Le centre monumental de Baelo Claudia. Rapport 2018

Avec la collaboration de J. Boucard, N. Conejero Redondo, A. Denyziak, S. Dubourg, G. Florent, S. Lemaître, M. Gomes, U. López Ruiz, Chr. Louvion, T. Oueslati.


Les travaux conduits dans le cadre des recherches archéologiques menées sur le secteur sud-est du centre monumental de Baelo Claudia, entre le 2 et le 27 avril et du 3 au 7 septembre 2018, marquent la septième phase du Proyecto General de Investigaciones Arqueológicas (PGIA), approuvé par la Junta de Andalucía et porté par la Casa de Velázquez, en collaboration avec le Conjunto arqueológico de Baelo Claudia et les universités de Séville, Lille 3 (Halma), La Rochelle (LIENSs) et Poitiers (HeRMA). Ces recherches bénéficient pour la troisième année consécutive du soutien du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères dans le cadre d’un quadriennal d’étude de l’habitat et des transformations de la ville de Baelo à l’époque tardive. Ce projet associe également depuis 2017 l’Institut de Recherche sur l’Architecture Antique (IRAA). Par ailleurs, en raison des contraintes techniques et de sécurité imposées par la fouille de deux puits, ce projet a bénéficié cette année de la participation d’une équipe spécialisée dans l’exploration des structures de profondeur composée d’archéologues de l’entreprise privée HADES.

L’objet initial du projet est l’étude du secteur sud-est du centre monumental de la ville antique. Ce secteur couvre environ 450 m2 et se situe sur la marge orientale de l’îlot du forum de la ville. Il est délimité par le tracé des voies environnantes (fig. 1) : le cardo à l’est, le decumanus maximus au sud, la ruelle d’accès au forum à l’ouest longeant la basilique. Quant à la limite nord, elle est fournie par le secteur de la « Grande domus » où des fouilles ont déjà été menées en 1974-1975 (Remesal et alii, 1976, pp. 484-485). Les objectifs de ce programme sont de caractériser et restituer l’architecture, la chronologie et la fonction des occupations successives dans ce secteur, et d’étudier l’articulation des espaces centraux de la ville grâce à l’emboîtement des différentes échelles d’analyse et la contextualisation des structures repérées dans le secteur sud-est. Une attention toute particulière est portée aux transformations de ce secteur apparues durant l’Antiquité tardive tant cette phase de l’histoire de la ville reste encore obscure. En l’absence d’une fouille archéologique approfondie et d’après quelques sondages ponctuels, le secteur a traditionnellement été désigné comme celui du « monument du sud-est » (Sillières, 1995, p. 128).

Fig. 1 — Localisation du secteur de fouilles de Baelo Claudia (plan de M. Fincker et V. Picard, IRAA).

L’état des découvertes avant la campagne de 2018

Les recherches conduites depuis 2012 ont permis de relativiser l’idée d’un monument unique et mis en évidence la succession de plusieurs édifices, et d’en proposer une chronologie relative pour leurs phases de construction, d’occupation voire de réoccupation et de destruction (fig. 2) [Brassous, Deru, Rodríguez, 2017].

L’occupation la plus ancienne identifiée dans le secteur est constituée par ladite « Grande domus », un édifice dont la nature domestique doit encore être confirmée. Il se développe autour d’une cour à péristyle (fig. 2, VI). Deux entrées permettaient d’accéder à cette cour depuis l’extérieur de l’édifice : une entrée principale donnant sur le cardo à l’est depuis la cour, et un étroit couloir situé dans l’angle nord-ouest de la cour donnant accès à la ruelle logeant la basilique. Autour de la cour se distribuent diverses pièces qui n’avaient pas jusque-là encore été intégralement fouillées. Celles du sud ont disparu avec la construction de l’édifice monumental. À l’ouest de la cour, se situe la plus grande pièce de l’édifice (IX), peut-être un tablinum ou un triclinium par sa largeur. Il restait en 2018 à explorer les salles au nord-ouest dont le plan se devine à l’arase des murs découverts lors de l’enlèvement des couches de remblai couvrant l’édifice, et à découvrir l’étendue septentrionale de l’édifice. Au centre de cette cour a été découvert en 2017 ce qui, en l’absence de fouille, se présentait comme la bouche d’un puits ou d’une citerne. La fouille de cette structure a été l’un des objectifs de la campagne de 2018.

