Las Sillas 2010-2011

Philippe Sénac (Université de Toulouse II), Jordi Gibert Rebull (Universitat Autónoma de Barcelona) et José Miguel Pesqué Lecina (Diputación Provincial de Huesca)


Trois ans après l’interruption des fouilles archéologiques menées sur le site de Las Sillas et la publication en 2008 d’une première synthèse intitulée Un « village » d’al-Andalus aux alentours de l’an mil, la reprise des travaux s’était fixée pour objectif l’étude d’une grande maison située sur le versant méridional de la plate forme rocheuse. Le débroussaillement de l’ensemble du site effectué au cours de l’année 2008 par la Comarca de los Monegros avait en effet révélé la présence de plusieurs grandes structures en partie maçonnées, alignées le long de la voie principale qui divise le site en deux parties d’étendue égale. Une nouvelle demande d’autorisation de fouille a donc été déposée dans le cadre d’un programme quadriennal de recherche visant à procéder au dégagement intégral de l’habitat. Cette première année de recherche a été réalisée avec l’appui de plusieurs institutions françaises et espagnoles parmi lesquelles la Casa de Velázquez, la Diputación General de Aragón, la Comarca de los Monegros et l’UMR 5136 (FRAMESPA, Toulouse). Les travaux effectués au cours de l’année 2010 étaient placés sous la responsabilité de trois codirecteurs : Jordi Gibert Rebull (université Autónoma de Barcelone), José Miguel Pesqué Lecina (Departamento de Cultura de la Diputación Provincial de Huesca) et Philippe Sénac (université de Toulouse II). Plusieurs étudiants des universités de Barcelone, Saragosse, Toulouse II et Valladolid ont également participé aux opérations de terrain à titre bénévole, dans le cadre d’un stage de formation. Quatre campagnes ont été menées au cours du printemps et de l’été. Une première intervention topographique fut menée du 6 au 10 mai 2010 afin de procéder à divers relevés et à la mise en place d’un nouveau carroyage à la suite du déplacement de plusieurs repères pendant l’interruption des travaux. Une deuxième campagne, du 21 mai au 3 juin, fut consacrée au dégagement des sols de remblais recouvrant la maison G. Une troisième campagne, du 3 au 24 juillet 2010, fut consacrée à la fouille des sols d’occupation des unités architecturales (UA) composant la maison et une dernière intervention, du 20 au 27 août fut destinée à l’achèvement de la fouille de la dernière pièce (UA 65) et aux relevés topographiques définitifs en vue de la mise à jour du plan directeur. Les travaux réalisés au cours des campagnes de cette année ont permis de mettre au jour les vestiges d’un grand bâtiment rectangulaire couvrant une surface d’environ 90 m2 de superficie (maison G). Longue de 13,20 m à l’ouest et de 12,20 m à l’est, cette construction présentait une largeur extérieure de près de 9 m et comprenait six pièces désignées sous le nom de UA 60, 61, 62, 63, 64 et 65. Elle présentait également plusieurs ouvertures sur les ruelles qui la bordaient, sauf à l’est où le mur constitué par les US 6108, 6294 et 6505 formait un mur mitoyen avec une autre maison que l’on désignera à l’avenir par la lettre H.

Fig. 1. Schéma général de la maison G avec indication des UA.

Fig. 1. Schéma général de la maison G avec indication des UA.

La fouille de cette maison a d’abord montré que les bâtisseurs du site avaient, comme sur le versant nord de la plate-forme, utilisé le rocher comme carrière pour extraire les blocs de grès destinés à la construction des murs ceinturant l’ensemble du bâtiment. L’étude des sols d’effondrement a révélé que ces appareils étaient formés par un lit de gros blocs de grès soigneusement taillés surmontés d’une maçonnerie de pisé ou de tapial (tâbiya) dans laquelle figuraient quelques blocs d’adobe faits d’une argile très compacte. En revanche, les cloisons intérieures des pièces étaient constituées par des lits réguliers de petits moellons sommairement équarris. Bien que ces élévations aient presque toutes complètement disparu, il ne semble pas que les murs aient disposé d’ouvertures, et il est tout à fait remarquable de constater sur ce point que, conformément à ce que l’on avait autrefois observé dans l’UA 5, le banc sur lequel on s’installait pour cuisiner les aliments se trouvait précisément placé face à la porte d’entrée de l’UA 61 (US 6114). Dans quelques cas, la composition des sols d’effondrement a également permis de préciser le procédé employé pour recouvrir les pièces de ce bâtiment. L’absence de tuiles demi-rondes et la présence de quelques fragments de bois, parfois associés à des fragments de chaux, mélangés à de l’argile conduisent à considérer qu’il s’agissait de toitures plates et que les pièces étaient protégées par une couverture végétale.

