Albalat (Romangordo, Cáceres). Rapport 2019

avec la collaboration de P. de Keukelaere


Cette campagne, menée entre le 21 août et le 28 septembre 2019, a réuni plus d’une vingtaine d’étudiants principalement français et espagnols, dont certains sont amenés à prendre la responsabilité de secteurs. Quelques-uns des spécialistes qui font partie de l’équipe scientifique ont pu passer lors des fouilles et exposer les problématiques, méthodes et objectifs de leurs disciplines à l’occasion de présentations informelles destinées aux étudiants. Si la plupart des données récoltées font l’objet d’études menées dans le strict cadre de la mission Albalat (archéobotanique, archéozoologie, chimie organique, etc.), une partie de celles-ci sert à alimenter des projets individuels, qu’ils s’agissent de thèses, masters ou TFM (comme par ex. : étude génétique de restes d’ovins de la période médiévale dans la péninsule Ibérique, analyse de la corrélation entre corrosion des alliages cuivreux et nature des sédiments encaissants, restauration du verre, impact des dépôts carbonatés sur la conservation des céramiques, etc.).

En raison du caractère synthétique de ce rapport, nous ne présentons pas ici les séquences stratigraphiques ni les résultats des études spécialisées, à l’exception d’une note sur l’armement provenant du secteur B11.

Les fouilles (S. Gilotte)

Les fouilles se sont centrées cette année sur deux zones éloignées l’une de l’autre pour tenter de mettre en exergue les différences existantes au niveau de la planification de la trame urbaine mais aussi pour réfléchir à la nature et à la fonction des différents édifices qui y sont mis au jour (fig. 1).

Fig. 1 - Plan schématique des vestiges.
Fig. 1 – Plan schématique des vestiges, avec indication des zones fouillées (bleu) et des édifices qui ont fait l’objet de travaux de consolidation (rose) lors de la campagne 2019. Plan provisoire ©Projet Albalat, 2019.

Zone nord

Non loin du parement intérieur de la muraille septentrionale, on commence à percevoir un ensemble original et cossu, dont le plan complet n’est pas encore connu. On y accède depuis la rue par une étroite rampe qui débouche sur une grande cour. Celle-ci desservait plusieurs pièces, dont une cuisine – documentée dès 2017 – et une salle dont la fouille avait été commencée en 2018. La poursuite des interventions a permis de déterminer les limites du patio, du moins pour ses côtés sud et est, le mur de fermeture ouest passant visiblement en arrière de la coupe qui délimite l’emprise du sondage. Il forme ainsi un espace en « L » d’environ 30 m2. La dynamique de son comblement coïncide avec celle enregistrée l’an dernier, avec toutefois une présence moins marquée des éboulis de pierre qui se concentraient principalement dans sa moitié nord. Le sol de ce patio se caractérise par un dallage partiel et irrégulier de dalles de schiste, qui ont fortement souffert de l’impact provoqué par l’effondrement des élévations maçonnées environnantes. Les plus grandes dalles ont servi de support à des graffiti incisés, qui représentent des plateaux de jeux et de possibles motifs anthropomorphes ou tout du moins symboliques, totalement inédits jusqu’à présent sur le site. Ces dalles précèdent le seuil d’une pièce encore non fouillée (secteur B12), pour laquelle des indices portent à croire qu’elle a également été incendiée à l’instar des autres espaces couverts de cet ensemble C-12bis. De par sa position, il pourrait s’agir de la pièce principale. En revanche, la fouille a pu mettre en évidence la structure grossièrement rectangulaire du secteur B11, couvrant une surface utile d’environ 14 m2. Le soin apporté aux imposants piédroits qui encadrent la large porte ouvrant sur le patio contraste avec le tiers nord-ouest où l’on observe toute une série de reprises : ces dernières se matérialisent par une nette déviation du mur de fermeture et la différence des matériaux et techniques mis en œuvre (fig. 2). La présence d’une seconde ouverture, aménagée dans l’axe de la principale sans doute pour faciliter la circulation, démontre que B11 communique avec un espace situé plus au nord, dont la fonction nous est pour l’heure inconnue. Il est ainsi trop tôt pour savoir si l’ensemble auquel appartient B11 pouvait rejoindre l’entrée détectée plus au nord sur la voirie longeant la muraille. Cette situation de passage s’accorde mal, de prime abord, avec la richesse du mobilier découvert. En effet, celui-ci constitue un assemblage aussi varié qu’hétérogène, suggérant qu’il a pu fonctionner comme entrepôt : celui-ci comprend des denrées (graines de lin, céréales, glands contenus dans différents conteneurs), des armes (une cinquantaine de fers de trait) et d’autres accessoires métalliques tels un couteau au manche d’os décoré, une lame de houe, des ferrures de coffrets et une dizaine de lests de filets de pêche en plomb auxquels s’ajoute un monceau de chaux pure (fig. 3).