baelo18_fig2
Fig. 2 — Plan des structures découvertes dans le secteur sud-est du forum depuis 2012. En bleu, le premier état de la « Grande domus » et des boutiques (DAO Chr. Louvion).

Entre la fin du Ier s. et le début du IIe s., ladite « Grande domus » fut amputée de sa partie méridionale par la construction d’un édifice monumental. Après cela l’espace intérieur du portique fut partiellement compartimenté et réoccupé, l’abandon définitif du secteur ne survenant probablement qu’au cours des IIIe/IVe s.

L’édifice monumental construit au sud de la « grande domus » est unique à ce jour à Baelo par sa forme et par la richesse de sa décoration. Le plan général de l’édifice monumental est connu depuis la campagne de 2017. Il s’organise autour d’un atrium, probablement pourvu d’un autel, et d’une grande salle pavée en opus sectile, dont les murs périphériques étaient pourvus de niches dans lesquelles était exposé un groupe statuaire, comme l’attestent les nombreux fragments découverts. Il était donc destiné à l’exhibition d’un groupe statuaire et il fut certainement un lieu de culte comme le suggère l’organisation générale de l’édifice. La littérature archéologique fournit un certain nombre d’exemples qui présentent de forts points communs avec notre édifice : l’édifice à abside de Roselle (Italie) ; l’augusteum de Narona (Croatie) ou encore la salle des Augustales de Luni (Italie). L’identification définitive de ce lieu comme un temple lié au culte impérial reste à confirmer. Plusieurs salles sont associées à cet édifice au sud (A-D). Elles semblent avoir été dans un premier temps des boutiques ouvertes sur le decumanus par l’intermédiaire d’un portique longeant l’ensemble de l’îlot au sud, puis dans un second temps avoir été intégrées partiellement comme annexes de l’édifice. Après un premier abandon du monument qu’il faut dater vers la fin du IVe s., quatre phases successives de réoccupation des vestiges, situées entre la fin du Ve et le VIe s., ont été identifiées. Il s’agit de structures domestiques tardives à l’architecture sommaire, appuyées sur certains murs encore en élévation de l’édifice précédent et utilisant des matériaux de remploi. Paradoxalement, les découvertes matérielles réalisées dans ces niveaux de l’époque tardive traduisent un réel dynamisme démographique et économique de l’agglomération. La fouille des occupations tardives est achevée sur l’ensemble du secteur de fouille. Les éléments les plus remarquables de ces découvertes ont été publiés dans un important article de synthèse en 2017 (cf. Brassous et alii, 2017). Le secteur fut ensuite réoccupé vers le XVIIIe s. par un large bâtiment dont la fonction reste inconnue, puis par l’ancien village de pêcheurs de Bolonia.

Les résultats de la campagne de 2018

Les activités de l’année 2018 ont été dédiées à la fouille de terrain et à l’étude des artéfacts archéologiques. La fouille de terrain a pris trois directions : la poursuite de la fouille en extension de la « Grande domus », la fouille en profondeur des puits découverts en 2017 au centre du péristyle de la « Grande domus » et de l’atrium de l’édifice monumental, la fouille par sondages des boutiques et du portique de cet édifice. Quant à l’étude des mobiliers archéologiques, elle a porté cette année sur les monnaies découvertes en 2017, la céramique mise au jour au cours de la campagne 2018 et les restes archéozoologiques de la campagne de 2016.

