Albalat (Romangordo, Cáceres). Rapport 2017

Avec la collaboration de Y. Cáceres Gutiérrez, C. Capelli, J. De Juan Ares, N. Garnier, J.A. Garrido García, C. Richarté, J. Ros, S. Rovira Llorens, M. Ruíz Alonso


Le terrain

La campagne de fouille 2017 s’est déroulée durant tout le mois de septembre et a accueilli jusqu’à 27 bénévoles espagnols et français, dont trois (D. Arjona, P. De Keukelaere et D. Pérez) ont eu la responsabilité de plusieurs secteurs. Deux thèses et un master actuellement en cours sont, par leurs thématiques, étroitement liés au programme de recherche sur le site d’Albalat.

L’enquête archéologique s’est centrée sur les fronts nord et sud-est de la grande aire ouverte à l’intérieur de l’enceinte afin d’appréhender l’organisation spatiale et fonctionnelle d’édifices partiellement documentés au cours des années précédentes (fig. 1).

Fig. 1 - Plan de la zone emmuraillée avec individualisation des constructions (©Projet Albalat 2017).

Fig. 1 – Plan de la zone emmuraillée avec individualisation des constructions (©Projet Albalat 2017).

Cette approche extensive a permis de documenter de nouveaux espaces, tout en laissant en suspens leur connexion avec la voirie qui longe le parement intérieur de la muraille nord (fouiller cette frange sera une priorité lors de futures campagnes). La configuration des bâtiments exhumés dans ce secteur, où se côtoient des zones de travail, d’artisanat et des espaces domestiques, renforce les différenciations détectées avec le quartier résidentiel méridional qui inclut de très grandes demeures. Un premier ensemble attenant à l’un des ateliers métallurgiques comprend un patio de dimensions réduites desservant un réduit grossièrement pavé. Une structure enduite de mortier occupe un de ses angles ; en dépit de l’absence de bourrelet d’étanchéité et de drain, elle s’apparente à une cuve dont la fonction artisanale sera peut-être précisée grâce à des analyses microscopiques et organiques (fig. 2). Cette cour jouxte deux pièces accolées, au plan quasiment identique, qui partagent la même dynamique de destruction mais diffèrent par leur fonction, leur mobilier associé et leur relation avec les espaces environnants. Alors que la première a livré une quantité indigente de matériel céramique et s’ouvre sur une étable dont l’accès fut condamné par l’édification d’un enclos, la seconde s’articule avec une cour dallée partiellement connue. Elle correspond à une cuisine qui préserve intégralement un foyer de brique installé au pied de deux banquettes basses dont l’une a vraisemblablement servi de four ou de réchaud (fig. 3). Parmi son abondant vaisselier, relativement bien conservé, se trouve un service de préparation et présentation, associé à des restes d’artefacts en liège et métalliques (dont de possibles cerceaux d’un sceau).

Fig. 2 - Cuve conservant son revêtement de mortier, consolidé au niveau des parois (©Projet Albalat 2017).

Fig. 2 – Cuve conservant son revêtement de mortier, consolidé au niveau des parois (©Projet Albalat 2017).

Fig. 3 - Cuisine pourvue de foyer et banquettes (©Projet Albalat 2017).

Fig. 3 – Cuisine pourvue de foyer et banquettes (©Projet Albalat 2017).

L’ouverture d’un nouveau sondage de 225 m2, à l’est de la maison C-1 a permis de vérifier l’origine d’anomalies géophysiques révélées lors des récentes prospections géophysiques (fig. 3). L’identification d’un nouveau tronçon de rue, qui se dirige vers l’entrée principale marquée par deux tours en élévation, confirme la trame structurée de l’établissement. Des six espaces reconnus, qui appartiennent à trois constructions distinctes, seuls quatre en ont pu faire l’objet de fouille. La répétition de certains schémas (supports de banquettes surélevées) autorise à les associer à une architecture domestique, hypothèse confortée par la nature du mobilier exhumé.