Fig. 2 - Vue de la pièce B11
Fig. 2 – Vue de la pièce B11 à la fin de la campagne. On remarque la forte déviation de son mur ouest ; l’angle qui en résulte correspond à une reprise en terre banchée.
Fig. 3 - Couteau à lame en fer
Fig. 3 – Couteau à lame en fer et manche formé de deux plaques rivetées en os ou en bois de cervidé.

L’analyse des empreintes de feuilles et autres matériaux périssables, conservées dans des blocs de terre utilisés comme isolant entre la charpente et les tuiles et cuits en conséquence de l’incendie qui détruisit les lieux, offrira la possibilité de déterminer les végétaux utilisés et de les comparer avec les pratiques enregistrées dans l’architecture vernaculaire locale.

Zone sud-est

La plupart des efforts se sont dirigés vers l’aire ouverte située le plus à l’est, qui se trouve dans l’axe théorique de l’entrée principale de l’établissement : il s’agissait de répondre à une série de questionnements générés par l’apparition de structures dédiées à la production artisanale et alimentaire. Des agrandissements conséquents, pratiqués sur trois des côtés du sondage existant, ont abouti au décapage d’une ample superficie d’environ 350 m2. Même si cette vaste extension n’a pas été intégralement fouillée, on perçoit les grandes lignes des aménagements qui la structurent et qui se décomposent, grosso modo, en trois grands îlots. Il est intéressant de noter que les édifices localisés dans la frange méridionale se développent perpendiculairement à ceux de l’ensemble central et s’éloignent des critères classiques qui définissent l’habitat domestique sur le site.

 Il a dès lors été possible de préciser que l’atelier destiné au travail de matières dures animales s’insère dans un ensemble composé d’une grande cour scindée en deux et d’un vestibule d’entrée ; ce système de double entrée semble constituer une distinction entre une entrée privée et une autre publique ou professionnelle (atelier). Une distinction s’effectue entre les zones est et ouest du patio au niveau du sol : seul le tiers occidental est dallé alors que toute la zone située dans le prolongement de l’atelier (secteur I) présente une surface de terre battue, avec quelques grandes dalles concentrées en avant de la limite sud du sondage (possible indice de la présence d’une ouverture). Cette séparation est matérialisée par un court muret non fondé qui n’interdit pas le passage de l’un à l’autre. Un mur totalement arasé a été incorporé dans le niveau de circulation, selon une pratique bien attestée sur le site ; il témoigne d’un état antérieur qui n’a pas été maintenu lors de la reconfiguration de cet espace. En revanche, la petite structure de chauffe localisée dans l’angle sud-ouest, et dont les dimensions (0,60 x 0,78 m) rappellent les foyers documentés généralement au sein des cuisines, s’installe sur une couche limoneuse qui vient rehausser le sol à cet endroit. En dépit de cette superposition qui implique une chronologie relative, on ne peut exclure un fonctionnement synchrone, aucun indice matériel d’une occupation postérieure n’ayant été trouvé. Parmi le mobilier conservé, peu abondant, on signalera une monnaie d’Alphonse VII encore en cours de catalogage (la première à ce jour, toutes les autres étant des émissions d’al-Andalus), un fragment de tôle en cuivre repoussé et une épingle à tête moulurée. Il sera toutefois nécessaire de poursuivre les fouilles vers le sud pour avoir une vision complète de l’édifice et s’assurer qu’il ne comporte aucune autre pièce ou indice d’activité artisanale.

