La montagne d’Îgîlîz et le pays des Arghen. Rapport 2008-2009

Jean-Pierre Van Staëvel (Université de Paris IV)


Le programme archéologique et la première campagne au printemps 2009

Le nouveau programme archéologique La Montagne d’Îgîlîz et le pays des Arghen s’inscrit dans la continuité d’une enquête menée au Maroc dans la région de Taroudant, de 2004 à 2007, et intitulée Villages et sites-refuges du Sous et de la région d’Igherm (Anti-Atlas central) : géographie historique et reconnaissance archéologique dans le Sud marocain (resp. : J.-P. Van Staëvel, A. Fili). Inscrit au programme quadriennal 2008-2011 de la Casa de Velázquez et bénéficiant d’une allocation pour projet archéologique octroyée par le Ministère des Affaires étrangères et européennes au titre de la coopération scientifique entre la France et le Maroc, le programme La montagne d’Îgîlîz et le pays des Arghen est placé sous la responsabilité conjointe de Jean-Pierre Van Staëvel (Université Paris IV – Sorbonne, UMR 8167), Abdallah Fili (Université d’El Jadida, UMR 5648 de Lyon) et Ahmad Ettahiri (INSAP, Rabat). Il rassemble des universitaires marocains et français, des chercheurs de l’INSAP, des archéologues de l’INRAP et des étudiants français et marocains autour d’un projet commun : l’étude de la montagne d’Îgîlîz, qui est connue par les textes médiévaux pour avoir abrité le lieu de naissance d’Ibn Tûmart, futur Mahdî des Almohades, et le premier épicentre de la révolution unitariste prônée par ce personnage. C’est de ce haut-lieu de l’histoire du Maroc que procède le mouvement religieux des Almohades, qui devait aboutir, un quart de siècle après son apparition, à la constitution du plus grand empire que le Maghreb médiéval ait jamais connu.

Longtemps ignoré par la recherche, considéré comme définitivement perdu, le site d’Îgîlîz a fait l’objet en 2004 puis 2005 d’une identification et d’une localisation précise par Abdallah Fili et Jean-Pierre Van Staëvel. Remarquable exemple d’implantation médiévale en milieu de moyenne montagne d’une communauté de dévots voués à la réforme religieuse, le site fortifié d’Îgîlîz offre par ailleurs un point d’ancrage particulièrement pertinent pour amorcer une étude historique et archéologique de l’évolution du peuplement rural dans la région de l’Anti-Atlas central, en contact étroit avec la vallée du Sous toute proche, au long de l’époque médiévale puis de la période prémoderne.

La première mission de terrain a eu lieu du 10 avril au 20 mai 2009. La campagne de fouilles stricto sensu sur le site d’Îgîlîz s’est tenue du 19 avril au 16 mai. L’équipe a réuni une quinzaine de chercheurs et étudiants marocains et français, auxquels se sont ajoutés une vingtaine d’ouvriers recrutés sur place.

La zone fouillée : présentation de la zone 4

La prospection réalisée au mois d’août 2008 avait permis de dresser un premier plan topographique partiel des structures visibles dans la partie centrale du site. L’espace correspondant à l’emprise de la forteresse du Jebel central a ainsi été subdivisée en six zones, numérotées de 1 à 6. Au cœur du système défensif de la partie sommitale du site se trouve la zone dite « des enclos ». Cette dénomination avait été choisie, dès la première visite in situ, du fait de la présence de plusieurs ensembles de bâtiments et de cours formant un ensemble cohérent, central et fortement structurant, dans l’organisation des espaces de la forteresse sur le Jebel central. À l’est, un premier enclos (noté « Enclos 1 ») déploie à l’est, au nord et partiellement à l’ouest des files de pièces qui s’adossent au mur principal et ouvrent sur un vaste espace découvert. Enserré partiellement par ce premier ensemble de constructions, l’« Enclos 2 » s’appuie lui aussi sur le mur d’enceinte méridional. Inscrit dans un carré de près de 105 m de pourtour, cet ensemble occupe une superficie approchant les 700 m². Onze pièces sont implantées sur le pourtour de la grande cour centrale, qui en assure la distribution. L’« Enclos 2 » est précédé à l’ouest par une avant-cour, dotée de son propre mur d’enceinte (tronçon de l’enceinte haute).

