Las Sillas (Marcén, Huesca). Rapport 2012-2013

Philippe Sénac (Université Paris IV), Jordi Gibert Rebull (Universitat Autònoma de Barcelona) et José Miguel Pesqué Lecina (Departamento de Cultura de la Diputación Provincial de Huesca)


Les recherches archéologiques menées au cours de l’année universitaire 2012-2013 sur le site de las Sillas à Marcén (término municipal de Lalueza, province de Huesca) avaient pour objectif de poursuivre le dégagement d’une série de constructions situées sur le versant méridional du site. Ces interventions ont été réalisées avec l’appui de la Casa de Velázquez, de la Comarca de los Monegros, de l’UMR 5136 (FRAMESPA, Toulouse) et de l’UMR 8596 (CRM, Paris). Elles étaient placées sous la responsabilité de trois directeurs : Jordi Gibert Rebull (Universitat Autónoma de Barcelona), José Miguel Pesqué Lecina (Departamento de Cultura de la Diputación Provincial de Huesca) et Philippe Sénac (université Paris IV). Plusieurs étudiants de l’université autonome de Barcelone et de Toulouse II ont également participé aux opérations, ainsi que Sébastien Gasc, membre de l’École des hautes études hispaniques et ibériques de la Casa de Velázquez, et Bilal Sarr, docteur de l’université de Grenade.

Rappel des opérations précédentes

Avant de résumer les travaux et les résultats obtenus, il convient de rappeler que le site avait été édifié vers le milieu du Xe siècle et occupé jusqu’au moment de la Reconquête des lieux sous le règne de Pierre Ier d’Aragon (1094-1104). Elles ont également révélé que l’établissement se composait de deux parties distinctes (secteurs I et II), le secteur I étant occupé par une mosquée associée à une cour, dont le relevé a été repris en 2012 (fig. 1), et le secteur II par toute une série de constructions étagées le long des pentes. Ces dernières étaient regroupées en quartiers séparés par des ruelles qui s’ouvraient sur une large rue (2,80 mètres) qui parcourait d’ouest en est la plate-forme rocheuse culminant à 420 mètres d’altitude au-dessus de la vallée du Flumén. Six de ces quartiers (ou « ilôts », ou « maisons »), appelées A, B, C, D, E et F avaient déjà été fouillés sur le versant nord de l’établissement, et une septième sur le versant sud (G). Les recherches menées en 2011-2012 ont conduit à la découverte de nouvelles structures taillées dans la roche (dont une citerne) et d’une esplanade limitée à l’ouest par un long mur dans lequel s’ouvrait une porte obturée à la suite d’un réaménagement. Cette surface non couverte, enregistrée sous le nom de maison I, servait à l’origine d’aire de stockage si l’on en croit la présence de plusieurs cavités destinées à recevoir de grands récipients (jarras ou tinajas).

Les travaux réalisés en 2012

Fig. 1. Plan de la mosquée (secteur I).

Fig. 1. Plan de la mosquée (secteur I).

Les fouilles ont d’abord révélé que l’ilôt I ne se limitait pas aux UA 66-72 mais qu’il incluait également trois autres pièces situées à l’ouest et désignées sous les noms d’UA 73 (2,50 sur 2,80 mètres), 74 (2,50 sur 2,80 mètres) et 75 (3,75 sur 2,80 mètres). Ces trois constructions s’étageaient le long du versant méridional de la plate-forme sur une longueur d’environ 9,80 mètres et étaient séparées par des petits murets à deux parements de 0,46 mètres de large. En contrebas de ces pièces se développait une nouvelle structure (UA 72) taillée dans la roche sur une hauteur de près de 0,40 mètres (4,10 sur 2,50 mètres), faisant office de citerne. La fouille a permis d’observer que ces constructions avaient fait l’objet de plusieurs réaménagements, le plus probant étant le comblement d’une porte d’1,80 mètre de large (US 7107) qui mettait en relation les UA 67 et 71 (fig. 2).

Fig. 2. Vue générale de la zone fouillée en 2012.

Fig. 2. Vue générale de la zone fouillée en 2012.

Toujours en direction de l’ouest, les recherches ont mis au jour une vaste cour ou « patio » (5,60 sur 7,80 mètres), accolée à la rue principale et formant l’UA 76, sans que l’on puisse encore déterminer si celle-ci était associée aux trois constructions précédemment décrites ou si elle appartenait à un nouvel ensemble (maison J ?). Au-delà de cette interrogation, on soulignera que cette cour était fermée au nord par un mur en bel appareil édifié en carreaux, à section carrée de 0,30 mètre de côté (US 7603). Cet appareil, souvent attribué à l’époque omeyyade, rappelait celui observé sur les sites voisins de La Iglesieta, d’Alberuela de Tubo et de Piracés, et était jusque-là inconnu sur le site. On signalera enfin la découverte, dans l’angle nord-ouest de cette cour, d’un foyer de 0,40 mètre de diamètre (US 7606), creusé dans la roche, recouvert par de nombreux débris de bois calcinés datés au radio carbone 14 du milieu du XIe siècle (fig. 3).

