Albalat (Romangordo, Cáceres). Rapport 2018

Avec la collaboration de C. Bottaini, L. Buttard, Y. Cáceres Gutiérrez, A. Canto, C. Capelli, J. De Juan Ares, P. De Keukelaere, A. Durand, N. Garnier, J. A. Garrido García, W. Jablonska, A. Lafont, J. Ma Moreno Narganes, D. Pérez Navazo, N. Portet, C. Richarté, J. Ros, N. Schibille, P. Guerra García.


La campagne de terrain 2018 sur le site d’Albalat (fig. 1) a mobilisé pendant cinq semaines et demie (22/08-28/09/2018) une équipe composée de plus d’une vingtaine d’étudiants espagnols et français ainsi que d’habitants des environs. Elle a été précédée par une mission longue consacrée à l’inventaire et l’étude du mobilier céramique, de fin avril à fin mai 2018 dans les réserves de fouille de Romangordo.

albalat17_fig1
Fig. 1 – Vue aérienne du site archéologique d’Albalat (©Projet Albalat 2018).

Les fouilles

Les 235 m2 qui ont pu être fouillés intégralement cette année conduisent à affiner nos connaissances de ce site fortifié, qui fonctionna à la fois comme lieu de passage et verrou d’une zone frontalière, et renforce sa dimension productive et commerciale.

Les agrandissements menés simultanément sur plusieurs fronts étaient motivés par des questionnements concrets, issus en grande partie de la campagne antérieure.

