Rirha (Sidi Slimane, Maroc). Rapport 2013-2014

Avec la collaboration de Mohamed Alilou, Laurent Callegarin, Cécilia Cammas, Handi Gazzal, Hicham Hassini, Sarah Ivorra, Thierry Jullien, Saïd Kamel, Charifa Khalki, Séverine Leclercq, Rachida Mahjoubi, Véronique Mathieu, Tarek Oueslati, Jean-Baptiste Pineau, Jean-Claude Roux, Marie-Pierre Ruas et Séverine Sanz


La mission archéologique maroco-française de Rirha est soutenue par le ministère des Affaires étrangères français, la Casa de Velázquez (Madrid), le Labex Archimede (Université Montpellier 3-UMR 5140 du CNRS) et l’Institut National des Sciences de l’Archéologie et du Patrimoine de Rabat (INSAP). En 2014, ont pris place une session d’inventaire du matériel céramique (en janvier) et une campagne de fouilles à Rirha du 20 avril au 16 mai ; l’étude de la faune est programmée en juin. Les investigations de terrain ont concerné en 2013 et 2014 les deux zones principales du site (fig. 1) : le « tell » maurétanien (Ensemble 5) et le quartier d’époque romaine (Ensemble 1).

Fig. 1. Plan d'ensemble du site de Rirha dans le méandre de l'oued Beht. Localisation des zones de fouilles (S. Sanz).

Fig. 1. Plan d’ensemble du site de Rirha dans le méandre de l’oued Beht. Localisation des zones de fouilles (S. Sanz).

Les relevés topographiques ont été effectués en 2013 et en 2014, de même que des prises de vue zénithales au cerf-volant et à la perche selon l’échelle de précision requise (S. Sanz). Ces enregistrements fournissent des restitutions en 3-D des zones étudiées.

Des recherches ont été menées sur divers types de matériels : inventaire et dessin du matériel céramique antique (H. Hassini) et islamique (Th. Jullien) ; identification et photographie des petits objets et des monnaies (L. Callegarin) ; relevé et analyse des éléments architectoniques (V. Mathieu, M. Alilou) couplés avec l’étude des roches (C. Khalki, S. Kamel, R. Mahjoubi) ; étude des structures en terre crue et prélèvements micromorphologiques (J.-C. Roux, C. Cammas) ; analyses minéralogiques de certaines catégories de céramiques et des terres de la construction (C. Khalki).

Les opérations de fouilles

L’ensemble 5, quartier de bâtiments maurétaniens (C.-A. de Chazelles, M. Kbiri alaoui, H. Gazzal, J.-C. Roux)

Sur la colline du « tell », à l’extrémité ouest du site, les niveaux d’occupation de la période maurétanienne (avant 40 ap. J.-C.) sont actuellement fouillés sur une superficie d’environ 250 m². Le dernier état correspond à un îlot qui s’étire d’ouest en est, composé par plusieurs espaces mitoyens et bordé du côté nord par un lieu apparemment non bâti (fig. 2).

Fig. 2. Vue aérienne de l'Ensemble 5 en fin de campagne 2014. Architecture de briques crues de l'îlot maurétanien au sud et murs en pierre d'époque romaine au nord (S. Sanz).

Fig. 2. Vue aérienne de l’Ensemble 5 en fin de campagne 2014. Architecture de briques crues de l’îlot maurétanien au sud et murs en pierre d’époque romaine au nord (S. Sanz).

En 2014, l’accent a été mis sur la compréhension globale de l’îlot, c’est-à-dire sa structuration et son phasage au sein de la dernière occupation maurétanienne datée de la seconde moitié du Ier s. av. J.-C. Le plan a été complété par de nouveaux espaces fouillés au sud et à l’est (21, 22, 23, 24) et rectifié par l’élimination de certains tronçons de « murs » ; les espaces 16 et 19 qui étaient séparés par un sondage des années 1920 « tranchée Châtelain » sont maintenant en relation stratigraphique.

Deux phases ont été définies à partir de l’architecture : une phase A, qui correspond à quelques lambeaux de murs en terre et à des vestiges d’occupation épars (foyer dans l’espace 15a) ; une phase B, pour laquelle les murs et les sols sont bien conservés, qui se subdivise dans la partie sud-est de l’îlot en B1 et B2 avec d’évidentes reconstructions (17c, 22, 23, 24) (fig. 3).

Fig. 3. L'Ensemble 5 à la phase B. Période tardo-maurétanienne, Ier s. av. J.-C. (S. Sanz et coll.).

Fig. 3. L’Ensemble 5 à la phase B. Période tardo-maurétanienne, Ier s. av. J.-C. (S. Sanz et coll.).

