La montagne d’Îgîlîz et le pays des Arghen. Rapport 2011-2012

Placé sous la responsabilité conjointe de J.-P. Van Staëvel (université Paris IV, UMR 8167), A. Fili (université d’El Jadida, UMR 5648) et A. S. Ettahiri (INSAP, Rabat), le programme de recherches archéologiques intitulé « La montagne d’Îgîlîz et le pays des Arghen. Enquête archéologique sur l’évolution du peuplement médiéval et prémoderne dans le Sud marocain » est placé sous la double tutelle de la Casa de Velázquez et du ministère des Affaires étrangères et européennes. Il bénéficie d’une allocation au titre de la coopération scientifique entre la France et le Maroc, ainsi que de financements provenant de plusieurs laboratoires de recherche : l’UMR 8167 Orient et Méditerranée, l’UMR 5648 Histoire, Archéologie, Littératures des mondes chrétiens et musulmans médiévaux, l’UMR 7209 Archéozoologie, archéobotanique. Sociétés, pratiques et environnements (Muséum national d’histoire naturelle). Il reçoit enfin le soutien d’autres institutions, dont l’INRAP, avec lequel une convention de partenariat a été établie en 2011. Ce programme rassemble des universitaires marocains et français, des chercheurs de l’INSAP, des archéologues de l’INRAP et des étudiants français et marocains, autour d’un projet commun : l’étude de la montagne d’Îgîlîz, haut-lieu de l’histoire du Maroc médiéval. C’est là en effet, en plein territoire des Arghen, montagnards berbères de l’Anti-Atlas central, qu’apparaît, au début des années 1120, le mouvement religieux almohade. Conduit à ses débuts par Ibn Tûmart, le fameux juriste-théologien dont le nom reste indissociablement attaché à la doctrine du tawhîd, ce mouvement révolutionnaire devait bientôt embraser tout le sud du Maroc, pour aboutir, un quart de siècle plus tard, à la constitution du plus grand empire — l’Empire almohade — que le Maghreb médiéval ait jamais connu.

Rappel des précédentes activités archéologiques sur le site d’Îgîlîz

Les campagnes de fouilles

Identifié et localisé par A. Fili et J.-P. Van Staëvel dès 2004, le site d’Îgîlîz fait l’objet de fouilles archéologiques depuis 2009, à raison d’une campagne par an. Les recherches se sont jusqu’à présent concentrées sur la partie sommitale du site, dans le Jebel central, où se concentrent l’essentiel des monuments médiévaux et les bâtiments les plus importants. Les recherches ont mis au jour dès 2009 les vestiges d’une structure fortifiée monumentale (la « Qasba »), zone de commandement dont les pièces d’habitat — sans doute réservées à un petit groupe d’habitants de statut social élevé — et les annexes s’organisent autour d’une cour carrée. La Qasba fait depuis l’objet d’un dégagement progressif mais continu. En 2010, la fouille extensive a concerné d’autre part le lieu de culte principal (la « Mosquée 1 »), deux secteurs d’habitat à fort potentiel archéologique (secteurs dits « Mhadra » et « Grand Bâtiment »), et la « Grotte 2 », complexe lié à des visites pieuses, auprès duquel a été découverte une inhumation privilégiée. En 2011, les opérations de fouille ont été étendues aux environs de la « Mosquée 1 », à ceux de l’habitat groupé « Mhadra » et du « Grand Bâtiment » ; deux nouveaux secteurs ont été ouverts, en relation avec la Porte 2 (zone 2, au nord-est du Jebel central), et autour d’un autre abri sous roche : la « Grotte 1 ». Le caractère complexe du relief au sommet de la montagne et sur ses premières pentes, ainsi que l’étendue et la dispersion des vestiges sur une large superficie, ont demandé par ailleurs un travail de levé topographique de longue haleine. Celui-ci a été commencé durant la mission d’août 2008, pour se poursuivre durant les deux premières campagnes de fouille. Il a été décidé de privilégier, à partir de 2011, une approche microtopographique, seule à même de rendre compte de la remarquable adaptation des bâtiments au relief, et de cerner au plus près la logique de leur implantation. Les opérations de levé topographique, à présent achevées pour le Jebel central, se concentrent désormais sur la partie orientale du site, et notamment sur la grande zone d’habitat située en contrebas du sommet, sur le flanc méridional de la montagne.

