Projet OLEASTRO. Rapport 2019

Stéphane Mauné, Iván González Tobar, Oriane Bourgeon, Ophélie Tiago Seoane, Océane Arvidsson, Enrique Garcia Vargas et Corinne Dubler avec la coll. de Charlotte Carrato et Jordan Latournerie


L’année 2019 est la dernière année d’activité de terrain du programme OLEASTRO du LabEx Archimede, soutenu financièrement et scientifiquement par la Casa de Velazquez (2017-2019). Elle clôture huit années de recherches qui ont associé des campagnes de prospections pédestres ainsi que les fouilles des ateliers de Las Délicias (Ecija ; 2013-2015), El Mohino (Palma del Río ; 2018) et Fuente de Los Peces (Fuente Palmera/Hornachuelos ; 2019). Les recherches n’ont concerné en 2019 que la zone du conventus de Cordoue. Celles concernant les conventus d’Astigi/Ecija et d’Hispalis/Séville sont à présent achevées et ont donné lieu à deux soutenances de thèse en octobre et décembre 2018 (O. Bourgeon et Q. Desbonnets). En 2019, les recherches se sont concentrées sur l’atelier d’amphores Dr. 20 précoces de Fuente de Los Peces, situé dans la vallée du Tamujar, dans le secteur de Fuente Palmera. Il faut rappeler qu’en 2018, cette zone de la rive gauche du Guadalquivir avait bénéficié d’une prospection systématique, à la confluence du Tamujar et du Guadalquivir et que d’autre part, elle présente un intérêt particulier en raison de la présence de tout un réseau d’établissements ruraux augustéens connu depuis plusieurs années grâce aux recherches d’Iván González Tobar, natif d’Ochavillo/Fuente Palmera.

Activités de terrain

Fouille archéologique de l’atelier de Fuente de los Peces

Bilan des connaissances avant la fouille

Découvert en 2008 sur les communes de Fuente Palmera et d’Hornachuelos (fig. 1) et resté jusqu’à présent inédit, Fuente de los Peces associe un établissement rural d’époque romaine et un atelier de production d’amphores à huile Dr. 20. Il occupe le versant sud-occidental d’un replat formant la limite entre le plateau de Fuente Palmera et le petit bassin versant du ruisseau de Villalón, autrefois appelé « de los Peces ». Après un parcours de 3 km, l’Arroyo de Villalón rejoint le Tamujar, affluent du Guadalquivir.

Fig. 1 - Localisation de l’atelier augusto-tibérien de Fuente de los Peces.
Fig. 1 – Localisation de l’atelier augusto-tibérien de Fuente de los Peces dans la vallée du Guadalquivir (I. González Tobar-OLEASTRO del.).

L’établissement antique de Fuente de los Peces occupe, à 120 m d’altitude, une surface approximative de 3 ha et se trouve à 3 km au sud de l’ancienne rive gauche du Guadalquivir.

Son implantation s’explique probablement par la présence d’une importante source pérenne qui a donné son nom au quartier cadastral. Actuellement, cette zone est occupée par des cultures annuelles ou arbustives ainsi que par une pépinière. Dans le tiers nord-occidental du site apparaissent, à la surface d’une parcelle occupée par des cultures annuelles, les traces concentrées et indubitables de production d’amphores Dr. 20 à huile, constituées de rebuts de cuisson, de surcuits et d’éléments de four(s) probablement construit(s) en adobe. Là, le mobilier amphorique est très abondant et recouvre littéralement la surface de la parcelle.  

L’intérêt principal de Fuente de los Peces est d’être le seul centre de production, avec celui découvert av. du Docteur Flemming à Carmona (prov. de Séville), connu pour avoir produit pendant au moins un demi-siècle, des Dr. 20 précoces, du type Dr. 20a de S. Martin Kilcher, désignées aussi parfois comme des modèles Oberaden 83 ou Haltern 71, par référence à deux camps augustéens du limes germanique et datées entre les années 30 av. et 20/30 ap. J.-C.

Un article publié dans le tome 48 (2)-2018 des Mélanges de la Casa de Velázquez a permis de présenter les résultats des prospections et le riche mobilier ramassé à cette occasion.

Neuf bords d’amphores sont apparentés à des conteneurs d’origine ibérique proches du type Pellicer D. Surtout, une importante série de bords, cols, anses et fonds de Dr. 20 précoces a été ramassée sur le site ainsi que 13 exemplaires du timbre MR et 8 exemplaires du timbre TAM, connus dans plusieurs contextes de consommation en Germanie inférieure, à Rome et en Gaule Narbonnaise.

