La Sierra de Carthagène. Rapport 2012-2013

À 7 kilomètres à l’est de Carthagène, la Sierra minera de Cartagena-La Unión (province de Murcie) fut sans nul doute un des plus riches districts miniers pour la production d’argent et de plomb de la péninsule Ibérique ; il fut aussi l’un des plus célèbres, et ce, dès l’Antiquité. La présence d’importants gisements de galène argentifère dans ce massif littoral long de 25 kilomètres et large d’à peine 5 fut un des motifs de l’installation des Barcides en 237 av. J.-C. dans le Sud-Est de la péninsule Ibérique, qui, quelques années plus tard, sous la conduite d’Hasdrubal, y fondèrent leur capitale, Qart Hadasht. La ville tomba aux mains des Romains de Cnaeus Scipion en 209 dans le contexte de la deuxième guerre punique (218-202). Du même coup, ceux-ci firent main basse sur un important patrimoine minier qu’ils exploitèrent, sans doute très vite, à leur seul bénéfice. L’historien grec Polybe, en visite dans la région au milieu du IIe siècle av. J.-C., décrivait le district minier comme une véritable ruche où s’activaient pas moins de 40 000 ouvriers, rapportant quotidiennement 25 000 drachmes d’argent à Rome (d’après Strabon, III, 2, 10), au titre, sans doute, des vectigalia (taxes) qui pesaient sur les mines et les fonderies qui avaient rapidement essaimé. L’exploitation avait été laissée en effet à des entrepreneurs privés dont l’épigraphie des lingots de plomb retrouvés dans la zone minière, dans le port de Carthagène ou en mer dans des épaves sous-marines nous apprend qu’ils étaient originaires d’Italie, et plus particulièrement d’Italie centro-méridionale. Certaines familles firent souche au Ier siècle av. n. è. et constituèrent le noyau dur d’une élite municipale qui fut à l’origine du développement et de la monumentalisation de Carthago Nova dès la deuxième moitié du Ier siècle, dont les découvertes archéologiques réalisées depuis une vingtaine d’années dans la ville actuelle montrent l’ampleur et la vitalité.

Avec la région minière de Mazarrón, à une trentaine de kilomètres à l’ouest de la ville, la Sierra minera de La Unión fut donc en grande partie à l’origine de la fortune de Carthago Nova. Vingt siècles plus tard, elle redonnera son lustre à Cartagena ; l’exploitation minière reprend en effet en 1840 et ne faiblira pas jusqu’au tout début des années 1990. Près d’un siècle et demi d’exploitation intense qui devait déployer des moyens toujours plus importants, et destructeurs, eut raison d’un patrimoine archéologique sans doute extraordinaire à en croire les observations consignées par les nombreux ingénieurs des mines qui, à la fin du XIXe siècle et dans les premières décennies du suivant, se succédèrent sur les lieux pour organiser et rentabiliser l’activité industrielle. Le contexte fut longtemps défavorable à l’archéologie. Les premières recherches sont à mettre à l’actif de Claude Domergue, professeur d’archéologie émérite à l’université Toulouse II, dans les années 1960 et 1970, alors que l’exploitation battait son plein. La synthèse qu’il publia en 1987 et sa monumentale thèse sur les mines romaines de la péninsule Ibérique, publiée trois ans plus tard, restent encore aujourd’hui le point de départ de toute recherche sur l’activité minière et métallurgique antique dans le district de Carthagène. Elle a été élaborée à partir des archives des compagnies minières, des rapports des ingénieurs des mines et des propres observations de l’auteur sur le terrain. Les travaux postérieurs ont été ponctuels et ne complètent cette synthèse que sur des points de détail.

Les fouilles engagées en 2008, avec d’une part le soutien financier de la Casa de Velázquez et, depuis 2011, de celui du Ministère des Affaires étrangères et européennes, avec aussi l’appui logistique de l’université et de la Communauté autonome de Murcie, sont donc les premières recherches systématiques programmées sur le long terme dans la région sur le patrimoine minier antique. Chaque année se tient une campagne de fouilles longue d’un mois qui réunit, en moyenne, une quinzaine de fouilleurs, pour l’essentiel des étudiants en histoire et en archéologie provenant des universités de Toulouse et de Murcie, qui viennent acquérir une expérience de terrain indispensable dans leur cursus.

