Rirha (Sidi Slimane, Maroc). Rapport 2019

Elsa Rocca, Charlotte Carrato, Mohamed Kabiri Alaoui et Abdelfattah Ichkhakh


Synthèse des travaux

Le programme Rirha est soutenu par la Casa de Velázquez à Madrid et l’Institut National des Sciences de l’Archéologie et du Patrimoine de Rabat dans le cadre d’une convention bipartite. Il est également financé par la Commission des fouilles du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères français (2018-2021) et le LabEx Archimede de l’université Paul Valéry-UMR 5140 à Montpellier (projet Gharb, 2017-2019). Il reçoit de plus le soutien de la Direction du Patrimoine Culturel du Maroc et du Service de coopération et d’action culturelle (SCAC) de l’Ambassade de France à Rabat.

L’année 2019 a été inaugurée par l’édition d’une brochure de présentation du site à destination du grand public. Cette plaquette d’une trentaine de pages, en français et en arabe, a été publiée avec l’aide du SCAC. Cette année, les activités de terrain se sont déroulées en deux phases : des prospections géophysiques se sont tenues en janvier en collaboration avec l’université de Cologne ; la campagne de fouille et l’étude du bâti ainsi que l’inventaire du mobilier et l’étude de la céramique (issue des fouilles de 2018 dans l’Ensemble 5) ont été réalisés lors de la campagne de juin. Durant la post-fouille de décembre 2018, l’équipe s’est principalement consacrée au phasage et à l’étude des faciès céramiques de l’installation vinicole (Ensemble 1). En parallèle, le tri de la micro-faune issue des refus de tamis (fouilles 2014-2016) a été effectué par L. Polain, postdoctorante, sous la direction de T. Oueslati. Lors de la prochaine session (décembre 2019), les travaux seront dédiés à l’analyse des céramiques issues des deux ensembles fouillés et à l’étude de la faune. Enfin, sur le plan méthodologique, l’année 2019 a vu la mise en place du Système d’information archéologique de Rirha, faisant suite au travail d’uniformisation de la documentation produite depuis 2005. La configuration de la base de données, leur saisie et la formation des membres de l’équipe ont été assurées par S. Munos, ingénieur du Labex Archimede pour le programme Syslat. Cette base, qui rassemble les données de terrain, l’inventaire des mobiliers et leurs études, est accessible à tous les membres de l’équipe, quelle que soit leur localisation, via le serveur Huma-Num.

Prospections géophysiques (résumé du rapport en anglais de M. Broisch)

L’équipe d’archéologues géophysiciens de l’Institut archéologique de l’université de Cologne est venue sur le terrain en janvier 2019. L’objectif de cette première campagne de prospections était de tester trois méthodes géophysiques – géomagnétique, géoélectrique et géoradar –, si possible sur les mêmes aires afin de comparer les résultats. La première d’entre elles, qui permet d’atteindre 1,5 m de profondeur, présente l’avantage d’être rapide à mettre en œuvre. La quasi-totalité du gisement a donc pu être couverte, à l’exception de zones sud et ouest en raison de la topographie et de la végétation. Si les résultats sont difficiles à lire étant donné la multiplicité des phases d’occupation, certaines anomalies pourraient être interprétées comme des bâtiments, en particulier dans la partie ouest du tell. La méthode géoélectrique, quant à elle, peut atteindre des structures situées à 1 m de profondeur et nécessite un terrain sans végétation haute, qui doit donc être préparé au préalable (fig. 1). Cette méthode a été plus probante sur le sommet du tell où plusieurs structures apparaissent. La prospection géoradar, la plus lente à exécuter mais permettant d’atteindre jusqu’à 3 m de profondeur, a été testée sur une petite portion de terrain. Étant donné la composition du sol, les structures situées jusqu’à 1,5 m de profondeur sont considérées comme fiables. Au nord-est du gisement, apparaissent deux rangées de bâtiments séparés par une probable rue, dont l’orientation est la même que celle de la domus de l’Ensemble 1, à proximité. Il est donc apparu que les trois méthodes sont complémentaires car elles ont fonctionné sur des zones différentes et ont toutes livré des résultats. Il est désormais souhaitable de terminer l’exploration avec les méthodes géoradar et géoélectrique.

