Rirha (Sidi Slimane, Maroc). Rapport 2011-2012

Entre juin 2011 et mai 2012, la mission archéologique maroco-française de Rirha, soutenue par le ministère des Affaires étrangères et européennes français, la Casa de Velázquez (Madrid) et l’Institut national des sciences de l’archéologie et du patrimoine de Rabat, a effectué deux opérations distinctes : la première a consisté en une semaine d’étude du matériel réalisée à Rabat (octobre-novembre 2011), la seconde a concerné les travaux de terrain, qui se sont déroulés du 6 mai au 2 juin 2012.

Les opérations de terrain ont concerné trois secteurs distincts (fig. 1). Les objectifs de cette dernière campagne du deuxième quadriennal étaient multiples. Pour le secteur de la domus (Ensemble 1), il s’agissait : 1. — de déterminer les limites de la demeure aristocratique et de saisir la circulation interne ; 2. — de comprendre l’articulation entre les salles souterraines, l’espace artisanal dédié à la production d’huile et la zone résidentielle ; 3. — de contextualiser les structures médiévales liées à l’activité potière. Pour le secteur du tell (Ensemble 5), les opérations visaient à : 1. — épurer la fouille des niveaux médiévaux ; 2. — poursuivre la mise au jour des structures construites en terre crue et la réflexion sur l’organisation de l’espace bâti à l’époque tardomaurétanienne ; 3. — appréhender la chronologie des constructions maçonnées d’époque antique. Pour le secteur central, le sondage 4 avait pour but de vérifier la justesse de notre séquence stratigraphique générale et de déterminer la nature des vestiges romains affleurants en 2011.

Fig. 1. Plan d’ensemble du site avec la location des opérations de terrain.

Fig. 1. Plan d’ensemble du site avec la location des opérations de terrain.

Parallèlement, diverses actions ont été menées sur divers types de matériels : restauration et stabilisation des objets métalliques (M. Biron), notamment de l’habillage de coffre en fer et bronze (dont deux autres fragments ont été découverts lors de cette dernière campagne) ; étude de l’intégralité de l’instrumentum (Y. Manniez) ; identification et dessin du matériel céramique romain (Th. Martin) et islamique (Th. Jullien) ; relevé et analyse des éléments architectoniques (V. Mathieu, M. Alilou), couplés avec une première étude des pierres employées dans la construction (S. Kamel) ; analyse carpologique (M.-P. Ruas).

La fouille de l’Ensemble 1

L’Ensemble 1 (domus et balnéaire) a vu la poursuite de la fouille du sondage 6 en vue de déterminer la fonction de l’espace X. Les campagnes 2010 et 2011 avaient enregistré un épisode destructif violent de cet espace sous la forme d’un incendie. Un amas de briques cuites rubéfiées, des couches de cendres et des éléments carbonisées, ainsi que la dislocation de deux chapiteaux en calcaire jaune sous l’effet de la chaleur en témoignaient. La fouille a mis en évidence la présence d’une salle souterraine (pièce XVII) sous la pièce X ; c’est la seconde salle souterraine connue en Maurétanie Tingitane. Cette pièce souterraine, dont le sol argileux de couleur jaune (US 1451) repose sur un dépotoir, de 0,34 m d’épaisseur reconnue, composé essentiellement de rejets culinaires et daté du premier tiers du Ier siècle ap. J.-C. (fragments d’imitations de kalathoi, fragments d’amphores Dressel 7/11), est présente dès le premier état de la résidence (avant la construction du péristyle vers le milieu du IIe siècle ap. J.-C.) ; sa décoration peinte pariétale, particulièrement soignée dans l’angle sud-ouest et un des chambranles de la fenêtre — il a été découvert cette année une fresque représentant très probablement un âne sauvage (fig. 2) —, atteste une utilisation domestique de l’espace, recherché pour sa fraîcheur.

Fig. 2. Détail de la couche de destruction (Us 1438) de la pièce XVII, avec au premier plan l’enduit peint figurant un âne sauvage.

Fig. 2. Détail de la couche de destruction (Us 1438) de la pièce XVII, avec au premier plan l’enduit peint figurant un âne sauvage.