Fig. 3. Foyer (US 7606).

Fig. 3. Foyer (US 7606).

Le mobilier

Le mobilier collecté s’est révélé très fragmenté et relativement peu abondant (1 182 tessons). Il était largement dominé par des céramiques à usage culinaire (47,9%) telles que marmites (ollas) à deux anses et cazuelas destinées à la cuisson des aliments. Ces pièces présentaient des décors de stries et de vaguelettes incisées sur le haut de panse. Un autre groupe bien représenté était constitué par des céramiques destinées au transport des liquides (40,3%), telles que jarras, cántaros et jarritas, décorés de traits horizontaux peints à l’oxyde de manganèse. Le reste du mobilier était constitué par des fragments de tapaderas et de formes ouvertes destinées à la présentations des aliments, essentiellement représentées par des fragments d’ataifores, c’est-à-dire de larges plats recouverts d’une glaçure de couleur miel et de traits peints à l’oxyde de manganèse sous couverte plombifère, mais en quantité moindre. Quelques tessons seulement présentaient encore un décor de cuerda seca parcial sous la forme de tresses peintes au brun de manganèse et à l’oxyde de cuivre sur la partie haute d’une même jarrita. Contrairement aux années précédentes, l’ensemble du mobilier était trop fragmenté pour permettre toute reconstitution, exception faite d’une cazuela déposée au musée de Huesca.

Les nombreux ossements d’animaux découverts ont été adressés au Laboratoire de zootechnie de l’école de vétérinaires de Maisons-Alfort pour détermination. L’extrême majorité de ces déchets de cuisine fut mise au jour dans l’UA 72 et l’étude des 188 fragments a une nouvelle fois confirmé l’importance des petits ruminants (chèvres et moutons) dans l’alimentation des occupants du site au cours des Xe-XIe siècles (151 fragments). Le reste du mobilier se rapportait à des bovins (9 fragments), des lapins (9 fragments), des chevaux (2 fragments) et à un os de poule. 16 fragments seulement n’ont pu être déterminés par suite de leur mauvais état de conservation.

Un échantillon de terre prélevé dans un sol d’incendie qui couvrait l’UA 72 (US 7208) a également fourni de précieuses informations sur les cultures pratiquées par les habitants des lieux et leurs habitudes alimentaires. 524 vestiges carpologiques ont ainsi été soumis à analyse, auxquels s’ajoutent 14 débris de feuilles attribués avec quelques doutes à une espèce indéterminée du groupe des conifères. Le groupe céréalier, largement dominant, comprenait de l’orge vêtue (Hordeum vulgare), de l’avoine (Avena sp), du blé nu (Triticum aestivum/durum/turgidum), du seigle (Secale cereale) et du froment. Des restes fruitiers étaient également présents et comprenaient notamment de la vigne (Vitis vinifera), ainsi que du prunier domestique.

La campagne d’avril 2013

Fig. 4. Restes d’une solive.

Fig. 4. Restes d’une solive.

La reprise des travaux menée au cours des mois d’avril et de mai 2013 visait à ouvrir la zone fouillée sur une superficie d’environ 150 m2 pour inclure, de part et d’autre de la grand rue, diverses habitations situées dans la partie la plus élevée du site, toujours en direction de l’ouest. Si les pièces situées au nord de cette voie ont momentanément été laissées de côté (UA 81, 82, 83, 84 et 85), en revanche trois nouvelles pièces perpendiculaires au mur (US 7608) qui fermait à l’ouest le « patio » ont pu être fouillées (UA, 78, 79, 80). L’une de ces pièces (UA 79) s’ouvrait primitivement sur la cour avant de faire l’objet d’un comblement (US 7908) semblable à celui observé dans la maison J (US 7107). Ces pièces étaient recouvertes d’un épais sol d’effondrement à la base duquel on a pu retrouver, de manière peu habituelle sur le site, les restes des solives utilisées dans la couverture de l’UA 78 (fig. 4). Ces pièces de bois font actuellement l’objet d’analyse pour détermination et pour datation au radio carbone 14. La fouille de cette même pièce a surtout permis de mettre au jour 8 fragments de dirhams vraisemblablement frappés vers le milieu du XIe siècle, à l’époque de la taifa hudide de Saragosse. Il s’agit-là d’une découverte importante qui vient grossir soudainement le corpus des monnaies découvertes sur le site, permettant ainsi de nuancer l’idée d’une pauvreté monétaire en milieu rural à l’époque islamique. Le dégagement du sol d’abandon qui recouvrait l’UA 79 a également permis d’observer la présence de deux céramiques islamiques presque complètes, sous la forme de petits récipients glaçurés et décorés de jets peints à l’oxyde manganèse, dont une petite botellita (fig. 5).

Fig. 5. Botellita (US 7904).

Fig. 5. Botellita (US 7904).

Afin d’apprécier l’étendue de ces trois constructions et de pouvoir fouiller en extension les sols d’occupation, la prochaine campagne, prévue pour les mois de juillet-août 2013, étendra encore la zone fouillée en direction de l’ouest en ouvrant trois nouveaux carrés sur une surface d’environ 50 m2.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.