La datation de l’occupation du site

La datation médiévale de l’occupation du site avait été avancée dès les prospections menées sur le site, entre 2005 et 2008. Elle a été confirmée et affinée lors des premières campagnes de fouille, en 2009 et 2010. La campagne 2009 avait permis de rassembler, au niveau de la Qasba, les premières informations capitales (fournies tant par la céramique que par plusieurs datations 14C) sur la datation de l’occupation éphémère de cet ensemble architectural, vraisemblablement construit et fréquenté durant la première moitié du XIIe siècle, et abandonné au plus tard vers 1150. Les trouvailles céramiques, la datation radiocarbone de l’occupation d’autres secteurs du site ainsi que la découverte de plusieurs monnaies frappées sous le règne de l’émir almoravide ‘Alî Ibn Yûsuf (1106-1143), sont venus depuis renforcer encore la remarquable congruence de l’ensemble des données disponibles pour la datation du site qui n’a connu, dans sa plus grande extension, qu’une occupation limitée au XIIe siècle. Les trois premières campagnes de fouille ont donc précisé les modalités de l’occupation médiévale du site, en montrant l’ampleur de l’occupation d’époque protoalmohade, puis l’abandon de la plupart des zones bâties sur le Jebel central. Quelques secteurs — la « Mosquée 1 » et le secteur d’habitat située aux alentours, la « Grotte 2 » — montrent toutefois les signes évidents du maintien au moins partiel d’une occupation humaine sur le Jebel central d’Îgîlîz après la période médiévale.

La campagne de fouilles du printemps 2012

L’objectif affiché de la mission « Îgîlîz 2012 » était de terminer la fouille du Jebel central par des opérations ponctuelles, destinées à corroborer les datations jusqu’ici mises en évidence, et à vérifier les hypothèses fonctionnelles concernant un certain nombre de bâtiments. La mission a réuni, du 30 mars au 28 avril 2012, une quinzaine de chercheurs et étudiants marocains et français, auxquels se sont ajoutés une trentaine d’ouvriers recrutés sur place. Aux travaux proprement archéologiques (décapage des structures, fouille et relevés), s’est ajoutée comme chaque année l’enquête archéobotanique, qui opère des prélèvements sur site tout en menant des prospections dans les environs pour enrichir le référentiel floral et fruitier. Durant cette campagne, quatre zones ont fait l’objet de travaux archéologiques : la basse-cour de la Qasba, les alentours de la Grande Mosquée (deux secteurs fouillés), la « Grotte 1 » et le quartier du « Grand Bâtiment ».

La basse-cour de la Qasba

Fig 1. Vue générale de l’aile nord de la basse-cour de la Qasba ; les pièces rectangulaires sont adossées au mur d’enceinte de la Qasba.

Fig 1. Vue générale de l’aile nord de la basse-cour de la Qasba ; les pièces rectangulaires sont adossées au mur d’enceinte de la Qasba.

