Thamugadi (Timgad, Algérie). Rapport 2019

Laurent Costa, Younes Rezkallah, Lyes Arifi, Salim Drici et Ramdane Marmi


La problématique porte sur l’identification des carrières, des sites archéologiques et des matériaux de construction lapidaires antiques dans la région de l’antique Colonia Traiana Marciana Thamugadi, actuelle Timgad, dans un rayon de 30 km (fig. 1). Le projet s’articule autour d’une approche pluridisciplinaire associant l’archéologie, les géosciences, l’archéométrie et la géomatique. Il s’agit d’une part de prospecter afin d’identifier, de répertorier, de documenter et de numériser ces sites, et d’autre part de construire une base de données interactive pour la région afin de disposer d’un corpus archéologique, archéométrique, technique et photogrammétrique de référence.

Fig. 1 - Potentiel archéologique et étendue de la zone du projet.
Fig. 1 – Potentiel archéologique et étendue de la zone du projet.

Ce projet d’étude des carrières et sites antiques de la région de Timgad est inscrit officiellement dans la liste des projets du Centre National de la Recherche en Archéologie (CNRA) d’Alger. Il a été mis en oeuvre en mai 2019 et s’insère dans la thématique générale de la mise à jour et de la modernisation de la carte archéologique de l’Algérie. Le projet est dirigé par Younes REZKALLAH, (APOHR, UMR 7041 ArScAn) et Laurent COSTA (CNRS, UMR 7041-ArScAn) et codirigé par Lyes ARIFI, Attaché de recherche auprès du CNRA. La partie archéologique est supervisée par Salim DRICI (Institut National d’Archéologie – Université Alger 2). La partie géologique, quant à elle, est confiée à Ramdane MARMI (Faculté des Sciences de la Terre, de la Géologie et de l’Aménagement du Territoire & Département des Sciences Géologiques – Université des Frères Mentouri de Constantine). Le projet compte actuellement trois partenaires financiers qui apportent leur soutien au fonctionnement des missions, aux travaux d’analyses de matériels, de mise en valeur et de publication. Il s’agit de la Casa de Velázquez à Madrid, du Fonds de dotation privé ARPAMED, du DIM Ile-de-France.

L’objectif est de mettre à la disposition des chercheurs (archéologues, restaurateurs, scientifiques, etc.) un corpus des matériaux lapidaires de la région de Timgad sous la forme d’un atlas cartographique. Il s’agit également d’aborder certains aspects liés à l’extraction, à l’exploitation et à l’emploi de matériaux lapidaires dans la zone d’étude, notamment en ce qui concerne :

  • Le rôle des structures géologiques, morpho-structurales et litho-stratigraphiques dans l’aménagement du territoire étudié.
  • La spécialisation ou non en matière d’extraction, de techniques extractives et techniques de construction.
  • Le savoir-faire des carriers et des maçons à travers l’analyse des choix des matériaux selon leur nature et leurs caractéristiques.
  • L’analyse de la répartition spatiale des établissements antiques dans la région et le rapport entre les centres urbains, les voies antiques et les carrières, pour tenter de rétablir les relations qui pourraient exister entre ces sites et les ressources naturelles du territoire thamugadien.

L’année 2019 a permis de réaliser deux missions, l’une permettant d’engager les prospections sur le terrain et l’autre de mettre en place les partenariats avec les autorités locales. Nous ne décrirons ici que les résultats de la mission archéologique.

Mission avril-mai 2019

Membres d’équipe et institutions participants

Younes REZKALLAH, UMR 7041 ArScAn, Université Panthéon-Sorbonne ; Hakim IDIRÈNE, CNRA ; Laurent COSTA, UMR 7041 ArScAn CNRS ; Salim DRICI, Université d’Alger 2 ;  Ramande MARMI, Université de Constantine ; Bilal BENAZIZ, OGBC ; Belkacem CHALAL, Université de Batna.

