Projet OLEASTRO. Rapport 2018

Stéphane Mauné, Iván González Tobar, Oriane Bourgeon, Quentin Desbonnets, Corinne Dubler, Enrique García Vargas et O. Tiago Seoane


Activités de terrain

Elles n’ont concerné en 2018 que la zone du conventus de Cordoue — les travaux sur les conventus d’Astigi/Ecija et d’Hispalis/Séville étant achevés et ayant donné lieu à deux soutenances de thèse (voir infra) — et se sont en particulier concentrées sur la basse vallée du Tamujar.

Prospections dans la basse vallée du Tamujar

Les prospections systématiques menées au tout début de l’année 2018 étaient destinées à explorer la basse vallée du Tamujar, à son point de confluence avec le Guadalquivir (Fig. 1). L’objectif de ces investigations était de compléter les informations dans cette zone basse riche en ateliers de grande taille. Sur la rive droite du Tamujar étaient en effet connus le complexe de Villacisneros qui comprend une grande villa et un atelier de Dr. 20, ainsi que l’atelier d’Encinarejo Bajo situé à 1,7 km au nord-est du précédent, à proximité de la berge du Guadalquivir. Ce dernier a par ailleurs bénéficié, au début de l’année 2017, d’une prospection magnétique, effectuée par F. Lévêque et A. Camus de l’université de La Rochelle, qui a montré la présence de plusieurs fours.

oleastro_18_fig1
Fig. 1 – Localisation et zonage des ateliers de Dr. 20 de la confluence Tamujar/Guadalquivir. Doc. I. González Tobar.

Sur la rive gauche, se trouvent le grand centre de production de Cerro de los Pesebres ainsi qu’un petit atelier, celui de Los Sesmos Bajos. Des prospections, réalisées en 2016 et 2017 sur la rive gauche du Tamujar, sur près de 155 ha, avaient permis de confirmer qu’aucun autre site n’était présent dans ce secteur ; en revanche, sur la rive droite, il était nécessaire de documenter la zone entre Villacisneros et le lit du Tamujar, où M. Ponsich avait signalé à la fin des années 1970, sans toutefois les localiser très précisément, les deux sites de Villacisneros Ouest et de Casas de Labor (Ponsich 1979, 141-143). Les prospections systématiques de janvier 2018 ont concerné une surface de 178 ha et ont été menées par une douzaine d’étudiants encadrés par I. González Tobar, S. Mauné et O. Tiago Seoane. Elles ont montré la présence d’un nouvel atelier qui semble correspondre au site de Villacisneros Ouest signalé par M. Ponsich et qu’il décrit comme proche de la confluence du Tamujar et du Guadalquivir. Le chercheur n’avait pas identifié ce site comme un atelier de Dr. 20 mais seulement comme une zone d’habitat.

Lors de ces recherches réalisées dans un verger d’orangers, le sol était jonché de vestiges céramiques, dont des fragments de briques, de tuiles et d’amphores à huile. Des bassines et des fragments de fours ont aussi été observés, ainsi que des plaques de marbre et des briquettes d’opus spicatum qui attestent la présence d’un habitat et probablement d’une huilerie. Les timbres retrouvés (3 ex. de PRISCI, datés du milieu du IIe s.) sont déjà connus sur le complexe de Villacisneros et à Encinarejo Bajo. Si les rapports entre ces deux sites sont, apparemment, assez évidents — centre producteur secondaire d’un côté et villa/atelier de l’autre — la nature du site de Villacisneros Ouest est plus difficile à préciser. S’agit-il de l’embarcadère de ce grand fundus signalant du même coup la position antique du Guadalquivir ? Doit-on considérer, sans que les deux propositions ne s’excluent, qu’il constituait, comme le signalent les fragments de fours observés dans son emprise, un atelier de Dr. 20 à part entière ? Dans ce cas, comment expliquer l’existence, sur une si petite surface, de trois ateliers appartenant à un même ensemble ? Quelle logique économique est à l’origine de cette situation originale ? Si nous sommes certains que Villacisneros Ouest et Encinarejo Bajo ont produit des amphores pour le compte de l’atelier de Villacisneros, il semble prématuré à partir de ces seules observations topographiques de proposer un schéma de fonctionnement cohérent. Du reste, il n’est pas impossible que Villacisneros Ouest soit en réalité une extension de Villacisneros car, entre les deux sites, a été observé un matériel antique diffus, permettant par ailleurs de réfuter l’hypothèse d’un tracé d’un lit antique du Guadalquivir dans ce secteur.

La confrontation approfondie des timbres de ces ateliers qui reste à faire et sera menée par I. González Tobar dans le cadre de sa thèse apportera sans nul doute un éclairage pertinent sur ce secteur et permettra de mieux appréhender la dynamique locale de production d’amphores à huile entre le Ier et le IIIe s.

