Le centre monumental de Baelo Claudia. Rapport 2012-2013

Bertrand Goffaux (Université de Poitiers), Laurent Brassous (Université de La Rochelle) et Xavier Deru (Université Charles-de-Gaulle – Lille 3), Séverine Lemaître (Université de Poitiers) et Oliva Rodríguez Gutiérrez Université de Séville


Le 30 avril 2013, Bertrand Goffaux, alors qu’il dirigeait cette mission de fouilles, nous a quittés brutalement. Nous espérons rendre hommage au travail qu’il avait accompli et honorer sa mémoire en présentant ici les résultats provisoires de cette campagne de fouilles.


Les recherches archéologiques menées sur le secteur sud-est du centre monumental de Baelo Claudia, entamées en 2011, s’effectuent désormais dans le cadre d’un « Proyecto General de Investigaciones Arqueológicas » approuvé par la Junta de Andalucía pour les années 2012-2017. Les travaux accomplis sur le terrain entre le 15 avril et le 3 mai 2013 marquent donc la seconde phase d’un projet sur six ans, porté par la Casa de Velázquez, en collaboration avec le Conjunto arqueológico de Baelo Claudia et les universités de Séville, Poitiers (HeRMA), Lille III (HALMA-IPEL) et La Rochelle (LIENSs).

Le projet 2012-2017

Le projet porte sur le secteur du centre monumental situé directement à l’est de l’ensemble formé par la basilique et la place méridionale, et au nord du decumanus maximus. Cette zone du centre monumental a particulièrement attiré l’attention des archéologues, depuis les premiers dégagements de Pierre Paris ou les campagnes menées par la Casa de Velázquez entre 1966 et 1990. La vue d’ensemble proposée par Pierre Sillières en 1995 reflète les difficultés à présenter une synthèse historique de l’évolution de ce secteur, en raison de fouilles ayant souvent négligé les niveaux tardifs pour se focaliser sur la ville du Haut Empire. Les publications du macellum en 1986 et du temple d’Isis font en partie figure d’exception, par l’attention qu’elles ont portée aux différentes phases des édifices. Il semblait intéressant d’approfondir ces questionnements dans le secteur sud-est du centre monumental. Notre objectif est donc de détailler par la fouille les différentes phases de construction, d’occupation, de restauration, de réforme, de réutilisation et d’abandon, afin d’aboutir à une vision dynamique de l’angle sud-est du forum, depuis les années de fondation de la ville jusqu’à son abandon définitif.

Fig. 1. Localisation en gris de la zone de fouilles dans le centre monumental de Baelo Claudia (D’après Sillières, P, Baelo Claudia. Une cité romaine de Bétique, Madrid, 1995, p. 86).

Fig. 1. Localisation en gris de la zone de fouilles dans le centre monumental de Baelo Claudia (D’après Sillières, P, Baelo Claudia. Une cité romaine de Bétique, Madrid, 1995, p. 86).

La zone d’intervention d’environ 450 m2 est délimitée par le tracé des voies environnantes (fig. 1) : le cardo appelé « rue des colonnes » à l’est (C4), le decumanus maximus au sud (D1), la ruelle d’accès au forum à l’ouest. Le tracé du cardo et du decumanus est approximativement connu par les travaux de prospection et de topographie sur le site ; celui de la ruelle par les fouilles antérieures. Quant à la limite nord, elle est fournie par le secteur où des fouilles ont déjà été menées en 1974-1975, celui dit de la « grande domus ».

Les recherches menées en 2012 ont révélé plusieurs phases d’occupation et de destruction successives, conservées sur différents niveaux d’altitude, suivant ou non, complètement ou partiellement, le tracé de structures antérieures. À l’exception d’une structure probablement domestique découverte dans l’angle nord-ouest de la zone d’intervention, l’état des découvertes ne permettait pas de préciser davantage l’organisation et la fonctionnalité des différentes structures mises au jour. Les niveaux de sol n’avaient pas été atteints (si l’on exclut le sol tardif de la pièce située à l’angle nord-ouest), et le raccord des structures découvertes lors du nettoyage mécanique de 2011 avec celles mises en évidence lors de la fouille de 2012 n’était encore que partiellement possible. Les niveaux d’occupation supérieurs, situés à l’est du secteur, n’avaient pas pu être étudiés, car une bande d’environ 5 mètres de largeur, à l’est de la parcelle, était temporairement occupée par le circuit de visite du site, provisoirement dévié en raison des travaux d’aménagement du Conjunto. Par ailleurs, une importante quantité de mobilier essentiellement céramique avait été recueillie lors de ces fouilles. L’étude de ce matériel n’ayant pas été alors encore achevée, il n’était pas possible de préciser la chronologie des constructions, des occupations et des abandons/destructions découverts. L’étude de ce matériel associé à ces dernières devait permettre de distinguer entre différentes époques pour ces occupations tardives, afin de répondre à une des problématiques que nous nous sommes fixés dans ce projet de recherche, à savoir mieux comprendre les dynamiques à l’œuvre entre les IVe et VIe siècles.

