La montagne d’Îgîlîz et le pays des Arghen. Rapport 2012-2013

Présentation générale du programme scientifique et de son objet

Depuis 2009, le programme de recherches franco-marocain intitulé La montagne d’Îgîlîz et le pays des Arghen. Enquête sur l’histoire du peuplement rural dans le Sud marocain au Moyen Âge et à l’époque prémoderne mène l’étude archéologique du site d’Îgîlîz, à une soixantaine de kilomètres à l’est sud-est de Taroudant (fig. 1). Découvert en 2004 par A. Fili et J.-P. Van Staëvel, le site d’Îgîlîz est un haut-lieu de l’histoire du Maroc médiéval. C’est là, en effet, sur les hauteurs de l’Anti-Atlas, dernière chaîne de mon tagne avant le Sahara, qu’apparaît au début des années 1120 le mouvement religieux des Almohades. Conduite à ses débuts par un personnage charismatique, le juriste et théologien Ibn Tûmart, cette révolte tribale et religieuse devait bientôt embraser tout le sud du Maroc, pour aboutir, un quart de siècle plus tard, à la constitution du plus grand empire — l’empire almohade — que le Maghreb médiéval ait jamais connu. Rapidement marginalisé puis déserté en grande partie, le site fortifié d’Îgîlîz offre la chance unique de pouvoir étudier de larges pans de la vie quotidienne d’une civilisation rurale disparue. Remarquable exemple d’implantation médiévale en milieu de moyenne montagne d’une communauté de dévots voués à la réforme religieuse, il constitue en outre un point d’ancrage particulièrement pertinent pour amorcer une étude historique et archéologique de l’évolution du peuplement rural dans les régions présahariennes du Maroc, et au-delà du Maghreb tout entier.

Fig.1. Sud marocain. Vallée du Sous, Haut-Atlas et Anti-Atlas. Les principaux sites d’époque almohade sont indiqués par des points noirs.

Fig.1. Sud marocain. Vallée du Sous, Haut-Atlas et Anti-Atlas. Les principaux sites d’époque almohade sont indiqués par des points noirs.

Placé sous la responsabilité conjointe de J.-P. Van Staëvel (université Paris IV ; UMR 8167, Paris), A. Fili (université d’El Jadida ; UMR 5648, Lyon) et A. S. Ettahiri (INSAP, Rabat), le programme de recherches La montagne d’Îgîlîz et le pays des Arghen est placé sous la double tutelle de la Casa de Velázquez et du Ministère des Affaires étrangères et européennes. Il bénéficie d’une allocation au titre de la coopération scientifique entre la France et le Maroc, ainsi que de financements provenant de plusieurs laboratoires de recherche : l’UMR 8167 (Orient & Méditerranée, Paris), l’UMR 5648 (Histoire, archéologie, littératures des mondes chrétiens et musulmans médiévaux, Lyon), l’UMR 7209 (Archéozoologie, archéobotanique. Sociétés, pratiques et environnements, Paris). Il reçoit enfin le soutien d’autres institutions, dont l’Institut national des sciences de l’archéologie et du patrimoine (INSAP, Rabat), avec lequel une convention de partenariat a été établie en 2011. Le projet est également associé aux activités scientifiques du Centre Jacques-Berque, à Rabat.

La campagne de fouilles du printemps 2013

De formation plus réduite que les années précédentes, la mission a réuni, du 15 avril au 15 mai 2013, cinq enseignants-chercheurs marocains et français et dix étudiants marocains et français (huit étudiants de niveau Master et deux doctorants). Fidèle au rôle qui lui a été confié par les institutions de tutelle, la mission a, en effet, tenu à poursuivre ses activités de formation durant cette campagne de vérifications. Une trentaine d’ouvriers recrutés sur place a, par ailleurs, travaillé sur le site comme à l’accoutumée, tout au long de la campagne. L’objectif affiché de la mission « Îgîlîz 2013 » était triple. D’une part, terminer la fouille de la zone de la Qasba, dont les vestiges sont l’objet de la première monographie consacrée au site. D’autre part, il s’agissait d’engager la fouille dans un secteur jusqu’alors tenu en réserve, en contrebas de la Qasba, au niveau de vestiges d’habitat dont on soupçonnait depuis longtemps déjà qu’ils pouvaient être antérieurs à ladite Qasba. Enfin, il s’agissait de poursuivre les dégagements extensifs menés depuis 2010 dans le quart nord-est du Jebel central, aux alentours de la grande-mosquée et de la porte 1.