Fig. 4 - Montage d’orthophotos montrant l’état des vestiges à l’issue de la campagne 2017 (©Projet Albalat 2017).

Fig. 4 – Montage d’orthophotos montrant l’état des vestiges à l’issue de la campagne 2017 (©Projet Albalat 2017).

Tout aussi intéressantes sont les multiples évidences de réformes constructives qui caractérisent la dernière étape d’occupation, signe d’un dynamisme urbanistique et de la nécessité de restructurer et récupérer des espaces antérieurs parfois très dégradés.

La récurrence des niveaux d’incendies et d’effondrements – documentés dans la plupart des espaces fouillés cette année – ainsi que l’apparition de fers de trait et d’une noix d’arbalète, rappellent de nouveau les conditions brutales de l’abandon d’Albalat.

En corollaire des fouilles, les actions de consolidation, menées par des étudiants en restauration sous la supervision d’un restaurateur diplômé, ont permis d’achever la restauration d’une seconde demeure (fig. 5). Les restaurateurs ont également épaulé les archéologues dans les tâches d’extraction de mobiliers délicats, telle que la consolidation d’enduits de mortier in situ ou les prélèvements en bloc de restes de bois, céramiques, etc.

L’objectif de la 3e campagne de mesures géophysiques (M. LLubes et L. Seoane, GET–OMP) était d’étendre la surface prospectée vers l’est, mais aussi d’apporter un suivi du niveau de sol pour permettre une meilleure compréhension de l’aménagement du site. Les mesures magnétiques (magnétomètre à vapeur de Césium aimablement prêté par l’université Paris 6 UMR METIS) ont été complétées par une cartographie électrique de la même zone. Les résultats préliminaires sont encourageants et ont permis de mettre en évidence plusieurs zones intéressantes d’un point de vue archéologique. Il reste encore à comprendre l’origine de grosses anomalies magnétiques bien visibles sur la nouvelle carte, et qui coïncident avec la présence de murs, révélée par les mesures électriques. Le traitement plus minutieux et complet des données est en cours.

Fig. 5 - Protection d’un sol de terre battue à l’aide de géotextile avant la pose de graviers (©Projet Albalat 2017).

Fig. 5 – Protection d’un sol de terre battue à l’aide de géotextile avant la pose de graviers (©Projet Albalat 2017).

L’apport des études spécialisées

L’archéobiologie vise à restituer l’environnement naturel et à définir le poids de son anthropisation ainsi qu’à reconnaître les pratiques alimentaires, pastorales et agricoles de la population d’Albalat. Replacés dans une perspective comparatiste et diachronique, ces éléments autorisent à réfléchir sur les spécificités du site (conditions écologiques et historiques) et sur la continuité ou non des pratiques avec des périodes antérieures.

32 nouveaux prélèvements par flottation de bois carbonisés ont été étudiés au Laboratoire d’Archéobiologie de l’IH-CCHS-CSIC par M. Ruiz. Ils proviennent de contextes bien différenciés (rejets de foyers, combustible de fours, bois de construction, remblais constructifs, etc.) et se distinguent souvent par leurs contenus monospécifiques. 14 taxons ont été identifiés, où prédominent largement les bois de Quercus à feuilles persistantes et de pin. Les bois d’olivier, d’aulne et de frêne sont également bien représentés. On trouve, en moindre quantité, des bois d’Erica arbórea, Ilex aquifolium, Malvaceae ou de différentes Rosaceae. En revanche, les arbousiers, légumineuses, saules ou peupliers et ormes ne font qu’une apparition anecdotique. La faible variété de taxons détectés pourrait s’expliquer par la prépondérance d’importantes masses forestières constituées de chênaies et pinèdes qui offrent des combustibles et des bois de construction d’excellente qualité. Une telle abondance permettrait d’ignorer ou de n’exploiter qu’à petite échelle la végétation des berges pourtant voisines (alors que le pin est peut-être plus éloigné) dont le bois est plus tendre, de combustion plus rapide et de moindre envergure et longévité. Ces mécanismes sélectifs de mode d’approvisionnement, qui restent toutefois à détailler en fonction des espaces et des usages, permettent de cerner la question des boisements et des milieux exploités, l’économie du site et la gestion environnementale.