Les objectifs de 2013

Le cadre législatif andalou a imposé un calendrier alternant des années consacrées à la fouille et des années consacrées à l’étude du matériel archéologique. Les activités de 2013 étaient donc consacrées à l’étude du matériel mis au jour en 2012, toutefois des interventions archéologiques limitées ont pu être menées, avec l’accord des autorités, dans la partie orientale du secteur qui n’avait pas pu être étudiée l’an passé. Le premier objectif visait d’abord l’étude du mobilier découvert lors de la campagne de 2012. Le deuxième objectif concernait directement l’aire de fouille où l’intervention de 2011 et la fouille de 2012 n’offraient qu’une vision partielle. Dans la logique de la fouille en aire ouverte, il fallait pouvoir préciser l’organisation et la chronologie de l’occupation et des constructions ainsi que leurs articulations avec le cardo dans la zone qui n’avait pas pu être explorée.

Les activités de 2013

L’étude du matériel

Dans le cadre de la fouille du secteur sud-est du forum, notre objectif a visé de prime abord la caractérisation du mobilier, d’un point de vue technique et morphologique, et sa quantification à l’intérieur d’une séquence stratigraphique précise. Au total, la campagne de fouille 2012 livra 5 262 tessons, ce qui fut réduit à partir des bords uniquement à 394 individus au minimum. À lui seul, le sondage réalisé dans le secteur nord livra 5 004 tessons, correspondant à 320 individus au minimum.

Les catégories céramiques comprennent de la vaisselle de table, de service et de préparation, des récipients à cuire et ceux de transport et de stockage. Pour l’heure, le répertoire de la terre sigillée correspond à celui de la terre sigillée africaine, classifiée par J.W. Hayes et redéfinie par M. Bonifay. La céramique commune claire est nettement plus hétérogène et rassemble des récipients servant à la consommation des aliments, à leur service, à leur préparation ou à des usages diversifiés. Les céramiques à feu se partagent entre ces céramiques tournées cuites en mode A (RUA) et des récipients non tournés (MD). Pour la céramique rugueuse claire (RUA), nous comptons des productions africaines, principalement classifiées par J.W. Hayes, et des productions régionales que l’on retrouve partiellement dans les publications de Séville. Dans ces dernières se trouve également le répertoire de la céramique modelée (MD).

Sur le terrain, la lecture stratigraphique permit de distinguer de subtiles différences entre des couches que l’étude céramologique semble confirmer. Il convient de souligner qu’aujourd’hui ces couches sont encore mal identifiées et que les découvertes de la campagne 2013 promettent des ensembles plus fiables. Quoiqu’il en soit, dans le sondage nord, le s couches superficielles 35, 39, 40, 44, 49, 52 et 91 forment un horizon de travail dénommé A et les couches médianes (42, 43, 50, 60, 62 et 64) et inférieures (53, 61, 69 et 71) forment l’horizon B/C, que l’on réunit à cause de leur similarité céramologique (fig. 2).

Fig. 2. Terre sigillée africaine découverte en 2012 (DAO X. Deru).

Fig. 2. Terre sigillée africaine découverte en 2012 (DAO X. Deru).

D’après les chronologies absolues actuellement acceptées, l’horizon B/C pourrait dater du Ve siècle, peut-être de sa première moitié, alors que l’horizon A doit être daté du VIe siècle. Lorsque l’on compare les effectifs de chaque catégorie, ces deux horizons montrent une grande similarité. Les changements doivent être plus significatifs sur la longue durée. À l’heure actuelle, il est impossible de comparer nos horizons à des ensembles régionaux, pour lesquels les données seraient quantifiées. Les amphores se répartissent équitablement au sein des deux horizons. L’horizon B/C a fourni dix-neuf individus en NMI et en tout quarante-huit fragments ayant une forme et pour lesquels on peut formuler des hypothèses d’identification. L’Horizon A rassemble lui aussi dix-neuf individus. Amphores africaines et surtout productions de Bétique et de Lusitanie constituent les contingents les mieux représentés comme ailleurs dans les ensembles des Ve et VIe siècles du détroit de Gibraltar et plus largement du bassin occidental de la Méditerranée. Les données quantitatives encore trop faibles ne permettent pas de dresser un tableau proportionnel et qualitatif des arrivages par denrée. Un aspect, que les prochaines campagnes donneront l’opportunité de compléter.

