Barbastro (Aragón). Rapport 2019

Sébastien Gasc et Philippe Sénac


Les recherches menées cette année dans le Somontano (province de Huesca) s’inscrivaient dans le cadre d’une étude plus générale consacrée aux procédés d’irrigation et à l’usage de l’eau dans la vallée du río Vero à l’époque islamique, depuis le hisn d’Alquézar jusqu’à la madîna de Barbastro. Ce programme, étalé sur trois années, comprenait trois axes : d’une part, l’étude d’un petit édifice connu sous le nom de « bains arabes », à proximité de l’église San Francisco de Barbastro ; d’autre part, l’étude de l’ancien hisn d’Alquézar et enfin une première série de prospections menées le long des 25 kilomètres qui séparent Alquézar de Barbastro pour relever les vestiges de structures hydrauliques d’époque islamique. Les deux premières campagnes de recherche se sont déroulées du 15 au 21 juin 2019, puis du 6 au 12 septembre 2019, et les lignes qui suivent se rapportent à la première de ces deux interventions.

Les « bains arabes » de Barbastro

Bernabé Cabanero Subiza et Fernando Galtier Martí avaient consacré à cet édifice un article publié en 1988 dans lequel ils avançaient qu’il s’agissait d’un bain d’époque islamique. Les deux têtes de lion que l’on y trouvait, et par la gueule desquels l’eau jaillissait, étaient comparées à celles de la cour des lions de l’Alhambra de Grenade, et les fines moulures qui ornaient l’une des parois de cette pièce étaient associées « a algunas características del Califato, como las pertenecientes a las pilas de abluciones encontradas en Madînat al-Zahrâ’ ». Ils assuraient que cet édifice était d’origine musulmane en citant, à titre de « preuve », une description d’une fontaine cordouane du Xe siècle évoquée par al-Maqqarî (XVIe siècle), tout en mentionnant d’autres auteurs qui évoquaient la beauté de ces constructions dans tout al-Andalus. Que ces bâtiments aient retenu l’attention des contemporains, à Cordoue comme à Tolède, est une chose, mais un tel attrait ne justifie nullement d’attribuer la construction de ces « bains » à la période pendant laquelle Barbastro fut musulmane. Après avoir admis cette datation à l’occasion de plusieurs publications, une brève visite des lieux en juillet 2017 avait soulevé le doute et il s’imposait de procéder à une nouvelle étude de ce bâtiment.

A vrai dire, cette approche n’était pas nouvelle puisque ce petit édifice avait déjà attiré l’attention de plusieurs chercheurs et des sondages archéologiques y avaient même été menés en 2003. Par la suite, une fouille archéologique de plus grande ampleur fut réalisée en 2005 sous la direction de Raúl Leorza Álvarez et Alberto Mayayo Catalán. Selon le rapport de fouilles, la salle voûtée construite en pierres de grès était associée à un puits d’époque plus récente, ceinturé par un mur édifié au moyen de galets. Cette structure, à laquelle on accédait par un escalier formé par d’épaisses dalles de pierre, avait probablement servi de dépotoir et était recouverte par un remblai composé de terre, de galets et de gravats divers. Si cette intervention avait permis la découverte de nombreux tessons, à commencer par des fragments de céramiques communes des XIVe-XVIe siècles, elle avait aussi mis au jour quelques vestiges d’époque romaine tels qu’une tegula et un fragment de dolium, mais sans qu’aucun mobilier islamique n’ait été repéré. Il n’empêche que la dénomination de « baños árabes » continua d’être admise et qu’une rue proche de l’église San Francisco fut depuis appelée, « la calle de los baños árabes ». Plus récemment encore, un panneau situé face à l’église San Francisco signale également la présence de ces bains arabes en reproduisant la tête d’un des lions de l’Alhambra de Grenade.

Fig. 1 - Localisation des « bains arabes ».
Fig. 1 – Localisation des « bains arabes ».