Ce n’est que dans un second temps, probablement contemporain de l’extension de la domus vers l’est et le nord, que la salle est alors dédiée au stockage des denrées comme l’atteste la présence de plusieurs dolia. L’incendie (US 1438) qui a ravagé cette aile de la maison à péristyle serait survenu au IVe ou au Ve siècle ap. J.-C. si l’on en croit le fragment de sigillée claire africaine de type D recueilli dans la couche de destruction, où se rencontre également l’habillage de bronze et de fer d’un probable coffre en bois. Cet incendie tardif explique que ce secteur de la résidence n’ait pas été reconstruit après la dévastation.

Trois nouveautés, révélées grâce à une nouvelle extension de la fouille vers le nord, ont changé notre vision de la domus durant l’Antiquité et ses réoccupations aux époques tardoantique, puis islamique : 1. — la mise au jour quasi-complète d’une huilerie (pièce XII), adossée à la fois au triclinium et à l’apodyterium du balnéaire ; 2. — la découverte d’un habitat antique en terre (vestiges de toiture, de clayonnage et d’éléments de ferronnerie), reposant directement sur l’aire de presse romaine, mais totalement détruit à la suite d’un incendie ; 3. — l’installation dans cet espace artisanal antique d’un atelier de potiers médiéval (fig. 3).

Fig. 3. Vue d’ensemble de l’huilerie (pièce XII) et du nouveau four médiéval (US 1484).

Fig. 3. Vue d’ensemble de l’huilerie (pièce XII) et du nouveau four médiéval (US 1484).

Le premier élément renvoie à une réalité déjà connue à Volubilis, à savoir que la campagne s’invite à l’intérieur de la ville. La fouille est parvenue à exhumer les éléments majeurs d’une huilerie, à savoir une base à arbores (pierre à quatre logements soutenant les jumelles), la maie (aire de presse), les stipites (pierres de guidage du prelum ou mouton) ; manque le contrepoids qui est à rechercher vers la zone non fouillée située plus à l’est. Un élément intéressant est à souligner : contrairement à ce que la photographie pourrait suggérer, il ne s’agit aucunement d’une double huilerie dans le dernier état de fonctionnement, mais seulement d’un remploi d’une base à arbores, dont les encoches ont été consciencieusement obstruées à l’aide d’un mortier de tuileau, pour construire l’aire de manipulation des couffins renfermant les olives broyées. Cette huilerie est directement reliée à la salle souterraine XVII du fait que l’un des canaux recueillant l’huile se dirige vers l’ouest ; l’hypothèse de la présence d’un bassin en contrebas de l’aire de presse devra être confirmée par les prochaines fouilles. Ainsi l’aire artisanale (pièce XII) et la salle souterraine (pièce XVII) fonctionnent conjointement : l’une est liée à la production oléicole, l’autre à son stockage.

Le deuxième fait est une réelle surprise. En effet, nous n’avions jusqu’alors enregistré aucun élément tangible permettant d’affirmer que le site avait connu une continuité dans l’occupation après le retrait de l’administration et de l’armée romaine vers le nord de la province de Maurétanie Tingitane à l’époque de Dioclétien. L’absence, jusqu’à cette campagne, de céramiques sigillées claires de type D et de monnaies d’époque constantinienne militait en faveur d’un abandon total. Grâce à cette structure en terre, qui prend place à l’intérieur de l’huilerie, utilisant très probablement les murs porteurs romains, et au fragment de sigillée claire D retrouvé dans la couche de destruction de la pièce X, il est possible d’affirmer qu’une population locale, quelque peu déconnectée des réseaux d’approvisionnement méditerranéens, réoccupe les lieux aux IVe-Ve siècle ap. J.-C. Le mobilier céramique associé à cet habitat en terre est par ailleurs bien spécifique : il s’agit exclusivement de céramiques communes imitant des formes issues de la céramique culinaire africaine.

