vallogia, associé étranger de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, M. Abdallah Fili. © Didier Plowy - Institut de France.

Fig. 5 : Après la remise du Prix d’archéologie 2015 de la Fondation Simone et Cino del Duca. De gauche à droite : M. Christian Robin, Membre de l’Académie des inscriptions et belles- lettres, M. Jean-Pierre Van Staëvel, M. Michel Vallogia, associé étranger de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, M. Abdallah Fili. © Didier Plowy – Institut de France.

Le prix, doté d’une somme de 150 000 €, servira à mener les travaux nécessaires à la conservation et à la mise en valeur des vestiges médiévaux, et de poursuivre l’étude des relations entre cette société de montagne et son environnement au moyen d’analyses scientifiques de pointe.

Pour citer ce billet : Jean-Pierre Van Staëvel, Abdallah Fili et Ahmed Ettahiri, « La montagne d’Îgîlîz et le pays des Arghen. Rapport 2014-2015 », Archéo-CVZ. Carnet des fouilles archéologiques de la Casa de Velázquez, mis en ligne le 24/06/2016, https://archeocvz.hypotheses.org/389.

Jean-Pierre Van Staëvel, Abdallah Fili et Ahmed Ettahiri

Jean-Pierre Van Staëvel (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne ; UMR 8167, Paris), Abdallah Fili (Université Chouaib Dokkali-El Jadida ; UMR 5648, Lyon) et Ahmed Ettahiri (Institut national des sciences de l’archéologie et du patrimoine, Rabat)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.