La Qasba

La zone de commandement de la Qasba

Depuis 2009, les opérations de fouille privilégient le dégagement intégral de l’ensemble des bâtiments de la Qasba, implantés au sommet du Jebel central. Là se déploie, en deux enclos successifs, un secteur d’habitat combinant activités domestiques, fonction de réception officielle et privée, et pratiques religieuses. Située au plus haut du site, la zone de commandement est formée de quatre corps de bâtiments disposés autour d’une cour carrée. L’étude combinée de l’architecture, du mobilier archéologique et des logiques de circulation à l’intérieur de l’édifice, a permis de proposer au fil des années une interprétation fonctionnelle d’ensemble de cette zone, marquée par l’existence d’une aile de réception (à l’ouest) et d’une aile à vocation domestique (au nord), les deux autres côtés de la cour regroupant des dépendances ou des structures spécialisées (une petite salle d’eau, une citerne). L’ensemble semble avoir été réservé à un petit groupe d’habitants de statut social élevé. Réalisée pour l’essentiel en 2009 et 2010, la fouille de la zone de commandement n’avait touché deux des pièces (la pièce 7, située au sud-ouest dans l’aile de réception ; la pièce 11, constituant l’angle nord-est de l’édifice) que par moitié : il restait donc à fouiller ces reliquats, de manière à s’assurer une compréhension globale du fonctionnement des pièces de la Qasba. Il était, d’autre part, impératif de terminer cette année la fouille de la pièce 3, jointive à la pièce 7 susmentionnée, et noyau autour duquel s’est constituée la Qasba, pour prendre la mesure de la durée et de la nature de son occupation avant la mise en place de ce grand complexe de bâtiments. La fouille de la pièce 11 (resp. M. Durocher) a permis de mettre en évidence la présence — très rare dans la zone de commandement — d’une banquette de grandes dimensions, qui correspond à un aménagement de l’affleurement rocheux sous-jacent. La fonction de cette pièce reste problématique : ses aménagements pourraient en faire une pièce de vie ; cependant les traces d’occupation sont peu nombreuses, et semblent plutôt correspondre — d’après ce que l’on sait désormais sur le site — à ce que l’on attend d’une pièce annexe, d’une dépendance donc. La pièce 7 (resp. M. Godener) n’a pas livré de banquette (contrairement à sa voisine, la pièce 3, pour la phase correspondant à la Qasba), mais les vestiges d’un sol particulièrement soigné, réalisé en chaux sur une épaisse couche de préparation en mortier maigre (« tafza »). Le mobilier archéologique en est quasiment absent, ce qui renforce l’idée d’une vocation plus spécifique de cette pièce aux fonctions de réception.

Mais c’est la pièce 3 (resp. J.-P. Van Staëvel) qui a livré, dans ce secteur, les informations les plus intéressantes de la campagne 2013, en révélant deux phases d’occupation successives, qui précèdent toutes deux l’incendie qui a ravagé cette pièce en prélude à la construction de la Qasba (fig. 2).

Fig. 2. Qasba, pièce 3, états 1 et 2 (« préQasba »). Au centre, le foyer initial récupéré dans le 2e état, marqué par la mise en place d’une couche préparatoire en dalles (à droite) ; au-dessus, le niveau d’incendie qui sera suivi par l’implantation de la Qasba autour de la pièce 3. Au premier plan, le substrat rocheux sur lequel la pièce est installée.

Fig. 2. Qasba, pièce 3, états 1 et 2 (« préQasba »). Au centre, le foyer initial récupéré dans le 2e état, marqué par la mise en place d’une couche préparatoire en dalles (à droite) ; au-dessus, le niveau d’incendie qui sera suivi par l’implantation de la Qasba autour de la pièce 3. Au premier plan, le substrat rocheux sur lequel la pièce est installée.

