La montagne d’Îgîlîz et le pays des Arghen. Rapport 2010-2011

Placé sous la responsabilité conjointe de Jean-Pierre Van Staëvel (université Paris IV – Sorbonne, UMR 8167 Paris), Abdallah Fili (université d’El Jadida, UMR 5648 Lyon) et Ahmad Ettahiri (INSAP, Rabat), le projet « La montagne d’Îgîlîz et le pays des Arghen » est inscrit au programme quadriennal 2008-2011 de l’École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid). Il bénéficie en outre d’une allocation octroyée par le ministère des Affaires étrangères au titre de la coopération scientifique entre la France et le Maroc, ainsi que d’une aide ponctuelle de l’UMR 8167. Il rassemble des universitaires marocains et français, des chercheurs de l’INSAP, des archéologues de l’INRAP et des étudiants français et marocains, autour d’un projet commun : l’étude de la montagne d’Îgîlîz, haut-lieu de l’histoire du Maroc médiéval. C’est là en effet, en plein territoire des montagnards berbères de l’Anti-Atlas, qu’apparaît, au début des années 1120, le mouvement religieux des Almohades. Conduite à ses débuts par un personnage charismatique, Ibn Tûmart, cette révolte devait bientôt embraser tout le sud du Maroc, pour aboutir, un quart de siècle plus tard, à la constitution du plus grand empire — l’empire almohade — que le Maghreb médiéval ait jamais connu.

Rappel des précédentes activités archéologiques sur le site d’Îgîlîz

Les campagnes de fouille

La fouille proprement dite du site a débuté en 2009, à raison d’une campagne par an, au printemps. Elle s’est jusqu’à présent concentrée sur la partie sommitale du site, dans le Jebel central, où se trouve l’essentiel des monuments médiévaux et les bâtiments les plus importants. Les recherches ont mis au jour en 2009 les vestiges d’une structure fortifiée monumentale (la « Qasba »), zone de commandement dont les pièces d’habitat — sans doute réservées à un petit groupe d’habitants de statut social élevé — et les annexes s’organisent autour d’une cour carrée. En 2010, la fouille extensive a concerné le lieu de culte principal (la « Mosquée 1 »), deux zones d’habitat à fort potentiel archéologique (habitat dit « Mhadra », et habitat dit « Grande Maison ») et la « Grotte 2 », complexe lié à des visites pieuses, auprès duquel a été découverte une inhumation privilégiée.

Le relevé topographique

Le caractère complexe du relief au sommet de la montagne et sur ses premières pentes, ainsi que l’étendue et la dispersion des vestiges sur une large superficie demandent un travail de levé topographique de longue haleine. Celui-ci a été commencé durant la mission d’août 2008, pour se poursuivre durant les deux premières campagnes de fouille. Il a été décidé de privilégier, à partir de 2011, une approche microtopographique, seule à même de pouvoir rendre compte de la remarquable adaptation des bâtiments au relief et de pouvoir cerner au plus près la logique de leur implantation.

Les datations obtenues

La campagne 2009 avait permis de rassembler, au niveau de la Qasba, les premières informations capitales (fournies tant par la céramique que par plusieurs datations C14) sur la datation de l’occupation éphémère de cet ensemble architectural, vraisemblablement construit et occupé durant la première moitié du XIIe siècle et abandonné au plus tard après le milieu du siècle. La découverte, lors de la campagne de 2010, de deux monnaies frappées sous le règne de l’émir almoravide ‘Alî ibn Yûsuf (1106-1143), était venue encore renforcer la déjà remarquable congruence de l’ensemble des données disponibles pour la datation de l’occupation du site. Suite à la campagne de fouilles du printemps 2010, 5 échantillons (4 graines ou charbons, un os de la sépulture 53328) ont été envoyés au laboratoire ChronoCenter de Belfast aux fins de datation C14 ; les résultats nous sont parvenus en début d’année 2011, peu avant la nouvelle campagne de fouilles (voir infra).

La campagne de fouilles du printemps 2011

La mission Îgîlîz 2011 a réuni, du 30 mars au 30 avril 2011, une vingtaine de chercheurs et étudiants marocains et français, auxquels se sont ajoutés une trentaine d’ouvriers recrutés sur place. Aux travaux proprement archéologiques (décapage des structures, fouille et relevés), s’est ajoutée comme chaque année l’enquête archéobotanique, marquée par des prélèvements sur site et des prospections dans les environs, pour enrichir le référentiel floral et fruitier.