Enfin, en ce qui concerne Casas de Labor, situé plus au nord, un peu en amont de Encinarejo Bajo, les prospections n’ont pour le moment rien donné de concluant et un retour sur le terrain, avec de bonnes conditions de lisibilité au sol, sera nécessaire.

Fouille archéologique de l’atelier d’El Mohíno

Pendant l’hiver 2018 a été réalisée la fouille programmée de cet atelier situé à Palma del Río (Cordoue), à 3 km au sud du grand centre de production de Cerro de los Pesebres. Les prospections magnétiques réalisées en 2016 par F. Lévêque (Univ. de La Rochelle) avaient permis de localiser deux grands bâtiments rectangulaires comportant chacun quatre fours circulaires. La fouille a permis de les mettre au jour et de les explorer pendant 4 semaines (Fig. 2). Ces deux unités de production distinctes appartiennent à un vaste ensemble polynucléaire de dix hectares, installé sur la rive gauche du Guadalquivir. Mohíno 1 a fonctionné durant les trois premiers quarts du Ier ap. J.-C. tandis que Mohíno 3 démarre dans les années 50/70 et fonctionne jusque vers le milieu du IIe s. ap. J.-C. L’analyse des centaines de timbres mis au jour lors de la fouille, en contexte chronostratigraphique, permet de retracer l’histoire de cet atelier.

Fig. 2 – Vue aérienne des ateliers de Mohino 1 et 3 sur la rive gauche du Guadalquivir. Photo aérienne Airdrone Vision, janvier 2018.

À Mohíno 1 (Fig. 3), la production est organisée autour de Marcus Aelius Alexander. Plusieurs personnages subalternes, aux noms simples, sont également connus par les timbres associés à celui d’Alexander. Le travail est hiérarchisé mais comme le montre le graffite MAEL sur bassine, Alexander semble participer directement à la production.

oleastro_18_fig3
Fig. 3 – Vue de la partie droite de la façade du four 3 de Mohino 1 et à droite du four 2. Photo I. González Tobar/LabEx Archimede.

À l’époque flavienne ou peu avant apparaissent à Mohino 3 (Fig. 4) les noms de figlinae distinctes : la Tallianensia, la Scalensia et la Servi(ana ou liana). Nous savons, parce que le siège de la figlina Scalensia se trouve au Cerro de los Pesebres, à 3 km en amont, que celle-ci a utilisé les fours de Mohíno 3. Un officinator de cette figlina, Philodemus, a timbré des Dr. 20 à Mohino alors que ses timbres n’apparaissent pas au Cerro, dans la longue série d’estampilles découverte sur place.

oleastro_18_fig4
Fig. 4 – Vue de la partie droite de la façade du four 5 de Mohino 3 ; à droite, on voit l’accès permettant de communiquer avec la fosse d’accès du four 6. Photo I. González Tobar/LabEx Archimede.

La mention de personnages dont les noms ne sont évoqués que par une, deux ou trois lettres indique la présence de subalternes/officinatores et donc une organisation du travail similaire à celle observée à l’époque julio-claudienne. Il est impossible de préciser si ces sociétés ont utilisé les installations en même temps ou bien si elles se sont succédé dans le temps, par intermittence et selon quel ordre. Ce qui est finalement surprenant, c’est à la fois la rapidité avec laquelle les choses se succèdent sur l’atelier d’El Mohíno, mais également la complexité des éléments qui constituent ce que l’on peut appeler « l’économie de la Dr. 20 ». On est sans doute là assez loin du schéma « établissement/villa oléicole + atelier domanial » et plus vraisemblablement en présence d’une filière déjà « industrielle », très structurée car relevant de la sphère macro-économique. Lorsque l’on connait les niveaux de richesse atteint par les commerçants et l’ampleur des enjeux socio-économiques de la production et du transport de l’huile, indispensable à la sécurité alimentaire de l’Vrbs, le cas de Mohíno doit être considéré comme un parmi tant d’autres. Il n’est en rien exceptionnel et montre le chemin qui reste à parcourir.

