Thapsus (Rass Dimass, Tunisie)

Laurence Tranoy, Touatia Amraoui, Laurent Brassous, Jean-Michel Carozza, François Lévêque, Vivien Mathé et Yamen Sghaïer


La première mission sur le site de Thapsus s’est déroulée durant cinq jours, du 20 au 24 octobre. Elle a réuni dix chercheurs : les auteurs du rapport, ainsi que Mohamed Ben Nejma, Ahmed Gadhoum et Chokri Touihri. Trois institutions étaient représentées : l’INP de Tunis, le LIENSs de La Rochelle Université et le CCJ d’Aix-Marseille Université. Cette mission avait pour but de mettre en place, collectivement, les stratégies futures d’un nouveau programme de recherche sur le site et d’engager les premiers tests de recherches interdisciplinaires.

La ville antique de Thapsus a sans doute pour origine une fondation phénicienne. Comptoir commercial dès sa création, son identité urbaine se développe en lien avec sa position littorale et les activités qui en procèdent — exploitation des ressources halieutiques, construction navale, échanges maritimes — connues seulement par des indices.

La ville antique dont l’occupation a perduré au moins jusqu’à l’époque byzantine s’étendrait sur près d’une quarantaine d’hectares. Son plan d’urbanisme est inconnu : le réseau viaire et la plupart des espaces publics ne sont pas davantage localisés. En revanche, son port a laissé des vestiges immergés et quelques monuments romains subsistent dans le paysage contemporain : des citernes, un amphithéâtre, des thermes, de boutiques, pour les principaux (fig. 1 et 2).

Fig. 1 - Vestiges encore visibles du môle et de l’amphithéâtre © Bing.
Fig. 1 – Vestiges encore visibles du môle et de l’amphithéâtre © Bing.
Fig. 2 - Ensemble monumental. © Mission Thapsus 2019.
Fig. 2 – Ensemble monumental. © Mission Thapsus 2019.

Célèbre pour des épisodes historiques majeurs (la bataille césarienne de 46 av. J.-C. par exemple), la ville reste cependant méconnue sur le plan archéologique.

Au-delà de l’intérêt porté à la connaissance archéologique de cette cité, ce nouveau programme offre l’opportunité́ de contribuer à l’analyse historique du réseau portuaire méditerranéen et des connexions qu’il a engendrées, sur le temps long de l’Antiquité́ et du haut Moyen Âge.

Par ailleurs, la singularité́ littorale de Thapsus, ainsi que son histoire millénaire, en font un laboratoire d’étude représentatif des impacts, sur la longue durée, des changements environnementaux et des adaptations des sociétés. La ville s’inscrit en effet dans un milieu marqué par des transformations environnementales rapides qui se manifestent par des évolutions du trait de côte. La transgression marine, estimée à quelques dizaines de centimètres depuis l’Antiquité, provoque des inondations ou l’ensablement/envasement de certains secteurs. Ces transformations environnementales affectent la région côtière ainsi que l’arrière-pays marqué par la présence d’une sebkha ( dépression à fond plat, inondable, où les sols salés limitent la végétation) dont les mutations sont dépendantes de l’évolution du niveau marin.

La problématique archéo-environnementale du programme est fondée sur deux impératifs de nature différente mais d’intérêt égal. Le premier, scientifique, vise à l’étude interdisciplinaire d’une cité portuaire majeure de Méditerranée et de son environnement. Le second, patrimonial, est motivé par la volonté de coopérer à la protection d’un site victime de destructions aggravées depuis dix ans et menacé par le développement démographique, agricole, touristique ainsi que par l’évolution du littoral.

Les objectifs du programme

L’objectif majeur du programme Thapsus est l’étude de la ville antique littorale et de son territoire en intégrant les dynamiques environnementales et historiques. Trois axes de recherches interdépendants ont été définis : l’inventaire et l’étude des données existantes et du cadre topographique ; l’étude paléo-environnementale et l’analyse de la dynamique physique du littoral ; les prospections géophysiques et les opérations archéologiques.