L’accès à l’« Enclos 2 » par le côté ouest

La prospection du mois d’août 2008 nous avait permis de mettre en lumière le caractère fortement défensif des accès menant à l’« Enclos 2 ». Il a été possible, cette année, de préciser les modalités de ces cheminements, qui ont été étudiés dans le détail à l’ouest, et de manière moins exhaustive au sud-est. De ce côté, c’est l’« Enclos 1 » adjacent qui commande les entrées et les sorties de l’« Enclos 2 » ; la pièce 12 joue très vraisemblablement le rôle d’un vestibule permettant d’entrer dans la cour de celui-ci. L’autre accès, à l’ouest, est toutefois bien plus impressionnant. Le visiteur arrivant par ce côté doit d’abord franchir la porte droite de l’enceinte haute, située à quelque distance de l’« Enclos 2 ». Il franchit ensuite l’esplanade naturelle (dénommée lors de la fouille « Espace 1 ») qui le mène en face d’un gros mur (4202) qui barre la quasi-totalité du sommet de la montagne et double, au-delà d’un couloir de 2,40 m de largeur, le mur de fond des deux pièces constituant l’aile occidentale de l’« Enclos 2 ». Une banquette, tournée vers l’ouest, vient s’appuyer contre ce gros mur 4202, ménageant une sorte d’antichambre à ciel ouvert où pouvait patienter le visiteur en attendant de pénétrer dans le complexe. Au nord-ouest, non loin de la banquette, le mur 4202 laisse la place à un bastion en saillie. Celui-ci abrite une entrée à double coude (portion nord de l’« Espace 2 ») : le visiteur franchit une première porte (porte extérieure), dont subsiste encore une partie du seuil et la feuillure. Au-delà, il tourne une première fois à droite. Là, on a exhumé cette année les premiers degrés d’un escalier construit avec un soin tout particulier, adossé au mur de fond de la pièce 3, et qui devait mener à une pièce d’étage située au-dessus de celle-ci. Si telle n’est pas la destination du visiteur, et si celui-ci est autorisé à pénétrer plus avant dans l’intérieur de l’ensemble monumental, un deuxième coude vers la droite le conduit devant le long couloir ménagé entre le gros mur 4202 et le mur de fond de l’aile ouest de l’« Enclos 2 ». Ce couloir (portion médiane de l’« Espace 2 ») devait lui aussi vraisemblablement être doté, non loin de l’escalier, d’une deuxième porte (porte intérieure), destinée à empêcher toute progression d’un visiteur non autorisé. Au terme de son parcours, le passage forme à son extrémité sud-ouest un autre double coude (portion sud de l’« Espace 2 »), qui donne finalement accès à la cour de l’« Enclos 2 » dans son angle sud-ouest.

La fouille ou le dégagement de la muraille haute méridionale a permis en outre de mettre en évidence l’implantation de deux tours aux deux « angles » sud-est et sud-ouest de l’« Enclos 2 ». La tour sud-ouest (« Tour 6 ») vient constituer le pendant du massif d’entrée situé au nord-ouest, venant ainsi marquer du sceau de la symétrie ce qui apparaît désormais comme la façade principale de l’« Enclos 2 ». La recherche d’un effet de monumentalité semble bien être l’une des caractéristiques majeures de cet endroit. Cette entrée, particulièrement complexe du fait de l’accumulation des dispositifs de contrôle de l’accès, témoigne sans aucun doute de l’importance de l’ensemble monumental auquel elle mène. La fonction de celui-ci, les personnes ou les choses qu’on y abritait, devaient être suffisamment importantes pour que l’on érige autant d’obstacles sur la voie d’accès à cette cour bordée de bâtiments.

L’intérieur de l’« Enclos 2 »

Si la fouille a permis le dégagement complet de l’Espace 1 (bastion d’entrée) et d’une partie du long couloir d’accès (Espace 2), sondé en deux endroits, elle s’est surtout intéressée à l’intérieur de l’Enclos 2, dont la cour et les pièces qui la bordent ont fait l’objet de travaux d’importance.

Il convient de donner la priorité à la description de la pièce 3. Située dans la partie nord de l’aile occidentale, cette pièce avait d’emblée été choisie comme l’un des points d’ancrage d’une fouille en extension, du fait de son état de conservation, qui semblait relativement bon, et ce avant même les premiers dégagements. Outre des élévations effectivement conservées sur une grande hauteur (plus de 2 m), cette pièce est celle qui, de toute la zone fouillée cette année, offre les indices du plus grand nombre de remaniements. Ceux-ci peuvent être résumés ainsi. Après un premier niveau d’occupation marqué par un sol de terre battue que vient recouvrir un imposant niveau d’incendie, la pièce reçoit un nouveau sol, bétonné celui-ci. Les murs sont enduits d’un mélange de chaux et de terre, la surface peinte en rouge. Une banquette aménagée dans le bout septentrional de la maison sert d’alcôve à l’occupant du lieu. Cet état de la maison est donc caractérisé avant tout par le soin apporté à la construction ; la pièce faisant l’objet d’un entretien constant – qu’illustre par ailleurs une recharge de sol de mortier –, il ne reste rien du matériel céramique en usage à ce moment précis et à cet endroit. La phase suivante est celle d’une réoccupation plus tardive, marquée par un changement de parti architectural : la couverture de la pièce 3 repose à présent sur des poteaux fichés dans le sol de béton antérieur. Des foyers, plus rudimentaires, sont alors creusés dans l’effondrement d’une partie de l’élévation, peut-être plus précisément de la pièce d’étage qui surmontait l’espace 3.

