La Silla del Papa (Tarifa, Cadix). Rapport 2018

Pierre Moret et Jean-Marc Fabre

Avec la collaboration de Agathe Desmars, Eduardo Ferrer, Iván García Jiménez, Francisco José García Fernández, Helena Jiménez, Antoine Laurent et Fernando Prados.


La campagne réalisée à la Silla del Papa en 2018 correspond à la quatrième phase du Proyecto General de Investigaciones Arqueológicas approuvé par la Junta de Andalucía et soutenu par la Casa de Velázquez, le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères (mission archéologique La Silla del Papa), le Conjunto arqueológico de Baelo Claudia, le laboratoire TRACES (UMR 5108 CNRS – Université de Toulouse), l’Institut de recherche sur l’architecture antique (USR 3155), et les universités d’Alicante et de Séville. Cette campagne, comme celle de 2017, a exclusivement porté sur les nécropoles de la Silla del Papa. Elle a eu lieu du 3 au 23 octobre 2018.

La nécropole Sud-Ouest (Zone D)

La zone D est une vaste terrasse qui s’étend à mi-pente, au sud-ouest de l’acropole de l’oppidum préromain (fig. 1 et 2). Trois phases d’occupation s’y sont succédé. La plus récente, du haut Moyen-Âge, comprend une église de l’époque wisigothique (D1) et plusieurs bâtiments annexes mal conservés. Cet ensemble a été bâti sur les ruines d’une nécropole antique qui a fonctionné entre le IIIe et le Ier siècle a.C. d’après les éléments de chronologie actuellement disponibles. Enfin, une occupation beaucoup plus ancienne, datable entre le Bronze Final et le début du premier âge du Fer, a été atteinte dans tous les sondages profonds qui ont été réalisés. Il s’agit probablement d’un habitat, mais ses structures et son organisation ne sont pas connues.

silladelpapa_18_fig1
Fig. 1 – La zone D vue du sud. Au premier plan, le muret est moderne.

Les travaux de la campagne de 2018 se sont centrés exclusivement sur la nécropole antique. Son étude est rendue difficile par les destructions et la sédimentation occasionnées par la réoccupation du haut Moyen-Âge. Alors que dans l’autre nécropole (celle du nord-ouest, zone J) il a été possible de repérer en surface la plupart des monuments après un simple débroussaillage, les structures de la nécropole sud-ouest ont fait l’objet d’un épierrement systématique au moment de la construction de l’église, et leurs fondations sont recouvertes par une sédimentation médiévale et moderne d’épaisseur décimétrique. Les limites et l’organisation de la nécropole sont donc encore loin d’être restituables. Pour l’instant, seules les fondations de deux monuments ont pu être reconnues. Identifiées en 2017, leur fouille s’est poursuivie en 2018 dans les secteurs D2 et D4-D6.

silladelpapa_18_fig2
Fig. 2 – Orthophoto de la zone D. En jaune : monuments funéraires de la nécropole antique.

Le secteur D2 est situé à une quinzaine de mètres au sud de l’église wisigothique. Il a fait l’objet d’un premier sondage en 2015 en raison de la présence en surface de plusieurs très grands blocs appartenant à une structure en abside (6011). Ce bâtiment, très mal conservé et dont la fonction est impossible à déterminer, s’est avéré médiéval. Les deux campagnes précédentes avaient montré qu’il recouvrait la base arasée d’un monument funéraire de la fin de l’âge du Fer (6012), de plan carré (6,6 m de côté), dont seules les fondations sont conservées (fig. 3).

silladelpapa_18_fig3
Fig. 3 – Plan du monument 6012 (secteur D2) et des enterrements mis au jour le long de son côté sud. En ocre : bloc courbe du monument circulaire détruit 6135, antérieur à 6012 ; en mauve : mur 6046 du premier âge du Fer.