Les recherches se déroulent au cœur de la Sierra minera, aujourd’hui une vaste friche industrielle marquée par près d’un siècle et demi d’exploitation ininterrompue. Dans un paysage de grandes carrières à ciel ouvert et de haldes gigantesques parsemé de vestiges d’installations industrielles (chevalets, laveries, fours, ateliers…), le Cabezo del Pino apparaît relativement épargné. Il s’agit d’un petit massif culminant à 268,53 mètres et dominant à l’ouest la baie de Portmán (fig. 1).

Fig. 1. Vue aérienne de la Sierra minera de Cartagena-La Unión, avec situation du Cabezo del Pino, cadre des recherches archéologiques en cours.

Fig. 1. Vue aérienne de la Sierra minera de Cartagena-La Unión, avec situation du Cabezo del Pino, cadre des recherches archéologiques en cours.

Le lieu a été choisi pour, d’une part, le vaste réseau souterrain qu’il renferme et qui est accessible notamment depuis le vallon de la Rambla del Abenque qui borde le versant ouest du massif et, d’autre part, pour les vestiges d’installations de surface d’époque romaine repérés en prospection sur son flanc est. On l’aura compris, les recherches archéologiques se déroulent sur deux fronts et ont pour vocation de recueillir des données nouvelles sur l’ensemble de la chaîne opératoire de la galène argentifère, de la mine au lingot, sur la chronologie de l’activité, les conditions techniques dans lesquelles elle s’est déroulée de même que sur ses acteurs.

Bilan des recherches effectuées depuis 2008

Recherches en souterrain

Placées sous la responsabilité de Jean-Marc Fabre (UMR 5608, TRACES, Toulouse), plusieurs campagnes de prospection ont permis de reconnaître peu à peu sous le Cabezo del Pino un vaste réseau minier remontant à l’Antiquité. À ce jour, plus de 4 hectares de travaux ont été explorés, et plus de 2 700 mètres topographiés sur un dénivelé de plus de 55 mètres. Deux phases principales d’exploitation peuvent être distinguées d’après la nature, l’aspect et l’organisation des travaux ; l’une, moderne, correspond à la période de la reprise de l’extraction au XIXe siècle – mais certains secteurs s’inscrivent dans une période encore plus récente (milieu du XXe siècle). Elle se caractérise par les grands volumes exploités, notamment de vastes chambres d’extraction communiquant avec le jour par de grands puits, et l’utilisation de la poudre comme technique d’extraction. La phase ancienne a pu être datée de l’époque républicaine romaine (IIe-Ier siècles av. J.-C.) grâce à la découverte, au gré des prospections, dans des secteurs éloignés du jour, de tessons de céramiques, essentiellement des amphores italiques Dressel 1 et Lamboglia 2. Une première typologie des travaux miniers anciens a d’ores et déjà été établie : galeries taillées au pic, de profils variés, le plus souvent ovoïde, reliant des chambres d’exploitation entre elles ou y donnant accès. L’ensemble de ces travaux, souvent colmatés par des déblais, pour partie résultant de l’exploitation moderne, s’organise autour d’un important dépilage subvertical relativement étroit, reconnu sur plus de 200 mètres de longueur et une quarantaine de mètres de dénivelé. Certains secteurs, dans la partie est du réseau notamment, accessibles uniquement grâce à la mise en place d’équipements de type spéléologique, sont restés pratiquement intouchés depuis l’Antiquité (amphores romaines en surface). Mais certaines autres parties de la mine, en profondeur, sont des zones dangereuses (instabilité de la roche, effondrements, murs de stériles…) interdisant malheureusement la poursuite de l’exploration des travaux anciens.

Recherches de surface

Parallèlement aux travaux dans la mine, des fouilles sont menées depuis la première année sur le flanc est du même Cabezo del Pino, à l’emplacement d’une des 2 000 anciennes concessions minières répertoriées dès les premières décennies de la reprise de l’exploitation, dans la second moitié du XIXe siècle. Le site, situé à mi-pente, est occupé par un complexe d’installations d’époque républicaine dédiées à la préparation du minerai ; celui-ci provenait sans nul doute de gisements proches mais qui n’ont pu être identifiés en raison de l’importance des travaux d’extraction moderne dans tout ce secteur. La galène argentifère nécessitait un traitement préalable à sa réduction, appelé minéralurgie, qui comportait plusieurs phases permettant d’obtenir un produit apte à être fondu : lavage, classement et enrichissement du minerai préalablement broyé, toutes opérations qui nécessitaient de l’eau en abondance et des infrastructures spécifiques. Trois secteurs de fouilles ont été ouverts et sont toujours en cours d’étude (fig. 2).

Fig. 2. Vue aérienne verticale des trois secteurs de fouille sur le flanc est du Cabezo del Pino (fin de la campagne 2012). Photo : Aerograph Studio.

