Las Sillas (Marcén, Huesca). Rapport 2011-2012

Philippe Sénac (Université de Toulouse II), Jordi Gibert Rebull (Universitat Autònoma de Barcelona) y José Miguel Pesqué Lecina (Departamento de Cultura de la Diputación Provincial de Huesca)


Les fouilles organisées sur le site islamique de Las Sillas, à Marcén (Lalueza, province de Huesca) au cours du printemps et de l’été de l’année 2011 ont été réalisées avec l’appui de plusieurs institutions françaises et espagnoles parmi lesquelles la Casa de Velázquez, la Diputación General de Aragón, la Comarca de los Monegros et l’UMR 5136 de l’université Toulouse II (FRAMESPA). Les travaux étaient placés sous la responsabilité de trois directeurs : Jordi Gibert Rebull (Universitat Autònoma de Barcelona), José Miguel Pesqué Lecina (Departamento de Cultura de la Diputación Provincial de Huesca) et Philippe Sénac (université Toulouse II). Un petit groupe de doctorants et d’étudiants de Master 2 des universités de Barcelone (UAB), de Saragosse et de Toulouse II ont également participé aux travaux de manière bénévole. À titre de rappel, on soulignera que les précédents travaux ont montré que cet établissement musulman avait été édifié vers le milieu du Xe siècle et occupé sans interruption jusqu’au moment de la reconquête sous le règne du souverain Pierre Ier d’Aragon (1094-1104). Les précédentes campagnes ont également montré que l’établissement comprenait deux parties distinctes, désignées sous les noms de secteurs I et II. Le secteur I était caractérisé par la présence d’une petite mosquée présentant un oratoire (musalla) d’environ 60 m2 et une cour (sahn) d’égale superficie, tandis que le secteur II, beaucoup plus étendu, était occupé par de nombreuses habitations villageoises formant de grandes maisons d’environ 100 à 120 m2, séparées les unes des autres par d’étroites ruelles, des impasses ou de larges murs à deux parements édifiés en petits moellons sommairement équarris et en maçonneries de pisé. Le secteur II était divisé en deux parties par une rue de 2,40 m de largeur qui parcourait d’est en ouest l’ensemble de la plate-forme rocheuse sur laquelle s’était établi l’habitat, au-dessus de la vallée du río Flumén, à 420 m d’altitude.

Les interventions menées au cours de l’année 2011 ont concerné le versant méridional du secteur II, dans le prolongement d’une série d’habitations découvertes l’an passé. Elles ont conduit à la mise au jour d’un grand bâtiment de plan rectangulaire couvrant une surface d’environ 140 m2 (13,60 m / 10,20 m). Cette vaste construction comprenait plusieurs pièces désignées sous les noms de UA 66, 67, 68, 69, 70 et 71, sans qu’il soit exclu que d’autres constructions situées en contrebas (dont l’UA 72, une ancienne citerne en cours de dégagement) aient originellement fait partie de l’ensemble. Contrairement à ce que l’on était en mesure d’attendre, il ne s’agissait pas d’un bâtiment répondant à l’idée de « maison », comme sur le versant septentrional du secteur II, mais plutôt d’un espace comprenant deux ensembles distincts. La partie orientale était constituée par plusieurs constructions taillées dans la roche, dont une citerne à plan rectangulaire (3,25 m / 2,00 m) de 0,80 m de profondeur (UA 66), et deux pièces d’habitations s’étageant l’une au-dessus de l’autre (UA 68 et UA 70) et dont le sol rocheux présentait plusieurs cavités circulaires destinées à recevoir des poutres de bois. La partie occidentale de l’espace fouillé était en revanche formée par une cour dans laquelle furent découvertes une petite citerne (US 6711) creusée dans le rocher (1,40 m / 1 m) et plusieurs cavités circulaires servant d’assise à de grands récipients destinés au stockage de denrées, probablement des tinajas si l’on en croit quelques fragments collectés. Cet espace était limité à l’ouest par un long mur d’une dizaine de mètres de longueur (US 7103), perpendiculairement à la grand-rue, et au centre duquel s’ouvrait une porte de 1,80 m de largeur, volontairement comblée.

Fig. 1. Le site de Las Sillas (juillet 2011).

Fig. 1. Le site de Las Sillas (juillet 2011).

La stratigraphie observée au cours des travaux sur l’ensemble de la zone fouillée s’est avérée semblable à celle de l’an passé puisque sept sols bien individualisés ont été mis en évidence. Un premier sol (1), de 8 à 12 cm d’épaisseur, était constitué par un humus végétal composé d’une terre meuble incluant des broussailles, des racines et des cailloutis. Le deuxième niveau, désigné sous le nom de sol d’abandon (2), oscillait entre 20 et 45 cm d’épaisseur et prenait la forme d’une couche de terre compacte, de couleur jaunâtre, incluant des moellons, des blocs de grès effondrés, et des fragments de céramiques (2a). Dans plusieurs cas, ce niveau d’effondrement comprenait également dans sa partie inférieure des blocs d’adobe et quelques fragments de tuiles demi-rondes (2b). Un premier sol d’occupation de couleur brunâtre (3) se devinait par endroits sous la forme d’une mince couche de terre comme au sein de l’UA 69 (US 6903). Pauvre en mobilier céramique, ce sol reposait sur un niveau de comblement (4) pouvant atteindre jusqu’à une quarantaine de centimètres, qui incluait de nombreux fragments de céramiques et quelques ossements d’animaux. Sous ce comblement figurait par endroits un second sol d’occupation (5), de couleur grisâtre, formé par une terre compacte dans laquelle furent découverts de nombreux fragments de céramiques, des débris de charbons de bois et de très fins morceaux d’argile rouge. Un dernier sol (7), présent dans l’ensemble des UA mises au jour, était constitué par une fine couche de terre de couleur jaunâtre, stérile et particulièrement dure, visiblement destinée à combler les aspérités de la roche pour rendre la circulation plus aisée au sein de chacune des pièces. Il s’appuyait directement sur le substrat rocheux, dans lequel on discernait par endroits des orifices circulaires d’environ 15 cm de diamètre servant d’appui à des poutres soutenant des toitures ou, lorsqu’elles étaient inclinées, à encastrer des claies utilisées pour l’extraction des blocs de grès employés dans la construction.