Étude stratigraphique d’El Sotillo

L’atelier d’El Sotillo se trouve à la confluence du cours d’eau du même nom avec le Guadalquivir, sur la rive gauche du fleuve, à quelques centaines de mètres au nord du centre de production d’El Temple. Siège de la figlina Oleastro, cet atelier avait bénéficié en 2016 d’une prospection systématique qui avait permis de préciser sa taille et sa chronologie. Depuis plusieurs années, les violentes crues de cette petite rivière ont provoqué la destruction de la bordure méridionale du site, mettant au jour sa stratigraphie sur plus de 100 m de long. La réalisation, en 2018, d’un relevé photogrammétrique aérien effectué par la société Airdrone a permis de procéder, après redressement des images, à l’analyse détaillée des différentes couches archéologiques visibles. Grâce à l’installation d’une grande échelle, ces unités stratigraphiques ont ensuite été caractérisées et datées par I. González Tobar (Fig. 5) ; de nombreuses formes de Dr. 20 ainsi que des timbres ont été collectés ce qui a permis d’allonger la durée de fonctionnement du site et à fait apparaitre des estampilles inédites.

oleastro_18_fig5.jpg
Fig. 5 – Vue d’une partie de l’écorché stratigraphique de la zone de dépotoir de l’atelier d’El Sotillo. Photo aérienne Airdrone Vision et traitement I. González Tobar/LabEx Archimede.

Thèses soutenues en 2018

  • Oriane Bourgeon : « La production d’amphores oléicoles dans la basse vallée du Genil (Ecija, Séville, Espagne). Contribution à l’histoire socio-économique de la Bétique romaine (Ier s.-IVe s. ap. J.-C.) », 2 vol. 1096 p. Thèse soutenue le 26 octobre 2018.
  • Quentin Desbonnets : « Les ateliers d’amphores à huile du conventus d’Hispalis (Séville, Espagne). Caractérisation et étude d’une zone de production de la province romaine de Bétique (Ier s. av. J.-C.-Ve s. ap.J.-C.) », 3 vol. 1071 p. Thèse soutenue le 13 décembre 2018.

Activités scientifiques des membres du programme

Bourses et séjours à l’étranger

Iván González Tobar : bourse de courte durée à l’École française de Rome, Juillet 2018.

Organisation de colloque

Congreso Internacional Ex Baetica Amphorae II. Conservas, aceite y vino de la Bética en el Imperio romano. Veinte años después, Séville, 17-20 décembre 2018, organisé par l’OAI (H. Gonzalez), les universités de Cadix (D. Bernal Casasola) et de Séville (E. García Vargas), le LabEx Archimede-Montpellier (S. Mauné), avec le soutien de la Casa de Velázquez.

Communications à des colloques, tables-rondes, journées d’étude

  • Workshop LabEx Archimede « Comment dater les contextes archéologiques des IIe et IIIe s. dans le sud-est de la Gaule ? », 28 novembre 2017, Univ. de Montpellier. 
    • C. Dubler, I. González Tobar, Apports récents des amphores Dr. 20 à la datation des contextes des IIe et IIIe s. ap. J.-C. : des centres de consommations de l’Occident romain au Monte Testaccio.
  • Journée d’étude « Échanges commerciaux : circulation et diffusion des marchandises en terre cuite durant l’Antiquité romaine », 23 mars 2018, Univ. Toulouse – Jean Jaurès.
    • C. Dubler, Le commerce et la diffusion de l’huile de Bétique à travers l’étude des timbres sur amphores Dr. 20. Une approche méthodologique.
  • Congrès International annuel de la SFECAG, Reims, 10-13 mai 2018.
    • I. González Tobar, S. Mauné, O. Tiago, E. Garciá Vargas, F. Lévêque, L’atelier d’amphores Dressel 20 et Haltern 70 d’El Mohino (Ier s.-première moitié du IIe s.) à Palma del Río (prov. de Cordoue, Espagne).
  • 19th International Congress of classical Archaeology. Archaeology and Economy in the Ancient World, Cologne-Bonn, All., 22-26 mai 2018.
    • S. Mauné, E. Garciá Vargas, O. Bourgeon, C. Dubler, Q. Desbonnets, I. González Tobar, O. Tiago, OLEASTRO: Neue Ergebnisse des französisch-spanischen Forschungsprograms.
    • C. Dubler, Der Handel und die Verteilung des spanischen Olivenöls Richtung Gallien und Germanien zwischen dem 1. und dem 3. Jh. n. Chr. – Erste Forschungsergebnisse.
  • Summer School « Land use and exploitation of natural resources in the 1st millennium AD – New methods in archaeobotany, archaeometry and modelling », Tar Vabriga, Croatie, 25-30 juin 2018.
    • S. Mauné, Bilan, enjeux et perspectives du programme OLEASTRO.
    • I. González Tobar, New Insights into oil amphorae workshops of Conventus Cordubensis. Results of the land surveys in the Gualdaquir Valley and excavation of El Mohino amphorae workshop.
    • O. Tiago, Roman amphorae kilns in the Western Mediterranean (2nd century BC – 5th century AD): new reflections on the contributions of archaeometry and modelling.
  • Congreso Internacional Ex Baetica Amphorae II. Conservas, aceite y vino de la Bética en el Imperio romano. Veinte años después, Séville, 17-20 décembre 2018.
    • Communications (7)
    • S. Mauné et E. Garciá Vargas, El Proyecto OLEASTRO (2012-2019)
    • O. Bourgeon, La producción de ánforas de aceite (Dr. 20 y Dr. 23) en el valle de Genil : los resultados de cinco años de investigación. Las estrategias de gestión.
    • Q. Desbonnets, Les ateliers d’amphores Dr. 20 du Conventus Hispalensis : première synthèse.
    • I. González Tobar, Nuevas perspectivas en los alfares de ánforas del Valle del Guadalquivir. Método y resultados preliminares en el Conventus Cordubensis.
    • C. Dubler, A. Gilles, Regard sur le commerce de l’huile de Bétique en vallée du Rhône. Le cas de Vienne au prisme des découvertes récentes
    • L. Long, G. Duperron, F. Bigot, Cl. Domergue, M.-L. le Brazidec, C. Rico, L’épave Rieu 1, un chargement de produits de Bétique sur les côtes de la Narbonnaise au IIe s. ap. J.-C.
    • O. Tiago, Los hornos de ánforas romanos en Hispania: balance y perspectivas
    • Posters (3)
    • F. Bigot, G. Duperron, Le commerce des produits de Bétique à Arles : le témoignage des amphores (Ier s. ap. J.-C. – Ve s.). Bilan des recherches récentes.
    • S. Corbeel, I. González Tobar, O. Bourgeon, Des objets indispensables à la production des amphores Dr. 20. Typologie et chronologie des bassines des ateliers du bassin du Guadalquivir (Ier – IIIe s. ap. J.-C.)
    • I. González Tobar, La documentación de alfares de ánforas en peligro de extinción. El caso del Sotillo (Figlina Oleastrum)