L’inventaire des données archéologiques

Les données connues et/ou conservées sous diverses formes (textes, cartes anciennes, vestiges, mobilier, plans récents, photographies) sont en cours de traitement dans un Système d’Information Géographique accessible depuis une plateforme web (WebSIG). Cette démarche permet une mise en commun des données spatialisées accessibles aux acteurs du projet qui peuvent consulter et enrichir les informations.

L’étude paléo-environnementale et l’analyse de la dynamique physique du littoral

Des analyses palynologiques et carpologiques seront conduites à partir de carottages en zones humides et de prélèvements pratiqués lors des fouilles. Des études archéo-zoologiques et paléo-biologiques sont également programmées. Ces données fourniront des informations sur les transformations climatiques et environnementales ainsi que sur les rapports Homme/animaux (élevage, artisanat, consommation, etc.).

L’analyse de la dynamique physique du littoral est nécessaire pour comprendre l’évolution du trait de côte et identifier les processus d’érosion ou de sédimentation affectant les installations et les activités humaines dans cette région. Elle s’intègre dans une étude préalable des dynamiques marines et hydrogéologiques de ce secteur méridional de la Méditerranée. Elle passe ensuite par la réalisation d’un MNS à haute définition, combiné à des prospections géophysiques accompagnées d’études sédimentaires par carottages.

La réalisation de prospections géophysiques et de fouilles archéologiques

Les prospections géophysiques, électriques et magnétiques permettent de déterminer l’extension de l’occupation passée et l’emprise au sol des vestiges enfouis. Ces prospections géophysiques, sont conduites prioritairement le long de côtes afin de rechercher les structures littorales éventuelles (équipements portuaires, entrepôts, ateliers, etc.).

Les opérations de fouilles seront menées en priorité sur deux catégories de vestiges. L’objectif archéologique majeur de ce projet concerne les installations et aménagements anthropiques liés à la situation littorale de Thapsus. Une fois identifiés par les prospections géophysiques, les secteurs à fort potentiel d’étude feront l’objet de sondages de diagnostic puis, si l’intérêt de ces zones est confirmé, de fouilles archéologiques extensives et pluriannuelles. La seconde catégorie concerne des vestiges en élévation (amphithéâtre, citernes, thermes, etc.). Ici, selon les besoins mis en évidence par les études de restitution architecturale ou en raison de menaces pesant sur leur conservation, des sondages ponctuels seront engagés afin de compléter les données déjà acquises.

Les résultats de la mission de 2019

Les tests géophysiques

La mission avait pour but d’identifier les terrains propices en tenant compte de leur localisation, de leur occupation et des éventuelles sources de pollutions magnétiques et électromagnétiques proches. Elle devait aussi tester sur diverses parcelles l’intensité du signal magnétique et électrique du sol pour déterminer la capacité des instruments de mesure à détecter les anomalies archéologiques. Compte-tenu de la courte durée de la mission, de la méconnaissance du terrain et de son environnement, de la difficulté de transporter du matériel volumineux, deux méthodes ont été testées. Nous avons privilégié un dispositif de quantification de la conductivité électrique (EM38-MK2) et un instrument de mesure d’intensité du champ magnétique (GSMP35), tous les deux aisés à transporter et rapides à mettre en œuvre.

Une cartographie de conductivité apparente a été réalisée sur une surface de 5,1 ha répartis en cinq zones notées A à E (fig. 3). Les zones A et D ont été les plus riches en informations. Au sud du port actuel (zone A), la prospection a permis de retrouver la base d’un môle recouvert à l’ouest par le sable (Younes, 1999, fig. 180). À l’est, l’extrémité de la structure, actuellement immergée, est visible sur la photo aérienne (flèche blanche). Une autre structure comparable mais beaucoup plus longue est visible à l’est du port actuel (flèche rouge). La structure détectée dans la zone A, localisée en face de la route vers à l’amphithéâtre, occupe une largeur d’environ 30 m.