L’étude des murs en adobe a souligné une caractéristique intéressante bien qu’elle reste inexpliquée : la plupart des murs édifiés à la fin de la phase B (B1) ont des largeurs de l’ordre de 0,90 m. Or, ceci ne résulte pas de l’accolement de deux parois mais bien d’une disposition d’origine, comme le montre l’agencement des adobes dans le mur MR 5442 qui limite l’îlot du côté nord. Ces largeurs qui apparaissent surdimensionnées par rapport à la taille des espaces conduisent à envisager plusieurs possibilités : les murs s’élevaient sur de grandes hauteurs en raison de la présence d’un étage ; ils avaient à supporter des charges très lourdes correspondant soit à la toiture soit à du stockage au niveau de l’étage ; une partie du mur, côté interne, pouvait porter les poutres de l’étage et l’autre, externe, les poutres du toit ; l’édifice formait une tour élevée, à l’extrémité du tell.

Les murs de cette phase n’ont ni soubassement en pierre ni fondation, mais certains reposent sur des murs plus anciens partiellement arasés. Ils sont formés par des adobes de très grandes dimensions (54 x 34-37 cm) disposés de manière soignée, une assise se composant d’une rangée de boutisses et d’une rangée de panneresses.

À l’intérieur de l’îlot, les espaces étroits — 2 m à 2,50 m — dont les plans sont encore incomplets du côté sud ne présentent pas partout la même stratigraphie. À l’ouest, les espaces montrent une seule phase d’occupation, avec des sols peu marqués (16 et 15), ou bien cendreux et stratifiés (17), recouverts par une couche de démolition de 40 à 50 cm d’épaisseur ; celle-ci est formée par des adobes décomposés et des pans de murs encore solidaires. Dans l’espace 19, on a mis en évidence une vaste fosse antique, elle-même recoupée par la tranchée Châtelain, ayant notamment détruit l’angle nord-ouest de la pièce 15b ; peut-être destinée à la récupération de terre pour la fabrication d’adobes (?), elle a ensuite été comblée par des pans de murs en briques, de nature totalement différente de celle des murs en place autour des secteurs 16, 19 et 15. Il s’agit de briques de limon-argileux clair, très homogène, alors que les adobes des murs in situ ont une texture sableuse et graveleuse et une couleur brune.

Au sud-est, les sous-phases B1 et B2 sont identifiées par des sols distincts séparés par des remblais peu épais, ainsi que par la reconstruction de certains murs. Au cours de la sous-phase ancienne (B2), les espaces 22 et 23 constituent une seule pièce qui communique par des baies avec l’espace 24 au sud et avec l’espace 17 à l’ouest. Une porte d’entrée se trouve dans l’angle nord-est. Le sol de l’espace 22/23 comporte un foyer central et plusieurs objets abandonnés parmi lesquels des galets ayant servi d’instruments. À la sous-phase suivante (B1), les baies sont occultées et les sols des espaces présentent moins de traces d’utilisation domestique. La couche de démolition qui les scelle a livré en 2013 un mobilier abondant et bien daté : 6 monnaies préaugustéennes (dont une de l’atelier de CARMO et un bronze numide, tous deux du IIe s. av. J.-C.), une trentaine de balles de fronde en terre cuite, une plaque de plomb, des bijoux, des fragments d’œuf d’autruche ; des artefacts similaires ont été mis au jour en 2014 dans l’espace 24.

Plus généralement, les niveaux de destruction présents dans tous les espaces contiennent un mobilier homogène de la seconde moitié du Ier s. av. J.-C. : céramiques à vernis noir de Calès, à parois fines tardo-républicaines (gobelet forme Mayet I, II), peintes, communes (opercules), sigillées à vernis rouge italiques, amphores Dr. 7/11, Dr. 1 pompéienne, amphores Sala 1, Mañá C 2b, Haltern 70.

Au nord de l’îlot, l’absence de partition signale soit une voie de circulation en bordure du tell, soit l’emplacement d’un îlot en contrebas si l’on a affaire à un habitat en terrasses (espace 18). Une tranchée de repérage a mis au jour un sol avec des foyers superposés, à un niveau topographique plus bas que les sols de l’îlot, mais il faut attendre l’étude du mobilier et l’extension de la surface fouillée pour les interpréter.

Au début du Ier s. ap. J.-C., d’importants travaux de terrassement sont intervenus sur le tell. Dans la partie septentrionale de la zone fouillée, la construction de murs en pierre aux fondations profondes (MR 5249) a permis de contenir des remblais servant à élargir la superficiede la zone sommitale. À l’emplacement de l’îlot maurétanien, plusieurs murs en brique ont été arasés, d’autres ont servi à ancrer de nouvelles constructions édifiées en pierre.