Fig. 1 - Préparation du terrain et mise en place pour la prospection géoélectrique.
Fig. 1 – Préparation du terrain et mise en place pour la prospection géoélectrique.

Synthèse des fouilles

L’Ensemble 5 (dit du tell) : étude du quartier maurétanien

Situé à l’extrémité occidentale du tell, le chantier de l’Ensemble 5 a été ouvert en 2005 à proximité du sondage ancien 1 (fouille M. Euzennat, 1955) dans lequel les niveaux maurétaniens les plus anciens ont été datés du Ve s. av. J.-C. Dans ce secteur de la ville, l’occupation maurétanienne se poursuit sans rupture jusqu’au Ier s. av. J.-C. et la fouille a permis de constater que les structures sont directement surmontées par les murs romains. Après un hiatus, l’ensemble est réoccupé à l’époque médiévale. Depuis 2013, l’étude se concentre sur les niveaux d’époque maurétanienne et a pour objectif de fouiller en phase et de façon extensive le groupe de bâtiments construits exclusivement en terre crue et remaniés au fil du temps, qui correspond, pour l’instant, à un îlot d’habitation. L’objectif est donc de reconnaître le plan des édifices et de documenter les formes d’occupation, par la fouille fine, les prélèvements systématiques destinés aux études paléoenvironnementales et l’analyse des sols par la micro-morphologie.

La superficie, qui augmente chaque année vers le sud sur la zone érodée, avoisine désormais 250 m². Pour le Ier s. av. J.-C. (fouille 2013-2017), quatre états d’architecture (A-D) se succédant tous les 25 ans ont été reconnus, avec, comme élément topographique constant, la présence d’un espace de circulation extérieur au nord de la façade du bâtiment. Celui-ci est aménagé sur des remblais rapportés (état D) qui scellent une occupation antérieure définie par un ensemble de pièces. En 2018, une alternance de réoccupations sporadiques matérialisée par des foyers et quelques reprises dans le bâti et de niveaux d’abandon de ces pièces avait été identifiée comme un état intermédiaire (état E). Les derniers niveaux de sol de l’état F, que nous tentons actuellement de définir, avaient été atteints au sud (espace 60) et probablement au nord (espaces 64-65 ?). L’objectif en 2019 était donc de fouiller la partie occidentale, le centre et la partie orientale de l’Ensemble 5, qui n’avaient pas été explorés l’année précédente, afin de terminer la fouille des niveaux de l’état intermédiaire E, de compléter le plan de l’état F (fig. 2) et d’en atteindre les derniers niveaux de sols. L’interprétation est en cours quant au rattachement des structures au premier ou au second état, voire à un état plus ancien, qui semble avoir été atteint au moins à l’est de l’Ensemble 5.

Fig. 2 – Vue générale de l’Ensemble 5 avec l’indication des espaces de l’état F.

