Le centre monumental de Baelo Claudia. Rapport 2019

L. Brassous (dir.), X. Deru, O. Rodríguez, avec la collaboration de Ch. Aznar, J. Boucard, G. Florent, S. Lemaître, M. Gutierrez, J. A. Remolla, U. López Ruiz, Chr. Louvion, T. Oueslati, S. Renard, J. Sánchez, J.-Chr. Sarrazin


Les travaux conduits en 2019 dans le cadre des recherches archéologiques menées sur le secteur sud-est du centre monumental de Baelo Claudia se sont déroulés au cours d’une première campagne du 5 avril et le 3 mai 2019 dédiée à la fouille, aux levées topographiques et au premier traitement du matériel et au cours de deux missions restreintes du 6 au 10 mai 2019 et du 9 au 13 septembre 2019 dédiées à l’étude du mobilier.

Ces travaux marquent la huitième et dernière phase du Proyecto General de Investigaciones Arqueológicas (PGIA), approuvé par la Junta de Andalucía et porté par la Casa de Velázquez, en collaboration avec le Conjunto Arqueológico de Baelo Claudia et les universités de Séville, Lille (Halma), La Rochelle (LIENSs) et Poitiers (HeRMA). Ces recherches ont bénéficié pour la quatrième année consécutive du soutien du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères français dans le cadre d’un quadriennal d’étude de l’habitat et des transformations de la ville de Baelo à l’époque tardive. Ce projet associe également depuis 2017 l’Institut de Recherche sur l’Architecture Antique (IRAA). L’objet initial du projet est l’étude du secteur sud-est du centre monumental de la ville antique. Ce secteur couvre environ 450 m2 et se situe sur la marge orientale de l’îlot du forum de la ville. Il est délimité par le tracé des voies environnantes (fig. 1) : le cardo à l’est, le decumanus maximus au sud, la ruelle d’accès au forum à l’ouest longeant la basilique. Quant à la limite nord, elle est fournie par le secteur de la « Grande domus » où des fouilles ont déjà été menées en 1974-1975 (Remesal et alii, 1976, pp. 484-485). Ce programme a pour objectif de caractériser et restituer l’architecture, la chronologie et la fonction des occupations successives dans ce secteur, et d’étudier l’articulation des espaces centraux de la ville grâce à l’emboîtement des différentes échelles d’analyse et la contextualisation des structures repérées dans le secteur sud-est. Une attention toute particulière est portée à la présence d’habitat dans ce secteur et aux transformations apparues durant l’Antiquité tardive tant cette phase de l’histoire de la ville restait encore obscure. En l’absence d’une fouille archéologique approfondie et d’après quelques sondages ponctuels, le secteur a traditionnellement été désigné comme celui de la « Grande domus » et du « monument du sud-est » (Sillières, 1995, p. 128).

Fig. 1 - Plan général de la ville.
Fig. 1 – Plan général de la ville hispano-romaine de Baelo durant le Haut-Empire (d’après un plan de M. Fincker, V. Picard, IRAA).

L’état des découvertes avant la campagne de 2018

Les recherches conduites depuis 2012 ont mis en évidence la succession de plusieurs édifices, et permis d’en proposer une chronologie relative pour leurs phases de construction, d’occupation voire de réoccupation et de destruction (fig. 2) [Brassous, Deru, Rodríguez, 2017 et 2018].

Fig. 2 - Fig. 2 - Dernier état supposé de la « Grande domus ».
Fig. 2 – Dernier état supposé de la « Grande domus » après la construction de l’édifice à l’atrium (DAO Chr. Louvion).

L’occupation la plus ancienne identifiée dans le secteur est constituée par ladite « Grande domus », un édifice dont la nature domestique reste très hypothétique. Il se développe autour d’une cour à péristyle (fig. 2, VI). Deux entrées permettaient d’accéder à cette cour depuis l’extérieur de l’édifice : une entrée principale donnant sur le cardo à l’est depuis la cour, et un étroit couloir situé dans l’angle nord-ouest de la cour donnant accès à la ruelle longeant la basilique. Au centre de cette cour a été découvert en 2017, et fouillé en 2018, un puisard permettant d’évacuer l’eau qui pouvait s’accumuler dans l’édifice par ruissellement ou infiltration. Autour de la cour se distribuent les différentes salles connues de l’édifice. Celles du sud ont disparu avec la construction de l’édifice monumental. À l’ouest de la cour se situe la plus grande pièce de l’édifice (IX), peut-être un tablinum ou un triclinium au vu de sa largeur. À l’opposé, à l’est de la cour, sur les côtés du vestibule, se trouvent deux petites salles en terre battue. Au nord de la cour se trouvaient deux grandes salles découvertes en 1975 et, depuis, remblayées. L’un des objectifs de la campagne de l’année 2019 était de dégager ces salles afin d’obtenir un enregistrement uniforme de l’architecture de la domus. Il fallait aussi réaliser quelques sondages profonds afin d’obtenir des données sur la chronologie de sa construction.

