Aspe (Alicante). Rapport 2017

Pierre Rouillard (DR émérite au CNRS) et Jesús Moratalla (Université de Alicante)


A 2 kms au Sud d’Aspe (Alicante), au lieu-dit « Tres Hermanas », à l’ouest de la route qui conduit de Aspe à Elche, une quatrième campagne de fouille a été effectuée du 10 avril au 27 avril 2017 (fig. 1).

Fig. 1 - Le site de Tres Hermanas, vue du sud.

Fig. 1 – Le site de Tres Hermanas, vue du sud.

L’équipe réunit :

  • Pierre Rouillard (DR Cnrs émérite) et Laurent Costa (IR Cnrs), de l’UMR 7041, ArScAn, Maison Archéologie et Ethnologie, René-Ginouvès,
  • Jesús Moratalla Javega, assistant à l’Area de Arqueologia, Université de Alicante,
  • Maria T. Berna García, Directrice du Museo Histórico de Aspe.

La direction est assurée par  Maria T. Berna García, Jesús Moratalla Javega et Pierre Rouillard.

Le financement est assuré par le Ministère des Affaires Etrangères, la ville d’Aspe et la Casa de Velázquez qui a retenu ce programme parmi ses activités archéologiques.

Notre programme a comme objectif principal l’étude de l’« habitat » qui s’étend sur les pentes de trois puissantes collines alignées d’Est en Ouest « Las Tres Hermanas » et dont la complexité tient au fait que son urbanisme n’est ni régulier ni dense et que ses limites ne nous apparaissaient pas clairement. La campagne 2017 avait donc comme objectif premier de répondre à la question des limites et de poursuivre l’enquête sur les structures dispersées sur les pentes.

Un établissement en flanc de pente

Dans la suite des travaux menés durant les campagnes 2014 – 2016 (TH0, THq, THq’, THf, THj, THj’)  et parallèlement à la fin de la fouille de THg, les travaux suivants ont été menés sur le site de « Las Tres Hermanas » :

  • étude des structures THi et THp,
  • reprise des clichés réalisés avec un drone, analyse de détail de tous les alignements (larges de un 1/1, 10 ) qui servent parfois d’appui à des pièces et à leur situation topographique, pour proposer une nouvelle lecture de l’organisation spatiale des vestiges de l’ensemble du site.

À l’exception de la carrière moderne (THn) et du bâtiment TH0, l’ensemble des structures dispersées reconnues, présente un profil architectural plutôt cohérent sous la forme de murs et de murets en pierres sèches liés à l’argile.

Il convient d’analyser à part les structures situées sur les crêtes (THq, Thq’, THd’, Thd) où ne sont reconnus que quelques éléments de la première assise: il s’agit alors de pièces adossées à un cheminement empierré limité de chaque côté de pierres dressées.

La conservation est en revanche meilleure pour les locus en flanc de coteau (THf, THf’, THj, THj’) ou les constructions peuvent être conservées sur quelques dizaines de cm. Les tailles de ces dernières unités sont globalement cohérentes et prennent la forme de petites pièces assemblées par groupe de 2 ou 3 qui se disposent sur des terrasses aménagées, orientées vers le sud.

L’ensemble des vestiges reconnus couvre une surface d’environ 3,5 hectares,  et notre projet de 2017 consistait à vérifier l’existence d’une limite de cette occupation quelle que soit la forme que puisse avoir cette limite.

Le matériel archéologique est fort peu abondant mais il autorise une datation à l’époque ibérique dite « plena/pleine », soit les Ve/IVe siècles av. J.-C.

Les secteurs de fouille

En 2017, la fouille a porté sur trois secteurs :

  • la structure THg, au sommet du cerro central (« B ») qui offre une vue exceptionnelle au long du Río Vinalopó, de la région de Elda à la côte,
  • la structure THp, sur la pente méridionale du cerro « B »,
  • les structures THi et Thi’ situées au sud-ouest de l’ensemble.