  • Il s’agissait d’intervenir dans l’ample frange du sondage 3 qui sépare les édifices découverts de la muraille nord pour tenter de compléter le plan de deux d’entre eux, apparemment plus que de simples demeures (fig. 2). L’inusuelle puissance de la sédimentation a obligé à recourir, de manière certes limitée, à des moyens mécaniques avant l’approche manuelle. Les fouilles ont ainsi montré que la cour où avait été trouvée une cuve utilisée pour la tannerie fait partie d’un ensemble à vocation artisanale condamné hâtivement, vraisemblablement dans un moment de crise qui précéderait l’assaut final. Cette action fait écho à un autre cloisonnement des espaces documenté non loin de là, dans le même secteur nord. De plus, cet ensemble n’entretient pas d’autres liens que la simple mitoyenneté avec un autre, qui s’ouvre sur la voirie bordant la muraille. Ce dernier, d’environ 37 m2 utiles, comprend uniquement une entrée, une pièce principale et un compartiment. Ses petites dimensions et la relative simplicité de son plan soulèvent la question de sa fonction puisqu’aucun aménagement particulier – autre qu’un foyer installé dans le prolongement à ciel ouvert du vestibule d’entrée – ne vient offrir de pistes. L’étude de son mobilier céramique (qui inclut des formes inédites sur le site) permettra peut-être de formuler des hypothèses. Le second bâtiment sur lequel se sont focalisées les recherches possède un plan plus complexe, dont on ne connaissait jusqu’alors que la cuisine et une rampe d’accès. Il a révélé partiellement un patio dallé en forme de « L » (20 m2 minimum) et un espace couvert qui, par la nature de son mobilier (jarres remplies de céréales et de glands carbonisés, arsenal d’une quarantaine de fers de trait), devait servir d’entrepôt avant d’avoir été incendié. Il sera prioritaire d’en achever la fouille.
albalat17_fig2
Fig. 2 – Aire ouverte avec indication du tracé de la voirie reconnue : montage d’orthophotos (©Projet Albalat 2018).
  • À l’extrémité sud-est du périmètre ouvert, le sondage 4, implanté grosso modo dans le prolongement de l’accès principal flanqué de deux tours, a concentré l’essentiel des efforts : malgré un arasement très prononcé des vestiges en raison de leur cote superficielle d’apparition, on commence à y percevoir un urbanisme particulier, lié à des espaces tournés vers la production artisanale et alimentaire, dotés d’une nette dimension commerciale. Deux rues parallèles, partiellement explorées, délimitent un îlot en lanière (d’une largeur comprise entre de 6 et 8 m), occupé par des bâtiments composés de cours donnant accès à une pièce intérieure. De l’autre côté de la voie méridionale se trouve un espace grossièrement dallé (fig. 3), pourvu d’un foyer et d’un système de drain s’écoulant côté rue, qui concentrait des indices de travail de bois de cerfs (bois de massacre, pointes d’andouillers/épois, etc. avec et sans stigmates d’outils). Notons que les seuls produits finis correspondent à des noix d’arbalètes. Cette découverte, en soi exceptionnelle, démontre l’importance de l’approvisionnement en matières dures animales pour répondre aux besoins d’armement et apporte un éclairage nouveau sur les enjeux de l’activité cynégétique, patente dans le registre faunique, et plus largement sur la chaîne opératoire de ce type d’industrie.
    Non loin, à proximité d’un carrefour, a été trouvé un grand four alimentaire d’environ 2,20 de diamètre intérieur qui conserve sa sole pleine en briques réfractaires et qui est précédé en façade d’une pièce de travail (fig. 4). Cette dernière, bien plus profonde, avait été colmatée par des rejets de cendres et de charbons (renfermant un très bel exemplaire de hache à double tranchant) avant que sa toiture ne s’effondre. Peu de structures de cuisson de ce type sont connues en al-Andalus et les parallèles disponibles renvoient systématiquement à des milieux urbains où particuliers et professionnels pouvaient cuire du pain et des plats (Madînat al-Zahrâ’, Xe s. ; Malaga, seconde moitié du XIIe s. )
albalat17_fig3
Fig. 3 – Tronçon de rue. Sur le côté sud s’ouvre un espace consacré au travail du bois de cervidé (©Projet Albalat 2018).
albalat17_fig4
Fig. 4 – Four (furn) pour la préparation des aliments précédé d’une pièce de service (©Projet Albalat 2018).
  • Un sondage profond, effectué dans une cour mise au jour antérieurement, a documenté des niveaux antérieurs à l’occupation du XIIe siècle, entaillés par une large fosse (fig. 5), et a permis de mieux saisir le phasage des structures muraires observées. Plusieurs niveaux de sols et de foyers ont été reconnus, parfois associés à un abondant mobilier parmi lequel les artefacts métalliques occupent une place prépondérante (pondéraux, couteau à manche riveté, fragment de hache, plaque ajourée à décor géométrique, etc.).
albalat17_fig5
Fig. 5 – Sondage 2 : vue en coupe de la fosse qui entaille des niveaux d’occupation antérieurs au milieu du XIIe s (©Projet Albalat 2018).

De manière générale, les informations recueillies soulignent la grande complexité de la trame urbaine, dans laquelle s’insèrent différentes activités artisanales, agropastorales et économiques réparties entre plusieurs quartiers. La stratigraphie prouve à nouveau l’impact de la guerre et des saccages qui mirent fin à l’occupation stable.

L’apport des études spécialisées

Même si le travail des spécialistes de nationalités française (7), espagnole (10), italienne (1) et portugaise (1) s’effectue principalement en dehors des temps de terrain, plusieurs d’entre eux (céramologues, carpologue, spécialistes de l’équipement équestre et des mortiers) ont pu passer lors des fouilles et exposer les problématiques, méthodes et objectifs de leurs disciplines à l’occasion de présentations informelles destinées aux étudiants.

Nous ne présentons ici qu’une sélection de ces études.

