La Sierra de Carthagène. Rapport 2011-2012

Avec la campagne de fouilles qui sera organisée au mois de juillet 2012, le programme « Recherches sur les mines et la métallurgie du plomb-argent de Carthagène à l’époque romaine » entre dans sa cinquième année. Bénéficiant depuis le début d’une subvention de la Casa de Velázquez et du soutien de la Région autonome de Murcie, le programme a obtenu l’appui financier, depuis 2011, de la Commission pour les fouilles archéologiques à l’étranger du ministère des Affaires étrangères et européennes.

Les recherches se déroulent au cœur de la Sierra minera de Cartagena, petite chaîne littorale de 25 km de long située à 7 km à l’est de Carthagène. Lieu d’une intense activité minière et métallurgique pour l’obtention d’argent et de plomb aux premiers temps de la domination romaine en péninsule Ibérique (IIe et Ier s. av. J -C.), la région connut une très importante reprise de l’exploitation entre le milieu du XIXsiècle et le début des années 1990 qui l’a profondément transformée. Dans un paysage de grandes carrières à ciel ouvert et de haldes étendues jalonné de ruines d’installations minières et métallurgiques, un massif, le Cabezo del Pino, apparaît miraculeusement préservé. Il renferme une des dernières mines souterraines encore accessibles de la région et, sur son flanc est, les prospections ont révélé une concentration notable de sites que le mobilier en surface permet de dater de la fin de l’époque romaine républicaine. C’est donc tout naturellement que le Cabezo del Pino s’est imposé pour mettre en place les premières fouilles programmées jamais réalisées dans la région sur l’activité minière et métallurgique antique. Plus concrètement, le site offre l’opportunité de travailler sur une grande partie de la chaîne opératoire du plomb-argent, l’objectif du programme étant de recueillir des données neuves tant sur l’extraction que sur la préparation et la réduction du minerai argentifère. Il vise donc à renouveler notre connaissance de l’une des principales régions minières de l’Hispanie romaine qui repose pour l’essentiel, et malgré quelques travaux récents, sur des observations anciennes, certes utiles mais qu’il apparaissait nécessaire de compléter et de préciser par l’archéologie. C’est là l’enjeu des travaux réalisés depuis 2008 aussi bien dans la mine sous le cabezo que sur les vestiges d’installations « industrielles » de la surface.

Bilan des recherches effectuées depuis 2008

Au cœur de la sierra minera, le Cabezo del Pino est un petit massif culminant à 268,53 m dominant à l’ouest la baie de Portmán. Les travaux se sont déroulés dans deux directions, avec une équipe constituée principalement d’étudiants en histoire et archéologie des universités de Toulouse – Le Mirail et de Murcie.

Recherches en souterrain

Placées sous la responsabilité de Jean-Marc Fabre (IR CNRS, UTM), plusieurs campagnes de prospection ont permis de reconnaître peu à peu un vaste réseau minier remontant à l’Antiquité. À ce jour, plus de 4 ha de travaux ont été explorés, et plus de 2 700 m topographiés sur un dénivelé de plus de 90 m. Deux phases principales d’exploitation peuvent être distinguées d’après la nature, l’aspect et l’organisation des travaux ; l’une, moderne, correspond à la période de la reprise de l’extraction au XIXe siècle mais certains secteurs s’inscrivent dans une période encore plus récente (milieu du XXe siècle), qui se caractérise par les grands volumes exploités, notamment de vastes chambres d’extraction communiquant avec le jour par de grands puits, et l’utilisation de la poudre comme technique d’extraction. La phase ancienne a pu être datée de l’époque républicaine romaine (IIe-Ier s. av. J.-C.) grâce à la découverte, au gré des prospections, dans des secteurs éloignés du jour, de tessons de céramique, essentiellement des amphores italiques Dressel 1 et Lamboglia 2. Une première typologie des travaux miniers anciens a d’ores et déjà été établie : galeries taillées au pic, de profils variés, le plus souvent ovoïde, reliant de petites chambres d’exploitation ou y donnant accès. L’ensemble de ces travaux, souvent colmatés par des déblais, pour partie résultant de l’exploitation moderne, s’organise autour d’un important dépilage subvertical relativement étroit, reconnu sur plus de 200 m de longueur et une quarantaine de mètres de dénivelé. Lors de la campagne de l’été 2010, l’installation d’équipements de type spéléologique a permis d’accéder à de nouveaux secteurs du réseau pratiquement intouchés depuis l’Antiquité (amphores romaines en surface) ; il s’agit là d’une découverte importante qui en laisse augurer d’autres tout aussi significatives.