La « Grande domus »

La fouille en extension s’est appliquée aux secteurs encore inexplorés de la « Grande domus ». Il s’agit de son entrée principale depuis le cardo, seulement connue superficiellement, de l’aile orientale du portique et des salles adjacentes situées au nord-est de la cour à péristyle (XIII et XIV). Dans ces différents secteurs, l’enlèvement des remblais et de la couche de destruction a permis de mettre au jour le dernier état d’aménagement de la « Grande domus » mais il a livré également des informations sur l’état antérieur à la recomposition du bâtiment liée à la construction de l’édifice monumental au sud entre les Ier et IIe s. apr. J.-C.

Les apports concernant le premier état indiquent d’abord que l’accès principal à l’édifice se faisait par l’est au travers d’un escalier qui permettait de descendre, depuis la rue, dans la « Grande domus » située en contrebas ; cet accès était fermé par une lourde porte dont les vestiges de crapaudine sont encore en place. Par ailleurs, la mise au jour des murs de fermeture septentrionaux de la « Grande domus » permet de situer la limite nord de l’édifice dans son dernier état. Néanmoins la présence probable d’un seuil sous-jacent à l’un de ces murs suggère qu’il y aurait eu là une ancienne ouverture bouchée postérieurement, comme cela s’est produit au sud, lors de la construction de l’édifice monumental. Il se pourrait donc que dans son premier état, la « Grande domus » fut plus étendue vers le nord et donc bien plus grande que les 210 m2 aujourd’hui conservés. Les données manquent encore pour dater le premier état de la « Grande domus », car les sondages prévus cette année sous les pavements n’ont pas pu être réalisés. Grâce aux datations obtenues pour la construction de l’édifice monumental, notamment celles provenant de l’étude des matériels recueillis dans le sondage de l’atrium, on sait néanmoins que le premier état de la « Grande domus » est antérieur au milieu du Ier s. avant J.-C. Par ailleurs, il n’a pas encore été possible de vérifier l’extension de la « Grande domus » au sud et notamment son éventuelle connexion avec le premier état des boutiques qui est également antérieur à la construction du monument. L’identification de ladite « Grande domus » comme un véritable édifice à finalité domestique reste encore incertaine.

Quant au deuxième et dernier état, il est marqué dans ce secteur par l’installation dans les deux pièces XIII et XIV de structures d’interprétation difficile mais qui laissent penser à des fonctions artisanale et productive (table de travail, bassin de décantation ?) (fig. 3). Elles sont réalisées en partie avec le remploi de matériaux provenant directement de la cour à péristyle du premier état. Ces éléments indiquent que l’édifice a été réoccupé peut-être assez rapidement après la construction du monument qui a provoqué sa réduction et sa destruction partielle. Ils suggèrent que la fonctionnalité du lieu a changé. L’escalier d’accès à l’édifice est lui aussi réaménagé. Une marche supplémentaire est créée. Quelques indices suggèrent que cette élévation du niveau de circulation fut peut-être liée à des problèmes d’infiltration et d’évacuation des eaux. Les drains et la margelle du puits ont aussi subi plusieurs aménagements. Ils furent refaits et continuent d’être en usage, alors que le portique pourrait être en ruine. Ces espaces sont ensuite abandonnés définitivement entre les IIIe et le IVe s. comme le confirment les fouilles de cette année menées dans le vestibule et les pièces XIII et XIV, mais aussi le comblement du puits de la cour. Le secteur est remblayé progressivement et ne sera réoccupé que brièvement au VIe s.

baelo18_fig3
Fig. 3 —Aménagement en matériel de remploi dans la salle XIII de la « Grande domus » datant du deuxième état (cl. L. Brassous).

