Le centre monumental de Baelo Claudia. Rapport 2011-2012

Bertrand Goffaux (Université de Poitiers), Laurent Brassous (Université de La Rochelle), Xavier Deru (Université Charles-de-Gaulle – Lille 3), Séverine Lemaître (Université de Poitiers) et Oliva Rodríguez Gutiérrez (Université de Séville)


Les travaux sur le secteur sud-est du centre monumental de Baelo Claudia, entamés en 2011 avec le nettoyage mécanique, sous surveillance archéologique, de la piste militaire qui traversait la parcelle, s’effectuent désormais dans le cadre d’un « Proyecto General de Investigaciones Arqueológicas » approuvé par la Junta de Andalucía pour les années 2012-2017. L’année 2012 marque donc le démarrage d’un projet sur six ans, porté par la Casa de Velázquez, en collaboration avec le Conjunto Arqueológico de Baelo Claudia et les universités de Séville, Poitiers (HeRMA), Lille III (HALMA-IPEL) et Bordeaux III (AUSONIUS).

Le projet 2012-2017

Le projet porte sur le dernier secteur du centre monumental qui n’a pas fait l’objet de fouilles, situé directement à l’est de l’ensemble formé par la basilique et la place méridionale, et au nord du decumanus maximus.

Fig. 1. Vue aérienne du site de Baelo Claudia, depuis le sud. En rouge, la zone d’intervention (Cliché : Consejería de Cultura, Junta de Andalucía).

Fig. 1. Vue aérienne du site de Baelo Claudia, depuis le sud. En rouge, la zone d’intervention (Cliché : Consejería de Cultura, Junta de Andalucía).

Les perspectives historiques et archéologiques ouvertes par ce projet sont très importantes : la zone du centre monumental a particulièrement attiré l’attention des archéologues, depuis les premiers dégagements de Pierre Paris ou les campagnes menées par la Casa de Velázquez entre 1966 et 1990, mais l’on peine à proposer une synthèse historique de l’évolution de ce secteur, en raison de fouilles ayant souvent négligé les niveaux tardifs pour se focaliser sur la ville du Haut-Empire. La publication du macellum en 1986 fait en partie figure d’exception, par l’attention qu’elle a portée aux différentes phases de l’édifice, et il semble intéressant d’approfondir ces questionnements dans le secteur qui lui est symétrique, de l’autre côté de l’ensemble formé par la basilique et la place méridionale. L’objectif du projet est donc triple : il s’agit d’abord de détailler par la fouille les différentes phases de construction, d’occupation, de restauration, de réforme, de réutilisation et d’abandon, afin d’aboutir à une vision dynamique de l’angle sud-est du forum, depuis les années de fondation de la ville jusqu’à son abandon définitif. Il s’agit ensuite de multiplier les échelles d’analyse, pour que cette vision diachronique serve à une meilleure compréhension de l’articulation des espaces, publics et/ou privés, lors des différentes phases de l’évolution urbaine. Dans cette optique, le projet permettra également d’aborder la question de la circulation urbaine, afin de comprendre les flux au sein de la ville, en relation avec la fonction des espaces (religieux, politiques, commerciaux, artisanaux…) et avec la nature des voies de communication (rues, ruelles, trottoirs…). Enfin, et plus généralement, le prélèvement exhaustif du mobilier permettra d’en offrir une caractérisation plus fine (approvisionnement, quantifications, datation…), tandis que les vestiges organiques (faune et botanique) seront analysés de manière systématique, par le biais d’études carpologiques ou archéozoologiques.

Afin de pouvoir préciser la relation entre la parcelle et les axes de circulation, la zone d’intervention est objectivement délimitée par le tracé des voies environnantes : le cardo dit « rue des colonnes » à l’est, le decumanus maximus au sud, la ruelle d’accès au forum à l’ouest. Le tracé du cardo et du decumanus est approximativement connu par les travaux de prospection et de topographie sur le site ; celui de la ruelle par les fouilles antérieures. La limite nord est marquée par l’emprise de la fouille de la « grande domus », conduite en 1974-1975.

Il s’agit donc d’un espace d’environ 24,50 m sur 18,50 m, qui couvre une superficie d’un peu plus de 450 m2 (fig. 1).