La campagne de 2017 avait également mis au jour, dans la partie nord du massif de remplissage de ce monument carré, un bloc à face incurvée (6135), profondément encastré dans ce massif qui le recouvrait à l’origine : il s’agit d’un vestige laissé in situ d’un monument antérieur, de plan circulaire, détruit au moment de la construction du monument carré. Plusieurs bocs courbes remployés dans les constructions médiévales voisines peuvent lui être également attribués. D’après leur rayon de courbure, ce premier monument avait un diamètre d’environ trois mètres.

Un sondage a été réalisé en 2018 autour du bloc 6135, afin de préciser sa chronologie et sa relation avec le monument postérieur. Le bloc est posé sur un empierrement compact (6224), interprété comme un remblai de fondation, qui lui-même repose sur le niveau d’abandon ou de destruction de l’occupation du premier âge du Fer (6225). Entre le radier de fondation du premier monument (6224) et celui du deuxième monument (6052) s’intercale une couche de terre noirâtre de 5 à 10 cm d’épaisseur (6215) qui s’appuie contre le bloc 6135 et qu’on peut donc interpréter comme un niveau de sol contemporain du premier monument. Elle n’a pas livré de céramique, et la datation obtenue sur un des rares charbons qu’elle contenait (Beta 510656 : 1027-848 cal BC) renvoie probablement à une intrusion provenant des sédiments sous-jacents, remobilisés au moment de la construction du monument. La chronologie du premier monument n’est donc pas résolue.

D’autre part, il restait à terminer la fouille de l’espace funéraire s’étendant au sud du monument D2. Un rectangle de 8 x 2 m avait été délimité le long du parement méridional, et 23 urnes cinéraires avaient été prélevées ou fouillées in situ (pour celles qui étaient en très mauvais état de conservation). La campagne 2018 a permis d’atteindre la base des niveaux antiques sur la totalité de cet espace, et 8 nouvelles urnes ont été prélevées ou fouillées, ce qui porte à 31 le nombre d’enterrements retrouvés dans cet espace de 16 mètres carrés. Elle a aussi permis de compléter et de rectifier en partie la stratigraphie décrite dans le rapport 2017.

Le niveau atteint sous trois urnes enterrées plus profondément que les autres (6173) avait alors été interprété comme la couche d’abandon de l’occupation du premier âge du Fer, car il en présentait certaines des caractéristiques : surface presque horizontale, couleur foncée, texture dense, granulométrie fine, relative homogénéité. Nous en avions donc conclu que ces urnes étaient les plus anciennes et qu’elles étaient contemporaines de la construction du monument ou de peu postérieures ; de plus, c’étaient les seules urnes qui présentent une véritable structure de protection, à la fois latérale et supérieure. La poursuite de la fouille a montré que cette interprétation était erronée. Le niveau sur lequel reposaient ces urnes n’était pas une strate antérieure à la construction du monument, mais un épandage de terre fine, cendreuse, très homogène, présent uniquement dans le quart occidental de l’espace fouillé. Cette US 6249, d’une épaisseur d’environ 20 cm, reposait elle-même sur une mince couche de cailloux et de pierres (6172), présente celle-ci dans tout l’espace fouillé, et qui s’est constituée probablement à partir des déchets de taille des blocs du monument, au moment de sa construction. Le niveau premier âge du Fer (6173) n’apparaît qu’en dessous de l’US 6172.

Les trois urnes susmentionnées n’appartiennent donc pas à la première, mais à la deuxième phase d’enterrements. Elles sont précédées par deux urnes découvertes en 2018, 6234 et 6238, lesquelles pénètrent plus profondément dans l’US 6249. Il faudra attendre la microfouille au laboratoire et l’étude des mobiliers funéraires, ainsi que les datations 14C qui sont attendues pour 2019, pour tirer toutes les conséquences chronologiques de ces observations. Plusieurs indices convergents (présence de céramique campanienne, d’une fibule de Nauheim et d’une monnaie de Carteia) indiquent qu’un nombre significatif d’enterrements ont eu lieu en D2 à partir du deuxième tiers du Ier siècle a.C., sans que l’on puisse encore formuler d’hypothèses sur la date de construction du monument.

