Le centre monumental de Baelo Claudia. Rapport 2010-2011

Bertrand Goffaux (Université de Poitiers), Laurent Brassous (Université de La Rochelle) et Xavier Deru (Université Charles-de-Gaulle – Lille 3)


Cette mission s’inscrit dans le cadre d’un projet de fouilles archéologiques du secteur sud-est du centre monumental de la ville antique de Baelo Claudia (Bolonia, province de Cadix). Elle a été conduite sous la direction de B. Goffaux (université de Poitiers), avec la collaboration de L. Brassous (université de Tours), de X. Deru (université de Lille 3) et la participation de Ch. Louvion (Service archéologique du Conseil général du Nord).

Ce projet de recherche a été initié par la Casa de Velázquez, en étroite collaboration avec le Conjunto arqueológico de Baelo Claudia et a bénéficié du soutien de l’UMR 5607 (AUSONIUS).

Les objectifs de cette mission étaient de compléter notre connaissance du centre monumental de Baelo Claudia, dans une partie de la ville antique marquée par la présence de monuments religieux et civiques (temples, basilique, curie, macellum, etc.) mais dont les marges sont encore mal connues. C’est le cas du secteur dit du « monument du sud-est » (fig. 1). Il se situe à l’est de la place méridionale, au sud de la « grande maison » partiellement fouillée en 1974-1975, au nord du decumanus maximus et à l’ouest du cardo bordant la place monumentale. Des sondages superficiels réalisés en 1990 par Pierre Sillières ont permis de mettre au jour les assises supérieures de différents murs, dont deux au moins semblaient fermer le secteur et indiquer la présence d’un édifice long de 19,85 m — du nord au sud — et large de 16,80 m — d’est en ouest. L’ampleur supposée de cet édifice et son emplacement dans l’îlot monumental suggéraient l’existence d’un monument public mais, comme l’indiquait alors P. Sillières, seule une recherche plus approfondie permettrait probablement d’en révéler la nature. Ces sondages avaient également dégagé deux murs plus étroits que les précédents et de factures différentes, formant un angle au nord-est de ce secteur. Ces murs semblaient indiquer une réoccupation de l’îlot, qu’il n’était alors pas possible de dater. Ce secteur soulève dès lors un certain nombre de questions concernant son histoire, sa nature, son intégration dans la zone monumentale, son rapport avec les différents espaces de circulation, etc. qui justifient le développement d’un programme de fouilles dans cette parcelle.

Fig. 1. Localisation du secteur dit du « monument du sud-est » dans le centre monumental de Baelo Claudia et emprise des vestiges de la piste militaire (trait plein : vestiges encore en place ; trait pointillé : vestiges déjà enlevés) ; d’après J.-N. BONNEVILLE et alii, Belo VII. Le capitole, Madrid, Collection de La Casa de Velázquez (67), 2000, p. 16.

Fig. 1. Localisation du secteur dit du « monument du sud-est » dans le centre monumental de Baelo Claudia et emprise des vestiges de la piste militaire (trait plein : vestiges encore en place ; trait pointillé : vestiges déjà enlevés) ; d’après J.-N. BONNEVILLE et alii, Belo VII. Le capitole, Madrid, Collection de La Casa de Velázquez (67), 2000, p. 16.

Cette mission préparatoire a poursuivi une double finalité. Tout en s’inscrivant dans la préparation de ce projet de recherche, elle répondait à une sollicitation de collaboration du Conjunto arqueológico. En effet, le projet de muséalisation du site archéologique initié par les autorités du Conjunto — qui souhaitaient principalement réorganiser l’itinéraire de visite — se heurtait à l’existence d’une piste militaire construite en 1941 au dessus des vestiges du centre monumental de la ville antique et dont les derniers restes reposaient sur les secteurs du « monument du sud-est » (fig. 2). Il s’agissait donc, d’une part, de superviser l’enlèvement de ces restes dont le dégagement était susceptible de mettre à jour des structures antiques, avec le risque de les endommager ; cette menace concernait notamment les structures de l’urbanisme tardif de la ville qui affleurent sous le niveau de sol végétal. D’autre part, il s’agissait d’évaluer le potentiel archéologique de la zone dégagée par ces travaux, en la nettoyant et en établissant un relevé méthodique et précis des structures dégagées, sans toutefois procéder à des sondages stratigraphiques en profondeur. Ces limites conditionnent les résultats préliminaires exposés ci-dessous.

Fig. 2. Plan schématique des vestiges mis au jour par l’enlèvement de la piste militaire (DAO L. Brassous).

Fig. 2. Plan schématique des vestiges mis au jour par l’enlèvement de la piste militaire (DAO L. Brassous).