Les puits

La fouille des puits de la « Grande domus » et de l’atrium de l’édifice monumental, qui a nécessité d’importants moyens techniques (fig. 4) et financiers, a permis de conforter notre connaissance des systèmes de gestion de l’eau dans les deux édifices. Alors que nous pensions que le problème pouvait être celui de l’approvisionnement en eau dans une région méridionale de la péninsule Ibérique marquée par de longues périodes de sécheresse, il s’avère que les systèmes hydrauliques installés ici – des puisards – se préoccupent davantage de son évacuation. L’architecture, ouverte sur l’extérieur et donc aux précipitations, via la cour à péristyle ou l’atrium, exposait les bâtiments aux infiltrations d’eau notamment au printemps et en automne, deux saisons caractérisées dans cette région par de très fortes et subites précipitations. Il fallait donc évacuer cette eau. Les trois drains installés dans les boutiques méridionales soulignent encore le souci d’évacuation des eaux.

baelo18_fig4
Fig. 4 — Plate-forme technique de fouille du puits de la « Grande domus » (cl. L. Brassous)

Les boutiques méridionales et le portique

Les sondages réalisés dans l’atrium de l’édifice monumental et la boutique C en 2017 avaient permis de confirmer l’existence d’un premier état des boutiques, antérieur à la construction de l’édifice monumental. Ces quatre boutiques, dans leur format d’origine,  mesuraient 3,70 m de large et 3,20 m de profondeur. Elles étaient ouvertes sur le decumanus au sud. La date de construction de ces boutiques pourrait se situer entre le premier tiers du Ier s. av. J.-C. et le milieu du Ier s. Les travaux réalisés dans les boutiques cette année n’ayant pas atteint des niveaux aussi profonds, il n’a pas été pas possible de confirmer cette chronologie.

Les résultats de la campagne de 2018 confirment que ce secteur a subi d’importantes transformations à mettre en relation avec la construction de l’édifice monumental qui correspond au deuxième état des boutiques. Lors de la construction du monument, la boutique D est couverte par le vestibule du nouvel édifice, dans les autres, les murs délimitant ces espaces ont été surélevés. Des canalisations, probablement des drains connectés au puits de l’atrium du monument, ont été construites dans ces boutiques ; les sols ont été surélevés et de nouveaux seuils ont été installés. Les chronologies obtenues dans les boutiques indiquent que ces changements sont intervenus entre la fin du Ier s. et le début du IIe s. Seuls les piliers de façade, qui paraissent appartenir au premier état, ont été conservés. Les résultats de cette campagne semblent également indiquer que la construction de l’édifice monumental n’a pas provoqué directement la fermeture des boutiques et leur annexion à l’édifice contrairement à ce que nous avions pu supposer lors des campagnes précédentes, mais que cette réorientation n’est intervenue que plus tardivement.

Dans un troisième état, l’accès des boutiques B et C vers le portique fut fermé entièrement, celui de la boutique A seulement réduit. Les sols ont été à nouveau refaits, parfois en surélévation, parfois peut-être après curage et ragréage des anciens niveaux. Ce troisième état se situe au IVe s. Les boutiques B et C semblent être devenues des annexes de l’édifice monumental et sont abandonnées à la fin du IVe s. La boutique A évolue indépendamment. Alors que son ouverture vers le decumanus est diminuée, elle est annexée à la structure (domestique ?) qui occupe la partie orientale du portique dans le courant des Ve et VIe s., puis abandonnée.

Les sondages conduits dans le portique ont permis de mettre au jour l’extension occidentale de celui-ci qui était encore obstruée par la présence d’installations électriques et d’un mur moderne. Les découvertes réalisées dans ce sondage confirment les résultats obtenus dans les boutiques concernant la succession des différents états.

Études des artefacts archéologiques

L’année 2018 a d’abord été consacrée à l’étude et à l’élaboration du catalogue des monnaies découvertes en 2017, soit 57 pièces portant le nombre total des monnaies découvertes depuis le début des fouilles à 326 individus. Il n’est pas possible dans le cadre de ce rapport limité de détailler l’ensemble du catalogue (López Ruiz 2017), qui reste un élément précieux pour établir la chronologie de certaines unités stratigraphiques. Les monnaies découvertes en 2017 sont comprises dans un arc chronologique s’étendant de la période tardo-républicaine jusqu’au IVe s. Les monnaies républicaines et du Haut-Empire représentent seulement 19 % du catalogue, le reste correspond à des espèces des IIIe et IVe s.

