Las Sillas (Marcén, Huesca). Rapport 2014-2015

Le site islamique de Las Sillas à Marcén (Término municipal de Lalueza, province de Huesca) a fait l’objet de deux campagnes de fouilles au cours de la période allant du mois de juin 2014 au mois de juin 2015. Cette série d’interventions a été réalisée avec l’appui de la Casa de Velázquez, de la Comarca de los Monegros et de l’UMR 8596 de l’université de Paris 4 Sorbonne. La première, du 23 juillet au 8 août 2014, faisait suite au chantier du mois de mai et était destinée à l’achèvement de l’étude de plusieurs constructions taillées dans la roche situées à l’extrémité occidentale du secteur II de l’habitat (ilôt J). La seconde s’est déroulée sur une période de quinze jours, du 22 avril au 6 mai 2015, afin de débuter la fouille d’une grande maison située dans la partie occidentale de la plate-forme, sur une surface d’environ 250 m² (fig. 1).

Pour mieux définir le contexte des fouilles menées en 2014 et 2015, on rappellera que les précédents travaux ont montré que le site avait été édifié vers le milieu du Xe siècle et occupé sans interruption jusqu’au moment de la reconquête sous le règne du souverain Pedro Ier d’Aragon (1094-1104). Ils ont également montré que l’établissement se composait de deux parties distinctes (secteurs I et II), le secteur I étant occupé par une mosquée associée à une cour et à un bâtiment à fonction plus résidentielle, et le secteur II par toute une série de constructions étagées le long des pentes. Ces dernières étaient regroupées en quartiers séparés les uns des autres par des ruelles qui débouchaient sur une large rue centrale (2,80 m) qui semble partager d’ouest en est toute la plate-forme rocheuse. Au sein de ces quartiers ou « îlots », se dressaient des maisons dont six (appelées A, B, C, D, E et F) ont déjà été fouillées sur le versant nord de l’établissement et trois autres sur le versant sud (G, H et I). Les recherches ont également révélé que les pentes de la plate-forme avaient majoritairement été utilisées comme carrières pour l’extraction de blocs de grès et que seules les parties les plus hautes du plateau avaient été employées comme lieu de résidence permanente jusqu’à la fin du XIe siècle.

Les travaux effectués au cours de l’année 2014 étaient placés sous la responsabilité de quatre directeurs : Jordí Gibert Rebull, José Miguel Pesqué Lecina, Philippe Sénac et Sébastien Gasc. Ont également participé aux campagnes de fouilles, à titre bénévole, plusieurs étudiants : Joris Martínez (Université Paris 11), Sergio Sistac Marina (Universidad de Zaragoza), Pauline Gaussens et Nicolas Bernier (Université Paris 4). Suite aux analyses carpologiques réalisées aux cours des deux années précédentes, Jérôme Ros (UMR 7209) et Cécile Bourguet (Paris 11) sont également intervenus sur le site et ont procédé au prélèvement de plusieurs échantillons confiés ensuite au Museum national d’Histoire naturelle de Paris et dont les analyses furent réalisées par Jérôme Ros et Marie-Pierre Ruas. Deux topographes, de l’entreprise Hormigones Grañén, Carlos Bernues et Alfredo Nivela, ont participé à l’extension du carroyage tandis qu’un engin mécanique de la même entreprise est intervenu à plusieurs reprises pour le retrait de la terre amassée au cours des fouilles. Un ULM piloté par Francisco Cano Biosca (société Aeroflas) a réalisé une série de clichés aériens de l’établissement et on a enfin employé une entreprise locale pour procéder au débroussaillage de la moitié occidentale du site : l’opération a été conduite par Sergio Gavin (Lalueza) puis par deux ouvriers de la Comarca de los Monegros (Medios Ambientales).

Fig. 1. Vue générale du secteur II à la fin de l’année 2014.

Fig. 1. Vue générale du secteur II à la fin de l’année 2014.

La campagne de l’été 2014

Les travaux engagés au cours de l’été passé ont permis l’achèvement de la fouille de plusieurs constructions jouxtant la grande rue évoquée plus haut (UA 78 et 81) tandis que trois nouvelles UA taillées dans le sol rocheux ont été mises au jour (UA 88, 89 et 91). Parmi toutes ces pièces là plus remarquable est certainement l’UA 78 tant par ses dimensions que par l’importance des objets qui y furent découverts (fig. 2). Cette longue pièce rectangulaire (2,30 m sur 10,80 m) était recouverte par un épais sol d’effondrement (US 7804), au sein duquel furent découverts sept fragments de monnaies de la taifa de Saragosse datées de la fin du XIe siècle, et sous lequel s’étendait un sol de terre plus compacte (US 7806) de couleur jaunâtre, comprenant de nombreux fragments d’adobe et plusieurs fragments de solives adressés au Poznan Radiocarbon Laboratory pour des analyses au 14C qui indiquèrent une datation comprise entre 892 et 1015 avec 95,4% de probabilité. La campagne a conduit à la découverte de nouveaux fragments de dirhams d’époque taifale et de 221 tessons de céramique dans le sol d’occupation (US 7808) appartenant majoritairement à des ataifores, des jarras et des jarritas décorées de traits peints à l’oxyde de manganèse. Les autres pièces fouillées (UA 80 et 81), situées le long d’une ruelle qui coupait à angle droit la principale rue du village ne présentaient qu’un intérêt moindre, même si leur étude a permis de collecter un nombre abondant de fragments de céramique : 219 fragments dans l’UA 81, 458 dans l’UA 88 et 144 dans l’UA 89.