Depuis 2009, les opérations de fouille privilégient le dégagement intégral de l’ensemble des bâtiments de la Qasba, implantés au sommet du Jebel central. Là se déploie, en deux enclos successifs, un secteur d’habitat combinant activités domestiques, réceptions officielles et pratiques religieuses. À la zone de commandement, formée de quatre corps de bâtiments autour d’une cour carrée, répond en contrebas une basse-cour en forme de L, bordée elle aussi de pièces rectangulaires. Depuis 2011, c’est la basse-cour qui est l’objet d’un décapage extensif (resp. X. Peixoto et M. Godener). Celui-ci a notamment permis cette année la fouille de huit pièces, dont deux vestibules faisant communiquer la Qasba avec le quartier de la mosquée principale. Le vestibule de l’angle nord-est présente un plan rectangulaire, avec deux portes situées à l’opposé l’une de l’autre ; l’entrée médiane sur le front oriental de la Qasba offre un tracé plus complexe, en juxtaposant un vestibule de même plan que le précédent à un premier couloir coudé. Le soin apporté au traitement des entrées vient confirmer une observation faite auparavant au niveau de la zone de commandement : l’accès à la Qasba est régi par un système de portes, de vestibules et de couloirs qui commandent strictement le cheminement des habitants du lieu ou celui, plus restreint dans son amplitude, des visiteurs. La campagne de cette année a permis d’autre part de vérifier l’utilisation des pièces comme espaces de la vie quotidienne. En tout état de cause, l’hypothèse qui consistait à voir dans l’ensemble des pièces bordant la basse-cour un grenier (collectif ou réservé) semble donc pouvoir être écartée, même si une fonction de lieu de stockage partiel demeure envisageable pour quelques-unes d’entre elles. Comme dans les autres secteurs fouillés auparavant, la séquence stratigraphique marquant la construction et l’occupation du secteur est simple : la partie basse de la Qasba est édifiée en même temps que les bâtiments composant la zone de commandement. L’occupation n’est marquée que par un seul niveau de sol, que vient celer l’effondrement des toitures puis des murs. La Qasba n’a donc été occupée que durant une période de temps relativement courte, et son abandon, sans aucune marque de violence, a été définitif. Le riche mobilier retrouvé sur les sols des pièces ou dans la cour renforce encore cette impression d’une désertion radicale, alors même que les autres secteurs d’habitat continuaient à être occupés. La chronologie relative fournie par le matériel céramique nous ramène encore une fois très vraisemblablement à la première moitié du XIIe siècle.

Zones 2 et 5 : les alentours de la Grande Mosquée

Fig. 2. Vue générale de la pièce 90, avec ses abondants épandages de cendres et ses foyers.

Fig. 2. Vue générale de la pièce 90, avec ses abondants épandages de cendres et ses foyers.

Fig. 3. Vue générale de l’ensemble domestique dégagé en 2012 dans la zone 2.

Fig. 3. Vue générale de l’ensemble domestique dégagé en 2012 dans la zone 2.

Fouillée en 2010, la mosquée principale du Jebel central (« Mosquée 1 ») est située au cœur d’un quartier d’habitat dense, dont les structures étaient encore, au début de la campagne de fouille de cette année, largement ennoyées sous les éboulis. La stratégie de fouille a consisté dans un premier temps à éviter cette zone, la seule à être encore fréquentée à l’époque contemporaine par les populations alentour, de manière à éviter tout risque de perturbation stratigraphique. La fouille des maisons en dessous de la Qasba, dans le secteur oriental, et sa lente progression en direction de la grande-mosquée, rendait toutefois inéluctable l’exploration archéologique de cette zone. Celle-ci a donc fait l’objet cette année d’un ample décapage en aire ouverte, dans le prolongement de l’ensemble dit « Mhadra » et en arrière du principal lieu de culte. Le dépierrage, rendu indispensable par la masse des éboulis et des déblais provenant des couches de démolition et d’effondrement des élévations, a permis d’assurer une bien meilleure lisibilité en plan des structures, qui ont été ensuite intégrées au plan topographique d’ensemble du site. La fouille proprement dite (resp. A. Fili) a mis en évidence plusieurs maisons monocellulaires, sous forme de grandes pièces rectangulaires, dotées de larges plates-formes sur l’un ou l’autre des petits côtés. Dans le même temps, la découverte d’un espace entièrement dédié à la préparation des mets semble bien étayer l’hypothèse de l’organisation de repas communautaires sur le Jebel central dès la période almohade. On notera en outre que le secteur fouillé cette année a livré, outre une impressionnante quantité de céramiques, les premières traces d’objets en verre répertoriés sur le site d’Îgîlîz.

