Rirha (Sidi Slimane, Maroc). Rapport 2012-2013

Résultats des fouilles

La fouille archéologique concerne actuellement les deux grands secteurs ouverts en 2005 (Ensemble 1 et Ensemble 5) et un troisième ré-dégagé en 2013 (Ensemble 6), correspondant aux trois périodes d’occupation du site.

L’Ensemble 5, ou secteur du tell, occupe l’extrémité occidentale du gisement. Les sondages profonds réalisés au cours des dernières années ont restitué l’ampleur de la sédimentation qui dépasse 9 mètres de hauteur. De ce fait, la fouille stratigraphique de ce quartier doit procurer un référentiel à l’ensemble du site pour les phases préromaines.

Au sommet du tell, les éléments d’une implantation médiévale (IXe-XIVe) en grande partie représentée par de grandes fosses-dépotoirs et ceux d’une occupation antique difficile à appréhender avaient été entièrement fouillés au cours du précédent contrat quadriennal ; ceci a permis de démanteler les puissants murs en pierre de ces périodes afin d’étudier les niveaux maurétaniens sans contrainte. La zone de fouilles représente un quadrilatère d’environ 200 m² (fig. 1).

Fig. 1. Relevé général des structures bâties sur le tell (Ensemble 5) montrant la pérennité des tracés au cours des trois phases d’occupation (S. Sanz).

Fig. 1. Relevé général des structures bâties sur le tell (Ensemble 5) montrant la pérennité des tracés au cours des trois phases d’occupation (S. Sanz).

Un îlot qui se développe d’ouest en est, constitué par des espaces bâtis mitoyens, montre une architecture exclusivement à base de briques crues dont les niveaux en cours d’étude appartiennent à la seconde moitié du Ier siècle av. J.-C. Au nord de cet îlot, un espace fortement exhaussé par des remblais au cours du Ier siècle ap. J.-C. masque soit une zone de circulation, soit un autre îlot occupant une terrasse plus basse. Les traces d’occupation et les indices relatifs à la fonction des espaces sont discrets. Signalons toutefois des vestiges abondants de parois de four vitrifiées et des niveaux cendreux dans l’espace 17 qui peuvent attester la fabrication de cramique à proximité. Dans l’espace 22, une couche exceptionnellement riche a livré 6 monnaies préaugustéennes (dont une de l’atelier de CARMO et un bronze numide, tous deux du IIe siècle av. J.-C.), une trentaine de balles de fronde en terre cuite, une plaque de plomb, des bijoux, des fragments d’œuf d’autruche. Globalement, le mobilier très homogène de cette phase date de la seconde moitié du Ier siècle av. J.-C. : céramiques à vernis noir de Calès, parois fines tardo-républicaines — gobelet forme Mayet I, II —, peintes, communes (opercules), sigillées à vernis rouge italique, amphores Dr 7/11, Dr 1 pompéienne, amphores Sala 1, Mañá C 2b, Haltern 70).

Fig. 2. Vue générale de l’Ensemble 1 en milieu de campagne 2013 (S. Sanz).

Fig. 2. Vue générale de l’Ensemble 1 en milieu de campagne 2013 (S. Sanz).

L’Ensemble 1, établi contre l’enceinte de la cité au nord-est du gisement, comporte une domus et un édifice thermal, ainsi qu’une huilerie à deux pressoirs (fig. 2). Les niveaux d’occupation médiévaux ayant été en grande partie fouillés les années antérieures (des fours et de très nombreuses fosses), le quartier antique peut être abordé dans toute sa complexité. En effet, il témoigne de plusieurs remaniements de l’architecture aux IIe et IIIe siècles et d’une évolution fonctionnelle puisque l’ensemble artisanal est venu empiéter sur la maison.

La domus à péristyle, classiquement dotée d’un triclinium bien identifié et de pavements de mosaïques, se distingue par la présence d’une salle souterraine d’environ 50 m2 (XVII) apparemment dévolue à l’agrément puisqu’elle était ornée de peintures murales. L’effondrement du plancher de l’étage supérieur, mis en évidence en 2013, offre l’opportunité d’étudier un type de structure et des processus de dégradation du bâti assez peu courants. En reprenant l’étude de plusieurs espaces ayant fait partie des thermes, on a mis au jour des vestiges de constructions assez sommaires installées directement sur les pavements d’opus signinum (pièce VII/7). De petits bâtiments — ou espaces — remployant en partie les murs du balnéaire, montrent l’utilisation de la brique crue ainsi probablement que du pan de bois et du torchis. Ces installations témoignent de la réoccupation des lieux à une époque postérieure à l’Antiquité.

