Gestion de l’eau et techniques de construction sur le territoire de Baelo Claudia durant l’Antiquité. Rapport 2018

Les objectifs

La fouille archéologique de 2018 vient compléter l’opération de terrain commencée en 2017 portant sur deux îlots de la ville romaine. Elle fait également suite à deux campagnes de prospections pédestres réalisées en 2013 et 2014 ainsi qu’à deux opérations de terrain en 2015 et 2016. Ces opérations avaient mis en évidence l’importance du réseau d’alimentation en eau de la ville romaine de Baelo Claudia, l’originalité de certains de ses vestiges et leur bon état de conservation. Elles ont permis de mettre en évidence des structures inédites telles que des puits de rupture de pente et une piscina limaria (bassin de décantation) sur l’un des conduits. En effet, la ville romaine était approvisionnée en eau par trois aqueducs : celui de Molino de Sierra Plata à l’ouest, celui de Realillo au nord et celui de Punta Paloma à l’est (Borau 2013, 2014, 2015, 2016, 2017). Les fouilles menées en 2015-2016 portaient sur des structures-clés de l’ingénierie hydraulique romaine de la ville antique, justifiant à terme un projet plus vaste. C’est la raison pour laquelle nous avons présenté auprès des services de la Junta de Andalucía, un « Proyecto General de Investigación » (PGI) d’une durée de 6 ans qui a été accepté.

L’opération commencée en 2017 et poursuivie en 2018 correspond à l’année 1 du PGI. Il a porté sur deux secteurs :

  • un tronçon du canal de l’aqueduc de Punta Paloma, juste après le pont-aqueduc de Chorrera, au moment où l’aqueduc rentre dans la ville romaine
  • l’îlot suivant, secteur inexploré, mais stratégique notamment en raison de sa situation en amont de la fontaine monumentale et où des thermes étaient supposés avoir été installés.

Cette campagne, intitulée « Sondeos arqueológicos: estudio de las redes hidráulicas romanas de Baelo Claudia (Tarifa, Cádiz). Acueducto de Punta Paloma » s’est déroulée durant 15 jours seulement mais elle a fourni de nouveaux résultats qui confirment l’importance de cette thématique au sein du site et l’importance de l’exploration des quartiers nord de la ville.

En complément, un atelier international d’archéologie romaine tenu en septembre 2018, avait pour objectif de proposer une formation théorique en laboratoire et une pratique de terrain à des étudiants de Master français et étrangers par la découverte d’un site antique en Espagne, en faisant intervenir différents professionnels (archéologues d’archéologie préventive, topographe, post-doctorant spécialiste de datation, céramologue, chercheur et professeur d’archéologie romaine).

Les résultats

baelo18_eau18_fig1
Fig.1 – Localisation des sondages réalisés en 2017-2018 (L. Borau).

En 2017, nous avions en partie nettoyé et fouillé le conduit situé entre le pont-aqueduc de Chorrera à l’entrée du parcours de visite du site archéologique et l’enceinte romaine. Il s’étend sur plus de 30 m de longueur. Cette année nous avons achevé la fouille du sondage sur l’un des points-clés, à savoir un tronçon du canal de l’aqueduc, à l’endroit où il franchit les deux remparts de la ville et où il semble se connecter à la structure quadrangulaire indéterminée considérée jusqu’à présent comme une « citerne ». Nous avons élargi au sud le sondage intra-muros de 2017 – zone vierge de vestiges apparents – afin de déterminer l’existence soit de l’aqueduc dans la ville, soit d’une structure de rétention d’eau de type château d’eau comme on l’observe à Pompéi ou Ostie par exemple. Nous avons également agrandi le sondage occidental, réalisé à la main l’an passé, dans l’îlot en amont de la fontaine monumentale et du Capitole.

L’aqueduc, la « structure quadrangulaire indéterminée » et les remparts

baelo18_eau18_fig2
Fig. 2 – Photogrammétrie du secteur 1 (C. Ars. L. Borau).