Les deux premières campagnes de fouille avaient permis de préciser les modalités de l’occupation médiévale du site, en montrant l’ampleur de l’occupation d’époque protoalmohade, puis l’abandon de la plupart des zones bâties sur le Jebel central.  Quelques secteurs — la Mosquée 1, la « Grotte 2 » —  semblaient toutefois montrer à l’évidence les signes d’une réoccupation plus tardive (fin Moyen Âge, époque prémoderne).  Tout concourait donc à poursuivre la fouille de la zone 5, densément bâtie, et de la zone 4 (celle de la Qasba), tout en ouvrant un nouveau chantier, dans la zone de la Porte 2, au nord-est du Jebel central.

La campagne 2011 a commencé par une première semaine de décapage extensif des vestiges. Le dépierrage, rendu indispensable par la masse des éboulis et des déblais provenant des couches de démolition et d’effondrement des élévations, a permis d’assurer une bien meilleure lisibilité en plan des structures, qui ont été ensuite intégrées au plan topographique d’ensemble du site.

La zone 5 du Jebel central : le quartier de la Grande Mosquée

Dans la zone 5, deux secteurs ont donc été principalement concernés par la fouille cette année :

Le secteur d’habitat de la « Grande Maison ». — Il s’agit de l’un des deux principaux chantiers de cette année (avec la fouille de la Porte 2 et de ses environs, voir infra). Si la fouille de la « Grande Maison », l’année dernière, n’avait pas permis de mettre en lumière de manière précise la durée de son occupation, les bâtiments dégagés cette année sur son pourtour ont révélé un ensemble de pièces d’habitation organisées autour de deux axes de circulation perpendiculaires et d’une cour située au Sud de la « Grande Maison ». Les pièces, dont l’élévation conservée est parfois remarquable, ont livré divers aménagements soignés (banquettes, foyers, latrines le long de la muraille), ainsi qu’un matériel céramique d’époque almohade particulièrement abondant. Le plan montre des indices clairs de planification d’ensemble.

Fig. 1. Zone 5. Secteur d’habitat.

Fig. 1. Zone 5. Secteur d’habitat.

Le secteur de la « Grotte 1 ». — L’abri sous roche que nous avons dénommé ainsi se trouve à une cinquantaine de mètres du secteur précédent, à l’autre extrémité du tracé méridional de la muraille. L’espace dévolu à la « Grotte 1 » et à ses environs immédiats se développe en contrebas de la Mosquée 1 et de l’habitat dit « Mhadra ». La fouille, qui est loin d’être achevée, a cependant permis de mettre en évidence, dès cette année, l’ampleur des travaux consentis pour le creusement de l’ensemble. Comme cela avait pu être mis en évidence l’année dernière pour la « Grotte 2 », l’aménagement n’a en effet rien de naturel. La raison de ce creusement n’a pas encore été élucidée : extraction de matériau (la tafza, sorte de mortier maigre argileux dont les constructeurs ont revêtu certaines constructions sur le site), ou aménagement d’un lieu de retraite spirituelle, destiné à abriter des activités dévotionnelles de type ascétique. À l’instar de la « Grotte 2 » fouillée l’année dernière,  l’ensemble a été très perturbé par la suite : alors que les autres secteurs du site ont été soit abandonnés, soit réoccupés sans grand dommage porté aux structures antérieures, ces deux « grottes » ont été pillées et systématiquement recreusées. Le secteur a enfin servi de dépotoir durant la période prémoderne, recueillant les rejets de céramique et d’ossements, reliefs des repas communautaires dits ma‘rûf. S’il reste bien entendu impossible d’aller plus avant dans l’interprétation — notamment pour faire de cette grotte le fameux lieu de retraite d’Ibn Tûmart sur la montagne d’Îgîlîz —, la fouille aura permis, du moins pour l’instant, de montrer comment l’emplacement de la grotte structure l’espace adjacent et les proches bâtiments.

Fig. 2. Zone 5. Secteur Grotte 1.

Fig. 2. Zone 5. Secteur Grotte 1.