Le décapage extensif a également concerné cette année les vestiges des structures situées entre la « Mosquée 1 » et le secteur de la Porte 2, exploré en 2011. La fouille (resp. A. S. Ettahiri) a permis la mise au jour d’un grand ensemble domestique, formé de plusieurs cours bordées de pièces. Par son organisation spatiale, ses aménagements et ses modes de construction, celui-ci se distingue très nettement des autres maisons ou groupes de maisons qui ont déjà été étudiés sur le Jebel central, et suscite en conséquence nombre d’interrogations sur l’identité et la provenance de ses constructeurs et de ses habitants. Le mobilier céramique qui a été récolté in situ confirme toutefois une datation contemporaine des autres vestiges archéologiques, à savoir le XIIe siècle. Engagée en 2011 dans une zone a priori excentrée, mais en fait implantée entre les deux portes principales du Jebel central, la fouille a permis au final de révéler un ensemble de structures qui vient enrichir considérablement notre connaissance de l’architecture domestique d’époque protoalmohade.

La « Grotte 1 » et ses environs

Fig. 4. Vue plongeante sur le niveau d’abandon médiéval de la « Grotte 1 » ; les vestiges des premiers aménagements sont immédiatement en-dessous de ce niveau.

Fig. 4. Vue plongeante sur le niveau d’abandon médiéval de la « Grotte 1 » ; les vestiges des premiers aménagements sont immédiatement en-dessous de ce niveau.

Depuis 2010, le programme de fouille de la mission Îgîlîz accorde une place importante à l’exploration archéologique des abris sous roche présents sur le Jebel central. Les objectifs scientifiques d’une telle recherche résident moins bien entendu dans l’espoir quelque peu chimérique de retrouver, dans l’une de ces anfractuosités de rocher, d’hypothétiques traces du lieu de retraite initial d’Ibn Tûmart sur la montagne d’Îgîlîz, que de mettre en évidence les vestiges éventuels d’aménagements cultuels postérieurs, liés à la vénération d’un lieu de mémoire. La fouille de la « Grotte 2 » (resp. J.-P. Van Staëvel et C. Touihri), sise en bordure de la muraille de la Qasba, avait ainsi permis en 2010 la découverte d’un dispositif d’accès coudé, associé à une sépulture privilégiée d’époque tardomédiévale, et les traces plus ténues d’un premier revêtement de moellons d’appareil sur l’une des parois de la grotte. Depuis 2011, c’est au tour de la « Grotte 1 », l’abri sous roche situé en contrebas de la grande-mosquée, d’être l’objet d’une étude stratigraphique minutieuse (resp. J.-P. Van Staëvel). Rendue difficile par l’importance des pillages ayant affecté ce secteur après coup, la fouille avait mis au jour en 2011 un important niveau de rejets (céramique et ossements) d’époque prémoderne, relief des repas communautaires célébrés aux alentours de la grande-mosquée. La découverte cette année, sous ce dépotoir qui vient celer l’abandon de la grotte, d’un mur à piédroit barrant le fond de l’anfractuosité, et plus encore celle de structures diverses antérieures (muret, foyer, trou de poteau), bien datées du XIIe siècle par la céramique retrouvée en contexte, montrent que cet endroit du site, à l’instar de la « Grotte 2 », a fait l’objet d’aménagements visant à en protéger l’accès. Des datations au radiocarbone viendront préciser l’arc chronologique dans laquelle s’insèrent ces étapes successives de mise en valeur puis d’abandon du secteur.

La fouille a également concerné les alentours de la « Grotte 1 » (resp. C. Capel), marqués par l’implantation d’un gros mur au tracé en arc de cercle. Il a été possible de proposer une interprétation globale de la transformation de l’espace situé devant la « Grotte 1 » en un lieu à l’accès réservé. Enfin, le décapage a concerné cette année le secteur situé en contrebas de ce secteur et à proximité de la Porte 1, dévoilant un ensemble formé de trois grandes pièces associées à des cours.