La première de ces deux phases concerne la construction de cette pièce — qui n’est autre alors qu’une maison, monocellulaire, de grande taille, hors de proportion lorsqu’on la compare aux autres maisons de la phase préQasba (voir infra) —, dont le sol et les parois sont revêtus d’un mortier maigre de couleur blanchâtre, et qui dispose d’un foyer au centre de sa moitié nord. Dans un second temps, le sol de cette pièce, abîmé notamment de part et d’autre du foyer, est l’objet d’une recharge, sous forme d’une couche préparatoire de dalles, surmontée d’un sol en argile épurée. Au vu de son aspect peu induré, ce second niveau de sol ne paraît pas avoir été en usage longtemps. Au final, il est désormais possible à présent de reconstituer la longue histoire de la pièce 3, d’abord maison communautaire (ou maison de chef ?), puis pièce principale de toute la Qasba. Du début à la fin de son utilisation, cette pièce semble avoir eu comme vocation principale la réception. C’est là un élément de continuité capital dans la compréhension des modalités d’apparition brusque de la Qasba — et donc d’un pouvoir fort et soucieux de paraître — au sommet de la montagne. Les trois pièces fouillées ont confirmé par ailleurs les datations déjà obtenues dans ce secteur : la Qasba est construite dans la première moitié du XIIe siècle, et est abandonnée au plus tard au milieu du même siècle.

La basse-cour de la Qasba et la citerne 5

À la zone de commandement répond en contrebas une basse-cour en forme de L, bordée elle aussi de pièces rectangulaires. Cette partie de la Qasba — la plus étendue en dimensions — fait depuis 2011 l’objet d’un décapage extensif, qui a été achevé lors de la campagne 2013 par la fouille des trois derniers espaces (pièces 32, 33 et 34), situés de part et d’autre du petit lieu de culte qui desservait la Qasba. Si la fouille de la pièce 32 n’a pas permis de déterminer avec précision la fonction associée à cetespace — ce qui, en soi, semble déterminant à Îgîlîz pour identifier les espaces annexes et les dépendances —, celle des deux autres pièces, situées à la limite sud-est de la basse-cour, s’est avérée beaucoup plus fructueuse. Les deux pièces 33 et 34 témoignent en effet d’une construction soignée, qui est sans nul doute à mettre en relation avec l’existence, dans leur proximité immédiate, de la petite mosquée. Il se confirme encore une fois combien la Qasba semble composée de pièces hiérarchisées entre elles, et aux fonctions bien précises. Les deux pièces 33 et 34 sont également situées non loin de ce que nous avions pris l’habitude de désigner par « entrée sud-est de la Qasba », tant il nous paraissait évident que le passage ménagé en ce lieu ne pouvait correspondre qu’à un accès mettant en relation l’extérieur de la Qasba — marqué par l’implantation en ce lieu d’une citerne de grande capacité : la citerne 5 — avec la basse-cour. Force nous a été cette année d’invalider notre hypothèse, lorsqu’il est apparu clairement que la citerne 5, bien que située en dehors de l’emprise de l’enceinte de la Qasba, n’en constituait pas moins une réelle extension, ou plus exactement que cette citerne avait été, pour d’évidentes raisons stratégiques, annexée à la Qasba au moyen dudit passage. La fouille de l’esplanade au-devant de celui-ci a en outre permis de dégager le système d’alimentation de la citerne depuis la basse-cour : dans sa zone d’extension, la citerne 5 est précédée de son bassin de décantation. Au centre se trouve l’esplanade revêtue de tafza et, en avant de celle-ci, le muret de dérivation des eaux servant à alimenter le bassin de décantation, puis la citerne, avec les eaux de ruissellement provenant de la basse-cour de la Qasba, située dans le prolongement de la photo à droite (fig. 3).

Fig. 3. Extension de la basse-cour de la Qasba, citerne 5.

Fig. 3. Extension de la basse-cour de la Qasba, citerne 5.

