La Sierra de Carthagène. Rapport 2014-2015

La septième campagne de recherches archéologiques dans la Sierra minera de Cartagena-La Unión s’est déroulée aux mois de juin-juillet 2014. Elle a presque exclusivement concerné le site de « Presentación Legal », un complexe d’ateliers d’époque romaine dédiés au traitement, minéralurgique et très certainement métallurgique, de galène argentifère, le minerai le plus abondant dans cette partie du Sud-Est de la péninsule Ibérique, exploité intensivement depuis la plus haute Antiquité. Il est le premier site de ce genre à avoir fait l’objet, dans le sud de l’Espagne, de fouilles programmées sur plusieurs années, seules en mesure d’apporter des données nouvelles dont on pouvait espérer qu’elles contribuent à réactualiser notre connaissance d’une activité économique ancienne restée, pour des raisons diverses, en marge du champ de la recherche archéologique locale de ces trente dernières années. Le site se situe au cœur de la Sierra minera qui, à 7 km à l’est de Carthagène, a constitué un des principaux districts miniers de l’Antiquité romaine pour l’obtention d’argent et de plomb. La zone présente encore, malgré l’ampleur des destructions occasionnées par la remise en exploitation des gisements à partir du milieu du XIXe siècle, un fort potentiel archéologique, comme l’ont montré diverses prospections réalisées au début des années 2000. Nos travaux se sont intéressés à un petit massif miraculeusement préservé par l’exploitation à ciel ouvert qui a marqué la dernière phase d’exploitation contemporaine, entre les années 1950 et le début des années 1990, le Cabezo del Pino (fig. 1).

Fig. 1. Vue du versant est du cabezo, prise depuis la Rambla de la Crisoleja (Portmán). Le cercle rouge signale la situation du site archéologique.

Fig. 1. Vue du versant est du cabezo, prise depuis la Rambla de la Crisoleja (Portmán). Le cercle rouge signale la situation du site archéologique.

Les fouilles ont permis de mettre au jour progressivement depuis 2008, date du démarrage du programme, un ensemble d’installations de surface construites à flanc de montagne, à une altitude moyenne de 155-150 m, en bordure d’une falaise de calcaire marmoréen dominant la Rambla de la Crisoleja qui se jette dans la petite baie de Portmán. Le terrain, très accidenté, et la forte puissance des remblais modernes et anciens et des niveaux de colluvionnement ont rendu la progression des fouilles lente et difficile et n’ont permis de documenter que partiellement le site ; celui-ci devait présenter une organisation étagée sur les flancs du cabezo, dont seules, au bout du compte, ont été mises au jour les terrasses inférieures. La surface totale explorée à ce jour est proche de 850 m2, dans trois secteurs de fouille qui se succèdent du sud vers le nord (respective- ment secteurs 1, 3 et 2) (fig. 2).

Fig. 2. Vue oblique du site de Presentación Legal (Cliché : Aerograph Studio 2014).

Fig. 2. Vue oblique du site de Presentación Legal (Cliché : Aerograph Studio 2014).

Une partie seulement des structures exhumées ont pu être identifiées. C’est le cas de l’édifice du secteur 2, qui a été fouillé complètement. Bien que très dégradé en raison de sa situation en bas de pente, il a conservé un certain nombre d’infrastructures qui permettent d’y reconnaître un atelier de lavage. Dans le secteur 3 situé immédiatement au sud, un deuxième bâtiment a été partiellement mis au jour. Sa destination nous est pour l’heure inconnue. Dans le secteur 1 voisin enfin, séparé aujourd’hui du secteur 3 par une partie de la pente qui n’a pu être enlevée, les structures s’entremêlent qui, au terme de la campagne 2013, n’avaient pu être toutes correctement interprétées. Le matériel archéologique recueilli en stratigraphie situe l’occupation du site à la fin de l’époque républicaine et au début de l’époque impériale romaine. Plus précisément, deux grandes phases d’activité ont été individualisées : le IIe siècle et les toutes premières décennies du Ier siècle avant notre ère d’une part, phase dans laquelle s’inscrit l’activité de la laverie, l’époque augustéenne et la première moitié du Ier siècle de notre ère d’autre part. L’objectif de la campagne 2014 était de poursuivre et de mener à son terme l’étude des secteurs 1 et 3 ; celle-ci passait par l’achèvement de la fouille des niveaux d’époque impériale qui devait permettre de mieux comprendre l’organisation de cette partie du site et de caractériser l’activité qui s’y était déroulée lors de l’une et l’autre des deux grandes périodes d’occupation mises en évidence. Les résultats ont été au rendez-vous, bien que la fouille n’ait pu être complètement achevée. Les données obtenues apportent en effet déjà un certain nombre de réponses aux questions qui se posaient au départ de la campagne. Parallèlement, l’exploitation des données de la géochimie, provenant des analyses (élémentaires et isotopiques) effectuées sur des sédiments prélevés dans la laverie et sur des litharges découvertes en 2012, fournit désormais une contribution non négligeable tant à la connaissance de la chaîne opératoire de la galène sur le site qu’à celle de l’organisation de l’activité à l’échelle du district minier.