Entre la fin du Ier s. et le début du IIe s., ladite « Grande domus » fut amputée de sa partie méridionale par la construction d’un édifice monumental. Après cela l’espace intérieur fut partiellement compartimenté et réoccupé, l’abandon définitif du secteur ne survenant probablement qu’au cours des IIIe/IVe s.

L’édifice monumental dit à l’atrium construit au sud de la « Grande domus » est unique à ce jour à Baelo par sa forme et par la richesse de sa décoration. Le plan général de l’édifice monumental est maintenant connu depuis la campagne de 2017. L’entrée se faisait au sud, sous un portique, via un vestibule qui ouvrait sur un atrium autour duquel s’organisait l’édifice. Cet atrium était probablement pourvu d’un autel. À l’ouest, l’édifice possédait une grande salle pavée d’un opus sectile, dont les murs périphériques étaient pourvus de niches dans lesquelles était exposé un groupe statuaire : sa présence suggère qu’il s’agissait là d’un lieu de culte comme l’incite également à le penser l’organisation générale de l’espace. La littérature archéologique fournit un certain nombre d’exemples qui présentent de forts points communs avec notre édifice : l’édifice à abside de Roselle (Italie), l’Augusteum de Narona (Croatie) ou encore la salle des Augustales de Luni (Italie). L’identification définitive de ce lieu comme un temple lié au culte impérial reste néanmoins à confirmer.

Plusieurs salles sont associées à cet édifice au sud (A-D). Il s’agissait dans un premier temps vraisemblablement de boutiques indépendantes ouvertes vers le decumanus. La construction de l’édifice à l’atrium a profondément transformé leur organisation. La boutique occidentale D disparaît alors sous le vestibule d’accès au monument. La boutique C est élargie. Plus tard, les boutiques B et C, dont l’accès au sud fut fermé, paraissent avoir été intégrées à l’édifice. Après un premier abandon du monument qu’il faut dater vers la fin du IVe s., quatre phases successives de réoccupation des vestiges, situées entre la fin du Ve et le VIe s., ont été identifiées. Elles sont attestées par des structures domestiques tardives à l’architecture sommaire, appuyées sur certains murs encore en élévation de l’édifice précédent et utilisant des matériaux de remploi. Paradoxalement, les découvertes matérielles réalisées dans ces niveaux de l’époque tardive traduisent un réel dynamisme démographique et économique de l’agglomération à cette période. La fouille des occupations tardives est achevée sur l’ensemble du secteur de fouille. Les éléments les plus remarquables de ces découvertes ont été publiés dans un important article de synthèse paru en 2017 (cf. Brassous et alii, 2017). Le secteur fut ensuite réoccupé vers le XVIIIe s. par un large bâtiment dont la fonction reste inconnue, puis par l’ancien village de pêcheurs de Bolonia.

Les résultats de la campagne de 2019

Les activités de l’année 2019 ont été dédiées à la fouille de terrain et à l’étude des artéfacts archéologiques. Il s’agissait de la dernière campagne de fouilles envisagée dans le cadre de ce programme. L’attention fut portée essentiellement sur les niveaux les plus profonds et donc les plus anciens, correspondant aux premières constructions dans cette zone. Les activités de terrain ont concerné quatre secteurs : la « Grande domus », l’atrium de l’édifice monumental, les boutiques et le portique méridional. L’étude des artéfacts archéologiques, quant à elle, fut centrée cette année sur les monnaies découvertes en 2019, la céramique mise au jour au cours des campagnes 2019, l’instrumentum et le verre depuis 2016 et les restes archéozoologiques des campagnes de 2017 et 2018.

