La Sierra de Carthagène. Rapport 2013-2014

La Sierra minera de Cartagena, à sept kilomètres à l’est du grand port méditerranéen espagnol, fut depuis l’Antiquité un des hauts lieux de la production de plomb et d’argent de la péninsule Ibérique. Les deux grandes périodes de l’activité furent l’époque antique d’un côté, et l’époque contemporaine de l’autre ; la reprise, démarrée au milieu du XIXe siècle, battit son plein jusqu’au début des années 1990.

De l’importance de l’activité minière et métallurgique qui s’y déroula à l’époque antique témoignent les nombreux vestiges observés depuis des siècles, à la faveur, en particulier, de la reprise de l’exploitation, qui eut malheureusement raison d’une grande partie d’entre eux. Les restes de mines et d’installations de surface ne manquent pourtant pas encore aujourd’hui, notamment dans la partie centrale de la cordillère littorale, autour du Cabezo de Sancti Espiritu, qui fut le cœur, à toutes les époques, de l’activité extractive. C’est dans ce secteur que, depuis 2008, se déroulent les premières fouilles d’envergure et suivies sur des installations liées à l’acquisition des métaux, argent et plomb, que recelaient les montagnes, en même temps que sont menées des recherches, pour la première fois dans la région, sur un vaste réseau souterrain ouvert dans l’Antiquité. L’objectif de toutes ces recherches de longue haleine est d’obtenir de nouvelles données qui permettent de réactualiser notre connaissance de l’activité minière et métallurgique de la Carthago Noua romaine. C’est en effet de cette période que datent les vestiges étudiés depuis lors, plus précisément de la fin de l’époque républicaine romaine, IIe et Ier siècles av. J.-C., qui correspond à la période d’essor et d’apogée de l’activité minière dans le sud-est de l’Hispania, menée notamment sous la houlette d’entrepreneurs venus d’Italie.

Les recherches menées depuis six années (J. A. Antolinos, codirecteur) se sont concentrées sur un petit massif de la partie centrale de la Sierra, le Cabezo del Pino, culminant à 268,53 m et dominant la baie industrielle de Portmán, dans le término municipal de La Unión. Relativement épargné par l’industrie contemporaine, il renferme une grande mine dont l’exploration a montré qu’elle avait été mise en activité au moins à l’époque de la domination romaine, ce que les sondages stratigraphiques à différents endroits du réseau en 2012 et 2013 ont confirmé. Sur les flancs du même cabezo, ce sont les vestiges d’un complexe d’installations dédiées au traitement du minerai exploité dans les environs immédiats qui sont étudiés. Autant les recherches en souterrain que celles effectuées en surface ont commencé à livrer un grand nombre d’informations à même de permettre de mieux caractériser les différentes étapes de la chaîne opératoire du plomb-argent pratiquée par les Romains dans le Sud-Est hispanique et de suivre, avec une plus grande précision, l’histoire de l’activité minière dans la région et son évolution à l’époque antique.

La mine de la Rambla del Abenque

La Rambla del Abenque est un profond ravin qui borde le flanc ouest du cabezo. C’est par là que se fait l’accès à un vaste réseau que nous avons exploré sur plus de 4 ha et dont 2687 m ont été topographiés, sur un dénivelé de 87 m. À l’origine de ce réseau, il y a une exploitation antique en dépilage d’un grand filon subvertical d’où rayonne un système complexe de galeries, puits et chambres d’exploitation (fig. 1). Les mineurs modernes ont repris, pour partie élargi et parfois bouleversé ce réseau. Mais l’exploration archéologique a permis de différencier travaux anciens et travaux modernes et de commencer à comprendre l’organisation de l’exploitation antique et les stratégies d’extraction. Certains secteurs, inaccessibles sans équipements, sont particulièrement bien conservés (et préservés dans une large mesure des chercheurs de minéraux, à l’origine de nombreuses dégradations constatées dans tout le réseau), ce qui permet de comparer notre mine, du point de vue des techniques d’extraction, de la morphologie des ouvrages et de leur organisation, avec d’autres gisements contemporains, connus par ailleurs, notamment dans le sud de la France, où notre équipe est également active (mine des Barrencs dans l’Aude, mines du piémont ariégeois…). Le concours d’un géologue métallogéniste est là indispensable pour comprendre, par l’observation des travaux et la prise d’échantillons, la ou les stratégies suivies par les Anciens. Enfin, deux campagnes de sondages ont été menées afin de recueillir, en stratigraphie, des matériels datants. Cela a permis de confirmer que la mine était en exploitation à l’époque romaine, ce qu’il avait été possible de dire très vite après avoir observé en différentes parties du réseau des fragments de céramiques romaines (amphores en particulier) épars dans les déblais ; surtout, l’observation des différents types de travaux et l’établissement, d’après leur morphologie, d’une chronologie relative a permis de vérifier que les reprises modernes, pour dommageables qu’elles aient été, n’avaient pas profondément modifié l’aspect que la mine avait à son abandon. Au vu du mobilier recueilli, celui-ci est à placer sans doute avant la fin du Ier s. av. J.-C.