Fig. 3 - Carte de conductivité apparente. Vivien Mathé.
Fig. 3 – Carte de conductivité apparente. Vivien Mathé.

La carte, en zone D, révèle une anomalie résistante, en forme de fer à cheval, tournée vers l’est. Elle occupe une surface d’environ 75 m dans l’axe nord-sud, et 55 m selon l’axe est-ouest. Cette aire correspond à un point haut du site. Dans sa moitié nord, là où les limites sont les plus nettes, la bande résistante curviligne est large d’environ 14 m. Cette anomalie pourrait correspondre à des vestiges d’architecture monumentale.

Les tests sédimentologiques

Le volet géomorphologique avait pour objectif la recherche d’une zone favorable à l’enregistrement paléo-environnemental dans les abords immédiats de la ville de Thapsus afin de documenter l’évolution du paysage, la variabilité́ climatique et les impacts anthropiques liés à la construction de la ville antique. À cette fin, plusieurs sites avaient fait l’objet d’une pré-localisation avant la mission de terrain. Les visites de terrain ont conduit, dans un premier temps, à concentrer les investigations autour de la sebkha de Moknine. Il s’agit de l’une des plus grandes dépressions salées du littoral tunisien entre Sousse, Mahdia et La Chebba. Aujourd’hui, le fond de la dépression est situé entre 40 et 50 m en contrebas des reliefs environnants. Elle recueille les eaux de surfaces d’un bassin-versant d’environ 850 km2, drainé par plusieurs oueds dont le principal est l’oued Redjel Chiba, avec une contribution de 537 km2 (fig. 4).

Fig. 4 - Localisation de la zone d’étude géomorphologique et des données antérieures (Chairi, 2005). Jean-Michel Carozza.
Fig. 4 – Localisation de la zone d’étude géomorphologique et des données antérieures (Chairi, 2005). Jean-Michel Carozza.

Deux carottes extraites lors de cette mission ont été filmées et stockées en chambre froide en attente de leur analyse. En outre, un transect de 12 points de prélèvements de surface et sub-surface a été réalisé, sur une longueur de 550 m. Chacun de ces points a donné lieu à deux ou trois prélèvements sur une surface de 10 cm2 afin de constituer un référentiel actuel du fonctionnement de la sebkha, qui permettra d’interpréter les faciès sédimentaires et les associations faunistiques des deux carottages.

Les tests de prospection pédestre

Cette mission a permis de faire un premier test pour des prospections pédestres futures. Il s’agissait de constater le degré d’accessibilité des terrains et leur potentiel archéologique. Des zones de densités variables ont déjà̀ pu être reconnues. Sur les terrains à proximité́ du secteur central et dans les zones où la pression immobilière paraît forte, les vestiges sont abondants en surface (morceaux de mosaïque, fragments de placage de marbre et d’inscription, tessons de céramiques, etc.). L’état de surface des parcelles est très variable selon le traitement agricole qu’elles reçoivent.

La prospection systématique en ligne droite sur des longues distances selon des lignes préétablies s’avère impossible pour des raisons d’accessibilité aux parcelles. La nature des informations obtenues en prospection devra prendre en compte l’état variable des terrains. Les futures missions devront donc mettre en œuvre une méthodologie spécifique pour obtenir des statistiques sur le mobilier de surface, indicateur de la densité des vestiges immédiatement sous-jacents. Un cheminement le long du rivage, au nord du port, a permis de constater l’abondance du mobilier et la présence des maçonneries interprétées comme celles d’un « port primitif », selon la terminologie de A. Younès.

