La montagne d’Îgîlîz et le pays des Arghen. Rapport 2013-2014

Institutions impliquées et partenariats scientifiques pour 2014

Institutions de tutelle et partenaires du programme

Dirigé conjointement par J.-P. Van Staëvel (Université Paris IV – Sorbonne ; UMR 8167, Paris), A. Fili (Université d’El Jadida ; UMR 5648, Lyon) et A. s. Ettahiri (INSAP, Rabat), le programme de recherches La montagne d’Îgîlîz et le pays des Arghen est placé sous la double tutelle de la Casa de Velázquez à Madrid et de l’Institut National des Sciences de l’Archéologie et du Patrimoine à Rabat. Il bénéficie d’une allocation du ministère des Affaires Étrangères et Européennes au titre de la coopération scientifique entre la France et le Maroc, ainsi que de financements provenant de plusieurs laboratoires de recherche : l’UMR 8167 Orient et Méditerranée, l’UMR 7209 Archéozoologie, archéobotanique : Sociétés, pratiques et environnements (Muséum national d’Histoire naturelle) et l’UMR 5648 Histoire, Archéologie, Littératures des mondes chrétiens et musulmans médiévaux. Le programme est également associé aux activités scientifiques du Laboratoire d’excellence Religions et Sociétés dans le Monde Méditerranéen (Labex RESMED), de l’université Chouaib Dokkali à El Jadida et du Centre Jacques-Berque à Rabat.

Le programme HaRGaNa : un nouveau partenariat scientifique

Les activités de la mission s’adossent de surcroît cette année à un programme de recherche spécifique, connu sous l’acronyme HARGANA (Histoire et Archéologie des Ressources biologiques et stratégie de Gestion vivrière de l’ArgaNeraie médiévale en montagne Anti-atlasique). Mené dans le cadre des initiatives Convergence de la Communauté d’Universités et d’Etablissements de Sorbonne Universités, ce projet d’une durée d’un an est placé sous la responsabilité conjointe de M.-P. Ruas (CNRS, MNHN) et J.-P. Van Staëvel. Il a pour ambition d’étudier, pour la période médiévale, les ressources végétales et animales domestiques et sauvages de la population d’Igîlîz et les modalités de gestion et d’usage des terroirs et du territoire à travers l’exemple de l’arganier. Espèce endémique dominante dans le paysage, l’arganier (Argania spinosa) constitue en effet la base de l’économie vivrière et du système agro-pastoral tant des dévots, des guerriers et des paysans qui vivaient au XIIe s. sur la montagne d’Igîlîz, que des habitants du village actuel de Tifigit, au pied de la forteresse médiévale. Le site archéologique et le village constituent donc un observatoire archéologique, historique et ethnobotanique de premier plan pour étudier les pratiques d’exploitation du territoire cultivé et parcouru qui ont modelé les traits de l’arganeraie actuelle. Le projet porte ainsi un regard pluridisciplinaire — archéologique (bâti, mobilier lithique, céramique), archéobotanique (semences et bois), archéozoologique (ossements animaux), archéométrique (analyses moléculaires organiques) et historique (textes arabes médiévaux) — sur la stratégie agro-pastorale de gestion d’un territoire aride qu’a développée au fil des siècles cette société de moyenne montagne. À l’intérieur de la Comue Sorbonne-Universités, les équipes porteuses du projet sont l’université Paris 4 (UMR 8167) et le Muséum national d’Histoire naturelle (UMR 7509), en partenariat avec l’université Pierre et Marie Curie (UPMC – Paris VI, UMR 7075 LADIR) et l’université de Montpellier 2 (UMR 5059).

Campagne de fouilles printemps 2014

Composition et objectifs de la mission

La mission a réuni, du 23 mars au 28 avril 2014, dix enseignants-chercheurs et/ou archéologues marocains et français, et huit étudiants marocains et français (sept étudiants de niveau Master et une doctorante), auxquels se sont ajoutés d’autres collaborateurs pour des séjours de plus courte durée. Le dégagement de vastes secteurs empierrés sous le sommet de la montagne a en outre impliqué le recrutement sur place de plusieurs dizaines d’ouvriers pour procéder à l’enlèvement des impressionnants volumes d’éboulis qui masquaient jusqu’alors les vestiges.