Fig. 1. Mine de la Rambla del Abenque. Vue du dépilage antique, secteur nord-est (Cliché J. M. Fabre).

Fig. 1. Mine de la Rambla del Abenque. Vue du dépilage antique, secteur nord-est (Cliché J. M. Fabre).

Les ateliers de surface

La galène argentifère, principal minerai extrait dans le secteur, devait être, une fois broyé, lavé et enrichi avant d’être fondu. Si un premier tri se faisait dans la mine ou à sa sortie, l’essentiel des opérations permettant l’obtention du métal recherché se faisait dans des installations spécifiques. Ce sont des installations de ce type que nos fouilles mettent peu à peu au jour depuis 2008 sur le flanc est du Cabezo del Pino, en bordure du ravin qui domine la Rambla de la Crisoleja, à une altitude de 150-155 m. La nature du terrain, très accidentée, et la forte puissance des remblais et niveaux de colluvionnement qui recouvrent le site rendent son exploration difficile et lente. L’intervention d’une pelle mécanique depuis 2011 a permis de soulager le travail des fouilleurs. Mais même pour un engin, il est compliqué de travailler en toute sécurité et une partie des remblais qui recouvrent la partie basse du site n’a pu être enlevé, ce qui a pour effet fâcheux de couper le site en deux et d’empêcher toute vision d’ensemble de la partie sud du gisement (fig. 2).

Fig. 2. Vue aérienne oblique des trois secteurs de fouilles sur le flanc est du Cabezo del Pino (fin de la campagne 2013). Photo : Aerograph Studio.

Fig. 2. Vue aérienne oblique des trois secteurs de fouilles sur le flanc est du Cabezo del Pino (fin de la campagne 2013). Photo : Aerograph Studio.

À l’heure actuelle, le seul bâtiment dont on ait le plan complet se situe dans la partie nord du site (secteur 2). Il s’agit d’une laverie, la première fouillée en Espagne, qui se présente sous la forme d’un édifice rectangulaire étagé, de plus de 200 m², qui comportait, dans sa partie basse, plusieurs bassins de lavage, décantation et concentration du minerai (fig. 3). Des analyses physico-chimiques et minéralogiques effectuées à Toulouse ces dernières années ont permis de déterminer la nature de certains des sédiments présents dans les structures utilisées pour le lavage et en d’autres endroits du bâtiment et d’éclairer par là même un peu mieux les processus de lavage et de concentration du minerai utilisé par les Anciens.

Fig. 3. Vue aérienne verticale par ballon captif de la laverie. Photo : Aerograph Studio.

Fig. 3. Vue aérienne verticale par ballon captif de la laverie. Photo : Aerograph Studio.

À proximité de la laverie, deux autres édifices, dont l’activité est contemporaine de la laverie, sont en cours de fouille — secteurs 1 (fig. 4) et 3. Mais en raison de la topographie du site et de l’importance des remblais modernes et antiques, il n’a pas encore été possible de compléter les plans des structures. Dès lors, l’organisation et la fonction des deux bâtiments restent encore à déterminer.

Fig. 4. Vue générale oblique du secteur 1 en fin de fouille. Photo : Aerograph Studio.

Fig. 4. Vue générale oblique du secteur 1 en fin de fouille. Photo : Aerograph Studio.

L’absence pour l’heure de structures de combustion (fours de réduction et de coupellation) reste problématique. La dernière phase de la chaîne opératoire n’est donc pas représentée sur le site. Pourtant la découverte en 2012 et 2013 de plusieurs fragments de rouleaux de litharge (fig. 5), sous-produit de la coupellation, suggère a priori que le minerai était, une fois lavé, transformé sur place. Les analyses isotopiques du plomb en cours sur les fragments de litharge devraient permettre, en établissant la filiation du produit, de vérifier si cette litharge a bien été produite sur le site. Il ne resterait plus alors qu’à trouver les structures elles-mêmes.

Fig. 5. Fragments de rouleaux de litharge découverts en 2012 (dessin : J. A. Antolinos).

Fig. 5. Fragments de rouleaux de litharge découverts en 2012 (dessin : J. A. Antolinos).

Objectifs des travaux prévus en 2014

Deux campagnes sont prévues en 2014. Une première, courte (une semaine), sous la direction de Jean-Marc Fabre (IR, CNRS-TRACES), aura lieu au mois de juin avec trois personnes. Elle sera entièrement consacrée à la mine et aura pour objectif de compléter les relevés archéologiques (plans et coupes) et la couverture photographique du réseau en vue de la publication monographique. La campagne principale se tiendra au mois de juillet ; elle pourra être complétée si besoin, au début de l’automne, par une courte mission à des fins de vérification. La campagne de l’été durera un mois, ce qui représente 24 journées de travail sur le terrain et « de laboratoire » (traitement, dans la résidence mise à disposition par la Région, du mobilier archéologique, lavage, inventaire et dessin).