Le quartier du « Grand Bâtiment »

L’un des principaux chantiers menés sur le Jebel central depuis 2010 concerne les abords d’un édifice énigmatique, de dimensions imposantes qui lui ont valu son surnom. Ce « Grand Bâtiment » n’a livré que des informations partielles, bien que concordantes, sur sa construction, qu’il convient de placer selon toute vraisemblance dans la première moitié du XIIe siècle. Sa taille, son implantation sur deux terrasses successives et l’articulation singulière des espaces la composant, en font à l’évidence un lieu de représentation particulièrement important à l’échelle du site. La stratégie de fouille a consisté, devant le peu d’éléments d’information livrés par cet édifice, à étendre le dégagement à l’ensemble des structures situées sur son pourtour. C’est ainsi un véritable quartier d’habitations qui sort peu à peu de son épais manteau d’éboulis, révélant des maisons organisées autour de deux axes de circulation perpendiculaires et d’une cour située au sud du « Grand Bâtiment », l’ensemble résultant sans nul doute d’une opération de planification. Les pièces, dont l’élévation conservée est parfois remarquable, ont livré un matériel céramique d’époque almohade particulièrement abondant, et des aménagements soignés (banquettes, foyers). La fouille de cette année (resp. F. Renel et C. Touihri) s’est intéressée au secteur le plus méridional de ce quartier, mettant en lumière l’existence d’ensembles domestiques plus articulés, comprenant leurs propres espaces de réception. À l’hypothèse initiale de la juxtaposition de petites maisons dans la dépendance d’un imposant bâtiment de représentation, se substitue aujourd’hui l’idée d’un quartier comportant, outre un bâtiment très certainement utilisé comme lieu de réception et de représentation, d’autres maisons complexes, aux espaces et aux cheminements bien hiérarchisés, et dotées parfois d’équipements urbains (latrines).

Fig. 5. Vue d’ensemble de la maison sud, dans le quartier du « Grand Bâtiment » ; la maison est implantée contre la muraille haute du Jebel central.

Fig. 5. Vue d’ensemble de la maison sud, dans le quartier du « Grand Bâtiment » ; la maison est implantée contre la muraille haute du Jebel central.

Les missions d’inventaire et d’étude du matériel

Il convient par ailleurs de souligner l’intérêt exceptionnel que représente, pour la recherche archéologique dans la région de l’Anti-Atlas, mais plus largement pour tout le Sud du Maroc, le référentiel céramologique que la fouille du site d’Îgîlîz permet de constituer année après année. Au matériel d’époque protoalmohade et almohade, connu désormais dans son intégralité, s’ajoute un remarquable ensemble de céramiques d’époque prémoderne. À terme, on peut attendre de la fouille d’Îgîlîz qu’elle offre un renouvellement total de notre connaissance sur les productions céramiques localisées entre le Haut-Atlas et le Sahara. Deux missions d’inventaire ont été réalisées durant l’année 2011-2012 : elles ont réuni, du 24 octobre au 6 novembre 2011, puis du 20 février au 4 mars 2012, C. Délery, S. Zanatta, A. Fili, A. Ettahiri, J.-P. Van Staëvel, M. Atki, H. Limane et A. Zizouni. Ces missions ont eu pour cadre l’Institut national des sciences de l’archéologie et du patrimoine à Rabat, où est conservé le mobilier archéologique issu des fouilles.

Valorisation de la recherche

Communications dans des manifestations scientifiques

Treizième congrès de la société internationale d’ethnobiologie, Cultural diversity and biological diversity for sustainable development: Exploring the past to build up the future (Montpellier, 20-25 mai 2012). Communication dans le cadre de la session Tree domestication and dynamic linkages between tree crops and their wild of feral relatives, in ancient and present agroecosystems : « Medieval exploitation and use of the argan tree in the Arghen Country of southwestern Morocco » (Marie-Pierre Ruas et Jean-Pierre Van Staëvel).

Colloque international, De la estructura doméstica al espacio social. Lecturas arqueológicas de uso social del espacio (Alicante, 30-31 mai 2012), organisé par la Faculdad de Filosofía y Letras de la Universidad de Alicante (org. Sonia Gutiérrez et Ignasi Grau). Titre de la communication : « Reflexiones a propósito del hábitat de las elites en el Magreb rural de época médieval: el ejemplo de Îgîlîz, cuna del movimiento almohade » (Jean-Pierre Van Staëvel).