L’objectif affiché en 2014 par la mission archéologique était double. Sur le Jebel central, il s’agissait de continuer la fouille en extension des secteurs d’habitat situés sur le pourtour de la grande-mosquée, au vu de la richesse des informations que ceux-ci livrent, année après année, sur les fonctions cultuelles, rituelles et militaires de l’acropole d’Igîlîz. La poursuite des travaux en ce lieu devait également permettre de mesurer plus précisément le processus de densification de l’habitat qui s’opère durant la première moitié du XIIe s., en relation étroite avec l’apparition du complexe résidentiel de la Qasba. La progressive mise en évidence d’un habitat préalmohade (Xe-XIe siècles) donne en outre une nouvelle épaisseur chronologique à la compréhension de l’évolution de cette partie centrale du site. En second lieu, la campagne 2014 devait permettre d’initier l’exploration topographique et archéologique (sous forme de sondages) de vastes secteurs situés extramuros. Deux zones ont ainsi retenu l’attention des archéologues. La plus importante d’entre elle — la zone 8 — se situe en contrebas du Jebel central et du Jebel oriental, sur les premières pentes au sud de ces deux sommets: elle concentre de nombreux vestiges d’habitat d’époque médiévale. Entre cette zone et la muraille orientale du Jebel central, une autre partie du site – la zone 7 – a donné lieu à divers travaux d’approche : un grand monument (le « Grand Bâtiment ») a concentré l’essentiel des activités de fouille, alors que l’existence d’une activité métallurgique était pour la première fois mise en évidence à Igîlîz par des sondages très ponctuels. Toutes les structures dégagées ont été relevées par station totale et intégrées dans le plan d’ensemble et le modèle numérique de terrain (resp. R. Schwerdtner et O. Barge) ; elles ont fait systématiquement l’objet de clichés horizontaux et obliques à l’aide d’une canne et d’un cerf-volant.

Le Jebel central : les travaux intra-muros autour de la Grande Mosquée

Depuis deux ans déjà, les opérations de fouille menées sur l’acropole d’Igîlîz privilégient le dégagement intégral de l’ensemble des bâtiments situés aux alentours du lieu de culte principal, fouillé en 2010 et 2011. Ce secteur, compris entre l’habitat communautaire de la Mhadra au sud-ouest, la basse-cour de la Qasba au nord-ouest, le quartier de la zone 2 au nord-est et la Grotte 1 au sud-est, permet en effet d’étudier les relations qu’entretiennent les bâtiments religieux, les espaces publics (rues et placettes), les structures communautaires (cuisines) et les ensembles domestiques (ou assimilés). Au-delà, il offre de précieuses données sur les caractéristiques de l’habitat en zone 5 et sur l’évolution globale du Jebel central, depuis la période préalmohade jusqu’au réinvestissement d’une partie du Jebel central à la fin de la période médiévale.

Au nord de la Mhadra (fig. 1), la fouille (resp. M. Godener) s’est poursuivie cette année par le décapage de la cour située au devant de la pièce 82 : celle-ci offre deux états, dont le second, bien daté par le mobilier de la première moitié du XIIe siècle, présente notamment deux petites aires de service comprenant calage de jarre et four à pain. Parallèlement, l’extension de la fouille vers l’est a permis de mettre en évidence la présence d’une seconde maison accolée à la première, en lien avec la pièce de vie 28. Cette dernière ouvre ainsi sur une vaste cour dans laquelle ont été installés un foyer et un four. La maison en question est également dotée d’une petite pièce dévolue à la cuisine dans l’angle sud-est de la cour, ainsi que de latrines dans l’angle nord-ouest. La fouille de ces espaces n’ayant pu être menée à terme durant cette campagne, l’évolution chronologique de l’ensemble est encore difficile à préciser. On peut néanmoins noter l’existence potentielle de trois états d’occupation pour la période médiévale, centrés sur les XIIe et (peut-être) XIIIe siècles. L’ensemble est ensuite vraisemblablement abandonné, et la partie nord du secteur fait office à un moment donné de dépotoir, pour être réoccupé partiellement à la fin du Moyen Âge.

Fig. 1. Le secteur d'habitat au nord de la Mhadra (fin de fouille). Au premier plan, la pièce 82 et sa cour ; au second plan, l'autre maison fouillée en 2014.

Fig. 1. Le secteur d’habitat au nord de la Mhadra (fin de fouille). Au premier plan, la pièce 82 et sa cour ; au second plan, l’autre maison fouillée en 2014.

