Las Sillas (Marcén, Huesca). Rapport 2017

Philippe Sénac (Université de Paris IV Sorbonne), Sébastien Gasc (Université de Toulouse II Jean Jaurès) et Jordi Gibert (Université Autonome de Barcelone)


Dans le cadre d’un programme associé à la Casa de Velázquez, une série de travaux de recherches ont été menées en Aragon en 2017, à la suite des nombreuses campagnes archéologiques réalisées jusqu’en 2015 sur le site islamique de Las Sillas (Marcén, Huesca, término municipal de Lalueza). L’étude engagée cette année n’impliquait pas de nouvelles recherches sur le terrain puisqu’elle concernait essentiellement l’analyse du mobilier mis au jour et déposé au musée de Huesca à l’issue de chaque campagne. Compte-tenu d’impératifs universitaires stricts, les deux séjours ont été organisés au printemps (1 avril – 12 avril) et pendant l’été (1 août – 8 août), par l’équipe dirigeante des fouilles, Philippe Sénac (Université de Paris IV Sorbonne), Sébastien Gasc (Université de Toulouse II Jean Jaurès) et Jordi Gibert (Université Autonome de Barcelone)[1].

Plusieurs objets découverts au cours des dernières campagnes ont fait l’objet d’une restauration et sont désormais exposés dans une nouvelle salle du musée de Huesca[2]. Celle-ci, inaugurée en décembre 2016, est consacrée à la période médiévale et en particulier à al-Andalus (figure 1).

Figure 1. Salle d’archéologie médiévale du Museo provincial de Huesca

Figure 1. Salle d’archéologie médiévale du Museo provincial de Huesca

En plus d’offrir une vue d’ensemble des principales céramiques découvertes sur le site, la restauration de ces pièces permettait de compléter la typologie des formes observées. Selon la proposition d’André Bazzana, cette typologie pourrait s’organiser en 10 catégories[3] :

  1. Vaisselle de cuisine utilisée pour la cuisson des aliments
  2. Vaisselle de transport, stockage et conservation des produits solides ou liquides
  3. Vaisselle destinée au service des aliments
  4. Vases ou objets à usages domestiques multiples
  5. Eléments additionnels ou annexes
  6. Réceptacles à feu
  7. Objets céramiques à usage artisanal
  8. Objets céramiques à usage architectural
  9. Figurines et objets ludiques (jouets, instruments de musique)
  10. Divers et indéterminés

Par souci de simplification, seuls trois types apparaissaient dans les rapports de fouilles rédigés à la fin de chaque campagne. En définissant les pâtes selon leur nature, grises, claires ou glaçurées, les formes découvertes correspondaient aux trois premières catégories de la typologie précédemment indiquées. La première, correspondant aux pâtes grises, était largement dominée par les ollas, marmites globulaires à deux anses et fonds convexes. Des formes plus ouvertes et plus grandes (cazuelas) ou au contraire plus petites et fermées (pucheros) complétaient les céramiques utilisées pour la cuisson des aliments. La seconde catégorie, correspondant presqu’exclusivement aux céramiques à pâte claire, comprenait des récipients destinés au stockage ou au transport des liquides, qu’il s’agisse des formes les plus grandes (jarras) ou plus petites (jarritas). Enfin, les céramiques glaçurées étaient pour la plupart des fragments d’ataifores, des grands plats creux à pieds annulaires, destinés au service des aliments et correspondant donc à la troisième entrée de la typologie.

Figure 2. Principales formes de céramiques découvertes à Las Sillas

Figure 2. Principales formes de céramiques découvertes à Las Sillas

Deux formes, largement majoritaires parmi les tessons découverts, ont fait l’objet d’une attention particulière : les marmites et les petites jarres (jarritos et jarritas). Le nombre de fragments se rapportant à ces objets et les contextes stratigraphiques dans lesquels ils furent découverts constituent un précieux exemple de l’utilisation des céramiques tout au long de la période d’occupation du site. Il est alors possible de proposer une évolution des formes entre la fondation du site au Xe siècle et son abandon à l’extrême fin du XIe siècle. Ainsi, les marmites et autres objets destinés à la cuisson des aliments (ollas, ollitas, cazuelas…), peuvent figurer dans une typo-chronologie des formes les plus répandues (figure 3).