Recherches de surface

Elles se déroulent sur le flanc est du Cabezo del Pino, à l’emplacement d’une des 2 000 anciennes concessions minières répertoriées dès les premières décennies de la reprise de l’exploitation dans la seconde moitié du XIXe siècle et dénommée « Presentación Legal ». Le site est occupé par un complexe d’installations d’époque républicaine dédiées à la préparation du minerai ; celui-ci provenait sans nul doute de gisements proches mais qui n’ont pu être identifiés en raison de l’importance des travaux d’extraction moderne dans tout ce secteur. La galène argentifère nécessitait un traitement préalable à sa réduction, appelé minéralurgie, qui comportait plusieurs phases permettant d’obtenir un produit apte à être fondu : lavage, classement et enrichissement du minerai préalablement broyé, toutes opérations qui nécessitaient de l’eau en abondance et des infrastructures spécifiques que l’on a commencé à mettre au jour et à étudier (fig. 1) : un grand bassin de stockage d’eau (secteur 1) [fig. 2], partiellement mis au jour en 2008 ; une laverie (secteur 2), équipée de cuves de lavage revêtues d’opus signinum, de types différents : bassins cylindriques d’un côté, structure dispositif en batterie constitué de deux bassins jumeaux d’autre part ; enfin, situé entre les deux secteurs nommés, un bâtiment (secteur 3) comportant un bassin revêtu de mortier hydraulique différent de ceux mis au jour dans les deux autres édifices ; on peut penser qu’il jouait aussi un rôle dans le processus de lavage du minerai argentifère.

Fig. 1. Vue aérienne des trois secteurs de fouille sur le flanc est du Cabezo del Pino.

Fig. 1. Vue aérienne des trois secteurs de fouille sur le flanc est du Cabezo del Pino.

Fig. 2. Vue aérienne du secteur 1.

Fig. 2. Vue aérienne du secteur 1.

Résultats de la campagne 2011

Les travaux ont cette année concerné essentiellement la surface où une campagne longue a été organisée au mois de juillet 2011. Une deuxième campagne, de courte durée, s’est tenue, à la fin du mois d’octobre, à des fins de vérification. Les fouilles ont concerné en parallèle les secteurs 1 et 2.

Le secteur 1

Situé au sud du site, dans la partie médiane de la montagne, au départ d’un petit talweg de direction sud-ouest / nord-est, c’est dans ce secteur que, sans doute dans la deuxième moitié du XIXe siècle, a été foncé un puits de mine donnant accès à un petit réseau souterrain, étudié en 2008. Un grand sondage, de 20 m2, y a été ouvert cette année-là, ce qui avait permis de mettre en évidence, sous d’importants remblais modernes, de structures et d’une stratigraphie antiques, en particulier les restes d’un grand réservoir hydraulique. La poursuite de l’étude de ce secteur prometteur dépendait cependant de la mise en œuvre d’un tractopelle pour enlever les remblais modernes qui, sur plusieurs mètres de hauteur, recouvraient les structures et les niveaux antiques. C’est ce qui a pu être fait en 2011 sur une aire volontairement réduite, de 80 m2, qui devrait être agrandie en 2012.

Outre la fouille du réservoir dans sa totalité, la fouille a permis de mettre en évidence un atelier de lavage antérieur à la construction de celui-ci, identifiable à des niveaux d’épandage de sédiments divers, pour certains attribuables, par leur couleur, consistance et granulométrie, à une activité de lavage du minerai argentifère. L’image de cet atelier, aménagé dans la pente, dans un angle formé par le substrat rocheux, est encore très partielle. Un grand mur ferme au nord l’espace de travail que l’aménagement du carreau de la mine au XIXe siècle a probablement détruit en partie. Une structure circulaire, peut-être un bassin de lavage, y a été découverte mais les niveaux d’occupation de l’atelier restent à fouiller.