Fig. 2. Vue aérienne verticale des trois secteurs de fouille sur le flanc est du Cabezo del Pino (fin de la campagne 2012). Photo : Aerograph Studio.

Secteur 1

Situé au sud du site, dans la partie médiane de la montagne, au départ d’un petit talweg de direction sud-ouest/nord-est, c’est dans ce secteur que, sans doute dans la deuxième moitié du XIXe siècle, a été foncé un puits de mine donnant accès à un petit réseau souterrain, étudié en 2008. Un grand sondage de 20 m2 a été ouvert cette même année, ce qui avait permis de mettre en évidence, sous d’importants remblais modernes, des structures et une stratigraphie antiques, en particulier les restes d’un grand réservoir hydraulique. En 2011, l’intervention d’un tractopelle a permis d’accéder plus rapidement aux niveaux antiques, de mettre au jour le bassin dans son intégralité en même temps que les vestiges d’un nouvel atelier ont pu commencer à être fouillés sur une superficie de 80 m2. Deux phases ont été mises en évidence dans ce secteur du complexe minéralurgique du site, mais les données chronologiques restent encore trop peu nombreuses pour les situer précisément dans le temps. L’une et l’autre se placent dans la phase d’exploitation de la fin de l’époque républicaine, la construction du grand bassin collecteur intervenant au plus tard à la toute fin du IIe siècle av. n. è. et témoignant d’une réorganisation complète de l’atelier préexistant.

Secteur 2

C’est le secteur de fouille le plus avancé, qui a livré la première laverie de plomb-argent fouillée de manière exhaustive en Espagne. Orienté nord-sud, l’édifice a été construit à flanc de pente, en bordure de la falaise qui domine la Rambla de la Crisoleja à Portmán. Elle se présente comme un édifice étagé, comprenant trois terrasses se succédant d’ouest en est, dans le sens de la pente sur laquelle il a été construit. La superficie totale hors œuvre reconnue est de 195 m2. L’espace de travail était, semble-t-il, divisé en fonction des différentes activités qui s’y déroulaient — tri, broyage et stockage du matériau sur la terrasse supérieure, grillage sur la terrasse médiane, lavage sur la terrasse inférieure. Les éléments permettant de situer sa construction sont peu nombreux ; ils signalent cependant la première moitié du IIe siècle av. J.-C. L’activité prend fin dans les premières décennies du siècle suivant. Une réoccupation tardive du site, à l’époque julio-claudienne, a toutefois été mise en évidence. Malgré la difficulté d’interprétation des vestiges qu’elle a laissés, la reprise de l’activité est sans doute à mettre en relation avec l’exploitation des ressources minières du secteur.

Secteur 3

Il se situe à mi-chemin des secteurs 1 et 2, dans une zone de forte pente, ce qui a rendu problématique l’exécution d’une fouille (celle-ci a été démarrée en 2009, poursuivie en 2010 mais interrompue en 2011) ; les vestiges d’un édifice daté de l’époque tardo-républicaine y ont été partiellement mis au jour, parmi lesquels un petit bassin hydraulique dont la fonction, dans le processus de traitement et de lavage du minerai, n’est pas claire. De fait, l’installation, sans doute étagée, reste très mal connue faute d’avoir pu ouvrir une plus grande surface de fouille ; son rôle dans le complexe artisanal romain reste donc mal cerné. Les fouilles ont, d’autre part, mis en évidence une phase d’activité tardive, comme dans la laverie du secteur 2, caractérisée par la construction de nouveaux murs que la céramique trouvée en stratigraphie permet de situer à l’époque julio-claudienne. Mais, comme pour les vestiges d’époque républicaine, nous ne disposions pas au terme des fouilles de 2010 d’un plan d’ensemble des structures appartenant à cette reprise de l’activité pour la caractériser précisément.

Résultats de la campagne 2012

Les travaux, qui se sont déroulés pendant tout le mois de juillet, ont cette année concerné la mine comme la surface. Une deuxième campagne, de courte durée, s’est tenue, à la fin du mois d’octobre, à des fins de vérification.

Les recherches dans la mine

La phase d’exploration étant aujourd’hui considérée comme achevée, les travaux dans la mine ont concerné, d’un côté, la réalisation d’observations sur la géologie des travaux anciens et, de l’autre, la réalisation de sondages archéologiques ponctuels destinés à récupérer, en différents secteurs du réseau, du matériel datant ; l’objectif était de mieux cerner la chronologie des travaux miniers, dont une grande part remontent à l’Antiquité.