La fouille de l’ensemble 1 : domus à péristyle, huilerie et balnéaire (A. Ichkhakh, s. Leclercq, J.-B. Pineau)

Le quartier d’époque romaine fouillé à l’extrémité orientale du site se trouve certainement près d’une porte de l’agglomération, dans un angle formé par une voie est-ouest et une courtine de l’enceinte urbaine (fig. 1). La partie étudiée comporte une domus sans doute incomplète qui occupe une grande partie de l’espace, avec une installation oléicole au nord et un ensemble thermal à l’est. Les objectifs du présent quadriennal consistent à situer la limite nord de l’ensemble, à préciser la circulation interne entre la partie résidentielle, l’espace artisanal et les thermes (fig. 4). Se posent aussi les questions de datation des phases d’utilisation et d’abandon des différentes parties, ainsi que des réoccupations successives : vestiges d’habitat de l’Antiquité tardive ou de la première période islamique, traces d’occupation médiévales tardives, notamment vastes fosses-dépotoirs et fours de potiers (XIIIe-XIVe siècle). On doit souligner que le mobilier islamique ancien (IXe-Xe siècle) est remarquable.

Fig. 4. Vue aérienne de la partie nord de l'Ensemble 1. Installation artisanale et thermes antiques, perforés au Moyen Âge par des fosses et un four de potier (S. Sanz).

Fig. 4. Vue aérienne de la partie nord de l’Ensemble 1. Installation artisanale et thermes antiques, perforés au Moyen Âge par des fosses et un four de potier (S. Sanz).

L’agrandissement de l’Ensemble 1 vers le nord en 2013 avait permis de repérer le mur de fermeture de l’huilerie (espace XII), mais on ignore s’il s’agit de la façade du bâtiment. Alors qu’en 2013 les travaux s’étaient répartis sur différents secteurs tout autour de la partie résidentielle (XV, XVI et VIII au sud-ouest, VII à l’est, XII et XIII au nord, XVII au nord-ouest), ils se sont concentrés en 2014 sur la partie artisanale.

Fig. 5. Vue aérienne de la partie ouest de l'Ensemble 1 : salle souterraine avec le bassin à dolia (S. Sanz).

Fig. 5. Vue aérienne de la partie ouest de l’Ensemble 1 : salle souterraine avec le bassin à dolia (S. Sanz).

L’atelier — supposé oléicole bien que l’hypothèse d’une production viticole ne soit pas à exclure — comprend un pressoir double à deux maies contiguës et deux bases à arbores, tronquées par des fosses médiévales. L’espace plus profond qui recevait les contrepoids et la ou les meules a été en partie fouillé en 2014, à l’est des maies (XII) : dotée d’un sol en terre battue très compacté, sur lequel se trouve une mince couche d’occupation cendreuse, cette pièce ouvre vers le nord par une porte. Les rigoles d’écoulement du liquide débouchaient dans la salle dite « souterraine » (XVII) au-dessus d’un bassin maçonné enduit de mortier de tuileau comportant au moins trois dolia alignés, à l’ouest et en contre-bas de l’aire de presse ; un dolium isolé a été mis au jour contre le mur occidental de cette même salle (fig. 5). Dans cette pièce de plus de 50 m², les niveaux de destruction fouillés de manière stratigraphique se composent d’un volume considérable de briques crues et cuites, de moellons, de bois calcinés, de mortier et même de pans de murs, résultant d’une destruction violente par le feu durant l’Antiquité. Le plancher d’étage effondré, mis en évidence dans la moitié sud en 2013, ne sera fouillé qu’en 2015.

Dans sa partie sud, l’installation artisanale était dotée d’un grand bassin de décantation inséré entre l’aire de presse et le triclinium de la maison ; il était recouvert par un plancher reposant sur des solives dont les trous d’ancrage sont visibles dans le mur du triclinium. Ce secteur (XIII) atteste plusieurs remaniements qui ont pu se succéder assez rapidement : construction d’un escalier dans un premier temps, puis condamnation des marches par la pose d’une canalisation transversale liée à un état tardif des thermes ; plus tard, l’ensemble a été oblitéré par la fosse d’un four de potier à la fin du Moyen Âge (fig. 5).