Par ailleurs, il se confirme que la distribution spatiale des urnes funéraires n’obéit pas à un schéma régulier préétabli. Leur densité varie d’un endroit à l’autre, de même que l’aménagement des fosses qui peuvent être de simples trous immédiatement rebouchés, ou des loculi protégés par des empierrements frustes. La profondeur des fosses est également variable et les fosses les plus profondes ne sont pas nécessairement les plus anciennes. À l’exception de la monnaie de Carteia citée plus haut, la fosse ne contient jamais de mobilier, et l’urne elle-même en contient rarement.

Le monument funéraire du secteur D4 était lui aussi recouvert par une construction médiévale, en l’occurrence un bâtiment rectangulaire de 9,30 x 4,80 m, orienté nord/sud (6089), situé près de la rupture de pente à l’ouest de la zone D (fig. 1 et 2). Un premier sondage réalisé en 2017 avait montré que ce bâtiment appartenait au même horizon du haut Moyen Âge que l’église. Rien ne s’en conserve en dehors des quatre murs qui sont dépourvus de fondation ; aucun sol ou niveau de circulation associé à ces murs n’a pu être mis en évidence.

Le même sondage a révélé l’existence, sous le bâtiment 6089, d’une construction plus ancienne (6092) qui s’est avérée très proche, par ses dimensions et sa technique de construction, du monument funéraire carré du secteur D2. La campagne de 2018 a permis de dégager le plan presque complet de ce nouveau monument (à l’exception de son côté nord, partiellement couvert par le mur nord du bâtiment médiéval). En sont conservés le remblai de fondation interne, un cailloutis incluant des blocs décimétriques (6097), et sur les quatre côtés la base d’un mur de parement en pierres de taille. La longueur du côté sud est de 7,2 m, celle du côté sud est un peu supérieure : 7,4 m. Compte tenu des importantes déformations subies par les assises conservées, on peut supposer que le plan de départ était carré. Ses dimensions dépassent de 0,6 à 0,8 m celles du monument de D2. Alors que ce dernier ne conserve que son assise de fondation, D4 conserve également une partie de la première assise de l’élévation, dont les blocs sont parfaitement dressés (fig. 4).

silladelpapa_18_fig4
Fig. 4 – Base des parements sud et est du monument D4, vus du sud.

À l’ouest, dans le secteur D6, a été mise au jour une structure inattendue, aussi dépourvue de parallèles que la plupart des pratiques funéraires attestées à la Silla del Papa : une terrasse funéraire de forme arrondie s’étendant de ce côté au pied du monument. Elle est fermée et soutenue par un mur curviligne qui dessine une sorte d’abside faisant saillie à 6,5 m du parement ouest du monument. Dans sa partie aval, cette terrasse a souffert de l’érosion et le mur de terrasse lui-même ne conserve que son assise de base, dont certains blocs ont manifestement bougé. Le décapage superficiel de la partie la plus proche du monument a cependant révélé une bonne conservation des dépôts funéraires : des urnes cinéraires ont été mises au jour dans cette partie, au milieu de cercles de pierres qui délimitent probablement des espaces réservés (privatifs, familiaux ?). Plusieurs cippes d’un type déjà attesté à la Silla del Papa, à base ronde ou quasiment carrée et protubérance à peine marquée, ont été également mis au jour.

Du point de vue chronologique, on notera l’abondance de la céramique campanienne témoignant de pratiques de libation ou d’offrandes accompagnant les cérémonies funéraires. Ce matériel n’est cependant apparu que dans des remblais remaniés : il n’est pas impossible qu’il appartienne à une première phase de la nécropole, antérieure à la construction du monument carré. En effet, quatre blocs courbes ont été mis au jour, en remploi, dans le remblai de fondation qui étayait l’extrémité sud du côté ouest du monument carré. À l’instar du bloc 6135 de D2 (voir supra), ces blocs témoignent d’une histoire complexe qui a vu se succéder, vraisemblablement au même endroit, un monument circulaire puis un monument carré.