Analyses chimiques des verres

La poursuite de la collaboration établie avec le projet ERC Horizon 2020 « GlassRoutes: Mapping the First Millennium Glass Economy » dirigé par N. Schibille (IRAMAT, UMR 5060) s’est concrétisée en 2018 par l’échantillonnage de 12 nouveaux verres, portant le total actuel des échantillons analysés à 34. En cohérence avec les résultats généraux des fouilles, on peut souligner qu’aucun verre de tradition romaine, qui pourrait être daté d’avant le VIIIe siècle ap. J.C, n’a été identifié. Au contraire, tous les échantillons pris en compte présentent une composition caractéristique des verres islamiques postérieurs à cette date. Leur teneur élevée en oxydes tels que le sodium ou le potassium, contrairement aux verres à base de natron, s’explique par l’emploi de cendres végétales comme fondant, provenant de plantes à forte teneur en sodium ayant été ramassées dans des environnements côtiers ou sur des sols pauvres. Au moins un fragment de verre possède des quantités élevées de plomb ainsi qu’un composant sodique qui le rapprochent d’autres échantillons identifiés à Cordoue, Murcie et Vascos, datés entre le Xe et le XIIe siècle. Ce type de verre est particulièrement fréquent dans la péninsule Ibérique et y était donc probablement produit.

Analyses chimiques organiques

En complément des études céramologiques qui s’intéressent, entre autres, aux caractéristiques techniques et morphologiques des récipients ou encore à leur répartition spatiale et utilisation à l’intérieur du site ainsi qu’à leurs circuits de production (via des analyses pétrographiques et minéralogiques), l’approche chimique des résidus organiques par la technique de CPG-SM permet d’aborder à une autre échelle l’aspect fonctionnel de ces objets. Les lignes de recherche qui ont été définies ciblent les lampes à bec, les grands conteneurs ainsi que des petites fioles en verre et en terre cuite glaçurée pour en connaître les contenus. Dans cette perspective, quatre nouveaux objets appartenant à ces catégories sont en cours d’analyse. Par ailleurs, cette même technique analytique a permis de reconnaître des marqueurs caractéristiques de la tannerie dans la cuve maçonnée découverte en 2017 dans l’angle d’un patio.

Faune

L’étude d’un lot d’ossements provenant du comblement de cette même cuve a rendu possible la détermination de 79 restes (27,34 %) avec plus ou moins de précision. À l’exception de 10 côtes et rayons de nageoires osseuses de poissons, presque tous les déchets proviennent de mammifères (lapins, ânes, chevaux, bovins, moutons, chèvres et suidés). Les restes d’ongulés constituent la majeure partie de l’échantillon et leurs traces de débitage et de découpe montrent qu’ils doivent être interprétés comme des déchets de consommation. Les restes identifiés ne s’écartent pas, a priori, de ce qui a été observé dans le reste du site, où de nombreux restes équins ont également été trouvés. La seule exception est la présence de restes de suidés (11, soit 13,92 %) qui, à en juger par les grandes différences d’usure observées sur les dents, doivent correspondre à plusieurs spécimens. Une telle concentration est inédite sur le site où, jusqu’à présent, les suidés n’occupaient que 0,18 % sur un total de 19641 restes identifiés.

L’absence de tout indice lié au processus de tannage du cuir, tels que des modifications de couleur ou une corrosion marquée, montre que le dépôt est postérieur à l’abandon de cette activité.

Analyses des alliages base cuivre

Les artefacts à base de cuivre ne représentent que 3 % du vaste corpus métallique (3985 NMI inventoriés jusqu’à présent). Il s’agit, pour la plupart, d’objets de petite taille, qui vont d’éléments de harnachement et de parure à des instruments liés à l’hygiène ou encore aux luminaires. Depuis cette année, une partie d’entre eux a fait l’objet d’analyses par SEM-EDS et XRF afin de révéler les caractéristiques chimiques de leurs alliages et microstructures. Les résultats mettent en évidence trois groupes bien différenciés : des cuivres relativement purs (Cu + 95%), des laitons (Cu + Zn) et des bronzes (Cu + Zn). La présence d’impuretés, principalement de Fe, As, Ag, Sb et Bi, est récurrente. Parmi les éléments majoritaires, la teneur en étain (Sn) est généralement assez faible (inférieure à 6 %). Le zinc et le plomb apparaissent également avec des valeurs variables, avec des pics allant jusqu’à environ 24 % pour le premier et environ 13 % pour le second élément.