La structure THg (fig. 2)

Située au sommet de la colline « B », à une altitude de 370m, au centre du site, cette structure a été l’objet de spoliation dans les années 1970. Ainsi la construction sommitale, sur une plateforme, qui a la forme d’un ovale (6, 75m x 5, 40m), avait été pour l’essentiel vidée. Les murs de gros blocs liés à l’argile, épais de 1m environ, ferment la plateforme et les seuls restes sont des foyers de petite dimension. En contrebas, au sud-est, une terrasse triangulaire, vaste de 3m2, est fermée par des murs de même structure que dans la partie sommitale.

Les travaux sur ce secteur ont livré un matériel bien datable entre la fin du Ve siècle et le début du IVe siècle (notamment des fragments de céramique attique et des amphores ibériques). L’importance de ce secteur est évidente, notamment à cause de sa situation : du sommet la vision s’étend de Elda au littoral.

Fig. 2 - Structure THg, vue d’un drone (le nord est indiqué par la flèche rouge).

Fig. 2 – Structure THg, vue d’un drone (le nord est indiqué par la flèche rouge).

La structure THp

La structure THp, est une construction isolée dans la partie orientale du site, entre les structures THg et THq. Il s’agit d’une seule pièce, appuyée sur un chemin empierré. Les dimensions extérieures (avec les angles des murs restitués) sont de 4, 62 m sur 2, 19. Un seul petit foyer a été mis au jour, d’un diamètre de 30cm.

La structure THi (fig. 3)

La structure THi est une des structures dispersées sur le site, aménagées sur des plateformes ; dans ce cas, celle-ci est de 9x 8m. La construction est particulièrement altérée dans la partie sud-est. Il s’agit d’un ensemble de trois pièces qui ne communiquent jamais entre elles (ce que nous avons déjà observé dans THj).

L’édifice, tel qu’il est conservé, mesure 6, 5 x 5, 5 m et à côté des pièces A et B bien conservées la pièce « C » a perdu son mur de fermeture méridional. Les murs sont de forte dimension (0,75 /0,80 m d’épaisseur) à double parement avec blocage de cailloutis. La pièce « A » (2, 45 x 2, 30 m) s’ouvre vers l’est ou le sud et sur le sol fait de grandes dalles irrégulières, il n’a été trouvé aucun reste témoignant d’une occupation quotidienne. La pièce « B » de 2 m2 seulement est séparée de « A » par le MR 7004 qui se poursuit vers le sud en 7003 faisant alors un angle droit. Le MR 7003 n’est pas un mur d’un seule pièce séparant d’un côté A et B et de l’autre C, ce qui donne à cette pièce « C » une place initiale dans le processus de construction.

La pièce « B » a livré un matériel abondant au regard de la pauvreté des autres structures (amphores ibériques de la région, vaisselle de cuisine, noyaux d’olives..).

La découverte la plus surprenante a été faite au sud du MR 7005, un ensemble de galettes de litharge (d’un diamètre de 25/35 cm), soit un total de 10kg. Mais cette découverte reste isolée dans la mesure où aucune trace cendreuse ne témoigne localement d’une activité métallurgique ; et nous ne disposons pas non plus de données d’activité de transformation.

Le secteur sud-occidental est très détérioré et une  fosse d’espolio a été reconnue, et nous n’avons pas pu reconnaître la relation (possible, vraisemblable ?) avec le secteur de chemin empierré THi’.

Fig. 3 - Structure THi, vue d’un drone.

Fig. 3 – Structure THi, vue d’un drone.

La structure THi’

Cette structure est un tronçon de chemin empierré, large de 1m/1m 10, bordé de pierres dressées, fort bien conservé ; il apparaît à 7m au nord de THi sans qu’un lien entre les deux structures soit assuré, mais il est probable, le creusement d’une fosse moderne ayant fait disparaître tout aménagement. Ce tronçon prend son sens au regard des tronçons THl et THm. Sur ce chemin, s’appuient des murs perpendiculaires

Trois types de structures d’un habitat complexe

L’essentiel de nos propos a porté sur les structures dispersées établies à flanc de coteau sur des plateformes orientées vers le sud (TH0, THf, THj, THj’, THi). Mais il apparaît désormais clairement que ces structures ont des fonctions différentes :

