Rirha (Sidi Slimane, Maroc). Rapport 2018

E. Rocca, Ch. Carrato, M. Kbiri Alaoui et A. Ichkhakh


L’année 2018 constitue la seconde année d’activité du nouveau programme archéologique de Rirha (2017-2021). Les recherches franco-marocaines sont soutenues par l’INSAP (Rabat), la Casa de Velázquez (Madrid), le Labex Archimede (Université Paul Valéry, ASM-UMR 5140, Montpellier, 2017-2019), le Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères français (2018-2021), la Direction du patrimoine Culturel du Maroc (Ministère de la Culture marocain) et le Service de coopération et d’action culturelle de l’Ambassade de France à Rabat. La campagne de terrain s’est tenue du 16 avril au 11 mai, au cours de laquelle ont été réalisés la fouille, l’étude du bâti, l’inventaire de l’ensemble du mobilier, l’étude des monnaies et des petits objets, le tamisage et un premier tri des restes archéobotaniques.

Synthèse des opérations de fouilles

En 2018, les travaux se sont poursuivis sur les deux secteurs investis depuis plusieurs années : l’îlot d’habitat maurétanien (Ensemble 5) et l’installation de production agricole de l’époque romaine, réoccupée durant le Moyen Âge (Ensemble 1).

L’Ensemble 5 (Secteur du tell) : étude du quartier maurétanien

E. Rocca, J.-Cl. Roux, M. Kbiri Alaoui, X. Calvet, avec la collaboration d’A. El Qably, R. Cavasin, A. Espada, C. Imrani

Dans l’Ensemble 5, les travaux portent sur un groupe de bâtiments de l’époque maurétanienne, construit exclusivement en brique crue. Cet îlot d’habitation se caractérise par un ensemble d’espaces, couverts ou non, et par des niveaux d’occupation matérialisés par les traces d’une activité domestique. L’objectif dans ce secteur est d’appliquer une fouille phasée. Cette approche a permis de mettre en évidence déjà quatre états d’architecture (D à A) qui se succèdent à peu près tous les 25 ans au cours du Ier siècle av. J.-C. Les objectifs de la campagne étaient de compléter le plan de l’état E, partiellement mis au jour en 2017, et de fouiller les niveaux d’occupation de chacune des pièces identifiées pour cette phase. La fouille a révélé une situation plus complexe. Les sols fonctionnant avec l’état le plus ancien, nommé F, sont enfouis sous plusieurs niveaux d’abandon et de réoccupations sporadiques.

Une première évolution du secteur a pu être reconstituée. Le plan de l’état F figure un grand bâtiment agencé en pièces vastes et longues (fig. 1). Cinq de ces pièces ont pour l’instant été reconnues. Le niveau de sol de la pièce plus méridionale a été atteint : elle présente deux foyers à chacun de ses angles. Au nord, un bâtiment se développe contre le mur de façade du bâtiment principal. Les niveaux d’occupation de l’état F sont scellés par une couche de destruction (premier niveau d’abandon marquant la fin de F). L’état E est divisé en deux sous-états : le plus ancien, E2, correspond à une réoccupation de ces bâtiments abandonnés, qui se traduit par l’aménagement de cloisons, une construction plus soignée dans l’aile ouest (espace 53), l’installation de foyers et l’utilisation d’au moins un secteur (espace 62) comme dépotoir. Celui-ci, en cours de fouille, comporte notamment une couche uniforme d’ossements animaux calcinés et des rejets de foyers. L’abandon de ce sous-état E2 est caractérisé par d’épaisses couches de destruction d’adobes (un pan de mur tombé à plat également), qui contribuent au remblaiement progressif des pièces. Les deux niveaux d’abandon (F et E2) se caractérisent par des couches verdâtres résultant de la décomposition de plantes ayant poussé à l’air libre, dans des bâtiments abandonnés ou des espaces extérieurs. Ce processus, qui s’est visiblement généralisé à tout le secteur, conforte l’impression d’un effondrement lent des bâtiments. L’ensemble est à nouveau réoccupé (État E1) comme en témoignent quelques structures aménagées dans l’espace nord et sud, ainsi que plusieurs niveaux de circulation et une activité matérialisée par l’installation de foyers (espaces 47 et 53). L’aile orientale semble être utilisée encore comme zone de dépotoir, avec l’épandage de cendres et de rejets de foyers. Peut-être peu de temps après, l’îlot se voit réinvesti par l’apport d’un remblai destiné à niveler le terrain avant de construire les nouveaux bâtiments de l’état D.

Rirha18_fig1
Fig. 1 – L’Ensemble 5 : plan provisoire de l’état F recalé sur orthophotographie (S. Sanz Laliberté. Relevés : équipe du tell ; DAO : J.-C. Roux).