Objectifs

Nous avions fixé trois grands objectifs pour cette mission. Le premier était d’établir un premier contact interinstitutionnel et de mettre en place une première mission commune sous l’égide du CNRA. Le deuxième était d’organiser une mission de prospection ciblée dans les carrières d’Elghar Nithviren, où fut découvert un haut-relief dans le cadre du travail de thèse de M. Rezkallah. Il s’agit d’un  fragment de stèle représentant les jambes d’un personnage masculin debout de face, portant une tunique courte arrêtée à mi-cuisse ; son pied gauche légèrement en arrière repose sur la pointe. À sa gauche, est posée une base à deux tores portée par une plinthe rectangulaire. La base de la stèle entièrement plane ne porte ni décor ni inscription. Le but de cette expédition était de constater in situ l’état de conservation de cet objet et de réaliser à cette occasion des relevés photogrammétries afin de l’étudier en détail sur place et le sauvegarder sous le format d’un modèle 3D. Les mêmes intentions nous animaient pour ce qui concerne les carrières dans leur ensemble. Le troisième objectif était d’engager de nouvelles enquêtes de terrain afin de répertorier, dans un rayon de 30 km autour de Timgad, des sites potentiels et de les intégrer dans le projet. Cela concerne à la fois les sites d’extractions lapidaires et les sites archéologiques où furent employés ces matériaux. Deux sites ont été principalement explorés : le site d’Elghar Nithviren et celui de Djelfaoune.

Notre déplacement sur le site d’Elghar Nithviren nous a permis de constater que des travaux de creusement avaient eu lieu dans plusieurs endroits du site (fig. 2 et fig. 3A). Les plus importants ont été opérés dans les fronts de taille sud-est (EGN02 et EGN03) et en contrebas du front de taille nord-est (EGN02) dans le sol des carrières. Il est difficile de dire s’il s’agit de travaux de fouilles clandestines ou de vrais travaux d’extraction industrielle de roches calcaires commencés puis abandonnés. Des grandes masses de dimensions métriques ont été ainsi arrachées, laissant des négatifs de creusements importants. À notre grand regret, nous n’avons trouvé aucune trace de la stèle précédemment découverte : elle a été probablement détruite. En revanche, les travaux de creusement susmentionnés ont mis au jour un nouveau fragment de stèle (H: 96 cm ; L: 95 cm). Il s’agit d’un haut-relief qui gisait sur le sol de la carrière, dont la publication est prévue dans le Bulletin d’archéologie algérienne (BAA). Il représente, au centre, un personnage masculin, mutilé et sans tête, tenant de sa main droite un cheval par la bride (fig. 3B). Il est habillé d’un manteau dont un pan revient sur l’épaule gauche et un autre couvre son avant-bras du même côté. Il tient de sa main gauche une hampe appuyée sur son épaule. De l’animal subsistent les parties supérieures des jambes avant partiellement conservées jusqu’aux genoux, le poitrail, une partie de la ganache et de la crinière. Il s’agit d’un cavalier debout de face devant son cheval, probablement un bénéficiaire de l’armée romaine appartenant à la IIIe légion Auguste.

Fig. 1 - Les carrières antiques d'Elghar Nithviren.
Fig. 2 – Les carrières antiques d’Elghar Nithviren : A – Vue générale de la carrière. B – Épaississement des couches en profondeur avec une teinte grisâtre. C – Détails de l’affleurement calcaire.
Fig. 3 - Les carrières d'Elghar Nithviren en 2019.
Fig. 3 – Les carrières d’Elghar Nithviren en 2019. A – Vue générale du site et localisation de la découverte. En arrière-plan, traces de travaux de fouilles clandestines et/ou d’extraction récente de matériaux. B – Détails du haut-relief découvert en 2019.