L’an passé nous avons fouillé le canal de l’aqueduc (SD1) au moment où il franchit les deux remparts (l’un augustéen, l’autre daté de la première moitié du Ier siècle) et nous avons pu établir qu’il est parfaitement conservé, en dehors de ses dalles de couverture qui ont disparu. Nous avons donc poursuivi la fouille (SD4) des niveaux de remblais qui comblent à la fois l’espace entre les deux remparts mais qui s’appuie également contre la paroi méridionale de l’aqueduc et contre la paroi orientale de la « structure quadrangulaire indéterminée ». Différents niveaux de remblais contenant de la céramique ont pu être identifiés jusqu’au terrain naturel constitué d’une argile rose puis verte. L’étude céramologique en cours permettra en 2019 de fournir des datations plus précises sur la mise en place de ces différentes structures. Grâce à cette fouille nous avons également pu déterminer que la structure quadrangulaire indéterminée s’appuie sur une première structure de morphologie similaire et en connexion avec l’aqueduc : cette dernière doit donc correspondre à un petit bassin de décantation dont la seule paroi visible à l’est mesure 2,30 m de longueur sur 0,90 m de hauteur. Elle est aujourd’hui totalement masquée par la structure supérieure probablement moderne. Cet hypothétique bassin de décantation semble venir interrompre le rempart augustéen qui n’était peut-être alors plus utilisé au moment de la construction de l’aqueduc. D’après l’analyse stratigraphique, l’aqueduc semble postérieur aux deux remparts.

baelo18_eau18_fig3
Fig. 3 – Profil en long de l’aqueduc, de la pseudo-citerne et restitution du canal (C. Trémeaud. L. Borau).

Le réseau d’eau à l’intérieur de la ville : îlot près du rempart oriental

Une fois les remparts franchis, l’aqueduc ou une autre structure hydraulique devaient exister. Dès l’an passé, nous avions constaté que plus l’aqueduc s’approchait du rempart plus il formait une courbe en direction du sud-ouest particulièrement au passage des deux remparts. Intra-muros, nous avions mis en évidence une zone totalement perturbée (SD2). L’agrandissement du sondage en 2018 (SD7) a permis de clarifier globalement la situation. À l’origine, l’aqueduc, situé légèrement plus au sud du bassin de décantation, poursuivait son parcours parallèlement au decumanus du théâtre entre les cotes 19,10 m et 18,40 m NGF. Mais il a été entièrement perturbé et quasi intégralement détruit, pour des raisons qui restent encore obscures. Cependant, nous avons identifié les niveaux de démolition de celui-ci. En outre, cette fouille a permis d’établir qu’à proximité de l’aqueduc il n’existait aucune autre construction (maison, atelier…). Il faut donc envisager que l’aqueduc poursuivait son parcours plus à l’ouest c’est-à-dire dans les îlots centraux de la ville pour déverser ses eaux dans une structure de stockage et de répartition dont l’emplacement reste à découvrir.

baelo18_eau18_fig4
Fig. 4 – Vue vers l’est des niveaux de destruction de l’aqueduc dans le sondage 7 (L. Borau).

En complément un petit sondage a été ouvert au nord (SD6) le long du premier rempart augustéen et l’étude du mobilier (toujours en cours) provenant des niveaux de construction tend à confirmer la datation augustéenne de celui-ci.

Le réseau d’eau à l’intérieur de la ville : îlot en amont de la fontaine monumentale et du Capitole

L’un des objectifs de cette campagne de fouille était également de déterminer l’emplacement de l’aqueduc, de son château d’eau dans la ville ou d’un éventuel établissement thermal. En effet, à environ 60 m à l’ouest du sondage SD7, nous avions implanté dès 2017 un sondage dans l’axe de l’aqueduc. L’extension de ce dernier (soit 10 m²) a permis de mettre en évidence deux murs formant un angle, construits en moyen appareil mais d’aspect assez fruste. Situés sous une épaisse couche de comblement contenant d’imposants blocs, plusieurs niveaux de remblais et de démolition ont été identifiés en lien avec cet angle de bâtiment. La présence de ce bâtiment est importante puisqu’il se situe à l’intersection du cardo 4 et du decumanus du théâtre. Il confirme la présence d’une occupation dans ce secteur au moins à l’époque tardive puisque les premières observations du mobilier ainsi que la découverte d’une monnaie tendent vers cette datation. La monnaie correspond à un antoninianus d’un module de 15 mm, portant une tête radiée, datable de la fin du IIIe siècle.