C’est donc au cours du mois de juin 2019, avec l’appui de la Casa de Velázquez, de la Comarca del Somontano et de l’Ayuntamiento de Barbastro, que débuta l’étude de ce bâtiment, avec l’autorisation de la Diputación General de Aragón. Les travaux ont été dirigés par Sébastien Gasc (Centre universitaire d’Albi) et Philippe Sénac (Sorbonne Université), et ils ont reçu l’aide de Jordí Gibert Rebull (Universitat Autonoma de Barcelona), ainsi que celle de María Nieves Juste Arruga (Técnico de Patrimonio y Cultura. Comarca de Somontano de Barbastro et Gerente del Parque Cultural del Río Vero) et de Nacho Alcalde Herrero, Président du Centro de Estudios del Somontano. L’enquête a également bénéficié de l’aide technique de plusieurs architectes de l’université de Saragosse, à savoir Luís Agustín Hernández, Angélica Fernández Morales et Miguel Sancho Mir (GIA. Grupo de Investigación en Arquitectura). Ceux-ci sont intervenus dans le cadre d’un programme de recherches intitulé GRAPH (Grupo de Representación Arquitectónica en Patrimonio e Historia), en utilisant un Scanner Laser et une approche photogrammétrique, l’objectif de cette intervention étant de procéder à une restitution virtuelle en 3D de l’édifice (fig. 5). Les travaux réalisés ont permis de proposer une nouvelle interprétation de ce bâtiment, en rejetant l’appellation de « baños árabes » qu’on lui avait jusque-là attribuée.

Les « bains arabes » de Barbastro se trouvaient autrefois dans une demeure privée proche de l’église San Francisco, au n° 8 de la Plaza de San Antonio. Les travaux réalisés dans cette maison en 1968 avaient permis de mettre au jour une petite salle voûtée de forme rectangulaire (2,95 m/2,61 m), orientée Est-Ouest, et qui fut d’abord interprétée comme des bains d’époque romaine, sans doute réutilisés au cours de la période islamique. Le « bain » se trouve aujourd’hui conservé dans le sous-sol d’un immeuble achevé en 2008 par l’entreprise locale Construcciones Alfonso Armengol.

Si les sources écrites, arabes ou latines, concernant Barbastro au cours du Moyen Âge ne sont pas rares, aucun document ne se rapporte toutefois explicitement à cet édifice, même si les recherches menées sur la madîna de Barbastro ont montré que des bains se trouvaient établis à proximité de la muraille. Aucune source arabe n’y évoque la présence d’un hammâm (pl. hamâmât), même si de tels édifices existaient certainement dans la cité musulmane dont la population devait avoisiner 5 à 6 000 habitants. Deux ans après la prise de la ville par le roi Pierre Ier, un document daté de décembre 1102 signale, dans un secteur proche de l’une des portes de la cité, la présence d’un bain donné à l’abbaye de Sainte-Foy de Conques, mais sans fournir plus de précision quant à sa localisation. L’acte permet toutefois d’observer que ces bains furent cédés avec d’autres biens comme des moulins, un aqueduc, des jardins, et que les bains et un four relevaient auparavant d’une mosquée, vraisemblablement établie à l’emplacement de l’église actuelle de San Francisco.

On peut également rappeler que l’une des portes qui s’ouvraient dans la muraille était désignée sous le nom de Puerta de Los Baños : ainsi, en 1118, un certain Jimeno Garcés, avant de partir combattre à Saragosse, donnait à l’église Santa María de Barbastro et à l’évêque Raimond des maisons situées près de la « Puerta de los Baños ». Quelques années plus tard, en 1144, le comte Raimond Bérenger IV cédait à un juif nommé Zecri une propriété dans laquelle se trouvaient des bains qui étaient déjà abandonnés si l’on en croit la formule employée dans l’acte, à savoir « illa pardina que fuit Balneo Bielgo axian de illa porta de rigo Merdero ubi facias orto vel casa una quecumque volueris ». Rien ne permet toutefois d’affirmer là encore qu’il s’agisse bien du même édifice que celui que l’on qualifie aujourd’hui de « bains arabes ». Enfin, en 1171, l’évêque Estebán de Huesca donnait à un médecin nommé Bartholomeo et à sa femme Osanne, une pièce de terre appartenant à l’église Santa María de Barbastro « extra portam de illis balneis iuxta rivum Merder » pour qu’ils en fassent un jardin. Selon plusieurs auteurs, cette porte aurait ensuite été désignée sous le nom de Puerta de San Francisco, mais la date à laquelle se produisit ce changement demeure imprécise.