Plus au nord-est, la fouille s’est poursuivie cette année en direction de la muraille de la Qasba par le dégagement de deux maisons (104/5 et 106 ; resp. A. Fili) précédées de leurs enclos (fig. 2). Les superficies importantes concédées à ces pièces, les équipements dont elles bénéficient (banquettes, foyers, four à pain, probable étagère) et la nature du mobilier collecté (tronçon de lame d’épée, fraction de dirham d’époque almoravide, riche matériel céramique) attestent la qualité des personnes qui y résidaient durant le XIIe s. Au sud de ces espaces, une grande cour a servi de dépotoir durant l’époque almohade et a livré, en grandes quantités, du matériel céramique et métallique ainsi que des ossements.

Fig. 2. Vue générale des maisons situées au nord de la mosquée 1 (fin de fouille).

Fig. 2. Vue générale des maisons situées au nord de la mosquée 1 (fin de fouille).

Au sud de la grande-mosquée enfin, le dégagement d’une vaste superficie correspondant à pas moins de douze espaces (resp. P. Wech) a été entrepris aux alentours de la placette qui ouvre sur le lieu de culte et à laquelle aboutissent deux des principales voies de circulation du Jebel central. La nécessité d’un épierrement important d’une part, le caractère minutieux du démontage des structures les plus tardives (XIXe et XXe siècles) pour atteindre les derniers sols d’occupation médiévale d’autre part, n’ont pas permis de mener une fouille exhaustive de ces pièces. Il a donc été convenu de privilégier cette année la compréhension spatiale de cet ensemble, et de reporter la fouille proprement dite des niveaux almohades et l’interprétation fonctionnelle à la prochaine campagne. Les dégagements opérés au sud du secteur concerné ont permis de retrouver le tronçon manquant de la rue rectiligne qui relie, selon un axe nord-est / sud-ouest, le quartier de la « Grande maison » à la mosquée congrégationnelle. Au nord, les terrassements ont fait apparaître un ensemble de structures nouvelles, masquées jusque-là par un important remblai. La fouille partielle de ces espaces a montré qu’il s’agissait, pour partie tout du moins, d’une seconde cuisine collective constituant le pendant de celle fouillée en 2011 de l’autre côté de la rue.

Fig. 3. Petite jarre trouvée dans les rejets de la cuisine.

Fig. 3. Petite jarre trouvée dans les rejets de la cuisine.

À cet endroit, de nombreux foyers ont en effet été repérés et fouillés. Ils sont accompagnés de rejets particulièrement riches en mobilier osseux, céramique et métallique. Soulignons la découverte, dans ces dépotoirs, de restes de poissons, d’une lame de couteau en fer avec rivets de fixation et d’une jarre à filtre presque complète (fig. 3). Ces remblais constituent la dernière occupation de ces espaces, dont la fouille, là encore, a été stoppée avant d’atteindre les niveaux les plus anciens.

La nature des vestiges exhumés au cours de la campagne du printemps 2014 autour de la grande-mosquée confirme une nouvelle fois l’idée d’une probable planification d’ensemble de la zone lors de l’implantation des bâtiments d’époque almohade. Il apparaît de plus en plus évident aujourd’hui que ces édifices ont été érigés de manière concertée autour de la mosquée et de quelques maisons isolées constituant autant de môles autour desquels le tissu bâti s’est rapidement densifié. La présence de nombreuses structures associées aux activités culinaires vient confirmer d’autre part l’importance du rituel du repas communautaire de type ma’rûf, attesté à Igîlîz depuis l’époque almohade jusqu’à l’époque contemporaine.

L’exploration du principal secteur d’habitat à l’échelle de tout le site (Zone 8)

Fig. 4. Vue générale des pièces de vie de la zone 8 (en cours de fouille). Les pièces, vues ici en enfilade, sont séparées par des cloisons mitoyennes qui s'appuient toutes sur un long mur de fond rectiligne et tracé d'un seul jet.

Fig. 4. Vue générale des pièces de vie de la zone 8 (en cours de fouille). Les pièces, vues ici en enfilade, sont séparées par des cloisons mitoyennes qui s’appuient toutes sur un long mur de fond rectiligne et tracé d’un seul jet.