L’histoire de la pièce 3 nous est donc apparue, lors de la fouille, dans toute sa complexité, qui tranche sur la lecture stratigraphique beaucoup plus simple que l’on a pu faire des autres espaces de la zone 4. Toutes les pièces situées sur le pourtour de la cour qui ont fait l’objet cette année d’une fouille partielle (pièces 7, 9, 12, 14 et 16) ou totale (pièces 8 et 15, « Espace 13 » = Cit. 6) montrent, grosso modo, un seul niveau d’occupation. Cette phase d’occupation est ponctuée par un abandon des lieux sinon brutal, du moins rapide, dont témoignent les très nombreuses pièces céramiques retrouvées écrasées en place dans les pièces 8 et 9. C’est là l’indice archéologique d’une plausible désertion en un même moment d’une partie au moins des bâtiments de la zone 4. La fouille de certaines des pièces a permis d’en préciser la fonction : il en va ainsi de l’« Espace 8 », qui était voué aux activités de stockage et de cuisine au moment de l’abandon ; l’« Espace 15 », avec sa banquette latérale, sa petite marche attenante (d’accès au reposoir de jarre) et son évacuation des eaux, était un petit hammam privé ; l’ « Espace 13 », aux deux ouvertures décalées dans les murs longitudinaux, constituait le vestibule qui permettait la communication entre l’« Enclos 2 » et l’« Enclos 1 ». Les pièces 7, 9 et 16 ont dû servir d’habitations ; la pièce 14 de bâtiment annexe. Toutes les pièces, à l’exception de celles de l’aile occidentale (pièces 3 et 7), construites en pierre, offrent une élévation de leurs murs très peu marquée : il semble logique de supposer, comme y incitent d’ailleurs divers indices stratigraphiques, l’existence d’élévation en terre, là où jusqu’à présent ne semblait régner qu’une architecture de pierre au liant de terre.

Les habitants de l’« Enclos 2 » étaient approvisionnés en eau par une citerne (Cit. 6 = « Espace 13 ») réservée à leur usage propre, puisqu’elle n’était accessible qu’à partir de la cour. Cette citerne a fait l’objet d’une fouille complète cette année. Celle-ci a révélé plusieurs points d’intérêt pour l’histoire de la zone. C’est l’implantation de la citerne en bordure du plateau rocheux sommital qui a commandé le désaxement de l’aile méridionale de l’« Enclos 2 ». La citerne a été construite avec grand soin ; elle a servi pendant un certain temps (comme en témoigne une recharge du mortier hydraulique) ; le mortier hydraulique était recouvert d’une couche de peinture rouge, comme c’est le cas pour la plus grande citerne jusqu’alors repérée sur le site, la citerne 5, située à 30 m de là. Surtout, l’absence de canal d’amenée d’eau et la présence d’une fraction sédimentaire de texture limoneuse au fond de la citerne montrent que son alimentation ne pouvait être que manuelle : l’eau, déjà préalablement filtrée par son passage dans un autre lieu de stockage, était versée dans la citerne par une trappe située sans doute le long de son côté nord : le volet de cette trappe a été retrouvé dans les niveaux de destruction de la structure. Après une première destruction de son angle nord-est, la citerne fut enfin détruite complètement par un incendie qui a provoqué l’effondrement de sa charpente ; les différentes pièces de bois, entièrement carbonisées, sont tombées selon l’orientation qui était la leur dans leur emplacement d’origine.

La chronologie relative des structures dans l’« Enclos 2 »

