Le centre monumental de Baelo Claudia. Rapport 2013-2014

Laurent Brassous (Université de La Rochelle), Xavier Deru (Université Lille 3), Séverine Lemaître (Université de Poitiers) et Oliva Rodríguez Gutiérrez (Universidad de Sevilla)


Les recherches archéologiques conduites sur le secteur sud-est du centre monumental de Baelo Claudia, entre le 14 avril et le 9 mai 2014, marquent la troisième phase du « Proyecto General de Investigaciones Arqueológicas » (PGIA) approuvé par la Junta de Andalucía pour les années 2012-2017, porté par la Casa de Velázquez, en collaboration avec le Conjunto arqueológico de Baelo Claudia et les universités de Séville, Poitiers (HeRMA), Lille 3 (HALMA-IPEL) et La Rochelle (LIENSs).

Fig. 1. Localisation (en gris) de la zone de fouilles dans le centre monumental de Baelo Claudia (d'ap. Pierre SILLIÈRES, Baelo Claudia. Une cité romaine de Bétique, Madrid, 1995, p. 86).

Fig. 1. Localisation (en gris) de la zone de fouilles dans le centre monumental de Baelo Claudia (d’ap. Pierre SILLIÈRES, Baelo Claudia. Une cité romaine de Bétique, Madrid, 1995, p. 86).

L’objet de ce projet est l’étude du secteur du centre monumental de la ville antique situé directement à l’est de l’ensemble formé par la basilique et la place méridionale, et au nord du decumanus maximus. Cette zone du centre monumental a particulièrement attiré l’attention des archéologues, depuis les premiers dégagements de P. Paris ou les campagnes menées par la Casa de Velázquez entre 1966 et 1990. La vue d’ensemble proposée par P. Sillières en 1995 (Sillières, 1995, pp. 57-63) reflète toutefois les difficultés à présenter une synthèse historique de l’évolution de ce secteur, en raison de fouilles ayant souvent négligé les niveaux tardifs pour se focaliser sur la ville du Haut-Empire. Les publications du macellum en 1986 et du temple d’Isis en 2008 font en partie figure d’exception, par l’attention qu’elles ont portée aux différentes phases des édifices. Il semblait donc nécessaire d’approfondir ces aspects dans le secteur sud-est du centre monumental. La zone d’intervention couvre environ 450 m². Elle est délimitée par le tracé des voies environnantes (fig. 1) : le cardo dit « rue des colonnes » à l’est (C4), le decumanus maximus au sud (D1), la ruelle d’accès au forum à l’ouest. Quant à la limite nord, elle est fournie par le secteur de la « grande domus » où des fouilles ont déjà été menées en 1974-1975. La situation particulière de ce secteur, à la croisée des grands axes de la ville, invitait également à étudier l’évolution de la circulation au cœur de la ville.

Le cadre législatif andalou relatif aux interventions archéologiques programmées impose un calendrier alternant une année de fouilles et une année consacrée à l’étude du matériel archéologique. Après une première campagne de fouilles en 2012, l’année 2013 avait été consacrée à l’étude du matériel exhumé l’année précédente, mais en accord avec les autorités quelques sondages avaient pu être réalisés. Ces travaux avaient permis d’écarter l’idée de l’existence d’un seul monument et de distinguer la présence de plusieurs édifices distincts, ainsi que d’en proposer une chronologie relative pour leurs phases de construction, d’occupation voire de réoccupation et de destruction (Brassous, Deru et Rodríguez, 2013). Un monument aux murs massifs vraisemblablement du Haut-Empire semblait se superposer à un édifice antérieur à abside, dont le plan ainsi que la liaison stratigraphique avec la « grande domus » identifiée par P. Sillières en 1975 (Remesal, Rouillard, Sillières, 1976, pp. 484-485) restaient inconnus. Un sondage réalisé au sud-est du secteur avait révélé le réaménagement d’une partie de ce monument au Bas-Empire. Par ailleurs, un grand bâtiment aux murs maçonnés, à la fonction ignorée, occupant le tiers sud du secteur de fouille et très probablement construit dans l’Antiquité tardive, avait pu être identifié. Enfin, la mise au jour de différentes arases de murs indiquait l’existence de plusieurs phases d’occupation successives dans le secteur encore difficiles à interpréter et à caler dans la chronologie générale, compte tenu de l’état d’avancement provisoire des travaux.