Les prospections menées en 2008 au niveau des premières pentes sud de la montagne d’Igîlîz, immédiatement en contrebas de l’acropole centrale et du Jebel oriental, avaient déjà permis de repérer l’existence de nombreuses maisons, alors même le mobilier récolté dans cette zone semblait pouvoir rapporter son occupation à la période almohade. Du fait de l’investissement consenti dans la fouille de la Qasba puis de larges secteurs de l’acropole d’Igîlîz, cette zone d’habitat — désignée sous le nom de Zone 8 (fig. 4) — avait été délaissée depuis, même si le projet d’un relevé topographique détaillé restait un objectif à moyen terme pour la mission. L’extension des opérations archéologiques au-delà des murailles du Jebel central cette année a donc logiquement débouché sur une nouvelle exploration, beaucoup plus détaillée que la précédente, de ce secteur (resp. A. s. Ettahiri). L’étude des vestiges a été précédée d’un très important dégagement des structures ennoyées sous d’épaisses couches d’éboulis. Ce travail harassant a été mené de manière magistrale par une équipe d’ouvriers qui a également eu à gérer l’épineuse question de l’organisation des déblais sur un terrain en forte pente.

Le résultat obtenu est spectaculaire : ce sont plusieurs dizaines de maisons qui ont été ainsi identifiées et qui sont désormais visibles sur le flanc sud de la montagne d’Igîlîz. Le recours à un GPS différentiel a permis de réaliser en peu de jours un levé très précis de l’ensemble des édifices de la zone 8, couplé à une couverture aérienne par cerf-volant (resp. O. Barge). Le recensement de ces habitations a permis de mieux comprendre la logique ayant présidé à leur implantation, réalisée le plus souvent au moyen de longs murs rectilignes s’appuyant sur les courbes de niveau, en utilisant au maximum les potentialités offertes par la déclivité. Les pièces, le plus souvent accolées les unes aux autres par leur petit côté, forment des lignes ouvrant sur des terrasses ; de construction soignée, celles-ci surplombent les espaces de circulation qui serpentent entre les habitations.

L’étude de l’habitat en zone 8 a également impliqué cette année la fouille d’un ensemble de pièces disposées les unes à côté des autres en une longue file (fig. 4). Les maisons, de belle tenue, ont livré un intéressant mobilier d’époque almohade, ainsi que des aménagements attestant le niveau de vie de leurs habitants.

La zone 7 : un secteur de transition à vocation politique/religieuse et artisanale

La fouille a enfin intéressé la plate-forme naturelle située en contrebas du Jebel central, sous la Porte 1, et en léger surplomb par rapport à la zone 8. C’est à cet emplacement qu’a été implanté un édifice de dimensions imposantes (près de 25 m de long pour une largeur de presque 9 m), sans commune mesure avec tous les autres monuments mis au jour depuis sur la montagne d’Igîlîz : du fait de son caractère impressionnant, les archéologues l’ont dénommé, dès les premières prospections réalisées sur le site en 2005, le « Grand Bâtiment ». Devant l’énigme persistante que représentait cet édifice, il a été convenu d’en réaliser le dégagement durant la campagne 2014. Longtemps différée du fait des travaux en cours sur le Jebel central, la fouille (resp. J.-P. Van Staëvel) avait pour objectif de comprendre l’organisation interne de l’édifice (et notamment d’étudier, en fonction de la largeur importante de l’espace à couvrir, les traces de son hypothétique système de couverture), et de saisir la durée de son occupation, afin d’en préciser son ancrage chronologique. Pouvait-il s’agir d’un édifice contemporain des autres réalisations architecturales datant du temps des débuts du mouvement almohade, comme la Qasba ou la grande-mosquée ?

À l’intérieur de l’édifice, la fouille a révélé la présence de deux banquettes disposées en vis-à-vis le long des murs nord et sud, ainsi que d’une haute plate-forme du côté oriental (fig. 5). La stratigraphie permet de proposer la restitution — toute hypothétique encore — d’une couverture partielle, réalisée en matériaux légers. Il semble que le Grand Bâtiment n’ait connu qu’une occupation initiale de courte durée, ou suffisamment sporadique pour n’en livrer que des traces ténues. De manière symptomatique, le faciès céramique du début de la période almohade n’est attesté que dans les couches de démolition et d’abandon. Des datations au radiocarbone permettront de préciser la période de sa construction, qui semble donc, de prime abord, antérieure au XIIe s. Il est encore trop tôt pour passer en revue les diverses hypothèses concernant les raisons de la construction d’un tel édifice et la finalité de celui-ci. À première vue, et sous réserve d’inventaire ultérieur, il semble que nous soyons là devant un monument complètement inédit, et sans aucun parallèle archéologique, ni au Maroc, ni en Afrique du Nord, pour les périodes antique et médiévale. Le Grand Bâtiment s’affirme donc comme un lieu de rassemblement, un édifice « public », au sens où il est destiné à la réception de personnes de statut sans doute important. L’hypothèse d’un lieu de culte préislamique ou datant des premiers siècles de l’Islam (mais sans qu’il s’agisse pour autant d’une mosquée) n’est pas pour autant à exclure.