Le traitement de la céramique découvert en 2017 ayant été réalisé en 2017, l’objectif des campagnes d’avril et septembre était de réaliser celui du matériel mis au jour en 2018. D’un point de vue quantitatif – amphores exclues – , on peut indiquer que 6028 tessons ont été récoltés en 2018, réduits à 839 individus. Les horizons tardifs (Deru et alii 2017) ont encore été observés dans le secteur de la « Grande domus », à hauteur des salles XIII et XIV et du vestibule. Des assemblages de mobilier datés du IIIe s. ont également été identifiés dans ce secteur, ainsi que dans les boutiques 3A et 3B. L’acquis le plus important de cette campagne est la mise au jour d’importants contextes contemporains de la construction de l’édifice monumental. Ces contextes correspondent à des aménagements de sols et des remblais dans les boutiques. L’observation des pâtes n’a pas encore été réalisée, mais il semble que dans cet horizon, à la différence des horizons tardifs, les productions sont avant tout régionales. La vaisselle de table est représentée par de la terre sigillée, principalement hispanique, mais également gauloise, de la céramique à parois fines et engobée. La présence des formes du Service A et des bols moulés Drag. 37 nous situe dans les deux dernières décennies du Ier ou au début du siècle suivant. Le nombre de contextes publiés présentant des assemblages similaires à Baelo Claudia est très réduit. Nos contextes se rapprochent, malgré tout, de ceux du théâtre qui sont datés de la période flavienne (Bustamante et alii 2017).

Enfin, lors de la campagne 2018, 2 255 restes de faunes issus de 33 contextes essentiellement tardifs ont été étudiés. Ils proviennent principalement de la fouille de 2016. Par ailleurs, nous avons organisé le tri des refus de tamisage de contextes sélectionnés. Certains prélèvements ont été testés positifs et ont bénéficié d’un tri des restes organiques. Dans le contexte régional, la période tardive dont sont issus les restes archéozoologiques étudiés au cours de cette campagne est peu documentée, et le travail en cours est susceptible d’apporter des résultats de référence sur plusieurs aspects notamment sur l’environnement, les pratiques agraires mais aussi les choix en matière de pêche et de chasse. L’abondance des patelles, dont la géante Patella ferruginea (fig. 5A) qui a quasiment disparu aujourd’hui, est ainsi une première donnée environnementale importante. Les premières conclusions montrent par ailleurs que, d’une manière générale, l’alimentation carnée reposait surtout sur les produits d’élevage avec une part dominante du bœuf et des caprinés au sein desquels le mouton est légèrement mieux représenté que la chèvre. La diversification des viandes repose d’une part sur les produits terrestres, principalement le coq, les œufs et le gibier avec en tête le lapin, le cerf et le chevreuil et, d’autre part, sur des poissons et des mollusques marins très variés. La consommation de mammifères marins est documentée à partir de deux côtes de phoque (fig. 5B) dont l’une porte un impact de couteau lié à la désarticulation du train de côte. On peut ajouter la poursuite de l’exploitation du thon rouge durant l’Antiquité tardive qui suggère le maintien du système de pêcherie des thonnidés à cette époque. De même, la chaîne opératoire de boucherie avec l’incision sagittale des côtes de bœuf (fig. 5C) et le raclage de la surface des os des membres permet de faire le lien avec les techniques de boucherie diffusées dans les provinces de l’Empire romain, de la Grèce à la Maurétanie, et surtout d’attester leur utilisation au-delà de la chute de l’Empire.

baelo18_Fig5
Fig. 5 — Exemples de restes archéozoologiques (A. Patelle géante ; B. Côtes de phoques ; C. Os de boeuf avec incisions de boucherie) mis au jour dans les contextes tardifs du secteur sud-est du forum de Baelo (cl. T. Oueslati)

Conclusion

Les travaux de terrain ainsi que les études de matériel réalisés au cours de la campagne de 2018 ont permis de faire progresser nos connaissances de l’occupation du secteur sud-est du forum. Cette année, ils ont enfin permis de mettre au jour le plan général des structures conservées de la « Grande domus » et de préciser son histoire marquée par la succession de deux états bien distincts. Par ailleurs, la fouille des puits a permis de mieux comprendre l’organisation générale du réseau hydraulique dans le secteur. L’histoire des boutiques méridionales et du portique et leur relation avec l’édifice monumental sont enfin mieux connues.