La stratégie adoptée s’accorde avec les objectifs du projet : il s’agit d’appréhender l’ensemble de la parcelle par le biais d’une fouille en aire ouverte. Les fouilleurs descendront dans les différents secteurs jusqu’à l’occupation la plus récente, en conservant des bermes témoins permettant de caractériser la taphonomie de la zone. Après un enregistrement minutieux, cette occupation récente sera ensuite retirée, et de manière régressive la totalité des occupations seront analysées, jusqu’à la phase monumentale. Les occupations antérieures, quant à elles, seront appréhendées par des sondages préservant les structures de cette phase.

Les objectifs de la campagne 2012

Les objectifs fixés pour la campagne 2012 sont triples. Il s’agit tout d’abord d’avancer vers une meilleure compréhension de l’ensemble de la zone, car l’intervention de 2011 avait artificiellement été limitée à l’emprise de l’ancienne piste militaire de 1941, ce qui n’offrait qu’une vision partielle. Or une stratégie de fouilles en aire ouverte impose de pouvoir disposer d’une vision d’ensemble, en adaptant la fouille aux structures rencontrées. Il était donc impératif de gommer la césure occasionnée par le tracé de la piste militaire, et de privilégier les secteurs situés directement au nord et au sud de celle-ci. Ce premier objectif s’accordait bien avec le deuxième, qui était de mieux caractériser les couches d’oblitération du site. En effet, l’intervention de 2011 n’avait décapé que les strates directement affectées par la construction de la piste militaire ; elle avait permis de comprendre jusqu’à un certain point, de manière négative, la stratigraphie des secteurs qui la bordaient. Mais il était urgent de pouvoir mieux appréhender la constitution des strates dans les espaces qui n’avaient pas été affectés par cet aménagement moderne. Enfin, le troisième et principal objectif était d’entamer l’étude des niveaux les plus récents, ceux dont on pouvait supposer qu’ils correspondaient aux réoccupations tardives de l’espace monumental, du ive au vie siècle.

Le déroulement de la campagne 2012

L’organisation des travaux a été conditionnée par la césure occasionnée par la piste militaire. Trois secteurs ont ainsi été définis (fig. 2) :

Fig. 2. Plan de la zone d’intervention à la fin de la campagne 2012 (DAO : C. Louvion).

Fig. 2. Plan de la zone d’intervention à la fin de la campagne 2012 (DAO : C. Louvion).

  • Le secteur 0 correspond à l’emprise de la piste militaire, dont l’enlèvement en 2011 a permis de reconnaître en superficie différentes structures et niveaux. Ce secteur n’a pas été concerné par les fouilles de 2012.
  • Le secteur 1 comprend toute la zone située au nord du secteur 0, ce qui correspond à un trapèze d’environ 18,50 m de largeur E-O, pour 7 m N-S à l’ouest, et 13,50 m N-S à l’est.
  • Le secteur 2 comprend enfin toute la zone située au sud du secteur 0, ce qui correspond à un trapèze d’environ 18,50 m de largeur E-O, pour 9 m N-S à l’ouest, et 5 m N-S à l’est.

Cette sectorisation, rendue nécessaire par les conditions matérielles de la fouille, est néanmoins appelée à être abandonnée dans la suite du projet, une fois que l’ensemble de la zone sera appréhendé en aire ouverte et que de nouveaux secteurs pourront être délimités en fonction de la logique planimétrique des structures mises au jour.

Avant d’aller plus loin dans la description des opérations, il convient de noter que le présent rapport a été rédigé directement après l’intervention, et sans bénéficier de l’apport des études de mobilier, qui sont projetées pour l’année 2013. De même, la mise au net des dessins et relevés n’a pas encore pu être achevée, ce qui nous prive d’un instrument d’analyse précieux.