L’occupation préQasba enfin révélée

Repéré dès les premières prospections menées sur le site en 2005 et 2007, le secteur d’habitat situé au nord-ouest de la Qasba abrite plusieurs maisons dont l’emplacement — très excentré —, l’agencement spatial et les modes constructifs utilisés (très similaires à ceux de la pièce 3) nous apparaissaient déjà comme autant de critères distinctifs susceptibles de correspondre à une datation haute, et en tout cas antérieure à la mise en place de la Qasba (fig. 4). La fouille de ce secteur a été néanmoins différée jusqu’en 2013. Les résultats obtenus vont tout à fait dans le sens des premières hypothèses formulées lors des prospections, à deux exceptions près. D’une part, ce « quartier » de maisons semble bien ne précéder l’implantation de la Qasba que de quelques décennies, au plus : le mobilier céramique recueilli dans les différents niveaux d’occupation de ce secteur est similaire à celui récolté en d’autres points du Jebel central ; seules les pièces importées, bien présentes dans la Qasba, sont absentes des ensembles céramiques récoltés ici. D’autre part, au moins l’une des maisons continue à être fréquentée durant un temps après l’érection de la Qasba : cette ultime phase d’occupation souligne bien, avec le maintien de la fonction de réception de la pièce 3, la dimension de continuité avec ce qui précède, dans laquelle il faut désormais inscrire l’apparition de la Qasba.

Fig. 4. Maisons de la phase préQasba, secteur nord-ouest ; vue depuis le massif d’entrée de la zone de commandement de la Qasba. Au fond, deux maisons monocellulaires adossées l’une à l’autre. La pièce au premier plan a été ajoutée par la suite ; elle vient s’appuyer contre un mur de soutènement ménagé dans les anfractuosités du rocher, là même où s’implantera la Qasba dans un second temps, ensevelissant sous les déblais cette même pièce.

Le dégagement de la façade occidentale de la Qasba

La mission a enfin procédé, dans la zone de la Qasba, au dégagement intégral de la façade ouest de la zone de commandement (fig. 5). Celle-ci n’avait été explorée en 2009 que sur le tiers de sa longueur, et avait été ensuite délaissée au profit de l’avancement des travaux archéologiques en d’autres points du site. Le recentrage des opérations de fouille dans le secteur a permis de mobiliser les forces nécessaires pour procéder à l’évacuation d’une épaisse couche d’éboulis (parfois haute de 1 mètre) qui masquait encore l’essentiel des structures. Ce dégagement a fourni l’occasion de nouvelles observations sur le côté de la Qasba qui en constituait l’entrée officielle : un long banc de pierre, destiné à l’attente des visiteurs, court tout au long du mur de façade, non loin de la porte principale. Le nettoyage des structures s’insère désormais dans un projet de définition des circulations sur le site, de manière à assurer une bonne gestion des visites de personnes étrangères à la mission.

Fig. 5. La façade occidentale de la zone de commandement de la Qasba, vue de l’ouest. La façade, contre laquelle s’appuie une longue banquette destinée à accueillir les visiteurs avant qu’ils ne soient autorisés à entrer dans la Qasba, est encadrée par deux tours : à gauche, le massif d’entrée ; à droite, la tour sud-ouest, dont l’accès a été dégagé cette année.

Fig. 5. La façade occidentale de la zone de commandement de la Qasba, vue de l’ouest. La façade, contre laquelle s’appuie une longue banquette destinée à accueillir les visiteurs avant qu’ils ne soient autorisés à entrer dans la Qasba, est encadrée par deux tours : à gauche, le massif d’entrée ; à droite, la tour sud-ouest, dont l’accès a été dégagé cette année.

Les alentours de la Grande Mosquée (Zones 2 et 5)

Fouillée en 2010, la mosquée principale du Jebel central (Mosquée 1) est située au cœur d’un quartier d’habitat dense, dont la fouille a commencé en 2011 pour ses abords sud et ouest (Zone 5), et l’année suivante pour son secteur septentrional (Zone 2). Le choix d’un ample décapage en aire ouverte doit nous permettre, au final, d’obtenir une vision globale des activités domestiques et rituelles (on pense ici notamment au repas communautaire, le maarouf, dont l’existence est désormais avérée sur le site depuis l’époque almohade jusqu’à l’époque contemporaine). Parmi les résultats les plus intéressants de cette campagne, on notera notamment : 1) la découverte d’un dépotoir en Zone 5 qui a livré de grandes quantités de mobilier d’époque almohade, et une monnaie datant du règne de l’émir almoravide ‘Alî b. Yûsuf (1106-1143) ; 2) la récolte, dans ce dépotoir comme en d’autres endroits en Zone 5, de fragments de coupes céramiques importées, de type ataifor ; 3) la mise au jour, en Zone 2, d’une série de pièces soigneusement construites, qui viennent compléter le remarquable échantillon d’espaces domestiques déjà fouillés en 2012 ; 4) la découverte d’un fer de pioche près de l’une de ces pièces, qui permet de renforcer l’hypothèse de l’implantation en ce lieu, à l’époque almohade, d’une population d’agriculteurs revêtus d’un certain statut social.