Objectifs de la campagne de 2014

Dans le respect du programme établi par le PGIA inscrit dans le cadre législatif déjà mentionné, les activités de 2014 furent essentiellement orientées vers la poursuite de la fouille de terrain. Dans la logique de la fouille en aire ouverte, il fallait poursuivre l’identification des occupations successives des plus récentes aux plus anciennes et caractériser leur planimétrie, leur morphologie, leur chronologie et leur fonctionnalité afin d’obtenir une vision diachronique de l’urbanisme dans ce secteur. Outre ces objectifs généraux, la campagne de 2014 a été guidée par les découvertes de l’année précédente et motivée par différents objectifs ponctuels. Dans un premier secteur au nord de l’aire de fouille (fig. 2), le but était de comprendre la relation entre l’édifice à abside et la « grande domus ». Dans un deuxième secteur, situé au sud, une attention toute particulière a été portée sur la compréhension de l’organisation des différents murs dont les arases supérieures affleuraient depuis les travaux précédents. Dans un troisième secteur, défini comme l’espace interne du grand bâtiment tardif, l’objectif était de repérer le sol ou le niveau d’occupation de cette construction afin d’en comprendre l’organisation interne.

baelo14_fig2

Fig. 2. Plan des structures mises au jour depuis 2011 dans le secteur sud-est du forum (DAO Chr. Louvion).

Résultats de la campagne de 2014

L’avancée des recherches a permis de corriger et d’affiner la chronologie relative de l’occupation du secteur proposée l’an passé, et de préciser la planimétrie et la morphologie des constructions tout en laissant encore ouvertes un certain nombre de questions, concernant en particulier la fonction des édifices. Avant d’aller plus loin dans la description des opérations, il convient de noter que le présent rapport a été rédigé directement après l’intervention, sans bénéficier donc de l’apport des études, projetées pour l’année 2015, du mobilier découvert cette année, dont près d’une demi-tonne de céramique et 85 monnaies, essentiellement tardives. De même, la mise au net de l’ensemble des plans, coupes et relevés ainsi que la réalisation du diagramme stratigraphique n’ont pas encore pu être achevées, ce qui nous prive de précieux instruments d’analyse et de présentation des résultats. Il est toutefois possible de présenter un bilan provisoire des découvertes qui s’organisent autour de cinq points : un édifice à péristyle de la même période, un monument du Haut-Empire, le réaménagement postérieur de ces édifices, des occupations « domestiques » tardives et un bâtiment tardif.

L’édifice à péristyle

Le secteur de fouilles est limité au nord par les vestiges identifiés par P. Sillières en 1975 comme ceux d’une « grande domus » (fig. 2). La campagne de 2012 avait permis de repérer la continuité méridionale de cet édifice, par la découverte d’un couloir reliant son centre à la ruelle d’accès au forum, et d’une pièce supplémentaire au sud de ce couloir. Cet agencement des murs renforçait alors l’hypothèse déjà soulevée par P. Sillières de la présence d’un atrium ou d’un péristyle à l’ouest de ces découvertes. Quant aux travaux réalisés en 2013, ils avaient permis de mettre en évidence l’existence d’un mur orienté est-ouest traversant l’ensemble du secteur, plusieurs fois remanié au cours du temps, et se terminant à l’ouest par une abside. Ce « mur à abside » sépare l’aire de fouilles en deux secteurs distincts et pouvait indiquer la limite entre deux édifices différents. Le parement supérieur nord de ce mur indiquait néanmoins l’existence, sous les assises supérieures remaniées à l’époque tardive, de deux ouvertures antérieures comblées postérieurement. L’un des objectifs de la fouille de 2014 fut de comprendre la fonction de ce mur. Au nord de celui-ci, sous un épais remblai, situé lui-même sur un niveau d’effondrement caractérisé par la présence de grands blocs, dont certains étaient des blocs d’architecture monumentale tels que des claveaux d’arc, ainsi que de nombreuses tuiles, le portique sud d’un petit péristyle dont les dimensions peuvent être estimées de 8,30 m sur 9,30 m fut mis au jour. Les bases de deux colonnes sont encore conservées. Un vide dans l’entrecolonnement, fermé par un petit muret, correspond vraisemblablement à la récupération d’une troisième colonne. Le sol est formé d’un épais béton en tuileau. Dans l’angle sud-est du portique (fig. 3), une canalisation percée dans ce sol devait permettre de drainer l’eau du centre du péristyle. À l’ouest, le portique s’ouvrait par un seuil sur une pièce couverte d’un sol identique. À l’est, une ouverture dans le mur du portique indique que ce dernier s’ouvrait également sur une autre pièce qui n’a pas encore été fouillée. L’examen du parement nord du mur méridional du portique montre que celui-ci possédait trois ouvertures vers différentes pièces qui ont été fermées à une époque encore indéterminée, mais qui semble correspondre à celle de la construction du monument du Haut-Empire au sud, qui a provoqué la fermeture de deux d’entre elles, et de l’édification de l’abside qui est directement installée sur le sol en béton tuileau de la pièce à l’ouest du portique et qui pourrait avoir provoqué la fermeture de la troisième. L’édifice à péristyle semble alors avoir continué de fonctionner, amputée de sa partie méridionale. Dans un troisième temps, le portique a été compartimenté par la construction de deux murs perpendiculaires à celui-ci (fig. 3). L’étude du matériel n’étant pas achevée, il n’est pas encore possible de fixer la chronologie de ces phases. Rappelons simplement que la construction de cette « grande domus » a été située à l’époque augustéenne par P. Sillières. La céramique sigillée africaine C et D recueillie en 2014 dans le niveau d’effondrement semble indiquer que son abandon a été assez tardif. Si la découverte de ce péristyle confirme les hypothèses de P. Sillières concernant la planimétrie, elle ne garantie pas la nature domestique de l’édifice. Son architecture l’apparente effectivement à celui d’une « domus » et donc d’un habitat aristocratique, toutefois des édifices publics ou administratifs pouvaient adopter ce plan à péristyle. La fonction de cet édifice à péristyle reste donc à confirmer.