Plus à l’est, et séparée par une rue, a été mise au jour une pièce pour le moment isolée qui ne communique pas avec d’autres espaces ; le fait qu’elle ait servi de dépotoir avant d’être incendiée évoque un modus operandi déjà enregistré dans la zone, qui pourra peut-être permettre d’affiner la chronologie des derniers moments d’occupation. C’est cette même dynamique qui paraît régir certains des espaces qui entourent le four alimentaire : les spoliations systématiques des toitures, la présence de construction en négatif (possible cuve en mortier), l’accumulation de déchets et le peu de mobilier en place suggèrent que certains quartiers avaient perdu leur fonction avant l’abandon final du milieu du XIIe siècle. En ce sens, on peut espérer que les résultats de datation par archéomagnétisme du four alimentaire apportent quelques pistes. Une quinzaine d’échantillons de la sole ont été prélevés par des chercheurs de l’Institut Géosciences de Madrid (fig. 4).

Fig. 4 - Préparation des prélèvements de la sole du four.
Fig. 4 – Préparation des prélèvements de la sole du four alimentaire en vue de leur datation archéomagnétique.

Des avancées notables sur la connaissance du réseau viaire ont pu être effectuées, venant parfois infirmer certaines suppositions (prolongement d’une voie en direction du sud). Les deux nouveaux puits noirs identifiés constituent de nouvelles sources potentielles pour les études carpologiques et la reconstitution d’une partie de l’alimentation végétale des habitants.

Consolidation et restauration des vestiges in situ

Ces interventions ont été menées avec des étudiants des ESCRBC de Madrid, Pontevedra, Avila et l’université de Séville, sous la direction d’A. Llamas, restaurateur diplômé. Elles ont porté sur les bâtiments C-5 et C-6 et il ne manque désormais que la pose de géotextile et de cailloutis sur les sols de terre battue pour les finaliser. Le protocole suivi a été le même que celui des années précédentes : pose de deux nouvelles assises, marquées par une bande de géotextile et une ligne discontinue de fragments de tuile en parement. Ces actions ont également permis d’achever la fouille d’une berme laissée en place dans la cuisine N1 de C-5, ainsi que celle d’un petit témoin au fond d’une fosse et de trouver les fondations d’un mur de fermeture très arasé (pièce P).

Analyse des fers de trait de S4-B11 (P. de Keukelaere)

La fouille du secteur B11 a livré la plus grande concentration de fers de trait documentée jusqu’à présent à Albalat (fig. 5). En effet, 64 enferrons ont été découverts dans cette pièce : 10 proviennent de l’effondrement de la toiture et 54 du niveau d’incendie en relation avec la dernière phase d’occupation du site. La présence de lots plus ou moins importants dans le dernier niveau d’occupation est un indice de la constitution de réserve de flèches par les soldats de la garnison. Cela permet de réaliser une étude comparative originale entre la réserve de carreaux constituée par la garnison almoravide et les projectiles tirés par les milices chrétiennes qui menèrent l’attaque du lieu.

Fig. 5 - Une partie du lot de fers de trait.
Fig. 5 – Une partie du lot de fers de trait découverts dans le niveau d’incendie/d’occupation de B11.