La troisième nouveauté confirme la présence d’un atelier de potiers à l’époque médiévale, qui réutilise parfois à bon escient les ruines du bâtiment résidentiel romain (le four anciennement fouillé du XIVe siècle est littéralement encastré entre les deux parois du bassin antique qui recueillait l’huile). Outre la découverte de nouvelles fosses-dépotoirs précoces datables des IXe-Xe siècles, la fouille de la partie septentrionale de l’emprise du chantier a révélé l’existence d’un second four de potiers. Le four (Us 1484), étudié par J. Thiriot, a été creusé dans les remblais limoneux comblant la domus et son huilerie. Considérant la médiocre qualité de construction de ce four, il est sans doute à mettre en rapport avec le four précédemment fouillé (Us 1126). Comme l’abandon ce dernier comportait des poteries tournées et non cuites datées de la fin du XIVe siècle ap. J.-C., le four 1126 peut être considéré comme l’ultime four employé dans cet atelier. Le four 1484 lui serait donc antérieur, probablement de peu. Cette chronologie est à confirmer par des datations de laboratoire (archéomagnétisme sur les parois du four et radiocarbones classiques sur les charbons des couches de cendres 1486 et 1488).

Les opérations de l’Ensemble 5

L’Ensemble 5, qui réunit en un seul et même périmètre de fouilles l’ancien sondage 5 et le sondage ancien 1, apporte un éclairage fondamental pour la compréhension de la structuration spatiale de la zone du tell. Les trois occupations successives (maurétanienne, romaine et médiévale) ont été distinguées à la fois dans l’étude des bâtis, souvent superposés, et dans l’appréhension stratigraphique, profondément bouleversée en raison des décaissements et des épierrements médiévaux. À titre d’exemple, on a pu remarquer que la pièce 3 présentée deux niveaux antiques, puis un niveau islamique, alors que les deux autres espaces occidentaux ont fait l’objet d’un si profond décaissement à l’époque islamique que les niveaux romains s’en sont trouvés totalement effacés. Seule l’étude du matériel permet de replacer la réalité de l’occupation antique.

Le démantèlement méthodique des murs médiévaux et romains s’est poursuivi (notamment le mur axial MR5021), afin de laisser place à la fouille des unités construites maurétaniennes. Cette opération de destruction maîtrisée, qui ne concerna que la partie sud de la zone de fouille à partir du mur MR5021, et la poursuite des fouilles ont permis d’affiner notre compréhension des étapes de la réoccupation des lieux aux époques tardomaurétanienne et romaine. Cette campagne de fouille a confirmé à la fois l’emploi, entrevu lors de l’étude du sondage ancien 1, de structures maçonnées dès la période tardomaurétanienne et l’existence de deux périodes constructives distinctes : la première, datée de l’époque augustéenne par les artefacts recueillis directement dans les niveaux de préparation des sols, est tournée vers le côté nord et s’appuie sur les murs en terre tardomaurétaniens, parfois même sur leur couche de destruction — les fondations des murs romains épousent ainsi la forme arrondie des structures maurétaniennes abandonnées (fig. 4) ; la seconde, datée de la seconde moitié du Ier siècle ap. J.-C., voit l’extension des bâtiments romains vers le sud, après arasement des murs maurétaniens méridionaux — l’implantation romaine délaisse néanmoins le secteur le plus méridional du tell où affleurent les niveaux maurétaniens et où a été fouillé un foyer domestique d’époque tardomaurétanienne (Maña C2b, céramique commune maurétanienne).

Fig. 4. Vue des fondations des murs romains MR5325-5324 reposant directement sur les murs maurétaniens (dont MR5361) et leur destruction.

Fig. 4. Vue des fondations des murs romains MR5325-5324 reposant directement sur les murs maurétaniens (dont MR5361) et leur destruction.

À partir de ce moment, on relève une structuration autour de deux ensembles bâtis (de part et d’autre de la tranchée faite dans les années 1920 par L. Chatelain), dont l’un (celui de l’est) présente des ouvertures vers le nord (seuil et marche dans les pièces 2 et 3 notamment).

