La Sierra de Carthagène. Rapport 2010-2011

Démarrées en 2008, les recherches sur le district minier antique de Carthagène entrent dans leur quatrième année. Elles bénéficient désormais, en plus de l’appui de la Casa de Velázquez, du soutien du ministère des Affaires étrangères et européennes.

Les recherches se déroulent dans le secteur du Cabezo del Pino, au cœur de la Sierra minera de Cartagena, petite chaîne littorale de 25 km de long située à 7 km à l’est de Carthagène. Lieu d’une intense activité minière et métallurgique pour l’obtention d’argent et de plomb aux premiers temps de la domination romaine en péninsule Ibérique (IIe et Ier siècles av. J.-C.), la région connut une très importante reprise de l’exploitation, entre le milieu du XIXe siècle et les années 1970, qui l’a profondément transformée. Dans un paysage de grandes carrières à ciel ouvert et de haldes étendues jalonné de ruines d’installations minières et métallurgiques, le Cabezo del Pino, qui ferme au nord-ouest la petite baie de Portmán (La Unión), apparaît miraculeusement préservé. Il renferme une des dernières mines souterraines encore accessibles de la région et, sur son flanc est, plusieurs prospections menées en 2006 et en 2007 ont révélé une concentration notable de vestiges enfouis ou émergeant à la surface que le mobilier associé permet de dater de la fin de l’époque romaine républicaine. C’est donc tout naturellement que le site du Cabezo del Pino s’est imposé pour mettre en place les premières fouilles programmées jamais réalisées dans la région, centrées sur l’activité minière et métallurgique antique. Plus concrètement, le site offre l’opportunité de travailler sur tout ou partie de la chaîne opératoire du plomb-argent, avec l’objectif de recueillir des données neuves tant sur l’extraction que sur la préparation et la réduction du minerai argentifère et donc de renouveler notre connaissance de l’une des principales régions minières de l’Hispanie romaine qui repose pour l’essentiel, et malgré quelques travaux récents, sur des observations anciennes : celles réalisées en particulier par les ingénieurs des mines à partir de la fin du XIXe siècle — des observations certes utiles mais qu’il apparaissait nécessaire de compléter et de préciser par l’archéologie. C’est là l’enjeu des travaux réalisés depuis 2008, aussi bien dans la mine sous le Cabezo del Pino que sur les vestiges d’installations « industrielles » de la surface.

Bilan des recherches effectuées en 2010

Une campagne longue d’un mois a été organisée en juin-juillet 2010 avec une équipe constituée exclusivement d’étudiants de l’université de Toulouse – Le Mirail et de l’université de Murcie. Un petit groupe, conduit par J.-M. Fabre, spécialiste de la sécurité en mines anciennes, a travaillé le mois durant dans la mine de la Rambla del Abenque avec l’objectif de poursuivre l’exploration du réseau souterrain et de réaliser les premiers relevés en plans et en coupes de chantiers antiques. Le gros de l’équipe, dirigé par J. A. Antolinos et Ch. Rico, a poursuivi de son côté les travaux en surface, dans deux des trois secteurs de fouilles ouverts depuis 2008 (fig. 1).

Secteur de la mine

Fig. 1. Plan général des vestiges en cours de fouille du complexe minéralurgique et situation sur le Cabezo del Pino.

Fig. 1. Plan général des vestiges en cours de fouille du complexe minéralurgique et situation sur le Cabezo del Pino.

La mine de la Rambla del Abenque est un vaste réseau souterrain où travaux d’époque antique, moderne et contemporaine se mêlent, formant un véritable labyrinthe dans lequel il est facile de se perdre. L’exploration, commencée en 2008, a permis de le reconnaître sur plus de 4 ha. Plus de 3 000 m de travaux sur un dénivelé de 90 m ont été, à ce jour, topographiés. La découverte au cours de la prospection, dans des secteurs éloignés du jour, de céramiques antiques — pour l’heure essentiellement des fragments d’amphores vinaires italiques républicaines (Dr. 1A et Lamb. 2) — est venue confirmer que la mine était déjà exploitée à l’époque romaine. Les travaux antiques, réalisés au pic et à la pointerolle, se caractérisent par les petits volumes des chambres d’extraction et les profils généralement ovoïdes des galeries de recherche et/ou de communication.