Publication Grand Public

S. Mauné, Une usine à amphores sur la berge du Guadalquivir, Archeologia, n°533, p. 16.

Publications OLEASTRO 2018

  • O. Bourgeon, Cl. Pagnoux, S. Mauné, E. García Vargas, S. Ivorra, M. Ater, A. Moukhli, J.-F. Terral, Olive tree varieties cultivated for the expansive trade in Baetican oil: morphometric analysis of olive stones from Las Delicias (Écija, province of Seville, Spain), Vegetation History & Archaeobotany, 27(3), 2018, p. 463-476.
  • Ch. Carrato, O. Tiago, S. Mauné, E. Garcia Vargas, O. Bourgeon, Ph. Lanos, Sobre la capacidad de carga de los hornos romanos de ánforas: balance metodológico y reflexiones a partir de un horno de Dressel 20 del alfar de Las Delicias (Écija, Sevilla), in J. Remesal, V. Revilla, J.-M. Bermúdez eds., Quantifying ancient économies. Problems and méthodologies, Workshop ERC EP-NET, University of Barcelona, 20-21 february 2017, coll. Instrumenta 60, Barcelona 2018, p. 295-319.
  • S. Corbeel, Q. Desbonnets, I. Gonzalez Tobar, S. Mauné, Que compte-t-on et comment sur les ateliers d’amphores à huile Dr. 20 de la vallée du Guadalquivir (Andalousie, Espagne) ?  in J. Remesal, V. Revilla, J.-M. Bermúdez eds., Quantifying ancient économies. Problems and méthodologies, Workshop ERC EP-NET, University of Barcelona, 20-21 february 2017, coll. Instrumenta 60, Barcelona 2018, p. 281-294.
  • I. González Tobar, P. Berni, El Bombo. Posible centro productor de ánforas Ovoide 5 en el territorio ribereño de Córdoba, Boletín Ex Officina Hispana (abril 2018), p. 9-11.
  • I. González Tobar, J. Latournerie, Un nuevo grafito calendarial sobre ánfora Dressel 20 encontexto de producción, Boletín Ex Officina Hispana (abril 2018), p. 25-27.
  • I. González Tobar, S. Mauné, Un atelier rural inédit d’amphores à huile augusto-tibériennes. Fuente de los Peces (Fuente Palmera, province de Cordoue), Mélanges de la Casa de Velázquez, 2018, 48 (2), p. 203-234.
  • I. González Tobar, S. Mauné, O. Tiago, E. Garciá Vargas, F. Lévêque, L’atelier d’amphores Dressel 20 et Haltern 70 d’El Mohino (Ier s.-première moitié du IIe s.) à Palma del Río (prov. de Cordoue, Espagne), Congrès International de la SFECAG, Reims, 10-13 mai 2018, Marseille 2018, p. 319-344.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.