Avant la ville

Huit sondages profonds ont été réalisés dans l’ensemble de la zone de fouille. Ils ont tous permis de mettre au jour un niveau compact et uniforme d’argile vert obscur comportant quelques inclusions de céramique très érodées en surface, qui disparaissent toutefois rapidement en profondeur. Il s’agit d’un sol sédimentaire de type vertisol résultant d’un processus de formation géochimique lié à la présence d’eau durant une longue période. En raison de la présence de quelques fragments de céramique, il ne peut toutefois pas être considéré comme un sol proprement géologique et non anthropisé, mais doit être compris comme un niveau de formation naturelle ayant servi de base pour la construction du secteur sud-est du forum de Baelo. Il est possible que la superficie de celui-ci fût régularisée pour faciliter l’urbanisation de cette partie de la ville, ce qui expliquerait la présence en surface de fragments de céramiques dans ce niveau.

La « Grande domus »

Dans le secteur de la « Grande domus », les travaux de cette année ont d’abord consisté en l’enlèvement des remblais qui recouvraient depuis les années 1990 les salles I, V et VII découvertes en 1975 (fig. 2). Leur fouille avait permis d’identifier ce bâtiment comme une « Grande domus ». Cette opération de dégagement devait permettre de compléter le plan de l’édifice et de vérifier en particulier son extension vers le nord. Cette opération fut l’occasion de réaliser un sondage en profondeur dans les fondations de la salle I. Ensuite, la fouille de la salle XIV a été terminée jusqu’aux fondations des murs. Un sondage a également été réalisé dans la salle IX à l’ouest de la cour afin d’obtenir des données sur la chronologie de la construction de cet édifice. Enfin il faut ajouter un sondage réalisé dans le monument à l’atrium qui a été construit sur la partie méridionale de la « Grande domus ».

Les apports de cette campagne sont fondamentaux pour la compréhension de cet édifice, car les différents sondages réalisés ont permis d’atteindre les niveaux de fondation de l’édifice et de mettre en évidence l’existence d’un état de la domus, antérieur à celui que nous pensions jusqu’à ce jour être l’état d’origine. Ce premier état a essentiellement été observé dans le sondage réalisé dans la salle IX où un sol en béton de tuileaux très fin a été découvert sous un niveau de remblai formé de déchets d’enduits peints (fig. 3). Le deuxième état connu jusqu’alors s’appuie dans ce sondage sur une partie des murs préexistants, seul un accès entre deux pièces a été bouché. Le niveau général de circulation a été relevé d’environ 20 cm avec la pose d’un nouveau sol en béton de tuileau plus épais que le précédent. Dans les salles I, XIV et XII (fouillée en 2015) les murs actuellement conservés sont également construits dans le niveau d’argile vertisol et semblent donc aussi appartenir à la première phase de l’édifice. Cela nous invite à émettre l’hypothèse que l’architecture de la « Grande domus » dans son premier état correspondait globalement à celle du deuxième état actuellement visible et que les transformations entre ces deux états ont concerné essentiellement le relèvement du niveau de sol, peut-être lié à des problèmes d’infiltration d’eau, ainsi que quelques bouchages d’ouvertures.

Fig. 3 - Vue zénithale des sondages révélant le premier état de la « Grande domus » (cl. L. Brassous).
Fig. 3 – Vue zénithale des sondages révélant le premier état de la « Grande domus » (cl. L. Brassous).

En revanche, les découvertes de matériel sont restées rares et l’identification de ladite « Grande domus » comme un véritable édifice à finalité domestique reste encore incertaine.

Le puisard de l’atrium

L’achèvement de la fouille de la structure hydraulique mise au jour en 2017 dans l’atrium de l’édifice monumental a permis d’affiner notre connaissance des systèmes de gestion de l’eau dans cet édifice. Alors que nous pensions que le problème pouvait être celui de l’approvisionnement en eau dans une région méridionale de la péninsule Ibérique marquée par de longues périodes de sécheresse, il s’avère que le système hydraulique installé ici – un puisard – se préoccupe essentiellement de son évacuation. L’architecture, ouverte sur l’extérieure, via l’atrium, exposait les bâtiments aux infiltrations d’eau notamment au printemps et en automne, deux saisons caractérisées dans cette région par de très fortes et subites précipitations. Les trois drains installés dans les boutiques méridionales soulignent encore aujourd’hui le souci d’évacuation des eaux.

En 2019, le puisard a été fouillé jusqu’au fond qui est constitué de pierres irrégulièrement calées, et le matériel des couches les plus profondes a été tamisé selon des mailles fines de 0,5 mm, 2 mm et 6 mm. L’étude de ce matériel comportant un nombre conséquent de restes de faune est en cours. Ils pourraient, entre autres, apporter des informations sur l’éventuel usage cultuel de l’édifice à l’atrium.