À l’origine de la mine, il y a un important filon subvertical de galène argentifère de direction nord-sud que les mineurs ont suivi sur plusieurs centaines de mètres de longueur et sur au moins 40 m de hauteur. À différents niveaux de cet important chantier vertical (dépilage), les anciens mineurs ont tracé des galeries dans plusieurs directions, à la recherche de filons invisibles ou de poches minéralisées qui ont alors donné lieu à des travaux de plus ou moins grande ampleur. Ceux-ci ont été en partie repris ou remblayés par les Modernes, ce qui oblige souvent à des cheminements longs, et parfois périlleux, pour rejoindre des secteurs de l’exploitation antique en réalité voisins.

Les recherches effectuées lors de la campagne 2010 ont pris quatre directions :

l’étude détaillée (nettoyage de coupes, relevés en plans et en coupes) des deux premiers secteurs prospectés et topographiés en 2008 et 2009, en vue de la réalisation d’une fouille en 2011 ;

Fig. 2. Vue du nouveau secteur du dépilage antique exploré en 2010.

Fig. 2. Vue du nouveau secteur du dépilage antique exploré en 2010.

l’exploration d’un nouveau réseau, dans la partie inférieure du dépilage, vers le nord (fig. 2). Cette exploration nécessitait l’équipement d’une partie verticale du dépilage, dans le secteur nord, sous la galerie d’accès. Elle a révélé la présence de travaux anciens, datés par la présence de fragments d’amphores italiques dans les remblais d’exploitation, avec des secteurs qui n’ont pas été retouchés à l’époque moderne. Les travaux se développent depuis la base du dépilage principal, vers la cote -32 m, dans deux directions : vers le nord-ouest (travaux ascendants) et vers l’ouest (travaux descendants). Il est très probable qu’ils se rejoignaient, mais les galeries de jonction sont aujourd’hui comblées par les déblais ;

des compléments topographiques dans la partie sud du dépilage et un début de lever dans le premier réseau, proche de l’entrée de la mine, probablement antique mais très bouleversé par les Modernes ;

une coupe schématique du dépilage, dans sa partie nord, au débouché de la galerie d’accès dans les travaux. Cette coupe donne une vision synthétique de l’organisation de l’exploitation sur le filon principal, recoupé par différents réseaux de galeries ou salles d’exploitation, sur plusieurs étages.

Secteur des laveries

En surface, sur le flanc est du Cabezo, les recherches se sont poursuivies sur le complexe d’installations liées au lavage du minerai argentifère, organisé autour d’au moins deux laveries. La fouille de l’une d’elles (fig. 3), en bordure de la falaise qui domine la Rambla de la Crisoleja, est en cours depuis 2008 (secteur 2). Nos efforts se sont portés principalement sur elle en 2010 mais une partie de l’équipe a poursuivi le travail dans le secteur 3 où les vestiges d’un bâtiment d’époque républicaine comportant un bassin hydraulique sont étudiés depuis l’année 2009 (fig. 4).

Fig. 3. Vue d’ensemble de la laverie du secteur 2.

Fig. 3. Vue d’ensemble de la laverie du secteur 2.

La fouille de la laverie a été étendue à l’ouest et au sud mais elle n’a pas permis, à l’issue de la campagne, d’atteindre sa limite occidentale. L’emprise de l’installation, qui est apparue très arasée dans sa partie sud, reste donc à l’heure actuelle inconnue. Aucune nouvelle structure de lavage n’a été découverte mais des éléments (par exemple, un canal creusé dans le substrat) indiquent la présence vraisemblable d’un ou plusieurs bassins de stockage ou de lavage dans la partie ouest du bâtiment. L’organisation de celui-ci en terrasses apparaît aujourd’hui plus clairement, malgré le mauvais état des structures mises au jour.

Fig. 4. Vue d’ensemble du secteur 3.

Fig. 4. Vue d’ensemble du secteur 3.