  • THg, TH0 et THi sont situés à des points structurant l’ensemble du site ; ils sont situés à des angles de ce que nous reconnaissons comme un cheminement enfermant l’ensemble du site,
  • THf, THf’, THj et THj’ sont des structures isolées à l’intérieur de cet ensemble

Il avait déjà été relevé sur les crêtes, notamment entre THO et le cerro « B », des structures empierrées et bordées de pierres dressées, larges d’environ 1m (THq et THq’), contre lesquelles, sur le bord sud, s’appuient des pièces. Un même chemin empierré se trouve en divers points entre les cerros « A » et « B », aux points THo, THl  et THm. L’enquête de 2017 a permis de relever des installations de même type dans la partie méridionale du site, au point THi’, en contrebas de THg vers le sud et au point THp. De plus ce cheminement empierré est bien reconnaissable dans la partie orientale du site, au bas de TH0, aux points THd et THd’ .

Dès lors se dessine un cheminement qui enferme toutes les structures dispersées du site (fig. 4), et les pièces adossées à ce cheminement sont orientées vers l’intérieur du site ; THg, TH0 et THi seraient les points d’accrochage de ce cheminement, étant entendu qu’il faut imaginer un 4e point d’accrochage sur le cerro « A » où ont été repérés quelques vestiges de murs. Le périmètre serait d’environ 743 m et la surface fermée de 3,5 hectares.  Nous retenons l’hypothèse d’un chemin et non celle d’une enceinte en pierre, car en aucun point il n’apparaît un amoncellement témoignant d’un quelconque effondrement de muraille. Reste l’hypothèse d’une fortification construite exclusivement en terre crue sur une assise de pierres, une hypothèse que l’on ne saurait vérifier.

Fig. 4 - Plan général des structures avec proposition de restitution du “chemin”.

Fig. 4 – Plan général des structures avec proposition de restitution du “chemin”.

Une situation régionale remarquable

Il convient de rappeler la position géographique remarquable du site de « Las Tres Hermanas » qui s’est imposée comme une évidence  durant les phases de travail sur le terrain. Située au sud de la ville actuelle d’Aspe cet ensemble occupe une position géographique qu’une première analyse archéo-géographique permet de mettre en exergue.

Le géoréférencement et la vectorisation en cours des cartes anciennes disponibles sur la zone nous a permis de créer une base de données sur les réseaux routiers anciens (XIXe s.). Par la suite, les données archéologiques environnantes ainsi que plusieurs autres fonds cartographiques  et photographiques seront aussi intégrés et un tri automatique des voies couplé à une analyse statistique et spatiale permettra de dégager des grandes structures du paysage et ainsi de mieux comprendre l’insertion de LTH dans son environnement.

Cette base documentaire couplée à l’analyse du Modèle Numérique de Terrain de l’IGN espagnol nous permet aussi de travailler en termes d’inter visibilité.

Malgré l’incomplétude des bases de données et des analyses, plusieurs points préalables montrent la situation remarquable du site :

  • LTH se situe à proximité immédiate d’un axe de circulation entre Elche et Aspe à l’Ouest du Vinalopo. « La carretera commarcal de Elche » qui est le tracé du XIXe siècle est associé à un faisceau de voies plus anciennes dont un « Camino viejo de Aspe a Elche ».
  • 5 chemins viennent se rejoindre au sud de LTH lui conférant un statut de carrefour remarquable.
  • LTH se situe à l’interface entre la plaine d’Elche et la plaine d’Aspe / Novelda / Montforte del Cid à proximité de la seule zone de liaison qui soit topographiquement accessible à l’exception de la vallée du Vinalopó. De plus, une première analyse de visibilité montre que cette position est extrêmement favorable et permet de faire un lien visuel entre la zone de plaine située au nord de la Sierra de Madera / Sierra Negra / Sierre de Tabaya et le sud jusqu’à la mer. À noter que le noyau ancien d’Aspe n’est pas visible depuis le site de LTH mais en revanche une liaison visuelle est possible entre Guardamar / Elche / LTH / Novelda / Monforte del Cid / Agost. Si le noyau urbain ancien n’est pas visible en revanche la voie d’accès ancienne (« Camino viejo de Aspe a Elche ») est visible sur une grande part de son trajet.