En conclusion, l’étude de ce matériel a donc permis d’une part d’affiner nos connaissances des types de céramiques consommés et importés à Baelo Claudia à l’époque tardive, et d’autre part de préciser la chronologie d’une partie des niveaux archéologiques étudiés l’an passé. Ainsi les remblais (US 44, 43, 52, 62, 71), accumulés sur les parements nord des murs 4 et 88, datent des Ve et VIe siècles ; par ailleurs, la construction sommaire d’époque tardive, située au nord-ouest de la zone de fouille (fig. 3) sur une partie de ces remblais (US 43, 52 et 53), paraît postérieure au VIe siècle.

Fig. 3. Plan schématique et provisoire des structures mises au jour depuis 2011 dans le secteur sud-est du forum (DAO Chr. Louvion & L. Brassous).

Fig. 3. Plan schématique et provisoire des structures mises au jour depuis 2011 dans le secteur sud-est du forum (DAO Chr. Louvion & L. Brassous).

Les recherches de terrain

Les recherches de terrain ont été limitées essentiellement à la partie orientale de la zone de fouille qui n’avait pas pu être étudiée lors de la campagne de 2012. Les trois secteurs antérieurement définis ont été fondus en deux secteurs 1 et 2 situés successivement au nord et au sud du mur 6 (fig. 4).

Fig. 4. Vestiges de l’édifice III construits sur l’édifice II. Secteur 1 vu depuis le sud-est (Cliché L. Brassous).

Fig. 4. Vestiges de l’édifice III construits sur l’édifice II. Secteur 1 vu depuis le sud-est (Cliché L. Brassous).

Avant d’aller plus loin dans la description des opérations, il convient de noter que le présent rapport a été rédigé directement après l’intervention, et sans bénéficier de l’apport des études projetées pour l’année 2014, du mobilier découvert cette année, en particulier 71 monnaies essentiellement tardives. De même, la mise au net des dessins et relevés n’a pas encore pu être achevée, ce qui nous prive d’un instrument précieux d’analyse et de présentation des résultats.

Secteur 1

Dans ce secteur, la fouille de 2012 avait mis au jour le mur 88, lié à la terre et composé de très nombreux matériaux de remploi, observable sur environ 7 mètres, et clairement tardif. Il se superpose à un mur constitué de moellons de calcaire liés au mortier, dont il suit l’orientation E-O. Au sud de ce mur, en surface, un niveau d’effondrement (US 17) correspond à son versement vers le sud. Le décapage mécanique de la couche superficielle a révélé le prolongement vers l’ouest de ce mur 88, qui atteint aujourd’hui 10 mètres, ainsi que celui du niveau d’effondrement. À partir de là nous avons procédé à une fouille manuelle. Au nord du mur tardif 88, la fouille des niveaux de remblais (US 96 et 145) a montré que ce mur se superposait finalement à un mur à deux baies formé par l’alignement E-O de trois murs (US 115, 150 et 4). Ce mur, construit en pierres calcaires taillées et liées au mortier, est de facture semblable à celle des murs de l’architecture monumentale de Baelo. Il marque probablement un état du Haut-Empire d’un édifice (I) large de plus de 15 mètres dont le plan complet reste à découvrir.

Au sud du mur tardif 88, il a été procédé à l’enlèvement du niveau d’effondrement constitué par un niveau de grosses pierres calcaires. Ce travail a permis de mettre au jour les arases de plusieurs murets parallèles (US 103, 109, 110 et 116) qui s’appuient sur le mur 88 et semblent lui servir de contrefort (fig. 4). L’ensemble paraît appartenir à un même édifice (III). Sous le niveau d’effondrement et à l’est du mur 103, un niveau d’abandon (US 117) et un niveau d’usage (US 118), qui s’appuyaient sur les murs 88 et 103, sont liés à cet édifice.