Synthèse des résultats obtenus en 2014

Secteur 1

Cette année encore, la fouille du secteur 1 a dû compter avec les importants remblais d’époque impériale qui ont accompagné la reprise de l’activité sur le site que le mobilier, très abondant, permet de placer dans la deuxième partie du règne d’Auguste, soit autour du changement d’ère. L’activité perdure jusqu’aux années 60 ap. J.-C. au plus tard. On a pu vérifier que les installations préexistantes, appartenant au complexe tardo-républicain dans lequel s’inscrit la laverie du secteur 2, ont été soit totalement enfouies sous les remblais d’égalisation, soit en partie réutilisées dans les nouvelles installations.

Fig. 3. Secteur 1, vue verticale, avec indication des structures importantes signalées dans le texte (Cliché : Aerograph Studio 2014).

Fig. 3. Secteur 1, vue verticale, avec indication des structures importantes signalées dans le texte (Cliché : Aerograph Studio 2014).

La mise au jour d’un nouveau mur (US 1152, A sur la figure 3) sous les remblais d’époque impériale a été décisive pour comprendre l’organisation de cette partie du site. Le mur bloque à l’est une terrasse orientée nord-sud dont seule une petite sur- face a pu être fouillée. C’est là que se situe la structure circulaire US 1027 découverte en 2010 (B), à laquelle sont liés des niveaux de sédiments qui, par leur couleur, texture et composition, semblent témoigner d’une activité de traitement du minerai.

En avant de la terrasse, les fouilles ont mis au jour la partie inférieure, semble-t-il, d’un massif quadrangulaire bâti en moellons de marbre montés à sec (C), qui a été partiellement réutilisé lors de la reconfiguration du site à l’époque impériale. La fonction de cette construction nous échappe encore. Au début de l’époque impériale, et après une période d’inactivité de plusieurs décennies sans doute mais qui reste à affiner, d’importants travaux sont donc réalisés ; ils consistent en l’agrandissement vers l’est de la terrasse préexistante et l’aménagement d’une nouvelle terrasse perpendiculairement à celle-ci (US 1158, D). Ces travaux sont à mettre en relation avec la construction du bâtiment du secteur 3, même si la rampe d’accès au site qui sépare les deux secteurs et qui n’a pu être enlevée en raison de la difficulté de faire intervenir en toute sécurité une pelle mécanique, empêche de le vérifier.

Secteur 3

Dernier secteur de fouille à avoir été ouvert en 2011, le secteur 3 a révélé peu à peu les restes d’un bâtiment orienté sud-ouest/nord-est dont le plan reste très incomplet. Sa façade orientale a été emportée dans la pente et l’extrémité méridionale est enfouie sous les remblais de la rampe séparant le secteur 3 du secteur 1. Jusque-là, les différentes campagnes se sont pour l’essentiel limitées à dégager le plan du bâtiment dont les niveaux d’occupation « anciens » tardaient à apparaître. Tel a été l’objectif des travaux de 2014, atteindre ces niveaux, vérifier la chronologie de l’édifice, restituer son organisation interne et identifier éventuellement sa fonction (fig. 4). Si les niveaux d’occupation ont été atteints, ils n’ont pas livré les éléments attendus permettant d’attribuer une fonction à l’édifice au sein du complexe auquel il appartient. Sa chronologie est en revanche mieux cernée, sa construction intervenant au plus tôt à l’époque augustéenne. L’organisation interne est également désormais mieux connue. Du nord au sud, se succèdent une grande salle (D sur la figure) et deux petites pièces situées dans le même alignement ouest-est (B et C) et qui communiquent avec un quatrième espace (A), en partie pris sous la rampe, et dont la fouille n’a pas été menée, en 2014, jusqu’aux niveaux d’occupation. Les restes, très mal conservés, dans le mur sud de l’une des deux petites pièces médianes (B), d’une niche murale revêtue d’enduit blanc (laraire ?), pourraient être un indice d’une fonction domestique du bâtiment. Aucun niveau de sédiment pouvant trahir une activité liée au traitement, minéralurgique ou métallurgique, du minerai n’y a surtout été mis en évidence.