L’ensemble des activités développées permet d’envisager sereinement la prochaine et dernière campagne de fouilles sur ce secteur sud-est du forum de Baelo et le lancement de la rédaction d’une monographie de synthèse à partir de 2019. Sur le terrain, les principaux objectifs, outre la finalisation des études et analyses de matériels (monnaies, céramique, amphore, instrumentum, verre, faune…), résideront d’abord dans la fouille du secteur au nord de la « Grande domus » afin de déterminer son extension, et la réalisation d’au moins deux sondages sous ses sols afin de fixer la chronologie de sa construction qui reste à préciser. La fouille des boutiques méridionales doit ensuite être achevée afin de préciser leur chronologie et leur architecture, avant la construction de l’édifice monumental.

Bibliographie 

Brassous, L., Deru, X., Rodríguez, O. (dir.) [2017], El Conjunto Monumental de Baelo Claudia, evolución y transformaciones de un espacio público. Análisis diacrónico y multiescalar del sector sureste, fase V. 2017, Memoria preliminar, documento técnico inédito, Consejería de Cultura y Deporte, Junta de Andalucía, 262 p.

Brassous, L., Deru, X., Rodríguez, O., Dananai, A., Dienst, S., Doyen, J.-M., Florent, G.  M. Gomes, M., Lemaître, S., Louvion, Chr., Oueslati, T., Renard, S. (2017), « Baelo Claudia dans l’Antiquité tardive : l’occupation du secteur sud-est du forum de Baelo claudia entre les IIIe et VIe s. », Mélanges de la Casa de Velázquez, N.S.  47(1), p. 167-200.

Bustamante Álavarez M., Fellague Dj., Fincker M., Le Meaux H., Moretti J.Ch., Picard V., Rodríguez Gutiérrez O., « Le théâtre de Baelo Claudia. Vers une restitution », Mélanges de la Casa de Velázquez, N.S. 47 (1), 2017, p. 121-131.

Deru X., Florent G., Gomes M., Lemaître S., Renard S., « La céramique des horizons tardifs du secteur sud-est du forum de Baelo Claudia », dans Rei Cretariae Romanae Fautorum Acta, 45, Bonn, 2018, p. 59-70.

Remesal, J., Rouillard, P., Sillières, P., « Chronique de la dixième campagne de fouilles de la Casa de Velázquez à Belo en 1975 (Bolonia, province de Cadíz) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 12, 1976, p. 471-502.

Sillières, P., Baelo Claudia. Une cité romaine de Bétique, Madrid, Casa de Velázquez, 1995.

López Ruiz, U., Catalogación de material numismático Proyecto General de Investigación « El Conjunto monumental de Baelo Claudia (Tarifa, Cádiz) », document de travail inédit, 2017, 349 p.

 

Pour citer ce billet : Laurent Brassous, Xavier Deru et Oliva Rodríguez Gutiérrez, « Le centre monumental de Baelo Claudia. Rapport 2018 », Archéo-CVZ. Carnet des fouilles archéologiques de la Casa de Velázquez, mis en ligne le 31/01/2019, https://archeocvz.hypotheses.org/1896.

Laurent Brassous, Xavier Deru et Oliva Rodríguez Gutiérrez

Laurent Brassous (Université de La Rochelle), Xavier Deru (Université Lille 3) et Oliva Rodríguez Gutiérrez (Universidad de Sevilla)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.