Las Sillas (Marcén, Huesca). Rapport 2013-2014

Philippe Sénac (Université Paris IV) et Sébastien Gasc (École des hautes études hispaniques et ibériques, Casa de Velázquez, Madrid)


Fig. 1. Le site de Las Sillas.

Fig. 1. Le site de Las Sillas.

Les fouilles archéologiques menées au cours de l’année 2013 sur le site islamique de las Sillas à Marcén (término municipal de Lalueza, province de Huesca) ont permis de mettre au jour de nouvelles unités architecturales sur le versant méridional de la plate-forme (UA 76, 77, 78, 79, 80, 81). La plupart de ces pièces appartenaient à un même îlot désigné par la lettre J, situé à l’ouest du secteur fouillé l’an passé. Ces interventions ont été réalisées avec l’appui de la Casa de Velázquez, de la Comarca de los Monegros et de l’UMR 8596 de l’université de Paris 4. Les travaux ont été menés en deux temps : d’abord lors d’une première campagne effectuée du 19 avril au 6 mai 2013, puis au cours d’une deuxième intervention, du 16 juillet au 9 août 2013. Les recherches étaient placées sous la responsabilité de trois directeurs : Jordí Gibert Rebull (Universitat Autònoma de Barcelona), José Miguel Pesqué Lecina (Departamento de Cultura de la Diputación Provincial de Huesca) et Philippe Sénac (Université de Paris IV). Un engin mécanique destiné au retrait de la terre amassée au cours des fouilles fut également employé à plusieurs reprises (entreprise Hormigones Grañen), ainsi qu’un ULM piloté par Francisco Cano Biosca (société Aeroflas), afin de réaliser plusieurs clichés aériens de l’établissement (fig. 1 et 2). Pour obtenir les meilleures photographies possibles de la zone fouillée, une entreprise locale s’est livré au débroussaillage d’une grande partie de la moitié occidentale du site.

Fig. 2. Vue générale de la zone fouillée (secteur II).

Fig. 2. Vue générale de la zone fouillée (secteur II).

Fig. 3. Fragment de solive (UA 78).

Fig. 3. Fragment de solive (UA 78).

À l’exception de l’UA 77, la plupart des pièces mises au jour étaient taillées dans la roche et se trouvaient délimitées au nord par un épais mur édifié en gros blocs de grès présentant un appareil semblable à celui déjà observé sur plusieurs sites islamiques de la région (Piracès, La Iglesieta, Alberuela de Tubo…), vraisemblablement datable de la seconde moitié du Xe siècle. Les parois intérieures de ces constructions étaient édifiées au moyen d’une maçonnerie de tapial reposant sur des assises légères faites de petits moellons de grès mal équarris. Parmi toutes ces pièces, l’UA 78 (fig. 3) présente un intérêt particulier puisque sa fouille permit de mettre au jour plusieurs gros fragments de solives effondrées sur le sol et datées au 14C (Poznan Radiocarbon Laboratory) des années 892-1015, ce qui correspondrait sommairement à la date à laquelle la mosquée du secteur I fut érigée. Les autres constructions sont caractérisées par la présence de silos (US 7812, 7919, 8005, 8706) et de citernes rectangulaires résultant de l’extraction de blocs de grès destinés à l’édification des maisons situées sur le sommet de la plate-forme.

Fig. 4. Jarrito en cours de restauration au musée de Huesca (US 7804).

Fig. 4. Jarrito en cours de restauration au musée de Huesca (US 7804).