L’enlèvement de la piste a été conduit par une entreprise de terrassement du village de Bolonia sous la surveillance archéologique des membres de cette mission. L’emprise de la piste militaire occupait une largeur d’environ 5,34 m. La chaussée était elle-même large de 4,50 m. Elle était renforcée sur ses bas-côtés par des murs d’accotement et de soutènement larges d’environ 0,4 m et d’une hauteur conservée de 0,60 m. La piste a été dégagée sur une longueur d’environ 17,60 m et une largeur oblique de 6,50 m — formant ainsi un parallélogramme de 114,40 m2 (fig. 3). La chaussée, dont la couverture supérieure goudronnée avait partiellement disparu, était soutenue par un support de fondation formé de blocs et de moellons mêlés de terre sableuse, installé sur une hauteur d’environ 0,6 m.

Fig. 3. Restructuration (tardive ?) du secteur du « monument du sud-est » (cliché : L. Brassous).

Fig. 3. Restructuration (tardive ?) du secteur du « monument du sud-est » (cliché : L. Brassous).

La surveillance archéologique a permis de constater que le creusement destiné à recevoir le support de fondation de la chaussée avait arasé une grande partie des structures antiques. De nombreux murs sont apparus en superficie sous le niveau d’arasement du terrassement, à environ 0,60 m de profondeur sous le niveau de sol actuel. L’enlèvement des murs de soutènement de la piste a également laissé apparaître, dans les bermes du secteur étudié, le prolongement de certains de ces murs, conservés sur une hauteur de 0,39 m.

Les structures découvertes s’organisent comme suit. La zone excavée est délimitée par deux murs orientés nord-sud : le mur 8 à l’ouest et le mur 24 à l’est. Tous les deux sont parallèles au cardo bordant à l’est la zone monumentale et à la ruelle séparant le « monument du sud-est » de la place méridionale et de la basilique. Le mur 8 paraît correspondre au mur dégagé en 1990 par P. Sillières. Quant au mur 24, seul son parement ouest a pu être nettoyé. L’épaisseur minimum de ce mur est de 1,56 m et il est aligné sur le mur découvert en 1990 dans l’angle sud-est du secteur. Il est à l’heure actuelle impossible de comprendre la relation entre ces deux murs, le second se trouvant en dehors du périmètre d’intervention de cette année. Les deux murs 8 et 24 sont parallèles et soutiennent le mur 6 qui leur est perpendiculaire. Ce dernier est épais de 0,80-0,90 m et long de 15 m. Il est parallèle au decumanus maximus et sépare la zone en deux espaces distincts, au nord et au sud. Aucun seuil n’a été reconnu sur ce mur, ce qui pourrait indiquer qu’il n’y avait pas de passage entre les deux espaces qu’il séparait, à moins que des seuils aient été enlevés lors de son arasement par la construction de la piste ; l’arase du mur 6 correspondrait alors aux seules fondations de ce mur.

De nombreuses autres structures ont été observées, aussi bien au nord qu’au sud du mur 6 qui divise la zone d’intervention en deux secteurs. Au nord, on note la présence d’une abside formée par les murs 1 et 3, ainsi que d’autres murs (4, 5, 7, 8, 15 et 16) dont la chronologie relative ne peut être établie en l’état des fouilles. Il en va de même pour le secteur sud (murs 27 et 28). Toutes ces structures ne pourront être interprétées et datées que par une fouille stratigraphique en bonne et due forme.

Parmi le matériel retrouvé lors du nettoyage, signalons une meule, découverte dans le remblai formant la fondation de la piste militaire, ainsi que quelques tessons de céramique, morceaux de verre et de fibules affleurant dans les unités archéologiques mises au jour. Ceux-ci ont été prélevés et inventoriés mais n’ont pas encore fait l’objet d’une étude détaillée. Ces objets ont été stockés au dépôt archéologique du musée.

Les résultats de l’évaluation du potentiel archéologique sont donc très positifs et suggèrent l’existence dans ce secteur d’un monument public formé au moins partiellement par les murs 24, 25 (et peut-être 6 ?). Le caractère public semble assuré par la taille des murs découverts, dont l’orientation révèle, en outre, une parfaite inscription dans l’urbanisme du centre monumental de Baelo Claudia. Malgré la relative ampleur de la zone étudiée, il n’est pas permis, à ce stade des recherches, d’identifier la nature de cet édifice, ni ses modifications postérieures. La présence de structures probablement tardives suggère une restructuration de l’espace et une longue occupation du secteur jusqu’à l’abandon final de la ville, traditionnellement situé entre la fin du VIe siècle et le début du VIIe siècle. Ces conclusions très provisoires de chronologie sont fondées sur l’observation en surface des différents appareils et sur l’organisation du bâti. Une fouille stratigraphique reste nécessaire pour préciser ou corriger les informations qui ont été relevées.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search