Le secteur 1

Dans ce secteur affleuraient des vestiges, notamment plusieurs blocs de calcarénite, dans l’angle nord-ouest de la parcelle. On a donc procédé à un décapage manuel des couches superficielles, qui a permis de découvrir une structure grossièrement rectangulaire de 5 m (N-S) sur 3,40 m (E-O). Celle-ci réutilisait à l’ouest et au nord deux murs antérieurs qui formaient un angle droit, tandis que deux autres murs furent construits, au sud et à l’est, en remployant des blocs de calcarénite, dont un fragment de colonne. Un sol plus ou moins plat fut aménagé en utilisant différents matériaux, sur lequel peut sans doute être décelée la trace d’un foyer. Cette pièce, affectée par un effondrement, semble tardive, d’après un premier examen des céramiques prélevées dans la strate sur laquelle était élevé son mur oriental (présence de sigillée claire D).

Au sud de cette structure tardive, un décapage superficiel n’a pas tardé à mettre au jour, en plan, l’abside partiellement repérée lors de l’intervention de 2011, et dont le diamètre intérieur mesure 299 cm. Son mur de fond, d’une épaisseur d’environ 60 cm, fut réalisé en moellons de calcaire bien équarris (fig. 3). Les sols associés à cette abside n’ont pas encore été atteints, et l’on ignore la hauteur conservée de son mur, mais celle-ci est pour l’instant observable, au nord-est, sur 120 cm.

Fig. 3. L’abside située à l’angle sud-ouest du secteur 1 (cliché : B. Goffaux).

Fig. 3. L’abside située à l’angle sud-ouest du secteur 1 (cliché : B. Goffaux).

Comme la zone située à l’est de ces structures ne présentait pas d’affleurements similaires, il a été décidé de procéder à un sondage transversal N-S, permettant à la fois de caractériser les niveaux antérieurs à la construction de la pièce tardive, et de mieux appréhender la taphonomie pour l’est du secteur. Ce sondage a permis, au nord de la parcelle, de retrouver un mur E-O dégagé en 1974, qui avait ensuite été recouvert, et de découvrir plus au sud un mur qui lui était parallèle, et définissait avec celui-ci un passage large d’environ 90 cm, qui débouchait sur la ruelle séparant notre parcelle de la basilique. Ces deux murs se terminaient à l’est par un retour orthogonal, l’un vers le nord, et l’autre vers le sud. Par ailleurs, le mur méridional a versé vers le sud, et ce niveau d’effondrement a bien été documenté, sur 360 cm, jusqu’à ce qu’il rencontre un nouveau mur E-O, qui semble correspondre à la fermeture méridionale d’une pièce située à l’ouest du secteur. Au sud de ce même mur, a été mis au jour un autre niveau d’effondrement, à mettre en relation avec le mur extérieur de l’abside, et avec un mur E-O repéré en 2011, qui auraient versé vers le nord.

Ce sondage a en outre permis de caractériser une stratigraphie marquée par une épaisse couche de colluvions, qui a ensuite été enlevée mécaniquement dans l’est de la parcelle, sans que n’apparaissent d’autres structures.

Fig. 4. Le mur tardif orienté est-ouest, au sud du secteur 1 (cliché : B. Goffaux).

Fig. 4. Le mur tardif orienté est-ouest, au sud du secteur 1 (cliché : B. Goffaux).

Enfin, au sud du secteur, la fouille a mis au jour un mur lié à la terre et composé de très nombreux matériaux de remploi (moellons de calcaire, de grès, de calcarénite, bloc architectural mouluré…). Ce mur, actuellement observable sur environ 7 m, et clairement tardif, se superpose à un mur constitué de moellons de calcaire liés au mortier, dont il suit l’orientation E-O (fig. 4). En plus d’une déformation qui lui donne en plan la forme d’une courbe, l’on a pu également mettre au jour, en surface, un niveau d’effondrement correspondant à son versement vers le sud, qui sera étudié lors d’une prochaine campagne.

Le secteur 2

Ce secteur présentait un contexte très différent de celui du secteur 1 : il était en effet affecté au sud par de nombreux aménagements modernes, dont des plateformes liées à la muséalisation du site, et laissait apparaître en superficie une couche de terre beaucoup plus noire, végétale, riche en matériel moderne. Il a donc été possible de procéder dans un premier temps à un décapage mécanique de ces niveaux modernes, qui a permis que soit ensuite dégagé manuellement, à l’ouest, le mur qu’avait sondé Pierre Sillières en 1990, avant que ne soit mis au jour un niveau d’éboulis qui affecte tout le secteur. Au nord-ouest, cet effondrement correspond clairement à un versement vers l’est du mur qui séparait notre parcelle de la ruelle d’accès au forum (fig. 5).