Fig. 3. Le grand réservoir hydraulique du secteur 1.

Fig. 3. Le grand réservoir hydraulique du secteur 1.

Le grand réservoir occupe la partie ouest du site (fig. 3). Construit hors sol contre la paroi rocheuse, il nous est parvenu dans un bon état général, bien que le percement du puits de mine moderne l’ait détruit en partie. D’après les vestiges conservés, la construction, entièrement revêtue d’un épais enduit de mortier de tuileau (opus signinum), aurait mesuré à l’origine un peu plus de 7 m de longueur et 3,30 m au maximum de largeur. Le réservoir proprement dit, qui présente sur ses quatre côtés un profil légèrement évasé vers le haut, mesure 3,80 m sur 2 m pour une profondeur de 0,90 m. Sa capacité maximale était donc de 6 m3. Au sud et sans doute aussi au nord, le bassin était prolongé par un plan incliné également revêtu d’opus signinum. Celui-ci avait sans doute pour fonction de recueillir par captation les eaux de ruissellement.

Deux phases ont donc été mises en évidence dans ce secteur du complexe minéralurgique du site de « Presentación Legal ». Les données chronologiques restent encore trop peu nombreuses pour les situer précisément dans le temps. Mais l’une et l’autre se placent dans la phase d’exploitation de la fin de l’époque républicaine, la construction du grand bassin collecteur intervenant au plus tard à la toute fin du IIe s. av. n. è. Il s’agit là de travaux d’envergure qui ont profondément bouleversé l’organisation originelle de cette partie du complexe. L’enjeu des recherches à venir sera, notamment, de préciser le lien entre cette réorganisation du secteur et l’établissement voisin du secteur 3.

Le secteur 2

La laverie du secteur 2 est à ce jour l’installation la mieux connue du complexe minéralurgique romain de « Presentación Legal » (fig. 4). Orienté nord-sud, l’édifice a été construit à flanc de pente, en bordure de la falaise qui domine la Rambla de la Crisoleja à Portmán. La campagne 2011 avait pour objectif de parachever la fouille de l’atelier, en particulier dans sa partie ouest.

Fig. 4. Vue aérienne verticale de la laverie du secteur 2.

Fig. 4. Vue aérienne verticale de la laverie du secteur 2.

La laverie se présente comme un édifice étagé, comprenant trois terrasses se succédant d’ouest en est, dans le sens de la pente sur laquelle il a été construit. La superficie totale hors œuvre reconnue est actuellement de 195 m2. Les travaux se sont concentrés sur la terrasse supérieure (ouest) dont le mur du fond a été mis au jour. La roche — calcaire marmoréen et schistes — a été aménagée tant pour la mise en place du mur que pour l’aménagement des sols de circulation qui reposent sur une série de remblais d’égalisation. La terrasse large de 3,50 m dans sa moitié sud et de 5,30 m dans la moitié nord forme une plateforme d’une superficie de 37 m2, dominant de près d’un mètre la terrasse centrale et de 2,30 m la terrasse est, dédiée au lavage du minerai (altitude moyenne 154,42 m). C’est sur cette dernière, dont le sol était partiellement revêtu de mortier de tuileau, que sont concentrées les installations de lavage du minerai, bassins cylindriques et un dispositif en batterie, qui ont été fouillés dans les années précédentes. Des interventions ponctuelles ont été menées sur ces structures et seront complétées lors de la campagne 2012.

La campagne n’a pas apporté d’éléments nouveaux permettant de situer avec plus de précision la construction de la laverie. Celle-ci est à situer probablement dans la première moitié du IIe n. è. et l’activité ne se poursuit pas au-delà des années siècle 80-70. La réoccupation tardive du site, à l’époque julio-claudienne, a toutefois été confirmée. Elle reste à caractériser.

Les objectifs de la campagne 2012

Étude de la mine de la Rambla del Abenque

Des circonstances exceptionnelles (tremblements de terre à Lorca en mai) avaient conduit à annuler les recherches prévues en 2011 pour le souterrain (fouilles ciblées en particulier). Dans le but de comprendre l’organisation du réseau et son évolution depuis l’Antiquité, une étude de la minéralogie et de la géologie sera menée dans les parties déjà explorées et topographiées. Plusieurs sondages seront d’autre part réalisés dans certains secteurs identifiés comme antiques, peu touchés par les travaux modernes, en vue d’obtenir des données sur les techniques d’extraction et la dynamique d’exploitation d’un chantier, ainsi que de recueillir, en stratigraphie, des éléments chronologiques complémentaires (céramiques, charbons de bois).