Fig. 5. Vue générale de l'intérieur du Grand Bâtiment. On distingue les deux longues banquettes en vis-à-vis sur les côtés, ainsi que le bout de la plate-forme orientale (au premier plan) ; le mur au second plan est un ajout postérieur.

Fig. 5. Vue générale de l’intérieur du Grand Bâtiment. On distingue les deux longues banquettes en vis-à-vis sur les côtés, ainsi que le bout de la plate-forme orientale (au premier plan) ; le mur au second plan est un ajout postérieur.

On notera enfin que dans ce secteur, à l’ouest du Grand Bâtiment, la fouille a permis pour la première fois d’identifier les traces d’une activité métallurgique. Des sondages ont été réalisés au niveau d’une forge, bien datée par le mobilier céramique du XIIe s.

Études sur le mobilier, les plantes et la faune

Missions d’inventaire du mobilier archéologique

Conformément à la convention de partenariat signée avec l’INSAP, l’ensemble du mobilier récolté lors des campagnes de fouille est inventorié et déposé dans les réserves de l’Institut. C’est donc à Rabat que la mission archéologique a procédé en novembre 2013 puis en janvier-février 2014 à des missions d’inventaire et d’étude (comprenant notamment la réalisation de nombreux dessins par s. Zanatta). Emmenée par A. Ettahiri et A. Fili et bénéficiant du travail remarquable d’étudiants avancés (notamment H. Doukkali et K. Beljani, également en charge de l’inventaire sur le terrain au printemps dernier), l’équipe a terminé le classement du matériel issu de la Qasba, de la Grande Mosquée et de la Mhadra. Une autre mission d’inventaire, couplée à une session intensive de dessin des pièces céramiques caractéristiques, aura lieu à Rabat à l’automne 2014.

Études archéobotaniques et archéozoologiques

Les études archéobotaniques ont été réalisées cette année sur le terrain du 23 mars au 25 avril sous la direction de M.-P. Ruas. Trois activités principales ont été menées à bien dans le cadre de la campagne de fouilles du site d’Igîlîz et du projet HARGANA : étude des vestiges archéobotaniques, analyse éco-anatomique (resp. J.-F. Terral, UMR 5059 ; J. Ros, UMR 7209, postdoc HARGANA) et enquêtes ethnobotaniques (resp. M.-P. Ruas). Ces études visaient à mettre en évidence les plantes exploitées et consommées par la population almohade, les lieux d’approvisionnement en bois et en denrées alimentaires, les types d’agrosystèmes et le terroir de la population montagnarde. Près de 70 plantes, dont 18 cultivées, sont actuellement attestées par des vestiges archéobotaniques. L’arganier y joue un rôle majeur structurant à la fois le paysage parcouru, cultivé et les relations sociales des habitants actuels à travers la polyvalence de son utilisation (fourrage, bois d’œuvre, combustible, huile). L’enquête ethnobotanique sur la chaîne opératoire d’extraction de l’huile d’argan et les modes d’exploitation des arganiers complètent utilement les recherches archéobotaniques. Les techniques entièrement manuelles de l’extraction de l’huile et le mobilier lithique utilisé par les femmes de Tifigit (percuteurs et meules semi-rotatives manuelles, récipients en céramique) constituent un référentiel patrimonial exceptionnel pour la compréhension et l’interprétation des déchets de concassage, de combustion et le mobilier archéologique médiéval découvert sur le site. Chacun des volets de recherche intervient ainsi de façon complémentaire, en offrant un éclairage nouveau sur l’exploitation et la consommation des ressources végétales et leur impact historique sur les paysages aujourd’hui steppiques de l’arganeraie. Ils interagissent avec les études archéozoologiques à propos de l’élevage, des fourrages et des zones pastorales fréquentées.