Séminaire international, Les publications archéologiques. Rythmes et supports, coordonné par Marie-Pierre Salès (Casa de Velázquez, Madrid, 15-16 mars 2012). Titre de la communication : « Les publications intermédiaires : formes et contenu » (Jean-Pierre Van Staëvel).

Quatrième Colloque international de Kairouan, Montagne et plaine dans le bassin méditerranéen (Kairouan, Faculté des lettres et sciences humaines, 5-7 décembre 2011). Titre des deux communications : « Le Mahdi en sa montagne. Éléments d’une enquête archéologique sur Îgîlîz, premier foyer de la révolution almohade » (Ahmed S. Ettahiri) ; « Quand la foi soulève les montagnes. Réflexions autour de la place des sociétés montagnardes dans l’histoire des pays d’Islam à l’époque médiévale » (Jean-Pierre Van Staëvel).

Conférence

« Les origines d’un grand empire médiéval au Maroc : nouvelles découvertes archéologiques à Îgîlîz (Sud marocain), berceau de la révolution almohade (XIIe siècle de n.è.) » [Ivry, Délégation CNRS Paris A, 5 juin 2012] (Jean-Pierre Van Staëvel).

Publications 2011-2012

Ettahiri, Ahmed S., Fili, Abdallah, Van Staëvel, Jean-Pierre, « Nouvelles recherches archéologiques sur la période islamique au Maroc : Fès, Aghmat et Îgîlîz », dans Philippe Sénac (éd.), Villa 4. Histoire et archéologie de l’Occident musulman (VIIe-XVe siècle) : al-Andalus, Maghreb, Sicile, Toulouse, CNRS – Université Toulouse -Le Mirail, 2012, pp. 157-181.

Ettahiri, Ahmed S., Fili, Abdallah, Van Staëvel, Jean-Pierre, « La montagne d’Îgîlîz et le pays des Arghen (Maroc). Enquête archéologique sur une société de montagne, de la révolution almohade à la constitution des terroirs précoloniaux », Les Nouvelles de l’archéologie, numéro spécial 124(2011) sur La coopération archéologique française en Afrique. 2b. Maghreb. Antiquité et Moyen Âge, pp. 49-53.

Ruas, Marie-Pierre, Tengberg, Margareta, Ettahiri, Ahmed S., Fili, Abdallah, Van Staëvel, Jean-Pierre, « Archaeobotanical research at the medieval fortified site of Îgîlîz (Anti-Atlas, Morocco) with particular reference to the exploitation of the argan tree », Vegetation History Archaeobotany, 20, 2011, pp. 419 – 433.

Cinq articles sont actuellement sous presse ou à paraître pour l’année 2012.

Littérature grise

Ettahiri, Ahmed S., Fili, Abdallah, Van Staëvel, Jean-Pierre (2011), La montagne d’Îgîlîz et le pays des Arghen. Enquête sur l’histoire du peuplement rural dans le Sud marocain au Moyen Âge et à l’époque prémoderne. Rapport d’activités pour l’année 2011, 178 p. (inédit).

Van Staëvel, Jean-Pierre (2012), La montagne d’Îgîlîz et le pays des Arghen. Enquête archéologique sur les débuts de l’Empire almohade au Maroc, Dossier soumis à l’Académie des inscriptions et belles-lettres au titre de la candidature au prix d’archéologie de la Fondation Simone et Cino Del Duca, 91 p. (inédit).

Pour citer ce billet : Jean-Pierre Van Staëvel, Abdallah Fili et Ahmed Ettahiri, « La montagne d’Îgîlîz et le pays des Arghen. Rapport 2011-2012 », Archéo-CVZ. Carnet des fouilles archéologiques de la Casa de Velázquez, mis en ligne le 23/06/2016, https://archeocvz.hypotheses.org/286.

Jean-Pierre Van Staëvel, Abdallah Fili et Ahmed Ettahiri

Jean-Pierre Van Staëvel (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne ; UMR 8167, Paris), Abdallah Fili (Université Chouaib Dokkali-El Jadida ; UMR 5648, Lyon) et Ahmed Ettahiri (Institut national des sciences de l’archéologie et du patrimoine, Rabat)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.