Fig. 3. Canalisation et murs de compartimentage du portique. Secteur 1 vu depuis le sud-est (Cliché L. Brassous/O. Rodríguez).

Fig. 3. Canalisation et murs de compartimentage du portique. Secteur 1 vu depuis le sud-est (Cliché L. Brassous/O. Rodríguez).

Le monument du Haut-Empire

Les travaux effectués en 2013 ont révélé l’existence d’une pièce quadrangulaire d’environ 8 m de côté, formée de trois murs massifs épais de 1, 60 m (fig. 2 et 4). Les vestiges d’une petite abside sur l’arase du mur oriental pourraient indiquer la présence de niches à l’intérieur de cette pièce. Cette pièce était insérée dans un monument de plus grande ampleur avec au moins une pièce ouverte au sud, vers le decumanus ou son portique. Un sondage effectué dans cette pièce a également montré l’antériorité de ce monument à un sol construit entre les iiie et ive siècles ap. J.-C. Les travaux de l’année 2014 ont permis de compléter le plan de ce monument. D’abord, grâce à la découverte de l’arase supérieure du mur ouest fermant la grande pièce aux murs massifs. Nettement moins épais (env. 0,50 m) que ces derniers, ce mur présentait vraisemblablement une ouverture en son centre qui, à ce stade des recherches, n’a pas pu être observée avec précision en raison de la superposition de murs plus tardifs. Ensuite, le décapage des couches supérieures situées au sud du monument a révélé l’existence de deux murs qui s’appuient sur le monument. Toutefois, il est encore difficile de dire s’ils sont contemporains de celui-ci. Leur orientation pourrait laisser penser qu’il s’agissait de boutiques ouvertes vers le decumanus ou le portique sud. Par ailleurs, les travaux menés dans le secteur 1 ont permis de nuancer l’une des hypothèses avancées l’an passé, à savoir que l’abside appartenait à un édifice antérieur à ce monument aux murs massifs. Ce dernier s’appuie en effet au nord sur un tronçon de mur antérieur qui avait été identifié comme la continuité du mur à abside. Mais l’observation aujourd’hui possible de la face nord de ce mur indique que l’abside n’est qu’un ajout à ce mur antérieur sur lequel est appuyé le monument au mur massif. Ce dernier s’appuie en effet sur un des murs sud du portique de l’édifice à péristyle. Le monument aux murs massifs est donc postérieur à cet édifice et sa construction a provoqué l’amputation de celui-ci au sud et sa contraction sur l’espace nord. Mais cette découverte permet de dire que l’abside qui est aussi postérieure à l’édifice à péristyle est peut-être contemporaine de la pièce aux murs massifs, avec laquelle elle formerait partie d’un même monument. Enfin, les vestiges de trois murs de même facture, épais de 0,33-34 m et liés au mortier, formant un quadrilatère à l’ouest de la pièce aux murs massifs, pourraient appartenir à ceux d’un entrecolonnement d’un atrium ou d’un péristyle. Celui-ci aurait pu alors appartenir avec l’abside, la grande pièce aux murs massifs et ses extensions méridionales, au même édifice.

Fig. 4. Vue générale depuis l'ouest des vestiges découverts en 2014, avec au premier plan le monument aux murs massifs (Cliché L. Brassous/O. Rodríguez).

Fig. 4. Vue générale depuis l’ouest des vestiges découverts en 2014, avec au premier plan le monument aux murs massifs (Cliché L. Brassous/O. Rodríguez).

Les réaménagements des édifices du Haut-Empire

L’avancée des travaux a confirmé la transformation des édifices du Haut-Empire par divers aménagements (fermeture de seuil, reconstruction de sol ou compartimentage des espaces tel que le portique sud-est de l’édifice à péristyle — fig. 3). Si, à ce jour, la datation tardive de ces transformations ne peut pas partout être affirmée avec une absolue certitude, elle est toutefois bien datée du ive siècle dans la pièce au sud du monument du Haut-Empire ouverte sur le decumanus. Notons que les niveaux d’occupation de ces premiers réaménagements tardifs sont à des altitudes proches sinon identiques, comme dans le portique de l’édifice à péristyle, des niveaux du Haut-Empire. Il n’est pas encore permis de dire que ces réaménagements tardifs ont changé la fonction de ces édifices.