Le volet carpologique développé par J. Ros a permis de réaliser plus d’une centaine de prélèvements, mettant en évidence 4.706 carporestes (grains, pailles, fruits, semences de plantes sauvages, etc.) conservés par carbonisation et minéralisation. On peut ainsi restituer la palette végétale consommée à Albalat, qui repose sur 8 céréales (orge vêtue, blé nu, blé type dur, blé amidonnier, seigle, millets commun et italien, avoine), 3 légumineuses cultivées (gessette/gesse, pois, vesce), 2 plantes aromatiques (fenugrec, coriandre), le lin et au moins 12 fruitiers (vigne, figuier, grenadier, amandier, chêne, olivier, pêcher, mûrier blanc/noir, châtaignier, pommier/poirier, fraisier et un possible prunier). Les échantillons issus de deux puisards ont donné des déchets d’origine fécale constitués de semences non digérées (pépins de raisins, de figues, de grenades, de mûre, de pomme/poire) ainsi que des reliefs de repas et des déchets culinaires (noyau de Prunus, fragments de blé carbonisés). Ailleurs, les assemblages suggèrent qu’une partie du nettoyage des récoltes (dépiquage, battage, vannage ?) d’orge, de seigle et de blé a pu avoir lieu à proximité ou directement au sein des habitats. Les sous-produits issus du nettoyage semblent également avoir fait l’objet d’une réutilisation dans certains espaces, comme fourrage, litière ou combustible.

Les adventices témoignent de la mise en culture de sols argileux compacts et de sols sablonneux filtrants, plutôt riches en nitrates. La plupart croissent sur des sols secs, suggérant la pratique d’une agriculture sèche, n’ayant pas bénéficié d’une irrigation ou d’une proximité immédiate avec le Tage. La prédominance de messicoles hivernales et estivales fait penser que certains taxons (blé, seigle, orge voire avoine) ont pu être semés à l’automne et d’autres (millets, voire orge et avoine), au printemps.

Les restes d’origine animale inventoriés par J. A. Garrido (désormais au nombre de 44.059) confirment les grandes tendances enregistrées au cours des années précédentes. Si le gros du cheptel est basé sur les chèvres et moutons, l’importante présence des équidés (la plus importante enregistrée en al-Andalus) est en revanche plus surprenante et suscite des questions (indices de consommation liée à une période de disette ou au siège militaire, etc.). La place du gibier, tout spécialement des cervidés et dans une moindre mesure des daims, est également remarquable. Les ressources halieutiques sont utilisées tant pour l’alimentation (pêche) que pour l’obtention de matières premières (collecte de moules d’eau douce de la famille Unionidae pour leur nacre). Parallèlement, une compilation des données disponibles sur la faune sauvage et domestique récupérée dans les sites médiévaux ibériques est en cours de réalisation. Elle permettra de replacer correctement le site par rapport aux principales tendances de l’élevage et de la cynégétique de l’époque.

Des analyses de résidus organiques ont été effectuées sur un balsamaire tubulaire en verre et un entonnoir en terre cuite. Dans le premier cas, son contenu est assimilable à un onguent basé sur une recette de corps gras animal ruminant et d’huile végétale insaturée et trouve un écho intéressant dans les vases à huiles parfumées antiques. Dans le second, qui correspond à une forme très peu fréquente dans le répertoire céramique d’al-Andalus, la présence d’huile végétale, de corps gras d’animal ruminant, non chauffé, et de traces de résine de conifère, dénote une fonction polyvalente sans que l’on puisse préciser la nature des activités de transformations.