Les boutiques méridionales

Les travaux réalisés au sud de l’aire d’études en 2017 et 2018 avaient permis de confirmer l’existence de quatre boutiques, antérieures à l’édifice à l’atrium et transformées par cette construction. Dans leur format d’origine, elles mesuraient 3,70 m de large et 3,20 m de profondeur. La date de construction de ces boutiques ainsi que les activités qu’elles abritaient devaient être précisées.  

La campagne de 2019 a permis de fouiller en extension l’ensemble des trois boutiques A, B et C et d’atteindre via quelques sondages localisés leur fondation. L’étude du matériel est encore en cours mais des résultats provisoires permettent de penser que leur construction a eu lieu à la fin du règne d’Auguste voire au début du règne de Tibère. Les murs pourraient alors être faits d’un soubassement en pierres et d’une élévation en terre, comme permet de le supposer la découverte cette année d’un fragment de mur en briques crues effondré dans l’une d’elles. La couverture était formée de tuiles plates à rebords et de tuiles couvre-joints, le sol de dalles de pierres calcaires. Les fouilles ont également montré que la boutique A et B communiquaient entre elles. Les boutiques paraissent avoir subi différents aménagements et rehaussements de sols avant l’importante transformation provoquée par la construction de l’édifice à l’atrium qui a conduit à l’élargissement de la boutique C, la fermeture de l’accès entre la boutique A et B et l’installation de deux grandes canalisations dans les boutiques A et C. Les artéfacts mis au jour dans ces boutiques sont nombreux, leurs études sont en cours, mais il est dès à présent permis de supposer qu’au moins l’une d’entre elles (B) abritait des activités liées au travail du métal.

Le portique

Les travaux réalisés dans le portique ont permis de constater, contrairement à ce que nous avions supposé, que sa construction remontait seulement à celle de l’édifice monumental à l’atrium. Lors de la construction des boutiques, celles-ci étaient directement ouvertes sur le decumanus maximus via un simple trottoir large d’environ 1,20 m et dallé comme la chaussée qu’il bordait (fig. 4). Le sondage réalisé dans le premier état de la chaussée qui fut mis au jour dans ce secteur permet de supposer, dans l’attente d’une étude chronologique du matériel, que celle-ci date, comme les boutiques, de la fin de l’époque augustéenne voire du début du règne de Tibère. Ce n’est qu’à la fin du Ier s. que la chaussée fut percée pour installer le mur stylobate qui soutenait le portique installé sur la façade méridionale de l’édifice abritant les boutiques et le monument à l’atrium.

Fig. 4 - Vue depuis l’est du trottoir et de la chaussée du decumanus antérieur à la construction du portique (cl. O. Rodríguez).
Fig. 4 – Vue depuis l’est du trottoir et de la chaussée du decumanus antérieur à la construction du portique (cl. O. Rodríguez).

Etudes des artéfacts archéologiques

Les études des artéfacts archéologiques (essentiellement monnaies, céramique, verre, instrumentum et faune) se sont poursuivies au cours de cette année 2019. Elles sont encore en cours à la date de rédaction de ces lignes et devront être achevées en 2020. Les résultats de ces études sont donc encore incomplets et provisoires. 

La campagne d’avril 2019 a livré 69 monnaies, ce qui porte le nombre total d’individus découverts depuis le début des fouilles à 395. Les états de conservation étaient inégaux mais la grande majorité des monnaies présentaient quelques concrétions et oxydations et nécessitaient donc un nettoyage et un traitement de consolidation. Ce traitement est actuellement en cours, il devrait permettre d’obtenir prochainement une lecture correcte et une première identification des monnaies. Dès à présent signalons l’importance des monnaies de l’époque impériale et de quelques frappes des cités de la région (Carteia, Malaca…).

La campagne d’étude de la céramique fut, en 2019, l’occasion d’expérimenter une nouvelle technique d’enregistrement. En effet, nous avons mis au point une application, un « Outil numérique pour l’inventaire de la céramique » (https://www.onicer.org/), qui permet d’enregistrer en réseau une même base de données à partir de référentiels préparés au préalable. Dans le cas spécifique de Baelo Claudia, les référentiels sont constitués des typologies habituelles des terres sigillées italiques, gauloises, hispaniques et africaines, des céramiques à parois fines et engobées, des céramiques communes de Bétique et d’Afrique. L’expérience a été concluante et ouvre de nouvelles perspectives pour l’étude du mobilier du site. En 2019, 4 934 tessons, réduits à 1 290 individus au minimum, furent inventoriés sur un total de 23 730 tessons et de 6 594 individus. Dans l’immédiat, le travail a porté sur la caractérisation des horizons du Ier s. à partir du mobilier trouvé dans la boutique A et de sa stratigraphie de référence. Il a montré l’existence de quatre horizons différents entre la période augustéenne et la période flavienne, correspondant à quatre temps d’occupation distincts. Ce travail de caractérisation et d’ajustement des horizons doit se poursuivre dans chacun des espaces étudiés.