À l’issue de la campagne, la fouille a livré le plan d’un bâtiment principal occupant le centre et la partie orientale de l’Ensemble 5, organisé en 4 grandes pièces (espaces 60, 61, 62 et 66). La limite des pièces sud n’est pas connue car elle se situe dans la zone érodée. Au nord, le bâtiment est limité par un large mur de façade, présentant un renfoncement du côté ouest, et une ouverture du côté oriental permettant de circuler vers le nord. Une autre porte permettait de passer de l’espace 62 à l’espace 66, tandis qu’un passage permettait de se rendre dans la pièce 60 au sud (relations stratigraphiques à contrôler en 2020). Deux éléments importants doivent être soulignés : un four FR5880 occupe l’angle nord-est de la pièce 62, au-delà du mur MR5833 (fig. 3), et une porte ouvre vers l’est dans la pièce 61. Tout indique donc que le bâtiment se prolonge vers l’est, sous la berme. Selon l’interprétation actuelle, le niveau d’occupation contemporain de ce bâtiment rassemble les sols des quatre espaces (60, 61, 62, 66). Outre le four, ces sols sont marqués par des foyers domestiques (?) : cinq dans la pièce centrale (66), deux dans celle du sud et trois dans celle du sud-est (rappelons que le sud des pièces est détruit par l’érosion). À l’ouest, on propose de rattacher à cet état la longue pièce 68 et la pièce 58, avec peut-être une porte entre les deux. Toutefois, aucune circulation n’a été identifiée dans les murs mitoyens. Ces espaces peuvent donc former une aile occidentale de l’édifice principal ou tout aussi bien appartenir à un autre bâtiment. Au nord, la présence d’une porte et les altitudes des sols de part et d’autre du mur de façade indiquerait que ce sont les espaces 64 et 65 (et non 69, plus ancien de ce fait) qui fonctionneraient avec l’état F.

Fig. 3 - Le four domestique aménagé dans l’angle nord-est.
Fig. 3 – Le four domestique aménagé dans l’angle nord-est de l’espace 62, vue vers le sud-est.

Les niveaux les plus anciens sont représentés par un mur nord-sud qui sépare deux espaces, 71 et 70, antérieurs à l’espace 62. Tout à l’ouest, deux espaces alignés (73, 72) sont peut-être à rattacher à cette phase plus ancienne. Aucune circulation n’est visible entre eux, chacun pouvant fonctionner avec des espaces se développant vers l’ouest, en dehors de la zone explorée. Une hypothèse de travail consiste à identifier une phase plus ancienne que F dans ces murs et les sols qui leur correspondent à l’ouest. Le phasage des états E, F et d’un éventuel état plus ancien doit faire l’objet de discussions, qui seront alimentées par l’étude du mobilier lors de la post-fouille. En 2020, il faudra de plus vérifier plusieurs circulations : au niveau de la porte nord PR5905 et les relations entre l’espace 62 et les espaces 64-65 / 69 ; les relations entre les espaces 66 et 60 au sud.

En définitive, la fouille de 2019 a permis de clarifier des points importants, comme la stratigraphie de l’espace 62, dans lequel les niveaux de dépotoirs sont en réalité plus anciens que le sol, indiqué uniquement par le four dans l’angle sud-est (butte-témoin en 2018), mais aussi la stratigraphie de l’espace central 66, qui posait des difficultés de lecture jusqu’ici en raison du grenier médiéval qui en occupait la majeure partie. De beaux résultats sont à mettre en exergue : la découverte d’une amphore Dressel 1 A quasiment intacte posée sur le sol de l’espace 73, celle du four construit dont les parois sont conservées sur une vingtaine de centimètres, ou encore de nombreux foyers dans les espaces 66 et 61.

L’Ensemble 1 (dit domus) : étude diachronique (du milieu du IIe s. au XVe s.)

L’Ensemble 1 est localisé à l’extrémité nord-est du centre urbain romain, contre le rempart oriental. En partie dégagé dans les années 1920 par L. Chatelain, ce secteur, dont l’exploration a été reprise dès 2005, couvre désormais une surface de près de 690 m2. Il se compose d’une domus à péristyle au sud, d’un ensemble thermal accolé à une portion du rempart à l’est, et d’une installation de production au nord. L’ensemble de ces structures se rapporte à la seconde moitié du IIe s. et au début du IIIe s. Ce quartier d’habitation recouvre des vestiges d’occupations plus anciens datés des Ier et IIe s. Depuis peu, on sait aussi que ce secteur est fréquenté à l’époque tardo-antique. Après un hiatus chronologique, le secteur est réoccupé à l’époque Idrisside et ce jusqu’au XIVe s. ap. J.-C. Cette phase d’occupation est matérialisée par le creusement d’un grand nombre de fosses (récupération, dépotoir, silos) et par les vestiges de structures artisanales (fours, notamment de potiers et leurs dépotoirs). Le programme en cours se concentre sur l’exploration de l’installation vinicole d’époque romaine et de la ruelle attenante, ainsi que sur les occupations tardo-antique et médiévale.