Il faut souligner que cette campagne a permis de mettre au jour un état exceptionnel de conservation des architectures, préservées parfois jusqu’à 60 cm de hauteur, ce qui rend possible les observations sur le bâti en élévation. La fouille a également livré des contextes très riches comme le dépotoir de l’espace 62 et un second probablement dans l’espace central, qui commencent à peine à être explorés. L’objectif en 2019 sera de terminer d’abord l’exploration des niveaux les plus anciens de l’état E (abandon et occupation du sous-état E2) avant de reprendre la fouille des destructions et des occupations de l’état F (fig. 2). Il faudra préciser aussi la chronologie de ce processus d’abandons/réoccupations, qui se situe a priori à la charnière entre la fin du IIe et le début du Ier s. av. J.-C.

Rirha18_fig2
Fig. 2 – Vue aérienne oblique de l’Ensemble 5 en fin de campagne (photoperche S. Sanz Laliberté).

Parmi les mobiliers issus de la fouille de l’Ensemble 5, les outils de meunerie en galets ont donné lieu à une étude particulière. Un nombre relativement important d’objets a été recueilli cette année (87 galets et 27 fragments/éclats) : des broyeurs, des polissoirs et quelques aiguisoirs, auxquels s’adjoignent un morceau de table dormante et un éclat de basalte. L’étude céramologique a porté spécifiquement sur les céramiques à vernis noir, pour lesquelles a été établi le contexte chrono-stratigraphique relatif aux quatre états d’occupation (D à A). Les caractéristiques techniques ont également été définies pour différentes classes de céramiques : céramique attique, Campanienne A, vernis noir de Calès (ou Campanienne B), Campanienne C.

Enfin, à la suite de l’étude menée en octobre 2017 qui avait abouti à l’établissement d’une chronologie précise des états d’architecture du Ier s. av. J.-C. et à l’identification des marqueurs de datation, il a été permis de réviser la documentation (listing d’US, diagramme, plans et sections) et de compléter la synthèse en cours sur les niveaux du Ier s. av. J.-C. et les mobiliers associés.

L’Ensemble 1 (Secteur nord-est) : étude diachronique (milieu du IIe s. au XIVe s.)

Ch. Carrato, A. Ichkhakh, K. Dupinay, V. Mathieu, W. Boutenbat, S. Sanz, M. Alilou, avec la collaboration de S. Moramarco

La fouille de l’Ensemble 1 s’est concentrée en 2018 sur une bande de 120 m2, en bordure nord de la limite de fouille actuelle et visait à compléter l’exploration septentrionale de la salle de transformation, de la salle des machines et en particulier du pressoir nord, mais également à comprendre l’articulation de cet ensemble artisanal avec la ruelle d’accès à l’est (fig. 3). Les résultats sont nombreux et révèlent une fois encore toute la richesse de ce secteur qui nous est parvenu dans un état de conservation remarquable.

Rirha18_fig3
Fig. 3 – Orthophotographie générale du secteur nord de l’Ensemble 1 en cours de fouille (Cl. S. Sanz Laliberté).

La mise en évidence de niveaux antérieurs à l’installation artisanale, dont certains avaient déjà été atteints les années précédentes, est importante puisque ce secteur a majoritairement livré des vestiges postérieurs à la seconde moitié du IIe s. Des structures en lien avec du mobilier de la première moitié du IIe s. ont notamment été observées sous les niveaux de circulation de la ruelle et sous l’aire de presse nord. Elles démontrent la structuration précoce de ce secteur avant la mise en place du quartier du milieu du IIe s.

L’étude de l’installation de production constitue le cœur des recherches de l’Ensemble 1 (fig. 4). La réflexion de cette année s’est concentrée sur l’interprétation du bassin accolé au pressoir sud, désormais reconnu comme une citerne avant d’être abandonnée et utilisée comme dépotoir, mais également sur l’étude de l’aire de presse nord. Cette dernière rend compte du haut degré de technologie de cet aménagement et de sa longue utilisation. À une échelle plus large, la lecture approfondie de la surface d’utilisation fournit pour la première fois une liste exhaustive des éléments caractéristiques d’une aire de presse vinicole au Maroc. La comparaison de ces éléments avec ceux des autres aires de presses découvertes au Maroc, et en particulier sur le site voisin de Volubilis, devrait permettre à l’avenir d’alimenter le débat sur la discrimination des installations vinicoles et oléicoles en Tingitane. Un poster annonçant cette découverte exceptionnelle a été présenté en mai 2018 au congrès de l’AIAC et fera l’objet d’un court article dans les actes de cette rencontre à paraître en 2019.  

Rirha18_fig4
Fig. 4 – Vue générale de l’installation de production de l’Ensemble 1 en cours de fouille (Cl. S. Sanz Laliberté).

Les recherches apportent également aujourd’hui un nouvel éclairage sur la fin de l’occupation de ce quartier périphérique antique. Ainsi la découverte de structures (forges ?, foyers) clairement associées du point de vue stratigraphique à une phase postérieure à l’abandon de l’installation artisanale témoigne d’une réoccupation tardive. Elle conduit à poser deux hypothèses de travail que les recherches futures tenteront d’éclaircir. La première postule l’existence d’une inter-phase marquée par une réoccupation domestique partielle du bâtiment artisanal abandonné, avant l’incendie. Même si elle n’est pas antinomique, la seconde retient la possibilité d’une fréquentation durant l’Antiquité tardive dans les ruines de l’installation artisanale partiellement détruite.