Les fers de trait provenant de la toiture

Les dix enferrons de la toiture présentent une grande variété typologique. L’un est doté d’un profil rhomboïdal marqué que lui confèrent les arêtes à son extrémité, elle-même de section triangulaire. Son emmanchement est composé d’une douille circulaire assez développée au regard de la proportion de la pointe (L. 83 mm ; l. 12 mm ; diam. douille 8 mm ; poids 16 g). Une seule pointe de cette catégorie a été documentée à Albalat mais elle est attestée en al-Andalus à Silves (Algarve). Du côté chrétien, on la retrouve dans des établissements légèrement postérieurs du nord de l’Espagne, datés de la seconde moitié du XIIIe siècle comme à Zaballa (Pays Basque) et au Castillo Montsoriu (Gérone). Elle correspond à la catégorie M de la typologie des carreaux de V. Serdon et n’est pas documentée avant le XIIIe siècle en Europe.

Une seconde pointe présente des caractéristiques analogues mais associées à des dimensions bien plus importantes (L. 11,5 cm ; l. 1,3-0,9 cm ; diam. 1,1-1,2 mm ; poids 38 g). Une pointe semblable a été découverte non loin de là dans les niveaux superficiels de B2 et une troisième provient d’une rue voisine. Sans être très répandue, cette typologie se retrouve à Vascos (Castille-La Manche), permettant de situer grossièrement son utilisation dans la région entre le XIe et le milieu du XIIe siècle.

Les pointes restantes, de typologie plus habituelle, correspondent à des carreaux de profil pyramidal et section quadrangulaire, avec une douille circulaire. Des différences de taille et de morphologie permettent d’affiner cette classification. Certains exemplaires sortent du lot par leurs dimensions inaccoutumées (12,6 cm contre la longueur moyenne qui avoisine les 10,5 cm). On peut s’interroger sur l’impact de ces écarts de taille sur les capacités de vols et la nature même de ces objets (pointes de flèche ou carreaux d’arbalète). Cette catégorie, à l’inverse des deux précédentes, est majoritaire à Albalat puisqu’elle représente près de 70 % de l’ensemble des fers de trait. Elle est attestée dans de nombreux établissements d’al-Andalus, comme à Alarcos ou Calatrava la Vieja. Cette typologie correspond aux carreaux de la catégorie C de V. Serdon. Les plus anciens exemplaires proviennent de contextes datables du Xe siècle et leur utilisation perdure jusqu’au XIVe siècle dans l’ensemble de l’Europe occidentale.

Le lot provenant des niveaux d’occupation de B11

Le lot du niveau d’occupation est beaucoup plus homogène puisqu’il réunit exclusivement des fers au profil pyramidal et de section quadrangulaire comme ceux décrits précédemment. Seul l’un s’écarte de cette standardisation par ses proportions.

Leur aspect général suggère que la plupart de ces carreaux n’ont pas été utilisés, à l’exception d’un seul dont l’extrémité est pliée sur le côté. Enfin, un fragment de noix d’arbalète a été découvert en B11, présentant un décor inédit de lignes parallèles et d’une frise de chevrons.

Conclusion

L’ensemble des enferrons de B11 est caractéristique des fers de trait documentés en al-Andalus tout au long du XIIe siècle. Les fers tétraédriques sont largement attestés dans les établissements chrétiens contemporains et postérieurs, à l’échelle de l’Europe occidentale. Ces parallèles typologiques témoignent de la standardisation des fers de trait au Moyen Âge central. Toutefois, des spécificités existent, car certains lots sont empreints de forts particularismes locaux expliquant que ces catégories ne sont pas attestées en Europe ; cela pose d’ailleurs la question de l’organisation de la production des armes. En l’occurrence, on peut tout à fait envisager qu’une partie du travail des forges était dédiée à la production des projectiles en fer. Les activités artisanales ne s’arrêtaient probablement pas là mais recouvraient bien d’autres aspects de la fabrication d’armes comme l’atteste l’atelier dédié au travail des matières dures animales.


Sophie Gilotte

CNRS, CIHAM-UMR 5648 (Lyon)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search