La mise en phase de l’ensemble des structures exhumées lors de cette première campagne est une démarche préalable à tout essai de datation absolue, ou d’attribution à une période historique donnée. En chronologie relative, la pièce 3 apparaît sans conteste plus ancienne – dans son premier état en tout cas – que l’ensemble des autres bâtiments de la zone, qui ne sont aménagés que dans un second temps. Il semble logique, en l’absence d’éléments contradictoires fournis par la stratigraphie, d’associer aux traces d’occupation la plus soignée qu’on y trouve (premier sol de mortier, enduits muraux peints, alcôve, pièce d’étage munie de son propre escalier d’accès) à la phase de construction et d’aménagement des autres pièces formant l’« Enclos 2 ». C’est du moment d’abandon de cette phase que proviennent les lots de céramiques les plus importants : la céramique collectée correspond très vraisemblablement à un ensemble complet de la vaisselle en usage dans cette partie de la zone 4. Le caractère homogène de l’occupation, ainsi que la variété de détail des formes et des décors, rendent cette découverte des plus précieuses dans l’optique de la constitution d’un référentiel céramique pour la région. Outre une coupe à décor glaçuré en vert et brun, munie sur son bord d’une inscription épigraphique, on note, parmi les pièces les plus caractéristiques, un lot de jarres non glaçurées au décor de bandes rapportées ou de motifs incisés et estampés, ainsi que des formes fermées à glaçure verte sur décor basculé en bandes verticales. Si la datation de ces différentes pièces – par la force des choses contemporaines les unes des autres – se doit d’être affinée, leur appartenance à la période médiévale ne saurait faire de doute : formes et décors se retrouvent également sur d’autres sites de la région dont les traces de l’occupation remontent indubitablement au Moyen Âge. Relativement abondant lui aussi, le matériel métallique a notamment livré un remarquable cadenas presque complet, de nombreux éléments de parure (de selle ?), des clous de charpente ou de porte, et une pointe de flèche. Par contre, très peu de fragments osseux ont été retrouvés : là encore, cette rareté va de concert avec l’impression de relative brièveté de l’occupation que l’on tire de la fouille dans la zone 4.

Un certain nombre de niveaux stratigraphiques jugés pertinents ont fait l’objet de prélèvements de charbons et/ou de graines en vue d’une datation au carbone 14. Du fait de la lenteur des procédures de laboratoire, les résultats ne sont pas attendus avant la fin de l’année 2009, voire les premiers mois de l’année suivante. Ces datations, au nombre de cinq dans un premier temps, constitueront autant d’éléments de réflexion à l’heure de planifier la deuxième campagne de fouilles sur la montagne d’Îgîlîz, au printemps 2010.

Un autre acquis : l’apport de l’archéobotanique

En dehors même des aspects relevant immédiatement de la fouille, l’un des principaux acquis de la première campagne de travaux archéologiques sur le site d’Îgîlîz concerne l’apport de l’archéobotanique. Conçu pour permettre de mener à bien un premier diagnostic du potentiel du site en la matière (l’affaire était loin d’être entendue, au vu de l’aridité ambiante), le séjour des deux spécialistes de la discipline s’est soldé par des résultats tout à fait encourageants. L’approche carpologique a permis de déterminer l’existence de plusieurs plantes cultivées (sorgho, raisin, amandes, arganier), dont on tient ici les premières attestations pour la période médiévale. L’étude des bois fossiles a de même permis de mettre en évidence l’utilisation de plusieurs essences pour la construction.

Conclusions provisoires

Si l’on doit encore considérer avec toute la prudence nécessaire les premiers résultats de la mission de printemps 2009 sur la montagne d’Îgîlîz, au vu notamment des imprécisions qui subsistent quant à la datation précise des vestiges médiévaux exhumés, il n’en faut pas moins souligner avec force l’importance des acquis dont on peut déjà faire état. Le site apparaît ainsi potentiellement beaucoup plus riche que ce que l’on pouvait escompter au départ d’un site rural déserté : les élévations architecturales sont parfois conséquentes (cas de l’aile occidentale et du dispositif d’accès à l’ouest) ; la céramique est abondante, variée, les possibilités de reconstitution du matériel sont réelles ; le mobilier métallique offre enfin une conservation relativement exceptionnelle. La nature des découvertes semble d’ores et déjà impliquer une certaine révision du vocabulaire descriptif utilisé jusqu’alors pour présenter le site : si celui-ci est bien implanté en milieu rural, tant le matériel archéologique recueilli que les structures architecturales exhumées en font bien plus qu’un simple site « rural » ; il en va de même de notre dénomination de la zone fouillée comme celle « des enclos » : pour nous en tenir à l’« Enclos 2 », tout invite à y voir non pas un lieu voué aux activités agropastorales, mais bien plutôt un complexe architectural à la monumentalité affirmée, remarquablement protégé par un dispositif d’accès hiérarchisant strictement les espaces dévolus à la sphère publique ou à celle de l’intime, et dont les habitants – peu nombreux semble-t-il – pouvaient vivre, sinon en autarcie, du moins dans un relatif isolement par rapport à l’agglomération adjacente. L’étude précise du matériel collecté lors de cette première campagne de fouilles, associée aux datations par carbone 14 qui sont envisagées, aideront peut-être à cerner davantage la nature et le statut du ou des occupants du lieu.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search