Rirha (Sidi Slimane, Maroc). Rapport 2010-2011

L’année 2011 constitue la troisième année d’activité de la mission archéologique Rirha du nouveau quadriennal accepté par le Ministère des Affaires étrangères et européennes français et soutenu financièrement par cette même institution, par la Casa de Velázquez et par l’Institut national des sciences de l’antiquité et du patrimoine de Rabat.

Les opérations qui se sont déroulées du 9 mai au 4 juin 2011 sont au nombre de trois.

Les fouilles archéologiques

L’Ensemble 1 (domus et balnéaire) a vu la poursuite de la fouille du sondage 6 en vue de déterminer la fonction de l’espace X. (fig. 1).

Fig. 1. Vue générale de l’Ensemble 1 (domus et balnéaire).

Fig. 1. Vue générale de l’Ensemble 1 (domus et balnéaire).

La campagne 2010 avait enregistré un épisode destructif violent de cet espace sous la forme d’un incendie. Un amas de briques cuites rubéfiées, des couches carbonisées et la dislocation d’un chapiteau en calcaire devenu jaune sous l’effet de la chaleur en témoignaient. La fouille a mis en évidence la présence d’un cryptoportique (pièce XVII) sous la pièce X ; c’est le second cryptoportique connu en Maurétanie Tingitane après celui d’une maison volubilitaine. Cette pièce souterraine est présente dès le premier état de la résidence (avant la construction du péristyle vers le milieu du IIe siècle ap. J.-C.) ; sa décoration peinte pariétale, particulièrement soignée dans l’angle sud-ouest, atteste une utilisation domestique de l’espace, recherché pour sa fraîcheur. Ce n’est que dans un second temps, probablement contemporain de l’extension de la domus vers l’est, que le cryptoportique est dédié au stockage des denrées comme l’atteste la présence de plusieurs dolia. L’incendie qui a ravagé cette aile de la maison à péristyle est survenu après 230 ap. J.-C. si l’on en croit le fragment de sigillée claire africaine de type C recueilli dans la couche de destruction, où gisait l’habillage de bronze et de fer d’un probable coffre en bois muni de quinze petits bustes féminins. Ce secteur de la résidence est définitivement abandonné après la dévastation. Deux autres nouveautés ont changé notre vision de la domus durant l’Antiquité et sa réoccupation à l’époque islamique : une extension de la fouille vers le nord a permis la mise au jour d’une aire de production d’huile (aire de presse, bassins, etc.), qui prend place derrière le triclinium ; l’installation dans cet espace artisanal antique de deux, voire trois fours de potiers médiévaux. Le premier élément renvoie à une réalité déjà connue à Volubilis, à savoir que la campagne s’invite à l’intérieur de la ville, tandis que le second dénote une réorientation des espaces antiques, utilisant à bon escient les ruines du bâtiment résidentiel romain (le four fouillé du XIVe siècle est littéralement encastré entre les deux parois du bassin antique qui recueillait l’huile, limitant ainsi les poussées latérales). L’analyse stratigraphique montre que la réoccupation islamique — datée au plus tôt du IXe siècle par la céramique — s’installe à même le plafond de la couche d’incendie romain.

L’Ensemble 5, qui réunit en un seul et même périmètre de fouilles l’ancien sondage 5 et le sondage ancien 1, apporte un éclairage fondamental pour la compréhension de la structuration spatiale de la zone du tell (fig. 2).

Fig. 2. Vue générale de l’Ensemble 5.

Fig. 2. Vue générale de l’Ensemble 5.

Les trois occupations successives (maurétanienne, romaine et médiévale) ont été distinguées à la fois dans l’étude des bâtis, souvent superposés, et dans l’appréhension stratigraphique, profondément bouleversée en raison des décaissements et des épierrements médiévaux. Le démantèlement méthodique des murs médiévaux et romains a débuté, afin de laisser place à la fouille des unités construites maurétaniennes qui utilisent exclusivement des briques crues. Cette opération de destruction maîtrisée, qui ne concerna que la partie sud de la zone de fouille au-delà du mur 5021, a permis de relever une structuration à la période romaine autour de deux ensembles bâtis (de part et d’autre de la tranchée faite dans les années 1920 par L. Chatelain) occupés au début du Haut-Empire ; dans les siècles suivants, l’implantation humaine paraît se déplacer vers l’est. L’implantation romaine délaisse néanmoins le secteur méridional du tell où affleurent les niveaux maurétaniens. Il est désormais acquis que le secteur a fait l’objet d’un très important remaniement constructif probablement à la période almohade, bien qu’une occupation islamique précoce (IXe siècle) ait été reconnue dans cette zone. Une découverte majeure est à signaler : dans la berme de la tranchée Chatelain, un ostracon portant cinq lettres libyques a été exhumé. Après les deux inscriptions néopuniques découvertes en 2008 et le pourcentage majoritaire des pièces préromaines dans le lot monétaire, cet artefact apporte un témoignage supplémentaire de l’importance de l’implantation humaine à l’époque maurétanienne.