En surface, les travaux se dérouleront dans les secteurs 1 et 3 dont il s’agira d’avancer la fouille. Les enjeux sont de taille :

Mieux caractériser la phase de réoccupation du site qui se place entre lépoque augustéenne et celle de Tibère, dans les toutes premières décennies du Ier s. de notre ère. On peut être sûr quil ne sagit pas dune occupation “parasitaire”, de très courte durée. Au contraire elle paraît bien se développer sur plusieurs décennies, entre les années 10-20 et 60, et les moyens qui ont été alors mis en œuvre pour réaménager une partie du site ne donnent pas limpression dune improvisation. Certes, le plan des structures est encore très incomplet et, par conséquent, lorganisation densemble nous échappe. Il est dès lors difficile de distinguer des espaces spécifiques et didentifier, daprès la stratigraphie et le mobilier associé, les activités qui avaient eu lieu pendant ces quelques décennies où le site est de nouveau en activité. On se situe dans une période, déjà identifiée, de déclin ou cessation progressive de lactivité minière et métallurgique dans la Sierra minera. Nos fouilles pourraient apporter au final quelques clés pour comprendre dans quelles conditions ce déclin sest réalisé.

Étudier la phase républicaine dexploitation du site ; cest la le principal enjeu de la campagne de juillet 2014. Hormis dans le secteur de la laverie, la phase républicaine du complexe reste encore à étudier. On dispose dans chacun des secteurs de fouilles des données chronologiques plus ou moins nombreuses et précises qui permettent de situer dans le temps lactivité du complexe du Cabezo del Pino. Sa construction se placerait dans la première moitié du IIe s. av. J.-C. et peut-être même dans les premières années de ce siècle. Ce serait là un jalon important dans la reconstitution de lhistoire de lactivité minière à Carthagène à lépoque de la domination romaine. Car si très vite les Romains ont sans doute repris à leur compte des exploitations existantes, et réactivé peut-être aussi des mines alors délaissées, ils ont ouvert surtout de nouvelles exploitations. Le complexe minier et métallurgique du Cabezo del Pino pourrait être lune de ces nouvelles exploitations. Dans le secteur 3, la plus grande partie du bâtiment mis au jour appartient à cette période. Lédifice a été réutilisé, et partiellement réaménagé au début du Ier siècle, mais les niveaux stratigraphiques correspondant à la construction et à loccupation de lédifice à lépoque républicaine restent à fouiller. Cest aussi le cas dans le secteur 1. Dans certaines parties de celui-ci, les niveaux républicains ont été atteints dès 2008, puis encore en 2010. Ils ont été jusquà maintenant laissés en réserve et leur fouille repoussée année après année devant limportance du travail qua demandé létude des niveaux plus récents, dépoque impériale. Une partie des premiers sont encore en place et lachèvement de la fouille devrait permettre de mettre au jour la suite des niveaux républicains sur toute laire ouverte et, dès lors, de mieux identifier la nature des activités quavait abritées le complexe et, peut-être même, didentifier des structures liées à la phase de traitement pyrotechnique du minerai.

Enfin, on envisage d’ouvrir deux nouveaux sondages, exploratoires, destinés à parfaire la connaissance du site ; l’un au-dessus de la laverie. L’objectif est de vérifier la présence éventuelle d’aménagements destinés à l’approvisionnement de la laverie en eau, dont l’origine et l’acheminement vers l’édifice restent des questions non encore résolues. Le second serait implanté au-dessus du secteur 3, où un certain nombre de vestiges affleurent en surface. Le but est d’identifier l’état de conservation mais aussi la nature de ces vestiges et leur fonction dans le complexe du Cabezo. Selon les résultats obtenus, et en fonction aussi de l’avancée de la fouille dans les secteurs 1 et 3, l’extension de l’étude du complexe du Cabezo del Pino pourrait amener à déposer un second programme quadriennal auprès de la Commission consultative pour les fouilles archéologiques à l’étranger du Ministère des Affaires étrangères et européennes qui apporte, aux côté de la Casa de Velázquez, son soutien au programme depuis 2011.

Pour citer ce billet : Christian Rico, « La Sierra de Carthagène. Rapport 2013-2014 », Archéo-CVZ. Carnet des fouilles archéologiques de la Casa de Velázquez, mis en ligne le 24/06/2016, https://archeocvz.hypotheses.org/363.

Christian Rico

TRACES - UMR 5608 CNRS - Université Toulouse Jean Jaurès

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.