Les travaux réalisés ont surtout permis de mettre en évidence, pour la première fois sur le site, l’existence de deux phases d’occupation sous la forme de réaménagements intérieurs et de comblements. Dans un premier temps, le sol rocheux fit l’objet d’une série d’opérations de délitage de la roche, par estrades successives, en direction du sud et le long des courbes de niveau. La partie supérieure du bâtiment (UA 60 et 61), à proximité de la rue principale, ne fut pas affectée par ces travaux dans la mesure où la présence d’une couche d’argile et de cavités à quelques dizaines de centimètres de profondeur interdisait toute attaque conséquente de la roche, obligeant même les bâtisseurs à abandonner le creusement d’un silo à orifice rectangulaire (US 6119). En revanche, le creusement du rocher s’opéra de manière systématique en contrebas des UA 60 et 61 pour donner naissance à de véritables pièces s’étageant le long de la pente sous la forme de deux fonds de cabanes encastrés dans le rocher — à savoir les UA 62 et 64 (3,40 m / 2,70 m) puis l’UA 65 (fig. 2 et 3). L’emploi du rocher comme carrière permettait aux bâtisseurs de s’encastrer dans le sol en donnant naissance à des espaces pouvant être utilisés comme des pièces d’habitation ; ce procédé procurait en outre les matériaux destinés à la construction, qu’il s’agisse de gros blocs de grès ou de moellons.

Fig. 2. UA 62.

Fig. 2. UA 62.

À l’exception d’une longue lame découverte dans un canal traversant l’UA 61 pour conduire l’eau vers les parties inférieures du bâtiment (US 6126), aucun autre outil susceptible d’avoir été employé lors de ces travaux n’a été retrouvé. Les traces de coups laissées sur les parois des pièces ou sur des blocs de grès extraits du sol révèlent toutefois que la taille s’opérait souvent à 45°, sans doute pour éviter que la roche ne se délite, laissant ainsi subsister des estrades d’environ 30 cm de hauteur. Après avoir tracé dans le sol rocheux des lignes perpendiculaires à la manière d’un quadrillage que l’on avivait au moyen d’objets métalliques, des coins de bois étaient ensuite introduits dans les fissures sans doute remplies d’eau pour favoriser l’éclate­ment de la roche par dilatation. Les blocs ainsi obtenus étaient transportés vers leur lieu de destination et posés à même le sol, le plus souvent sans la moindre tranchée de fondation. Plusieurs cavités taillées dans le rocher montrent que les blocs étaient soulevés grâce à un système de claies de bois et de cordages passés dans des orifices dont l’UA 65 a conservé un bon exemple (US 6525). Un long chemin d’accès bâti en gros moellons de grès (US 6218-6412-6507) permettait le transport des blocs en direction de la grande rue. Dans un premier temps, pour des raisons inconnues, les pièces taillées dans la roche (UA 62, 64 et 65) ne furent pas occupées, à la différence des UA 60, 61 et 63. L’extraction des blocs de grès creusés dans le sol de l’UA 62 ne fut même pas achevée, et l’UA 65, malgré des dimensions propices (8,20 m / 2,40 m), fut employée comme enclos pour des animaux comme l’atteste la découverte d’une auge maçonnée le long de la paroi nord (US 6521).

Fig. 3. UA 65.

Fig. 3. UA 65.