Paradoxalement, la majorité du mobilier céramique exhumé (1383 tessons) au cours de l’année précédente date du XIe siècle et ne diffère guère de celui observé les années précédentes. Il est largement dominé par des céramiques à usage culinaire (47,9%) telles que marmites (ollas) à deux anses destinées à la cuisson des aliments. Ces pièces présentent des décors semblables sous la forme de stries et de vaguelettes incisées sur le haut de panse, tandis que d’autres, moins grossières, sont recouvertes d’une glaçure monochrome à l’oxyde de cuivre. Un autre groupe bien représenté est constitué par des céramiques destinées au transport des liquides (40,3%) telles que jarras, jarritas et jarritos décorés de traits horizontaux peints à l’oxyde de manganèse (fig. 4). Le reste du mobilier collecté est constitué par des fragments de tapaderas et de formes ouvertes destinées à la présentation des aliments, essentiellement représentées par des fragments d’ataifores, c’est-à-dire de larges plats recouverts d’une glaçure de couleur miel et de traits peints à l’oxyde de manganèse sous couverteplombifère, mais en quantité moindre. À la différence des autres campagnes de fouilles, aucun fragment de céramique présentant un décor de cuerda seca parcial n’a été observé. Outre la présence de rares fragments de tinajas à décor de larges stries incisées dans la pâte, on relèvera néanmoins la découverte de plusieurs petits fragments de candiles.

Fig. 5. Un probable coin monétaire (US 8007).

Fig. 5. Un probable coin monétaire (US 8007).

Les fouilles ont également permis la découverte d’un probable coin monétaire (fig. 5) et d’une quinzaine de fragments de dirhams de mauvais aloi de la taifa hudide de Saragosse, permettant ainsi de nuancer l’idée d’une pauvreté monétaire en contexte rural à cette époque. Ces monnaies étaient frappées au nom de l’émir Ahmad II de Saragosse (10831110). Il faut ajouter à ces découvertes un as antique frappé à Huesca (Osca). L’analyse des prélèvements effectués dans l’US 7811 a été réalisée dans le laboratoire du plateau technique archéobotanique de l’UMR 7209, à Paris, par Marie-Pierre Ruas et Jérôme Ros. Celle-ci a permis de mettre en évidence la présence de diverses espèces de céréales (orge, seigle, avoine, blé nu…), de restes de feuilles d’olivier, d’aubépine, de vigne, de romarin, et enfin de plantes sauvages (luzerne, chardons…). On soulignera l’absence paradoxale de toute légumineuse dans la mesure où des graines de lentilles sont attestées au cours des IXe-XIe siècles sur plusieurs sites voisins de la province de Lérida.

Dans le prolongement de ces opérations, la première campagne de fouille de l’année 2014 a été réalisée du 12 au 28 mai, sous la direction de Sébastien Gasc (doctorant de l’université Paris 4, membre scientifique de la Casa de Velázquez), associé maintenant à la direction des travaux. Après une série de relevés topographiques destinés à étendre le carroyage en direction de l’ouest sur une surface de 125 m², les recherches ont permis l’achèvement de la fouille de l’UA 78 et la découverte d’une nouvelle unité architecturale (UA 88), au sein de laquelle se trouvait une citerne en partie fouillée ayant peut-être été utilisée comme dépotoir au cours du XIe siècle. Celle-ci s’est révélée particulièrement riche en matériel céramique puisque 373 tessons y ont été découverts, parmi lesquels de nombreux fragments de ollas non glaçurées et de redomas semblables à celles mises au jour dans le reste de l’îlot J. Quatre nouvelles monnaies islamiques ont également été exhumées au sein de l’UA 78. Deux d’entre elles semblent correspondre au type Prieto y Vives 267, c’est-à-dire frappées entre 447H (1055-1056) et 460H (1068-1069). On mentionnera enfin la découverte d’un as de Bolskan frappé dans la seconde moitié du IIe siècle av. J.-C, ainsi qu’un sceau en plomb en cours de restauration.

Plan de la zone fouillée en 2013

Plan de la zone fouillée en 2013

La poursuite des fouilles prévues au cours de l’été 2014 aura pour objectif de procéder au dégagement des constructions situées entre la grande rue et la ruelle qui sépare les îlots fouillés ces dernières années des constructions à vocation artisanale placées en rebord de la table rocheuse. Une attention particulière sera accordée à l’évolution des formes céramiques au cours des Xe-XIe siècle et à leur restauration en vue de la publication des recherches. Enfin la mise en évidence de nouveaux indices de réaménagements des lieux avant leur abandon à la fin du XIe siècle constituera le fil directeur des travaux.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search