Dans la poursuite d’une réflexion globale menée à l’échelle du quartier antique, la reprise de l’ensemble des données architecturales compilées depuis 2005 (par V. Mathieu) a conduit à l’établissement d’un nouveau sous-phasage de l’époque charnière comprise entre la seconde moitié du IIe s. et la première moitié du IIIe s. Elle correspond à un phénomène de densification urbaine de ce quartier en périphérie de l’agglomération antique. Cette étude rend compte de la dynamique de construction, de l’imbrication architecturale des différents ensembles fonctionnels, et permet également de restituer les logiques de circulation, et ce, sur deux niveaux. Conséquence logique de cette réflexion, et dans l’optique de la réalisation d’une modélisation 3D de l’ensemble du quartier antique, les premières restitutions 2D ont été établies cette année (par M. Alilou).

Les données les plus récentes renvoient à l’occupation médiévale qui a fortement marqué ce secteur du site par l’aménagement de nombreuses fosses datées entre le VIIIe et le XVe s. L’objectif est d’appréhender la répartition, la fonction et la chronologie de chacune de ces structures en creux et d’analyser leur comblement. Au total une vingtaine de fosses datées entre les périodes idrisside et mérinide a été fouillée cette année. La fonction des fosses a pu être déterminée grâce à l’étude de leur profil (globulaires, pyriforme, en V ou en U) et des logiques de comblement (uniforme, litage, dépôt pyramidal, en cuvette) qui traduisent autant de fonctions primaires (silo, fosse d’extraction, fosse dépotoir) et secondaires (dépotoir domestique, artisanal, abandon, colmatage naturel). Deux ensembles de fosses ont particulièrement retenu notre attention en 2018. Une première série a livré un nombre important de ratés de cuisson (bols et gobelets) en lien avec la production potière déjà mise en évidence dans le secteur par la découverte de deux fours de potiers d’époque mérinide. Ce nouveau lot vient utilement compléter le mobilier de production locale déjà recueilli dans l’optique d’une étude de la céramique commune mérinide. La seconde série de fosses renvoie à des dépotoirs domestiques qui ont livré un nombre important de carporestes et de faunes (concentrations d’escargots blancs de type caragouille rosée présentant des traces de consommation, restes carbonisés de fèves, de graines de palmier nain, de dattes, de graminées).

Les recherches futures sur l’Ensemble 1 viseront à poursuivre le dégagement de la salle de transformation et de la salle des manœuvres de manière à atteindre les niveaux d’occupation du II-IIIe s. Un accent particulier sera également mis sur l’étude de la fin de l’occupation antique dans le but de mieux caractériser le type d’occupation et sa chronologie.

Études spécialisées

L’inventaire des mobiliers a été réalisé pendant la fouille par H. Hassini, C. Imrani, A. Ichkhakh et M. Kbiri Alaoui. L’étude des petits objets a été conduite par Y. Manniez durant la campagne de fouille et a porté sur les objets mis au jour en 2013, 2014 et en 2018. Lors de la campagne de terrain, L. Callegarin, en charge de l’étude numismatique de Rirha, a étudié les lots monétaires mis au jour en 2017 et en 2018. Il a également formé R. Cavasin au processus complet de traitement (nettoyage, pesage, description, identification), afin que celui-ci se charge de l’inventaire des monnaies exhumées en son absence.

Lors de la mission archéobotanique sur le terrain, le tamisage sur la machine à flottation (mise en place en 2017), le tri des refus de flottation, l’extraction des restes carpologiques ainsi que leur identification préliminaire ont été effectués par J. Ros et M.‑P. Ruas. L’étude anthracologique a été effectuée par J. Ros et C. Vaschalde à l’ISEM (UMR 5554, Montpellier), tandis que l’étude carpologique a été réalisée par M.‑P. Ruas au sein de la plateforme archéobotanique de l’UMR 7209 (Paris). Concernant l’archéozoologie, en parallèle du XVe congrès de la Pan-African Archaeological Association (10-14 septembre 2018) où T. Oueslati présentait une communication sur le coq, le rat noir et la souris dans les niveaux du Ier s. av. J.-C. du site de Rirha, a été effectuée l’étude des ossements animaux dans les locaux de l’INSAP à Rabat. Un état des lieux des quantités de refus de tamisage a été établi en vue de la participation de L. Polain à la post-fouille de décembre 2018, destinée à l’étude de la micro-faune.

Il faut enfin souligner que, outre le travail de couverture orthophotographique de chacun des ensembles fouillés, S. Sanz-Laliberté a réalisé une série de films sur le terrain, dans la perspective de présenter les recherches à un large public sous la forme d’un court métrage, mais également d’enregistrer les méthodes de fouille et d’étude des mobiliers (fig. 5).

Rirha18_fig5
Fig. 5 – Dessin pierre à pierre de l’entrée monumentale de l’installation vinicole de l’Ensemble 1 par M. Alilou.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.