Dans un second temps, l’ensemble du bâtiment fit l’objet d’une réoccupation qui justifia plusieurs aménagements. On procéda d’abord au comblement des UA 62, 64 et 65 au moyen d’une épaisse couche de terre très compacte comprenant des blocs de grès, des cailloutis et surtout des fragments de céramiques contemporaines de la première phase d’occupation. C’est au cours de cette phase qu’il faut placer la construction d’un mur dans l’UA 63 (US 6311) et surtout l’édification d’une cloison (US 6006) fermant l’UA 60, ainsi que la construction d’un mur soigneusement maçonné destiné à séparer les UA 62 et 64 (US 6202-6405). Il semble également qu’une nouvelle porte fut ouverte sur la ruelle qui longeait à l’ouest la maison G (UA 66) [fig. 4]. Une fois ces travaux de terrassement achevés, tout le sol du bâtiment fut recouvert par une fine couche de terre de couleur claire et particulièrement dure (US 6106) destinée à masquer les canalisations et les foyers de la première phase d’occupation (US 6109-6121-6310).

Fig. 4. Vue d’ensemble de la maison G en cours de fouille.

Fig. 4. Vue d’ensemble de la maison G en cours de fouille.

C’est à cette seconde phase d’occupation, apparemment réduite dans ce secteur si l’on en croit la minceur des sols s’y rapportant, qu’il convient d’attribuer la plus grande partie du mobilier céramique (2 267 fragments) découvert dans chacune des pièces. Conformément à ce que l’on a pu observer lors des précédentes fouilles, ce mobilier était très fragmenté et une seule pièce a pu être intégralement reconstituée. Il s’agissait d’une grosse marmite globulaire à pâte grise présentant un décor fait de stries et de vaguelettes incisées sur le haut de panse (HUM 2010/65/419) [fig. 5]. Le reste du mobilier destiné à la cuisson des aliments (42,75 % du total) était constitué par des fragments de ollas et par plusieurs gros tessons de cazuelas découverts dans l’UA 65 — ce qui laisse supposer que cette pièce faisait office de cuisine, au regard de la très faible proportion de cazuelas observées sur le site. De manière peu habituelle, un couvercle de marmite à pâte grise en parfait état de conservation fut mis au jour sur le silo de l’UA 61 (HUM 2010/61/627). Tout aussi abondants, les fragments se rapportant à de la vaisselle destinée au service des aliments et des liquides étaient principalement constitués par des tessons de grandes jarres, à une (jarros) ou deux anses (jarras), ainsi que par des fragments de nombreuses jarritas. Ces pièces présentaient un décor peint sous la forme de gros traits horizontaux au brun de manganèse, alternant parfois avec des vaguelettes se développant sur le haut de panse et le col des céramiques. C’est dans ce groupe qu’il convient de placer de nombreux tessons appartenant à de larges plats à pied annulaire (ataifores). Le reste du mobilier se rapportait à des fragments de lampes à huile (candiles) et de bouteilles (redomas) glaçurées (oxydes de cuivre et de manganèse). De manière très suggestive, seulement deux tessons de céramique à décor dit de cuerda seca parcial ont été observés (HUM 2010/61/366 – HUM 2010/65/274).

Fig. 5. Marmite globulaire à pâte grise présentant un décor fait de stries et de vaguelettes incisées.

Fig. 5. Marmite globulaire à pâte grise présentant un décor fait de stries et de vaguelettes incisées.

Contrairement à ce que l’on avait espéré, le mobilier se rapportant à la première phase de construction ne présentait guère de caractéristiques particulières. Le petit nombre d’éléments contenus dans les sols de cette période ne permet pas encore de discerner des spécificités ; on relèvera pourtant d’ores et déjà l’absence de plats décorés au moyen de traits de manganèse sur glaçure melado, qui semblent pouvoir être définitivement considérés comme des productions de la période de la taifa hudide de Saragosse (XIe siècle). En attendant la reprise des travaux, on relèvera cependant la présence de fragments de marmites à pâte brune à décor incisé, jusque-là inconnues sur le site, et d’un ataifor à glaçure monochrome verte dont les fragments furent collectés dans deux UA distinctes (HUM 2010/64/223 – HUM 2010/65/648). En dehors de quelques objets métalliques (clous, pointes, etc.), d’une pierre à aiguiser (HUM 2010/65/652) et de deux fragments de meules découverts dans les UA 61 et 63, le reste du mobilier était constitué par de très nombreux ossements d’animaux (379), en particulier dans l’UA 65 (264), qui fit momentanément office de dépotoir malgré le soin apporté à son creusement. L’analyse de ce mobilier, confiée au service de zootechnie de l’école de vétérinaires de Maison-Alfort, est encore en cours, mais on peut dès à présent souligner la présence de nombreux ossements appartenant à des petits mammifères (chèvres, moutons, etc.) et des lapins. Il est encore trop tôt pour en tirer de nouvelles données sur l’alimentation des populations mais, si l’on en croit le mobilier contenu dans les sols les plus anciens de l’UA 65 et conformément à ce que l’on avait observé lors des précédentes fouilles, celle-ci devait être essentiellement composée de ragoûts au cours de la première phase d’occupation.