Programmation future

Au terme de cette première mission et de ses résultats, il a été convenu de poursuivre le travail dans les directions suivantes pour l’année 2020 :

  • L’inventaire des données existantes sera poursuivi. Celles-ci seront partiellement compilées sur le WebSIG. Un bilan des données existantes donnera lieu à une première publication de synthèse. Afin d’accompagner ce bilan par un document fiable et évolutif, une cartographie du site antique sur fond de carte au 1/25 000 sera réalisée et mise à disposition des chercheurs.
  • Une image du site en orthomosaïques sera réalisée par un survol de drone et positionnée sur le WebSIG. Ce document doit traduire la topographie et fournir des informations sur les micro-reliefs.
  • Des prospections pédestres seront organisées sous la direction de l’INP. Le cadre spatial sera fixé par le topographe associé à la mission. L’enregistrement sera réalisé selon la méthode Rapatel, facilitée par l’usage d’un GPS.
    Pour les prospections géophysiques futures, il est prévu d’utiliser un dispositif plus classique de prospections en dépit des contraintes de transport.
  • Sur la base des résultats des analyses en cours des carottes sédimentaires extraites dans la sebkha de Moknine, les études paléoenvironnementales seront poursuivies. Nous envisageons en particulier d’étendre ces études sur d’autres sites tels que les extrémités nord et sud de la lagune de Ghar al Fass (fig. 4).
  • Une zone d’intervention archéologique pour l’année 2020 se dégage des résultats de la prospection géophysique. Nous proposons d’étudier les vestiges du môle mis en évidence par les prospections géophysiques (fig. 3 secteur A) qui sont soumis à une érosion accélérée du trait de côte depuis l’installation du port moderne. L’intervention permettra de faire le point sur l’état de ces vestiges (taille, orientation, chronologie, fonction). Nous envisageons en 2021 d’élargir nos zones d’intervention archéologique en deux points. Sur le littoral, menacé par l’évolution du trait de côte, il apparait nécessaire de nettoyer et relever les maçonneries repérées sur la plage au nord du port moderne, dans le secteur dudit « portus pristinus » Le mobilier archéologique est particulièrement abondant à proximité́ de ces maçonneries qui sont interprétées comme les vestiges de structures portuaires antiques aménagées avant le grand môle (Gadhoum 2010, p. 168-169). Ce mobilier fera l’objet d’une étude. Les maçonneries sont actuellement soumises à l’ensablement et en voie de dégradation. Une partie est occultée (voire partiellement détruite) par l’aménagement récent d’une route littorale. La zone sert également de déchetterie sauvage. Une intervention urgente permettra de faire le point sur l’état de ces vestiges (taille, orientation, chronologie, fonction). Dans la zone urbaine, les prospections géophysiques ont révélé́ la présence d’un monument semi circulaire de grande taille (75 m sur 55 m). Sa taille et sa forme l’apparentent à un théâtre. Cette hypothèse devra être vérifiée par des sondages archéologiques. Avant leur réalisation, il faut néanmoins préciser les informations acquises par les prospections géophysiques afin de trouver l’emplacement idoine de ces sondages. C’est pourquoi, nous réservons ces travaux pour la campagne de 2021.

Afin de permettre le développement futur de ce projet de recherche, les institutions déjà partenaires de cette première mission (INP, Casa de Velázquez, CCJ, LIENSs) ont été de Nouveau sollicitées, ainsi que L’École française de Rome. Par ailleurs, un projet de recherche quadriennal sera présenté en octobre à la Commission consultative des recherches archéologiques à l’étranger Europe-Maghreb du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères.

Bibliographie

Chairi R., « Sedimentological study of sediment from anhypersaline system of oriental Tunisia in recent Quaternary : Moknine Sebkha », Quaternaire, 2005, 16 (2), 107‑117.

Gadhoum A., Étude des ports et des sites côtiers antiques de la côte orientale de la Tunisie : étude économique à partir des données archéologiques, Thèse de doctorat en Archéologie, sous la direction de Patrice Pomey, Université d’Aix-Marseille 1.

Younes A., Recherches sur la ville portuaire de Thapsus et son territoire en Byzacène dans l’Antiquité, 2 vol., Tunis, 1999.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search