La session d’étude de l’instrumentum de septembre 2019 succède à celle organisée en avril 2016, qui avait permis de faire l’inventaire, le dessin et l’étude du mobilier issu des fouilles de 2012 à 2015, soit de près de 470 individus. Au cours de la campagne de septembre 2019, le mobilier issu des fouilles de 2016 a été intégralement traité (inventaire et dessin effectués), celui des fouilles de l’année 2017 a été entièrement inventorié, tandis que celui de l’année 2018 est quasiment achevé (il ne reste qu’une vingtaine d’éléments indéterminés en fer). Au cours de cette session, 671 objets en alliage cuivreux, en fer, en plomb, en verre, en os et en terre cuite auront pu être inventoriés. Lors de la prochaine session d’étude en 2020, l’inventaire de l’instrumentum issu des campagnes de fouilles de 2018 et 2019 sera achevé afin de procéder à une étude complète. Le dessin du mobilier de 2017 à 2019 devra être effectué, ainsi qu’un enregistrement photographique de l’ensemble du matériel issu des différentes campagnes de 2012 à 2019.

La faune étudiée lors de cette campagne provient des fouilles de 2016, 2017 et 2018. La campagne de 2019 a livré une caisse de faune qui viendra achever l’inventaire des vestiges archéozoologiques de la fouille. Près de 11 000 restes de faune collectés à vue ont été inventoriés correspondant à un poids de 131 kg d’ossements et de coquilles. Il s’agit principalement de restes de mammifères, de mollusques marins, d’oiseaux et de poissons. Le traitement des refus de tamisage complètera cet inventaire avec l’analyse des restes de poissons de petite taille et de taille moyenne ainsi que ceux de rongeurs, de l’avifaune et de l’herpétofaune. Le travail d’étude mené en 2019 a révélé quelques contextes notables dans leur composition par la présence d’espèces particulières, dont les mammifères marins ou les espèces exotiques avec l’autruche et le dromadaire (fig. 5), ou pour les caractéristiques taphonomiques qui renseignent sur le mode de constitution de la couche archéologique (déchets d’assiette, remblais avec ossements déplacés, présence de carcasses, etc.).

Fig. 5 - Témoignages d'espèces inhabituelles.
Fig. 5 – Témoignages d’espèces inhabituelles avec : A/ une mandibule de dauphin, B/ une épiphyse vertébrale de baleine, C/ un fémur de dromadaire, D/ un tibiotarse d’autruche adulte et E/ un tarsométatarse d’une autruche immature.

Conclusion

Les travaux conduit en 2019 ont permis de mettre au jour, dans l’ensemble du secteur au sud-est du forum de Baelo, le niveau « géologique » sur lequel les différents édifices ont été construits, et de retrouver les premiers états de la « Grande domus » et du decumanus qui étaient encore mal connus. Ces travaux permettent maintenant d’avoir une vue complète des différentes occupations et transformations de ce secteur, de l’époque augustéenne au VIe s. après J.-C. Quant à l’étude des artéfacts archéologiques, elle s’est poursuivie et s’est concentrée, en particulier pour la céramique et le verre, sur le matériel des époques les plus anciennes. Notons que les études archéozoologiques ont permis de mettre en exergue des contextes originaux par leur composition, avec la présence voire l’exploitation, jusqu’à ce jour méconnue, d’espèces particulières (dauphin, dromadaire, baleine, autruche).

 Les principaux objectifs pour 2020 sont maintenant de terminer sur le terrain les relevés et descriptions architecturales. Aucune opération de fouille n’est programmée pour 2020. Il faudra également terminer les études des artéfacts archéologiques en particulier ceux découverts en 2019 (monnaies, céramique, amphore, instrumentum, verre, faune). Ce travail permettra de croiser les données de terrain et l’analyse matérielle pour mieux comprendre la nature et la chronologie de l’occupation de ce secteur. Il permettra de poser les bases d’un projet de monographie sur l’occupation du secteur sud-est du forum de Baelo qui sera proposé aux éditions de la Casa de Velázquez dans la série « Belo ».


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search