Ces niveaux et ces structures reposaient sur l’arase d’un imposant mur (US 15), orienté E-O, mesurant 6,70 mètres de longueur et épais de 1,70 mètre qui s’appuie sur le mur 24 de mêmes épaisseur et facture, orienté N-S et partiellement connu depuis les travaux d’enlèvement de la piste militaire de 2011. L’extension maximale de ce mur 24 a pu être mise au jour, à l’est du secteur, où elle marque la limite orientale des constructions (fig. 5). Les murs 15 et 24 appartiennent à un imposant monument (II) qui était revêtu intérieurement d’un enduit de chaux jaune. Ce monument s’appuie contre le mur 4, comme le montre le prolongement de l’enduit du parement sud du mur 4 dans l’interstice situé entre ce mur et le mur 15, ce qui indique la postériorité la postériorité de l’édifice II sur l’édifice I. À l’est du secteur, la fouille a révélé les vestiges d’une niche (US 126) construite sur le mur 24. La présence de niches disposées régulièrement sur ce mur permettrait de comprendre son épaisseur, unique sur l’ensemble du site de Baelo Claudia. Il n’a pas été possible dans ce secteur d’atteindre des niveaux de sol correspondant à cet édifice.

Fig. 5. Mur nord de l’édifice IV (US 6) construit sur les vestiges de l’édifice II. Secteur 1 vu du sud-est (Cliché L. Brassous).

Fig. 5. Mur nord de l’édifice IV (US 6) construit sur les vestiges de l’édifice II. Secteur 1 vu du sud-est (Cliché L. Brassous).

Au sud-est du secteur, l’extrémité orientale du mur 6, déjà connu partiellement depuis les travaux de 2011, est apparue. Ce mur maçonné, épais de 0,80 à 1 mètre, atteint 16 mètres de longueur. Sa tranchée de fondation (US 135) a été creusée dans le mur 24. Il semble former avec les murs 124 et 73, orientés N-S et découverts dans le secteur 2, un grand édifice tardif (IV) mesurant près de 17 mètres de long sur plus de 9 mètres de large. Il n’est pas encore possible à ce jour de déterminer une relation entre ce mur 6 et l’édifice III auquel appartiennent les murs 88 et 103. Il est possible que toutes ces structures relèvent du même édifice.

Secteur 2

Dans ce secteur, les travaux de l’année 2012 avaient révélé l’existence dans la partie ouest d’un puissant niveau d’effondrement (US 51). Au sud du secteur, le niveau d’éboulis n’apparaissait pas aussi clairement, et l’on a vu apparaître en superficie différents tronçons d’un mur orienté E-O, qui se trouve dans l’alignement du mur de fond du portique situé au nord du decumanus maximus, tel qu’il apparaît plus à l’ouest et à l’est de notre parcelle. Un des premiers objectifs dans ce secteur était de déterminer l’extension du mur 24, partiellement mis au jour lors travaux de 2011, mais qui n’avait pas pu être étudié lors de la campagne de fouilles de 2012.

Le nettoyage de la couche superficielle a permis dans un premier temps l’identification des murs 24 (N-S) et 25 (E-O) qui forment un angle droit et appartiennent à l’édifice II reconnu également dans le secteur 1. L’avancée des travaux a révélé que cet angle a cependant été coupé par le creusement de la tranchée de fondation (US 141) du mur 124. À l’est de ce mur, le mur 144 parallèle, d’environ 0,60 mètre d’épaisseur, était chaîné aux murs 25 et 24 et appartenait donc à l’édifice II. Il fut décidé, avant que ces relations stratigraphiques soient bien comprises, de réaliser un sondage au sud du mur 25 et à l’ouest du mur 124 afin de mieux comprendre l’articulation de ces structures. Limité au nord et à l’est par ces deux murs, le sondage incluait au sud un segment du mur 87, découvert en 2012 (fig. 6).

Fig. 6. Sondage dans le secteur 2 vu du sud-est (Cliché O. Rodríguez Gutiérrez).

Fig. 6. Sondage dans le secteur 2 vu du sud-est (Cliché O. Rodríguez Gutiérrez).