baelo18_eau18_fig5
Fig. 5 – Vue zénithale du secteur 2 (C. Ars. C. Trémeaud).

Ces niveaux archéologiques se situent entre 20 m et 19,70 m NGF. Mais si l’on se réfère aux fouilles de 1987 (Pelletier et al. 1987, p. 69), les couches augustéennes étudiées à cette époque se situent à 14,20 m NGF. Si pour des raisons de temps, nous n’avons pas pu approfondir cette excavation, il serait cependant intéressant à l’avenir de reprendre une fouille extensive dans ce secteur afin d’examiner à la fois les niveaux tardifs comme ceux du Haut-Empire, beaucoup plus profonds, puisque ce secteur de la ville n’a encore jamais été exploré.

Atelier international d’archéologie

L’objectif de cet atelier était de proposer une formation à la fois théorique et de pratique de terrain à des étudiants français et étrangers de Master 1 et 2, par la découverte d’un site archéologique antique en Espagne : la ville de Baelo Claudia. La qualité des vestiges archéologiques permet une pratique de terrain dans de bonnes conditions, qui vise à la fois à utiliser de nouveaux outils méthodologiques et à favoriser l’interdisciplinarité. L’atelier s’est déroulé durant une semaine en septembre 2018. Les matinées étaient consacrées au travail de terrain qui s’est porté sur deux aqueducs : d’une part, celui de Punta Paloma avec l’étude du bâti des ponts-aqueducs de Chorrera et de l’Alpariate ; d’autre part, l’aqueduc du Molino avec l’étude du canal et d’un probable bassin de décantation. L’objectif était ainsi de se familiariser avec la collecte d’informations de différentes natures (enregistrement des données, identification des matériaux employés, localisation de prélèvements à réaliser à l’avenir) mais aussi d’effectuer des relevés topographiques avec différents instruments couplés à des relevés photogrammétriques. Ce travail a été complété chaque après-midi par des cours théoriques et des analyses en laboratoire avec différents spécialistes : Petra Urbanova, post-doctorante à l’IRAMAT sur les datations OSL ; Clément Coutelier, ingénieur expert du Pôle Humanités Numériques du LaScArBx ; Marielle Bernier du service de céramologie du LaScArBx. Ils ont ainsi effectué différentes activités : traitement des données collectées (mise au net des relevés, exploitation des données topographiques et photogrammétriques avec divers logiciels, analyse de matériaux) et étude de mobiliers archéologiques (céramique, métal, faune…). Ils ont également assisté à des conférences directement sur le site : sur la ville romaine de Baelo Claudia, sur l’hydraulique de la ville et enfin sur la question des thermes dans le monde romain, réalisées par des chercheurs et un professeur invité (Prof. A. Bouet, Université Bordeaux Montaigne). En outre, les étudiants ont pu travailler dans le centre archéologique de Baelo Claudia qui dispose d’un atelier de restauration, d’un musée, d’un centre de documentation et de salles de travail.

Bilan et perspectives

Cette campagne de fouille sur les réseaux d’eau de Baelo Claudia a permis de compléter et d’achever la première fouille réalisée sur l’aqueduc de Punta Paloma, d’analyser ses techniques de construction et de reconnaître une partie de son tracé intra-muros. Ce conduit est le plus important des trois aqueducs qui alimentaient la ville à la fois par les dimensions de son specus et donc par la quantité d’eau qu’il véhiculait, mais aussi par le nombre d’ouvrages d’art qu’il possédait (5 ponts). Cette fouille a permis d’établir la relation que ce conduit entretient à la fois avec les deux remparts successifs qui délimitent la ville mais aussi avec un probable bassin de décantation masqué par l’implantation d’une structure moderne appelée « structure quadrangulaire indéterminée ».