Les constructions « domestiques » tardives

Après l’abandon et la destruction du monument du Haut-Empire, la fouille a révélé essentiellement dans les secteurs 2 et 3, au-dessus des niveaux d’effondrement de ce monument, la présence de nombreux murs liés à la terre et de sols associés, dont les altitudes et le décalage les uns par rapport aux autres indiquent qu’ils correspondent au moins à deux époques différentes d’occupation (fig. 2 et 4). Les pièces ainsi construites utilisaient à la fois de nouveaux murs mais s’appuyaient également sur les murs encore en élévation des édifices antérieurs, tels que ceux de l’abside. La première époque est caractérisée par des pièces dotées de sols relativement compacts en mortier blanc, alors que les pièces de la deuxième époque se caractérisent par des sols en pierres plus ou moins disposées à plat (fig. 5). La fonction domestique de ces constructions, de faibles superficies, semble la plus probable en raison de la présence de restes de foyers et de déchets domestiques associés.

Fig. 5. Sol tardif aménagé dans l'abside du Haut-Empire. Secteur 2 (Cliché L. Brassous/O. Rodríguez).

Fig. 5. Sol tardif aménagé dans l’abside du Haut-Empire. Secteur 2 (Cliché L. Brassous/O. Rodríguez).

Le bâtiment tardif

La campagne de 2013 avait permis d’identifier la construction d’un grand bâtiment tardif maçonné de 17,80 m de long sur plus de 9 m de large (fig. 2 et 4). La largeur maximale n’est pas connue car le bâtiment s’étend en dehors de l’aire de fouille. La compréhension de l’organisation, de la datation et de la fonction restait un des objectifs de la fouille de cette année. Il paraissait important de pouvoir mieux comprendre son organisation en identifiant notamment une éventuelle compartimentation interne et un niveau de sol. De ce point de vue, les recherches ne sont pas concluantes, vraisemblablement en raison de l’altitude élevée de ce bâtiment qui a souffert du fort remaniement de la zone aux époques postérieures, ainsi que des perturbations provoquées par le creusement de plusieurs fosses modernes. Un niveau pouvant correspondre à un niveau d’occupation a bien été identifié sous le niveau d’effondrement de ce bâtiment tardif déjà repéré l’an passé. Toutefois, la fouille de ce niveau n’a pas révélé, à l’exception d’une plus grande concentration de fragments de céramique dont certains étaient disposés d’une manière relativement plane, de trace d’un niveau suffisamment compact et homogène pour indiquer un sol avec certitude. La fouille a néanmoins permis de compléter notre connaissance des assises des murs de ce bâtiment, ainsi que de son édification qui s’avère postérieure à la majorité des murs des constructions tardives décrites précédemment. Ce bâtiment est donc le plus précoce du secteur. L’analyse céramologique en cours devrait permettre d’affiner prochainement sa datation.

Conclusion

Les résultats de la campagne confirment désormais la densité et la variété de l’occupation dans ce secteur. Pour le Haut Empire, on sait maintenant que le secteur fut occupé en partie par un édifice à péristyle, peut-être une domus, qui fut postérieurement amputé par la construction d’un édifice plus monumental. Leurs plans devront encore être précisés et leurs fonctions restent à découvrir. Un des apports importants de cette campagne paraît également celui de la chronologie de la transformation de ce secteur à l’époque tardive. Il est ainsi notable que la rupture historique de l’occupation traditionnellement située à Baelo Claudia au cours du iiie siècle, n’est pas aussi nette dans ce secteur. À cette époque, les édifices antérieurs semblent seulement être l’objet de réaménagements internes qui ne présupposent pas leur abandon et donc leur changement de fonction. Il faut attendre une époque postérieure au ive siècle pour observer l’abandon et la destruction du secteur qui sera finalement réoccupé par ce qui semble être des constructions « domestiques » à une altitude supérieure. Au cours de l’Antiquité tardive, ce ne sont pas moins de trois occupations d’époques différentes qui peuvent également être observées, dont la dernière est marquée par la construction d’un grand bâtiment maçonné, un type d’édifice qui était jusqu’alors inconnu dans la ville pour cette période. Bien évidemment, les résultats de cette campagne, dans un projet s’inscrivant sur 6 ans, sont provisoires, et de nombreuses questions demeurent en particulier sur la nature, la fonction et la chronologie précise des édifices découverts. Les prochaines campagnes d’étude de matériel et de fouilles permettront de lever bien des interrogations sur cet espace central de la ville antique.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search