Fig. 5. Le versement vers l’est du mur séparant la parcelle de la ruelle menant au forum, au nord-ouest du secteur 2 (cliché : B. Goffaux).

Fig. 5. Le versement vers l’est du mur séparant la parcelle de la ruelle menant au forum, au nord-ouest du secteur 2 (cliché : B. Goffaux).

Au sud du secteur, le niveau d’éboulis n’apparaît pas aussi clairement, et l’on voit apparaître en superficie différents tronçons d’un mur orienté E-O, qui se trouve dans l’alignement du mur de fond du portique nord du decumanus maximus, tel qu’il apparaît plus à l’ouest et à l’est de notre parcelle. Ce mur, uniquement repéré en superficie, présente des factures très diverses, qui renvoient en plusieurs endroits à des murs tardifs, réalisés à l’aide de blocs de calcarénite en remploi, se superposant à un mur plus ancien. Mais seule la poursuite des fouilles permettra de mieux comprendre l’organisation de ce mur, et de ses ouvertures et/ou fermetures aux différentes époques.

Conclusions

Par rapport aux objectifs fixés, les résultats de la campagne ont été très satisfaisants, tout en enrichissant notre problématique par de nouveaux questionnements.

L’objectif principal de cette intervention était de documenter des niveaux tardifs, et de ce point de vue, les fouilles ont effectivement abouti à la caractérisation de plusieurs structures, à différents niveaux d’altitude, et qui suivent ou non, complètement ou partiellement, le tracé de murs du Haut-Empire. Ces structures tardives sont ponctuelles et n’affectent pas toute la parcelle, ce qui est en soit une indication sur la nature des occupations associées. On peut également espérer qu’une fois étudié, le matériel associé à ces structures permettra de distinguer entre différentes chronologies pour ces occupations tardives, ce qui répondrait à une des problématiques que nous nous sommes fixés, à savoir mieux comprendre les dynamiques à l’œuvre entre les ive et vie siècles.

Les différents niveaux d’effondrement sont également bien documentés, à plusieurs endroits, et l’on se rend bien compte que plusieurs murs ont versé vers l’est, mais également vers le sud, voire vers le nord. L’étude minutieuse du matériel associé à ces effondrements, et du matériel qui sera récupéré lors du démontage de ces niveaux, permettra à n’en pas douter de bien les dater, ce qui pourra les inscrire ou non dans le cadre du séisme dont on croit reconnaître les effets en plusieurs points du site, et qu’on situe généralement dans le courant du iiie siècle, vers 260-270.

Bien évidemment, les résultats d’une première campagne, dans un projet s’inscrivant sur six ans, ne peuvent être que ponctuels, et de nombreuses questions demeurent. Certaines sont liées au fait qu’une bande d’environ 5 m de largeur n’a pu être fouillée, à l’est de la parcelle, parce qu’y passait cette année le circuit de visite du site, temporairement dévié en raison des travaux d’aménagement du Conjunto. Son enlèvement permettra d’appréhender la totalité de la zone en aire ouverte, et mettra au jour un quartier tardif tel qu’il n’a jamais été observé.

Mais on doit aussi constater qu’une grande partie de la zone fouillée, dans le secteur 1, n’a pas livré de structures, ce qui laisse penser que celles-ci se trouvent à un niveau encore inférieur. D’une manière générale, les sols n’ont pas été atteints (si l’on exclut le sol tardif de la pièce située à l’angle nord-ouest de la parcelle), et le raccord des structures documentées lors du nettoyage mécanique de 2011 avec celles mises en évidence lors de la fouille de 2012 n’est encore que partiellement possible.

Les perspectives pour les prochaines campagnes d’étude de matériel et de fouilles sont donc très bonnes, et permettront de lever bien des interrogations sur cet espace crucial de la ville antique, tant pour la période tardive que pour les phases précédentes.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search