Disposée en L au nord et à l’ouest de la domus, l’installation de production présente un état de conservation exceptionnel dû à un incendie survenu à la fin du IIIe s. ap. J.-C. Construite dans la seconde moitié du IIe s., elle se structure autour d’un large couloir central (XIX) de part et d’autre duquel deux aires de pressurage (XX-XXI et XII-XIII) et leur cuve de réception ont été mises au jour et à l’extrémité duquel une longue salle de stockage (X-XVII) a été dégagée. Elle est ouverte à l’est sur une ruelle (XII-ESP9) qui devait permettre de rejoindre le decumanus maximus vers le nord. En 2019, les recherches dans ce secteur se sont poursuivies au nord de l’Ensemble 1 : dans la rue et à l’intérieur du bâtiment, au sein des espaces XXI, XIX et XVII-N.

À l’extrémité ouest de la fenêtre de fouille, le dégagement de la pièce XVII-N a révélé la présence de deux nouvelles portes ouvrant respectivement au nord et à l’ouest, confirmant l’hypothèse de la limite de l’installation dans ces directions. Une grande partie des éléments présents dans la pièce au moment de l’incendie a également été retrouvée dans un état de conservation remarquable (cuve de réception maçonnée munie de dolia, dolia de stockage et amphores) [fig. 4]. Parmi les découvertes inédites, citons un système de soutirage de l’eau de la citerne, les restes d’une probable fontaine à eau, ou encore l’empreinte carbonisée d’une natte ou d’un tapis. À l’opposé de ce secteur, dans la rue, la fouille des niveaux d’utilisation du premier praefurnium de l’ensemble thermal a permis d’observer les traces d’une activité intense et continue.

Fig. 4 – Vue générale de la salle de transformation nord (XVII-N), à l’issue de la campagne.

Les données acquises ces deux dernières années permettent de circonscrire l’occupation tardo-antique à la partie antérieure de l’édifice vinicole (ESP-XII-XXI) et à la rue. La fouille des espaces occidentaux (XIX et XVII) confirme en effet que l’occupation antique est directement recouverte des remblais de démolition sans occupation intermédiaire. Peu à peu, se dessine une occupation tardo-antique structurée. Dans la rue, des murs bâtis en terre massive et en pierre sèche clôturent au moins deux cellules de petites dimensions qui viennent s’appuyer contre la façade est du bâtiment et réduire la largeur de la porte d’accès au bâtiment. Dans le couloir central (XIX) et la salle des manœuvres (XII-XXI), trois forges ont été découvertes, montrant une réappropriation d’une partie de l’espace artisanal pour y installer un genre nouveau d’activité. Elles n’appartiennent pas toutes à la même séquence chrono-stratigraphique comme en témoigne la superposition de deux des forges. Les niveaux de circulation contemporains de cette occupation ont été dégagés au niveau d’un seuil, matérialisé par du matériel à plat peu caractéristique, mais stratigraphiquement postérieur au IIIe s.

Depuis 2018, la question d’une occupation islamique précoce avait été envisagée au centre de l’ESP XXI, sans que des éléments de datation n’aient pu être avancés. La découverte d’une fosse aux parois aménagées et d’un niveau de poutres calcinées, impactant directement les forges tardo-antiques, viennent depuis 2019 alimenter cette hypothèse (fig. 5). Leur position stratigraphique pourrait en effet renvoyer à l’époque idrisside, même si l’étude du mobilier à venir doit en apporter la nécessaire confirmation.

Fig. 5 - Vue de la pièce XII-XXI et de ses fosses médiévales en cours de fouille.
Fig. 5 – Vue de la pièce XII-XXI et de ses fosses médiévales en cours de fouille.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.