Le sondage 4, implanté dans le secteur central, fait suite aux trois autres sondages effectués durant l’année 2010 sur l’emplacement présumé d’un camp militaire romain. En effet, quelques éléments (témoignage de la présence d’une koudia par les brigades topographiques au début du XXe siècle, photographie aérienne de 1943 où apparaissait un quadrilatère de 90 x 90 m de côté et image géophysique relevant une anomalie rectiligne d’au moins 45 m de longueur au nord) permettaient d’envisager cette présence. Les apports du sondage sont pluriels : 1) sur environ 2,50 m de profondeur, on note deux occupations médiévales caractérisées par un bâti en pierres liées à la terre ; 2) les premiers vestiges romains, datés des IIe-IIIe siècles, se rencontrent à environ 3 m de profondeur sous la forme de murs maçonnés ; 3) l’orientation de ces murs romains, certes tardifs, ne coïncident pas avec le tracé du supposé camp. En tout état de cause, les anomalies de surface observées antérieurement ne peuvent être rattachées à la présence d’un bâtiment militaire antique, mais davantage à un aménagement, encore indéterminé, médiéval.

La mise en place d’un SIG sous ArcGis

La campagne 2011 a été l’occasion d’élaborer un Système d’Information Géographique sur le site de Rirha. L’ensemble des données disponibles (relevés anciens, relevé topographique, photographies aériennes, relevés pierre à pierre, phasage constructif, etc.) a ainsi été mis en relation grâce à l’emploi conjoint des logiciels Excel, Access et ArcGis. Ce SIG a permis de recaler spatialement l’ensemble des opérations topographiques, géophysiques et archéologiques menées sur le terrain depuis 2004. En outre, il génère des images de restitution architecturale pour chacun des ensembles bâtis qui sont autant d’outil pour la réflexion et pour la représentation spatiale des lieux (fig. 3).

La restauration des objets métalliques

Fig. 3. Ébauche de restitution 3D de l’Ensemble 1.

Fig. 3. Ébauche de restitution 3D de l’Ensemble 1.

Après une première vague de restauration du petit mobilier métallique en 2008 (laboratoire indépendant de Madrid) et des tapis mosaïqués en 2010, il avait été décidé de commander une seconde opération de traitement des matériels en raison de la détérioration prématurée de certains objets restaurés et de l’arrivée de nouveaux objets. Outre le matériel métallique exhumé entre 2008 et 2010, les opérations de restauration ont également concerné le « trésor de Kouass », soit un ensemble de bijoux et pierres précieuses daté du Ve siècle, exhumé dans un habitat en 2010 sur le site éponyme, et les deux objets en fer et bronze, traités in situ et qui correspondraient à des éléments d’un habillage de coffre de rangement particulièrement luxueux. A été réalisée sur place la première étape de conservation, mais un travail de laboratoire d’au moins un mois doit être envisagé pour stabiliser durablement l’objet et pour le remonter.

La première monographie sur le site, en phase finale d’écriture, devrait prochainement voir le jour ; publiée dans la collection de la Casa de Velázquez, elle donnera un aperçu général du potentiel du site de Rirha aux époques antique et médiévale.

Pour citer ce billet : Laurent Callegarin, Mohamed Kbiri Alaoui et Abdelfattah Ichkhakh, « Rirha (Sidi Slimane, Maroc). Rapport 2010-2011 », Archéo-CVZ. Carnet des fouilles archéologiques de la Casa de Velázquez, mis en ligne le 23/06/2016, https://archeocvz.hypotheses.org/213.

Laurent Callegarin, Mohamed Kbiri Alaoui et Abdelfattah Ichkhakh

Laurent Callegarin (Université de Pau et des Pays de l’Adour), Mohamed Kbiri Alaoui (Institut national des sciences de l’archéologie et du patrimoine, Rabat) et Abdelfattah Ichkhakh (Délégation de la Culture d’Essaouira)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.