Les sondages de vérification : l’extérieur de la Mosquée 1 et les environs de l’habitat dit « Mhadra ». — Si le lieu de culte principal du site avait été fouillé en extension l’année dernière, il restait à explorer ses abords, par les sondages appropriés, afin de comprendre les aménagements liés à l’accès à la salle de prière.  Deux sondages ont donc été ménagés, l’un au devant de celle-ci, l’autre en arrière du bâtiment. La fouille a d’autre part concerné le secteur d’habitat dit « Mhadra », dont la fouille, l’année dernière, avait révélé la richesse. La fouille de deux pièces accolées à cet ensemble a permis de mettre en évidence, outre les niveaux almohades que l’on attendait, les traces d’une occupation plus tardive, d’époque prémoderne.

La zone 2 : la Porte 2 et son quartier

Le second grand chantier de la campagne 2011 a eu pour objet la porte la plus monumentale de l’enceinte. Sa fouille a permis d’exhumer une partie importante de son élévation, encore relativement bien conservée. Deux états ont pu être identifiés à l’intérieur de la porte, dont le dernier correspond à une transformation d’époque médiévale en lieu d’habitation. Deux maisons, composées de plusieurs pièces ouvrant sur des cours, ont en outre fait l’objet de fouilles cette année dans ce secteur. L’habitat a livré un seul niveau d’occupation, d’époque almohade, bien documenté par l’abondance des pièces céramiques récoltées in situ.

La zone 4 : la zone de commandement

Les activités archéologiques se sont enfin poursuivies dans la partie basse de la zone de commandement, où plusieurs pièces ont été fouillées, livrant des traces d’habitat et infirmant du même coup la fonction hypothétique de lieu de stockage qu’on avait pu leur attribuer. La fouille a permis de récolter un abondant matériel archéologique, qui vient corroborer l’interprétation fournie en 2009 puis 2010 à propos de la brève occupation de ce secteur.  On notera que les traces d’une construction antérieure à la Qasba ont été retrouvées dans les niveaux de fondation de l’une de ces pièces : la zone de commandement ne s’implante donc pas, comme on le croyait jusqu’alors, dans une zone quasi vierge.

Fig. 3. Zone 2. Maison et Porte.

Fig. 3. Zone 2. Maison et Porte.

Bilan de la campagne du printemps 2011

L’objectif affiché de cette mission 2011 était de terminer la fouille du Jebel central par des opérations ponctuelles, destinées à corroborer les datations jusqu’ici mises en évidence, et à vérifier les hypothèses fonctionnelles concernant un certain nombre de bâtiments. La bonne conservation des vestiges ainsi que la richesse des découvertes amènent toutefois aujourd’hui à plaider pour une nouvelle campagne de fouille, en 2012, dans cette partie du site. On a regroupé, ci-après, les conclusions les plus importantes qu’on a pu tirer de cette nouvelle campagne de fouilles.

La datation de l’occupation principale du site est une nouvelle fois confirmée

La datation médiévale de l’occupation du site avait été avancée dès les premières prospections menées sur le site, entre 2005 et 2008. Elle a depuis été confirmée — et affinée — lors des premières campagnes de fouille, en 2009 et 2010. Les résultats des datations C14 sur des échantillons prélevés l’année dernière viennent confirmer une nouvelle fois l’interprétation archéologique des vestiges, le site n’ayant connu, dans sa plus grande extension, qu’une occupation limitée au XIIe siècle.

La mise en évidence d’une réoccupation ponctuelle d’époque moderne

La fouille a d’autre part confirmé que si le site avait, dans son ensemble, connu une occupation médiévale maximale durant un temps relativement bref, certains secteurs ont cependant connu une réoccupation postérieure, d’époque tardomédiévale ou prémoderne. C’est déjà ce que la fouille de la Mosquée 1, l’année dernière, nous avait permis de mettre en évidence. La datation de l’inhumation, devant la « Grotte 2 », de la première moitié du XVe siècle (1413-1448) vient renforcer l’hypothèse d’une phase tardive de réaménagement ayant affecté cet endroit. Plus encore, la découverte cette année de niveaux d’occupation prémoderne dans plusieurs maisons situées non loin de la Mosquée 1 et les nombreux reliefs des repas communiels déversés à l’emplacement de la Grotte 1 plaident aussi en faveur du maintien, au moins partiel, d’une occupation humaine sur le Jebel central d’ Îgîlîz après la période médiévale.