Dans le secteur 3, à moins d’une dizaine de mètres à l’ouest de la laverie, on a procédé à une extension vers le nord du sondage ouvert en 2009. En raison de la forte pente du secteur et de l’épaisseur des niveaux de remblai et de colluvionnement, la fouille n’a pas avancé comme on l’aurait souhaité pour mieux comprendre le bâtiment d’époque républicaine. En revanche des données nouvelles ont été obtenues sur les niveaux tardifs attestant d’une reprise d’activité sur le site ; un nouveau mur a été mis au jour et le mobilier associé a permis d’en préciser la chronologie : l’époque d’Auguste à Claude. Il reste à caractériser précisément cette reprise, qui voit au moins la mise en place d’une activité de réduction, d’après la découverte de quelques scories plombifères dans les niveaux d’abandon définitif du secteur.

Objectifs la campagne 2011

La nature des activités prévues lors de la campagne de 2011 dépendait en partie de l’obtention d’une subvention de la part du ministère des Affaires étrangères et européennes. Celle-ci étant acquise, on pouvait prévoir d’amplifier tant les recherches de terrain, en souterrain et en surface, que de laboratoire. Le tremblement de terre survenu dans la région, le 11 mai dernier, et qui a eu des conséquences dramatiques à Lorca, à une soixantaine de kilomètres à l’ouest de Carthagène, est venu tout compliquer. Parce que la mine est, par définition, un milieu périlleux, il nous a semblé que la prudence commandait et, même si l’activité sismique s’est calmée depuis peu, de ne prendre aucun risque. Aussi a-t-il été décidé d’ajourner l’intervention prévue dans la mine de la Rambla del Abenque. Il était prévu de faire un certain nombre de sondages archéologiques dans les secteurs relevés l’an dernier, avec l’objectif tant de recueillir de nouvelles données chronologiques que de faire des observations sur les méthodes et l’organisation de l’extraction. Une campagne d’une semaine pourrait être organisée au début de l’automne, si le calendrier de la prochaine année universitaire et les disponibilités des uns et des autres le permettent.

Dès lors, les efforts vont porter essentiellement cet été sur le complexe minéralurgique. Une équipe de 12 à 14 personnes y travaillera pendant toute la durée de la campagne. La priorité sera donnée à la laverie dont nous espérons retrouver la limite ouest et, donc, terminer la fouille. Cette année, nous devrions avoir le concours, pendant les premiers jours de la campagne, d’un tractopelle qui interviendra sur le secteur 1, ouvert en 2008, et dont la fouille n’avait pu être poursuivie les années suivantes en raison des importants remblais qui recouvrent les structures antiques. Il s’agit, notamment, d’un grand bassin de stockage d’eau, qui n’était peut-être pas isolé, et qui devait fonctionner avec les laveries toutes proches. Le travail du tractopelle consistera à enlever sur une surface assez grande — une centaine de m— la majeure partie des remblais modernes afin d’accéder plus rapidement aux niveaux archéologiques. La fouille de ce secteur nous paraît en effet indispensable pour comprendre le fonctionnement du complexe.

Le volet archéométrique du programme n’est pas oublié. Si nous attendons toujours les résultats de nouvelles analyses physico-chimiques sur les sédiments remplissant les cuves de lavage de la laverie, un programme d’analyses d’isotopes du plomb va être lancé dès le mois de juillet sur ces mêmes sédiments (sous la responsabilité de Sandrine Baron, UMR 5608). L’objectif est d’obtenir la signature isotopique de ces sédiments archéologiques — une première — et d’enrichir la base de données isotopiques pour la région de Carthagène ; il s’agit ainsi de contribuer aux recherches sur la traçabilité des métaux antiques, des districts du Sud-Est hispanique en premier lieu.

Pour citer ce billet : Christian Rico et Juan Antonio Antolinos Marín, « La Sierra de Carthagène. Rapport 2010-2011 », Archéo-CVZ. Carnet des fouilles archéologiques de la Casa de Velázquez, mis en ligne le 23/06/2016, https://archeocvz.hypotheses.org/171.

Christian Rico et Juan Antonio Antolinos Marín

Christian Rico (TRACES - UMR 5608 CNRS - Université Toulouse Jean Jaurès) et Juan Antonio Antolinos Marín (Universidad de Murcia)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.