Le site de Djelfaoune

Ces carrières font partie des gisements de grès de la plaine de Djelfaoune qui s’étend au sud et à l’ouest du site de Timgad et dont l’altitude oscille entre 1100 et 1167 m. Elles sont situées à proximité du site archéologique et attenantes à la citadelle byzantine de Timgad, qui a inspiré leur nom. Si la majeure partie des carrières de Djelfaoune, dont la superficie s’étend sur plus de 500 ha, furent prospectées et partiellement documentées, les carrières de la citadelle constituent une nouvelle découverte de cette mission. Elles viennent à la fois enrichir l’inventaire des carrières de grès de Timgad connues et apporter de nouvelles données archéologiques et de nouveaux éléments d’analyse et d’interprétation relatifs aux choix des sites d’extraction et de construction. Leur étude va nous aider à mieux appréhender les questions relatives au choix du site d’édification de la cité de Thamugadi. Il s’agira d’évaluer les influences respectives des carrières, les unes proches et les autres plus éloignées, dans les logiques de choix d’implantation d’une ville. Il nous paraît inconcevable que l’avantage géologique que représente ces carrières immédiatement disponibles disposant d’un matériau abondant et de bonne qualité, la disposition des bancs rocheux et la facilité d’extraction des grès ne soient pas pris en considération dans le choix de l’endroit de l’édification de la cité de Thamugadi. D’autres avantages ont sans doute été aussi déterminants dans ce choix, notamment les avantages orographiques et hydrologiques.

Bilan

Cette mission de terrain nous a permis de mesurer, une fois de plus, l’intérêt de notre projet dans toutes ses dimensions : scientifique, archéologique et patrimoniale. Les prospections que nous avons menées à Elghar Nithviren et la découverte d’un nouveau fragment de stèle nous laissent supposer que ces carrières ont servi de lieu d’extraction et de confection d’objets artistiques. Les analyses archéométriques, menées dans le cadre de la thèse de Y. Rezkallah, mettent en évidence une très probable relation entre ces carrières et certains éléments architectoniques employés dans la construction du Capitole de Thamugadi. De futures analyses doivent permettre de confirmer définitivement cette hypothèse.

Le recollage virtuel des deux fragments de stèle découverts dans ces carrières (en 2010 et en 2019) nous a permis de nous rendre compte que tous les deux appartiennent à une seule et même stèle sur laquelle est figuré un homme debout de face tenant d’une main un cheval par la bride et portant de l’autre une lance. L’étude de la pointe triangulaire de cette arme et l’observation de sa forme générale avec son ergot latéral peut évoquer les lances de beneficiarii ou une enseigne. Nous savons, par ailleurs, que les beneficiarii, dispensés de corvées, pouvaient exercer auprès du légat ou du préfet de camp, le contrôle des voies et la gestion des carrières.  La qualité d’exécution, l’absence d’inscriptions et l’état de conservation de la stèle ne permettent pas d’établir une datation précise de cet objet et nous obligent à rester prudents sur ce point. Cependant, il est très probable que ce document soit datable entre le IIe et le IVe s. ap. J.-C.

Cette découverte soulève de nouvelles questions : s’agit-il d’une stèle appartenant à l’un des bénéficiaires connus dans la région, dont nous retrouvons des témoignages épigraphiques à Lambèse, ou d’un nouveau bénéficiaire ? Quel statut pouvons-nous attribuer à ces carrières ? S’agit-il de carrières impériales ? Nous ignorons également si ce travail, qui semble inachevé, est l’œuvre d’un sculpteur local ou d’un lapicide ou sculpteur militaire stationné dans un camp militaire voisin (Lambèse ?). Les carrières de grès de la citadelle, en cours d’étude et de numérisation, nous permettent déjà de supposer, avec une certaine assurance, que les dispositions lithologiques et la facilité d’extraction des grès dans la plaine de Djelfaoune ont joué un rôle important et probablement déterminant dans le choix de l’endroit d’édification de la cité antique de Timgad.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.