Dans le quart sud-ouest de l’Ensemble 1, la dernière occupation en place dans la pièce XVI, datée du IIIe s., est matérialisée au nord par un grand foyer et des céramiques essentiellement culinaires posées à plat et, au sud, par de nombreux fragments de dolia et d’amphores. Ce lieu qui associe les fonctions de cuisine et de stockage peut appartenir à un ensemble domiciliaire distinct de la domus, dont il est séparé par un mur aveugle, mais il peut aussi s’envisager comme une boutique indépendante de la maison. La pièce voisine VIII, dans l’aile ouest de la domus, possède trois ouvertures qui la font communiquer avec les pièces IX au sud et X au nord, ainsi qu’avec le péristyle. Le sol de la pièce (terre et adobes), montre une réoccupation islamique après un nivellement systématique.

Concernant l’ensemble thermal, l’objectif est de compléter les connaissances sur cette partie de l’ensemble bâti et d’identifier sa destination en lien avec la domus. Les travaux se sont poursuivis dans l’espace 9 qui se présente comme un petit couloir de forme trapézoïdale donnant sur la pièce VII-7 (apodyterium-frigidarium).

Études spécifiques

En 2013, les études sur la faune (Tarek Oueslati) et sur les macro-restes végétaux (Marie-Pierre Ruas, carpologie, et Sarah Ivorra, anthracologie) avaient mis particulièrement en avant des modifications dans les pratiques de culture, élevage et consommation intervenant à la période romaine puis au Moyen Âge (voir chronique 2013). Dans ces domaines, les travaux de 2014 ne seront effectués qu’au cours de l’été.

En 2014, deux céramologues (Hicham Hassini et Thierry Jullien) présents pendant la mission de terrain ont assuré la totalité de l’inventaire et des dessins des céramiques. Cet avancement permettra d’aborder directement la phase d’étude des mobiliers au cours de la prochaine session de céramologie.

Dans le cadre d’un doctorat de géologie dirigé par les Pr. S. Kamel et R. Mahjoubi (Université de Meknès), Charifa Khalki a effectué en 2013 et 2014 l’enregistrement des matériaux lithiques mis en œuvre à Rirha dans la construction à la période romaine ainsi que des terres utilisées pour les briques crues aux phases maurétaniennes récentes (observations, relevés, prélèvements). Sa recherche sur la nature et l’origine des matériaux inclut aussi un volet consacré aux pâtes de céramiques (amphores et céramiques peintes régionales) dans le but d’identifier des lieux de production et des circuits de diffusion de ces produits. Actuellement en seconde année, elle a déjà fabriqué et étudié un grand nombre de lame-minces dans les divers matériaux.

Accueil d’étudiants en archéologie de l’INSAP et de l’université de Tétouan

L’équipe a accueilli 10 étudiants de 3e année de l’INSAP de Rabat, en 2013, et 8 étudiantes de 2e année en 2014, ainsi qu’1 doctorant de l’université de Tétouan en 2014. Ils ont pratiqué la fouille stratigraphique et l’enregistrement des données, les relevés à la lunette de chantier et à l’alidade, le dessin de coupes stratigraphiques, plans de structures, murs en élévation. Ils ont participé à toutes les phases de traitement du mobilier, avec une initiation à la céramologie et au dessin de céramiques, particulièrement en 2014 sous la direction de H. Hassini et Th. Jullien.

Ils ont bénéficié de deux présentations par des spécialistes : topographie et photographie aérienne (S. Sanz) ; fouille des structures en terre crue (J.-C. Roux).

Accueil des congressistes de « TERMaghreb » (4 mai 2014)

Lors du séminaire TERMaghreb (Meknès, 2-4 mai 2014) le site de Rirha a reçu une trentaine d’archéologues marocains, algériens, espagnols et français et une quinzaine d’étudiants marocains. Des spécialistes de la conservation/restauration des enduits ont été sollicités à cette occasion pour examiner les vestiges en place dans la domus.

Publication sous presse

La monographie qui constitue la synthèse des travaux réalisés à Rirha entre 2004 et 2012 est actuellement sous presse.

Pour citer ce billet : Claire-Anne de Chazelles, Mohamed Kbiri Alaoui et Abdelfattah Ichkhakh, « Rirha (Sidi Slimane, Maroc). Rapport 2013-2014 », Archéo-CVZ. Carnet des fouilles archéologiques de la Casa de Velázquez, mis en ligne le 24/06/2016, https://archeocvz.hypotheses.org/367.

Claire-Anne de Chazelles, Mohamed Kbiri Alaoui et Abdelfattah Ichkhakh

Claire-Anne de Chazelles (UMR 5140, Archéologie des sociétés méditerranéennes, Lattes-Montpellier), Mohamed Kbiri Alaoui (Institut national des sciences de l’archéologie et du patrimoine, Rabat) et Abdelfattah Ichkhakh (Ministère de la Culture, Essaouira)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.