Recherches de surface

Les travaux se dérouleront dans les trois secteurs en parallèle. Il s’agira d’une part de poursuivre la fouille de l’atelier de lavage identifié dans le secteur 1 ; un agrandissement de l’aire ouverte en direction de l’est et du nord est prévu, afin de mieux comprendre son organisation. Il nécessitera l’intervention pendant au moins deux jours d’un tractopelle.

Est prévu d’autre part l’achèvement de la fouille de la laverie du secteur 2 (niveaux d’utilisation de la terrasse supérieure mise au jour en 2011 et non entièrement fouillés). Un sondage devrait être réalisé au sud de l’atelier pour tenter de localiser l’entrée.

Enfin, la fouille du secteur 3 sera réactivée. Il s’agira de compléter le plan encore très partiel du bâtiment en vue de préciser sa fonction. Les éléments mis au jour lors des recherches de 2010 laissent à penser que le bâtiment présentait une organisation en terrasses où il n’est pas exclu de mettre au jour les restes d’autres bassins hydrauliques (présence de fragments d’opus signinum dans les niveaux d’abandon). On espère ainsi retrouver des éléments qui permettront de déterminer le rôle du bâtiment dans le complexe minéralurgique, et donc préciser ses rapports avec la laverie du secteur 2 comme avec l’atelier du secteur 1.

L’intérêt de ce secteur réside d’autre part dans le fait qu’il conserve des niveaux et des structures bien datés du début de l’époque impériale (périodes augustéenne et julio-claudienne), qui trahissent une réoccupation du site alors que la laverie ne fonctionne plus depuis les années 80-70 av. J.-C. Ces niveaux ont aussi livré en 2009 et 2010 quelques scories plombeuses, témoignant d’une activité de réduction du minerai dans le secteur. L’enjeu sera de localiser les structures métallurgiques et de les étudier. D’une manière générale, l’objectif sera de caractériser cette occupation tardive du site, attestée dans les trois secteurs en cours de fouille, qui s’inscrit dans la période de déclin de l’activité minière romaine à Carthagène.

L’archéométrie

Dès 2009 a été mis en place un programme d’analyses archéométriques sur le site, sous la responsabilité de Margot Muñoz (GET, UMR 5566, université de Toulouse III). Elles visent à la caractérisation géochimique et minéralogique des sédiments archéologiques liés au lavage du minerai argentifère en vue d’éclairer les protocoles minéralurgiques utilisés par les anciens. Pour l’heure, les analyses ont concerné les fonds de cuves de lavage et révélé de fortes concentrations en plomb. D’autres analyses, en cours, doivent permettre d’affiner les observations et pourraient aider à définir le rôle respectif des différentes structures de lavage attestées sur le site dans le processus minéralurgique.

Enfin, en 2011, un programme d’analyses des isotopes du plomb a été engagé sous la responsabilité de Sandrine Baron (CNRS, TRACES). Elles portent sur les résidus de lavage prélevés dans les cuves de la laverie et devraient permettre d’attribuer une signature du minerai traité dans celle-ci par les Romains. Les résultats sont attendus pour le deuxième semestre de l’année 2012. Au-delà du cas spécifique de notre laverie, ces analyses devraient permettre d’affiner la signature isotopique du plomb de Carthagène, contribuant ainsi à une meilleure définition de la traçabilité du métal provenant de cette partie de la péninsule Ibérique.

Pour citer ce billet : Christian Rico et Juan Antonio Antolinos Marín, « La Sierra de Carthagène. Rapport 2011-2012 », Archéo-CVZ. Carnet des fouilles archéologiques de la Casa de Velázquez, mis en ligne le 23/06/2016, https://archeocvz.hypotheses.org/263.

Christian Rico et Juan Antonio Antolinos Marín

Christian Rico (TRACES - UMR 5608 CNRS - Université Toulouse Jean Jaurès) et Juan Antonio Antolinos Marín (Universidad de Murcia)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.