La découverte de l’atelier de Fuente de los Peces constitue une étape fondamentale des recherches en cours sur les lieux de production d’amphores Dr. 20, dans le bassin du Guadalquivir inférieur. Elle illustre l’implantation rurale d’un atelier éloigné de quelques kilomètres du Guadalquivir et montre dans ce cas précis que c’est probablement le lien avec la production locale d’huile qui a été déterminant dans le choix de cette installation, et non pas les facilités procurées par une position commerciale avantageuse, en bordure du grand fleuve.

Le grand intérêt de ce site archéologique est finalement sa datation haute. Celle-ci correspond en effet au démarrage de ce phénomène socio-économique majeur que constitue la production quasi industrielle d’huile et d’amphores Dr. 20 pour l’approvisionnement de l’Vrbs et des camps du limes germanique, dans une région de quelques centaines de km2 située entre Séville, Cordoue et Ecija (le « triangle de navigabilité » de Michel Ponsich). Compte tenu du caractère assez exceptionnel des vestiges mobiliers visibles en surface, le projet d’une fouille partielle de ce complexe est rapidement apparu comme une nécessité scientifique absolue.

Les résultats de la fouille de 2019

La fouille s’est déroulée du 10 mai au 4 juin (fig. 2) et a mobilisé une douzaine d’étudiants, doctorants et chercheurs des universités de Montpellier, Bordeaux, Rennes et Séville, sous la direction d’I. González Tobar et de S. Mauné, avec la collaboration d’O. Bourgeon, d’O. Tiago Seoane, d’O. Arvidsson et d’E. García Vargas et le concours de Ch. Carrato et J. Latournerie. La société AIRDRONE a assuré les prises de vue aérienne et les relevés qui ont permis le calage centimétrique des vestiges en place. L’association Archéologique d’Ochavillo a prêté main-forte à l’équipe de fouille et les propriétaires des terrains ont fourni aide et assistance technique. 

Fig. 2 - Vue aérienne par drone.
Fig. 2 – Vue aérienne par drone de la fouille archéologique de l’atelier de Fuente de los Peces en juin 2019 (cl. AIDRONE VISION del.).

Le premier objectif de cette opération était d’atteindre des niveaux archéologiques stratifiés susceptibles de livrer des grignons d’olive et des charbons de bois provenant de foyers de four(s).

La découverte et la caractérisation en 2013/2014 sur l’atelier de Las Délicias d’un recyclage des déchets de pressurage des olives (grignons) issus de l’huilerie attenante à la zone de production des amphores avait permis de démontrer cette pratique jusqu’alors méconnue. L’analyse morphométrique des noyaux d’olive complets réalisée à l’Institut des Sciences de l’évolution de Montpellier par Clémence Pagnoux et Jean-Frédéric Terral avait par ailleurs montré la grande variété culturale des oliviers dans la zone d’Astigi/Ecija, pour la première moitié du IIIe s. En 2018, l’exploration de l’atelier d’El Mohino avait confirmé l’utilisation précoce des grignons comme combustible dans des fours datés entre les années 20/30 et 110/120 ap. J.-C.

La problématique du combustible apparaît comme majeure dans une région où sont répertoriés environ 110 ateliers d’amphores et les niveaux augustéens de Fuente de los Peces offraient l’opportunité d’apprécier la situation au point de départ mais également de disposer de séries de noyaux d’olive identifiables du point de vue variétal. Par ailleurs, les résultats préliminaires de l’analyse des charbons de bois des fours de Las Délicias montraient l’exploitation exclusive de chêne vert et de pistachiers lentisques, à côté des grignons d’olives. Ces données suscitaient des interrogations sur le couvert boisé environnant (forêt dégradée de type garrigue ?), mais également sur l’utilisation de la gomme de pistachier pour étanchéifier les Dr. 20 avant leur utilisation comme conteneur à huile (culture éventuelle ?).

L’obtention et l’analyse de lots de noyaux mais aussi de charbons de bois, échelonnés entre l’époque d’Auguste et le milieu du IIIe s., dans une zone de quelques centaines de km2 constituaient de fait, pour le programme OLEASTRO, un objectif majeur.

Le second objectif était de caractériser l’évolution typo-chronologique des amphores locales et de mieux appréhender les productions de l’atelier.