Fig. 4. Secteur 3, vue verticale, avec indication des espaces signalés dans le texte (Cliché : Aerograph Studio 2014).

Fig. 4. Secteur 3, vue verticale, avec indication des espaces signalés dans le texte (Cliché : Aerograph Studio 2014).

Sans nul doute, la construction de ce bâtiment s’inscrit dans la même dynamique qui a conduit, très vraisemblablement autour du changement d’ère, à la réoccupation du site et à sa profonde transformation. Il est à remarquer que le site de la laverie, au nord, n’a pas été touché par cette transformation. Le bâtiment était alors en ruines et au moins partiellement enfoui. Seules deux structures en partie bâties et aménagées dans les niveaux d’enfouissement ont été relevées. Leur fonction nous reste inconnue.

Le site de « Presentación Legal ». une proposition d’interprétation

On sait par les textes et surtout par l’épigraphie que l’activité minière et métallurgique fut l’affaire d’entreprises diverses, de statut privé et d’origine italique. Leurs noms, ou en tout cas les noms de certaines d’entre elles, nous sont connus par les grands timbres moulés sur les lingots de plomb d’époque républicaine, principalement datés des pre- mières décennies du Ier s. av. J.-C. Retrouvés en différents points de la Méditerranée occidentale, et à Carthagène en premier lieu, ces lingots ont pu être, à la fois sur la base de critères épigraphiques et onomastiques et des données archéométriques (isotopes du plomb), attribués avec assurance aux deux districts miniers de Carthagène, que sont la Sierra minera et Mazarrón. À mesure que la fouille progressait, l’idée s’est peu à peu imposée que les vestiges mis au jour sur le flanc est du cabezo correspondaient à une de ces entreprises minières qui s’installèrent à pied d’œuvre pour l’exploitation du mine- rai argentifère de la zone. Les analyses géochimiques (élémentaires) effectuées sur les derniers niveaux d’utilisation des cuves de lavage de la laverie (échantillonnés en 2009 et 2011) ont confirmé, par les teneurs relevées en plomb et en argent, que le minerai traité était bien de la galène argentifère. Celle-ci provenait sans aucun doute, et en tout cas pour partie du moins, des gisements situés à proximité, un peu plus au sud, sur les pentes du même cabezo, qui présente toujours les stigmates de l’extraction minière, soit de grandes rafas — ou tranchées ouvertes — qui se poursuivent en travaux souterrains. Une première exploration réalisée en 2009 n’a pas permis de mesurer l’extension de ces travaux, en grande partie colmatés et difficiles d’accès, et repris à l’époque moderne (usage de la poudre). Une fois le minerai extrait, il était concassé et broyé finement pour être ensuite lavé afin d’aboutir à un concentré enrichi, c’est-à-dire débarrassé de la plus grande partie de ses impuretés, apte à être réduit pour en retirer le métal, en l’occurrence les métaux, argent et plomb. Ces deux phases de la chaîne opératoire, broyage et lavage, sont bien attestées sur le site. La phase métallurgique n’est en revanche représentée que par quelques scories plombeuses éparses dans des niveaux de remblai, toujours en cours d’étude. Cependant, la découverte en 2012 de plusieurs fragments de rouleaux de litharge, produit de la coupellation du plomb, laissait envisager que le minerai enrichi dans la laverie était réduit, puis coupellé sur place. Cela vient d’être confirmé par les analyses isotopiques du plomb effectuées sur les litharges. Elles fournissent en effet une signature isotopique qui recouvre à 100 % celles obtenues sur les niveaux d’utilisation des cuves de la laverie. Ainsi, la géochimie (isotopes du plomb) a non seulement permis de définir la signature de la laverie, et donc du métal produit, mais aussi de montrer que le site abritait également les installations nécessaires à la production des métaux recherchés par les Romains, l’argent et le plomb.