Les traces d’une occupation antérieure à l’aménagement d’ensemble du site

Plus surprenante est, cette année, la découverte de l’existence d’une phase d’occupation antérieure à la construction de la Qasba et à l’implantation de la Mosquée 1 et des quartiers d’habitation qui l’environnent. La datation d’un niveau antérieur à l’occupation du secteur d’habitat de la « Mhadra » de la fin du Xe ou du XIe siècle et la présence dûment constatée de structures anciennes sous le niveau de la Qasba donnent une nouvelle et passionnante profondeur historique au site.

La constitution d’un référentiel céramique d’un intérêt exceptionnel pour le Sud marocain

Il convient enfin de souligner l’intérêt exceptionnel que représente, pour la recherche archéologique dans la région de l’Anti-Atlas, mais plus largement pour tout le Sud du Maroc, le référentiel céramologique que la fouille du site d’Îgîlîz permet de constituer année après année. Au matériel d’époque protoalmohade et almohade, connu désormais dans son intégralité, s’ajoute désormais un remarquable ensemble de céramiques d’époque prémoderne. À terme, on peut attendre de la fouille d’Igiliz qu’elle offre un renouvellement total de notre connaissance sur les productions céramiques localisées entre le Haut-Atlas et le Sahara.

Valorisation de la recherche

Les premières analyses anthracologiques et carpologiques à Îgîlîz ont donné lieu à une présentation, par M.-P. Ruas et M. Tengberg (en collaboration avec A. Ettahiri, A. Fili et J.-P. Van Staëvel) des résultats à la communauté internationale lors du 15e colloque international de l’International Work Group for Palethnobotany (IWGP), qui s’est tenu en Allemagne en juin 2010. Une première présentation des résultats de la fouille du Jebel central est intervenue dans le cadre du colloque Histoire et archéologie de l’Occident musulman (VIIe-XVe siècles). Al-Andalus, Maghreb, Sicile, colloque organisé par Ph. Sénac, Ch. Picard et P. Toubert, du 21 au 24 septembre 2010, à la fondation des Treilles. Les trois codirecteurs du programme ont enfin présenté, le 11 novembre à Obidos au Portugal, une communication portant sur le système défensif du Jebel Îgîlîz, dans le cadre du colloque international sur les fortifications organisé dans cette ville, du 10 au 14 novembre 2010.

Actions de formation

Grâce à l’appui financier du MAEE et le soutien apporté par la direction de l’INSAP en la personne de son directeur, Monsieur Aomar Akerraz, deux sessions de Journées de formation aux nouveaux métiers/outils de l’archéologie ont été programmées durant l’année 2010, en juin et en novembre. La seconde session intitulée « Initiation aux nouvelles approches en archéologie : photointerprétation, SIG et archéobotanique », a eu lieu du 1er au 4 novembre 2011 à l’INSAP, Rabat, et à l’université Chouaib Dokali d’El Jadida. Elle était destinée à un public d’étudiants de niveau licence (à l’INSAP, Rabat) et master (à l’université d’El Jadida).

L’équipe archéologique a enfin accueilli, lors de la campagne de printemps 2011, sept étudiants de 3e année de licence d’archéologie de l’INSAP, qui sont restés tout le mois d’avril sur la fouille. Ils ont ainsi pu recevoir une formation aux techniques de fouille (sur le terrain) et au traitement du mobilier archéologique (à la maison de fouille).

Pour citer ce billet : Jean-Pierre Van Staëvel, Abdallah Fili et Ahmed Ettahiri, « La montagne d’Îgîlîz et le pays des Arghen. Rapport 2010-2011 », Archéo-CVZ. Carnet des fouilles archéologiques de la Casa de Velázquez, mis en ligne le 23/06/2016, https://archeocvz.hypotheses.org/185.

Jean-Pierre Van Staëvel, Abdallah Fili et Ahmed Ettahiri

Jean-Pierre Van Staëvel (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne ; UMR 8167, Paris), Abdallah Fili (Université Chouaib Dokkali-El Jadida ; UMR 5648, Lyon) et Ahmed Ettahiri (Institut national des sciences de l’archéologie et du patrimoine, Rabat)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.