La nécropole Nord-Ouest (Zone J)

Cette nécropole est située à 170 m au nord de l’agglomération, dans le prolongement de la crête rocheuse qui la limite à l’ouest, sur une hauteur qui dominait le chemin d’accès. 27 monuments funéraires y ont été identifiés, dont 10 ont été fouillés. La plupart, de forme circulaire, sont situés sur d’étroites terrasses s’étendant sur le versant est en contrebas du sommet. Les travaux de 2018 se sont portés sur les ensembles funéraires de la zone sommitale qui comprennent des monuments ronds et quadrangulaires (fig. 5). Ils se succèdent sur la ligne de crête, constituée par un banc de grès qui affleure en de nombreux endroits, formant une bande de terrain plat d’une largeur de trois à cinq mètres. Dans cette zone sommitale, la découverte de trois bases de monuments carrés a conduit à l’identification de trois secteurs, du sud au nord : J1, J2 et J3.

silladelpapa_18_fig5
Fig. 5 – Reconstitution 3D de la nécropole nord-ouest, vue du chemin d’accès à l’oppidum (DAO : A. Desmars et A. Laurent).

Trois objectifs étaient visés : compléter l’étude du secteur J1, avec la fouille de plusieurs urnes laissées en place à l’issue de la campagne de 2017 ; explorer deux nouvelles zones, entre J1 et J2, mais aussi plus au nord dans le secteur J3 ; effectuer des relevés complémentaires, notamment en photogrammétrie, sur différents monuments (J1, J19, J20 et J21).

Dans le secteur J1, plusieurs urnes appartenant au premier niveau d’enterrements identifié (14729) avaient été laissées en place en 2017, en particulier dans l’espace compris entre le monument circulaire J12 et le rocher qui constitue le socle du monument carré J1.

La fouille de ce petit secteur, qui correspond à la plus forte concentration d’enterrements, a permis d’exhumer six urnes, dont cinq, trop mal conservées pour être prélevées, ont été fouillées in situ. Ces urnes ne sont pas complètes, parfois sans ossements et certaines ont même été déplacées. Cette fouille a fait apparaître les limites de l’analyse stratigraphique dans un ensemble plusieurs fois remanié, recreusé et remblayé pendant la durée de vie de la nécropole, et de plus soumis depuis lors à une intense bioturbation. Ce qui apparaissait comme un niveau d’enterrement précoce a été largement modifié par les enterrements postérieurs. En témoignent les fosses 14641 et 14739, nettement marquées (ce qui est rarement le cas sur cette nécropole en raison de l’absence de différence de nature ou de texture entre encaissant et remplissage), qui perforent le niveau 14729 sur toute sa hauteur, rendant caduc tout phasage des enterrements en fonction de leur profondeur. Les urnes les plus anciennes, dont la fosse d’inhumation n’est pas perceptible, sont très mal conservées et n’ont pas fourni de mobilier caractéristique.

Afin de déterminer la chronologie relative des différentes structures, un profil est-ouest a été rafraîchi depuis le sondage précédent jusqu’à l’extrémité orientale du monument circulaire J12. Ce nettoyage a mis au jour une concentration de gros fragments d’ossements calcinés à l’intérieur du monument J12, dans sa partie sud. C’est là une nouveauté, puisque jusqu’à présent la fouille de l’intérieur des monuments circulaires n’avait livré aucun mobilier. La couche compacte qui comprend les ossements, mais pas d’urne (US 14761), est de couleur marron-gris et livre également des gros fragments de charbon de bois et quelques tessons de céramique du premier âge du Fer. Elle s’étend sur moins d’un mètre carré et semble limitée au sud par une pierre disposée de champ et à l’est par une autre pierre. Il pourrait s’agir des vestiges partiels d’un caisson ayant servi à recueillir les restes d’une crémation. Des éléments comparables se trouvent dans certaines bazinas d’Afrique du Nord, malheureusement non datées (travaux de G. Camps).