La Porte 1 : un ensemble monumental

Le Jebel central est protégé par une double ligne de murailles, dont la datation d’époque almohade est restée un a priori durant les deux premières campagnes de travaux archéologiques. En 2011 toutefois, la fouille de la Porte 2 nous a permis de corroborer cette datation hypothétique, tout en montrant le caractère véritablement monumental d’une construction conçue pour impressionner. Dès lors, il semblait logique de procéder à la fouille de son pendant, la Porte 1, située au sud-est du Jebel central, et dont on pouvait attendre à bon droit au moins le même effet de monumentalité une fois dégagée de ses éboulis. Il a fallu, pour mener à bien cette opération, condamner l’accès contemporain au site. Les résultats sont à la mesure des efforts consentis pour fouiller cette structure, et des problèmes en relation avec le contournement de l’obstacle qu’a constitué par ce nouveau secteur en cours de fouille.

La Porte 1 offre, au final, une vive impression de monumentalité. L’entrée, vue depuis le nord, présente à gauche le massif d’angle de la porte, emporté par les éboulements postérieurs à l’abandon du site. Au centre, se trouvent l’entrée et son seuil surélevé. À droite, l’autre piédroit sur lequel vient s’appuyer le départ de la muraille basse. De ce côté-ci, les élévations conservées du massif d’entrée dépassent les 2 mètres (fig. 6). Les blocs contenant les ancrages des montants des deux vantaux de la porte ont été retrouvés. Au débouché de la porte vers l’intérieur du Jebel central, une auge cylindrique revêtue de mortier hydraulique a été retrouvée ; elle doit correspondre à un point où les bêtes de somme et les montures, laissées à cet endroit par leurs maîtres, pouvaient s’abreuver avant la descente de la montagne.

Fig. 6. Entrée de la Porte 1, vue depuis le nord.

Fig. 6. Entrée de la Porte 1, vue depuis le nord.

Les missions d’inventaire et d’étude du matériel

La mission archéologique a procédé à une mission d’inventaire du mobilier archéologique d’Îgîlîz entre les mois de janvier, février et mars 2013 à Rabat, dans les locaux de l’INSAP. Emmenée par A. Etttahiri et A. Fili, l’équipe, composée d’étudiants et de céramologues, a pris en charge le classement du matériel issu de la Qasba et de la Grande Mosquée. Une seconde mission d’inventaire, couplée à une session intensive de dessin des pièces céramiques caractéristiques, aura lieu à Rabat durant le mois de novembre 2013.

Valorisation de la recherche

Organisation du colloque d’El Jadida, décembre 2012

En relation avec les activités scientifiques de la mission Îgîlîz, A. Fili a organisé, avec la collaboration de J.-P. Van Staëvel et C. Picard (université Paris I), un colloque international portant sur Ribât-s et râbita-s du Maroc médiéval et d’al-Andalus : débats en cours et recherches récentes. La question centrale abordée dans le cadre de cette rencontre scientifique entrait en résonance directe avec les travaux archéologiques menés à Îgîlîz : si le ribât, institution médiévale au sein de laquelle les dévots musulmans se livraient, à la fois, à des exercices spirituels et à une veille militaire entrant dans le cadre du devoir de jihâd, a suscité une littérature scientifique pléthorique, ses aspects matériels, pour le Maghreb extrême, demandent encore à être explicités, au regard des remarquables percées réalisées sur le sujet par les archéologues espagnols et portugais au long des vingt dernières années. L’organisation du colloque international d’El Jadida permettait de réunir, pour la première fois, des spécialistes des deux rives du Détroit autour de cette question commune.