On ne peut donc guère aujourd’hui hésiter à présenter le site de « Presentación Legal » comme celui d’une de ces sans doute nombreuses concessions minières qui, à l’époque tardo-républicaine, ont ouvert dans la Sierra de Carthagène avec la bénédiction des autorités provinciales romaines. L’entreprise y effectuait l’ensemble de la chaîne opératoire, de l’extraction du minerai à sa transformation en métal en passant par son lavage et enrichissement. On ignore malheureusement l’identité des exploitants, faute de témoignages épigraphiques retrouvés sur place. Mais on peut croire qu’ils furent d’origine italique. La culture matérielle renvoie pour l’essentiel à l’Italie — amphores, céramique de table et céramique de cuisine ou d’usage courant. La céramique de tradition locale — céramique fine ibérique et amphores de tradition phénico-puniques — n’est certes pas absente, mais elle ne domine pas. Elle montre que le site était parfaitement inséré dans les courants d’échanges régionaux et sans doute témoigne-t-elle aussi de la présence sur place d’une main-d’œuvre locale, ce qui évidemment ne surprend pas. On est certes encore loin d’avoir une idée complète du site et de son organisation. Les recherches se sont essentiellement concentrées sur les parties basses du complexe « industriel » romain dont on ignore tout de l’extension. Il devait présenter l’aspect d’un ensemble de terrasses étagées se succédant sur plusieurs niveaux sur les flancs du cabezo et limité naturellement par la grande falaise de calcaire marmoréen qui domine la Rambla de la Crisoleja. Il est aujourd’hui à peu près sûr que, sur une de ces terrasses, les exploitants avaient installé les fourneaux nécessaires à la réduction et la coupellation du minerai. En hauteur peut- être même, de manière à protéger les ateliers des fumées toxiques émanant des fours. On peut envisager de la même manière la présence de structures d’emmagasinage de l’eau nécessaire à l’activité de la laverie. De fait, les endroits sont nombreux où l’on pourrait chercher ces différentes installations.

Fig. 5. Vestiges d’un aménagement en opus signinum antérieur à la construction du bâtiment d’époque impériale du secteur 3 (Cliché : Aerograph Studio 2014).

Fig. 5. Vestiges d’un aménagement en opus signinum antérieur à la construction du bâtiment d’époque impériale du secteur 3 (Cliché : Aerograph Studio 2014).

On n’aura cependant pas le loisir de le vérifier. 2015 sera en effet l’année de la dernière campagne de fouilles sur le site. Aucun élargissement des aires ouvertes depuis 2008 n’est prévu, seuls les secteurs 1 et 3 seront concernés et il s’agira de mener à son terme leur fouille : dans le secteur 1, l’objectif est d’atteindre les niveaux de sol liés aux terrasses aménagées à l’époque impériale ; dans le secteur 3, la fouille des niveaux d’occupation du bâtiment augustéen doit être achevée et l’exploration de niveaux sous-jacents, peut- être d’époque républicaine, apparus dans les derniers jours de la campagne 2014 (fig. 5), poursuivie. Dans le même temps, des petits sondages seront réalisés en contrebas des deux secteurs où quelques structures bâties, masquées partiellement par la végétation, ont été repérées ; parmi elles, les restes de ce qui ressemble, par comparaison avec les structures mises au jour dans le secteur 2, à une cuve de lavage. Il ne s’agira pas pour autant d’ouvrir de nouveaux secteurs de fouille, mais uniquement de documenter en surface des vestiges qui pourraient nous en apprendre un peu plus sur l’organisation du site.

Pour citer ce billet : Christian Rico, « La Sierra de Carthagène. Rapport 2014-2015 », Archéo-CVZ. Carnet des fouilles archéologiques de la Casa de Velázquez, mis en ligne le 24/06/2016, https://archeocvz.hypotheses.org/386.

Christian Rico

TRACES - UMR 5608 CNRS - Université Toulouse Jean Jaurès

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search