De nouvelles données sont venues enrichir le dossier problématique des accès à la maison et de la distribution intérieure. D’une part, on a montré que le couloir XIV qui longe le mur ouest du triclinium I était initialement ouvert au nord et servait d’accès au péristyle et qu’il avait ultérieurement été obturé par le mur d’un bassin lié aux pressoirs. D’autre part, un escalier installé contre le mur nord du triclinium I est apparu sous les décombres tardifs et en partie sous un four de potier médiéval. Reliant la maison au balnéaire, cet aménagement appartient à une phase où ces deux parties fonctionnaient ensemble.

Dans le quart sud-ouest de l’Ensemble 1, la dernière occupation en place fouillée dans la pièce XVI est matérialisée par un grand foyer. Daté du IIIe siècle, ce niveau d’occupation est marqué par la présence de céramiques essentiellement culinaires posées à plat. C’est un exemple singulier d’une pièce que l’on peut considérer comme une cuisine, bien qu’elle soit fermée sur les pièces voisines et sur le cœur de la maison. Cette dernière constatation relance la question de la limite occidentale de la domus et de la présence de deux ensembles domiciliaires distincts ayant évolué ensemble, mais sans communiquer entre eux. Cette hypothèse est corroborée par la différence d’orientation des murs est des pièces XV et XVI, et d’appareil du mur sud de la pièce XV.

L’Ensemble 6, proche du cours d’eau sur le flanc sud du site, avait été interprété comme une citerne lors de sa découverte dans les années 1950. Le dégagement effectué en 2013 a montré qu’il s’agissait en réalité d’un autre balnéaire qui vient compléter la liste des édifices thermaux de la Tingitane.

Dans le Secteur central ouvert en 2012, les niveaux de l’Antiquité avaient été rencontrés à plus de 3 m de profondeur, sous une forte sédimentation constituée à la période médiévale par des niveaux de démolition successifs. Dans l’attente d’un dispositif permettant de sécuriser les interventions dans ce secteur, les investigations sont interrompues.

Étude des modes de construction

Le site de Rirha donne la possibilité d’étudier les techniques de construction de manière diachronique et de saisir les changements qui s’opèrent après la conquête romaine, avec l’introduction de conceptions architecturales totalement nouvelles, celle probable de monuments, et l’apparition de matériaux (pierre, tuile, mortier), de techniques constructives et ornementales inédits dans les contextes maurétaniens.

Fig. 3. Elévation d’un des murs de l’Ensemble 5 (espace 16), en brique crue sans soubassement (C.-A. de Chazelles).

Fig. 3. Elévation d’un des murs de l’Ensemble 5 (espace 16), en brique crue sans soubassement (C.-A. de Chazelles).

De plus, en raison de l’excellente conservation des vestiges, l’utilisation de la terre crue peut, elle aussi, être appréciée sur le long terme, mettant ainsi en évidence des variations dans le choix des procédés : briques de terre crue à toutes les périodes, mais sans soubassement de pierre durant les phases pré-romaines (fig. 3), et introduction notable du pisé dans l’architecture du Haut-Empire. Les fouilles de 2013 ont confirmé ces constatations effectuées antérieurement et permis d’amorcer dans l’Ensemble 1 le démontage d’une structure particulièrement intéressante puisqu’il s’agit du plancher d’étage effondré, préservé par l’écroulement des élévations supérieures des murs. Une partie des briques cuites formant le pavement ainsi que les strates préparatoires à leur pose ont déjà été identifiées : sur des solives de bois encore en place, carbonisées, des roseaux supportent une épaisse chape de terre très plastique recevant les briques. Il conviendra de fouiller soigneusement cette structure, en présence d’un anthracologue et en effectuant toutes les observations et les prélèvements que requièrent une telle découverte car, en Afrique, cette fouille sera la première de ce type.

Fig. 4. Chapiteau de style corinthisant trouvé en remploi comme base de poteau dans la domus (V. Mathieu).

Fig. 4. Chapiteau de style corinthisant trouvé en remploi comme base de poteau dans la domus (V. Mathieu).

Si les édifices monumentaux de Rirha n’ont pas encore été localisés, la découverte de blocs sculptés en assure l’existence et, en particulier, celle d’une porte d’entrée de l’agglomération à proximité de l’Ensemble 1. L’étude lapidaire de ces blocs, ainsi que celle des chapiteaux dont plusieurs issus de la domus en cours de fouille, souligne par exemple des adaptations du « modèle » corinthien qui attestent de l’originalité et de la créativité des sculpteurs locaux (fig. 4). Des analyses pétrographiques effectuées par des géologues s’attachent, en parallèle, à identifier la provenance des roches mises en œuvre.