Ces données très préliminaires laissent entrevoir des compositions chimiques peu normalisées et dépourvues de lien explicite avec la typologie ou la fonction des artefacts. La tendance à des contenus bas et variables de Sn et Zn, ainsi que l’hétérogénéité des alliages documentés suggèrent que le recyclage d’objets obsolètes devait être une pratique très courante parmi les métallurgistes locaux.

Numismatique. Les nouvelles découvertes monétaires sont en train de mettre en évidence un phénomène jusqu’alors peu attesté pour la 1ère moitié du XIIe siècle : celui du maintien en circulation de monnaies antérieures, tardo-antiques et surtout taifa, peut-être pour compléter le système bimétallique alors en vigueur, soit parce qu’il était peu accessible ou inadapté aux transactions quotidiennes. Apparues dans d’autres contextes stratigraphiques, ces monnaies, comme celle trouvée dans le niveau de préparation d’une des rues, offrent des termini solides pour dater la mise en place de la trame urbaine.

Carpologie

85 nouveaux échantillons correspondant à 33 unités stratigraphiques ont été traités. Le spectre floristique se compose d’un total de 33 taxons dont 9 identifiés au rang de l’espèce. La palette végétale comprend 4 céréales, 8 fruitiers et 16 plantes sauvages dont 2 identifiées à l’espèce.

Cette étude a permis d’enrichir les données sur le spectre agro-alimentaire exploité à Albalat, avec entre autres l’apparition de la fraise. Elle permet également de nuancer la fréquence de certains taxons ; il semble ainsi que le blé nu soit plus fréquent que l’orge vêtue ou le seigle, jusque-là considérés comme les premières céréales du site. Il reste à déterminer si cette évolution des résultats découle d’une répartition préférentielle de certains taxons par espace de vie ou de la simple augmentation du corpus, qui modifie les rapports de fréquence entre les différents taxons. Les fruitiers montrent, quant à eux, une fréquence cohérente avec les résultats antérieurs : figuier, olivier, chêne et vigne arrivant en tête. La découverte d’une latrine dans l’espace L2 du sondage 3, avec des pupes d’insectes et des carporestes minéralisés est particulièrement intéressante, puisqu’elle permettra de réaliser des comparaisons avec celle de C-1, et de révéler d’éventuelles similitudes ou différences dans les espèces végétales consommées entre ces deux édifices.

Autres études

Un travail de master (L. Buttard, Lyon 2) s’attache à inventorier et analyser les très nombreuses marques glyptographiques qui ont été laissées par les occupants sur des dalles de schiste. Leur distribution met en évidence leur relation avec un type concret d’espace : les patios, cours intérieures à ciel ouvert, tandis que leur palette fonctionnelle montre la prédominance des plateaux de jeux (mérelles), même si d’autres signes répondent à des préoccupations prophylactiques, de comptabilité, etc. Deux thèses actuellement en cours (P. de Keukelaere, Univ. Paris 4 et J. Ma Moreno Narganes, Univ. Alicante) exploitent à différents degrés des données issues des fouilles : l’armement, qui constitue une part significative du corpus métallique découvert, et l’habitat domestique pour une approche sociale.

Conservation et restauration

Les actions de consolidation des vestiges in situ, qui font intervenir des étudiants en restauration (ESCRBC de Madrid, Avila et Pontevedra) dans le cadre de stages pratiques sous la supervision d’un restaurateur expérimenté, ont permis d’achever la première phase de restauration du bâtiment C-6.

Pour citer ce billet : Sophie Gilotte, « Albalat (Romangordo, Cáceres). Rapport 2018 », Archéo-CVZ. Carnet des fouilles archéologiques de la Casa de Velázquez, mis en ligne le 14/02/2019, https://archeocvz.hypotheses.org/1996.


Sophie Gilotte

CNRS, CIHAM-UMR 5648 (Lyon)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.