Fig. 2. Olla (XIe siècle).

Fig. 2. Olla (XIe siècle).

Le mobilier mis au jour lors de ces campagnes s’est révélé très fragmenté et moins abondant que les autres années, en particulier en ce qui concerne les objets métalliques (1 clou) et les fragments de verre. Aucun foyer n’a été observé et, de ce point de vue, la fouille n’a guère apporté de nouvelle information sur l’alimentation des habitants. Les ossements d’animaux provenant de déchets de cuisine découverts dans les sols de comblement et analysés par le service de zootechnie de Maisons-Alfort (94), appartenaient à des petits ruminants (chèvres et moutons). Le mobilier céramique exhumé (1 010 fragments) était largement dominé par des céramiques à usage culinaire (47,17 %) telles que des marmites (ollas) à deux anses (fig. 2) et des cazuelas destinées à la cuisson des aliments. Ces pièces présentaient des décors analogues sous la forme de stries et de vaguelettes incisées sur le haut de panse. Un autre groupe bien représenté était constitué par des céramiques destinées au transport des liquides (38,76 %) telles que jarras, cántaros et jarritas, décorées de traits horizontaux peints à l’oxyde de manganèse. C’est à ce groupe qu’appartient une jarrita présentant un décor de caractères pseudoépigraphiques sur la partie haute du col et sous lesquels se développait un décor dit de cuerda seca parcial (HUM 2011/6605/97-99 et HUM 2011/6605/100-105). Le reste du mobilier collecté était constitué par des fragments de tapaderas (fig. 3) ou d’ataifores destinés à la présentation des aliments, c’est-à-dire de larges plats recouverts d’une glaçure de couleur miel et de traits peints à l’oxyde de manganèse sous couverte plombifère. Quelques fragments d’ataifores présentaient également un décor de cuerda seca parcial sous la forme d’une bande centrale de tresses.

Fig. 3. Tapadera (XIe siècle).

Fig. 3. Tapadera (XIe siècle).

Si le mobilier découvert s’est avéré assez pauvre comparativement à celui mis au jour lors des campagnes précédentes, l’intervention de l’année 2011 et la stratigraphie observée ont permis de mettre à nouveau en évidence l’existence de deux phases d’occupation distinctes, phénomène résolument absent du versant nord. Si l’on en croit le mobilier exhumé et les datations au radio carbone 14 effectuées par le laboratoire Archeolabs, la construction de la mosquée et de la plupart des grandes maisons du secteur II doit être fixée vers le milieu du Xe siècle, et c’est dans le courant de la première moitié du XIe siècle que le site fit l’objet de plusieurs réaménagements, en particulier sur le versant sud de la plate-forme. Ces remaniements se manifestent d’abord sous la forme de sols de comblement recouvrant d’anciennes structures taillées dans la roche, à l’exemple des US 6609, 6611, 6908 et 7104. Ils se traduisent encore par le comblement d’une porte (US 7107) et par la construction de nouveaux murs, à l’exemple de l’US 6601 (fig. 4) qui aboutit à l’abandon d’une citerne. Contrairement à ce que l’on était en droit de supposer, le mobilier appartenant aux deux phases d’occupation ne présentait guère de différences, ce qui conduit à supposer que les réaménagements observés se produisirent en un laps de temps très rapproché. On soulignera néanmoins que les sols les plus anciens présentent un pourcentage de mobilier glaçuré très réduit et que les céramiques les plus anciennes sont constituées par de petites marmites globulaires décorées de stries et de vaguelettes incisées sur le haut de panse. Il est encore trop tôt pour expliquer les motifs de ces réaménagements mais l’hypothèse la plus probable réside dans un changement de fonctionnalité des lieux, comme si le projet initial des bâtisseurs du site s’était avéré trop ambitieux, ou qu’une partie des occupants désertèrent cet habitat à l’époque du souverain al-Muqtadir de Saragosse (1046-1081), si l’on en croit quelques fragments de dirhams du règne de cet émir découverts dans les sols contemporains de la seconde phase d’occupation.

Fig. 4. US 6601 recouvrant une ancienne citerne.

Fig. 4. US 6601 recouvrant une ancienne citerne.

Les prochaines campagnes qui seront menées en 2012 auront pour objectif d’étendre la zone fouillée en direction de l’Ouest, de l’autre côté du grand mur (US 6702-7103) en accordant également une attention particulière à l’UA 72 (fig. 5), non fouillée encore dans son intégralité, dans laquelle un épais sol d’incendie a été mis au jour.

Fig. 5. Coupe stratigraphique de l’UA 72.

Fig. 5. Coupe stratigraphique de l’UA 72.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search