Sous les niveaux contemporains, nous avons rapidement retrouvé le niveau d’effondrement (US 51), déjà reconnu en 2012. Sous celui-ci a été identifiée une couche (US 105) d’abondants restes de céramiques uniquement antiques, souvent posés à plat ce qui laisse supposer qu’il y avait là un niveau d’usage lié au mur 124. Sous cette couche, se trouvait un deuxième niveau (US 119), épais de 0,50 mètre constitué de grands blocs de calcaire taillés et de quelques morceaux de tegulae, correspondant à l’effondrement de l’édifice II. Le mur 124 a été construit sur l’US 119, ce qui indique clairement sa postériorité, comme cela avait été perçu d’après les observations en superficie. Le mur 87 se poursuit sous le mur 124. Il présente toutefois à la hauteur du sondage une baie pourvue d’un seuil. Sous l’US 119, se trouvait une couche de texture fine et argileuse contenant une importante quantité de céramiques et de monnaies, dont l’étude à venir apportera des informations précises sur la chronologie de ce niveau d’usage. Sous ce dernier est apparu un sol (US 138), réalisé en grandes pierres plates de calcaires et parfois de grandes tegulae. Ce sol s’appuie sur le mur 25. Au sud, le sol est interrompu dans la proximité du mur 87. À cet endroit, est apparue une couche de terre marron foncé (US 139) contenant encore de nombreuses monnaies, des fragments de céramique et du verre ainsi que des ossements d’animaux. Cette couche couvre dans le sud-est du sondage une accumulation de pierres et fragments de matériel de construction (US 149), qui semblent installés de manière intentionnelle et presque circulaire. Si aucune trace évidente de feu n’a été découverte, le fait que de nombreux ossements présentent une couleur rouge intense laisse penser qu’il s’agit des vestiges d’un foyer. Sous cette structure se trouvait une couche (US 146) plane et régulière, très dure et formée de mortier jaune qui se poursuivait sous le sol. Il est encore difficile en raison de l’étendue limitée du sondage, de préciser la nature de cette couche. Les recherches conduites dans ce sondage ont également révélé la présence d’un seuil (US 153) dans la baie ouverte entre l’est du mur 87 et l’ouest du mur 151, dans lequel se reconnaissent les creusements nécessaires à l’installation et au fonctionnement des portes. Le nettoyage complet de ce seuil a montré qu’il correspondait à un second moment d’usage (US 152), car la construction du mur 151 a provoqué la réduction en largeur du seuil initial (US 154).

La confrontation des résultats des recherches menées dans les secteurs 1 et 2 a permis d’identifier provisoirement sept différents états qui rythment l’évolution de trois, voire quatre édifices distincts :

  • État 1 : Construction de l’édifice I, connu à ce jour par un seul mur (US 4 + 150 + 115) à deux baies et une abside.
  • État 2 : Construction de l’édifice II formé par les murs 15, 24, 25 y 144. Les trois murs 15, 24 et 25, épais chacun de 1,70 mètre, forment un espace quadrangulaire ouvert à l’Ouest. Ses dimensions et sa forme suggèrent qu’il s’agissait d’un édifice public. Cet édifice se prolonge au sud, le long du mur 144 qui est chaîné aux précédents, par une salle qui pourrait avoir été ouverte sur le decumanus. Dans cette salle, un sol pourrait avoir fonctionné avec cet édifice et le premier état du seuil découvert dans le sondage du secteur 2.
  • État 3 : Restructuration de l’édifice II. Le seuil a été réduit mais fonctionnerait toujours avec le même sol. Un foyer probablement installé dans l’angle sud-est de l’édifice pourrait indiquer que l’espace est converti vers des usages domestiques. Il est probable que les murs US 137 et 122, construits en partie sur le mur US 15, appartiennent aussi à cette réorganisation de l’édifice.
  • État 4 : Abandon et destruction de l’édifice II signalés par le niveau d’effondrement US 119.
  • État 5 : Construction du grand édifice tardif IV quadrangulaire formé par les murs 73, 6 et 124. La limite sud de l’édifice reste en dehors de la zone d’intervention et doit être installée sur le decumanus maximus, indiquant un changement de la trame urbaine. Il s’agit du plus grand édifice tardif connu dans la ville de Baelo et le seul de cette époque dont les murs sont liés au mortier. Il faut peut-être placer à la même époque la construction d’un quatrième édifice III auquel appartiendraient les murs tardifs 88, 103 et 133, à moins qu’ils n’appartiennent également à l’édifice IV ? La question reste ouverte, car la liaison stratigraphique entre ces différents murs et édifices n’a pas pu être déterminée avec précision.
  • État 6 : Abandons et destructions du grand édifice tardif IV marquées par l’US 51 et de l’édifice III marquées par l’US 17.
  • État 7 : Occupations moderne et contemporaine connues essentiellement par quelques objets et de petits aménagements modernes.

L’organisation des constructions ainsi que leurs articulations avec le cardo et le decumanus maximus sont maintenant mieux connues mais varient considérablement selon différents états de l’occupation que nous pouvons aujourd’hui mieux situer en chronologie relative. Bien évidemment, les résultats de cette campagne, dans un projet s’inscrivant sur six ans, sont provisoires, et de nombreuses questions demeurent. Les perspectives pour les prochaines campagnes d’étude de matériel et de fouilles sont toutefois très encourageantes, et permettront de lever bien des interrogations sur cet espace crucial de la ville antique.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search