Les apports du sondage 4 (secteur central)

Le sondage 4, implanté dans le secteur central, fait suite aux trois autres sondages effectués durant l’année 2010 sur l’emplacement présumé d’un camp militaire romain. En 2011, nous avions pu écarter l’idée que les anomalies de surface observées antérieurement sur divers documents (photographie aérienne de 1943 et image géophysique) ne peuvent être rattachées à la présence d’un bâtiment militaire antique, mais davantage à un aménagement, encore indéterminé, médiéval — ce qui n’exclut pas la possibilité que le site de Rirha ait pu accueillir un camp militaire. Outre le fait que, sur environ 2,50 m de profondeur, on note deux occupations médiévales caractérisées par un bâti en pierres liées à la terre, ce sont surtout les vestiges romains qui ont fait l’objet cette année de toute notre attention. À environ 3 m de profondeur, apparaissent un mur maçonné (MR2029) et une voie urbaine construite en galets de quartzite et pierres de moyen module à l’est, orientée nord-sud (fig. 5).

Fig. 5. Vue aérienne du mur MR2029 et de la voie aménagée (sondage 4, secteur central).

Fig. 5. Vue aérienne du mur MR2029 et de la voie aménagée (sondage 4, secteur central).

Les éléments datants recueillis à la fois à l’intérieur du bâtiment (denier de Marc Aurèle) et dans la dernière recharge de l’un des cardines, riche en matériel (présence de céramique africaine claire A, d’épingles, d’une aiguille en os, outils en fer… mais absence de céramique sigillée claire C), fournissent une datation relative établie autour de la fin du IIe – début du IIIe siècle ap. J.-C. La découverte de cette voie, hormis le fait qu’elle confirme que le site de Rirha est bien une agglomération, est essentielle pour saisir l’organisation de la trame urbaine de la ville.

Quelques études spécifiques majeures

L’étude du matériel de l’époque maurétanienne ancienne

En octobre-novembre 2011, une équipe a travaillé sur l’étude du matériel des niveaux maurétaniens anciens provenant du sondage ancien 1. Il s’agissait de caractériser le matériel céramique des horizons de la phase 1 (Ve-IIIe siècles av. J.-C.), où trois niveaux ont été distingués. En l’absence de fossiles directeurs dont la typochronologie est bien cernée, comme peuvent l’être les céramiques attiques, l’amphore identifiée comme une amphore du groupe T-11, vraisemblablement une T-11.2.1.3, reste l’élément le plus concluant pour approcher la datation du niveau 2 ; sa chronologie de fabrication, située entre la fin du VIe et la fin du Ve siècle av. J.-C., peut être resserrée dans notre cas autour de la fin du Ve sur la base de la datation absolue (début-milieu du Ve siècle av. J.-C.) du niveau inférieur sous-jacent (niveau 1) donnée par des analyses C14 sur un ossement animal. À en juger d’après la composition de son faciès céramique, ce niveau 2 correspond au niveau IVB de Thamusida, niveau qui associe des coupes de type Banasa 9, des fragments de bord d’amphores Tiñosa et Ramón T-1.4.2.1. De ce fait, le site de Rirha entre dans la catégorie restreinte des lieux attestant une occupation ancienne de la période maurétanienne.

La conservation de l’habillage de coffre composite

En 2010, deux objets composites de grandes dimensions, prisonniers d’une couche de destruction antique, avaient été découverts et traités in situ. Deux autres fragments ont été récupérés durant cette campagne. L’ensemble correspond sans doute à un habillage de coffre de rangement particulièrement luxueux — une vingtaine de médaillons figurant un buste de bacchante orne cet objet. Deux caisses de rangement sécurisées ont été réalisées en vue d’un transfert des pièces vers un laboratoire de restauration européen.

Pour citer ce billet : Laurent Callegarin, Mohamed Kbiri Alaoui et Abdelfattah Ichkhakh, « Rirha (Sidi Slimane, Maroc). Rapport 2011-2012 », Archéo-CVZ. Carnet des fouilles archéologiques de la Casa de Velázquez, mis en ligne le 23/06/2016, https://archeocvz.hypotheses.org/312.

Laurent Callegarin, Mohamed Kbiri Alaoui et Abdelfattah Ichkhakh

Laurent Callegarin (Université de Pau et des Pays de l’Adour), Mohamed Kbiri Alaoui (Institut national des sciences de l’archéologie et du patrimoine, Rabat) et Abdelfattah Ichkhakh (Délégation de la Culture d’Essaouira)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.