Les compléments de relevés effectués cette année permettent de restituer avec plus de précision l’emprise du monument J1, qui formait un carré de 3,3 m de côté et empiétait sur le monument circulaire J11. Il n’est pas possible de dire si ce dernier continua de fonctionner pendant l’existence de J1, mais au moins une partie des urnes qui lui étaient liées (14634 et 14638) disparurent sous le monument J1. Le nettoyage de la coupe est-ouest a aussi permis d’observer le rapport stratigraphique entre les deux monuments circulaires, J11 et J12. J11 semble s’appuyer sur J12 et lui serait donc postérieur. Là encore, l’état de destruction est tel qu’il n’est pas possible de dire si ces deux monuments ont fonctionné ensemble ou si la construction de J11 a déclenché l’abandon de J12.

Le monument J3, situé sur une plateforme rocheuse à 10 m au nord de J2, avait été identifié par la présence dans son environnement immédiat de plusieurs blocs architecturaux. Ces blocs suggéraient l’existence d’un monument quadrangulaire dont les vestiges n’apparaissaient pas en surface. Un décapage de la couche superficielle a rapidement permis d’observer une rupture stratigraphique entre la partie ouest (14752) et la partie est (14743) de la plateforme, révélant le positionnement du monument dans la partie occidentale. Son plan, un carré d’environ 2,6 m de côté, est confirmé par les traces d’outil sur le rocher, à l’emplacement du soubassement dont il ne subsiste qu’un bloc en place. Dans la moitié est, en grande partie dégagée jusqu’au rocher, la stratigraphie se limite à deux couches. Malgré la forte altération des niveaux archéologiques, très proches de la surface, quatre urnes ont été identifiées et fouillées, toutes en très mauvais état de conservation.

En ce qui concerne les monuments de la terrasse basse située au nord-ouest (J19, J20 et J21), nous nous sommes concentrés sur l’étude fine de leur architecture. Des mesures complémentaires, une description et un nuage de points de chacun des blocs en place ont été réalisés durant cette campagne afin de compléter les acquisitions photogrammétriques et de finaliser l’analyse architecturale de ces éléments, en préalable à des propositions de restitution de l’élévation des monuments.

Bibliographie

GUTIÉRREZ LLORET, S., LEFEBVRE, B. et MORET, P. (2017), « La iglesia altomedieval de la Silla del Papa (Tarifa, Cádiz) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 47 (1), p. 203-216.

MORET, P., PRADOS, F., FABRE, J.-M., FERNÁNDEZ, E., GARCÍA FERNÁNDEZ, F.J., GONZÁLEZ, F. et JIMÉNEZ VIALÁS, H. (2017), « La Silla del Papa: hábitat y necrópolis (campañas 2014-2016) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 47 (1), p. 51-73.

MORET, P., GARCÍA, I., PRADOS, F. et MUÑOZ, Á. (2015), “El oppidum de Bailo/Silla del Papa y el Estrecho de Gibraltar en tiempos de Sertorio”, in: F. Sala Sellés (éd.), Las huellas de las guerras civiles romanas en el sureste de Hispania. Elementos para una revisión histórica, Alicante, Universidad de Alicante, p. 141-153.

MORET, P. et PRADOS, F. (2014), « Les deux Baelo : du site perché protohistorique au site portuaire romain sur la rive nord du détroit de Gibraltar », dans L. Mercuri, R. González Villaescusa et Fr. Bertoncello (éd.), Implantations humaines en milieu littoral méditerranéen. XXXIVe Rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, Antibes, p. 137-148.

MORET, P., FABRE, J.-M., P., GARCÍA, I., PRADOS, F. et CONSTANS, A. (2010), “La Silla del Papa (Tarifa, Cádiz) : bilan de trois années de recherches”, Pallas, 82, p. 441-463.

MORET, P., GARCÍA, I., PRADOS, F. et FABRE, J.-M. (2010), “El oppidum bástulo-púnico de la Silla del Papa (Tarifa, Cádiz). Primeros resultados del proyecto arqueológico”, Mainake, 32 (1), p. 205-228.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.