La campagne a compté avec la présence d’un géologue spécialiste de métallogénie, Mustapha Souhassou (université de Taroudant), qui a pu procéder à de multiples observations sur l’encaissant et les minéralisations exploitées par les Anciens. Elles ont permis de voir que les travaux se sont développés sur une minéralisation subverticale de Pb/Ag, mais aussi sur d’autres structures, parfois horizontales, où le fer domine. Quelques indices laissent penser que ces structures d’oxydes de fer contenaient aussi du Pb/Ag. Les Anciens ont exploité, au moins en partie, ces minéralisations en marge du filon principal, mais il est encore difficile de déterminer l’ampleur de leurs travaux. Des échantillons de minerais ont été prélevés et sont en cours d’analyse pour leur caractérisation (natures, teneurs en argent). Cette étude doit être poursuivie en 2013 afin de compléter la cartographie métallogénique du réseau minier et de tirer des conclusions sur les stratégies d’exploitation mises en œuvre par les Anciens.

Une dizaine de sondages stratigraphiques ont été, par ailleurs, pratiqués dans la mine, tant dans des galeries de liaison que dans des chantiers d’exploitation. D’extension généralement limitée, ils avaient pour objectif d’étudier la nature et la dynamique des remplissages et de recueillir, en stratigraphie, du mobilier archéologique. Des fragments de céramiques, pour la plupart antiques, ont été trouvés dans ces remblais, en place ou déplacés par les Modernes (fig. 3).

Fig. 3. Partie haute du dépilage antique. Plateforme rocheuse avec fragments d’amphores romaines en surface.

Fig. 3. Partie haute du dépilage antique. Plateforme rocheuse avec fragments d’amphores romaines en surface.

Les observations effectuées et les éléments recueillis ont confirmé que l’ensemble de la mine était exploité dès l’époque républicaine, puisque ces céramiques se retrouvent partout, dans le réseau de l’entrée, dans le réseau est, et dans différents secteurs du grand dépilage, tant au niveau inférieur qu’au niveau supérieur, et notamment dans la zone la plus éloignée de l’entrée. Il apparaît donc que la fin de la République romaine (IIe-Ier siècles av. J.-C.) est la principale phase d’exploitation du gisement, que les reprises modernes, bien identifiées, n’ont pas profondément bouleversé. C’est là un des apports principaux de la campagne 2012 : l’aspect actuel de la mine de la Rambla del Abenque est, à peu de choses près, celui de la mine au moment de son abandon — seulement modifié ponctuellement par les Modernes qui en ont élargi certains secteurs, comme les chambres d’exploitation. La morphologie des travaux anciens est de son côté particulièrement bien adaptée à celle des minéralisations.

Le complexe minéralurgique de surface

Les fouilles en 2012 se sont déroulées presque exclusivement dans les secteurs 1 et 3, dans la partie sud du site. Des sondages complémentaires ont été toutefois menés dans la laverie, mais ils n’ont pas apporté des informations nouvelles sur l’organisation ou la chronologie de l’installation.

Pour la deuxième année consécutive, un tractopelle est intervenu sur le site, dans le secteur 1, afin de permettre l’exploration à l’est et au nord du secteur fouillé au terme de la campagne 2011, l’objectif étant de compléter le plan des installations de cette partie du complexe (fig. 4). De la même manière, les recherches ont repris dans le secteur 3 où l’aire de fouille a été élargie en direction du sud-ouest, vers le secteur 1, sur une longueur de 10 mètres et une largeur de 5 — portant à 75 m2 la surface fouillée dans ce secteur depuis le début des travaux (fig. 5).

Fig. 4. Vue générale oblique du secteur 1 en fin de fouille. Photo : Aerograph Studio.

Fig. 4. Vue générale oblique du secteur 1 en fin de fouille. Photo : Aerograph Studio.

Fig. 5. Vue générale oblique du secteur 3 en fin de fouille. Photo : Aerograph Studio

Fig. 5. Vue générale oblique du secteur 3 en fin de fouille. Photo : Aerograph Studio

Dans l’un et l’autre des deux secteurs, de nouvelles structures ont été mises au jour qui complètent le plan des vestiges déjà connus ; mais celui-ci reste encore trop parcellaire pour pouvoir individualiser des installations précises. Il est apparu, surtout, que les deux secteurs, éloignés d’un peu plus de 10 mètres, pourraient très bien former un seul et même ensemble. La présence de la rampe d’accès laissée pour la manœuvre du tractopelle empêche de connaître le lien entre les deux secteurs. L’enlèvement de cette rampe, constituée de déblais miniers modernes, est programmée pour la campagne 2013. De la même façon, un élargissement au nord de l’aire de fouille du secteur 3 devrait permettre de compléter le plan d’une installation sans doute construite en terrasses et, par conséquent, de préciser son rôle dans le complexe. Si les travaux de 2012 n’ont pas permis d’avancer comme on l’aurait voulu sur la question de l’organisation des installations, ils ont toutefois apporté des informations nouvelles importantes, sur la chronologie et sur la nature de l’activité dans le secteur.