Quatre tranchées ont été ouvertes (fig. 3) et forment un L dont la haste verticale (TR2), orientée nord-sud, a une longueur de 31 m et une largeur d’1,60 m. Deux autres tranchées (1 et 3), parallèles, ont été installées à la perpendiculaire de la TR2, à son extrémité méridionale. Les deux tranchées sont reliées, à leur extrémité orientale, par la tranchée 4 (3 m de long). Un sondage de 9 m2 a par ailleurs été ouvert au point de contact des TR1, 3 et 4. Au total, la surface ouverte est de 122 m2 et correspond à environ 12 à 15% de la zone de 800 à 1000 m2 où étaient visibles, en prospection, les indices de la présence d’un atelier.

Fig. 3 - Plan général de la fouille de Fuente de los Peces.
Fig. 3 – Plan général de la fouille de Fuente de los Peces (DAO I. González Tobar-OLEASTRO del.).

Les vestiges archéologiques en place se trouvent sous une mince épaisseur de couche arable, d’environ 20/25 cm ; dans les tranchées 2 et 3 et dans une moindre mesure dans la tranchée 1, ils s’apparentent pour l’essentiel à des remblais stratifiés d’une hauteur maximale de 1,70 m. Les grandes coupes installées dans les tranchées 2 et 3 ont permis de bien appréhender la nature de ce contexte spécifique et sa dynamique de comblement. On est à l’évidence en présence d’une vaste fosse subcirculaire dont le diamètre nord-sud atteignait 31 m et qui a été creusée au début du Haut-Empire pour prélever des matériaux probablement destinés aux murs en terre de l’établissement qui se trouve dans les parties orientale et méridionale du complexe. Une partie de cette fosse a ensuite été utilisée pour servir d’accès à un ou plusieurs fours qui sont localisés sur son flanc sud comme le montre le sondage réalisé entre les TR1 et 3. Celui-ci a en effet révélé la présence de murs entourant l’accès de deux fours successifs (fig. 4). Comme à El Mohino, l’accès au(x) four(s) se faisait par une profonde fosse entourée de murs construits avec des fragments de panse de Dr. 20. La largeur de ces deux espaces successifs (5, 20 et 5,50 m) ne laisse aucun doute sur leur fonction puisque ces mesures sont également celles relevées devant les quatre fours de chacune des deux batteries d’El Mohino. Elles sont aussi conformes à celles relevées sur les accès des fours à Dr. 20 connus à Séville, Arva ou encore à La Catria. Deux phases principales ont été mises en évidence qui montrent la succession probable, au même emplacement, de deux fours, légèrement désaxés.

Fig. 4 - Vue prise du sud de l’extrémité septentrionale.
Fig. 4 – Vue prise du sud de l’extrémité septentrionale de la construction encadrant la fosse d’accès d’un four à Dr. 20 (cl. I. González Tobar-OLEASTRO del.).

Les remblais observés immédiatement au nord de ce sondage et dans la tranchée 3 correspondent à de puissants dépôts de matériaux et de rejets artisanaux (cendres notamment) provenant du fonctionnement et de la démolition probable d’un ou plusieurs fours, installés là pour maintenir en place les murs précédemment décrits. Les dépôts de rebuts de production de Dr. 20 mais aussi de tuiles et dans une moindre mesure de bassines ont ensuite été installés à l’ouest du secteur des fours. Ils sont visibles sur toute la longueur de la tranchée 2, sur une hauteur de 1,70 m environ (fig. 5), et leur fouille a permis de bien appréhender l’évolution morphologique des Dr. 20 locales.

Fig. 5 - Vue prise du nord.
Fig. 5 – Vue prise du nord, depuis l’intérieur de la tranchée 2 des couches de rebuts de production de Dr. 20 (cl. S. Mauné -OLEASTRO del.).

L’analyse des cols et bords recueillis en prospection avait permis de distinguer cinq types de cols augusto-tibériens. La fouille a permis de démontrer qu’ils correspondaient à des phases de production distinctes. Au sein des dépotoirs, les 594 amphores mises au jour correspondent aux types A, B, C et D. Seul le dernier type (E), n’a pas été retrouvé. Ce sont les amphores les plus proches morphologiquement des Dr. 20B et très probablement les dernières produites dans l’atelier. Un seul bord d’amphore de type ibérique Pellicer D a été recueilli. Enfin, aucune production d’amphores à defrutum Haltern 70 n’est clairement identifiable ce qui confirme les données de surface où ce type était absent.