En outre, afin d’avoir une vision d’ensemble de la zone de fouille, nous avons effectué un relevé photogrammétrique grâce à la collaboration avec le Pôle Humanités numériques du laboratoire AUSONIUS de Bordeaux mais aussi avec un étudiant de Master 1 de l’université de Bordeaux, Christophe Ars, que nous tenons à remercier.

L’ouverture du second sondage plus à l’ouest permet de confirmer l’existence d’une occupation dans les îlots au nord du decumanus du théâtre. Mais ces niveaux d’occupation très certainement tardifs doivent être fouillés avant d’atteindre et de comprendre le réseau d’eau (aboutissement de l’aqueduc ?) et l’organisation de ce quartier au Haut-Empire.

La chronologie sera également affinée par une étude céramologique du mobilier découvert en 2017 et 2018 et dont les résultats de l’étude en cours sont attendus pour 2019. Le nombre d’individus s’élève à 1141 pour 2017 et à 4092 pour 2018 (toutes catégories confondues).

À l’avenir, il sera donc important d’approfondir ce travail en poursuivant la réalisation de sondages aux abords des structures hydrauliques mises en évidence afin de comprendre les rapports qu’entretiennent ces réseaux d’eau à la fois avec la trame urbaine, l’habitat et les espaces publics.

Bibliographie

Borau L. 2013 : Agua y acueductos romanos a Baelo Claudia (Tarifa, Cádiz), Actividad Arqueológica de Prospección, Informe preliminar, Dirección General de Bienes Culturales, Consejería de Cultura, Junta de Andalucía, 61 p.

Borau L. 2014 : Agua y acueductos romanos a Baelo Claudia (Tarifa, Cádiz), Actividad Arqueológica de Prospección, Informe. Dirección General de Bienes Culturales, Consejería de Cultura, Junta de Andalucía, 82 p.

Borau L. 2015 : « Difusión de modelos romanos: particularidades técnicas del sistema de abastecimiento de agua a Baelo Claudia », Archivo Español de Arqueología, 88, p. 149-169.

Borau L. 2016: Sondeos arqueológicos: Estudio de las redes hidráulicas romanas de Baelo Claudia (Tarifa, Cadiz). Pozos de resalto y canales, Dirección General de Bienes Culturales, Consejería de Cultura, Junta de Andalucía, 56 p.

Borau L. 2017: « L’eau dans la fabrique de la ville: état de la recherche à Baelo Claudia », Ouvrage en Hommage à B. Goffaux, Mélanges de la Casa de Velázquez, 47, p. 97-120.

Fernández Casado C. 1972: Acueductos romanos en España, Madrid, Instituto Eduardo Torroja, 1 vol.

Fernández Casado C. 1983: Ingeniería hidráulica romana, Madrid, Colegio de Ingenieros de Caminos, Canales y puertos, Ediciones Turner, 674 p.

Paris P. et al. 1923 : Fouilles de Belo (Bolonia, province de Cadix).I. La ville et ses dépendances, Paris, De Boccard, 188 p.

Pelletier A., Paillet J.-L., Dardaine S., Lancha J., Fincker M., Sillières P. 1987 : Belo : le temple d’Isis et le forum, MCV 23, p. 65-105.

Sillières P. 1995 : Baelo Claudia, une cité romaine de Bétique, Collection de la Casa de Velázquez, 51, 235 p.

Pour citer ce billet : Laetitia Borau, « Gestion de l’eau et techniques de construction sur le territoire de Baelo Claudia durant l’Antiquité. Rapport 2018 », Archéo-CVZ. Carnet des fouilles archéologiques de la Casa de Velázquez, mis en ligne le 04/02/2019, https://archeocvz.hypotheses.org/1926.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.