Fig. 2. Vue de l’UA 78 en cours de fouille.

Fig. 2. Vue de l’UA 78 en cours de fouille.

De manière très surprenante au regard de la zone fouillée au cours de l’année 2014 (plus de 150 m²), ce mobilier céramique s’est avéré beaucoup moins varié que lors des campagnes précédentes. De surcroît, les tessons découverts présentaient un degré de dégradation peu commun, la qualité des cuissons et des glaçures s’avérant fort médiocre. L’ensemble était dominé par des pièces destinées à la cuisson des aliments (ollas) et au transport ou au service des liquides (jarras et jarritas). Les céramiques glaçurées ne représentaient qu’une faible partie du mobilier et, en dehors de quelques gros fragments d’ataifores à pied annulaire et de petits tessons portant un décor de cuerda seca parcial découverts dans l’UA 89, les pièces destinées à faire l’objet d’une restauration demeurent limitées à une jarrita présentant une anse à section ronde (HUM 2014/8805/328), une tapadera (HUM 2014/8805/330) et une botellita de forme globulaire (HUM 2014/8805/376).

Si l’absence de foyers, appareillés ou non, sur l’ensemble de la zone fouillée mérite d’être soulignée, tout comme celle de déchets de cuisine sous la forme d’ossements, en revanche, l’abondance tout à fait surprenante de monnaies dans l’UA 78 mérite une attention particulière. De fait, en ajoutant aux fragments mis au jour en 2014 ceux découverts en 2013, ce sont 25 monnaies qui ont été collecté dans l’ilôt J et majoritairement dans l’UA 78. À l’exception d’un as de Bolskan frappé dans la deuxième moitié du IIe siècle av. J.C., toutes étaient des fragments de dirhams de la taifa hudide de Saragosse (fig. 3), pour la plupart attribuables aux premières années du règne de l’émir Aḥmad II (1083-1109). Il faut également ajouter à ce matériel monétaire un sceau en plomb (HUM 2014/8708/47), de forme circulaire, de 25 mm de diamètre maximal, en forme de rivet, dépourvu de toute inscription et pesant 45,37 g (fig. 4). Il s’agit là de trouvailles tout aussi importantes qu’inhabituelles sur le site et qui témoignent d’une utilisation de la monnaie en milieu rural au cours de la période taifale alors que cet usage était peu répandu à l’époque du califat omeyyade.

Fig. 3. Fragments de monnaies taifales.

Fig. 3. Fragments de monnaies taifales.

Fig. 4. Sceau de plomb.

Fig. 4. Sceau de plomb.

Tout aussi importantes sont les premières données fournies par les études carpologiques et anthracologiques réalisées par Jérôme Ros (UMR 7209) avec l’assistance technique de Cécile Bourguet (Master 1, MNHN, Paris) et de Brigitte David (technicienne CNRS/UMR7209, Paris) sur la base de sept échantillons provenant de sept unités stratigraphiques distinctes. Les résultats obtenus confirment ceux fournis par les analyses précédentes, avec la présence de blé tendre, de blé nu et d’orge vêtue (Hordeum vulgare). Si le spectre des plantes cultivées reste dominé par les céréales, on notera la découverte d’un reste de prunier. En l’état des données, aucune des cultures de l’innovation agronomique « arabe » n’apparaît dans les spectres enregistrés (agrumes, riz, légumes, certains fruits, coton). La gamme encore réduite de plantes cultivées mises en évidence est fortement corrélée à la nature des contextes échantillonnés (carbonisés) et à un échantillonnage qui demeure encore restreint.

Les fouilles du printemps 2015

Comme on l’a précisé plus haut, la première campagne de fouilles de l’année 2015 avait pour objectif de procéder à l’étude d’une série d’habitations situées sur le sommet de la plate-forme, de l’autre côté de la grande rue, au nord de l’ilôt J fouillé précédemment, grâce à une extension du carroyage sur une surface de 50 m². Ces travaux ont permis la mise au jour d’une grande maison ou quartier (?) composée de plusieurs pièces en partie creusées dans la roche désignées sous les noms de UA 82, 83, 84, 85, 86 et 92 et 93. À la veille d’une nouvelle campagne de fouilles, ces pièces semblent appartenir à un même ensemble bâti d’une surface d’environ 120 m² appelée ilôt K, visiblement utilisé comme maison d’habitation. Il est encore trop tôt pour apprécier les informations que livrera ce nouvel ensemble dans la mesure où une pièce seulement a été intégralement fouillée (UA 84) et que, pour les autres UA seuls les remblais d’effondrement ont été retirés. Si l’absence de patio central reste probable, on peut néanmoins d’ores et déjà souligner que l’une de ces pièces, en l’occurrence l’UA 83, faisait probablement office de petite cour dans laquelle se distingue déjà une fontaine en forme de demi-cercle (US 8305) construite au moyen de petits moellons, d’un diamètre d’1,20 m.