Figure 3. Typo-chronologie des céramiques utilisées pour la cuisson des aliments

Figure 3. Typo-chronologie des céramiques utilisées pour la cuisson des aliments

Outre l’étude du mobilier céramique, la restauration de plusieurs objets métalliques a permis l’identification de l’un d’eux comme une griffe de templet utilisé pour le tissage[4]. Un autre objet similaire avait déjà identifié dans l’UA 81 (figrue 4), et plusieurs poids de tisserand, et autres fusaïoles, ont également été découverts lors de précédentes campagnes. Aussi, le tissage et le traitement des textiles peuvent-ils être présentés comme des activités répandues à Marcén tout au long de la période d’occupation du site.

Figure 4. Griffe de templet

Figure 4. Griffe de templet

Au sein du mobilier métallique, il convient de souligner la présence de deux clés. La première, mise au jour près de la mosquée, se présentait sous la forme d’une pièce de fer de section circulaire et de 51 mm de longueur, probablement utilisée pour un coffret (figure 5). La seconde, également en fer mais d’une typologie très différente, était destinée à l’ouverture d’une porte donnant accès, depuis l’extérieur, à une barre de fermeture dans laquelle elle s’encastrait grâce à deux dents (figure 6)[5].

Figure 5. Clé de coffret (HUM 2001/I/niveau 3 carré 1, 1568)

Figure 5. Clé de coffret (HUM 2001/I/niveau 3 carré 1, 1568)

Figure 6. Clé en fer (HUM 2015/9407/192-195)

Figure 6. Clé en fer (HUM 2015/9407/192-195)

L’ensemble de ces résultats fera l’objet d’une publication sous la forme d’une monographie actuellement en cours de rédaction et qui sera soumise aux presses de la Casa de Velázquez à la fin du premier semestre de l’année 2018. L’ouvrage, une fois mis aux normes éditoriales, s’organisera en neuf chapitres :

  1. Le site et les données des sources écrites
  2. L’environnement castral et les établissements voisins
  3. La fouille, la stratigraphie et les critères de datation
  4. Le secteur I et la mosquée
  5. Les constructions du secteur II
  6. Le mobilier céramique
  7. Autres mobiliers
  8. Les monnaies
  9. Alimentation et activités agricoles et artisanales

Une fois cet ouvrage déposé, à la suite d’importantes découvertes récentes effectuées à Barbastro (hammam d’époque taifale, céramiques, monnaies…), un projet de recherche engagé avec l’Ayuntamiento de la ville et la Diputación General de Aragón sera envisagé par plusieurs directeurs des précédentes fouilles (Philippe Sénac, Sébastien Gasc). Ce projet, qui sera déposé à la fin de l’année 2018 à la Casa de Velázquez aura pour objectif, aura  pour objectif, dans le cadre d’une étude ville-campagne, d’étudier les réseaux d’irrigation établis le long du río Vero depuis le hisn d’Alquézar et l’approvisionnement en eau de la cité jusqu’à sa chute définitive en 1101.

[1] Le site a également reçu la visite de Carlos Laliena Corbera (Université de Saragosse).

[2] La responsable de ces travaux de restauration demeure María José Arbués (Diputación General de Aragón).

[3] BAZZANA, A., Maisons d’al-Andalus. Habitat médiéval et structures du peuplement dans l’Espagne orientale, 2 vol., Madrid, 1992, t. 1, p. 138-139.

[4] Sa forme peut être rapprochée d’autres griffes découvertes à Vascos et à Liétor (IZQUIERDO, R., Vascos: la vida cotidiana en una ciudad fronteriza de al-Andalus. Catálogo, Tolède, 1999, pp. 75 et 126 ; NAVARRO PALAZÓN, J. et ROBLES FERNÁNDEZ, A., Liétor. Formas de vida en ámbitos rurales de Šarq al-Andalus a través de una ocultación de los siglos X-XI, Murcie, 1996, pp. 72-73) et interprété, avec ceux de Coimbra, comme un témoignage des premières utilisations de métier à tisser horizontal en Europe (RETUERCE, M., « El templén. ¿Primer testimonio del telar horizontal en Europa? », Boletín de arqueología medieval, 1, 1987, pp. 71-77).

[5] Des mécanismes de serrurerie similaires peuvent être observés sur le site de Vascos (IZQUIERDO, R., op. cit., Tolède, 1999, pp. 130 ; NAVARRO PALAZÓN, J. et ROBLES FERNÁNDEZ, A., op. cit., Murcie, 1996, pp. 87-88).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.