Les travaux furent d’abord consacrés au nettoyage de la salle voûtée et de ses abords, encore recouverts par des détritus et des racines, conformément à l’état que présentaient les lieux lors de l’intervention de Bernabé Cabañero Subiza et de Fernando Galtier Martí, puis lors d’une visite effectuée en 1995 par María Nieves Juste Arruga, et enfin par les archéologues dans les années suivantes. Parallèlement aux mesures prises par les architectes de l’université de Saragosse, un premier relevé des structures apparentes à l’échelle 1/20e fut ensuite effectué, ainsi qu’une série de clichés. Une fois ces premières opérations achevées, on a procédé au nettoyage des parois et du sol de la salle, et une attention particulière a été accordée au mur Ouest de cette pièce dans lequel se trouvaient les deux sculptures interprétées comme des têtes de lion et une fine moulure d’une vingtaine de centimètres d’épaisseur qui avait été associée à une sculpture d’époque califale (fig. 2 et 3). Conformément à toutes les publications relatives à ce lieu, il ne fait aucun doute que la fonction de ce petit édifice était liée à l’usage de l’eau. Celle-ci y parvenait depuis le nord au moyen d’une canalisation dont il ne subsiste plus aujourd’hui qu’un tronçon accolé au mur Ouest et qui se prolongeait à l’intérieur du mur (fig. 2). On accédait autrefois à cette pièce par une large ouverture située à l’est et dans laquelle on devine encore deux phases successives de comblement, sous la forme de lits plus ou moins réguliers de briques, de moellons et de galets. Contrairement à ce que l’on a parfois avancé, il ne s’agissait pas d’une porte permettant d’accéder à d’autres salles du « bain », mais bien de l’entrée principale de la pièce. Son sol, recouvert de grosses dalles soigneusement jointes, était parcouru le long du mur Sud par une rigole de 10 cm de large qui disparaissait à l’est sous la porte d’entrée, et qui était prolongé à l’ouest par un petit bassin.

Fig. 2 - Relevé du mur Ouest.
Fig. 2 – Relevé du mur Ouest.
Fig. 3 - Vues de la tête sculptée.
Fig. 3 – Vues de la tête sculptée.

L’ensemble de ce bâtiment avait été fouillé en février-mars 2005 par Raúl Leorza Alvarez et Alberto Mayayo Catalán, et les premiers relevés effectués se sont avérés semblables à ceux qui figuraient dans leur rapport d’activités, ce qui a permis d’accorder une attention particulière aux éléments sculptés dans la paroi Ouest de la pièce. Selon Bernabé Cabañero Subiza et Fernando Galtier Martí, « Las cabezas de los leones -de las que solo se conserva en buen estado la meridional- desde un punto de vista arquitectónico están esculpidas en la cara exterior de un sillar atizonado y volado en 15 cm, cuya parte superior es lisa trás haber sido recortada para igualarla con la superficie mural. El resto de la cara frontera del sillar ha sido sumariamente modelado, en 32 cm de altura, para adaptarlo a la faz del animal mediante series de líneas incisas, que son curvas para insinuar la melena o rectas para sugerir el bigote. Surcos más profundos dibujan unos ojos circulares e inexpresivos. Como es habitual, la boca se agranda, y en esta ocasión se deforma, para recibir el conducto circular por el que se expelía el agua. Se conserva un caño de metal más pequeño que el orificio bucal. En conjunto, estas cabezas de leones son bastante toscas » (fig. 4).

Fig. 4 - Restitution graphique de la tête sculptée.
Fig. 4 – Restitution graphique de la tête sculptée.

Si rien ne prouve donc que ce petit bâtiment soit contemporain de l’époque islamique, l’appellation de « bains » sous laquelle il est connu ne semble guère plus convaincante. De fait, l’organisation générale des bains en al-Andalus, ne correspond nullement à celle que l’on peut observer ici, d’autant que la pièce voutée ne semble pas avoir été associée à d’autres pièces. Les recherches les plus récentes consacrées à ces édifices révèlent certes que la diversité des modèles est de règle, mais il est indéniable que l’on ne trouve ici aucun élément permettant de conserver une certaine intimité, tels que des parcours en coude ou la présence de porte évitant les regards directs. On n’y trouve également ni d’hypocauste (hypocaustum), ni de salle froide (bayt al-bârid/frigidarium), ni de salle chaude (bayt al-sakhûn/caldarium), ou encore de vestiaire. L’absence d’ouverture dans la voûte permettant de faire entrer la lumière dans la salle est tout aussi manifeste. Par ailleurs, outre le fait que les interventions archéologiques qui y ont été menés n’ont pas permis de découvrir le moindre mobilier d’époque islamique, on pourrait encore avancer d’autres arguments tels que la nature de la pierre employée, c’est-à-dire des blocs de grès bien différents de ceux qui caractérisent toutes les constructions d’époque islamique dans cette partie de la Marche supérieure, les dimensions des éléments du bâti, voire même l’absence de tout arc outrepassé caractéristique de ce temps, ou encore celle d’ouverture latérale permettant d’accéder à d’autres pièces. Il semble donc finalement plus juste de considérer cette pièce comme une simple fontaine qu’il serait tentant d’attribuer au bas Moyen Âge, conformément au grand nombre de céramiques des XIIIe-XIVe siècles mises au jour. Il pourrait même s’agir d’une construction plus récente au regard des nombreuses fontaines édifiées à l’époque Moderne que l’on peut encore observer dans la région et où figurent de nombreuses têtes, le plus souvent des représentations de visages humains. On rappellera d’ailleurs à l’appui de cette hypothèse, la présence de nombreuses fontaines dans les environs immédiats d’où la proche Calle de las Fuentes tire son nom.