Conclusions

L’intérêt du site de Las Tres Hermanas est multiple car sa structure même échappe aux schémas connus dans le monde ibérique et sa position géographique lui donne une fonction particulière. Et il est probable que la fonction du site tienne pour l’essentiel à cette situation.

Sur ce site se trouvent en fait trois types de structures :

  • d’une part des cheminements empierrés contre lesquels sont parfois aménagés des pièces en batterie;
  • d’autre part des structures d’appui à ces cheminements : TH0, THg, THi,
  • et finalement un essaimage de petits édifices, isolés les uns des autres, de quelques pièces (entre 1 et 3),  elles mêmes de petite taille, THf, THj, THj’, entre lesquels on reconnaît quelques sentiers.

L’apport des travaux effectués en 2017 est de montrer l’existence d’une structure qui délimite et entoure l’ensemble du site de 3,5 hectares à flanc de coteau, entre les sommets A et B. De plus, ces édifices isolés au delà de leur taille, de leur petit nombre de pièces et de leur ouverture vers le sud, présentent des caractères différents, même si en aucun cas nous n’avons reconnu les indices d’une occupation permanente : THf, THj, Thj’ peuvent être certes  lus comme des unités d’habitation, mais temporaires ; TH0 est un édifice bien particulier qui est proche de l’édifice tripartite reconnu comme temple à El Campello (Alicante) ; THi est encore un cas distinct avec une pièce sans témoignage de fonction lisible et une autre avec amphores et vaisselle, avec à côté un lot de galettes de litharge.

Ces édifices mis au jour appartiennent à l’époque ibérique dite « pleine / plena », datée aux Ve/IVe s. av. J.-C. – ce qui a été bien confirmé lors de cette campagne avec la découverte de fragments attiques bien datables-, moment d’une très dense occupation de la région, de Santa Pola à Guardamar del Segura, de Elche à Montforte del Cid qui comptent des habitats organisés avec muraille, rues, îlots de maisons, autant d’éléments caractéristiques des oppida de la région contestane et  qui n’existent pas à Las Tres Hermanas.

Las Tres Hermanas pourrait être lu comme un établissement rural, éclaté, peu peuplé, à distance d’habitats proches et organisés comme Las Agualejas (Montforte del Cid) et sans doute Castillo del Rio (où l’occupation ibérique est mal connue, probablement occultée par le château arabe)..

L’hypothèse d’un site occupé de manière irrégulière peut être avancée. Sa position géographique en fait un point central dans une région vasteet de ce site, de TH0 et plus encore du sommet des trois cerros A, B et C, un contrôle visuel est parfait, et de tous les sites environnants la masse des trois cerros est visible, imposante même. On comprend alors l’intérêt d’avoir fouillé THg et son environnement immédiat au sommet de « B »  Soulignons que des foyers sont bien visibles, mais en aucun cas leur état n’atteste un usage régulier.

Las Tres Hermanas peut alors être compris comme un lieu de contrôle, militaire, ou plutôt comme un point de rencontre politique ou religieux occupé à des moments précis, les édifices servant à l’accueil. Reste le cas de TH0, à la position exceptionnelle dans le paysage, à l’architecture particulièrement élaborée et à la construction très soignée que l’on pourrait lire comme un sanctuaire, mais dont une des fonctions, outre celle de contrôle visuel, est d’être l’un des angles du site. Toutefois, nous serions en présence d’un sanctuaire qui n’a livré aucun témoignage d’une pratique religieuse, ni offrande, ni ex-voto, ni dépôt tangible jusqu’à nos jours…. Aucune forme de religiosité n’y a été relevée. La fonction de point de rencontre (social, politique, religieux ?) remarquable reste l’hypothèse que nous pouvons formuler, sans prétendre, à ce stade, conclure.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.