Sur la chronologie, seuls les niveaux tardifs ont été fouillés et ils mettent en évidence l’importance des périodes augustéenne et julio-claudienne sur le site. Une partie des structures mises au jour dans les secteurs 1 et 3 ont été bien datés grâce à la céramique et à plusieurs monnaies. Cette phase de l’activité du site reste à caractériser dans sa nature. D’autre part, dans un remblai tardif du secteur 1, sont apparus plusieurs fragments de rouleaux de litharge, ces petits tubes faits de plusieurs pellicules concentriques d’oxyde de plomb, résidu de la dernière opération du traitement métallurgique de la galène argentifère en vue de l’obtention de l’argent (la coupellation). Connus sur d’autres sites métallurgiques antiques, en Espagne et ailleurs, ces rouleaux de litharge sont le témoignage très probable qu’une activité de réduction et de coupellation du plomb argentifère avait lieu sur le site. Cela change un peu la perspective sur le site du Cabezo del Pino. Considéré jusque là comme un complexe minéralurgique pour la préparation de concentré de minerai argentifère qui serait fondu ailleurs, il paraît désormais vraisemblable que le site assurait, dès l’époque républicaine, toutes les phases de la chaîne opératoire du plomb-argent, depuis le traitement du minerai jusqu’à la production d’argent et de plomb. Il reste maintenant à trouver d’autres indices de cette dernière phase de l’activité, et plus particulièrement les fours.

Les objectifs des campagnes 2013 et 2014, terme du programme, seront d’achever la fouille des secteurs 1 et 3 qui auront, si tout va bien, été réunis en un seul secteur grâce à l’intervention d’un tractopelle dès l’été 2013. Il s’agira de mettre au jour le plan complet des installations et de déterminer les activités qu’elles ont abritées, afin de mieux les replacer dans le fonctionnement du complexe du Cabezo del Pino. L’enjeu est de pouvoir proposer, au terme de la campagne 2014, un modèle d’exploitation minière et métallurgique qui soit valable pour l’ensemble de l’activité antique dans la Sierra minera. Comme on l’a déjà dit en effet, les installations en cours d’étude sur le site de « Presentación Legal » relèvent très vraisemblablement d’une même société ou entreprise établie pour la production d’argent et de plomb. Peut-être s’agit-il d’une de ces sociétés — elles sont au nombre de 40 — connues par les estampilles des lingots de plomb qu’elles ont produits et commercialisés. Seule une inscription trouvée sur le site pourrait le dire. Même si la perspective d’une telle découverte est lointaine, quoique pas impossible, l’intérêt de nos recherches est bien de pouvoir comprendre désormais l’organisation de ces entreprises originaires d’Italie et d’évaluer, par les vestiges qu’elles ont laissées, les moyens qu’elles avaient mis en œuvre pour obtenir, à la fin de l’époque républicaine, les métaux convoités, plomb et surtout argent. L’autre apport, et intérêt, des recherches en cours, plus inattendu, est la mise en évidence d’une période de reprise de l’activité sur le site, au tout début de l’époque impériale. Certes, on savait par le matériel résiduel qui avait pu être observé sur de nombreux sites, par Claude Domergue en particulier, que l’activité avait repris après une interruption de quelques décennies. Cette reprise est en passe d’être caractérisée, dans sa nature et son ampleur, par nos fouilles. C’est là un autre des objectifs importants des campagnes à venir sur le site.

Pour citer ce billet : Christian Rico et Juan Antonio Antolinos Marín, « La Sierra de Carthagène. Rapport 2012-2013 », Archéo-CVZ. Carnet des fouilles archéologiques de la Casa de Velázquez, mis en ligne le 24/06/2016, https://archeocvz.hypotheses.org/333.

Christian Rico et Juan Antonio Antolinos Marín

Christian Rico (TRACES - UMR 5608 CNRS - Université Toulouse Jean Jaurès) et Juan Antonio Antolinos Marín (Universidad de Murcia)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.