On signalera également l’ouverture à de nouveaux domaines de recherche. Une collaboration a ainsi été lancée avec le projet ERC “GlassRoutes: Mapping the First Millennium Glass Economy” dirigé par N. Schibille et auquel participe J. De Juan (CNRS, IRAMAT-UMR 5060) afin de caractériser les groupes compositionnels présents sur le site et de les replacer dans la perspective des changements technologiques qui survinrent au cours des XIIe-XIIIe siècles. Les pourcentages de Na, Ca, Mg et K des 22 exemplaires échantillonnés indiquent qu’il s’agit de verres calcico-sodiques fabriqués avec un mélange de silice et de cendres végétales pour abaisser le point de fusion. Seul un échantillon présente une haute teneur en plomb, particularité technologique documentée dans d’autres sites médiévaux des Xe-XIIe s de la Péninsule. Il a également été possible d’identifier des agents colorants pour l’obtention de teintes déterminées. L’origine péninsulaire des verres d’Albalat est établie grâce aux comparaisons avec ceux d’autres sites. Ils partagent en commun une source de silice riche en minéraux accessoires comme le feldspath, la magnétite ou le zircon avec des valeurs élevées en Ti, Fe, Nb, Y, Zr et en terres rares, ce qui les différencie des productions de la Méditerranée orientale. Le nombre limité de fragments récupérés et l’absence de résidus de fabrication suggèrent que le verre était un bien peu fréquent sur le site, importé d’autres localités. Ces conclusions préliminaires devront être confrontées avec les données analytiques provenant d’autres répertoires et validées par de nouvelles analyses.

Par ailleurs, l’étude métallographique de plusieurs scories de forge, menée par S. Rovira Llorens, contribue à éclaircir le processus sidérurgique qui intervient après la réduction du minerai. La détection systématique d’épisodes lors desquels la wüstite (FeO) prend un faciès dendritique est un bon indice de hautes températures atteintes (1200ºC) dans une ambiance hautement réductrice. Même si certains échantillons montrent deux épisodes formatifs, il s’agit toujours de matériaux bien structurés suggérant des temps d’opération suffisamment longs pour permettre les réactions de formations des phases minérales constitutives. Cela démontre en outre qu’il ne s’agit pas de travaux sporadiques mais bien d’une activité continue et habituelle.

Les études céramologiques (Y. Cáceres, S. Gilotte, J. De Juan) confirment l’originalité de la vaisselle exhumée, dont certains caractères de transition semblent constituer des chaînons manquants. L’une des jarres de stockage trouvée cette année constitue un cas exemplaire de formes décoratives précurseurs des productions postérieures : sa décoration plastique avec une frise d’arcs outrepassés – surmontée d’une inscription tracée avant cuisson – annonce les modèles estampés et profusément ornés qui se développent à partir de la seconde moitié du XIIe s. Parallèlement, l’approche pétrographique (C. Richarté, C. Capelli) laisse entrevoir certains mécanismes de diffusion. La diversité des groupes de pâtes rencontrées suggère un approvisionnement auprès de plusieurs ateliers locaux et régionaux, mais également extra-régionaux. Il semblerait que les ustensiles communs, en particulier les vases de stockage et les récipients culinaires, proviennent de plusieurs ateliers riverains de la vallée du Tage, dont les apports récurrents sont spécifiques. Les vaisselles fines et glaçurées, quantitativement moins représentées, seraient issues de grandes officines spécialisées, dont certaines sont vraisemblablement implantées sur le littoral, sans doute dans le sud de la péninsule Ibérique. La caractérisation de ces importations constitue une base d’informations indispensable pour mesurer la vitalité, la perméabilité et le statut du site d’Albalat.

Pour citer ce billet : Sophie Gilotte, « Albalat (Romangordo, Cáceres). Rapport 2017 », Archéo-CVZ. Carnet des fouilles archéologiques de la Casa de Velázquez, mis en ligne le 14/04/2018, https://archeocvz.hypotheses.org/1446.

Sophie Gilotte

CNRS, CIHAM-UMR 5648 (Lyon)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.