Concernant la problématique des noyaux et des charbons, la fouille a permis de recueillir plusieurs lots, piégés dans le comblement de l’accès du four le plus tardif ainsi que dans la grande fosse d’extraction de matériaux. Ces marcorestes feront l’objet d’analyses et les refus de tamisage du 2 mm seront traités pour y déceler la présence éventuelle de graines de céréales ou de légumineuses. Finalement, cette opération, bien que limitée du point de vue de son emprise au sol, aura permis d’atteindre les objectifs fixés avec une grande économie de temps et de moyen. Elle montre qu’une fouille ciblée tenant compte des enseignements stratigraphiques des opérations menées depuis une trentaine d’années sur d’autres ateliers de la vallée du Guadalquivir peut rapidement fournir des données scientifiques d’un grand intérêt. Manifestement, et ce depuis l’époque augustéenne, les ateliers ruraux semblent tous présenter la même physionomie : des fours circulaires, probablement installés en batterie de 2, 3 ou 4 unités, sont installés dans de grandes excavations et alimentés à partir de profondes fosses protégées par d’imposants murs constitués de monolithes en pierre – pour les plus anciens (?) avant que n’ait commencé la production de Dr. 20 – ou construits avec des panses d’amphores mises au rebut. Cette particularité, comme le remarquable état de conservation de la plupart des fours qui ont été fouillés, invite à multiplier les fouilles ciblées qui livrent à la fois la stratigraphie plus ou moins complète de l’atelier mais aussi et surtout des macrorestes qui vont permettre de définir ce qu’était l’agriculture turdétane et de quelle(s) façon(s) était gérée l’exploitation des ressources sylvicoles.

Thèses OLEASTRO

Thèses déjà soutenues (2018)

Oriane Bourgeon, en co-tutelle avec E. García-Vargas (Université de Séville, Espagne) : « La production d’amphores oléicoles dans la basse vallée du Genil (Ecija, Séville, Espagne). Contribution à l’histoire socio-économique de la Bétique romaine (Iers.-IVe s. ap. J.-C.) », 2 vol. 1096 p. Première inscription en octobre 2013. Contrat doctoral Labex-Archimede-ANR-11-LABX-0032-01/Membre scientifique de la Casa de Velázquez 2016/2017.

Thèse soutenue le 26 octobre 2018 devant un jury composé de M.-B. Carre (CNRS-CCJ Aix-en-Provence), M. Dondin Payre (CNRS-Paris), F. Laubenheimer (CNRS-ARSCAN Nanterre), N. Rovira (Université Paul Valéry-Montpellier), A. Álvarez Melero (Université de Séville), J.-P. Brun (Collège de France), E. García Vargas (Université de Séville) et S. Mauné (CNRS-Montpellier).

Quentin Desbonnets, en co-tutelle avec E. García-Vargas (prof., Université de Séville, Espagne) : « Les ateliers d’amphores à huile du conventus d’Hispalis (Séville, Espagne). Caractérisation et étude d’une zone de production de la province romaine de Bétique (Ier s. av. J.-C.-Ve s. ap. J.-C.) », 3 vol. 1071 p. Contrat doctoral Labex Archimede-ANR-11-LABX-0032-01/Ecole Doctorale 60 de l’Université Paul Valéry-Montpellier III.

Thèse soutenue le 13 décembre 2018 devant un jury composé de O. Rodríguez (Université de Séville), C. Rousse (Université d’Aix-Marseille), C. Sanchez (CNRS, Montpellier), J.-P. Brun (Collège de France), D. Bernal (Université de Cadix), F. Tassaux (Université de Bordeaux), E. García Vargas (Université de Séville) et S. Mauné (CNRS-Montpellier).

Thèse soutenue en 2019

Corinne Dubler, en co-tutelle avec U. Ehmig (prof., Université de Fribourg, Allemagne) : « Le commerce des amphores à huile Dr. 20 dans l’Occident romain (Gaules et Germanies) d’Auguste jusqu’au milieu du IIIe s. ». Contrat doctoral Labex Archimede-ANR-11-LABX-0032-01/Ecole Doctorale 60 de l’Université Paul Valéry-Montpellier III. Thèse soutenue le 18 décembre 2019 devant un jury composé de M. Joly (Université Jean Jaurès Toulouse II), S. Lemaître (Université de Poitiers), M. Poux (Université Lumière Lyon II), E. García Vargas (Université de Séville), U. Ehmig et S. Mauné.

Thèses en cours

Ivan González Tobar, en co-tutelle avec E. Melchor (prof., Université de Cordoue) : « La production d’amphores à huile dans le Conventus Cordubensis (Province de Bétique, Espagne) à l’époque romaine. Nouvelles perspectives socio-économiques ». Première inscription septembre 2016. Contrat doctoral Labex-Archimede-ANR-11-LABX-0032-01/ Ecole Doctorale 60 de l’Université Paul Valéry-Montpellier III. Cette thèse est intégrée au projet pluriannuel OLEASTRO du Labex Archimède ; soutenance prévue fin 2020.