Il est difficile de tirer des conclusions définitives à l’issue des campagnes de l’année 2010 dans la mesure où, comme on l’a souligné précédemment, le mobilier céramique est encore en cours d’étude au Museo de Huesca et où les résultats de diverses analyses confiées pour détermination au radio carbone 14 ou au laboratoire de zootechnie pour les ossements ne nous sont pas encore parvenus. La première datation au C14, concernant un échantillon de charbons de bois prélevés au sein d’un foyer appareillé de la dernière phase d’occupation confirme cependant bien l’occupation des lieux au cours du XIe siècle en fournissant comme date 14c calibrée : 1025 CAL AD-1168 cal AD (probabilité 100 %).

Ces réserves faites, il n’empêche que les interventions menées au cours de cette année ont fourni de précieux compléments d’information pour la suite des opérations. Le premier réside dans le fait que si la construction de l’établissement s’opéra bien en une seule et même phase en utilisant la plateforme rocheuse comme carrière, les bâtisseurs des lieux n’occupèrent pas intégralement tous les quartiers de maisons obtenus à la suite des travaux de taille, en particulier sur le versant méridional du site. Les modes d’extraction et les techniques de taille employés ne diffèrent en aucun cas de ceux que l’on a pu observer sur d’autres sites fouillés dans la vallée du río Flumén (La Iglesieta, Alberuela de Tubo, Piracés…), ce qui confirme bien les observations formulées lors d’une première synthèse, à savoir que le peuplement et l’islamisation de cette région s’effectua au cours d’une même période, sans doute vers le milieu du Xe siècle, dans le cadre d’un programme constructif probablement réalisé sous l’impulsion des Banû al-Tawîl. On soulignera par ailleurs que la mise en évidence d’aménagements postérieurs à la construction des lieux et de sols de comblement devrait permettre de progresser dans la datation du mobilier céramique. Il s’agit là d’une préoccupation majeure pour l’avenir qui justifiera la réalisation de coupes stratigraphiques détaillées destinées à repérer de nouveaux indices permettant d’expliquer les motifs de ces travaux. À titre d’hypothèse, il n’est pas exclu de considérer que l’établissement changea de fonction à l’époque taifale. On observera enfin que si la construction des lieux s’opéra à partir d’une rue centrale divisant le site en deux parties sommairement égales à partir de laquelle les constructions s’étageaient sous la forme de deux rangées de maisons le long des pentes, les ruelles qui coupaient perpendiculairement cet axe ne se faisaient pas face comme on l’avait jusque-là imaginé. Ce phénomène est particulièrement évident dans le cas de la ruelle (UA 66) qui longeait le mur ouest de la maison G. Les modes de constructions antiques (cardo-decumanus) semblent donc avoir été abandonnés au cours de cette période. Au-delà de cette ruelle, la présence d’une grande habitation aux parois plus épaisses que de coutume (maison I) retiendra dès l’an prochain notre attention. De la sorte, la poursuite des fouilles s’effectuera en direction de ce secteur, sur une surface d’environ 250 m2 afin d’inclure la ruelle précédemment citée et l’ensemble du bâtiment I. Ces opérations seront complétées par la restauration des céramiques découvertes cette année (olla, tapadera…) afin d’enrichir le mobilier qui devra faire l’objet d’une exposition.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.