La mission du printemps 2014 a également permis de débuter l’étude des restes de faune collectés au long des premières campagnes de fouilles à Igîlîz : ce sont ainsi plusieurs milliers d’os et dents qui ont fait l’objet des premières analyses et des classements correspondants (resp. B. Clavel, UMR 7209 MNHN ; H. Monchot, Labex RESMED, UMR 8167, postdoc HARGANA). La recherche en ce domaine ne fait que commencer. L’un des objectifs consistera à caractériser les dépôts, puis à travailler sur la dispersion des espèces ou des proportions dans chaque ensemble archéologique, de manière à mesurer d’éventuelles disparités d’ordre sociotopographique.

L’ensemble de ces études postfouille sont fortement intégrées dans la préparation de la première monographie sur le site, qui sera consacrée aux monuments du Jebel central.

Valorisation de la recherche en 2013-2014

Articles publiés ou en cours de publication

Ettahiri, Ahmed s., Fili, Abdallah, Van Staëvel, Jean-Pierre (2014), « Contribution à l’étude de l’habitat des élites en milieu rural dans le Maroc médiéval : quelques réflexions à partir de la Qasba d’Igîlîz, berceau du mouvement almohade », dans Sonia Gutiérrez et Ignasi Grau (éd.), De la estructura doméstica al espacio social. Lecturas arqueológicas del uso social del espacio, Alicante, pp. 265-278.

Fili, Abdallah, Ettahiri, Ahmed s., Van Staëvel, Jean-Pierre (2013), « Le ribât d’Igîlîz-des-Hargha, exemple d’une architecture fortifiée dans le pays du Sous extrême (6e H/XIIe s.) », dans Mohamed Aït Hamza et Ali Bentaleb (éd.), Le patrimoine architectural au Maroc, Rabat, pp. 39-56. [en arabe]

Fili, Abdallah, Van Staëvel, Jean-Pierre (2013), « Le programme Villages et forteresses du Sous et de la région d’Igherm (Anti-Atlas oriental) », dans Mohamed Aït Hamza (éd.), Actes de la rencontre sur le patrimoine culturel et matériel de la région de Sous-Massa-Daraa, Rabat, Institut Royal de la Culture Amazighe, pp. 45-56. [en arabe]

Van Staëvel, Jean-Pierre (à paraître), « La foi peut-elle soulever les montagnes ? Révolution almohade, morphologie sociale et formes de domination dans l’Anti-Atlas et le Haut-Atlas (début XIIe s.) », REMMM, 135.

Van Staëvel, Jean-Pierre (à paraître), « Sociétés de montagne et réforme religieuse en terre d’islam : un autre versant du processus d’islamisation », REMMM, 135.

Van Staëvel, Jean-Pierre, Fili, Abdallah (sous presse), « Centres de pouvoir dans le Sous (Maroc) au Moyen Âge : un premier inventaire d’après les textes et l’archéologie », dans Xe Colloque international sur l’histoire et l’archéologie de l’Afrique du Nord antique et médiévale. Hommage à Yves Modéran (Caen, 25-28 mai 2009), Caen, Presses Universitaires de Caen, 2014, pp. 117-140.

Littérature grise

Van Staëvel, Jean-Pierre, Fili, Abdallah, Ettahiri, Ahmed s., (2013), La montagne d’Îgîlîz et le pays des Arghen. Enquête archéologique sur les débuts de l’empire almohade au Maroc. Rapport d’activités pour l’année 2013, 142 p.

Pour citer ce billet : Jean-Pierre Van Staëvel, Abdallah Fili et Ahmed Ettahiri, « La montagne d’Îgîlîz et le pays des Arghen. Rapport 2013-2014 », Archéo-CVZ. Carnet des fouilles archéologiques de la Casa de Velázquez, mis en ligne le 24/06/2016, https://archeocvz.hypotheses.org/365.

Jean-Pierre Van Staëvel, Abdallah Fili et Ahmed Ettahiri

Jean-Pierre Van Staëvel (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne ; UMR 8167, Paris), Abdallah Fili (Université Chouaib Dokkali-El Jadida ; UMR 5648, Lyon) et Ahmed Ettahiri (Institut national des sciences de l’archéologie et du patrimoine, Rabat)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.