Entièrement fouillée, l’UA 84 se présente sous la forme d’une longue pièce rectangulaire, (6,20 m/2,40 m) qui s’ouvrait à l’est sur l’UA 83 au moyen d’une étroite ouverture de 0,80 m de large, dont le seuil avait été légèrement surélevé au moyen d’un lit de petits blocs de grès. Les parois de cette pièce étaient constituées de lits de moellons soigneusement taillés, une pierre posée en champ levé étant située à intervalles réguliers, comme sur le site de Vascos et conformément à ce que l’on avait observé dans d’autres ilôts. La stratigraphie mise en évidence lors de la fouille de cette pièce ne différait pas de celle observée ailleurs, à ceci près que le sol d’effondrement qui recouvrait la pièce contenait un plus grand nombre de blocs d’adobe, au milieu desquels furent découverts plusieurs fragments de solive carbonisés dont le plus gros a été adressé au Poznan Radiocarbon Laboratory pour analyse et détermination au 14C.

Fig. 5. Meule découverte dans l’UA 84.

Fig. 5. Meule découverte dans l’UA 84.

Une autre particularité de cette pièce résidait dans la présence d’une meule circulaire en parfait état de conservation (fig. 5), de 0,64 m de diamètre, qui reposait sur un sol d’occupation de couleur brune (US 8408) d’environ 3 cm d’épaisseur, et particulièrement riche en fragments de céramiques glaçurées (ataifores, redomas). Trois formes complètes prêtes pour la restauration au musée de Huesca ont déjà été sélectionnées dont un ataifor, une petite redoma globulaire décorée au moyen de jets de manganèse et un jarro. Ce sol d’occupation s’interrompait à l’approche d’un silo (US 8412) creusé à l’aplomb de la paroi ouest de la pièce (US 8404), d’1 m sur 0,60 m, et fermé par trois dalles de grès dont l’une avait été brisée. De manière également inhabituelle, le sol d’occupation recouvrait, par endroits et dans la moitié nord seulement de la pièce, un niveau de terre cendreuse de quelques mm d’épaisseur dans lequel une scorie fut découverte. Plusieurs échantillons de terre appartenant à ces divers sols ont été prélevés pour réaliser une analyse carpologique. On signalera enfin la mise au jour de plusieurs petites cavités circulaires creusées dans le sol rocheux, verticales et obliques, servant pour certaines de trous pour encastrer des poutres, à l’exemple des US 8410 et 8411, ainsi que la découverte de petits objets métalliques inédits, en particulier deux instruments à usage chirurgical ou cosmétique, en bronze, de 110 mm de long (fig. 6), tout à fait semblables à ceux découverts sur le site du Pla d’Almata (Lérida) et datés du XIe siècle (n° inv. MN2385).

Fig. 6. Instrument à usage chirurgical ou cosmétique.

Fig. 6. Instrument à usage chirurgical ou cosmétique.

Devant la richesse prévisible des informations qui seront issues de l’étude de ce nouvel ilôt, les objectifs fixés à la campagne de l’été 2015 s’avèrent à la fois décisifs et multiples : outre la fouille exhaustive de ce quartier, il s’agira d’en procéder au relevé pour compléter le plan directeur, de mener une nouvelle opération de débroussaillage du site avant de réaliser des vues aériennes de cet établissement rural en vue de la remise prochaine du manuscrit (2016) et d’engager les restaurations d’un mobilier qui s’annonce abondant et varié. Avec l’aide de Myriam Fincker (IRAA-CNRS), on procèdera enfin à une couverture photographique de l’intérieur de la mosquée en vue d’une restitution en 3D.

Pour citer ce billet : Philippe Sénac, Sébastien Gasc et José Miguel Pesqué Lecina, « Las Sillas (Marcén, Huesca). Rapport 2014-2015 », Archéo-CVZ. Carnet des fouilles archéologiques de la Casa de Velázquez, mis en ligne le 24/06/2016, https://archeocvz.hypotheses.org/383.

Philippe Sénac, Sébastien Gasc et José Miguel Pesqué Lecina

Philippe Sénac (Université Paris 4), Sébastien Gasc (École des hautes études hispaniques et ibériques, Casa de Velázquez, Madrid) et José Miguel Pesqué Lecina (Departamento de Cultura de la Diputación Provincial de Huesca)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.