Les faciès mobiliers

La pérennité de l’occupation de Rirha entre le début du Ve siècle av. J.-C. (voire plus tôt encore) et la fin de l’Antiquité est mise à profit pour obtenir des ensembles synchrones de mobiliers qui permettent d’affiner la perception des faciès, tout particulièrement en ce qui concerne les phases maurétaniennes. Les données, issues d’une stratigraphie bien maîtrisée, fournissent des références pour cette partie du Gharb, point extrême d’arrivée des produits originaires des pays méditerranéens et des zones côtières de l’Afrique. La phase tardo-maurétanienne en cours d’étude sur le tell s’avère déterminante pour évaluer l’implication du site — et plus largement du Gharb — dans les échanges à longue distance au cours des deux derniers siècles avant la conquête, dont témoignent non seulement des importations nombreuses de produits en amphores et de vaisselles diverses, mais également — et le fait est nouveau — un nombre non négligeable de monnaies maurétaniennes, numides, puniques et ibériques. Par ailleurs, tant les faciès céramiques que l’étude du monnayage conduisent à confirmer l’abandon de l’agglomération par l’administration et l’armée romaine vers la fin du IIIe siècle.

La production de céramiques

Le quartier tardo-maurétanien du tell ayant fourni des ratés de cuisson de céramiques ainsi que des éléments provenant de parois de fours vitrifiées, des recherches portent sur la reconnaissance des productions du site à la fois de façon classique — à partir de la typologie des formes et des décors — mais aussi par le biais d’analyses pétrographiques sur les pâtes. Un nouveau programme est entrepris à cet effet par des géologues dans le but de caractériser les céramiques locales et de les différencier de l’atelier de Banasa, autre agglomération du Gharb.

Pour la période romaine, les caractères de de la production de céramiques communes ont déjà été identifiés mais ils continueront à être affinés sur la base d’un plus large ensemble d’objets mis au jour dans l’Ensemble 1. L’éventuelle production locale de céramiques sigillées qui a été pressentie par les céramologues doit être confirmée.

Études sur le paléoenvironnement

L’étude paléoenvironnementale a été intégrée dès le début des recherches en 2004. Les travaux sur le cours du Beht, qui ont déjà mis en évidence les variations de son tracé, se poursuivront en vue de mesurer ses potentialités en termes de navigabilité.

L’évolution du paysage végétal et du faciès faunistique des époques maurétanienne et romaine constitue évidemment une problématique majeure et ses résultats pourront être pris comme référence. En ce qui concerne l’étude palynologique, la végétation holocène des plaines occidentales du Maroc restant encore quasiment inconnue, il a été nécessaire de constituer un référentiel pollinique (aujourd’hui inexistant) pour cette zone en sondant les sites humides naturels des environs (lac, tourbière, mare temporaire …).

L’analyse archéozoologique fournit une image du peuplement animal de la région, sauvage et domestique, et de la consommation humaine sur près d’un millénaire et demi en faisant ressortir d’importantes particularités des habitudes alimentaires selon les périodes (rôle majeur du bœuf et du porc dans les phases maurétanienne et romaine, puis prédominance du bœuf au Moyen Âge, nouvelles techniques de boucherie liées à la romanisation, part plus importante de la consommation des oiseaux et des produits de la pêche à l’époque médiévale, …). Des résultats novateurs sont attendus de la fouille des niveaux préromains.

De même, la culture et l’exploitation des végétaux sont appréhendées sur une très longue durée. Actuellement, il n’est pas encore possible de détecter une évolution ou des changements dans les patrimoines agro-alimentaires et dans le paysage exploité, mais certaines cultures attestées depuis les phases maurétaniennes persistent jusqu’à la période islamique tardive : l’orge, le blé nu, la féverole, le lin, l’olivier et la vigne.

Pour citer ce billet : Claire-Anne de Chazelles, Mohamed Kbiri Alaoui et Abdelfattah Ichkhakh, « Rirha (Sidi Slimane, Maroc). Rapport 2012-2013 », Archéo-CVZ. Carnet des fouilles archéologiques de la Casa de Velázquez, mis en ligne le 24/06/2016, https://archeocvz.hypotheses.org/338.

Claire-Anne de Chazelles, Mohamed Kbiri Alaoui et Abdelfattah Ichkhakh

Claire-Anne de Chazelles (UMR 5140, Archéologie des sociétés méditerranéennes, Lattes-Montpellier), Mohamed Kbiri Alaoui (Institut national des sciences de l’archéologie et du patrimoine, Rabat) et Abdelfattah Ichkhakh (Ministère de la Culture, Essaouira)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.