Ophélie Tiago Seoane, en co-tutelle avec le Pr. V. Serneels (Université de Fribourg, Suisse) : « Les fours à amphores d’époque romaine en Méditerranée Nord-Occidentale (Hispanies, Gaule Narbonnaise, Italie). Études architecturale et technologique (Ier av. J.-C. – Ve s. ap. J.-C.), Contrat doctoral de l’École Doctorale 60 de l’Université Paul Valéry-Montpellier III. Première inscription en septembre 2017 ; soutenance prévue fin 2021.

Activités scientifiques des membres du programme

Bourses et séjours à l’étranger

  • Ophélie Tiago Seoane : bourse de courte durée à l’École Française de Rome, février/mars 2019.
  • Iván González Tobar : bourse de courte durée à l’École Française de Rome, septembre 2019.

Publications OLEASTRO 2019

  • O. Bourgeon, S. Corbeel, S. Mauné, E. García Vargas, Potiers et tacherons de l’atelier d’amphores à huile Dr. 20 de Las Delicias (Ecija, prov. de Séville, Espagne), in sous la dir. de M. Denti, M. Villette dir., Archéologie des espaces artisanaux. Fouiller et comprendre les gestes des potiers, Actes du colloque international de Rennes, 27-28 novembre 2014, Monographie d’Archéologie Méditerranéenne H. S. n°9, Montpellier 2019, p. 281-286.
  • S. Mauné, E. García Vargas, O. Bourgeon, C. Dubler, Q. Desbonnets, I. González Tobar, O. Tiago Seoane, OLEASTRO : Neue Ergebnisse des französisch-spanischen Forschungsprograms, in 19th International Congress of classical Archaeology. Archaeology and Economy in the Ancient World, Cologne-Bonn (Allemagne), 22-26 mai 2018, à par.
  • F. Bigot, G. Duperron, Le commerce des produits de Bétique à Arles : le témoignage des amphores (Ier s. ap. J.-C. – Ve s.). Bilan des recherches récentes, in D. Bernal, E. García Vargas, H. Gonzalez, S. Mauné dir., Conservas, aceite y vino de la Bética en el Imperio romano. Veinte años después Congreso Internacional Ex Baetica Amphorae II, Séville, 17-20 décembre 2018, à par.
  • O. Bourgeon, La producción de ánforas de aceite (Dr. 20 y Dr. 23) en el valle de Genil : los resultados de cinco años de investigación. Las estrategias de gestión, in D. Bernal, E. García Vargas, H. Gonzalez, S. Mauné dir. à par.
  • S. Corbeel, I. González Tobar, O. Bourgeon, Des objets indispensables à la production des amphores Dr. 20. Typologie et chronologie des bassines des ateliers du bassin du Guadalquivir (Ier – IIIe. s. ap. J.-C.), in D. Bernal, E. Garciá Vargas, H. Gonzalez, S. Mauné dir. à par.
  • Q. Desbonnets, Les ateliers d’amphores Dr. 20 du Conventus Hispalensis : première synthèse, in D. Bernal, E. Garciá Vargas, H. González, S. Mauné dir. à par.
  • C. Dubler, A. Gilles, Regard sur le commerce de l’huile de Bétique en vallée du Rhône. Le cas de Vienne au prisme des découvertes récentes, in D. Bernal, E. Garciá Vargas, H. González, S. Mauné dir. à par.
  • I. González Tobar, Nuevas perspectivas en los alfares de ánforas del Valle del Guadalquivir. Método y resultados preliminares en el Conventus Cordubensis, in D. Bernal, E. García Vargas, H. González, S. Mauné dir. à par.
  • I. González Tobar, La documentación de alfares de ánforas en peligro de extinción. El caso del Sotillo (Figlina Oleastrum), in D. Bernal, E. García Vargas, H. Gonzalez, S. Mauné dir. à par.
  • L. Long, G. Duperron, F. Bigot, Cl.  Domergue, M.-L. le Brazidec, C. Rico, L’épave Rieu 1, un chargement de produits de Bétique sur les côtes de la Narbonnaise au IIe s. ap. J.-C., in D. Bernal, E. García Vargas, H. González, S. Mauné dir. à par.
  • S. Mauné, E. García Vargas, El Proyecto OLEASTRO. Balance y perspectivas de 8 años de investigación en el valle del bajo Guadalquivir (2012-2019), in D. Bernal, E. García Vargas, H. Gonzalez, S. Mauné dir. à par.
  • O. Tiago, Los hornos de ánforas romanos en Hispania : balance y perspectivas, in D. Bernal, E. García Vargas, H. González, S. Mauné dir. à par.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search