Le colloque a bénéficié d’un financement apporté par la Faculté des lettres et des sciences humaines de l’université Choaib Dokkali d’El Jadida et par le Labex « Religions et sociétés dans le monde méditerranéen » (RESMED ; PRES Sorbonne universités). Il a également reçu le soutien de l’UMR 8167, de la Casa de Velázquez, de l’Institut français (Maroc) et du Centre Jacques-Berque à Rabat.

Organisation d’un atelier de Master sur les ribât-s, le 6 décembre 2012

En outre, une journée d’études tournée plus spécifiquement vers les étudiants de Licence 3 et de Master en histoire et en archéologie de l’université d’El Jadida a été organisée le lendemain du colloque, le jeudi 6 décembre 2012. Durant la matinée, A. Ettahiri, A. Fili et J.-P. Van Staëvel sont intervenus successivement pour présenter les premiers acquis du colloque, et pour revenir plus largement sur des problèmes d’identification d’implantations religieuses du type ribât, ou de caractérisation de structures médiévales de peuplement. De manière à assurer la plus large compréhension possible, les communications et des échanges avec les étudiants ont eu lieu en langue arabe. L’après-midi, les étudiants ont pu bénéficier d’une visite commentée des ruines du ribât de Tît à Moulay Abdallah, afin de mettre en pratique les connaissances dispensées le matin même.

Communications et séminaires de recherche. Lyon, 21 mars 2013

Séminaire commun des médiévistes, CIHAM (UMR 5648) : « Les Almohades et le ribât. Une question à reconsidérer » (A. Fili, J.-P. Van Staëvel). Lyon, 24 mai 2013 : Séminaire du Master « histoire de l’Islam » de l’université Lyon II : « De la révolution almohade à l’Empire des Mu’minides : mémoire et oubli dans la construction historiographique de la geste tûmartienne » (J.-P. Van Staëvel). Paris, École pratique des hautes études, 1er juin 2013 : Journée d’études L’Occident musulman et les géographes arabes : « Le peuplement de la plaine du Sous durant le Moyen Âge : un premier bilan, d’après les textes arabes et la prospection archéologique » (J.-P. Van Staëvel). Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres, 28 juin 2013 : « Nouvelles recherches archéologiques sur le Maroc médiéval : les fouilles d’Îgîlîz, berceau de l’Empire almohade » (J.-P. Van Staëvel).

Conférence grand public. Paris, Institut d’art et d’archéologie, université Paris IV, 8 juin 2013

« Une archéologie de la montagne marocaine : à la recherche des origines d’un grand empire médiéval » (J.-P. Van Staëvel).

Littérature grise

Ettahiri, Ahmed S., Fili, Abdallah, Van Staëvel, Jean-Pierre (2012), La montagne d’Îgîlîz et le pays des Arghen. Enquête sur l’histoire du peuplement rural dans le Sud marocain au Moyen Âge et à l’époque prémoderne [Synthèse des travaux 2009-2012, 285 p., inédit]. Ettahiri, Ahmed S., Fili, Abdallah, Van Staëvel, Jean-Pierre (2012), La montagne d’Îgîlîz et le pays des Arghen. Enquête sur l’histoire du peuplement rural dans le Sud marocain au Moyen Âge et à l’époque prémoderne [Rapport d’activités pour l’année 2012, 134 p., inédit]. Van Staëvel, Jean-Pierre (2012), La montagne d’Îgîlîz et le pays des Arghen. Enquête archéologique sur les débuts de l’Empire almohade au Maroc [Dossier soumis au titre de la candidature au prix d’archéologie de la Fondation Simone et Cino Del Duca, 95 p., inédit].

Pour citer ce billet : Jean-Pierre Van Staëvel, Abdallah Fili et Ahmed Ettahiri, « La montagne d’Îgîlîz et le pays des Arghen. Rapport 2012-2013 », Archéo-CVZ. Carnet des fouilles archéologiques de la Casa de Velázquez, mis en ligne le 24/06/2016, https://archeocvz.hypotheses.org/336.

Jean-Pierre Van Staëvel, Abdallah Fili et Ahmed Ettahiri

Jean-Pierre Van Staëvel (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne ; UMR 8167, Paris), Abdallah Fili (Université Chouaib Dokkali-El Jadida ; UMR 5648, Lyon) et Ahmed Ettahiri (Institut national des sciences de l’archéologie et du patrimoine, Rabat)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.