Fig. 5 : Restitution virtuelle du bâtiment.
Fig. 5 – Restitution virtuelle du bâtiment.

Sources et bibliographie

A. Abarca Anoro et alii, Barbastro. Guía e informe, Barbastro, 1978.

M. D. Barrios Martínez, Documentos de la colegiata de Santa María de Alquézar (siglos XI al XIII), Huesca, 2010.

M. A. Bielsa, « Notas sobre la repoblación de Barbastro en el siglo XII », Argensola, 1961, pp. 187-22.

P. Cressier, La maîtrise de l’eau en al-Andalus. Paysages, pratiques et techniques, Madrid, 2006.

B. Cabañero Subiza et F. Galtier Martí, « Los baños musulmanes de Barbastro : una hipótesis para un monumento digno de excavación y recuperación », Artigrama, n° 5, 1988, pp. 11-26.

B. Cabañero quelques années plus tard : «Notas para la reconstitución de la ciudad islámica de Barbastro (Huesca) », Somontano, n° 5, 1995, pp. 25-57.

A. Durán Gudiol, Colección diplomática de la Catedral de Huesca, t. 1, 1965, doc. n° 122 (1118)  et doc. n° 271 (1171).

C. Fournier, Les Bains d’al-Andalus VIIIe-XVe siècle, Rennes, 2016.

M. García Guatas, « Las fuentes como esculturas públicas en Aragón », Argensola, n° 125, 2015, pp. 311-344.

M. Ibarra Benlloch et J. M. Ferrer Muñoz (éd.), La parroquia de San Francisco de Asís de Barbastro. Cien años de historia (1902-2002), Huesca, 2002.

M. N. Juste Arruga, « Arqueología medieval en Barbastro : restos islámicos y medievales cristianos, Somontano, 5, 1995, pp. 59-87 ; « Excavaciones arqueológicas en el entorno de la catedral de Barbastro », Somontano, 1, 1990, pp. 62-81 ; « Informe de las excavaciones efectuadas en el entorno de la catedral de Barbastro (Huesca) en 1989 », Arqueología aragonesa 1988-1989, Saragosse, 1991, pp. 379-383 ; Somontano : territorio y recuperación del Patrimonio (1993-2006), Barbastro, 2006.

R. Leorza Álvarez et A. Mayayo Catalán, Informe de los trabajos de excavación del solar n° 8 de la Plaza San Antonio de Barbastro (Huesca), 2005.

R. Martí Ibarz (dir.) Barbastro, libro-guía, Saragosse, 1982.

Ph. Sénac, « Notes sur le peuplement musulman dans la région de Barbitâniya», Studia Islamica, t. 73, 1991, pp. 49-76 ; La Frontière et les hommes (VIIIe-XIIe siècle). Le peuplement musulman au nord de l’Ebre et les débuts de la reconquête aragonaise, Paris, 2000, pp. 171-177 ; « Un château en Espagne : notes sur la prise de Barbastro (1064) », Liber Largitorius. Etudes d’histoire médiévale offertes à Pierre Toubert par ses élèves, Paris, 2003, pp. 545-562 ; Ph. Sénac et C. Laliena, Barbastro, 1064. Guerre sainte et djihâd en Espagne, Paris, 2018.

A. Ubieto Arteta, Colección Diplomática de Pedro I de Aragón y Navarra, Saragosse, 1951, doc n° 117 (1102).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.